Skip to navigation – Site map

HomeNuméros30EntretienEntretien avec la Professeure Bel...

Entretien

Entretien avec la Professeure Belinda Tynan

Un voyage à travers l’enseignement à distance
Daniel Burgos, Philippe Dumas and Émilie Remond
This article is a translation of:
Interview with Professor Belinda Tynan: A journey through distance education []

Full text

  • 1 Entretien mené par Daniel BURGOS, Philippe DUMAS, Émilie REMOND le 19 mai 2020 en vidéo conférence (...)

1Pour ce numéro spécial, nous avons eu le privilège de nous entretenir avec la Professeure Belinda Tynan1. Vice-Présidente du Royal Melbourne Institute of Technology (RMIT), Belinda Tynan a été vice-chancelière à l’Université Ouverte du Royaume-Uni et représente par ailleurs l’Australie au Conseil des gouverneurs du Commonwealth of Learning (COL). Elle a également été présidente du comité exécutif de l’European Distance Education Network (EDEN) et de la plateforme MOOC de l’Open University, FutureLearn. Elle a enfin occupé les fonctions de présidente de l’International Council of Open and Distance Education (ICDE). Par son parcours riche et varié, la Professeure Belinda Tynan nous apporte un éclairage dans lequel se mêlent engagements et expériences. Mais laissons Belinda se présenter elle-même et partager avec nous ses idées sur « la formation à l’heure de l’hybridation ».

2BT :
J’enseigne à l’université depuis plus de 20 ans maintenant. J’ai une passion profonde pour la manière dont l’éducation peut transformer nos vies. Je représente effectivement moi-même une success story car l’éducation a transformé ma vie. Je fais partie de ceux qui jouent un rôle de pionniers au sein de leur famille. Sans éducation, je ne serais pas là où j’en suis aujourd’hui. Il s’agit d’une passion que je porte profondément en moi : le fait que chacun ait le droit à l’éducation de façon à pouvoir vivre une vie riche et réussie. Je suis impliquée dans l’enseignement supérieur depuis 20 ans. J’ai auparavant été enseignante et j’ai enseigné en maternelle, en primaire et dans le secondaire. Vous pourriez être surpris de savoir que je suis professeure de musique. J’ai enseigné la musique assez longtemps. Et sur la vidéo, là derrière, vous voyez probablement que j’ai un piano. Je joue non seulement du piano, mais également de la flûte. Non pas que j’en joue autant que je le voudrais, mais les instruments ont ce pouvoir de nous faire relâcher la pression.

3Au cours des vingt années de ma carrière dans l’enseignement supérieur, j’ai progressivement été envoûtée par les pédagogies et leurs interrelations avec les technologies. Ma recherche doctorale portait sur les « écoles des ondes » qui sont uniques en Australie et à travers le monde – si ce n’est peut-être aux États-Unis – où les fréquences radio étaient utilisées pour enseigner aux enfants de l’Australie profonde. Ces « écoles des ondes » se trouvaient dans des régions éloignées. Il s’agit d’un enseignement adapté aux zones isolées et d’une forme d’enseignement à distance où ce sont les familles qui enseignent aux enfants. Ils appellent quotidiennement la station de radio et ils reçoivent les cours de leurs enseignants par la radio. Mon bagage vient de mes recherches sur la façon dont l’éducation était délivrée à ces enfants en âge d’être à l’école primaire, qui vivaient dans des lieux aussi éloignés à travers toute l’Australie, grâce aux « écoles des ondes » via les technologies radiophoniques.

  • 2 Canvas est le Learning Management System de la Royal Melbourne Institute of Technology. Voir https: (...)

4À partir de là, j’ai prolongé mes réflexions sur la manière dont les technologies pourraient être utilisées pour valoriser l’enseignement universitaire. La captation de conférences a été expérimentée au sein de notre université, l’Université d’Australie de l’Ouest (UWA), à travers Echo360, un produit maintenant bien connu. C’est ainsi que tout a démarré à l’Université de l’Australie de l’Ouest. Nous étions plusieurs innovateurs à utiliser cette technologie dans nos cours au sein de l’université. Mais assez rapidement, cela a pris un peu plus d’ampleur, notamment avec l’introduction du Learning Management System (LMS) et des outils comme WebCT (qui était une sorte de tableau noir), puis Moodle et enfin, plus récemment Canvas2. J’ai été impliquée dans la mise en œuvre de tellement de LMS que j’en porte encore les stigmates.

5Ma recherche s’est vraiment concentrée sur la manière dont le personnel et les enseignants apprennent à utiliser les technologies et comment ils les croisent avec leur discipline pour apprendre aux étudiants simultanément en ligne, à distance, en mode mixte ou en classe inversée. Mais ces dix dernières années, ma carrière a glissé vers le management et le leadership.

6Je travaille à un niveau universitaire supérieur depuis quelques temps maintenant. Dans ma fonction actuelle à la Royal Melbourne Institute of Technology et avant à l’Université Ouverte du Royaume-Uni, je suis Vice-Chancellor adjointe à l’enseignement et à l’apprentissage. Je m’occupe principalement des étudiants, à partir du moment où ils découvrent pour la première fois notre publicité dans le journal jusqu’au moment où ils sont diplômés. Le système d’aide qui est dédié aux étudiants, leur parcours digital, mais aussi leur parcours d’apprentissage, leurs expériences, tout ce qui les touche, j’en suis quasiment responsable.

7Dans ce parcours qui part de l’enseignante dans sa classe (ou plutôt de la fin de mes études, grâce au soutien de mes parents) jusqu’à la femme que je suis aujourd’hui, cela a été un vrai voyage sur la manière dont l’éducation peut transformer une vie et dont les technologies interagissent dans cette dynamique. Ainsi, bien que je me consacre moins à la recherche que ce dont j’avais l’habitude, je suis actuellement en position d’interface entre le monde universitaire et le monde économique, une position qui me permet de mieux répondre à vos questions.

Les politiques institutionnelles d’hybridation et leurs incidences

  • 3 Fondé en 1938, l’ICDE Le Conseil International pour l’Éducation ouverte et à Distance (ICDE) est un (...)

8DB, PD, ER :
Quand nous avons rédigé cette grille d’entretien, le coronavirus n’était pas présent. Mais aujourd’hui, c’est notre actualité. Notre entretien lui-même devient plus engagé que jamais. Notre première question concerne donc les politiques nationales et internationales. Il est évident qu’avec votre bagage international et votre expertise, mais aussi à travers votre fonction en tant que vice-présidente de l’International Council for Open and Distance Education3 (ICDE), vous bénéficiez d’une position de surplomb unique pour répondre également au sujet des politiques internationales. Pensez-vous que ces politiques - en général ou dans quelques cas spécifiques dont vous avez connaissance-, facilitent vraiment l’hybridation ? En fait la facilitent-elles ou la compliquent-elles ? Ou peut-être soutiennent-elles essentiellement les initiatives pour permettre de créer des dispositifs mixtes au sein des universités ?

  • 4 Selon son site internet le Commonwealth of Learning (COL) est « une organisation intergouvernementa (...)

9BT :
Merci pour cette question. Elle est très intéressante parce que notre globe est tellement diversifié et chaque contexte est unique. Lorsque j’étais présidente et profondément impliquée dans l’ICDE, tout cela est apparu encore plus visible parce que vous pouvez voir que de nombreuses juridictions se croisent. Je suis aussi directrice exécutive pour le Commonwealth of Learning4 à travers lequel j’observe également beaucoup de choses.

10La contextualisation de l’éducation, c’est incroyablement important parce que beaucoup de pays vivent des parcours différents, avec des perspectives différentes et des histoires propres sur la manière dont leur système éducatif s’est développé. Selon moi, lorsque nous parlons d’hybridation ou de classe inversée ou autre, nous voulons parler de la manière dont nous diffusons les modalités de l’éducation. Nous sommes réduits encore une fois à ce contexte et à ce qu’il peut réellement apporter. Les idéologies d’un pays et la manière dont elles impactent les politiques idéales, la manière dont nous devons être éduqués, tout cela est contesté comme un territoire. Ce sujet pourrait alimenter un sujet de recherche en soi. Cependant, je pense que la politique donne généralement un cadre. Chaque pays devra disposer d’un ensemble de politiques publiques pour donner ce cadre permettant au système éducatif d’être fonctionnel. Les politiques peuvent être interprétées de différentes manières. Elles n’apportent pas toujours des précisions du type « vous devriez faire ça » ou « vous ne devriez pas faire ça ». Pourtant, les politiques publiques peuvent parfois s’accompagner de directives qui touchent à l’assurance qualité. Elles sont également liées à des problèmes de conformité aux normes. Encore une fois, il existe cette confusion entre la politique, les directives et la gouvernance et leur évaluation. Mais j’aurais tendance à dire que si vous avez une politique, vous avez un cadre. La manière dont vous l’interprétez dépendra du régime et du contexte politique dans lesquels vous opérez. Un autre aspect à considérer serait probablement les ressources : quelles ressources sont allouées au système éducatif pour permettre une évolution graduelle dans l’usage de pédagogies différentes ? Certains diront que lorsque l’enseignement est bon, il l’est, qu’il s’agisse d’un enseignement hybride, inversé, mixte, par situation-problème ou quelles que soient les autres approches multiples de l’éducation qui existent. C’est une prérogative de l’éducateur dans un sens parce qu’il tient finalement dans ses mains la conception d’une expérience d’apprentissage qui permet à l’apprenant d’apprendre.

11Si vous définissez l’hybridation comme étant à l’intersection des technologies distancielles et des technologies incluant ce qui est traditionnellement une éducation en présentiel, cette éducation à distance est sur la planète depuis au moins un siècle. En fait, l’Australie est depuis de nombreuses années l’un des principaux pays au monde à dispenser un enseignement à distance à ses enfants et éducateurs en zones reculées.

12Du manuel au tableau noir, du tableau noir à l’ordinateur, les technologies ont toujours été variées. Aujourd’hui, nous voyons apparaitre des salles de classe immersives, en particulier avec ce que la situation COVID-19 apporte. Une approche hybride est vraiment l’interprétation d’une pédagogie probablement ancrée en soi. Pour moi, elle doit être située autour du cadre constructiviste comme façon de penser l’éducation en général.

13Répondre à votre question sur la politique publique et la réglementation est certainement compliqué, mais cela se résume probablement à ces trois choses, pour moi. Tout d’abord, cette politique publique est liée au contexte dans lequel elle existe. Ensuite, elle est régie par une idéologie ou un régime politique (quel qu’il soit) qui a une vision de l’éducation idéale. Enfin, en rapport avec tout cela, vous avez les ressources pour soutenir ce projet et le type de ressources disponibles.

14Ensuite, votre toute dernière étape dans ce projet collectif consiste à connaitre son mode de gouvernance et comment nous le garantissons. Ce serait ici que la politique fonctionne, selon moi. Parfois, ça marche, et parfois ça ne marche pas. Parfois, la politique peut être un inhibiteur. Elle peut vous empêcher de faire des choses. Mais parfois, la politique peut être un catalyseur. Tout dépend du contexte.

15DB, PD, ER :
Pourriez-vous esquisser une typologie des systèmes éducatifs en matière d’hybridation ? Par exemple, existe-t-il des différences entre le Nord et le Sud ? Liées à des facteurs religieux ou au public/privé ou autre ? Toutes ces questions peuvent expliquer d’une manière plus large l’importance de l’hybridation dans le système éducatif.

16BT :
Selon moi, il existe plusieurs typologies, ce que je trouve fascinant. Je pense effectivement, comme vous le dites, que ces typologies existent, par exemple les intersections Nord-Sud qui sont privilégiées ou non. En Australie et dans d’autres pays, nous pourrions également parler des peuples autochtones. Il apparait donc une typologie qui fait également référence aux peuples autochtones et qui aurait trait aux différences langagières. Cependant, il faut constater que nous sommes dominés par le paradigme anglophone dans le monde. Il y a probablement quelque chose dans tout cela qui entoure nos philosophies de l’éducation liées au contexte politique et à l’idéologie. Les typologies mériteraient donc certainement une réflexion. C’est une excellente question. Je pense que nous pourrions avoir de longues conversations sur ce sujet autour d’un verre de vin.

17DB, PD, ER :
Vous avez tout à fait raison sur les politiques publiques. Elles doivent être contextualisées. Dans ce contexte, les universités jouent un rôle, bien entendu. Les institutions de l’enseignement supérieur doivent interpréter ces politiques pour les mettre en œuvre ensuite. À votre avis, de quelle manière les universités se confrontent-elles au processus d’hybridation, indépendamment du contexte, lorsqu’elles souhaitent le mettre en œuvre ?

  • 5 Voir à ce propos Remond, 2017, p. 78 : « Le premier établissement à proposer un enseignement à dist (...)

18BT :
Il s’agit de nouveau d’une question complexe car c’est multidimensionnel. Quand j’y pense, je dirais probablement que, encore une fois, tout dépend du contexte, et probablement davantage du côté du monde universitaire ou de l’enseignant comme du côté des conceptions de l’apprentissage et de l’enseignement. Cela touche à la façon dont les enseignants envisagent leur rôle et leur identité. Cela a donc aussi à voir avec ce paradigme dominant de la compréhension : « Êtes-vous un enseignant de l’apprentissage ? Êtes-vous un conducteur de l’apprentissage ? Êtes-vous un pourvoyeur d’apprentissage ? Quel genre d’enseignant êtes-vous ? » Les outils dont vous disposez sont nombreux et variés. Par conséquent, je ne veux pas supposer que la classe hybride soit meilleure, de même que la classe en présentiel. Cela dépendra, potentiellement, du type d’enseignant que vous êtes, de la façon dont vous envisagez les connaissances et comment vous participez à développer des connaissances. Je pense donc que chaque université a un point de vue différent à ce sujet. Vous pouvez observer des universités très traditionnelles à travers le monde et qui dispensent des cours en petits groupes. Si vous regardez du côté d’Oxford et de ces types de modèles, vous trouverez des petits groupes de tutorat. Vous avez également des universités à distance et en ligne, avec différentes technologies, comme UNISA5 en Afrique du Sud, qui se révèle peut-être plus distante.

19Et puis, il existe toutes sortes d’universités qui se situent quelque part entre les deux sur ce spectre d’expérimentation des technologies. Elles jouent avec des classes inversées et des approches hybrides. Il y a donc une véritable approche mixte à travers le monde selon ce que l’on voit et selon ce que revêt cette adoption. Mais plutôt que la position suivante : « l’approche hybride est la meilleure », la question que je préférerais poser est : « quelle est l’identité de l’enseignant et en quoi est-elle attachée à l’acte d’enseigner ? » L’outil utilisé par les enseignants pourrait alors être une approche hybride. Mais cela dépend de la façon dont ils pensent l’apprentissage et l’enseignement et dont ils envisagent leur rôle. J’ai régulièrement ce débat très intéressant dans ma propre université autour de la question : « Quel est le rôle du professeur ? » Je réponds très souvent : « Le rôle du professeur est de professer ». Maintenant, avec une conception moderne de l’enseignement et de l’apprentissage, nous dirions probablement : « Est-ce le rôle de l’enseignant de professer ou est-ce le rôle de l’enseignant de faciliter l’apprentissage ? » En fonction de votre situation entre ces extrémités de l’échelle, vous déterminerez quels outils vous utiliserez selon les traditions de cette université ou de cette organisation.

Les pratiques pédagogiques de terrain en contexte d’hybridation

20DB, PD, ER :
Merci de nous fournir l’occasion de donner des détails sur la pédagogie. Auparavant, vous parliez de classe inversée comme exemple d’une technique que l’enseignant peut utiliser en classe. Avez-vous en tête une autre technique ou stratégie pour soutenir ce processus d’hybridation, en plus de la classe inversée ?

21BT :
L’autre chose que j’aurais dû mentionner plus tôt, c’est qu’il y a beaucoup de recherches dans ce domaine. La recherche autour des classes inversées ne date pas d’hier. La première salle de classe inversée officielle apparut en Californie vers 2007. Il y a donc longtemps. Approches d’apprentissage mixte, apprentissage par problèmes, apprentissage par découverte, quête mystère, il existe toute une gamme de pédagogies qui soutiennent des approches hybrides d’apprentissage et d’enseignement que nous connaissons depuis longtemps et qui font l’objet de recherches approfondies. Partout dans le monde, les gens expérimentent ces méthodes d’enseignement dans leurs classes et le font depuis un certain temps. Ce n’est plus rare. C’est assez courant.

Appréhension de la distance : usages voulus, usages contraints

22DB, PD, ER :
Passons à la section suivante de l’entretien. Nous essayons de corréler les résultats académiques avec les attentes du marché. Comment faire cette liaison entre les deux parties d’un tout ? Pensez-vous qu’il existe une valeur ajoutée spéciale que l’hybridation peut apporter au marché du travail en ce qui concerne les compétences ou la formation des étudiants ?

23BT :
Encore une fois, selon la façon dont nous définissons « hybride » dans cette question, il y a un travail à faire, je suppose, autour de la question de la flexibilité réclamée par le marché. Mais nous savons que le marché est segmenté. Il y a par exemple les apprenants âgés ou des apprenants qui sont sur le marché du travail, y compris les jeunes apprenants qui ne veulent pas venir à l’université à temps plein, mais se situent dans la génération « gagnez et apprenez » - « earn and learn ». Il existe donc un mélange de modalités.

24Des approches de type apprentissage dans l’enseignement supérieur entrent également dans certaines parties du programme d’études. Selon moi, être leader sur le marché et être en mesure d’éduquer le marché sur ce qui est possible, c’est quelque chose. Et puis, il y a aussi une réactivité au marché qui peut stimuler sa performance économique. Cette réactivité peut également aider des personnes qui ne sont pas nécessairement en mesure de venir à l’université à temps plein ou qui n’en voient pas la pertinence.

25Pour tel groupe socio-économique en particulier, une formation hybride pourrait être la plus utile. Par exemple, des personnes qui n’ont pas les moyens de consacrer trois ou quatre ans de leur vie à s’asseoir sur les bancs du campus, mais qui doivent travailler en même temps. Il y a aussi maintenant des entreprises - en particulier dans l’industrie- qui remettent en question la valeur d’un diplôme universitaire. Elles vont jusqu’à débaucher les étudiants directement des universités pour leur délivrer elles-mêmes leurs enseignements et créent leurs propres relations ou partenariats universitaires. Je suppose que c’est cela une nouvelle flexibilité et une hybridation du programme.

26DB, PD, ER :
Dans ce contexte d’enseignement pour atteindre les compétences dont le marché a besoin, dans quelle mesure pensez-vous qu’un professeur est libre ? Libre d’utiliser les méthodologies, pédagogies, stratégies requises ? Pensez-vous que le professeur a une marge de liberté pour qu’il puisse réellement s’adapter en fonction de sa propre expérience ?

27BT :
Je me demande si nous pourrions appeler cela une « innovation contrôlée ». Ainsi, dans mon organisation, et j’en connais d’autres, nous essayons de fournir des expériences cohérentes pour les étudiants. En fait, vous ne voulez pas que les choses apparaissent trop farfelues et trop différentes parce que c’est déroutant pour l’apprenant. Et nous savons donc que l’expérience étudiante est vraiment importante. Cela ne devrait pas arrêter l’innovation, mais au contraire permettre l’innovation.

28Je pense que l’important ici est de pouvoir offrir des opportunités aux professeurs qui souhaitent innover, un environnement où ils peuvent être à l’aise, de façon à ce qu’ils soient soutenus pour le faire correctement. Ce que vous ne voulez pas, c’est l’innovation galopante qui rend en fait l’apprentissage plus difficile pour l’élève. Je dirais donc qu’il y a plusieurs paramètres sur lesquels une organisation doit travailler. Ce n’est pas libre pour tous. Vous ne pouvez pas simplement décider de faire ce que vous voulez faire.

29DB, PD, ER :
Il y a une question, une question très logique par rapport à l’ICDE et au Commonwealth of Learning et à toute votre expérience de l’Open University et aujourd’hui au RMIT à propos des ressources éducatives ouvertes, bien sûr. Comment pensez-vous que l’éducation ouverte en général, (c’est-à-dire les pratiques et les ressources éducatives ouvertes, telles que les MOOC) peut soutenir le processus ou la stratégie d’hybridation dans une université ? Et l’un des points spécifiques qui nous préoccupent beaucoup, c’est le taux d’abandon. Comment l’éducation ouverte peut-elle empêcher ces personnes d’abandonner ou simplement faire « acte de figuration » ? Qu’en pensez-vous ? Quel est, en fait, le rôle des REL dans toute cette voie ?

30BT :
Relier les ressources éducatives libres aux taux d’abandon, ce n’est probablement pas ainsi que je répondrais à la question du décrochage et à la façon de gérer les taux d’abandon. Je pense que les taux d’abandon sont un fait. Encore une fois, il y a beaucoup de littérature à ce sujet. Je crois qu’il faut savoir comment nous soutenons les étudiants, les raisons pour lesquelles ils abandonnent et si les REL peuvent réellement aider.

31Je pense que la question des ressources éducatives libres est une question complètement différente. Il faut réfléchir soigneusement aux problématiques qui y sont liées. Il y a certainement une place dans notre monde pour l’utilisation et la réutilisation des ressources éducatives libres et elles peuvent être utilisées en classe hybride, s’il existe des règles bien comprises sur la façon de les utiliser. Vous avez toutes sortes de problèmes concernant le droit d’auteur, la politique, la réglementation, la réutilisation, les compétences techniques requises pour réutiliser les ressources éducatives ouvertes, la qualité des REL, etc. Et la liste s’allonge encore et encore. Je pense donc que tout cela est en train de devenir un domaine plus mature. Et sans aucun doute, l’ICDE, le Commonwealth of Learning, l’UNESCO et de nombreuses agences promeuvent désormais les ressources éducatives libres comme des moyens d’ouvrir l’accès à l’éducation et à sa démocratisation.

  • 6 La question de l’appropriation des Ressources Éducatives Libres fera justement l’objet du prochain (...)

32Nous devons réfléchir à chaque contexte individuellement pour savoir comment intégrer les ressources éducatives libres. Il y a un autre domaine appelé OEP qui est la Pratique Éducative Ouverte, qui est en fait un concept plus large qui recouvre une gamme d’autres choses au sein d’une organisation qui se rapportent également aux ressources éducatives libres. Je ne sais pas si c’est la réponse que vous vouliez sur ce dossier DMS-DMK, mais c’est une grande question que vous venez de me poser et vous devrez peut-être la formuler un peu plus spécifiquement6.

Et demain ?

33DB, PD, ER :
Pour conclure, nous avons une dernière question. Selon vous, quel est l’avenir de l’hybridation, par exemple dans 10 ans ?

  • 7 Barnes, C., & Tynan, B. (2007). The adventures of Miranda in the brave new world : Learning in a We (...)

34BT :
Dans 10 ans ? Quelle belle question ! Si je pouvais agiter une baguette magique… J’ai écrit un article à ce sujet qui s’appelle les « Aventures de Miranda7 » en 2007, dans lequel j’ai essayé de faire une prédiction de l’avenir et qui est toujours d’actualité aujourd’hui. Je dirais que dans 10 ans – ne serait-ce pas beau si on y arrive ? – nous ne serions pas en train de débattre de l’hybridation, mais juste d’un modèle qui incorporerait toute une gamme de modalités différentes. Je dirais que nous n’aurions pas besoin de réfléchir de cette façon et que nous aurions parlé de pédagogie plutôt que de l’outil ou des approches.

35Ce serait beaucoup plus intéressant. Je pense que nous devrions y réfléchir. Nous dirions à cette époque que nos professeurs ont compris la pédagogie et qu’ils ont été profondément intéressés par la science de l’apprentissage. En comprenant la science profonde de l’apprentissage, ils ont ensuite pu sélectionner les outils dont ils auraient besoin pour que l’apprentissage se produise. J’espèrerais qu’il y ait une interpénétration des différents systèmes éducatifs afin qu’il y ait une flexibilité au sujet de la présence physique à l’université ou pour suivre des cours de courte durée. Ce ne serait pas cloisonné, mais plus fluide pour les usagers en pratique.

36J’espère que nous pourrions changer les modèles – lorsque par exemple, vous alliez au lycée et que vous passiez ces horribles examens qui stressent tous les jeunes. Au contraire, vous aviez une approche davantage axée sur les compétences. Elle vous a conduit vers un chemin d’apprentissage et de connaissances qui vous permettent d’explorer sans la pression de devoir nécessairement suivre le chemin déterminé, faire des études, aller à l’université et faire ceci et cela. Mais en fait, il y aurait une fluidité dans les parcours pour les jeunes afin qu’ils soient moins stressés par la connaissance. Ce serait très excitant pour moi.

37Je ne sais pas si j’ai répondu à toutes vos questions. Mais si nous étions sur un campus universitaire, je souhaiterais que toutes nos salles de classe constituent des expériences immersives. Et peu importe dans quelle partie du monde vous vous trouvez. Que je puisse m’inscrire dans votre université et suivre un cours, que cette classe soit inscrite dans le diplôme de l’université où je me trouve et que je pourrais simplement rejoindre vos concitoyens.

38Et nous ne discuterions pas de savoir si votre diplôme est le même que le mien parce que nous aurions réglé la question. Nous aurions compris que la comptabilité est presque la même dans tous les pays. Je ne sais pas… C’est peut-être trop fantaisiste. Mais cela ne serait-il pas étonnant si je pouvais simplement rejoindre l’un de vos cours en Espagne ou en France et que ce soit au moment opportun, et que donc ça ne soit pas trop tard pour moi ?

39Je pourrais rencontrer vos étudiants et ils pourraient me rencontrer et ce serait vraiment une expérience globale. Ce serait bien. Dans une situation immersive, ce serait bien. Mais j’aimerais que nos professeurs aient une meilleure appréciation de la pédagogie. Je pense qu’ils ont une profonde appréciation de leur discipline, mais ils ne comprennent pas la science de l’apprentissage.

40Ce serait vraiment bien dans 10 ans de penser que nous avons un personnel académique professionnalisé qui comprend la science de l’apprentissage et la considère comme importante.

41It would be really nice in 10 years’ time to think that we have a professionalized academic workforce that understands the science of learning and sees that as important

Top of page

Notes

1 Entretien mené par Daniel BURGOS, Philippe DUMAS, Émilie REMOND le 19 mai 2020 en vidéo conférence (traduit de l’anglais par nos soins)

2 Canvas est le Learning Management System de la Royal Melbourne Institute of Technology. Voir https://www.rmit.edu.au/students/support-and-facilities/it-services-for-students/canvas , consulté le 27/06/2020.

3 Fondé en 1938, l’ICDE Le Conseil International pour l’Éducation ouverte et à Distance (ICDE) est une organisation à but non lucratif dirigée par ses membres dans le domaine de l’éducation en ligne, ouverte, flexible. Il comprend plus de 200 établissements membres et organisations d’enseignement supérieur dans quelque 84 pays.

4 Selon son site internet le Commonwealth of Learning (COL) est « une organisation intergouvernementale créée en 1987 par les chefs de gouvernement du Commonwealth pour promouvoir le développement et le partage des connaissances, des ressources et des technologies de l’apprentissage et de l’enseignement à distance. […] Le Commonwealth of Learning (COL) est la seule organisation intergouvernementale mondiale qui s’occupe uniquement de la promotion et du développement de l’enseignement à distance et de l’apprentissage ouvert », (notre traduction). En ligne, https://www.col.org/about/what-commonwealth-learning , consulté le 27/06/2020

5 Voir à ce propos Remond, 2017, p. 78 : « Le premier établissement à proposer un enseignement à distance sur le continent africain est l’Université d’Afrique du Sud (UNISA), en 1946 (Biao, 2012). Fondé à la fin du XIXème siècle comme centre d’examen délocalisé de Cambridge et d’Oxford, cet établissement a également servi de modèle aux universités sud-africaines qui en sont issues. Cette nouvelle offre à distance marque un tournant, puisque la seule possibilité de suivre des cours à distance durant la période coloniale consistait jusque-là à s’inscrire dans un établissement étranger. Avec un effectif de 250 000 étudiants et fort de son histoire, l’UNISA occupe aujourd’hui le 5ème rang des universités africaines ». [Emilie Remond. L’ouverture en question : quand des universités ouvertes se redéfinissent à l’ère de la globalisation numérique. Sciences de l’information et de la communication. Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambresis, 2017. Français.]

6 La question de l’appropriation des Ressources Éducatives Libres fera justement l’objet du prochain numéro de DMS. Voir à ce sujet : https://journals.openedition.org/dms/3314

7 Barnes, C., & Tynan, B. (2007). The adventures of Miranda in the brave new world : Learning in a Web 2.0 millennium. Research in Learning Technology, 15(3). https://doi.org/10.3402/rlt.v15i3.10930

Consulté le 26/06/20

Top of page

References

Electronic reference

Daniel Burgos, Philippe Dumas and Émilie Remond, « Entretien avec la Professeure Belinda Tynan »Distances et médiations des savoirs [Online], 30 | 2020, Online since 28 June 2020, connection on 28 September 2020. URL: http://journals.openedition.org/dms/5146 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dms.5146

Top of page

About the authors

Daniel Burgos

By this author

Philippe Dumas

By this author

Émilie Remond

By this author

Top of page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search