Navigation – Plan du site

DMS dans le « monde d’après »

Le mot des co-rédacteurs en chef
Monique Grandbastien, Pierre Mœglin et Daniel Peraya

Le numéro 29 de notre revue avait été conçu et préparé avant la pandémie du COVID-19, même s’il a été publié en début de confinement. Ce numéro-ci, le numéro 30, est le premier d’une période souvent désignée par la formule « le monde d’après ». Monde plein d’incertitudes, car la crise que nous traversons est d’origine sanitaire, mais concerne l’ensemble des activités humaines à l’échelle de la planète, ce qui est inédit.

Le secteur de l’éducation et de la formation n’échappe pas aux remises en question. D’une part, il a été massivement affecté par la pandémie puisque, semaine après semaine, beaucoup de pays ont fermé leurs écoles, leurs universités, leurs centres de formation. D’autre part, l’enseignement ne s’est pas vraiment arrêté, les institutions de formation à distance ont amplifié leur contribution – le Cned y a pris sa part avec d’autres – et toutes sortes d’initiatives ont vu le jour, des maternelles à la fin de l’école obligatoire et à l’université pour assurer « à distance » ce que le ministère français de l’éducation a qualifié de « continuité pédagogique ».

Beaucoup de professeurs, y compris ceux qui, auparavant, ne voulaient pas entendre parler de formation en ligne, ont dû adopter cette modalité pour continuer à guider leurs élèves et étudiants sans les rencontrer physiquement. Ils ont élaboré en catastrophe et fourni documents écrits, vidéos, fiches d’exercices, liens vers des sites web, ils ont corrigé des devoirs et organisé des séances synchrones avec des groupes d’apprenants au moyen des nombreuses plateformes disponibles. Beaucoup d’élèves et d’étudiants sont passés aux cours et devoirs en ligne accessibles à la maison, mais sans la stimulation du professeur ou des camarades et malheureusement pas toujours dans des conditions matérielles adéquates.

Une forme de distanciation a donc été expérimentée à une échelle jamais imaginée, de façon soudaine et imprévue. Il convient d’en étudier plus précisément les conditions et les effets, d’en tirer des conclusions qui éclaireront la conception et la mise en place de dispositifs futurs, souvent appelés « hybrides » car ils combinent présentiel et distanciel. L’objectif à court terme des institutions traditionnelles est évidemment d’être mieux préparées à faire face à des crises comme celle que nous vivons. Mais à plus long terme, il s’agit de pérenniser les approches qui se révèlent bénéfiques pour tous plutôt que de considérer la période présente comme une simple parenthèse à refermer au plus vite. Quant aux institutions spécialisées en formation à distance, nul doute qu’elles auront, à l’avenir, à repenser leurs fonctions et leur place dans le système éducatif.

Distances et médiations des savoirs se doit de faire écho à cette situation exceptionnelle. Dès ce numéro-ci, D. Peraya interroge l’ingénierie pédagogique à la lumière des situations créées par la pandémie. Ce n’est qu’un début. Le chantier est immense et il nous faudra croiser des analyses menées selon de multiples points de vue et avec le concours de différentes disciplines.

Donnons-en quelques exemples à partir de thèmes familiers à la revue. DMS a souvent publié des travaux relatifs aux acteurs de la formation à distance. Or, nous venons d’évoquer les enseignants et les élèves, mais pas les tuteurs et autres personnels de support aux apprenants si importants en FAD. Pas de tuteurs, évidemment : les formations pour lesquelles il a fallu assurer une continuité pédagogique n’avaient pas été conçues comme des formations à distance. Parfois, les parents ou des proches à domicile ont joué ce rôle de tuteur dans la mesure de leurs moyens. Les enseignants aussi s’y sont essayé et ils ont mesuré à cette occasion combien une telle fonction est importante et consommatrice de temps. Ils ont également pris la mesure de la nécessité d’une ingénierie pédagogique spécifique pour la conception de telles formations. Car il ne suffit pas de mettre quelques fichiers pdf et videos en ligne, il faut définir toute une orchestration des activités et des interactions entre acteurs. La question de l’hybridation des approches, thème principal du présent numéro, apparaît alors comme centrale.

Si les actions d’accompagnement sont coûteuses en temps, en énergie et en financement, la conception et la réalisation de ressources multimédias destinées à la mise en ligne ne le sont pas moins. Le numéro 31 de DMS consacré aux ressources éducatives libres nous éclairera sur ce point.

Sur le plan des environnements techniques, nous avons évoqué les séquences synchrones en ligne grâce aux plateformes ainsi que les difficultés rencontrées pour maintenir des connexions de qualité acceptable. Si, de façon générale, on a observé des difficultés dues notamment à la charge soudaine de trafic pour laquelle les réseaux n’étaient pas dimensionnés et au manque de formation des acteurs à leur utilisation, certaines de ces plateformes ont recueilli des données à très grande échelle. L’exploitation de ces données devrait donc permettre de progresser vers davantage de personnalisation des activités proposées aux élèves. Peut-être un pas vers la conciliation entre « rigueur prescriptive de l’ingénierie pédagogique avec la nécessité de s’ajuster aux spécificités des apprenants et à leurs usages », souhaitée par C. Peltier et D. Peraya dans la rubrique sur l’ingénierie pédagogique de DMS n°29. Mais aussi un risque d’enregistrement sans le consentement des intéressés. Et c’est là un autre sujet majeur à développer dans les mois à venir : beaucoup des initiatives qui ont vu le jour, notamment du fait des entreprises privées de formation à distance, se sont un peu vite affranchies des règles posées par le droit et la jurisprudence. La Cnil, comme on le sait, est en alerte.

D’autres sujets retiendront aussi notre attention au cours des prochains numéros. Par exemple, l’articulation entre offres privées marchandes et offres publiques de formation ; la concurrence/complémentarité entre offre éducative spécifique et offre culturelle à finalité éducationnelle. Ou encore le contraste entre des industries éducatives qui, visiblement, sortent renforcées de la crise et, de l’autre côté, un artisanat pédagogique qui aura montré ses limites…

Les sujets ne manquent donc pas. Du point de vue des temps longs de la recherche, il nous semble que cet étrange printemps 2020 aura été celui des observations, des recueils de témoignages et de données, des réflexions et des perspectives sur les transformations prévisibles, souhaitables et les conditions de leur mise en place dans différents contextes de formation. Des enquêtes ont été lancées dans les laboratoires et les institutions selon l’un des nombreux angles d’observation qui s’offrent aux chercheurs, des webinaires sont organisés qui permettent de premiers échanges, notamment internationaux. Nous souhaitons nous en faire l’écho au plus vite. De nouvelles contributions sont attendues pour la rubrique Débats Discussions et nous sommes ouverts à toutes les suggestions qui permettront de faire émerger les sujets des numéros thématiques rendant compte des travaux qui démarrent.

  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals