Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Notes de lectureLes ressources éducatives libres ...

Notes de lecture

Les ressources éducatives libres pour sauver le monde (de l’éducation) ou repenser l’éducation avec le numérique pour améliorer la qualité ?

Alain Jaillet
Référence(s) :

UNESCO, Commonwealth of Learning, Dominic Orr et Ben Janssen et al. (2019). Guidelines on the development of open educational resources policies. Unesco, Commonwealyh of learning, coll. Education 2030, 102 P. ISBN : 978-92-3-100341-7. Récupéré de : https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000371129

UNESCO, Institut Mahatma Gandhi d'éducation pour la paix et le développement durable, Mochizuki Y., Bruillard E. et al. (2019). Rethinking Pedagogy Exploring the Potential of Digital Technology in Achieving Quality Education. New Delhi : Mahatma Gandhi Institute of Education for Peace and Sustainable Development, 151p. ISBN 978-81-89218-72-0. Récupéré de : https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000372786.locale=fr

Texte intégral

1L’UNESCO, avec ses multiples partenaires, est un producteur de référence en matière de publication d’études et de guides, notamment sur les moyens d’améliorer l’éducation en utilisant les technologies de l’Éducation. Cela n’est pas nouveau. Deux productions en fin 2019, dont l’une traduite en français en 2020, viennent alimenter les réflexions et conseils à destination des décideurs politiques.

2Tous ceux qui s’intéressent aux politiques de développement savent que les actions des États sont à présent encadrées par un consensus formel connu sous le nom d’ « Objectifs de développement durable » (ODD). Adopté par les Nations Unies en 2015, ODD vise à planifier en 17 objectifs, qui sont autant de grandes lignes de programmes sur 169 cibles d’actions, afin de contribuer à élaborer des solutions concrètes aux problèmes du Monde pour un avenir meilleur à l’horizon 2030. On peut toujours arguer que la principale action dans le domaine réside sans doute dans la fin des conflits armés en commençant par prohiber les ventes d’armes, mais étonnamment, ce n’est pas un objectif... ou alors en creux. Ce qu’il faut comprendre, c’est que la progression de toutes les sociétés dans ces 17 objectifs devrait systémiquement parvenir à améliorer la situation du monde, et le rendre meilleur pour ceux qui sont le plus en souffrance. Tous les programmes de financements internationaux s’inscrivent dans cet agenda. Ce n’est pas un mince paradoxe de la mondialisation libérale que de trouver des vertus à la planification qui est plutôt la caractéristique historique de son opposé, mais c’est ainsi. Les actions financées par les pouvoirs publics et de plus en plus de fondations privées, que ce soit au niveau national, européen ou au niveau mondial doivent s’inscrire dans des agendas qui partagent parfois les mêmes objectifs. L’Éducation est le 4° objectif sous la dénomination « Éducation de qualité » et c’est une tâche aussi bien du Commonwealth of Learning (COL) que de l’UNESCO, que d’inscrire des actions pour améliorer en dix ans l’Éducation dans tous les pays qui ont un niveau encore trop faible.

Développer l’usage des ressources éducatives libres

3L’enjeu du guide publié à l’initiative du Commonwealth of Learning et le partage d’intention avec l’UNESCO consiste à massifier le recours aux REL comme instrument d’augmentation de la qualité de l’Éducation. Ce guide disponible en anglais depuis 2019 et en français en 2020 est à destination des décideurs politiques et des organisations administratives des États. Ce n’est pas un ouvrage à destination des enseignants, ni même des formateurs.

4En sept chapitres, toutes les étapes de mise en œuvre d’une politique REL sont détaillées. L’objectif est très clair. Il s’agit de parvenir, dans les dix ans qui viennent, à faire basculer les pays qui en ont besoin dans une organisation de l’Éducation qui s’appuie sur un recours massif à ces ressources. L’UNESCO est un militant de longue date sur cette thématique. Depuis le début du millénaire, elle agit régulièrement pour favoriser la production, la diffusion, le recours aux REL. L’inscrire comme levier dans l’ODD 4 est donc naturel. Le guide définit ce que sont les REL, fournit les références de base déjà élaborées sur le sujet et propose une procédure très détaillée, en s’appuyant sur des exemples, afin d’encadrer la mise en œuvre de politiques basées sur les REL.

5L’initiative du Commonwealth of Learning et de l’UNESCO assume sa dimension pragmatique de recherche d’efficacité. Il y a un problème, il y a des solutions possibles et éprouvées et voilà comment les mettre en œuvre. En cela, l’historique, l’analyse des réels impacts et difficultés sont réduits et sont fortement centrés sur la sphère anglo-saxonne. Par exemple, il n’est pas fait mention de Freinet et de sa vision d’il y a maintenant un siècle des REL connues alors sous le nom de BT (bibliothèque de Travail), pas non plus de ce que la Francophonie a mis en œuvre depuis dix ans avec les programmes IFADEM (Puimatto, 2017), pas de mention non plus du portail Bneuf à l’initiative de l’AUF qui référence les ressources accessibles en ligne pour les étudiants.

6C’est d’ailleurs un analyseur intéressant des initiatives pour le développement anglophone ou francophone. L’approche IFADEM de la Francophonie consiste à apporter dans chacun des pays qui en fait la demande, une méthodologie qui s’adapte au pays, mais qui reste néanmoins très fortement structurée. L’approche Bneuf est au contraire aux antipodes, en constituant une sorte de Google des ressources accessibles en ligne, surfant un peu sur la montée en puissance des « Drive » de la grande consommation, il n’y a plus de politique organisée, hiérarchisée, planifiée, mais des consommateurs qui vont goûter à un peu de tout, donc sûrement beaucoup de rien, vue la monstruosité et l’éclectisme de ce que l’on trouve en ligne.

7Bien difficile de déterminer quelle vision aura le plus d’impact.

Explorer le potentiel des technologies numériques au service de la pédagogie

8Effet de calendrier, dans la même période, le laboratoire EDA de l’Université Paris Descartes avec le Mahatma Ghandi Institute, institut de l’UNESCO, publient une étude « Exploring Pedagogy : Exploring the Potential of Digital Technology in Achieving Quality Education », dont les préoccupations ne sont pas directement si éloignées du guide de l’UNESCO et du Commonwealth of Learning sans du tout se superposer.

9Même sans le détailler et l’ancrer aussi fortement à l’objectif 4 des ODD, cette publication pour l’instant disponible en anglais se réfère à l’une des 169 actions, la 4.7 de l’UNESCO.

10En commençant par la fin, la finalité de la production vise à produire trois grandes familles de recommandations dont on imagine qu’elles s’adressent à des décideurs.

  • Développer des manuels scolaires et des médias d’éducation numériques qui répondent aux besoins des enseignants et apprenants.

  • Optimiser les affordances des médias numériques et ressources d’éducation pour la participation des apprenants et leurs réussites.

  • Veiller à ce que les enseignants gardent l'éducation numérique des ressources vivantes au profit des étudiants

11Coordonnée par Yoko Mochizuki et Eric Bruillard, sous le sceau du Mahatma Ghandi Institute rattaché à l’UNESCO et du laboratoire EDA, cette étude a impliqué près d’une quarantaine de personnes de la planète entière avec un comité de relecture prestigieux Georges-Louis Baron, James Paul Gee, R.R. Halverson, F. Macgilchrist, N.Selwyn. C’est le fruit d’une réflexion collective d’experts qui a débuté en 2018 à l’Institut Georg Ecker pour la recherche international sur les manuels scolaires en Allemagne puis qui s’est poursuivie à l’institut Ghandi (MGIEP) puis à l’UNESCO à Paris.

12Le point de départ explique, peut-être, l’orientation forte sur le manuel scolaire et dans ses expressions numériques récentes. À la différence du guide sur les REL, l’étude s’inscrit plutôt dans une dynamique classique de construction d’un savoir savant à partir duquel aboutissent des recommandations. La place de l’histoire, et cette fois-ci de Freinet, est fortement positionnée. L’étude étendue des manuels numériques, des ressources numériques et des cas d’usage est assez fortement poussée, même si le document n’en présente qu’une synthèse. On peut facilement s’imaginer qu’un travail d’étude conséquent a été fourni. Une démarche de rationalisation conceptuelle en schémas et tableaux et leurs explications structure l’ensemble.

13On sent bien l’influence de Bruillard et vraisemblablement de Baron dans l’entreprise de conceptualisation. L’exploration des possibilités offertes par les ressources digitales couvre à peu près tout ce qu’il est possible d’envisager, jusque et y compris l’intelligence artificielle, dont on sait également que c’est une porte d’entrée de Bruillard. Une proposition d’envisager les différents types d’instruments, ressources numériques selon leurs affordances vient enrichir le propos. En écho des propositions, plusieurs études de cas issues de plusieurs pays viennent nourrir les explications analyses et propositions.

14À la différence du guide pour les REL, on peut considérer que cette proposition constitue en fait une thèse collective dont l’objectif serait de faire le point sur la question du recours du numérique dans l’éducation, de caractériser les types d’usages, leurs limites et d’offrir des voies de généralisation et de prolongement. Un doctorant qui voudrait se saisir du sujet en serait pratiquement réduit à plagier la structure et approfondir les études de cas, mais l’essentiel du travail est déjà fait. Ou alors, il s’agirait d’en prendre le contre-pied et de chercher à valider la robustesse des rationalisations qui sont proposées.

Entre guide méthodologique et savoir savant

15Si le parti pris du guide des REL est clairement celui de fournir aux opérateurs de projets une méthodologie à suivre quasiment pas à pas, avec la dimension d’adaptation aux différents terrains, celui de l’étude des manuels numériques et des possibilités numériques dans l’éducation est moins convaincant du point de vue des recommandations. Elles sont souvent bien trop larges.

16Par exemple, la première « Provide accessible and easily readable digital resources by students (and parents) » (fournir des ressources numériques accessibles facilement lisibles pour les étudiants et parents), n’a pas une portée exceptionnelle et il me semble qu’aucun décideur n’est susceptible de se sentir concerné par une recommandation de ce type.

17Le lecteur pourra vérifier les autres recommandations et leur potentiel d’impact auprès des décideurs, mais il me semble faible. Sur le fond, si la cible était d’élaborer des recommandations pour des décideurs, il me semble que l’approche qui a été suivie n’est pas adaptée. C’est un texte très érudit, très construit, très conceptualisant. Il est bien plus utile aux futurs enseignants et ferait une excellente base pour les formateurs d’enseignants comme base curriculaire à ce que sont les technologies, les ressources et l’enseignement. Mais il ne me paraît pas de nature à emporter des décisions de décideurs.

18Est-ce à dire que ceux-là seraient incapables de s’immerger dans une complexité de savoirs pour prendre des décisions ? Il faudrait le vérifier. Mais, par exemple, il est certain qu’un schéma repris pour expliquer ce qu’est une ressource libre, tout à fait intéressant du point de vue de la compréhension de l’objet étudié, n’a aucune chance de rencontrer l’intérêt d’un décideur qui devrait, par raisonnement itératif, faire le choix de politiques dans le sens des initiateurs. J’ai le sentiment que c’est même l’inverse.

19La bibliothèque de l’UNESCO est fort riche. Sous ses auspices, des travaux d’un très grand intérêt se développent et particulièrement en ce qui concerne le numérique. C’est sans doute une ressource insuffisamment mobilisée. Pour le laboratoire EDA de l’Université Paris Descartes, c’est une vraie reconnaissance que de pouvoir animer une équipe aussi diverse et mondiale. Le résultat aboutit à un document de savoirs savants de grande qualité avec la volonté remarquable de le rendre accessible à des pédagogues non spécialistes du numérique. S’il est bien diffusé, il est probable qu’il constituera une référence dans de nombreux travaux et mémoires, il est moins certain que les recommandations seront la base de politiques nouvelles. Justement, pour ce qui concerne les objectifs de développement N° 4, la question est de savoir si le guide pratique de développement des REL va au contraire trouver un terrain favorable à sa mise en œuvre. Une des cibles évidentes concerne l’espace anglophone. Mais l’UNESCO avec la version française, cherche à l’étendre à la Francophonie.

20Au-delà des approches, dont ces deux productions sont porteuses, les politiques de développement sont en constantes recherches de leurs inspirations. Peut-on dire de leurs doctrines ? En regard des appels d’offres des financeurs internationaux qui avaient la volonté d’obtenir des structurations de projets avec de potentielles retombées durables dans les systèmes éducatifs visés, assiste-t-on à un retour de balanciers avec des considérations plus ouvertes, recommandations, guides pratiques, charges aux États d’en faire quelque chose et de bâtir des politiques ?

Haut de page

Bibliographie

Puimatto, G. (2017).  L’IFADEM, former les maîtres à l’échelle de la francophonie. Distances et médiations des savoirs, 17. Récupéré le 9 mars 2020 de : http://journals.openedition.org/dms/1781

Bibliothèque numérique de l’espace universitaire francophone : https://idneuf.auf.org/bibliotheque/

Objectifs de développement durable : https://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/objectifs-de-developpement-durable/

UNESCO-MGIEP : https://mgiep.unesco.org

Commonwealth of Learning : https://www.col.org

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/dms/docannexe/image/5523/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Jaillet, « Les ressources éducatives libres pour sauver le monde (de l’éducation) ou repenser l’éducation avec le numérique pour améliorer la qualité ? »Distances et médiations des savoirs [En ligne], 31 | 2020, mis en ligne le 28 septembre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/dms/5523 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dms.5523

Haut de page

Auteur

Alain Jaillet

Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire BONHEURS plateforme Technologique TECHSOLAB
alain.jaillet@u-cergy.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search