Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Note de lectureQuelles plateformes pour accompag...

Note de lecture

Quelles plateformes pour accompagner la digitalisation des organismes de formation continue ?

Monique Grandbastien
Référence(s) :

Forum des acteurs de la formation digitale (2021). LMS : comment choisir sa plateforme ? Récupéré le 15 mars 2021 de : http://www.fffod.org/nos-activites/publications/article/guide-lms-mooc-comment-choisir-sa-plateforme-edition-2021

Texte intégral

Les organismes de formation en temps de confinement

1Chaque début d’année, la publication de la nouvelle édition du guide « LMS : comment choisir sa plateforme » est l’occasion pour le FFFOD1 de faire le point sur de nouvelles fonctionnalités offertes aux formateurs et aux stagiaires utilisateurs de ces plateformes et de développer pour ses lecteurs quelques thèmes d’actualité. Avant d’en rendre compte, en cette année de pandémie, il est intéressant d’élargir l’analyse et de se demander aussi comment les structures de formation regroupées au sein du FFFOD ont réagi aux confinements, et si elles étaient mieux préparées que les écoles et les universités pour y faire face. D’emblée en page 2 du document, Aurélia Bollé, déléguée générale du FFFOD, nous enlève toute illusion : « La crise du Covid 19 a révélé la faible digitalisation des structures de formation qui ont dû dans l’urgence se projeter dans le distanciel. » Elle poursuit en indiquant que 79,4% des organismes ayant répondu à une enquête ont mis en place du distanciel pendant le confinement, ce qui « traduit la capacité d’adaptation des organismes face à une situation nouvelle et complètement inédite et c’est un premier pas vers la digitalisation. » Mais plus loin elle note : « la majorité des organismes ont mécaniquement essayé de reproduire à distance la formation présentielle en utilisant massivement les outils de visioconférence. … Les organismes qui ont été capables d’assurer une véritable continuité pédagogique sont ceux qui avaient déjà expérimenté la multimodalité ».

2Notons que pour accompagner au mieux les acteurs de ces formations, le FFFOD a mis en place dès la fin du mois de mars 2020 une série de webinaires proposant recommandations et bonnes pratiques pour le déploiement de formations à distance, webinaires qui sont encore accessibles sur leur site Web.

Le FFFOD et le guide des plateformes

3Il est important de savoir ce qu’est le FFFOD2, éditeur du guide « LMS : comment choisir sa plateforme » car le guide s’inscrit dans une histoire et dans un ensemble d’activités et de productions complémentaires. Le site précédemment référencé indique que « créée en 1995, l’association FFFOD s’engage à optimiser les savoir-faire, les plans d’action et la stratégie de ses adhérents au plus près des enjeux et du contexte de développement des formations digitales en formation professionnelle continue et dans l’apprentissage. L’association regroupe à ce jour une centaine d’organismes et indépendants, tous impliqués dans le développement du numérique pour la formation, des formations digitales ou/et des FOAD. »

4Le guide est édité depuis 2015. Il existe une grande variété de plateformes et le FFFOD souhaite donner à ses partenaires des critères de choix objectifs. L’architecture idéale n’existant pas, l’objectif est d’aider à « trouver la plateforme qui s’intègre au mieux dans votre écosystème de formation ». Chaque année, un groupe de travail composé de membres du FFFOD se charge d’étudier et d’échanger informations et expériences sur les plateformes de formation. Le résultat comprend, en une quarantaine de pages, une explication de la méthodologie utilisée, notamment des principaux critères retenus et des raisons qui ont conduit à ces choix, des tableaux résumant les réponses faites par les offreurs de plateformes à un questionnaire en ligne comptant plus de 250 questions et des développements sur des sujets particuliers d’actualité.

Le concept de plateforme de formation

  • 3 Le sigle anglais LMS (Learning Management System) est le plus souvent traduit par plateforme de for (...)

5Le concept de plateforme de formation3 est apparu il y a un peu plus d’une vingtaine d’années avec le développement d’Internet et la généralisation de l’accès aux réseaux. On trouve une première revue de produits dans un document du Préau (Bouthry et al, 2000). Ce support numérique étant devenu un vecteur incontournable des formations à distance, plusieurs auteurs de DMS ont mentionné les plateformes dans leurs écrits au fil des années sans que ce soit leur sujet essentiel. Récemment, en 2018, V. Bullich utilise dans le titre de son article (Bullich, 2018) le néologisme de « plateformisation » pour parler d’un éventuel mouvement induit par le développement des plateformes dont il propose la définition suivante : « dans le langage usuel, une plateforme se rapporte généralement à un dispositif numérique accessible par Internet et mis en place afin de produire un service d’intermédiation entre, d’une part, des acteurs qui proposent un bien ou un service et, d’autre part, des acteurs qui demandent à en bénéficier ».

6Si les études passées ont permis de conceptualiser la notion de plateforme, voire de montrer en quoi la technologie sous-jacente peut influencer l’offre et les modalités de formation en ligne, le guide du FFFOD nous offre un instantané sur la réalité de ces dispositifs numériques au travers de la description d’une quarantaine de plateformes parmi un nombre encore plus grand de produits disponibles sur le marché et utilisées par des organismes de formation. Les différents services offerts peuvent certes être vus comme des propositions des créateurs et diffuseurs de plateformes, mais aussi comme autant d’indicateurs de besoins exprimés par les acteurs de formation. Enfin, le guide émane d’un collectif de professionnels de la formation continue, qui, au-delà de la collation des réponses à leur enquête annuelle, soulignent chaque année des points d’évolution ou de focalisation qui sont autant d’apports d’informations et de sources de questionnement.

Les caractéristiques retenues pour une plateforme

7Le guide veut permettre des comparaisons globales, cependant il faut être conscient du fait que certaines plateformes sont dites « propriétaires » alors que d’autres sont « open source ». Dans le premier cas, les informations du guide reposent sur les réponses des éditeurs alors que dans le second cas les informations proviennent de tests effectifs. Certaines caractéristiques ne peuvent être identiques, par exemple, pour un LMS propriétaire, on suivra l’évolution du nombre de clients, le chiffre d’affaires et les éventuels fusions-rachats alors que, pour un LMS open source, on analysera les avis des communautés d’utilisateurs.

8Parmi les caractéristiques retenues, certaines concernent davantage des fonctions ou services offerts aux apprenants et aux formateurs, d’autres sont davantage relatives à la gestion des formations du point de vue du suivi des stagiaires, par exemple pour des certifications ou pour rendre compte de leur participation effective dans le cadre d’obligations légales, et du point de vue de la facturation. Je vais plutôt détailler les premières. Dans le guide, elles sont organisées en catégories, les 7 ou 8 premières sont stables par rapport aux éditions précédentes, ce qui facilite l’analyse des évolutions, la dernière, nouvelle, rend compte du critère d’accessibilité sur lequel nous reviendrons dans le paragraphe suivant.

9La première, intitulée « pédagogie » contient les fonctions de création de contenus, de positionnement et d’évaluation des stagiaires, de prescription et d’individualisation des contenus, de modalités de collaboration, d’accompagnement et de tutorat. Notons que le guide 2021 revient de façon plus détaillée sur les outils auteurs, les notions de création de contenus, de propriété intellectuelle, d’interopérabilité.

10La seconde, intitulée « design et ergonomie » concerne le côté utilisateur, avec la possibilité d’utiliser un smartphone, l’ergonomie de l’application, les fonctions de gamification et les autres outils fournis à l’utilisateur.

11La troisième est « technique » et comprend les questions de sécurité, d’interfaçages avec d’autres applications, de gestion des droits des différents acteurs, de mobilité et une caractéristique ajoutée en 2020, la conformité à la RGPD. Selon la catégorie, on trouve aussi une appréciation sur l’assistance à l’utilisation ou des indications sur l’installation ou la prise en main. Mentionnons enfin les fonctions de suivi et reporting, de gestion et validation de compétences, d’attribution de badges.

Accessibilité numérique et accessibilité pédagogique

12Ces deux sujets font l’objet d’un focus dans ce guide 2021. En France, l’obligation d’accessibilité numérique est définie dans la loi de 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes en situation de handicap. Elle a été suivie par la publication d’un référentiel, le RGAA 4 (RGAA, 2019), permettant de construire des interfaces d’accès aux systèmes, dont les LMS, conformes aux besoins. Ensuite il faut publier des contenus eux-mêmes conformes, par exemple des vidéos sous-titrées pour les malentendants. Enfin, les formateurs auteurs des ressources peuvent être aussi en situation de handicap et leurs outils doivent également être adaptés. Mais la mise en conformité a progressé très lentement. Heureusement, la loi de 2016 « pour une République Numérique » et une directive européenne de 2018, qu’il a fallu transcrire dans le droit français, sont venues relancer le processus. Pour une étude plus détaillée de l’accessibilité numérique, on pourra lire par exemple le rapport du Conseil national du numérique (Cnum, 2020).

13Les auteurs du guide relient cette question à la notion de pédagogie différenciée, nommée ici inclusive : « Vous avez vérifié la compatibilité RGAA de vos outils et de vos contenus, vous avez mis en place des options pour permettre à tous d’accéder à vos parcours de formation : bravo. La première étape est validée, vous allez pouvoir accueillir TOUS les publics sur votre LMS. Votre seconde mission : qu’ils y restent ! ». Ils nous proposent de prendre en compte des travaux sur la pédagogie inclusive qui doit « favoriser la motivation des étudiants, assurer leur persévérance, favoriser l’inclusion de tous en répondant au mieux aux besoins de chacun, diminuer la stigmatisation des étudiants en échec et limiter l’augmentation du nombre de mesures d’ajustements a posteriori ». Ces objectifs nécessitent à l’évidence un savoir-faire spécifique qui ne s’improvise certainement pas au lendemain d’un confinement.

Conclusion

14Le guide se termine par la présentation des tableaux de synthèse analysant 16 plateformes propriétaires et 7 plateformes open source. Je voudrais toutefois prolonger cette note en évoquant le futur des plateformes, notamment à la lumière des récentes contributions de Joris Felder dans DMS (Felder, 2020). Cet auteur propose de reprendre le concept d’environnement personnel d’apprentissage pour centrer la modélisation de la formation sur l’apprenant. Le concept de pédagogie inclusive y invite aussi. Du point de vue des plateformes, cela invite à mettre l’accent sur beaucoup plus de flexibilité, d’ouverture, d’interopérabilité, de personnalisation, de prise en compte de compétences acquises directement sur le flux de travail. Et tout cela en intégrant les aspects législatifs, les besoins des entreprises et ceux des apprenants, le traitement des données d’interaction dans le respect du RGPD, donc un très vaste chantier que nous serons amenés à revisiter.

Haut de page

Bibliographie

Bouthry, A., Chevalier, P., Ravet S. et Schaff J.-L. (2000). Choisir une solution de téléformation : étude 2000. Paris : Le Préau.

Bullich, V. (2018). La « plateformisation » de la formation. Distances et médiations des savoirs, 21. Récupéré le 16 février 2021 de : http://journals.openedition.org/dms/2096

Conseil national du numérique (2020). L’accessibilité numérique, entre nécessité et opportunité. Récupéré 14 mars 2021 de : https://cnnumerique.fr/files/uploads/2020/rap-cnnum-accessi-6.pdf

Felder, J. (2000). Comment prendre en compte l’apprenant autrement que formellement dans la formation ? Distances et médiations des savoirs, 32. Récupéré le 16 mars 2021 de : https://journals.openedition.org/dms/5912

Direction interministérielle du numérique (2019). Référentiel général d’amélioration de l’accessibilité. Récupéré le 14 mars 2021 de : https://www.numerique.gouv.fr/publications/rgaa-accessibilite/obligations/#rappel-du-champ-dapplication

Haut de page

Notes

1 FFFOD : Forum des acteurs de la formation digitale, http://www.fffod.org

2 http://fffod.org/le-fffod/article/missions

3 Le sigle anglais LMS (Learning Management System) est le plus souvent traduit par plateforme de formation, bien que d’autres termes soient parfois utilisés comme système de gestion de l’apprentissage ou environnement numérique d’apprentissage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monique Grandbastien, « Quelles plateformes pour accompagner la digitalisation des organismes de formation continue ? »Distances et médiations des savoirs [En ligne], 33 | 2021, mis en ligne le 16 mars 2021, consulté le 15 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/dms/6224 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dms.6224

Haut de page

Auteur

Monique Grandbastien

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search