Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34TémoignagesJacques Wallet, un scientifique h...

Témoignages

Jacques Wallet, un scientifique humaniste, un expert des technologies et un homme d’action au service du développement des pays africains

Marguerite Altet

Texte intégral

Une rencontre

1J’ai rencontré Jacques Wallet à Nantes lorsque, directrice de l’IUFM, j’ai participé avec la Région des Pays de la Loire à la mise en place de l’Université virtuelle, une université ligérienne, numérique et régionale, un portail de mutualisation des ressources pédagogiques et des formations en ligne fournies par les trois universités de la région (Maine, Angers, Nantes) et l’IUFM de l’Académie, avec un tutorat en licence et l’ouverture de nouvelles formations en ligne correspondant à des besoins économiques et sociaux régionaux. J’avais invité Jacques à faire la conférence d’ouverture et j’ai tout de suite apprécié ses propos mesurés, raisonnés sur « le virtuel », présenté non pas comme panacée au secours du « présentiel », mais comme un appui complémentaire par un tutorat en ligne, comme un nouveau moyen pour diminuer le taux d’échec en premier cycle par le suivi que permettait l’université virtuelle. Nous ne partagions pas le même champ de recherches et je n’étais pas spécialiste des nouvelles technologies, mais lors de nos échanges, nous avons pris conscience de nos nombreux points communs et une complicité est vite née qui s’est développée lors de divers projets partagés au sein de l’AUF, l’Agence Universitaire de la Francophonie.

Des points de vue partagés

2Nous avions une même conception des sciences de l’éducation dans leur double fonction, fonction scientifique de production de modèles d’intelligibilité et fonction transformative d’utilité sociale avec les apports à la formation centrée sur le développement professionnel et la professionnalisation des acteurs des systèmes éducatifs. Comme moi, Jacques défendait la pluralité des SEF, une « approche plurielle » de son champ de recherches et avait des cadres de référence issus de différentes disciplines : sciences de l’éducation, mais aussi sciences de la communication, sciences de l’ingénieur, psychologie, sociologie. Nous partagions l’idée que ce qui définit la spécificité des SEF, c’est la « circulation des questions entre le pôle des savoirs, celui des pratiques et des finalités » pour reprendre B. Charlot (1995). Il insistait aussi sur la rigueur des méthodologies de recherche et l’importance du croisement de méthodologies si le chercheur veut prendre en compte le sens donné par les acteurs ou comprendre le sens de ce qui est étudié, ou encore sur la nécessaire articulation et cohérence entre problématique, empirie, méthodologie. Il a fortement œuvré par ses travaux novateurs à faire émerger dans la recherche en Sciences de l’éducation, la question des technologies éducatives, de l’enseignement en ligne, de la FAD, des réseaux numériques, autant du point de vue épistémologique que méthodologique. Et tout comme moi, il pensait que la recherche française avait tout à gagner à des confrontations internationales et s’est impliqué dans de nombreux réseaux francophones.

3Sur la conception de la pédagogie, il mettait aussi l’apprenant au centre et insistait sur la fonction d’accompagnement de l’enseignant. Il ne rejetait pas, comme d’autres chercheurs de son domaine, l’enseignement présentiel, mais mettait en avant la complémentarité, l’intérêt et les spécificités de l’enseignement en ligne. Il ne minorait pas les difficultés à prendre en compte quand les savoirs sont médiatisés dans des situations d’apprentissage complexifiées par le dispositif, il en faisait un objet de réflexion.

4De plus, notre parcours professionnel assez semblable nous rapprochait : pédagogues, formateurs en École normale dans le cadre de la coopération en Afrique pendant plus de dix ans, Jacques en Côte d’Ivoire, au Mali, moi au Tchad et au Sénégal dans le cadre de la formation initiale des enseignants, Jacques chargé du développement de l’audio-visuel, moi à l’ENS de Dakar de la vidéo-formation et du micro-enseignement, nous nous sommes retrouvés autour d’une conception commune de l’importance du développement de la recherche en ASS et un partage des enjeux des actions de formation des acteurs, Jacques soucieux de toucher le plus grand nombre d’acteurs par la formation à distance, créant des réseaux, moi formant en présentiel à petite échelle au plus près de pratiques effectives observées. Ce sont ces points communs qui nous ont amenés à travailler, réfléchir ensemble et à collaborer pour l’AUF, la collaboration un terme qui caractérise si bien l’action constante – en actes – de Jacques que je vais m’efforcer de décrire fidèlement.

Jacques, le chercheur « passeur d’idées » et « facilitateur de recherches »

5Je laisse aux spécialistes le soin de présenter l’ensemble de l’œuvre originale du Professeur Jacques Wallet en recherche sur l’audio-visuel, la FAD, Formation à distance, le numérique. À propos de l’Afrique le caractère frappant au niveau de la recherche chez Jacques, c’est qu’il a vraiment privilégié la formation de chercheurs du Sud en éducation en créant d’abord le MARDIF à l’Université de Rouen (Master recherche à distance francophone) premier Master à distance de qualité pour des étudiants étrangers, puis en dirigeant 25 thèses de doctorat, avec des doctorants africains dont les terrains de recherche se situaient au Gabon, Sénégal, Togo, Bénin, Liban, Cap-Vert…, il a été un chercheur, « passeur » d’idées, il a tout fait pour favoriser les productions de chercheurs africains, il les a accompagnés au sens de cheminer auprès d’eux avec empathie, en les écoutant, en prenant en compte les contextes avec pour objectif de mettre en avant les compétences locales et d’œuvrer pour l’avenir, en vrai ami de l’Afrique qu’il était. Dans le projet OPERA « Observation des pratiques enseignantes dans leur rapport aux apprentissages » de recherche et formation mené au Burkina Faso (2015-2018) que je coordonnais pour l’AUF avec Nacuzon Sall et Afsata Paré et dont il assurait le suivi, il a été à l’origine du lancement de trois bourses de Doctorat autour des « Pratiques enseignantes », a recruté les doctorants et les a soutenus et accompagnés jusqu’à leur soutenance. Quant au programme APPRENDRE (2019-2024) « Appui à la professionnalisation des pratiques enseignantes et au développement de Ressources », qu’il a impulsé, on lui doit l’important volet consacré à la recherche, aux appels d’offres qu’il a mis en place pour les pays du sud, avec un financement conséquent des projets de recherche et un accompagnement par des laboratoires du Nord pour former un vivier critique de chercheurs de recherche en éducation. Développer les capacités des chercheurs africains à travers des recherches contextualisées, des travaux interrégionaux, produire des nouveaux savoirs sur les problématiques du Sud pour rendre intelligibles des processus endogènes et améliorer la qualité de l’éducation était pour lui un enjeu primordial pour lequel il s’est battu.

Jacques, l’entrepreneur, le concepteur de projets 

6Dans le champ des technologies, que Jacques a joué un rôle essentiel pour l’Afrique : expert du champ, il fut un homme d’action, pragmatique, un monteur de projets, un entrepreneur un stratège : Jacques avait une grande intelligence des situations et un vrai sens stratégique et politique. Il faisait des analyses toujours justes des systèmes ; il avait des idées, des projets, des objectifs, une vision qu’il défendait fermement. Sa vision du développement des systèmes éducatifs africains, il la pensait au niveau des nouvelles technologies, mais en stipulant que « penser la technique c’est penser la question du développement ». Pour Jacques le saut technologique lié à Internet devait être, plus qu’ailleurs en Afrique, synonyme de progrès économiques, structurels, éducatifs et socioculturels. Il insistait sur ce que les technologies permettent vraiment en ASS : les réseaux, la formation des cadres des systèmes éducatifs, la formation des formateurs, des personnes-ressources, le renforcement des capacités pour améliorer la qualité de l’éducation. Comme coordonnateur du projet RESAFAD « Réseau africain de formation à distance » (1995/2006), puis coordonnateur du réseau de recherches en TICE de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) « RESATICE » (2008-2012) avec Pierre-Jean Loiret, il a porté à bout de bras ces projets, malgré les obstacles, et leur réussite lui revient largement. De même, dans sa coordination du groupe d’experts auprès de l’Initiative Francophone pour la Formation à distance des Maîtres « IFADEM » (OIF/AUF), il a joué un rôle clef, et d’après ses collègues, ses interventions appropriées, toujours justes ont contribué au développement, au maintien, au succès de ce beau projet qui a formé des milliers d’enseignants dans de nombreux pays d’Afrique. À ce niveau, Jacques savait être un meneur d’hommes, à la fois un homme de caractère et de convictions et un diplomate et souvent dans l’ombre, il parvenait à solutionner les situations de blocage.

Jacques, le collaborateur, l’accompagnateur professionnel

7Mais là où j’ai personnellement pu apprécier le plus ses qualités intellectuelles et humaines, ses valeurs d’émancipation de l’école c’est dans son accompagnement du projet OPERA que j’avais lancé au Burkina Faso, une recherche par observation sur l’enseignement-apprentissage et des outils de formation issus de la recherche pour formateurs et enseignants ; Jacques partagea ce qui me semblait une urgence : aller observer ce qui se passe effectivement dans les classes des pays de l’ASS et à partir du diagnostic de la recherche, repérer des pratiques « porteuses d’effets », concevoir avec des inspecteurs et des formateurs des outils d’analyse des pratiques afin de former les enseignants à prendre conscience de leurs pratiques et à les modifier pour changer leur regard sur l’apprenant et améliorer les apprentissages. Tout au long du projet, Jacques, chargé du suivi, m’épaula, m’aida à en éviter les dérives, à voir plus clair, à prendre les bonnes décisions. Je me revois à Koudougou, décrivant une situation problématique, lui écoutant, interprétant toujours avec bienveillance, dénonçant certains choix et faisant toujours preuve de pertinence dans l’analyse des situations. Nous avons vraiment collaboré, c’est-à-dire appris ensemble ; par son attitude bienveillante, chaleureuse, toujours humble, Jacques a illustré pour moi ce qu’est une véritable posture d’accompagnement : se joindre avec, faire avancer contre, veiller, contribuer à donner une visée à l’autre, le reconnaître tel qu’il est et le faire progresser.

8Puis quand Pierre-Jean Loiret, Directeur des partenariats de l’AUF, suggéra une dissémination du projet OPERA en CASAMANCE (2017, projet PAEBCA-OPERA), Jacques me contacta pour me proposer le couplage de tablettes numériques avec les outils conceptuels d’analyse conçus dans OPERA pour renforcer l’analyse de pratiques des enseignants : 200 tablettes numériques ont alors été remises dans les écoles primaires pour enregistrer les pratiques enseignantes et les activités des élèves, puis utilisées par les enseignants dans les CAP, Cellules d’Animation Pédagogique, seuls en équipe entre collègues ou avec un Conseiller pédagogique, pour analyser les pratiques observées et visionnées à l’aide de fiches d’analyse ciblées sur des besoins et contextualisées, outils conçus par des inspecteursque j’avais eus en formation ; ces séances permettant de prendre conscience des pratiques, de leurs effets et produisant des changements de pratiques en prenant en compte l’amélioration des apprentissages. L’initiative de Jacques avec ce couplage du numérique et de fiches a porté ses fruits et la recherche que Jacques a ensuite menée sur ce projet a pu montrer que les enseignants ont modifié leurs pratiques, qu’ils se sentent valorisés par les meilleurs résultats obtenus et s’engagent à présent dans les CAP en équipe, dans un processus d’innovation et/ou de développement professionnel.

9Et c’est alors à partir des résultats obtenus par le projet OPERA et de sa volonté d’agir à plus grande échelle sur le renforcement des capacités des acteurs par un accompagnement professionnel, que Jacques a conçu le programme APPRENDRE « Appui à la professionnalisation des pratiques enseignantes et au développement de ressources » (2018) et que nous avons ensemble rédigé les plaquettes de présentation de cette « plateforme d’expertise pour la qualité » proposant différentes formes d’accompagnement professionnel, illustrées par des études de cas : la professionnalisation par l’analyse des pratiques, la supervision pédagogique, la collaboration entre pairs, la rénovation de la formation initiale ou continue, l’ingénierie de formation, le développement de ressources pédagogiques, didactiques, numériques. Ce programme a été conçu comme un Appui élaboré à partir de la demande et du choix des priorités des pays, visant à la fois à professionnaliser les acteurs par une prise en mains de leur métier et un développement professionnel. C’est ce magnifique projet original à destination de 26 pays d’Afrique francophone que tu as porté et accompagné Jacques en tant que Vice-président du conseil scientifique du Programme APPRENDRE et que je mets en œuvre sur le terrain avec d’autres experts à travers des GTE, Groupes Thématiques d’Expertise et des Ateliers de formation et de co- production de ressources, maintenant sans toi pour m’accompagner, mais, avec gravés en moi nos échanges, nos réflexions partagées, nos écrits communs, nos bons moments de collaboration et aussi à côté des séances sérieuses de travail, il y avait toujours des moments de détente avec ton humour, tes blagues, ton sourire et notre complicité .

10Oui, Jacques, tu vas vraiment me manquer, manquer à nos partenaires africains pour lesquels tu as œuvré avec passion, manquer à la Direction, à l’équipe de coordination de l’AUF à Paris, à Dakar, à Yaoundé auxquelles tu as tant apporté, mais nous allons poursuivre ton travail et mener à bien ce programme avec l’énergie que tu nous as donnée !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marguerite Altet, « Jacques Wallet, un scientifique humaniste, un expert des technologies et un homme d’action au service du développement des pays africains »Distances et médiations des savoirs [En ligne], 34 | 2021, mis en ligne le 24 juin 2021, consulté le 01 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/dms/6250 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dms.6250

Haut de page

Auteur

Marguerite Altet

Professeure émérite de l’Université de Nantes, CREN

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search