Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34TémoignagesUn parcours commun de près de 20 ...

Témoignages

Un parcours commun de près de 20 ans au service de la Francophonie numérique

Christian Depover

Texte intégral

1Mon parcours commun avec Jacques Wallet remonte à 2002 et plus précisément à la première réunion du comité scientifique de Distances et savoirs à laquelle nous étions tous deux conviés par Martine Vidal. Très rapidement, au milieu de ces chercheurs issus essentiellement d’universités et d’associations françaises, nous nous sommes côtoyés et, comme il le fera souvent par la suite, Jacques m’a éclairé sur les tours et détours du monde de la recherche en France dans les domaines que nous partagions.

  • 1 Master à distance international francophone
  • 2 Utilisation des TIC Dans l'enseignement et la formation

2Une autre filiation commune nous a amenés à poursuivre et à approfondir nos relations. Il s’agit de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) qui nous a rapprochés tout d’abord à travers les projets de formation à distance que nous pilotions chacun de notre côté. Pour Jacques, le Master MARDIF1 et, en ce qui me concerne, le MASTER UTICEF2 (en collaboration avec mes collègues Alain Jaillet et Daniel Peraya). Par la suite, à l’initiative de son conseil scientifique et avec le soutien précieux de Didier Oillo et de Pierre-Jean Loiret, l’AUF a décidé de créer un réseau de chercheurs en technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (RESATICE) et a désigné Jacques comme coordinateur de ce réseau auquel j’ai participé en qualité de membre du comité scientifique. Grâce à l’animation ferme, mais toujours bienveillante de Jacques, ce réseau a constitué, pour les chercheurs qui y ont été associés, des occasions inespérées de rencontres et de partages par rapport aux problématiques liées à la technologie éducative en particulier en contexte africain. Comme l’illustre le choix de nos lieux de rencontres (Bucarest, Tunis, Ouagadougou, Rouen, Rabat et Dakar) et des séminaires (usages du numérique dans l’enseignement supérieur, méthodologie de recherche en technologie éducative…) qui y ont été organisés, ce réseau, qui a compté plus 500 membres, a rempli une réelle fonction de rayonnement de la recherche en technologie éducative à travers toute la Francophonie.

3L’initiative francophone pour la formation à distance des maîtres (IFADEM) a été une autre occasion qui m’a été offerte de collaborer avec Jacques en partageant nos intérêts communs pour la formation à distance et pour l’Afrique. Lancée sous les auspices communs de l’Organisation internationale de la Francophonie et de l’Agence universitaire de la francophonie, IFADEM s’est déployée à ce jour dans 15 pays, dont 13 pays d’Afrique subsaharienne. Au sein du groupe d’experts IFADEM, Jacques a rempli, pendant plusieurs années, une fonction de coordination dans le cadre de laquelle son expérience de l’Afrique a été d’un apport très précieux.

4Ces nombreuses expériences partagées nous ont donné l’occasion de participer à plusieurs publications communes sur lesquelles je souhaiterais maintenant revenir à l’occasion de ce texte d’hommage au travail et à l’œuvre de Jacques Wallet.

5Tout d’abord, nous avons partagé la coordination d’un numéro spécial de Distances et savoirs intitulé « Formation à distance, multiples Sud ». À cette occasion, nous mettions en évidence à la fois la ligne de fracture numérique qui séparait les pays du Nord et ceux du Sud, mais aussi la diversité qui existait entre les pays se retrouvant dans la catégorie Sud en soulignant que la frontière se situait plutôt au niveau du Sahara qu’à celui de la Méditerranée. Depuis, il faut bien reconnaître que la réalité n’a guère changé du moins en ce qui concerne la structuration du numérique dans le champ éducatif. Par contre, le développement de la téléphonie mobile apporte aujourd’hui des opportunités nouvelles qui ne demandent qu’à être exploitées comme cela a été notamment le cas à Madagascar puis au Sénégal en matière de formation des maîtres à travers l’Initiative IFADEM que nous avons déjà évoquée dans ce texte.

6Si l’infrastructure technique a évolué depuis 2008, date de parution du numéro de Distances et savoirs déjà évoqué, les déficits qui pénalisent le développement du numérique éducatif en Afrique en particulier en Afrique subsaharienne restent bien présents : déficits en ressources humaines formées à la recherche sur le numérique éducatif malgré les nombreuses initiatives qui ont vu le jour et auxquelles Jacques Wallet a activement participé, comme c’est le cas des formations à distance soutenues par l’AUF, d’abord portées par des universités du Nord puis, par la suite, par des universités du Sud qui ont pu de cette manière rayonner dans leur région. Le soutien aux doctorants issus du Sud a également été une préoccupation permanente pour Jacques, ce qui l’a amené à diriger avec succès plus d’une vingtaine de thèses portant sur divers pays d’Afrique et du Proche-Orient. Ce souci de favoriser la promotion de la recherche universitaire dans les pays du Sud et par ce biais, de contribuer à réduire le déficit en études scientifiques que nous déplorions à l’époque l’a également conduit à apporter son soutien au prix Louis D’Hainaut de la meilleure thèse en technologie éducative créé conjointement par l’université de Mons et l’AUF. À cette occasion, j’ai pu apprécier l’importance que Jacques Wallet accordait à la recherche de l’excellence sous toutes ses formes dans les travaux qu’il a été amené à examiner ainsi que la justesse des jugements qu’il émettait toujours sous une forme nuancée plutôt pour aider les auteurs à se dépasser que pour sanctionner certaines faiblesses. Un troisième ordre de déficits cités concerne une thématique qui était chère à Jacques Wallet, à savoir l’illusion confortable que ce qui a bien fonctionné dans le Nord ne peut que réussir dans le Sud. À l’époque, nous dénoncions cette tendance au vu de certaines expériences négatives qui avaient, explicitement ou non, été construites sur cette hypothèse fallacieuse comme cela a été notamment le cas pour l’université virtuelle africaine qui faisait d’ailleurs l’objet d’un article de Pierre-Jean Loiret dans le numéro de Distances et savoirs dont il est question ici. Depuis, malgré l’essor des formations à distance Sud-Sud portées notamment par l’AUF, cette idée a continué à s’enraciner dans le subconscient collectif des décideurs en matière pédagogique suite à l’ambition dominatrice affichée par des formes nouvelles de formation à distance connues sous l’acronyme MOOC (Massive Open Online Course). Il s’agissait, pour les partisans de ces cours massifs, de mettre les meilleurs cours (essentiellement issus des meilleures universités nord-américaines et accessoirement européennes) à la disposition de tous et, de cette manière, de contribuer à répondre au déficit de formations de pointe en particulier dans les pays les plus pauvres. Même si l’ambition des MOOC s’est retreinte avec le temps, l’idée d’insuffler la connaissance dans les classes africaines à partir de modèles préformatés par des experts du Nord, a repris vigueur depuis quelques années en dépit des mises en garde répétées des spécialistes de l’éducation en contexte Sud dont Jacques était un des porte-parole les plus actifs. Le mouvement des ressources libres en ligne, très louable au demeurant, pourrait si l’on n’y prend garde, suivre le même chemin en contribuant à l’édification d’un pipe-line pédagogique qui relierait les pays du Nord richement pourvus aux pays du Sud où les besoins sont criants, ce qui ferait courir le risque d’appauvrir les gisements locaux de matériel pédagogique adapté aux réalités africaines.

7L’édition de l’ouvrage « La recherche en technologie éducative » constitue une autre aventure éditoriale partagée avec Jacques Wallet. Celle-ci s’inscrit dans le cadre des activités du réseau RESATICE déjà évoqué précédemment. Il s’agissait, par cet ouvrage, de combler le vide constaté dans la littérature francophone en matière de recherche en technologie éducative. À l’occasion de cet ouvrage, Jacques Wallet a tenu à mettre en évidence l’éventail des disciplines contributives au champ de la technologie éducative qui en font à la fois sa richesse et sa complexité. En proposant d’utiliser le terme « coalition » pour caractériser les relations qu’entretiennent ces disciplines avec la technologie éducative, il s’agissait pour Jacques Wallet de souligner le fait que, dans cette contribution, chaque discipline gardait sa spécificité et ses particularismes et conservait aussi les méthodologies de recherche qui lui sont propres, ce qui constitue sans nul doute un enrichissement considérable pour la recherche en technologie éducative. C’est clairement dans une approche exploitant la complémentarité des méthodologies tout en évitant de privilégier une approche au détriment des autres, que s’est inscrite l’œuvre de Jacques Wallet. C’est ainsi qu’il a été amené à dénoncer le technocentrisme qui se focalise sur la machine et le logiciel, mais aussi l’approche didactiviste qui, en s’intéressant exclusivement à la didactique des disciplines, a tendance à considérer le média technologique comme totalement transparent.

8Nous avons déjà évoqué IFADEM comme un projet qui nous tenait tous deux à cœur. À l’initiative de Jacques Wallet, le comité de coordination d’IFADEM a édité en 2016 un ouvrage de synthèse intitulé « Repenser la formation continue des enseignants en Francophonie. L’Initiative IFADEM ». Cet ouvrage aborde, en mobilisant une trentaine de contributeurs, plusieurs aspects essentiels de l’initiative parmi lesquels les enjeux linguistiques, les liens entre maîtrise du français et apprentissage des disciplines non linguistiques, les enjeux en matière d’évaluation, la notion d’accompagnement et de tutorat, l’apprentissage mobile et l’usage du numérique, la dimension recherche, les enjeux financiers et politiques… Dans le prolongement de cet ouvrage et pour témoigner des développements récents d’IFADEM, un nouvel ouvrage sera publié en 2021. Le comité d’experts d’IFADEM a unanimement souhaité que cet ouvrage soit publié en hommage à Jacques en témoignage de tout ce qu’il a apporté à l’initiative.

9Le dernier travail d’édition partagé avec Jacques Wallet (et Pierre-Jean Loiret) remonte à 2019 à l’occasion d’un ouvrage consacré aux effets du numérique sur l’éducation. Pour répondre à l’invitation conjointe de Georges-Louis Baron et de moi-même, Jacques Wallet et Pierre-Jean Loiret, nous ont proposé un texte intitulé « En matière d’usage du numérique en éducation, rien de nouveau au Sud ? Pas si sûr… » qui renvoie à une vision plutôt optimiste de l’évolution de la situation du numérique éducatif dans le Sud. En s’éloignant des partisans d’un pessimisme absolu et en se ralliant à ceux qu’il qualifie d’optimistes raisonnés, Jacques Wallet nous propose des perspectives réalistes pour l’avenir des technologies en éducation. Justifiant cette position, Jacques Wallet affirme qu’il n’est plus possible aujourd’hui de considérer que l’avenir technologique de l’Afrique est à jamais compromis au vu du taux de pénétration de la téléphonie mobile qui est aujourd’hui de près de 80 %, c’est-à-dire que le téléphone mobile touche huit personnes sur dix et devrait jouer un rôle d’accélérateur de croissance significatif durant les prochaines années. À l’inverse, compte tenu des résultats engrangés au fil des expériences menées en contexte africain, il est difficile de considérer que le numérique sera capable de révolutionner l’éducation dans un proche avenir en s’appuyant, comme le font miroiter certains, sur des approches promettant un ordinateur pour tous les élèves du primaire ou l’accès à des diplômes universitaires à moindre coût et à moindre effort. Il s’agit donc de trouver le moyen terme, le juste équilibre faute de quoi la crédibilité des technologies en éducation risque d’être à jamais compromise.

10Avant d’en terminer, je voudrais évoquer deux passions dont nous discutions volontiers au fil de nos rencontres avec Jacques : la mer et la voile. En souvenir de ces moments de partage, je te souhaite, à la manière du présentateur de Thalassa, bon vent ! Et soit assuré que pour moi, jamais, au grand jamais, ton trou dans l’eau ne se refermera.

Haut de page

Bibliographie

Depover, C. et Wallet, J. (2008). Formation à distance, multiples Sud. Distances et savoirs, 6(2), p. 179-186.

Depover, C., Dieng, P., Gasse, S., Maynier, J.-F. et Wallet, J. (2016). Repenser la formation continue des enseignants en Francophonie. Paris : Éd. des Archives contemporaines.

Wallet, J. (2009). Caractéristiques de la recherche en technologie éducative. Dans C. Depover (dir.), La recherche en technologie éducative. Paris : Éd. des Archives contemporaines.

Wallet, J. et Loiret, P.-J. (2019). En matière d’usage du numérique en éducation, rien de nouveau au Sud ? Pas si sûr… Dans G.-L. Baron, C. Depover (dir.), Les effets du numérique sur l’éducation. Regards sur une saga contemporaine. Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion.

Haut de page

Notes

1 Master à distance international francophone

2 Utilisation des TIC Dans l'enseignement et la formation

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Depover, « Un parcours commun de près de 20 ans au service de la Francophonie numérique »Distances et médiations des savoirs [En ligne], 34 | 2021, mis en ligne le 23 juin 2021, consulté le 01 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/dms/6263 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dms.6263

Haut de page

Auteur

Christian Depover

Université de Mons

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search