Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39La vie de la revueDMS-DMK aujourd’hui ? Enquête de ...

La vie de la revue

DMS-DMK aujourd’hui ? Enquête de lectorat 2021

DMS-DMK today ? 2021 Readership Survey
Mathilde Miguet et Françoise Paquienséguy

Résumés

Cet article fait le bilan de l’enquête de lectorat conduite par les deux auteures à la demande du comité scientifique de la revue DMS-DMK. 10 ans après la mise à disposition numérique et gratuite de la revue et près de 20 ans après la parution de son premier numéro, lorsqu’elle s’appelait encore D&S ; la Rédaction était soucieuse de recueillir la parole, les pratiques et l’avis de son lectorat. Ce texte rend compte, outre de la méthode suivie, de 11 points de résultat que les auteures ont extrait de la globalité de l’étude. Cette enquête, menée entre 2020 et 2021, l’a été en deux temps : une enquête en ligne et une série d’entretiens compréhensifs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Ce texte fait le bilan de l’enquête de lectorat conduite par les deux auteures à la demande du comité scientifique de la revue. Elle était justifiée par les changements profonds de nos pratiques documentaires professionnelles qui se passent très souvent désormais de la bibliothèque et de plus en plus des versions papier. Accessible sur OpenEdition depuis 2012, DMS-DMK est pleinement une revue scientifique numérique en ligne, disponible à l’international, sans distinction de public. En effet, c’est son positionnement qui est spécifique, non sa cible. L’idée de l’enquête de lectorat vient justement de ce lien entre revue et lectorat qui a engendré une question centrale à travailler : le positionnement de la revue est-il clairement perceptible par son lectorat et reste-t-il pertinent au regard de la concurrence dans un contexte d’édition ouverte ? Il faut rappeler ici que le champ de la revue se veut doublement ambigu, d’abord en liant les sciences de l’information et de la communication à celles de l’éducation, dans la lignée du rapprochement initié par Geneviève Jacquinot-Delaunay dès les années 1990 et ensuite en proposant à la fois des réflexions théoriques et des retours d’expériences concrètes de terrain, ce qui entraîne un lectorat mixte, chercheur et praticien. De façon tangente est amenée l’idée des améliorations qui pourraient être apportées pour renforcer la correspondance entre la revue, ses lectrices et lecteurs, ses auteures et auteurs.

2Notre travail est donc ici sans prétention aucune car il vient présenter les résultats, les informations recueillies auprès des lectrices et lecteurs qui se reconnaîtront s’ils ou elles ont répondu à nos questions et que nous remercions chaleureusement.

Présentation de l’étude et méthodologie

3En septembre 2021, nous avons donc été missionnées par le comité scientifique pour conduire une étude de lectorat de la revue DMS-DMK. L’étude s’est déroulée selon deux modalités.

  • 1 Que soient ici remerciés Antoine Baroche, Flavie Charot, Julias Gharib, Julia Kasongo, Hicham Lahra (...)

4Tout d’abord, une enquête par questionnaire a été réalisée du 1er février au 31 mai 2021. Le questionnaire mis en ligne a été rendu accessible sur le site du journal et au moyen de plusieurs listes de diffusion. 115 lectrices et lecteurs ont répondu volontairement, sans que nous puissions savoir combien de lecteurs ont eu connaissance de l’enquête. Cet échantillon nous a permis de recueillir des avis variés, mais il est à mettre en regard des quelque 130 000 visiteurs de la revue relevés par la plateforme d’OpenEdition pour l’année 2020. Cette enquête en ligne a été conçue en collaboration avec un groupe d’étudiants1 de deuxième année en DUT GEA de l’IUT de Nantes dans le cadre de leur projet tutoré, encadré par Mathilde Miguet, enseignante-chercheure à l’IUT. Le questionnaire, réalisé avec le logiciel Sphinx, comportait une cinquantaine de questions (35 fermées, 18 ouvertes). Il explorait notamment les pratiques de lecture, le lien des lectrices et lecteurs avec la revue dans le cadre de leurs pratiques professionnelles, la perception et le niveau de satisfaction de la revue en termes d’accès, de mise en forme et de contenu et les suggestions d’amélioration. Les résultats de cette enquête en ligne ont été présentés aux trois rédacteurs en chef de la revue en mars 2021, Monique Grandbastien, Daniel Peraya et Pierre Mœglin dans une version intermédiaire, puis en septembre 2021 pour la version définitive.

5La seconde modalité de cette étude a été assurée au moyen d’entretiens pour la compléter par un volet qualitatif. Nous avons réalisé 11 entretiens semi-directifs avec les volontaires disponibles parmi ceux qui s’étaient déclarés lors de l’enquête en ligne afin d’approfondir leurs retours sur de la revue. Nous avons mené ces entretiens en visio ou audio conférence, entre le 5 octobre et le 10 décembre 2021. Ils ont été d’une durée moyenne de 40 minutes. Les principaux résultats ont été présentés au comité scientifique de DMS-DMK le 31 janvier 2021. Ce texte rend compte en 11 points de la globalité de l’étude et se nourrit des deux étapes l’enquête en ligne et la série d’entretiens.

1. Le panel : données sociodémographiques

Le profil des répondantes et répondants à l’enquête en ligne

  • 2 Cette règle s’appliquera de façon systématique : le masculin, les lecteurs par exemple, renvoie à u (...)
  • 3 Le masculin ne l’emporte pas ici sur le féminin, mais, comme le suggère le site OpenEdition, l’acco (...)

6115 lectrices et lecteurs de la revue DMS-DMK ont participé à l’enquête en ligne, majoritairement depuis un ordinateur, 4 seulement ont utilisé un smartphone pour renseigner le questionnaire. Les personnes ayant répondu sont à 54 % des lecteurs et pour 46 % des lectrices. Elles ont majoritairement (48 %) entre 45 et 59 ans, 23 % ont entre 25 et 44 ans, 19 % entre 60 à 67 ans et 10 % ont plus de 68 ans. Elles résident quasiment toutes en France (89 occurrences), 10 sont au Canada, 4 en Suisse et 13 autres vivent sur les continents africain (7 occurrences), européen (2 occurrences), asiatique (2 occurrences) et sud-américain (1 occurrence). Ces lectrices et lecteurs2 interrogés3 exercent différentes professions, toutes en lien avec le champ scientifique couvert par la revue.

Figure n° 1 – Réponses à la question : Quelle est votre profession ou activité principale ?

7Dans la catégorie « retraités », nous retrouvons un spécialiste en éducation et 4 enseignants-chercheurs. Les 11 personnes ayant déclaré une activité « Autre » sont : ingénieurs pédagogiques (5 occurrences), consultants (2 occurrences), formatrice-chercheure, chef de projet, chargée d’études ou directeur.

Le profil type du lectorat, complété par les entretiens

8Notre panel pour les entretiens offre une bonne correspondance avec celui du questionnaire et représente 10 % du nombre de réponses obtenues en ligne. Nous avons interrogé 6 femmes et 5 hommes, qui reprennent toutes les tranches d’âge relevées lors de l’enquête en ligne. Si 8 résident en France, nous avons également interrogé un Suisse, une Tunisienne et un Sénégalais. Les activités exercées par les lectrices et lecteurs avec lesquels nous avons mené un entretien correspondent à celles des répondants et répondantes à l’enquête en ligne : 7 ont le statut d’enseignant-chercheur, 2 celui de doctorant ou postdoctorant, une est documentaliste et une autre praticienne-chercheure. Mais les échanges ont permis de préciser l’appartenance disciplinaire et la formation d’origine de ces lectrices et lecteurs : 4 relèvent des sciences de l’information et de la communication et 3 des sciences de l’éducation ; 3 ont une double appartenance disciplinaire (un en sciences de l’information et de la communication et sciences de l’éducation, une en sciences de l’éducation et sociologie, un en sciences de l’éducation et sciences du langage) ; enfin, un lecteur est professeur d’informatique, spécialiste en IA.

9Le profil type est donc le suivant : une femme ou un homme, entre 45 et 59 ans, universitaire en sciences de l’éducation et résidant et travaillant en France.

2. Connaissance du lectorat

Fidélité du lectorat

10Les personnes ayant répondu à l’enquête en ligne sont des lecteurs et des lectrices fidèles. Un tiers d’entre elles souligne que la revue se situe dans la continuité de D&S qu’elles lisaient antérieurement ; un deuxième tiers lit DMS-DMK depuis sa création en ligne, en 2012 ; le dernier tiers consulte la revue depuis plus d’un an. Ils ne sont que 4, 2 répondants et 2 répondantes à déclarer lire la revue depuis peu.

Découverte de la revue

11Plus de la moitié des lectrices et lecteurs ayant répondu à l’enquête (56 %) ont découvert la revue DMS-DMK grâce à un ou une collègue, un ou une de leur enseignant ou par un proche ; en complément 29 % déclarent avoir remarqué l’existence de la revue en lisant une citation ou une référence bibliographique la mentionnant.

12Cette découverte se place quasi systématiquement dans le cadre des activités professionnelles des répondantes et répondants ; principalement dans le cadre de leurs activités de recherche, souvent à l’occasion de la réalisation de revues de littérature.

1353 % du panel du questionnaire sont informés de la parution des nouveaux numéros de la revue par une liste de diffusion professionnelle (réseaux académiques, groupements d’intérêt scientifiques, institution ou laboratoire) à laquelle ils sont abonnés. La liste de diffusion la plus citée est celle de la revue elle-même qui est notamment constituée des membres du comité scientifique et des auteurs de la revue depuis sa création en 2012 mais aussi des auteurs de D&S. D’autres découvrent et accèdent pour la première fois à la revue directement depuis les portails de revues tels que Cairn ou OpenEdition.

14Le fait que la revue soit reconnue dans leur champ disciplinaire et classée comme qualifiante par le Conseil national des universités de sciences de l’information et de la communication est un facteur cité qui participe de sa notoriété.

Habitudes de lecture

15Si un seul répondant dit lire tous les articles de toutes les rubriques systématiquement. Bien entendu, pour la majorité des lectrices et lecteurs interrogés ce n’est pas le cas. Ils lisent plus généralement quelques numéros, mais ne font pas de distinction entre les numéros thématiques ou les numéros varia ; ils lisent quelques articles ou quelques rubriques en particulier. Un peu moins de 10 % des répondantes et répondants déclarent lire habituellement un seul article, celui-là même pour lequel ils et elles ont « récupéré » le numéro.

  • 4 Les répondantes et répondants auteurs de citations ont été anonymisés.

16Mais dans le cadre de ces habitudes de lecture, ils sont 22 % à prendre connaissance du contenu de chaque numéro dès sa parution, signe d’une relation particulière qui lie DMS à son lectorat : « Quand je reçois l’annonce de parution via la liste de diffusion Aeces, je consulte le sommaire et je garde le mail en non lu pour y revenir plus tard s’il y a des sujets qui m’intéressent, sinon je l’élimine » (Madame Mu)4. Madame Ra indique que : « pour les autres revues, je ne lis pas systématiquement le sommaire, DMS-DMK est vraiment la référence dans le cadre de mes recherches. Elle a une place spécifique par rapport aux autres revues ». Madame Me renchérit : « Je lis systématiquement DMS-DMK et ce n’est pas le cas pour les autres revues ».

Perception et niveau de satisfaction

17À la question « Pourquoi lisez-vous la revue ? » avec possibilité de réponses multiples, 104/115 déclarent lire la revue DMS-DMK pour leur activité de recherche, un lecteur affirme que la revue lui permet de suivre l’actualité de celle-ci. Monsieur Er précise lors de l’entretien que : « DMS-DMK permet de suivre partiellement un domaine de recherche, c’est une revue structurante et qui permet de découvrir de nouveaux auteurs ».

  • 5 L’ingénierie en situation d’urgence, ingénierie pédagogique, mathématiques et culture, mathématique (...)

18Le rôle de la revue dans leur activité de recherche est fort puisque pour 23 % des répondants et répondantes, la lecture d’un article a entraîné des contacts et/ou une collaboration avec un auteur ou une auteure de la revue. La plupart (56 %) soulignent que des articles ont influencé leurs propres travaux de recherche. Même si le panel exprime de la difficulté à identifier un article en particulier, son attachement à certains auteurs en particulier est signalé, comme autant de témoins, de personnalités notamment parmi les membres fondateurs de la revue. Les lectrices et lecteurs signalent également des thématiques5 des plus générales aux plus précises qui ont eu un impact sur leur travail de recherche. Si DMS-DMK leur permet de dresser un état de l’art, de mener une veille, elle leur a également permis d’identifier une référence, de découvrir une approche qui les aura à un moment donné influencé et aidé dans leur démarche de chercheur.

1947/115 l’utilisent pour s’informer dans leur cadre professionnel. Monsieur Ni indique qu’en plus de son activité d’EC il est expert auprès du comité de direction de son établissement helvète. Il utilise donc la revue aussi pour dresser un état de l’art comme un outil d’aide à la décision sur les options de choix politiques possibles qui orienteront l’activité de son institution pour les prochaines années. Une lectrice, Madame Mae, précise qu’elle : « dépouille » la revue, ce qui s’explique par son activité de documentaliste. En effet, lors de l’entretien elle nous raconte que quand la version papier existait encore (soit au temps de D&S), elle indexait tous les articles par mots-clés pour la banque de données documentaire de son institution. 32/115 lisent la revue également pour s’enrichir personnellement. Enfin ils sont 28/115 à utiliser DMS-DMK dans un but pédagogique, notamment pour préparer leurs cours.

20La note de satisfaction de la revue attribuée par les lecteurs et lectrices interrogés présente une moyenne générale de 7,9/10.

Attentes

21Le questionnaire en ligne interrogeait trois aspects particuliers en termes d’attentes du lectorat : le vocabulaire scientifique, les articles issus de la communauté non francophone et la périodicité de la revue.

22Considérant le pourcentage d’universitaires ayant répondu et puisque ce lectorat reste la cible privilégiée de DMS-DMK, il ne sera pas étonnant de relever que pour la quasi-totalité des personnes ayant répondu à l’enquête (85 %) le vocabulaire scientifique n’est pas un frein à la compréhension de la revue. 16 personnes affirment que cela dépend des articles et des sujets dont 9 sont des praticiennes et des praticiens. Enfin, une répondante, chercheure non francophone, avance qu’une vulgarisation serait nécessaire.

23La moitié des lectrices et lecteurs interrogés (52 %) souhaiterait pouvoir bénéficier de plus d’articles issus de la communauté non francophone ; un quart ne se prononce pas et l’autre quart n’en ressent pas le besoin. Selon Madame Ra : « C’est dans l’air du temps, ça occupe bien le CNU mais ce n’est pas spécialement une attente de ma part ».

24La périodicité de la revue (soit 4 saisons) apparaît pertinente pour 91 % des personnes ayant répondu. Elles déclarent ne pas avoir le temps de lire plus, que c’est l’usage en SHS et que c’est une bonne dynamique pour la veille et la production scientifique du domaine. Celles qui ont répondu par la négative proposent 3 numéros par an pour notamment permettre un travail éditorial encore meilleur. Deux personnes interrogées disent ne pas être intéressées par la périodicité, mais uniquement par des articles.

3. La notion de numéro

  • 6 La catégorisation d’OpenEdition utilise le terme de « chronique » et non celui de « rubrique ».
  • 7 L’unité de volume existe d’une part en tant que référence bibliographique distincte, par exemple «  (...)

25La revue publie 4 numéros par an qui se répartissent en deux catégories. Les numéros thématiques organisés autour d’une question ou d’un terrain défini, comme le n° 35 de 2021, « Tensions entre présence et distance en éducation : comprendre la complexité » ; et les numéros de varia qui compilent entre 8 et 10 articles. En fonction des numéros, leurs contenus sont répartis dans 3 rubriques principales : articles de recherche ; retours d’expériences innovantes, témoignages ; et débats et discussions, entretiens, dialogues sur des sujets publics, points de vue sur des thèmes d’actualité dans son champ. La revue propose également une « chronique6 » biblio-webographique qui comprend les notes de lecture et les thésographies. Notons cependant que ces rubriques ne sont pas systématiquement présentes dans tous les numéros, car elles sont liées à l’actualité et aux spécificités des articles retenus après évaluation. Ce dont il est question ici, c’est de la représentation que se fait le lectorat d’un numéro comme étant le lieu d’une thématisation (le cas échéant), d’une structuration (les rubriques) et de la répartition des articles. En effet, si l’objet numéro existe bien a minima7, un des objectifs de la phase d’entretien était de savoir comment cet objet était reçu et saisi par le lectorat, et de savoir si une différence se notait entre les numéros thématiques et ceux de varia.

26Et justement, autant écrire tout de suite d’une part que cette question dépasse largement le cas étudié et pourrait devenir une question de recherche à propos de l’édition scientifique et que de l’autre elle n’a été travaillée que dans le cadre des entretiens. De plus, elle reste délicate car DMS-DMK ne peut s’extraire du contexte de sa plateforme de publication.

27Cela dit, sachant qu’il y 4 numéros annuels, la question posée était donc : êtes-vous sensible à la notion de numéro pour la revue ?

28Les réponses se trient assez clairement en fait. Premièrement, lorsque le numéro est thématique, un peu dans l’idée d’un dossier, les verbatim soulignent le grand intérêt des lectrices et lecteurs qui les déclarent être les plus intéressants parce qu’« on est au fait de la question après les avoir lus de bout en bout » (Madame An). Ce regroupement thématique est d’autant plus apprécié que « cette revue est un cluster de thématiques » (Monsieur Er). Ainsi le numéro thématique facilite-t-il le travail d’identification des textes à lire à l’universitaire. La plupart recommandent la multiplication des numéros thématiques. Deuxièmement, lorsque le numéro est uniquement composé de varia, son identité devient floue puisque la thématique fédératrice est absente. Cela conduit plusieurs personnes interrogées à adopter une méthode systématique à partir de l’abonnement au sommaire de la revue : « je me suis abonné au sommaire de la revue, c’est précieux » (Monsieur Ni). Ces collègues prennent donc connaissance du sommaire du nouveau numéro dès sa sortie et s’organisent à partir de leurs intérêts et motivations à la lecture, immédiate ou différée. Troisièmement, le mode d’accès à l’article impacte fortement la notion de numéro. Celles ou ceux qui accèdent à un article particulier en recourant à un moteur de recherche généraliste ou à celui d’OpenEdition entrent dans le numéro par l’article en question sans forcément se préoccuper de la dimension éditoriale portée par le numéro de la revue, thématique ou varia, dont ils perdent la perception ou ne se préoccupent pas.

29Finalement, deux niveaux apparaissent primordiaux au lectorat pour se saisir de la revue. D’abord, celui de l’article dont le sujet ou l’auteur retient l’attention du lecteur, si l’article appartient à un numéro thématique, celui-ci est généralement considéré avec beaucoup d’intérêt. Le second niveau important est lié au nom de la revue et de sa notoriété. Nous l’avons dit DMS-DMK est une revue de référence dans le champ, le lectorat interrogé associe spontanément certains auteurs et auteures à la revue. Daniel Peraya, par exemple, revient sans cesse dans les entretiens comme un des auteurs-phares très largement apprécié et remercié indirectement ici.

4. L’intérêt pour les différentes catégories d’articles

  • 8 Source : journals.openedition.org/dms. Nous avons ici fait un état des lieux des 10 pages les plus (...)

30Les répondantes et répondants à l’enquête en ligne déclarent à 82 % ne pas avoir de préférence pour une catégorie d’article en particulier. Les entretiens permettent de confirmer et d’affiner ces résultats, les statistiques de consultation8 également. Les 18 % du lectorat interrogé qui ont identifié une préférence citent 6 catégories, dans cet ordre :

31La catégorie la plus appréciée est celle des articles de recherche, indépendamment de son intégration à un numéro thématique ou à un numéro de varia. D’une manière générale, les articles sont jugés comme tout à fait pertinents à 63 % et plutôt pertinents à 36 %. Les statistiques de consultation indiquent que les articles représentent 80 % des pages les plus vues à part égale entre articles de numéros thématiques et articles de numéros varia, ce qui confirme que les lectrices et lecteurs ne font pas forcément de distinction entre les types de numéros et que c’est bien la recherche d’un article ou d’un auteur en particulier qui guide leur consultation.

32Après la catégorie des articles de recherche vient une catégorie citée comme étant la caractéristique et la qualité première de la revue : il s’agit de débats-discussions. Les textes de cette catégorie sont à 92 % classés par le lectorat comme « plutôt pertinents » ou « tout à fait pertinents ». Ces textes sont en deuxième position des pages les plus vues d’après les statistiques de consultation, elles représentent 14 % du top 10. « Une revue n’a de sens que si on peut débattre, la recherche c’est mettre en débat. Selon la thématique, si je ne devais lire qu’une seule catégorie ce serait celle-ci » nous explique Monsieur Ni. Ces articles font la spécificité de la DMS-DMK pour son lectorat en proposant des textes d’opinion et offrant une ouverture portée par la discussion. Des personnes interrogées soulignent cependant qu’elles ne parviennent pas à percevoir sa périodicité, elle est attendue et parfois elle n’est pas au rendez-vous. Elles la souhaitent systématique. Ensuite vient la catégorie des entretiens pour laquelle Madame Ra souligne qu’« ils sont intéressants car cela permet de voir les évolutions de parcours des personnes interviewées sur des aspects méthodologiques ou des cheminements scientifiques, ce qui n’apparaît pas dans les articles de recherche classiques ».

33La rubrique retours d’expériences innovantes-témoignages arrive en quatrième position (2 % des statistiques de consultation). Madame Be souligne lors de son entretien « la qualité pratique, concrète de cette catégorie qui se base sur des actions de terrain et en dresse un compte rendu ». Cette rubrique permet de voir et savoir comment font les autres, de trouver des solutions à ses problèmes, dans sa pratique. C’est ce que souligne Monsieur Ma.

34Deux types de textes n’étaient pas proposés dans le questionnaire, les notes de lecture et les éditoriaux. Les entretiens ont permis de relever qu’ils étaient toutefois très prisés par les lectrices et lecteurs interrogés en entretien. En effet, les éditoriaux sont cités comme très importants pour comprendre rapidement l’intérêt des numéros. Quant aux notes de lecture, elles permettent d’avoir une idée et de décider ensuite de lire l’ouvrage en entier ou pas. C’est une forme de veille qui fait gagner du temps. Madame Ch, précise qu’elle apprécie d’autant plus les notes de lecture à plusieurs mains.

35Au-delà des catégories de textes de la revue, ce que nous relevons de plus intéressant, c’est le positionnement de la revue et son côté « double-face » : académique/théorique et retour d’expériences qui est mis en avant par les enquêtés.

5. Un tiré à part qui sème le doute…

36Lors de la publication de son premier numéro en 2003, la revue D&S existait uniquement en version imprimée, mais elle devient disponible en version numérique et/ou imprimée via abonnement à partir de 2005 sur la plateforme Cairn (https://www.cairn.info/​revue-distances-et-savoirs.htm) ; puis sur le site de Lavoisier un peu plus tard (https://ds.revuesonline.com/​) qui permettait de télécharger les articles contre paiement à l’unité ou de souscrire un abonnement. Donc de 2003 à 2012 existent des versions imprimées de la revue.

37Courant 2012, D&S devient DMS-DMK, avec un passage à une publication uniquement numérique accessible gratuitement en ligne sur la plateforme Revues.org d’OpenEdition. Depuis sa naissance, la revue DMS-DMK n’est donc plus disponible en version imprimée et le site de la revue ne fait nullement mention d’une version papier. Or c’est un peu plus complexe que cela et Martine Vidal (2018), mémoire de la revue depuis sa création en 2001, est revenue sur ce point dans un entretien accordé en 2018 au Conseil scientifique de la revue en tant que co-rédactrice en chef de D&S puis de DMS-DMK de 2001 à 2017. Ce changement de nom et de mode de diffusion de la revue opéré à partir de 2011 trouve ses racines dans la convention de coédition qui liait le Cned et Hermès-Science Publication initialement, puis le Cned et les éditions Lavoisier par la suite. Mais avec ce contrat d’origine : « l’achat d’un exemplaire à l’unité devient prohibitif, le coût est proche de celui d’un livre d’art » (Vidal, 2018, p. 5). Le coût de l’abonnement est si élevé que seule une poignée d’institutions le souscrit. La disponibilité des articles sur Cairn reste payante également, au moins pour les établissements via leur bibliothèque. Souhaitant élargir le lectorat de la revue, le comité de rédaction voulait pouvoir changer de modalité. Le Cned dénoncera alors la convention de coédition avec Lavoisier, perdant au passage le droit d’usage de son titre « D&S ». Dans ce nouveau contexte, la revue DMS-DMK renaît avec pour unique éditeur le Cned. Elle est acceptée sur la plateforme OpenEdition et devient donc disponible le 12 décembre 2012 en « ligne exclusivement, en accès ouvert en texte intégral ».

38Si DMS-DMK n’existe qu’au format numérique, des exemplaires imprimés circulaient cependant et ceux-ci sèment le doute auprès des lectrices et lecteurs que nous avons interrogés. Ces « exemplaires papier » sont en fait une version non commercialisée des textes téléchargés sur le site d’OpenEdition et compilés, à laquelle une couverture et une 4e de couverture est ajoutée, imprimée par le Cned, puis empaquetée, étiquetée et expédiée de manière artisanale par les bénévoles de la revue. Elle était offerte uniquement aux membres du Comité scientifique et aux auteures ou auteurs du numéro. Cette version de courtoisie, sorte de tirés à part d’un numéro entier, sans mise en forme particulière et ne pouvant en aucun cas servir de référence scientifique puisqu’elle n’a pas d’ISSN-L (Papier) sera finalement abandonnée définitivement en janvier 2021, sur décision du Comité scientifique, pour des raisons de difficultés de mise en page. Ce que souligne Madame Mae : « Quand on n’a pas les moyens d’assurer la qualité, il faudrait se limiter au numérique ».

39En entretien, 5 lectrices et lecteurs sur 11 déclarent avoir déjà reçu cette version imprimée, principalement parce qu’elles ou ils ont été auteures ou auteurs à un moment donné, soit qu’elles ou ils y ont accès via un collègue membre du Comité scientifique, soit encore parce que cette version fait partie des archives patrimoniales de leur institution. Mais, étonnamment, une partie du lectorat pense toujours qu’une version imprimée de DMS-DMK est disponible dans leur bibliothèque universitaire. Sans doute restent-elles sur leurs souvenirs de D&S. Monsieur Al précise que : « Je n’aime pas lire les trucs difficiles en ligne, donc j’imprime, même si ce n’est pas une bonne idée. Selon moi, il faut garantir l’accès à l’imprimé. Si elle était à la BU, je l’emprunterais ». Madame Mu concède que le confort de lecture sur papier est supérieur mais que la version numérique offre un autre type de confort pour l’annotation directe : « Je reste très attachée au livre disponible sur le rayonnage de la Bnf mais je me demande si je ne suis pas la dernière de mon espèce. (…) On a l’impression aujourd’hui qu’un article qui n’est pas disponible en ligne n’existe tout simplement pas ». Le lectorat interrogé souligne que les pratiques de lecture ont évolué, les comportements des nouvelles générations estudiantines ou enseignantes ne sont plus les mêmes. La disponibilité est un atout : « La version numérique me convient tout à fait, je peux y accéder par différents outils numériques. Inutile aujourd’hui de faire du papier » (Madame Be). Toutefois les auteures et auteurs restent attachés à la version imprimée alors reçue. Madame Me témoigne que : « la version papier, c’est plus romantique que pratique ».

6. Accéder à la revue par la plateforme OpenEdition Journals

40Lors de l’enquête en ligne nous avons interrogé le lectorat pour savoir dans quelle mesure il était d’accord avec l’affirmation suivante : le site web de la plateforme Journals est facile d’utilisation. 92 % des personnes ayant répondu sont d’accord ou tout à fait d’accord avec cette affirmation. Les deux personnes ayant déclarées ne pas être du tout d’accord précisent pour la première ne pas connaître la plateforme (elle l’utilise donc sans le savoir) ; l’autre personne précise que c’est la même chose pour les autres revues, sa remarque est donc d’ordre général.

Figure n° 2 – Réponses à la question : Le site web de la plateforme OpenEdition est facile d’utilisation ?

41Les entretiens ont permis de compléter cette réponse et de faire émerger des propositions d’évolution pour la revue. Nous retrouvons une des fonctionnalités de la plateforme, considérée par les lecteurs comme très utile, il s’agit de l’item Bibliographie. En effet, positionnée de façon systématique après le titre de l’article et le nom de son auteur, ce bouton permet d’accéder directement à la bibliographie de l’article, laquelle propose souvent directement les liens vers les références citées. C’est ici l’aspect opérationnel de cette fonctionnalité qui est mis en avant car il permet de faire des découvertes, juste en cliquant. « J’ai une préférence pour la Bibliographie car elle correspond à mes habitudes de travail. Pour la recherche, on axe la sérendipité » (Madame Mu). Propos que l’on retrouve chez Monsieur Er : « Les portails de revue permettent justement de développer la sérendipité, méthode apprise par nos directeurs de thèse ». Cette fonctionnalité qui permet de balayer l’état de la littérature sur une thématique est très appréciée, et de trouver, sans vraiment chercher, des ressources bibliographiques ciblées sur le sujet de l’article qui les fournit, un hasard organisé en quelque sorte.

42Si, pour certaines lectrices et certains lecteurs, la plateforme OpenEdition est claire, à l’inverse, pour d’autres, elle n’est pas facile d’utilisation. Le confort de lecture est parfois mis en cause en comparaison avec le portail de revues Cairn.Info. Ces personnes trouvent la mise en forme désagréable en termes de design, de charte graphique et « d’utilisabilité » même si toutes les fonctionnalités de base nécessaires sont présentes notamment pour le confort de lecture au niveau du navigateur. Madame Ra reconnaît que : « c’est certainement ma casquette d’enseignante en métiers du multimédia et de l’Internet qui me rend plus sensible à cet aspect. (…) Reste que ce n’est pas un plaisir, c’est contraignant à utiliser même si ce n’est pas un frein non plus. Il y a un gros décalage de mise en forme entre les deux plateformes ». Trois types de propositions ont été formulés sur ce qu’elles aimeraient trouver en plus ou n’ont pas trouvé dans la version actuelle. Bien entendu, il convient de faire la part des choses entre ce qui est du domaine du possible ou pas selon les règles et la structure imposées par le portail de revues.

43La première proposition est relative au souhait d’avoir un accès à une entrée thématique sur la plateforme qui serait plus pratique que celle existante par mots-clés (https://journals.openedition.org/​dms/​50). Le deuxième type de proposition de développement concerne l’hypertextualité. Madame Mae, par exemple, souhaiterait qu’on puisse, dans les articles, « renvoyer à des définitions,… autres que le simple renvoi aux notes de bas de page. Je trouve la version numérique parfois aussi limitée que la version imprimée ». Monsieur Al voudrait pouvoir contacter les auteurs, que leur présentation soit cliquable, pouvoir tracer leurs travaux dans la revue. Or cette fonctionnalité existe via l’index des auteurs (https://journals.openedition.org/​dms/​44) et la section « About the authors » en fin de chaque article mais manque peut-être de visibilité. Le troisième type de proposition concerne des développements multimédias. Ils voudraient plus de ressources visuelles quand c’est justifié, une version numérique le permettant plus aisément. Monsieur Er rappelle que : « YouTube devient la nouvelle source d’information pour les nouvelles générations : il faudrait se poser la question d’une dimension plus médiatique, quand on traite de l’EAD. Mais ce n’est pas une obligation non plus ».

7. Publier dans la revue

44La nature humaine est ainsi faite que plusieurs personnes ont accepté de participer à l’entretien individuel non pas pour répondre à nos questions, mais pour nous faire part de leurs attentes ou de leur mécontentement, pour « faire passer le message » (Madame Ch). De façon dominante, celui-ci porte non pas sur la lecture de la revue mais sur la publication dans la revue. Autrement dit, plusieurs lecteurs ou lectrices interrogés (6/11) en tant que tels se positionnaient comme auteurs ou auteures et le revendiquaient. C’est pourquoi ce point est abordé dans l’enquête de lectorat.

45En synthèse, la qualité scientifique de la revue, soulignée dans toutes les réponses, au questionnaire ou pendant l’entretien, suppose une rigueur qui « met la barre haut » pour les collègues proposant un article, dans le cadre des numéros de varia et encore plus dans le cadre des numéros thématiques. L’évaluation en double-aveugle est jugée lente et sévère par celles et ceux qui s’y sont soumis, même si Monsieur Er, affirme faire « systématiquement la pub auprès de mes collègues et formateurs, je les encourage à soumettre. Ils n’osent pas. » Sans chercher à minimiser le ressenti exprimé, la lenteur est liée au bénévolat des membres du comité scientifique qui acceptent, ou pas, selon leurs charges du moment, d’évaluer les propositions de la façon la plus professionnelle qui soit, ce qui prend du temps ; et aux allers-retours qui s’en suivent avec l’auteur ou l’auteure pour parfaire le texte, puis ouvrir l’accès à la publication. Madame Ra déclare ainsi que « les qualités d’accompagnement du comité scientifique et les remarques des relecteurs m’ont fait avancer ». De plus, 4 numéros annuels limitent le nombre d’articles publiés à environ une cinquantaine par an, ce qui est très peu pour la thématique spécifique de la revue. Par ailleurs, si la difficulté à être informé des appels à articles pour les numéros thématiques est mentionnée à plusieurs reprises, elle s’explique surtout par le fait que la plateforme OpenEdition impose à ses revues hébergées un format peu visible pour accéder à cette page d’information sur les appels à articles via le menu de gauche.

46Mais le dernier élément est sans doute le plus fort et sera repris au point suivant : le périmètre, le champ scientifique de la revue. Pour plusieurs auteurs-auteures/lecteurs-lectrices, le terme même de « distance » dans le titre de la revue, semble exclure les travaux de recherche sur l’instrumentalisation de la médiation des savoirs qui ne se ferait pas dans le cadre de la distance. La posture qui en découle tient de l’autocensure en fait, l’article à venir étant déjà pensé comme hors champ par ses auteurs, ici exclusivement en sciences de l’éducation.

8. Perception du champ scientifique et de la ligne éditoriale

47Nous avions demandé aux lecteurs et lectrices qui ont répondu à l’enquête en ligne si au fil de la consultation des articles ils et elles percevaient clairement une ligne éditoriale de la revue au croisement de plusieurs champs scientifiques. 42 % des personnes ayant répondu affirmaient que non contre 58 % que oui. Si elles déclaraient avoir perçu cette ligne éditoriale, nous leur avons demandé de préciser laquelle elle serait. De leurs réponses, nous obtenons un nuage de mots, sorte de miscellanées qui positionne la revue DMS-DMK au croisement de disciplines et de thématiques variées.

Figure n° 3 – Nuage de mots construit à partir des réponses obtenues sur la perception de la ligne éditoriale

Le nombre d’occurrences est figuré par la taille de la police

48Se retrouvent dans cette mosaïque les approches pluridisciplinaires qui intéressent la revue : sciences de l’information et de la communication, sciences de l’éducation, sciences du langage et langues (aux recherches sur les TICE). DMS-DMK précise qu’« occasionnellement la revue peut offrir un espace pour des publications plus ancrées en psychologie ou en sociologie (sans que ces disciplines soient affichées)9. » Mais d’autres disciplines sont également présentes.

  • 10 L’enseignement à distance ; la médiation des savoirs à distance ; la gestion des connaissances ; l’ (...)

49L’orientation de DMS-DMK, les thèmes traités ou envisagés par le comité éditorial (Cf. note n° 9) rejoignent et recoupent les termes présents sur cette figure. En entretien, les lecteurs ont identifié quelques thèmes traités10 dans la revue qui recoupent en majorité le nuage de mots. Tout ceci indique que la ligne éditoriale est plutôt clairement identifiée par le lectorat. Ce qui est une bonne nouvelle, car, comme l’indique Monsieur Er lors de l’entretien, « c’est très délicat de définir une ligne éditoriale. C’est une revue qui tient la route et arrive à relier recherche et témoignages. Elle a réussi à monter en scientificité ».

9. La concurrence

50À travers les réponses au questionnaire, on comprend que DMS-DMK est perçue par son lectorat comme une revue « très ciblée », « de grande qualité », « excellente » et son positionnement scientifique la rend assez singulière, ce qui explique que, lors des entretiens, le peu de concurrence est flagrant. En effet, très peu de titres reviennent à la question : « Quelles sont pour vous les revues concurrentes ? » et, souvent, les autres revues sont plus citées comme complémentaires à DMS-DMK que comme concurrentes. Disons que la partie du lectorat qui est grande consommatrice de la revue par son propre positionnement thématique travaille à la croisée des revues suivantes.

  • RITPU : Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire – université de Montréal – francophone. https://www.ritpu.ca/​

  • CJLT-RCAT : Canadian Journal of Learning and Technology (Revue canadienne de l’apprentissage et de la technologie) – anglophone. https://www.learntechlib.org/​j/​CJLT/​

  • IJEDE : International Journal of E-Learning & Distance Education (Revue internationale de l’apprentissage en ligne et de l’Enseignement à Distance) – anglophone. http://www.ijede.ca/​index.php/​jde

  • Médiation et médiatisation. Revue internationale sur le numérique en éducation et communication – Teluq – francophone. https://revue-mediations.teluq.ca/​

  • STICEF : Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Éducation et la Formation – Université du Mans – Revue scientifique francophone de l’ATIEF. http://sticef.univ-lemans.fr/​

51Les réponses à cette question confirment à la fois la pertinence de la ligne éditoriale de la revue et l’originalité de ses productions.

10. DMS-DMK est ? En quelques mots, en une phrase : un succès !

52Cette question a été posée à l’ensemble des collègues ayant accepté de poursuivre cette enquête lors des entretiens. En voici quelques extraits choisis :

53DMS-DMK est une revue qui traite des recherches actuellement menées sur les usages du numérique en éducation. « Elle permet de se faire une idée de l’état de santé de l’EAD et du numérique en éducation » (Madame Me).

54DMS-DMK est une revue pluridisciplinaire ou interdisciplinaire de référence dans son domaine de recherche et d’activité, selon Monsieur Er, enseignant-chercheur en SIC. Mais elle serait plutôt classée en sciences de l’éducation pour Monsieur Ma, dont c’est la discipline de rattachement.

55DMS-DMK est une revue structurante qui fait autorité, pour laquelle on a du respect. Monsieur Er précise : « Si j’ai répondu au questionnaire, c’est que j’ai du respect pour cette revue ».

56DMS-DMK est une revue de référence et de qualité pour Madame Ra. Elle est riche et adaptée à des profils variés selon Madame Be. Madame Mu exprime qu’« elle reste accessible et n’est pas ésotérique ».

57DMS-DMK est une revue scientifique de très bon niveau, classée et « classante », selon la formule de Madame Ra. « C’est l’une des revues les plus sérieuses dans son domaine » souligne Monsieur Ma. Madame Mu qui utilise DMS dans le cadre de ses cours de master recherche indique : « on peut avoir confiance. Les étudiants ne prennent pas de risque en la citant pour leur mémoire ». Elle souligne également que DMS-DMK est une revue avec comité de lecture : « qui n’a pas été éclaboussée par un scandale ».

58DMS-DMK est une revue scientifique pertinente et pointue : « elle est très, très, très ciblée par rapport à d’autres revues » (Madame Mu).

59Enfin, DMS-DMK est une revue qui a une place à part, puisque « c’est la seule revue francophone dans ce domaine à ma connaissance » (Madame Mae). Une place à part également et parce qu’« elle a une importance forte par rapport à d’autres revues », précise Madame Ch. En effet, certains lecteurs interrogés soulignent leur attachement souvent depuis des années à la revue : « Je lis D&S puis DMS-DMK depuis ma thèse, c’est une source d’inspiration pour orienter mes recherches » (Madame Ra).

11. Suggestions des lectrices et lecteurs

60Un tiers des personnes ayant répondu à l’enquête ont fait des suggestions ce qui est la marque d’une réelle implication du lectorat et nous les remercions. Les entretiens ont permis de revenir sur certaines et de les approfondir, en voici un échantillon.

Des suggestions de forme

61Madame Mae, documentaliste de son état, souhaiterait que le travail de secrétariat d’édition soit étendu afin que les résumés soient systématiques, quel que soit le type de texte présent dans la revue : « je lis systématiquement les résumés. C’est ce qui guide et compte pour m’orienter et déterminer ce que je vais lire. D’ailleurs dans les discussions-débats il n’y a pas toujours de résumé, c’est très dommage ». Cet outil de lecture rapide est primordial pour elle.

62Plusieurs suggestions concernant le développement, la promotion et la communication sont notées. Certaines personnes souhaiteraient savoir sur quelles listes de diffusion s’inscrire pour recevoir les avis de parution et également les appels à contribution. Pourquoi, par exemple, ne pas mettre en place une newsletter propre à DMS-DMK en accès direct sur le site de la revue ? Le développement de la présence de la revue sur les réseaux sociaux est également évoqué. Elles identifient deux cibles à privilégier pour élargir encore le lectorat : faire connaître la revue auprès des étudiants de master ; Madame Be souligne que, comme ses collègues ne la connaissent pas en Tunisie, elle la promeut.

Des suggestions de fond

63Les personnes interrogées ont des idées de nouvelles rubriques. Elles émettent le souhait de trouver dans la revue :

  • Une rubrique de vulgarisation scientifique.

  • Une rubrique régulière de méthodologie est un souhait de Madame Mu qui est statisticienne de formation.

  • Une rubrique d’actualité scientifique (conférences, sorties d’ouvrages, débats publics, etc.). Madame Be suggère en ce sens de s’inspirer de la revue Ripes11 (Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur) qui utilise les rencontres, événements et conférences pour alimenter les nouveaux numéros.

  • Une rubrique de recensions qui proposerait des synthèses de plusieurs articles sur un concept, un thème, une question et qui servirait de base pour les étudiants, aux doctorants (en formation) et donnerait une vision collective d’une notion à un moment donné, sur une question donnée.

64Mais elles ont également des idées de thèmes, de traitement, d’approches, de terrains à conseiller :

  • Quelques sujets évoqués : la médiation aux savoirs ; les communautés de pratiques ; les MOOC ; les « éducations à » ; la gamification.

  • Traitement : un enquêté propose « Une pointe d’humour peut-être ? Les technologies et leurs utilisateurs se prennent souvent trop au sérieux. Il manque un regard un peu corrosif du type Hack Educations ». Deux autres personnes souhaiteraient plus d’interactivité en « encourageant le débat autour des articles (sous forme de réponses) et pas seulement autour de thématiques ».

  • Un lien plus fort entre recherche et pratique est attendu, avec des retours d’expérience, des études expérimentales, « développer davantage la connaissance des opérateurs privés de l’Edtech » et proposer « des articles scientifiques de fond qui documentent la pratique ». Le contenu des articles est parfois jugé « trop éloignés de ce qui se passe concrètement sur le terrain de l’éducation, de l’école. Il faudrait une ouverture sur ce sujet dans les thématiques de la revue, ce qui aiderait d’ailleurs à une bien meilleure diffusion des articles dans certaines sphères ». Monsieur Er souligne le fait qu’« il faut faire attention de ne pas tomber dans un champ “applicationnistemais que sur ce point DMS-DMK devrait s’ouvrir un peu ».

  • L’ouverture à d’autres terrains est suggérée. Un répondant écrit que « Ce serait bien d’avoir aussi des articles ayant pour contexte la formation professionnelle et pas seulement universitaire ». En entretien, Madame Mae explique par exemple : « Je reste un peu sur ma faim car je trouve que les terrains d’expérimentations présentés relèvent essentiellement du supérieur et de la formation professionnelle et pas assez du secondaire, qui est mon centre d’intérêt. Je fais des transpositions, mais c’est parfois frustrant ». Nous notons ici que la perception des lecteurs et lectrices est différente des orientations affichées par la revue et qui embrassent l’ensemble du système éducatif, du scolaire à l’enseignement supérieur et à la recherche, ainsi que la formation professionnelle initiale et continue. Il serait peut-être pertinent à ce stade de croiser les différents terrains couverts par les articles et textes publiés dans la revue depuis sa création afin de préciser si cette impression du lectorat est bien fondée.

65Sur les 11 interviews menées, 2 sont conduites avec des collègues tunisienne et sénégalais en poste dans leur pays. Ils nous ont alertées sur les demandes spécifiques qui sont les leurs, en lien avec une situation professionnelle qui les prive souvent de ressources disponibles dans d’autres pays. L’absence de ressources locales rend la revue indispensable et centrale tant pour les chercheurs et doctorants que pour les enseignants. En effet, ces derniers se trouvent dans des situations professionnelles très singulières et, de fait, éloignées des exemples et cas d’études traités dans les articles, a fortiori quand il s’agit de la rubrique « retours d’expériences innovantes ».

66Ce lecteur et cette lectrice soulignent tout particulièrement le manque d’articles de retour d’expérience portant sur leur zone géographique qui accroît par la difficulté à s’inspirer des expériences françaises et québécoises qui dominent : le poids du contexte est trop fort pour que ces retours leur soient profitables dans leurs postures d’enseignant et d’enseignante. Leur thématique de prédilection s’articule autour des technologies et dispositifs éducatifs et des retours d’expériences, et ils suggèrent un numéro thématique sur leur zone géographique, ou leur continent.

67Une partie du lectorat plaide pour plus de transversalité et d’ouverture à d’autres disciplines et leurs approches. Selon Madame Mae : « Il n’y a pas assez de transversalité disciplinaire. Ce serait intéressant de faire parler l’ingénierie documentaire avec d’autres domaines (…) Certes il y a déjà plus ou moins des ouvertures vers la psycho-cognition et les sciences de l’éducation en général mais ce serait bon d’approfondir cette dimension transversale ». Elle souhaiterait entre autres que les approches en ergonomie cognitive ou encore en infodoc soient plus développées. Il manque, par exemple, les approches de la communauté EIAH, selon Madame Me. Pour Madame Be : « Il faudrait donner une meilleure visibilité aux articles entre informatique et SHS ; mes collègues en psychologie par exemple me disent que cette revue ce n’est pas pour eux ».

68Le lectorat interrogé suggère enfin de faire appel à de nouveaux auteurs. Il propose, par exemple, de faire appel à plus d’experts et de donner plus de place aux professionnels hors enseignement-recherche. La revue semble parfois fonctionner sur un écosystème d’auteurs : « C’est toujours un peu la même bande, c’est de l’entre-soi. Il faudrait plus d’échanges en général avec d’autres écosystèmes d’auteurs et de chercheurs » (Madame Me). « Il me semble que certains auteurs reviennent souvent, ce sont TROP souvent les mêmes ». Cette récurrence se ressent aussi au niveau du comité scientifique et des relecteurs et cela « donne l’impression d’un cercle fermé (on ne renouvelle pas réellement les membres des comités qui sont là depuis des années et qui appartiennent aux mêmes réseaux professionnels et de connaissances), donc l’orientation scientifique s’en ressent. Souvent les mêmes références, avec les auteurs qui se citent entre eux ». Monsieur Er résume cela en disant que la revue : « C’est l’œuvre de toute une génération ; mais il va falloir opérer un changement avec un nouveau comité éditorial et de nouveaux auteurs ».

69Sur ces points, chacun voit midi à sa porte, les praticiens veulent plus de retour d’expériences, les universitaires que la revue théorise et reste à haute valeur scientifique, chaque orientation disciplinaire guide les propositions d’approches… Positions classiques, somme toute, mais cette enquête de lectorat se révèle riche en propositions et en éléments de réflexions pour la suite.

Conclusion

70L’expérience utilisateur qui a été abordée par les deux modalités de l’enquête de lectorat ici restituée est extrêmement riche au final, car elle se manifeste à la fois au niveau du lectorat lui-même, qui était le niveau recherché, mais aussi à un niveau méta, principalement sensible lors des entretiens. Les collègues, nous, nous tous, réfléchissons avec ces questions à nos propres pratiques documentaires professionnelles puisque certaines et certains répondants se positionnent dès le départ comme auteure ou auteur et lectrices ou lecteurs ; d’autres ont une posture réflexive sur les évolutions de leur pratique de lecture savante soutenue désormais par des outils numériques ; et d’autres encore passent beaucoup de temps à programmer des alertes ou expurger des sommaires pour archiver sans trouver ensuite le temps ou l’intérêt de la lecture à venir. Au-delà du cas étudié, extrêmement restreint et ciblé, des questions de recherche se dessinent sur la structuration interne des revues scientifiques, les métadonnées qui en permettent l’identification, les pratiques documentaires, l’évolution de la lecture savante et de l’archivage personnel, les compétences du lecteur ou de la lectrice académique et la science ouverte : de quoi envisager un numéro thématique sans doute !

Haut de page

Bibliographie

Martine Vidal et Conseil scientifique. (2018). Une page d’histoire : Distances et médiations des savoirs, D&S avant DMS. Distances et médiations des savoirs, 21. https://doi.org/10.4000/dms.2147

Haut de page

Notes

1 Que soient ici remerciés Antoine Baroche, Flavie Charot, Julias Gharib, Julia Kasongo, Hicham Lahrach et Sarah Lavaud pour leur travail et leur aide précieuse. Un groupe de projet tutoré correspond à une équipe de 5-6 étudiants de 2e année de DUT GEA (gestion des entreprises et des administrations), encadrée par un enseignant-tuteur et missionnée pour répondre à la demande d’un commanditaire sur la période de septembre à mars.

2 Cette règle s’appliquera de façon systématique : le masculin, les lecteurs par exemple, renvoie à une population qui s’est déclarée comme masculine, le féminin, les enseignantes-chercheures par exemple, à une population qui s’est déclarée comme féminine, et la déclinaison, les répondantes et répondants par exemple à l’ensemble de la population concernée.

3 Le masculin ne l’emporte pas ici sur le féminin, mais, comme le suggère le site OpenEdition, l’accord se fait avec le terme le plus proche, selon le principe d’un accord de proximité.

4 Les répondantes et répondants auteurs de citations ont été anonymisés.

5 L’ingénierie en situation d’urgence, ingénierie pédagogique, mathématiques et culture, mathématiques et besoins particuliers, la didactique, les EPA, l’IA, l’hybridation (4), débats sur l’innovation, les learning analytics (2)*, industrialisation de la formation (2), badges et certifications, MOOC (2), REL, forme scolaire et formation hybride, forme universitaire (2), pédagogie universitaire, TIC et enseignement universitaire, analyse de l’activité, perspectives interculturelles, contrôlabilité d’un dispositif mobile via WhatsApp : amélioration de performances des apprenants, méthodologie de conception, état des lieux de la recherche en FOAD, EAD. * Le chiffre entre parenthèses correspond au nombre d’occurrences relevé lors de l’analyse des réponses au questionnaire.

6 La catégorisation d’OpenEdition utilise le terme de « chronique » et non celui de « rubrique ».

7 L’unité de volume existe d’une part en tant que référence bibliographique distincte, par exemple « Distances et médiations des savoirs, 38 | 2022 » (https://doi.org/10.4000/dms.7800) ; elle est d’autre part mise en avant par la présentation de la page d’accueil de la revue (https://journals.openedition.org/dms/index.html).

8 Source : journals.openedition.org/dms. Nous avons ici fait un état des lieux des 10 pages les plus consultées entre 2017 et 2022 pour les mois janvier et juin, hors page d’accueil de la revue et flux rss. Nous avons retiré les pages de sommaire des numéros : soit 34 pages sur 120. Notre échantillon est donc composé de 86 pages les plus vues sur cette période observée.

9 https://journals.openedition.org/dms/76 : page de présentation de la revue, consultée le 20 septembre 2022.

10 L’enseignement à distance ; la médiation des savoirs à distance ; la gestion des connaissances ; l’hybridation ou la numérisation ; la place de l’instrument ; l’ingénierie.

11 https://journals.openedition.org/ripes/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Miguet et Françoise Paquienséguy, « DMS-DMK aujourd’hui ? Enquête de lectorat 2021 »Distances et médiations des savoirs [En ligne], 39 | 2022, mis en ligne le 27 octobre 2022, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/dms/8073 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dms.8073

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search