Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Débat-discussionStratégies numériques des institu...

Débat-discussion

Stratégies numériques des institutions d’enseignement supérieur

Entre conception et intégration réfléchie de la formation à distance
Aurélien Fiévez et Daniel Peraya

Texte intégral

1Pour rappel, le texte de cadrage (Peraya et Fiévez, 2022) se divise en quatre axes de questionnement. Le premier visait les caractéristiques des plans stratégiques numériques et l’impact possible de la pandémie sur leur évolution. Le deuxième axe concernait la place de la formation à distance dans les plans de stratégie numérique. Le troisième axe a trait à la médiatisation et à la médiation des savoirs, et au-delà. Enfin, le dernier axe portait sur l’évolution des représentations de la formation à distance et la place de ces dispositifs dans l’institution.

2Lors du précédent débat, nous avons pu partager l’expérience et les réflexions de Dominique Kern et de Germain Forestier (université de Haute-Alsace), mais aussi de Luc Massou (université de Lorraine). Ainsi, nos collègues de l’université d’Alsace, ayant mené une analyse à l’échelle de leur université à travers leur projet DémoUHA, ont amené différents éléments de réflexion. Ils ont notamment étudié l’importance pour un établissement d’enseignement supérieur d’avoir un service propre responsable de la gestion du plan stratégique dans la perspective de développer une organisation apprenante, la conception de l’innovation, la numérisation des ressources et de documents pédagogiques ou encore la mise en réseau et l’écologie numérique. Les auteurs ont également interrogé la signification de l’articulation des deux missions des universités – l’enseignement et la recherche – et ont exprimé une absence d’articulation de ces deux dimensions dans les plans stratégiques numériques actuels. Luc Massou, quant à lui, nous a donné sa définition de l’hybridation comme l’articulation des moments de formation présentiels et distanciels, l’utilisation des technologies, la focalisation sur les processus d’ingénierie et les choix technopédagogiques. La question des contenus, de leur production et de leur partage a également été évoquée.

3Les différents apports de ces deux contributions se devaient d’être rappelés, car ils sont complétés, voire amendés, par les auteurs de cette édition. Ainsi, pour prolonger le débat, nous accueillons trois autres contributions : Éric Bruillard et Mehdi Khaneboubi de l’Université Paris-Cité ; Florent Michelot de l’université de Moncton ; France Gravelle, Marie-Hélène Masse-Lamarche, Julie Monette, Caroline Gagnon, Frédérique Montreuil et Louis-Philippe Lachance Demers de l’université du Québec à Montréal.

4Éric Bruillard et Mehdi Khaneboubi développent leur contribution autour de quatre thématiques identifiées comme des problèmes de « taille » dans les établissements d’enseignement supérieur : les plans numériques, le développement et la réutilisation des ressources numériques, la formation à distance et enfin les transformations. Cette contribution enrichit le débat, car elle permet d’avoir le point de vue d’acteurs de terrain ayant assisté à la mise en œuvre d’un plan stratégique dans leur institution.

5Pour le premier axe, les auteurs ont pris comme point de départ une étude dans laquelle ils ont analysé les plans numériques de 138 universités, écoles et instituts d’enseignement supérieur produits dans le cadre du processus de contractualisation avec le ministère français de l’Enseignement supérieur (Tingry et al., 2016). Cette étude met en exergue des indicateurs autour de 6 thèmes : (1) la gouvernance de la politique numérique ; (2) le système d’information et les services numériques ; (3) le numérique au service de la formation ; (4) la politique de production et d’incitation à l’usage des ressources numériques pour la formation ; (5) le numérique au service de la recherche ; (6) la conduite du changement et la politique d’accompagnement des acteurs. Ces différents indicateurs, en lien avec les axes des stratégies numériques évoquées dans le texte de cadrage, nuancent ce qui a été relevé précédemment. Ainsi, l’étude identifie que les établissements d’enseignement sont nombreux à estimer avoir peu (ou pas) d’action concernant la mutualisation des ressources de formation, sur la question de la formation à distance et sur l’évaluation des usages numériques. Éric Bruillard et Mehdi Khaneboubi remarquent également que les universités avec des effectifs importants s’attribuent des notes souvent plus élevées sur ces thématiques en comparaison aux institutions de taille plus réduite.

6Le deuxième axe développé par les auteurs vise le développement et la réutilisation des ressources numériques, prolongeant ainsi la réflexion de Luc Massou sur la question. Prenant appui sur une étude récente de Ladage et Redondo (2022), les auteurs indiquent que la réutilisation des ressources numériques dépend fortement de leur taille. Ainsi, plus la ressource est petite, plus il est facile pour les enseignants de les réutiliser. Les résultats de cette étude montrent à ce propos que 96,4 % des répondants déclarent créer eux-mêmes leurs supports de cours et que 84,5 % des enseignants n’utilisent pas de supports déjà existants. Les auteurs mettent en évidence les difficultés que rencontrent les plateformes de partage de ressources mises en place à se développer. Ils prennent pour exemples « FUN-Ressources » déjà évoqué par Luc Massou, ou encore Myriaé, HYBRIDIUM Santé et FLEXISANTÉ qui n’ont pas eu le succès escompté et où la réutilisation et le partage des ressources font plutôt place à une certaine massification.

7Enfin, le troisième axe se focalise sur la formation à distance. Les auteurs évoquent une régression de la formation à distance avec un renforcement de l’enseignement magistral et résument leurs propos par l’expression suivante : « Présentiel souhaité, distanciel subi » (Ly, 2022). Éric Bruillard et Mehdi Khaneboubi insistent également, comme Kern et Germain Forestier (2022), sur le fait d’insérer la recherche dans la formation et d’aborder la pédagogie comme une question interhumaine permettant à la formation de faciliter l’engagement, le développement des compétences et la réussite des apprenants.

8Le quatrième axe analysé vise les transformations. Les auteurs mettent en lumière une distance de plus en plus importante entre le pilotage de l’université, proche du ministère, et le terrain. Ils pointent également le nombre important de niveaux hiérarchique dans l’institution complexifiant les transformations à venir. Ils abordent ensuite une question peu rencontrée jusqu’à présent et devenant un réel enjeu : l’externalisation des services numériques. Par exemple, le recours aux GAFAM dans l’enseignement et la place de ces derniers dans l’innovation pédagogique.

9Dans leur conclusion, les auteurs évoquent la question de l’évolution des métiers de l’enseignement supérieur et insistent sur le fait que celle-ci doit passer par une manière de vivre plus collective, notamment par des associations d’enseignants et d’enseignants-chercheurs. La connaissance des contextes spécifiques lors de la création et lors de l’analyse des plans stratégiques, la place des REL, tout comme la transformation des pratiques pédagogiques de l’écosystème éducatif sont des éléments importants et qui doivent évoluer.

10La contribution de France Gravelle, Marie-Hélène Masse-Lamarche, Julie Monette, Caroline Gagnon, Frédérique Montreuil et Louis-Philippe Lachance Demers se centre sur l’importance d’un plan stratégique dans une institution et du rôle de la gouvernance dans la transformation de l’éducation à l’ère du numérique.

11Les auteurs prennent l’exemple d’une recherche qui a été réalisé par Gravelle et al. (2021) afin de former et accompagner les directions d’établissement d’enseignement et les gestionnaires scolaires à la planification et au développement d’un plan stratégique numérique pour leur établissement. Cette recherche porte un autre regard que ceux évoqués jusqu’à présent, car il cible la création d’un plan stratégique dans des établissements scolaires et non dans des établissements d’enseignement supérieur. De cette recherche, les auteurs ont pu dégager 6 grands champs d’action desquels se déploie les stratégies numériques : la planification, les stratégies visant la gestion de l’infrastructure, des ressources humaines et numériques, celles visant les pratiques de communication, la collaboration, la formation et le soutien, l’exercice du leadership ainsi que l’instauration d’une culture d’organisation apprenante au sein des établissements d’enseignement. Comme le relèvent les auteurs, ces champs d’action présentent des similitudes avec ceux identifiés dans les différents plans numériques stratégiques étudiés dans notre texte de cadrage.

12Différentes pistes de réflexion et d’action sont proposées par les auteurs et sont intéressantes à mentionner : le fait d’inclure la création d’une stratégie numérique dans la législation québécoise, de rendre possible l’enseignement à distance en contexte scolaire, d’insérer le leadership pédago-numérique dans le référentiel de la compétence numérique, de créer des cadres de référence entourant les enjeux de l’éthique numérique notamment en lien avec l’enseignement hybride et, enfin, de consulter le terrain et d’associer les chercheurs à la réalisation des stratégies numériques en lien avec des projets pilotés par des établissements d’enseignement. Ils insistent aussi sur l’aspect collaboratif et l’écoute des membres de l’équipe pédagogique dans cette mise en œuvre. Cette contribution se conclut en confirmant la nécessité d’une gouvernance numérique afin de répondre aux enjeux technologiques, éthiques et sociaux, avec comme toile de fond le leadership pédago-numérique.

13La contribution de Florent Michelot s’oriente quant à elle sur les obstacles et opportunités stratégiques de la formation à distance. L’auteur porte un regard sur l’élaboration d’une planification stratégique au sein de l’université de Moncton. Il fait un point sur les établissements postsecondaires de la province du Nouveau-Brunswick et propose des pistes de réflexion qui permettront d’alimenter la future stratégie numérique de son université.

14Dans la première partie de son texte, l’auteur explique les réalités et le contexte linguistique de l’université de Moncton et l’écosystème universitaire. Un élément intéressant dans les réalités actuelles est la présence d’enseignement bimodal et distanciel dans l’offre de formation. Il met en exergue une augmentation de 67 % des effectifs depuis 2017 suite à cette mise à distance. Cependant, l’auteur indique qu’en dépit de ces initiatives, l’Université de Moncton ne dispose pas de planification sur laquelle elle pourrait compter concernant la formation à distance. À cette fin, et sur la base d’une analyse de 12 institutions postsecondaires, Florent Michelot identifie deux recommandations pertinentes. Premièrement, il est nécessaire, lors du choix et de l’implémentation des outils, d’identifier les usages pédagogiques de manière ciblée. Deuxièmement, il est proposé d’offrir une présence physique en complément de la formation à distance et d’augmenter l’hybridation de l’enseignement. Il s’agit de s’assurer que chaque campus soit en mesure d’offrir un appui en présentiel, en surplus du distanciel. L’auteur insiste également sur le fait que tout exercice de planification stratégique questionne l’importance de recourir au numérique de façon raisonnée, intègre les recherches en sciences de l’éducation, les questions d’écoresponsabilité, la volonté de mise en réseau et la rétention des talents.

15Les trois contributions proposées ici enrichissent le débat initial et prolongent la réflexion. Ainsi, Éric Bruillard et Mehdi Khaneboubi ont permis de mettre en exergue la création des plans numérique et le défi qu’ils pouvaient représenter dans l’environnement des établissements d’enseignement supérieur français. Ils ont également pu apporter un éclairage percutant sur les ressources numériques, les plateformes actuelles et leur utilisation. Le texte de Gravelle et al. apporte un éclairage sur la gouvernance numérique des établissements scolaires et sur la nécessité d’une réflexion et d’une planification au niveau des directions d’établissement. Cette contribution, du fait de la similitude avec les axes que nous avions identifiés dans le texte de cadrage, conforte nos analyses. Enfin, le texte de Michelot nous permet de cibler les réalités rencontrées par les établissements universitaires francophones au Canada  dans la mise en œuvre de la formation à distance et cible différentes recommandations dans la réalisation d’un plan stratégique intégrant la formation à distance.

16Les différentes réflexions apportées par les auteurs nous permettent d’entrevoir de nouvelles perspectives et de nouvelles réalités dans un environnement changeant et avec de nouvelles réalités sociétales post-pandémiques. La place importante des plans stratégiques numériques dans les établissements universitaires, tout comme l’intégration de la formation à distance dans ces derniers, laisse présager de nouvelles pistes de réflexion.

Haut de page

Bibliographie

Peraya, D. et Fiévez, A. (2022). Les stratégies numériques de quelques institutions d’enseignement supérieur au prisme de la distance. Distances et médiations des savoirs, 37. https://doi.org/10.4000/dms.7308

Tingry, N., Khaneboubi, M. et Bruillard, E. (2016, novembre). Étude des usages des indicateurs composites pour le développement du numérique dans des établissements d’enseignement supérieur. Rapport final. https://cloud.parisdescartes.fr/index.php/s/3D8XXFLE8wpsXNY

Ladage, C. et Redondo, C. (2022). Enquête sur les perceptions et les utilisations des ressources pour l’enseignement à l’IUT. Rapport pour le projet ANR IUT Renoir (Ressources numériques : offre, intermédiations, réseaux en IUT).

Gravelle F., Masse Lamarche, M.-H., Monette, J., Gagnon, C., Montreuil, F., Lachance Demers, L.-P., Raunet, C. et Paris, R. (2021). Rapport de recherche intitulé Rapport de l’accompagnement des gestionnaires dans le projet-pilote « prévention ». Rapport de recherche préparé pour le ministère de l’Éducation du Québec (MEQ). Université du Québec à Montréal, Département d’éducation et pédagogie. http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/education/PAN_Rapport_Gestion-leadership-pedagonumerique.pdf

Kern, D. et Forestier, G. (2022). Du projet DémoUHA (PIA4, AMI DémoES) à la stratégie numérique : réflexions critiques et pistes pour une transformation numérique responsable. Distances et médiations des savoirs, 38. https://doi.org/10.4000/dms.7990

Massou, L. (2022). Mutualisation des ressources pédagogiques numériques pour l’hybridation : vers l’éducation ouverte ? Distances et médiations des savoirs, 38. https://doi.org/10.4000/dms.7997

Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec. (2018). Plan d’action numérique en éducation et en enseignement supérieur. http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/ministere/PAN_Plan_action_VF.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Fiévez et Daniel Peraya, « Stratégies numériques des institutions d’enseignement supérieur »Distances et médiations des savoirs [En ligne], 39 | 2022, mis en ligne le 28 octobre 2022, consulté le 05 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/dms/8320 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dms.8320

Haut de page

Auteurs

Aurélien Fiévez

HES-SO Genève

aurelien.fievez@hesge.ch

Articles du même auteur

Daniel Peraya

Université de Genève, TECFA

daniel.peraya@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search