Navigation – Plan du site

AccueilDictionnaireNotices biographiquesRRÉGAMEY Pie-Raymond

RÉGAMEY Pie-Raymond

RÉGAMEY Raymond Jean à l’état civil ; RÉGAMEY Pie-Raymond en religion
Françoise Caussé

Résumé

Né le 10 janvier 1900 à Beblenheim (Alsace annexée, aujourd’hui Haut-Rhin), mort le 12 mars 1996 à Paris (XIIIe arr.).
Historien de l’art et homme de lettres, théologien et directeur avec Marie-Alain Couturier de la revue L’Art sacré, auteur de nombreux ouvrages d’art religieux et de théologie spirituelle.

Haut de page

Historique

Notice validée et mise en ligne le 19/03/2015

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 11 novembre 1928 à Amiens
• Profession simple : 12 novembre 1929 à Amiens
• Profession solennelle : 12 novembre 1932, au Saulchoir de Kain (Belgique)
• Ordination sacerdotale : 10 juillet 1934 au Saulchoir de Kain (Belgique)

1Raymond-Jean Régamey naît en Alsace allemande, durant un long séjour de ses parents dans la famille de sa mère. Jeanne Heilmann, originaire de Colmar, a trente-deux ans à sa naissance ; écrivaine, elle est l’auteur de plusieurs livres sur l’Alsace occupée. La famille de son père, Frédéric Régamey, venue de Suisse et fixée à Paris, compte plusieurs artistes importants. En 1900 Frédéric Régamey a quarante-neuf ans ; il est dessinateur et collabore aussi aux ouvrages de sa femme. Raymond est le deuxième de leurs trois enfants ; son enfance baigne dans l’écriture omniprésente, et dans la passion pour la « question alsacienne » qui enflamme sa famille : sa vie est tout entière marquée par ses guerres.

2La situation de la famille est très modeste, mais elle est reconnue dans le monde des lettres et des arts. Les Régamey sont luthériens : Raymond suit l’École du dimanche. De son enfance, il parle douloureusement. Il a des fureurs sans cause que l’on met sur le compte de la méchanceté, son père est très sévère, et tous les espoirs familiaux se concentrent sur René, son brillant frère aîné. Une bourse lui permet d’entrer au collège Chaptal pour ses études secondaires. Il lit énormément ; ses professeurs de terminale le marquent : un philosophe « bergsonien », un historien élève de Lavisse et son professeur de lettres qui lui fait découvrir Bossuet, première étape vers le catholicisme. Ses baccalauréats en poche (latin-sciences en 1917, philosophie en 1918), Raymond devance l’appel et s’engage pour la durée de la guerre. Son régiment est évacué de Toul à Angers, puis à Nancy ; il obtient d’être rapproché du domicile de sa grand-mère maternelle, est versé dans la mission militaire de Colmar, puis au 8e Génie. Il n’est libéré qu’à la proclamation officielle de la fin de la guerre. La situation familiale est devenue dramatique : René meurt dans un accident d’avion en mai 1919 et quelques mois plus tard son père est frappé par une congestion cérébrale, qui le laisse très diminué jusqu’à sa mort en 1926.

3Revenu à la vie civile, Raymond entame en retard sa première année de Sorbonne et il doit en même temps assurer la subsistance de ses parents et de son frère cadet Robert, âgé de dix-sept ans. Le sénateur Eccard, qui représente l’État français au chapitre luthérien de Strasbourg, le prend comme secrétaire lors de ses venues à Paris et il lui procure des articles de critique artistique dans des journaux comme Der Neue Zeitung de Strasbourg. Les malheurs s’accumulent : une embolie cérébrale paralyse à demi Jeanne en 1924 ; le 3 septembre 1927, au soir du mariage de Robert, elle meurt subitement ; sa mort provoque quelques jours plus tard celle de sa propre mère. Les seuls parents de Raymond sont désormais Robert et sa famille. Des liens se maintiendront, plutôt lâches, avec le couple et ses enfants.

4Raymond Régamey passe en deux ans une licence d’histoire et géographie, il suit notamment les cours d’Émile Mâle et de Focillon. Il prépare ensuite un diplôme d’études supérieures sous la direction de René Schneider – son mémoire porte sur « la fantaisie et le naturalisme dans le Versailles de Louis XIV ». Mais il ne peut mener à bien son projet de thèse de doctorat sur Germain Boffrand, architecte méconnu, collaborateur d’Hardouin-Mansart. Entre 1920 et 1927, et en dépit de ses charges, il déploie une intense activité. Il fonde le Groupe des étudiants en histoire de l’art de la Sorbonne ; il suit de près le Bulletin de la galerie Bernheim, est abonné à la Nouvelle Revue française, et il commence une carrière d’écrivain : Hommage à Géricault en 1924 ; un Géricault plus didactique en 1926 ; un article sur Louis David en 1924 ; un article sur la jeunesse de Monet vers 1925. Il se lie avec de jeunes historiens et critiques d’art, reçoit la commande d’un Delacroix. Durant ces mêmes années, Raymond Régamey chemine vers le catholicisme. Il est baptisé le 11 mars 1926 par l’abbé Alterman, tertiaire dominicain, ainsi que son parrain l’historien d’art Paul Biver, ami du père Raymond Louis – qui semble avoir joué un grand rôle dans sa conversion. Sa marraine est Marcelle Mourey, fille du critique Gabriel Mourey. Il va ensuite découvrir la vie conventuelle dominicaine à Saint-Maximin ; en août, à Solesmes, il rédige un Prudhon.

5La mort de sa mère constitue un tournant. Raymond Régamey est libre de lui-même. À la fin de 1927, Paul Jamot l’introduit au Louvre où il travaille dans le département des peintures. Il commence à écrire le Delacroix commandé par Georges Huisman. Il fréquente les bénédictins d’Auteuil et des personnalités de grand rayonnement spirituel, tel l’abbé Lamy ; il passe quelques jours au couvent d’études du Saulchoir à Kain, finalement, il se présente en juin 1928 à Amiens au maître des novices, Réginald Berger. Il passe l’été au Plan d’Aups, au massif de la Sainte-Baume où il travaille à son Delacroix. Il en confie le manuscrit à René Huyghe avant d’entrer au noviciat, mais alors qu’il est au Saulchoir, le Louvre organise une exposition Delacroix qu’on l’autorise à aller voir ; il remanie le texte de cette dernière œuvre profane, qui est publiée en 1931.

Portrait de groupe du noviciat de Pie-Raymond Régamey, 1928-1929

Portrait de groupe du noviciat de Pie-Raymond Régamey, 1928-1929

Au couvent d'Amiens avec l'ensemble des novices dont Réginald Berger est le père-maître. Sans pour autant renoncer à sa vocation, le jeune Pie-Raymond Régamey ne trouve pas au noviciat la concrétisation de l'idéal de fraternité auquel il aspirait à son entrée dans l'ordre. La suite de sa formation au Saulchoir de Kain comblera davantage ses attentes, grâce au climat d'émulation intellectuelle qui y règne alors.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

6Entré en novembre au noviciat d’Amiens, Raymond Régamey reçoit le nom de frère Pie. Ce temps est rude et il n’y trouve pas le milieu fraternel attendu. Au couvent du Saulchoir, ses années d’études se déroulent sous la régence de Marie-Dominique Chenu  ; elles comblent son attente, par le haut niveau de la formation et la qualité de la vie conventuelle. « Nous montions vers le sacerdoce et vers la sagesse dans le chant des mélodies grégoriennes et l’allégresse d’un printemps de l’Église », écrit-il en 1964. Il se lie avec Marie-Alain Couturier et lorsqu’en 1930 ce dernier va terminer ses études à Rome, ils commencent des échanges épistolaires sur l’art et sur l’Église qui ne cesseront qu’avec la mort de Couturier en 1954. Frère Pie Régamey renoue avec l’écriture : il prépare pour la Revue des jeunes un article sur l’image religieuse, il rédige pour La Vie intellectuelle « L’art sacré et la discipline ecclésiastique » (paru en 1934), et pour le journal Sept l’important article « Le problème de l’art religieux ». Il fait venir les artistes qui ont fondé en 1918 les Ateliers d’Art sacré, George Desvallières et Maurice Denis. Sa thèse de 1934 sur la componction du cœur préfigure le Portrait spirituel du chrétien, et il reconnaît son intérêt majeur pour la théologie spirituelle. Au printemps de 1935, sa santé se dégrade au point qu’on l’envoie trois mois durant, comme aumônier d’un sanatorium sur le Plateau d’Assy, en Savoie. Il fait encore deux années de théologie puis en juillet 1936, Pie-Raymond Régamey est assigné au couvent Saint-Jacques à Paris.

Pie-Raymond Régamey et George Desvallières

Pie-Raymond Régamey et George Desvallières

Créateur avec Maurice Denis des Ateliers d'art sacré (1919-1947), George Desvallières est invité pour une conférence au Saulchoir par le frère Pie-Raymond (8-11 mars 1933). C'est le second séjour du peintre au couvent d'études de la Province de France alors situé en Belgique. La Vie intellectuelle du 25 septembre 1933 en publie le récit par Régamey qui se souvient que sa « grande joie pendant les deux ou trois jours qu'il a passés ici fut de causer, de "jaboter" avec les frères. »

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7Il définit sobrement son ministère en « prédications et écrits de toutes sortes ». En fait, et jusqu’à un âge très avancé, il superpose quantité d’activités dans deux domaines majeurs, menés de front et longtemps imbriqués : celui de la théologie spirituelle et celui de l’art religieux. Ils se déclinent en tâches d’enseignement, de recherche, d’accompagnement spirituel, qui l’amènent à d’incessants déplacements en province et à l’étranger. Jusqu’à l’issue du conflit, Pie Régamey assure un service régulier auprès d’institutions ou de couvents ; à la demande, il va donner des cours et des conférences ou assurer des retraites ; il prêche les carêmes dans de grandes villes ; il donne des cours au couvent d’Étiolles. Enfin il assure à de très nombreuses personnes un accompagnement spirituel ; on relève dans son agenda nombre de baptêmes ou de communions d’adultes. Ce dernier service est moins dense durant les années de L’Art sacré d’après-guerre et il se tarit durant quelques années autour de 1970, mais il est une constante de son ministère au même titre que les cours, les conférences, les publications et le suivi des artistes.

L'Art sacré, couverture du numéro de mars 1936

L'Art sacré, couverture du numéro de mars 1936

La revue L'Art sacré n'a pas été fondée par les dominicains mais par un laïc, Joseph Pichard, qui en est le rédacteur en chef en 1935-1936. Confrontée à des difficultés financières, elle est reprise par les Éditions du Cerf et les pères Marie-Alain Couturier et Pie-Raymond Régamey en deviennent alors les directeurs.

8La création de la revue L’Art sacré s’inscrit dans la réflexion sur un art religieux moderne qui traverse le siècle, au moins jusqu’au concile Vatican II ouvert par le pape Jean XXIII en 1962. Dans les années 1920, se constituent des groupes d’artistes catholiques qui ambitionnent de réaliser un art religieux inséré dans les préoccupations artistiques du temps. Joseph Pichard lance la revue en juillet 1935 dans le but de faire connaître ces artistes. Au bout d’un an la revue en grande difficulté est rachetée par deux mécènes qui la donnent aux Éditions du Cerf. À dater de janvier 1937, L’Art sacré est dominicain et ses directeurs sont Pie-Raymond Régamey et Pierre (Marie-Alain) Couturier ; son histoire se détaille en sections distinctes.

9Jusqu’à la déclaration de la guerre, trente numéros de belle facture paraissent, aux sujets solidement traités. « Protéger la renaissance de l’art chrétien » est le projet éditorial annoncé. Comme leur ami le philosophe Jacques Maritain, les directeurs considèrent qu’il est impossible de susciter un art « sacré » en dehors d’une civilisation chrétienne. Ils constatent la faible valeur artistique des œuvres provenant des ateliers d’artistes chrétiens, et la rattachent à des causes internes à l’Église, car en même temps s’épanouit en France un art moderne de très haut niveau. Ils prennent acte de ce divorce des deux milieux, mais sont convaincus que l’art religieux ne peut se passer de l’apport de l’art profane. La revue recherche les valeurs constantes de l’art ancien, elle scrute l’art contemporain et tente de discerner ce qui peut s’adapter au message chrétien dont le sommet est l’expression des Béatitudes. Pie Régamey critique les « Chantiers du Cardinal », vaste programme que lance le diocèse de Paris en 1931, car ayant écarté les « maîtres », ils n’offrent aucune « des quelques grandes œuvres décisives que l’esprit chrétien et l’art d’aujourd’hui étaient parfaitement en mesure de donner » (AS, 34). Mais la modernité pose problème. En 1937, deux expositions en marge de l’Exposition internationale permettent au grand public de découvrir l’art Indépendant ; dans L’Art sacré on admire le talent des artistes mais on prend quelque distance avec ce qui constitue leur vraie modernité ; jusqu’à la guerre, la revue jugée si audacieuse par les catholiques se cantonne en fait à la frange la moins moderne de l’art. Elle s’attache cependant à tout ce qui permet de faire se rencontrer les deux mondes artistiques, notamment aux expositions sur les thèmes de Noël et de Pâques qu’organise Lucy Krogh dans sa galerie de peinture, dans les années 1930, auxquelles participent des Indépendants (Dufresne, Chagall, Goerg, Rouault ou Gromaire) et des artistes chrétiens. Elle s’intéresse de près en juin 1939 à l’exposition « Vitraux et tapisseries », initiée par Jean Hébert-Stevens et son épouse Pauline Peugniez, où voisinent avec celles des artistes chrétiens des œuvres de Bazaine, Gromaire, Francis Grüber, Rouault, Braque, Denis, Dufy, Marie Laurencin, Léger, Lurçat, Miro, Picasso, Rouault, Saint-Saëns, de Waroquier. La guerre arrête L’Art sacré en août 1939, en pleins projets ; dès cette époque Pie Régamey projette de constituer un Manuel pratique d’art sacré pour aider le clergé (dispositions générales des églises, mises en valeur, sauvetages, musées diocésains, commissions d’art sacré, etc.).

10La guerre constitue un deuxième tournant : c’est à cette époque que Pie Régamey commence son œuvre de théologie spirituelle. Mobilisé, affecté en raison de ses services antérieurs à la deuxième Réserve à Asnières, il commence à écrire « La patrie selon le Christ ». À la mi-décembre 1939, il est dans l’infanterie. Le 15 juin 1940, les Allemands occupent Paris et progressent vers le Sud ; son régiment est envoyé vers Guigneville. Arrêté une première fois le 16 juin près de Châteauneuf, relâché puis arrêté à nouveau à la Ferté-Alais, Pie Régamey est amené à l’église d’Étampes qui sert de prison provisoire, puis le 22 juin au camp de Mondésir près d’Orléans, où il commence à tenir le journal de ses tribulations. Les conditions matérielles sont précaires, les corvées, lourdes et quotidiennes, les rassemblements interminables ; atteint d’entérite, il est évacué le 17 juillet à l’hôpital d’Étampes. À la demande des sœurs de l’hôpital qui lui procurent une tenue d’infirmier, il va assurer la messe quotidienne dans leur maison de Gérofosse et profite du jardin pour travailler (« une bénédiction dont je n’aurai jamais assez de gratitude »). À la fin du mois d’août, transféré à l’hôpital Dominique Larrey de Versailles, il apprend le 2 novembre sa prochaine libération, mais les formalités se prolongent. Le 4 décembre l’hôpital est réquisitionné : on l’envoie à l’hôpital Saint-Nicolas d’Issy-les-Moulineaux ; les papiers arrivent le 25 décembre. Rentré à son couvent, Pie Régamey passe à Paris la durée de la guerre, hormis les déplacements liés à son ministère.

11Son journal témoigne de son application à vivre au plus près sa vie de prêtre et de religieux : messes, bréviaire, offices, prière du soir, matines, laudes, prime. Il remplit des pages de réflexions sur la qualité de son apostolat. À Étampes où il assiste des malades de l’hôpital, il note : « Voilà donc reprise ma vie du Mont Blanc ! […] J’en suis déjà désarticulé, fondu, concassé jusqu’au fond de l’âme ». Il travaille à ses sermons de manière approfondie, prompt à se convaincre de la « perte de [ses] moyens d’apostolat, parole, écriture ». Il lit (plus de cinquante romans et ouvrages durant les six mois). Il étudie, principalement saint Thomas dont il se fait apporter à Versailles le Traité de la force. Il écrit beaucoup ; l’étude la plus importante porte sur les « dons du Saint-Esprit ». Il se livre à de douloureuses autoanalyses. Désarroi : « La vanité de ma vie, surtout durant mes trois années de ministère ne me permet pas beaucoup d’illusions sur le bien que je pourrais faire. » Tension nerveuse : « Je ne trouverai jamais mon équilibre ! » Il fait des plans pour l’après-guerre : se limiter à la prédication et aux écrits spirituels, utiliser autrement « le temps immense que je perdais pour L’AS ». Il envisage quatre directions de travail : « 1° études d’art religieux, cet art étant considéré comme significatif des réalités spirituelles ; 2° doctrine nationale ; 3° psychologie surnaturelle ou théologie spirituelle, deux termes exactement synonymes ; 4° enfin prédication ». Il souffre du désastre et de l’état moral du pays : la France anéantie meurt dans la honte, écrasée par des « tyrans impitoyables » qui règnent par la violence, le mensonge, la ruse et la corruption. La déclaration du cardinal Baudrillard poussant à la collaboration l’accable : « Hitler doit avoir eu, en lisant ce texte du cardinal Baudrillart, le sourire qu’on lui voit sur la photo prise à Munich en septembre 1938, tandis qu’il regarde la main de Daladier signant la capitulation honteuse de la France. »

12La vie repart dans son couvent. Les cours Saint-Jacques sont initiés en 1941 – ils se poursuivront après la guerre. Pie Régamey s’y investit dès le début – il assurera plus de trente séries de cours entre 1941 et 1963, principalement de théologie spirituelle. Plusieurs livres paraissent : La pauvreté, introduction nécessaire à la vie chrétienne en novembre 1941 ; La foi du charbonnier est-elle l’idéal ? en 1941 ; Les plus beaux textes sur la Vierge Marie en 1942 ; Anges, écrit en juillet 1942, paru en 1946 faute de papier ; La croix du Christ et celle du chrétien, en mars 1944.

13L’Art sacré est arrêté depuis 1939. En novembre 1943 on commence à réfléchir à sa remise sur pieds. Marie-Alain Couturier est en Amérique du Nord. Pie Régamey est réticent, mais il est le seul capable de réussir l’exploit, en pleine déroute économique. Dès 1944, il organise des réunions de travail et au début de 1945 il annonce la reprise dans Arts, La Croix et La Maison-Dieu, en des termes adaptés aux trois lectorats mais avec le même fond argumentaire : la vie artistique reprend, l’Église manifeste une « nouvelle jeunesse », il faut saisir l’opportunité de la reconstruction, faire appel à un artiste « même incroyant, pourvu qu’il ait de l’âme ». L’Art sacré fera connaître les valeurs artistiques qui se préoccupent de spiritualité, quelle que soit leur « tendance », il fournira une aide logistique et contribuera à l’éducation du « sens liturgique » des prêtres. En parallèle, Pie Régamey organise toutes sortes de causeries, conférences, débats allant de la sensibilisation large aux réunions très techniques et aux tentatives de rencontres entre des artistes chrétiens et des personnalités comme Manessier, Léger ou Le Corbusier. L’Art sacré fait désormais partie des publications du Centre de pastorale liturgique (CPL), initié en 1943 par les pères Pie Duployé et Aimon-Marie Roguet, mais les relations sont assez superficielles ; le CPL affirme le caractère central de la messe mais il n’établit pas le lien organique que fait L’Art sacré entre la valeur spirituelle du culte et sa qualité sensible. L’incompréhension perdurera avec les pères Maurice Cocagnac et Jean Capellades.

Pie-Raymond Régamey conférencier pour l’art sacré en décembre 1948

Pie-Raymond Régamey conférencier pour l’art sacré en décembre 1948

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

14Pie Régamey porte la revue à peu près seul jusqu’à l’automne 1948 ; la pénurie de papier est totale et elle se prolonge durant des années, ce qui explique et justifie le rythme irrégulier des parutions et la quantité considérable de matière contenue dans quelques pages à la typographie minuscule. Les premiers numéros paraissent en octobre 1945, intitulés Cahiers de l’Art sacré et précédés d’une petite Brochure « charte » d’une action pour la remise en valeur des églises anciennes, fruit d’une collaboration avec les Monuments historiques, le tourisme et les musées diocésains. Paraissent ensuite dix-neuf numéros pour lesquels il fait appel à des collaborateurs, mais les trois-quarts des articles, études, notes, chroniques, commentaires de documents sont de sa main. Il écrit tout ce qui concerne l’art religieux contemporain des cinq années précédentes dans les Cahiers 3 et 7, et presque tout le dossier sur l’art de l’entre-deux-guerres (AS, 3-4, 1948). Il produit de grandes études théoriques : en histoire de l’art (Cahier 8 en 1946, sur fra Angelico, AS, 10, « Explication de la décadence », 1947), en ecclésiologie (AS, 5-6, 1948, sur la tradition), en didactique (Cahier 9, 1946 sur l’éducation artistique du clergé). Le Cahier 3 présente avec audace la non-figuration, illustrée avec des reproductions de Manessier. Enfin, avec la collaboration d’architectes et de représentants des groupements d’églises dévastées, il élabore la série des cinq Cahiers « Reconstruire les églises » dont quatre sont publiés entre 1945 et 1948. L’Art sacré est arrêté près d’un an à partir d’octobre 1948 pour des raisons financières ; le dernier « Reconstruire les églises » est le premier numéro de la reprise.

15Deux groupes importants d’actions vont compléter le travail de L’Art sacré durant cette période. Tout d’abord, un congrès du CPL doit se dérouler à Lyon en septembre 1947 et Pie Régamey envisage d’y présenter une exposition. Ce projet est anticipé par Jean-Gabriel Lemoine, conservateur du musée des Beaux-Arts de Bordeaux, qui sollicite sa participation à l’exposition d’art religieux moderne qu’il compte organiser en avril-mai 1947. Régamey prépare avec l’aide de Joseph Pichard une section d’œuvres « parisiennes » qui sont présentées à Bordeaux, puis à Nantes. L’exposition se rend comme prévu à Lyon, et finit son périple à Dijon. Un peu remaniée à chaque fois, elle rassemble des œuvres d’« à peu près tous ceux qui comptent en tant qu’artistes chrétiens » selon Arts, mais aussi de Rouault, Manessier, Gleizes, Chagall, Zack… D’un endroit à l’autre Pie Régamey enrichit ses explications : il conçoit l’exposition comme un « laboratoire » et les œuvres présentées « se recommandent à la fois par la qualité artistique et par la sincérité de leur sentiment religieux ». Les milieux artistiques réagissent favorablement ; mais le périple met en évidence la constance de l’hostilité de milieux d’Église qui stigmatisent un art « semi-décadent ». Le deuxième groupe d’actions est constitué par trois séries de « Journées d’études » organisées en 1948, 1949 et 1950. La première, chez les bénédictines de Vanves, ouverte aux laïcs car Pie Régamey cherche à faire émerger une « doctrine » sur l’art sacré, rassemble des ecclésiastiques, des artistes, des critiques d’art et des amateurs. Les deux suivantes sont réservées au clergé et s’articulent à des sessions du CPL. Pie Régamey abandonne ensuite ce type d’action « trop éloigné du tempérament de Marie-Alain Couturier ».

16La dernière exposition qu’organise Pie Régamey a un relief particulier. Elle se déroule à Rome en 1950, année proclamée « sainte » par le pape Pie XII. Le gouvernement français qui patronne deux expositions à Paris prend très au sérieux sa participation aux manifestations romaines, et il confie à Pie Régamey la fonction de commissaire général d’une exposition distincte de la grande exposition internationale d’art sacré. « Objets d’art religieux en France », inaugurée le 3 mai au Petit Palais de Venise, présente pour la première fois en Italie des œuvres de Rouault ; le grand quotidien catholique milanais L’Italia titre que « l’art contemporain rentre dans l’Église », mais l’Osservatore romano, organe du Vatican, n’en parle pas : le caractère officiel de l’exposition empêche une réaction réprobatrice. L’exposition séjourne ensuite à Naples, Florence, Milan et Turin, et Pie Régamey constate les mêmes réactions du public qu’à ses expositions de 1947. Cette période cristallise une angoisse dont il fait l’aveu dans le Portrait spirituel du chrétien : il appréhende dès ce moment une mesure contre L’Art sacré. Il commence d’écrire dans le train qui le ramène du Piémont à la fin de l’année une grande méditation sur l’épreuve de l’obéissance, vertu mystique commandée par l’appartenance au Christ, « le grand Obéissant ». En 1955, il s’est convaincu que former le goût des gens est un objectif chimérique et écrit à propos de ses expositions : « Tout compte fait, je crains d’avoir desservi alors la cause d’un art digne de l’Église : je crains que tant de peine ne se soit soldée par plus d’engouement des uns pour n’importe quel “moderne” et une plus violente réprobation par les autres de ce qui mérite le respect et l’amour » (AS, 7-8).

En 1953 dans les jardins du couvent Saint-Jacques à Paris

En 1953 dans les jardins du couvent Saint-Jacques à Paris

À l'habit dominicain et à la coupe monastique, Pie-Raymond Régamey associe des lunettes de soleil, accessoire de mode indispensable de l'après-guerre.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

17L’Art sacré paraît à nouveau en septembre 1949 ; il bénéficie de la dynamique des années précédentes et la collaboration retrouvée avec Marie-Alain Couturier va lui donner son allure définitive. Les conditions matérielles sont encore précaires mais le nouvel imprimeur Lang est un ami de Pie Régamey et participe activement à la fabrication des vingt-neuf numéros qui sortent de septembre 1949 à juin 1954. Les deux directeurs peinent un peu à la mise en route. Ils s’arrêtent en fin de compte à une alternance qui n’est pas une simple juxtaposition, car chaque fascicule est discuté en détail. Les numéros pris en charge par Marie-Alain Couturier donnent la priorité aux images, ceux de Pie Régamey sont plus didactiques, mais L’Art sacré est l’œuvre commune des deux hommes, même si des discussions restent ouvertes entre eux ; la principale concerne les artistes modestes, Marie-Alain Couturier craint l’amalgame entre modestie et médiocrité. Mais la cohérence de la revue saute aux yeux. L’approche des deux hommes sur la création artistique et sur ses rapports avec la spiritualité est identique, leur confiance réciproque est entière, et ils sont très complémentaires : la beauté de la revue due à Marie-Alain Couturier plaît aux artistes, le didactisme de Pie Régamey est un repère sûr pour le clergé. Les deux directeurs en sont conscients ; en 1951, Couturier écrit à son ami que leur « entière union » ne fait que s’approfondir, « quelle que soit, d’ailleurs, la divergence de deux natures presque opposées mais en effet, je crois, complémentaires (L’Art sacré a toutes les veines…) » ; en mai 1952 : « Je ne serai jamais qu’un franc-tireur derrière un arbre (de temps en temps bien placé, voilà tout…). Ce que je peux faire n’a de valeur que dans l’ensemble de ce que, vous, vous faites. » On ne peut citer ici les très nombreux sujets abordés par la revue ; en voici un petit échantillon : en mai 1950, la question cruciale de la sensibilisation des prêtres à la création artistique ; l’insistance pour que l’Église accueille de grands créateurs. La « bondieuserie » en mai 1951 donne l’occasion à Pie Régamey de revenir sur le thème du « visage » que l’Église offre au monde. L’Art sacré présente avec force louanges en 1950 et 1951 les édifices qui suscitent la « querelle de l’art sacré », à Assy, Vence et Audincourt. Le thème de la pauvreté et des béatitudes est récurrent ; il est traité en juillet 1950 sous le double angle de la création artistique (Couturier) et des exigences de solidarité et de justice (Régamey) ; il reparaît dans les « Tâches modestes » de décembre 1952 et janvier 1953 (Couturier) et il reçoit une suite à la fin de 1953, « De quel esprit serez-vous ? » (Régamey). Le plus bel exemple de la méditation de Pie Régamey sur la vérité dans le culte est « Images de la prière ». La revue donne peu d’écho à la querelle suscitée par les œuvres religieuses contemporaines dérangeantes et par l’appel à des artistes non-chrétiens. On signale sans commentaires au printemps 1951 la décision de l’évêque d’Annecy de faire retirer de l’église d’Assy le crucifix de Germaine Richier sur lequel se focalise la polémique ; en mars 1952 Pie Régamey écrit le beau numéro « Ni snobisme, ni démagogie » ; en mai, il fait le bilan des controverses et publie les directives apaisantes de la Commission épiscopale de pastorale et de liturgie. Mais le Saint-Office publie en juillet une « Instruction sur l’art sacré » et dans l’Osservatore romano paraissent d’inquiétants articles de Mgr Celso Costantini, influent à Rome et hostile à l’art religieux moderne. Régamey est à ce moment plongé dans la rédaction de Art sacré au XXe siècle ? qui paraît en décembre, au plus fort de la querelle.

Ouvrage paru en décembre 1952 dans la collection l'Art et Dieu des Éditions du Cerf

Ouvrage paru en décembre 1952 dans la collection l'Art et Dieu des Éditions du Cerf

La sortie de l'ouvrage de Pie-Raymond Régamey, qui présente une synthèse de deux décennies d'expériences et de combats, intervient en pleine « querelle de l'art sacré ». L'introduction souligne l'ampleur du défi à relever : « Oui, ce qui est en cause ici, c'est le visage que l'Église présente au monde. »

18L’ouvrage synthétise toute l’expérience de Pie Régamey. Après une description de la « crise de croissance de l’humanité » et un rappel de la laïcisation de la société, il étudie le problème du point de vue des « exigences religieuses » (fonction des arts sacrés dans la liturgie, caractères de l’art religieux chrétien, Tradition, etc.), puis du point de vue de l’art et des artistes (« exigences et possibilités de l’art vivant », évolution historique de l’art, « possibilités chrétiennes » des incroyants, art non-figuratif, « la technique et l’esprit »). Les authentiques créateurs doivent se sentir « aimés des prêtres : c’est… ce cœur à cœur qui est au cœur de tout le mystère d’un art sacré vivant ». La troisième partie, du point de vue de la société ecclésiale, décrit les discordances humaines et religieuses des chrétiens. C’est le drame de l’art sacré : « Comment ceux qui ne perçoivent pas certaines valeurs artistiques reconnaîtraient-ils les valeurs religieuses qu’elles portent ? » Le livre se termine sur la question : Que faire ? C’est dans la vie même du clergé et des fidèles qu’il faut faire naître les œuvres, répond Pie Régamey. « Il est tellement évident que les grandes forces funestes joueront toujours plus amples et plus intenses à mesure que s’accompliront les petits progrès, que nous sentons une sorte de destin inéluctable peser sur les rares choses qui nous paraissent dignes d’amour. Mais ce peu qui parviendra à éclore, et ce peu qui ne sera pas broyé, il n’y a que lui qui compte, il triomphe du destin. » Marie-Alain Couturier salue la sortie de l’ouvrage qui affronte « avec une rigueur assez terrible » les données qui commandent les problèmes de l’art sacré. « Qu’il soit permis à celui qui partage avec le père Régamey les responsabilités et la direction de cette revue de dire quelle joie fraternelle et quelle fierté c’est pour lui de saluer l’apparition d’un ouvrage de cette qualité et de cette importance. » Le père Pierre Boisselot, directeur du Cerf, souligne que l’art n’est ici que matière à réflexion théologique ; le livre « est aussi, et peut-être d’abord, un grand livre de spiritualité ».

191954 est encore une année-charnière. L’aspect relativement décousu du numéro de mars 1954 témoigne du très lourd contexte. Pie Régamey malade depuis plusieurs mois, apprend à Grasse la mort de Marie-Alain Couturier dans la nuit du 8 au 9 février ; simultanément, le conflit sur la question des prêtres-ouvriers a pris un tour aigu. Venu à Paris le 8 février le maître général démet les trois provinciaux et éloigne les pères Chenu, Congar et Féret. Le 12 février, après l’enterrement de Couturier, Pie Régamey est hospitalisé. Le nouveau provincial, le père Vincent Ducatillon l’informe en mars que Rome l’a « à l’œil » : le numéro « De quel esprit serez-vous ? » a été déféré au Saint-Office. On l’envoie vers la mi-avril à Sallanches. Il y prépare le numéro en hommage au père Couturier ; il écrit : « Ici, je m’apaise naturellement. Mais l’angoisse demeure sous-jacente. […] Invinciblement, je me vois appelé devant le Saint-Office […] Et cet obscur pressentiment que je mourrai de fatigue sur une route, honni… » Il travaille aussi à assurer l’avenir de la revue et finit en juin par persuader Maurice Cocagnac d’en assumer la charge, avec la collaboration de Jean Capellades. La mort accidentelle du maître général, le 29 juin, relance ses angoisses. « Le père Suarez défendait la structure élective de l’Ordre contre l’autoritarisme de Rome. […] Faut-il rester fidèle à l’Ordre, lorsque celui-ci sera décidément l’ombre de lui-même, vidé de son esprit, dont l’Église n’a plus le moindre sens ? » En 1974, Régamey récapitulera sobrement la « grande aventure » de L’Art sacré : « C’était bien celle de l’esprit dans les conditions mortelles où le met le monde moderne ».

Au parc du château de Versailles

Au parc du château de Versailles

Pie-Raymond Régamey au cours d'une visite du parc du château de Versailles, en 1951, avec un des nombreux groupes d'étudiants qu'il anime.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

20En dehors de ses innombrables écrits dans L’Art sacré, Pie Régamey est fortement impliqué dans les milieux artistiques : il accompagne des artistes, intervient dans des ateliers (les Ateliers d’Art sacré, les Catholiques des Beaux-Arts, le groupe fra Angelico…) ; de nombreux groupes d’étudiants le sollicitent (Groupe catholique d’histoire de l’art, Centre Richelieu, Groupe des sciences, Saint-Cyr, Cité universitaire, École polytechnique). Il donne un nombre impressionnant de conférences (plus de deux cents) à Paris, en province et dans divers pays européens (Suisse, Italie, Autriche, Belgique, Hollande). Les thèmes ne sont pas tous recensés ; l’art y domine cependant, au moins jusqu’en 1960, puis cède progressivement la place à la spiritualité. Ces déplacements s’ajoutent à ceux, signalés plus haut, relatifs aux retraites dans les couvents ; ils constituent un aspect caractéristique de cette vie que l’on peut rapprocher d’une intuition du fondateur de l’Ordre, saint Dominique, qui lie vie communautaire et prédication itinérante.

Pie-Raymond Régamey et Le Corbusier devant la chapelle de Ronchamp

Pie-Raymond Régamey et Le Corbusier devant la chapelle de Ronchamp

Pie-Raymond Régamey et Le Corbusier à l’occasion, vraisemblablement, de la consécration de la chapelle en 1955.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

21Il est difficile de donner une idée du rayonnement de cet homme qui connaît une multitude d’artistes, d’architectes, de critiques d’art, de journalistes, de conservateurs, d’historiens de l’art, etc. Il noue une amitié privilégiée avec Manessier qui en 1992 lui fera découvrir en avant-première, sa rétrospective du Grand Palais. Il connaît Rouault depuis la guerre et c’est dans son couvent que l’artiste demande à recevoir la croix de Commandeur de l’Ordre de Saint-Grégoire-le-Grand que lui confère Pie XII en 1953. Le Moal doit à Pie Régamey sa première commande de vitrail en 1956 ; il s’intéresse aux sculpteurs Laurens et Zadkine ; on relève dans ses mémentos des noms comme Bertholle, Brianchon, Lapicque, Adam, Bisson, Dufresne, Gimont, Elvire Jan, Germaine Richier, Saupique, de Waroquier, Zack… Il considère Bazaine comme le maître le plus lucide de sa génération et il signale à plusieurs reprises ses Notes sur la peinture d’aujourd’hui. Avec Léger, avec Matisse, ses rapports sont très cordiaux. Très concerné par l’architecture, il noue des relations amicales avec des architectes français (Perret ou Koch), suisses et allemands (Moser, Baur, Metzger, Bartning, Steffann, Herkommer). Pour autant, il est sensible aux talents modestes et fidèle à ses amitiés avec les artistes chrétiens. À son départ de L’Art sacré, la Société de Saint-Luc, suisse, grand précurseur de l’art religieux moderne, lui rend un très sincère hommage.

22Enfin, signalons que Pie Régamey est immédiatement convié par la Réunion des musées nationaux à faire partie du Conseil des musées, recréé en 1945, organe de décision de toutes les acquisitions. Bernard Dorival, conservateur du musée d’Art moderne, apprécie sa sensibilité artistique « exceptionnelle » et « l’imprévu et l’intelligence de ses jugements » le surprennent. En 1962, Pie Régamey refuse la Légion d’honneur que veut lui octroyer le directeur des Musées de France Jean Châtelain, arguant du fait que cela ne s’accorde pas à sa vie. Il démissionne en 1971, car il a scrupule à occuper un siège « pour lequel d’autres sont plus qualifiés ».

23Sa redoutable sincérité, ses propos mordants et son caractère emporté l’ont constamment desservi. L’image suggérée dans La Croix du 29 août 1950 est assez juste : « Ce fils de Saint-Dominique a une âme de feu ; le médiocre et le laid le font exploser. “Domini canes”, à lui s’applique exactement le jeu de mots : inlassablement il exhorte, il excite, il bataille, lancé aux trousses des fabricants en série et des faux maîtres. » Pie Régamey a suscité cependant des amitiés sans faille, tout particulièrement celles des membres de la Commission d’art sacré de Besançon, qui a suscité les grandes œuvres des Bréseux, d’Audincourt et de Ronchamp. François Mathey apprécie le grand travailleur ; le chanoine Lucien Ledeur lui rend ce chaleureux hommage : « Ce rude dialecticien, ce vaillant lutteur, a donné des coups et il en a reçu. Mais n’est-il pas, lui aussi, un des grands spirituels de notre temps ? » Marie-Lucie Cornillot, conservateur des musées classés, le choisit comme directeur de conscience. À Strasbourg, Jean Ringue, secrétaire de la CDAS, souligne son courage et ses qualités pédagogiques. Quant au comédien Michael Lonsdale, ce dominicain « très simple et exigeant à la fois » qu’il rencontre vers 1954, sera son père spirituel durant de longues années.

24Après L’Art sacré, Pie Régamey travaille à la diffusion des écrits de Marie-Alain Couturier et publie les Discours de mariage (1955), Art et liberté spirituelle (1957), L’Évangile est à l’extrême (1970), Se garder libre (1972). Il rédige de façon anonyme sa biographie en 1965. Il reprend en même temps son dense ministère spirituel : cours Saint-Jacques, formations en tous genres. Il y rajoute en 1960 des cours de doctrine destinés à la formation des dominicaines, au studium Notre-Dame et pour Forma gregis.

Pie-Raymond Régamey collaborateur des Cahiers Saint-Jacques

Pie-Raymond Régamey collaborateur des Cahiers Saint-Jacques

Les Cahiers Saint-Jacques, dont le premier numéro paraît en janvier 1954, se veulent un prolongement des Cours Saint-Jacques. Les sept premiers Cahiers reproduisent le cours de Pie-Raymond Régamey qui a pour titre : « Charité d'abord qu'est-ce à dire ? » Ses cours sur la non-violence y seront également reproduits, par exemple dans le numéro 27.

25En 1955, le cours Saint-Jacques « Non-violence et amour des ennemis » séduit les militants de la non-violence qui contactent Pie Régamey. Il est très impliqué dans le mouvement, durant près de dix ans, avec des journées de réflexion, des colloques, des conférences à Paris, en province, à Londres et en Suisse. Il rejoint le comité des Amis de Gandhi et se lie avec Lanza del Vasto, Danilo Dolci, Jean Goss ; il rencontre Maurice Zundell, Louis Pauwells. Il s’intéresse à des thèmes parents, tels le jeûne, l’objection de conscience, l’arme atomique. Il publie en 1958 Non-violence et conscience chrétienne et collabore à divers ouvrages. Il n’hésite pas à donner de sa personne : la télévision retransmet l’épisode d’une manifestation où il est ramassé sur le trottoir par les agents de police – sans doute en 1960. Outre cet engagement, on retrouve Pie Régamey pour des actions plus ponctuelles dans divers groupes : Comité Vatican (1958) ; Cercle Sainte-Jeanne (1960) ; Centre Interdisciplinaire de recherches et études chrétiennes (CIREC), en 1961 et 1963 ; Cercle Saint-Jean-Baptiste (1969 et 1970). Il s’implique durant quelques années avec la Paroisse universitaire qu’il connaît depuis longtemps ; on le retrouve dans des sessions des Équipes enseignantes des instituteurs publics. Il s’intéresse au mouvement « Vie Nouvelle », dans le sillage d’Emmanuel Mounier qu’il a rencontré après la guerre et dont l’œuvre semble l’avoir marqué ; il participe dans les années 1960 à des journées de rencontre, et conserve des liens avec la veuve et la fille de Mounier. Le Centre catholique des intellectuels français (CCIF) le sollicite pour ses « Semaines ». Il s’engage enfin dans le mouvement « Fidélité et Ouverture » ; de 1974 jusqu’aux années 1980, il en suit les réunions annuelles et participe aux sessions d’été.

26Pie Régamey a beaucoup médité sur son Ordre et les racines de sa théologie se mettent en place à l’époque de ses études religieuses : la vérité y est cherchée en harmonisant foi et raison, on y applique la méthode historique aux écrits de saint Thomas et la vie conventuelle y allie ferveur et ouverture au monde extérieur. Il définit la théologie spirituelle comme l’exact synonyme de la « psychologie surnaturelle » : « qui dit psychologie surnaturelle dit science pratique et théologique, qui engage, et qui dit théologie spirituelle dit psychologie » (note de 1940). Il ne dissocie pas les différentes théologies. « La théologie, science de la foi, est tout entière une participation à la science que Dieu possède de lui-même et de ses mystères » (1938) ; la science de la foi consiste à établir une cohérence entre sa vie et son enseignement. Sa théologie de la vie religieuse est à interpréter dans ce cadre de pensée. Son premier écrit est en 1958 le Cahier Saint-Jacques, issu d’un cours du même nom, Un ordre ancien dans le monde actuel. Sa dernière étude sur le sujet est en 1978 Ce que croyait Dominique. Entre-temps, Pie Régamey écrit une trilogie qui se veut une réponse au conflit qui déchire l’Ordre dans la décennie 1970 et dont un bon exemple est le document élaboré à Monteveglio en 1971 par une trentaine de frères issus de douze provinces, pour le chapitre général de Tallaght : « Derrière une diversité légitime, c’est souvent l’essence de l’Ordre qui est atteinte et, sous le couvert d’un certain pluralisme, c’est l’unité de la foi qui est en péril. En beaucoup d’endroits, il devient difficile de mener une vie authentique dominicaine. »

27Le concile Vatican II (11 octobre 1962-8 décembre 1965) traite de la vie religieuse dans le chapitre VI de la constitution Lumen gentium, et dans le décret Perfectae caritatis. Ces deux textes reçoivent des commentaires nombreux et divergents ; pour certains, l’aggiornamento est avant tout un renouvellement de l’esprit ; pour d’autres il signifie un esprit de réforme. Pie Régamey se propose de retrouver l’enseignement authentique du concile, il ne formule pas de théorie nouvelle et se fonde sur son expérience. L’exigence de Dieu, en 1969, définit la spécificité des religieux dans le peuple chrétien ; La voix de Dieu dans les voix du temps, en 1971, réfléchit sur leur rôle, dans un monde en mutation ; La rénovation dans l’Esprit, en 1974, examine l’existence et l’activité d’un Ordre fondé en un autre temps, pour « voir si les causes qui ont fait naître l’institution agissent toujours pour qu’elle renaisse en notre temps, avec autant de vigueur créatrice qu’à l’époque de sa fondation et selon sa personnalité authentique ». Le père Congar loue cette œuvre : elle classe Pie Régamey dans la grande tradition des auteurs spirituels « qui ont traité des choses de l’âme avec la documentation et la rigueur d’une théologie assumant les données de l’expérience et, dans une certaine mesure, celles des sciences humaines. Il y fallait de la constance et un certain courage, dans un monde plus friand d’essais et de nouveauté que d’un retour à l’essentiel » (La Croix, 12 juillet 1974). L’époque vit une mutation socioculturelle sans équivalent. Le concile va être contesté de deux manières qui s’affrontent : les « progressistes » trouvent qu’il n’est pas allé assez loin, tandis que les « traditionalistes » l’accusent de dérive. Le mouvement de Mai 1968 dénonce l’héritage du passé, on rêve d’une nouvelle Église et l’identité du prêtre et du religieux est mise à mal. La sortie en juillet 1968 de l’encyclique Humanae vitae, très mal reçue, inaugure la crise post-conciliaire qui affecte jusqu’à son terme le pontificat de Paul VI. Le 29 juin 1971, il publie l’exhortation apostolique Evangelica testificatio qui concerne Pie Régamey au premier chef : le 12 décembre 1970 en effet, il est appelé à Rome en raison de ses écrits sur la vie religieuse ; on lui demande d’élaborer un texte préparatoire, les propositions antérieures n’ayant pas été retenues. Le document qu’il rédige est apprécié pour sa qualité rédactionnelle, la solidité de ses concepts et ses références. Bien que remanié, il reste la colonne vertébrale de l’exhortation qui enseigne que la vie religieuse, imitation du Christ dans sa vie, son enseignement, son mystère de souffrance, de mort et de résurrection, est une voie d’accès à la plénitude de l’homme.

28Parue peu après l’encyclique Humanae vitae, l’exhortation n’est pas bien accueillie dans les milieux religieux. En 1971 Pie Régamey en rédige un commentaire (Paul VI donne aux religieux leur charte) apprécié par le jésuite de Lubac, qui lui fait écrire qu’il « s’en réjouit. Il voudrait que tous les religieux l’aient en main et en fassent leur profit. Il sait comme vous que ce vœu est chimérique. Il espère, cependant, que le livre contribuera au renouveau espéré ». De même, le maître de l’Ordre, le père Fernandez, écrit : « Je souhaite que la présentation que vous en faites et le commentaire que vous en donnez permettent aux religieux et religieuses – et en premier lieu à ceux-là qui ont plus de peine aujourd’hui à entrer dans ces vues – d’en pénétrer vraiment le sens et d’en mesurer toutes les exigences. » Paul VI qui donne à l’exhortation une valeur de référence demande à plusieurs reprises que l’on y revienne, en raison de sa doctrine solide. Vingt ans plus tard, on reconnaît sa valeur. Robert Ackermann écrit en 1988 : « Ce texte garde toute sa puissance d’appel et de réflexion. C’est un beau texte, calme et serein, marqué par l’espérance et l’affection, misant sur l’intériorité et “l’unification de la personne”, sur la nature charismatique de la vie religieuse ». Les textes magistériels postérieurs sont dans la même lignée ; Vita consecrata (1994) développe le thème du témoignage évangélique ; Repartir du Christ (2002) s’inscrit dans sa continuité spirituelle, même si les situations ecclésiales diffèrent. Les allocutions aux religieux de Jean-Paul II font l’objet en 1981 d’un nouvel ouvrage de Pie Régamey, La vie religieuse selon Jean-Paul II ; il y développe les trois axes principaux (« vocation, consécration et témoignage ») et insiste sur la qualité surnaturelle de la vie religieuse.

29Toute la vie de Pie Régamey est marquée par des problèmes de santé qui se combinent paradoxalement à sa remarquable puissance de travail. D’assez petite taille, chétif dans son enfance et sujet à des crises, il met ses divers maux sur le compte du fait qu’il est « un fils de vieux » et qu’il ne s’est pas bien développé physiquement ; sa plainte relative à son manque de mémoire est récurrente. Constamment surmené, il souffre chroniquement de problèmes digestifs (dont il ne sera débarrassé qu’en 1973). Son exaltation souvent extrême, sa générosité se conjuguent à des états de profonde angoisse. Ses dernières années ne sont pas paisibles. Ses propos n’épargnent pas ses frères ; en 1965 son prieur lui dit qu’il a envisagé de le renvoyer du couvent, mais qu’en considération de ses qualités on doit le supporter. Il note dans son journal : « Ils se méprennent pour une grande part, mais ils ont raison de me juger abominable. Il faut que la douceur, la faim de sainteté, la miséricorde, la pureté et la paix l’emportent sur les risques d’amertume et de découragement. J’allais ajouter : de tristesse. Mais la tristesse est plus qu’un risque. Elle est inévitable. »

30Les côtés sombres de ce caractère s’accroissent avec la crise de l’Ordre, car il est de ceux pour qui les observances traditionnelles sont la condition d’un apostolat fécond. Il écrit en 1974 : « Mon combat actuel pour la vie religieuse authentique est le même que notre ancien combat pour un art sacré digne de l’Église. Il est celui du « cœur » […]. L’Art sacré paraissait progressiste et, dans l’Église, subversif. Je passe maintenant pour un arriéré et je sens la Sacrée Congrégation. Au vrai, le drame est le même, non seulement en profondeur, mais au niveau de la qualité sensible. Seuls ont changé dans l’Église l’appareil officiel, dans le monde les formes de la sottise et de l’insensibilité […]. L’authentique Église du concile est celle qui cherchait déjà à respirer et chanter dans L’Art sacré, c’est elle aussi que trahissent ceux qui ruinent la vie religieuse. »

31Le ministère spirituel qu’il assure depuis 1957 auprès des Petites Sœurs des Pauvres, avenue de Breteuil, devient très régulier vers 1970. Pie Régamey « s’y enfouit » jusqu’en 1987 et y assure durant dix-sept ans une formation mensuelle aux « junioristes ». Son dernier lourd service est, entre 1976 et 1986 celui de Saint-Aignan sur Roë, en Mayenne, chez les Petites Sœurs de Marie Mère du Rédempteur, une communauté initiée à Toulouse en décembre 1939 par une religieuse stigmatisée, mère Marie de la Croix (Maria Nault), sous le « patronage » du Cœur transpercé et immaculé de Marie. Érigée en « pieuse union » par le cardinal Saliège en 1954, la communauté est ensuite transférée à Saint-Aignan. Dans les années qui suivent le concile l’évêque de Laval, Mgr Carrière, manifeste son opposition à ses options qu’il juge relever du traditionalisme. Il est également hostile à la fondation d’une branche masculine à la Cotellerie ; cette dernière bénéficie pourtant depuis novembre 1974 de l’accompagnement à demeure d’un dominicain de la province de Lyon, le père Rogatien Laure. En 1975 la congrégation pour les religieux sollicite Pie Régamey pour présider le chapitre d’élection et d’aggiornamento de la communauté et Rome le mandate pour accompagner la congrégation en formation. Pie Régamey oriente la vie des sœurs dans le sens de Perfectae caritatis. Il se rend trois fois par an à Saint-Aignan, en séjours de travail d’une semaine et il assure la formation des novices jusqu’en 1986, date où il abandonne cette charge en raison de son âge ; il continue à travailler aux constitutions de la congrégation qui est érigée le 14 septembre 1989. Une abondante correspondance est échangée de 1975 à 1989 entre Pie Régamey et mère Marie de la Croix.

32Dans son propre couvent de Saint-Jacques, sourd et se déplaçant avec difficulté, Pie Régamey vit solitaire. Il en est profondément affecté. Il s’accuse lui-même : « Si j’étais digne d’amitié, je ne serais pas réduit à une telle solitude » (1989). « Je dois sans cesse émerger du désespoir, non pas tant parce que toute l’œuvre de ma vie est méconnue et que tout va à l’encontre mais en raison de la cause profonde de cet anéantissement : la perte du sens religieux, que j’ai vu s’annoncer de très loin – qui a fait souffrir des frères dont j’ai de longue date reçu les confidences » (1989). « Il faut qu’après ma mort on se rende compte […] du scandale qu’il y eut à me laisser tomber dans mon silence, scandale parce qu’il fut le manque d’intelligence et de cœur à l’égard de ce que j’étais. Je n’existais plus pour mes “frères” ni dans l’ordre de la culture, ni dans celui de la vie religieuse » (1990). Le 26 décembre 1995, il est admis à l’hôpital Broca. Il meurt le 12 mars. L’hommage d’Henri Tincq dans Le Monde du 21 mars 1996 est des plus juste : c’était « un des esprits les plus éclectiques et féconds de l’ordre dominicain ».

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France : fonds Couturier et fonds Régamey. — Archives des musées des Beaux-Arts de Besançon, Bordeaux, Dijon, Reims. — Archives du prieuré Sainte-Bathilde, Vanves. — Ministère des Affaires étrangères, archives diplomatiques, série Europe 1944-1960, sous-série Saint-Siège, n° 30, 32, 39, série Relations culturelles 1945-1949, sous-série, vol 78. — La Maison-Dieu, déc. 1946 ; 16, 1948 ; 17, 1949. — Libri e ogetti d’arte religiosi in Francia (Roma, Centro San Luigi dei Francesi), 1950, Paris, Éd. Cahiers de L’Art Sacré, impr. Les presses artistiques, 1950. — La Maison-Dieu, « La pastorale liturgique en France, du CPL à l’après-concile (1943-1983) », 157, 1er trimestre 1984. — Sœur Marie de Gethsémani, Maria Nault (1901-1999), mère Marie de la Croix. Fondatrice pour le 3e millénaire, préface de Bernard Montagnes, postface de Mgr Armand Maillard, pro manuscripto. — Histoire de l’Art, 28, déc. 1994, « L’art et le sacré » ; Paul-Louis Rinuy, « La sculpture dans la « querelle de l’Art sacré » (1950-1960) », p. 3-16. — Françoise Caussé, « La commande des vitraux de l’église des Bréseux à Manessier », p. 63-75 ; « Les artistes, l’art et la religion en France. Les débats suscités autour de la revue L’Art Sacré entre 1945 et 1954 », thèse de doctorat d’histoire de l’art, Université Michel de Montaigne-Bordeaux III sous la direction de Marc Saboya, déc. 1999 ; « Couturier/Régamey : le débat sur les possibilités d’un art sacré contemporain », dans Marie-Alain Couturier, un combat pour l’art sacré, Nice, Éd. Serre, 2005, p. 125-152 ; La revue L’Art sacré. Le débat en France sur l’art et la religion après la seconde guerre mondiale, Les Éditions du Cerf, 2010 ; « Un épisode original des débats sur l’art sacré au XXe siècle en France : l’exposition d’art chrétien de Bordeaux (1947) », dans Revue archéologique de Bordeaux, t. CII, 2011, p. 217-232. — Sœur Anna Hoang Thi Kim Oanh, « Un témoignage évangélique au cœur du peuple de Dieu : la théologie de la vie religieuse de P-R. Régamey (1900-1996) », thèse de doctorat de théologie, Institut catholique de Paris sous la direction de Gilles Berceville, oct. 2011. — Françoise Caussé, entretiens avec Jean Bazaine, 23 avril 1993 ; Jean Capellades, 20 avril 1993 ; Marie-Lucie Cornillot, 14 août 1991 et 30 juillet 1993 ; Bernard Dorival, 4 décembre 1993 ; André Duval, 5 janvier 1991 ; Jean Le Moal, 23 juillet 1994 ; Alfred Manessier, 22 juin 1991 ; François Mathey, 1er mars 1991 ; Pie-Raymond Régamey, 4-5-6 janvier, 2 mars, 23 juin 1991 ; chanoine Jean Ringue, 7 août 1993 ; Isabelle Rouault, 22 avril 1993.

Haut de page

Œuvre

Signés Raymond Régamey :

« Hommage à Géricault », Paris, Cahier du Mois, 3, 1924. — Géricault, Paris, Éd. Rieder, 1926. — Prudhon, Paris, Éd. Rieder, 1928.Eugène Delacroix. L’époque de la chapelle des Saints-Anges (1847-1863), Paris, Éd. la Renaissance du livre, 1931. — Critique artistique dans Der Neue Zeitung (Strasbourg), années 1920 à 1926. — « Louis David », L’amour de l’art, février 1927. — « La formation de Claude Monet », La Gazette des Beaux-Arts, Paris, 1925. — Articles dans La Vie intellectuelle, 1930, 1931, 1933, 1934. — « Les images religieuses », Revue des jeunes, 1934. — « Le problème de l’art religieux », Sept, 19 octobre 1934.

Signés Pie-Raymond Régamey :

La pauvreté, introduction nécessaire à la vie chrétienne, Paris, Éd. Aubier, 1941. — La foi du charbonnier est-elle l’idéal ?, Paris, Librairie de l’Arc, 1941. — Les plus beaux textes sur la Vierge Marie, Éd. du Vieux Colombier, Paris, 1942 (rééd. 1945 ; nouvelle éd. revue et augmentée 1946 ; rééd. 1962). — Anges, Paris, Éd. Pierre Tisné, 1946. — La croix du Christ et celle du chrétien, Lyon, Éd. de l’Abeille, 1944 (rééd. 1947 et 1969, Les Éditions du Cerf). — Les principes d’un véritable renouveau des arts sacrés, Liège, Éd. La pensée catholique, 1948 (rééd. Les Éditions du Cerf, 1948). — La querelle de l’art sacré, Paris, Les Éditions du Cerf, 1952. — Art sacré au XXe siècle ?, Paris, Les Éditions du Cerf, 1952. — Dieu et l’art dans une vie. Le P. Marie-Alain Couturier, Paris, Les Éditions du Cerf, 1954. — Esquisse d’un portrait spirituel du chrétien, Éd. du vitrail, s.d. [1956]. — La douceur, Éd. du vitrail, s.d. [1956]. — Non-violence et conscience chrétienne, Paris, Les Éditions du Cerf, 1958. —Les anges au ciel et parmi nous, Paris, Fayard, 1959. — La pauvreté et l’homme d’aujourd’hui, Paris, Éd. Montaigne, 1963. — Portrait spirituel du chrétien (articles 1935-1962), Paris, Les Éditions du Cerf, 1963. — Nudisme et péché originel, Paris, impr. Les procédés Dorel, s.d. [1967]. — Pauvreté chrétienne et construction du monde, Paris, Éd. Montaigne, 1967. — L’exigence de Dieu, Paris, Les Éditions du Cerf, 1969. — La voix de Dieu dans les voix du temps, Paris, Les Éditions du Cerf, 1971. — La rénovation dans l’Esprit, Paris, Les Éditions du Cerf, 1974. — Paul VI donne aux religieux leur charte : exhortation Evangelica testificatio (présentation et commentaire), Paris, Les Éditions du Cerf, 1971. — Ce que croyait saint Dominique, Paris, Éd. Mame, 1978. — Quelle que soit la nuit, Noël !, Paris, Les Éditions du Cerf, 1981. — La vie religieuse selon Jean-Paul II, Paris, Les Éditions du Cerf, 1981.

L’Art sacré

L’Art sacré sous la codirection de P-R. Régamey et M-A. Couturier, contributions non signées, signées P-R. Régamey ou signées de son pseudonyme « Pierre Divonne » : 1937 : 15 à 25 ; 1938 : 26 à 36 ; 1939 : 37 à 44 ; 1945 : Brochure Le prêtre gardien d’un patrimoine sacré ; Cahiers de l’Art sacré, 1 à 3 ; 1946 : Cahiers de l’Art sacré, 4 à 10 ; 1947 : L’Art sacré, 1-2, 3, 4-5, 8-9,10 ; 1948 : 1-2, 3-4, 5-6 ; 1949 : 1-2 (sept.-oct.), 3-4 (nov.déc.) ; 1950 : 5-6 (janv.-fév.), 7-8 (mars-avr.), 9-10 (mai-juin), 11-12 (juill.-août), 1-2, 3-4 ; 1951 : 5-6 à 3-4 ; 1952 : id. ; 1953 : id. ; 1954 : 5-6, 9-10.

Art sacré, contributions de P-R. Régamey après 1954, signées « Pierre Divonne » : 1955 : 7-8, 3-4 ; signées P-R. Régamey : 1954 : 11-12, 1-2 ; 1955 : 7-8 ; 1956 : 3-4 ; 1961 : 1-2 ; 1963 : 9-10 ; 1965 : 9-10.

Tirés à part de l’Art sacré dirigés par P-R. Régamey ou dans lesquels figure un article : 1946 : Cahiers de l’AS, 8, 9 ; 1947 : AS 10 ; 1948 : 3-4, 5-6 ; 1952 : 5-6 ; 1953 : 9-10 ; 1954 : 9-10, 11-12, 1-2 ; 1955 : 7-8 ; 1961 : 3-4.

Collaboration à des ouvrages :

« Paul Jamot, ses idées sur l’art et sur la vie », dans Paul Jamot, Préludes et allégories, Paris, Éd. R. Helleu, 1945. — « La Sainte Vierge dans la vie spirituelle », dans La sainte Vierge, figure de l’Église, Paris, Les Éditions du Cerf, 1946. — « La vitalité des arts religieux », dans Exposition d’art chrétien ancien et moderne, Bordeaux, musée des Beaux-Arts, 1947. — Préface du catalogue Exposition d’art sacré contemporain, musée de Dijon, 1947. — Préface de Libri e ogetti d’arte religiosi in Francia, Paris, Éd. Cahiers de l’art sacré, impr. presses artistiques, 1950. — Présentation de M.-Camille Buchet, Cantique des montées, Paris, impr. Tournon, 1951. — Avec V-H. Debidour, J. Paramelle, M. Florisoone, Pasteur Romane-Musculus, B. Champigneulle, H. Charlier (dir.), Problèmes de l’art sacré, Éd. du Nouveau Portique, 1952. — « Principes dominicains de spiritualité », dans Jean Gautier, La spiritualité catholique, Paris, Éd. Le Rameau, 1953. — Avec Jean-Dominique Rey, Fra Angelico et l’art sacré d’aujourd’hui, Paris, Éd. Amiot-Dumont, 1954. — Notice sur fra Angelico, Les peintres illustres, Parid, Mazenod, 1954. — « Avertissement » dans François Cali, La plus grande aventure du monde : l’architecture mystique de Citeaux, Paris, Éd. Arthaud, 1956. — « Sous tant de ruptures, quelle rupture de l’homme avec soi ? », dans Visages et perspectives de l’art moderne, Arras, CNRS, 1956. — « Les conditions de vie favorables à la prière », dans La prière, Paris, Les Éditions du Cerf, 1959. — Avec J-M. Abd-El-Jalil, Dr J. Claudian, Camille Drevet, Lanza Del Vasto, Dr Parodi et alii, Redécouverte du jeûne, Paris, Les Éditions du Cerf, 1959. — Préface au livre de Lucie de Vienne, Spiritualité de la voix, Paris, Les Éditions du Cerf, 1960. — Préface au livre de Claire Lucques, La nouvelle pauvreté : essai sur la fécondité des biens, Tours, Mame, 1961. — Avec Marilène Clément, Henri Fronsac, Non-violence et objection de conscience, Paris/Tournai, Casterman, 1962. — Avec J-Y. Jolif, Face à la violence. Pour un statut des objecteurs de conscience, Paris, Les Éditions du Cerf, 1962. — « Le monde moderne et les dons naïfs » dans Annuaire missionnaire catholique de la Suisse, Fribourg, Éditions de l’Université de Fribourg, 1962. — Dieu et l’art dans une vie. Le Père M-A. Couturier. 1. de 1897 à 1945, Paris, Les Éditions du Cerf, 1965. — Avec L. Beirnaert, C. Bouchaud, A. Plé, M. Raclot, D-H. Salman, M. Eck, Dr Lemoal, A. de Peretti, et alii, La vocation. Éveil et formation, Paris, Les Éditions du Cerf, 1965. — « Une anthropologie chrétienne », dans Église et pauvreté, Paris, Les Éditions du Cerf, 1965. — « L’art, échec à la miséricorde », dans Alphonse Goettmann, L’Évangile de la miséricorde, Hommage au Dr. Schweitzer, Paris, Les Éditions du Cerf, 1965. — Préface du livre de Camille Drevet, Gandhi interpelle les chrétiens, Paris Les Éditions du Cerf, 1966. — Dolorisme ? (ill. par des textes de René Schmitz). s.d. [1960-1969]. — Préface du livre de Paul Guilmot, Fin d’une Église cléricale ?, Paris, Les Éditions du Cerf, 1969. — Préface et présentation du livre de M-A. Couturier, L’Évangile est à l’extrême. Disloquer les structures mentales dans l’Église, Paris, Les Éditions du Cerf, 1970. — Préface du livre de Jean Adnet, Rendre présente la vraie vie, Colmar, Éd. Alsatia, 1971. — « Carismi », dans Guerrino Pellicia, Giancarlo Rocca, Dizionario degli Istituti de perfezione, Rome, Paoline, 1973. — « Cette universelle et subite gloire vint à cette église d’être née d’une idée juste », dans Le chanoine Devémy et ses amis parlent de l’église d’Assy, Lyon, impr. Lécuyer, 1985. — Portrait spirituel du chrétien (extraits, préf. Ghislaine Aubé), Paris, Les Éditions du Cerf, 1988. — Cahiers Saint-Jacques (cours polytypés ou multigraphiés), Éd. couvent St-Jacques, Paris : L’amour de Dieu se commande-t-il ?, 1, 1954 ; Charité d’abord, qu’est-ce à dire ?…., 2 à 7, 1954 ; Non-violence et amour des ennemis, 17-18, s.d. ; Le carême, fiction actuelle, vérité possible…, 23, s.d. ; Un ordre ancien dans le monde actuel, les dominicains, 25, s.d. [1958] ; La conscience chrétienne et la guerre, 27, s.d.

Articles dans des journaux, périodiques et revues (relevé non exhaustif) :

« La componction du cœur », La Vie spirituelle, juill.-août ; sept. ; oct. ; nov. 1935. — « L’inspiration religieuse de Rubens », La Vie intellectuelle, 25, 1937. — « Rembrandt », La Vie intellectuelle, juin 1938. — « Réflexion sur la théologie spirituelle », La Vie spirituelle, déc. 1938 ; janv. 1939. — « Pour un renouveau de l’art sacré », Arts, 4, 1945. — « La compassion de la Sainte Vierge », La Vie spirituelle, LXXIII, 1945. — « Alerte aux colosses », Courrier français du Témoignage chrétien, 73, 1945. — « La reprise de L’Art sacré », La Maison-Dieu, 2, 1945. — Contribution sur Poussin, Cahier du Bulletin de la Société Poussin, 1, juin 1947. « Déceptions et inquiétudes », Arts, 108, 1947. — « L’exposition d’art sacré ou le triomphe de l’esprit bien-pensant », Témoignage chrétien, 144, 1947. — « L’art sacré sera-t-il chrétien ? », Arts, 124, 1947. — « La pauvreté religieuse », La Vie spirituelle, 4, 1948. — « Cinq artistes français au service du sanctuaire », L’Artisan et les arts liturgiques, 1, 1948. — « Formes païennes et chrétiennes dans l’architecture moderne », Bouw, La Haye, 1948. — « Les principes d’un véritable renouveau des arts sacrés », Études religieuses, 628-629, 1948. — « Alerte au nouveau colosse ! », Témoignage chrétien, 213, 1948. — « La pauvreté religieuse », La Vie spirituelle, 7, nov. 1948. — « Les conditions de l’art sacré dans le monde moderne », La Vie intellectuelle, déc. 1948. — « Les crèches de Noël, leurs malheurs et leurs problèmes », Arts, 198, 1949. — « Christianisme ou paganisme dans l’architecture moderne », La Maison-Dieu, 17, 1949. — « Pour l’art sacré – le sens de notre effort », Lettre de la Tour-Maubourg, 4, 1949. — « La pauvreté religieuse », La Vie spirituelle, 10, août 1949. — « Le sens actuel du sacré » (4 articles), La Maison-Dieu, 17, 1949. — « Le baptême de Prométhée », La Vie spirituelle, nov. 1949. — « Le lieu de la célébration », La Maison-Dieu, 20, 1949. — « À quoi bon ? L’appréhension du malheur », La Vie spirituelle, janv. 1950. — « L’épreuve de l’obéissance », La Vie spirituelle, avril 1951. — « Notes sur le baroque romain », La Maison-Dieu, 26, 1951. — Article sur l’art non-figuratif, Arte Cristiana, Rome, [oct.] 1951. — « Les possibilités chrétiennes des artistes incroyants », La Vie intellectuelle, 3, 1951. — « Débat sur l’art non-figuratif », La Vie intellectuelle, 7, août 1951. — « La querelle de l’art sacré », La Vie intellectuelle, nov. 1951. — « Réponse à Debidour », Ecclesia, 34, janv. 1952. — « À propos de l’art sacré : la révolte des élus », Arts, 358, 1952. — « Architecture de l’autel et exigences liturgiques », La Maison-Dieu, 29, 1952. — « L’art sacré sera-t-il chrétien ? », Recherches et débats, mai 1952. — « Ce qu’ils pensent de l’art sacré. Le RP Régamey », La Croix, 18-19 mai 1952. — « C’est l’art sacré qui nous juge ! », Arts, 389, 1952. — « Paul Claudel et l’art chrétien. La pensée religieuse de Claudel », Recherches et débats, 2, 1953. — « De la névrose vers la sainteté », La Vie spirituelle, févr. 1955. — « Pour une technique de la libération spirituelle », La Vie spirituelle, juill. 1955. — « Un yoga chrétien ? », La Vie spirituelle, août-sept. 1955. — « Notre éveil spirituel et notre cybernétique », La Vie spirituelle, oct. 1955. — « La sagesse du corps », La Vie spirituelle, nov. 1955. — « Les lois de la suggestion au bénéfice de l’esprit », La Vie spirituelle, déc. 1955. — « Avertissements des profondeurs », La Vie spirituelle, fév. 1956. — « Le jeûne, nécessaire et possible », La Vie spirituelle, mars 1956. — « La sainteté de l’intelligence » (à propos d’E. Mounier), La Vie spirituelle, août 1956. — « Esquisse d’un portrait spirituel du chrétien », La Vie spirituelle, oct. 1956. — « La voie du silence », La Vie spirituelle, nov. 1956. — « Un amour des ennemis réel et sage », La Vie spirituelle, avril 1957. — « Réflexions sur la violence », La Vie spirituelle, août -sept. 1957. — « Une ligne de faille qui est dans l’homme », La Vie spirituelle, oct. 1957. — « La douceur s’acquiert », La Vie spirituelle, nov. 1957. — « La douceur s’éduque », La Vie spirituelle, déc. 1957. — « Cher saint Thomas » ; « L’apostolat », La Vie spirituelle, mars 1958. — « La condition de notre espérance », Lumière et vie, 41, 1959. — « Les conditions d’une vraie prière », La Vie spirituelle, fév. 1959. — « L’armement atomique de la France ? Non ! » Signes des temps, 1959. — « Les cinq moments de toute vie apostolique », La Vie spirituelle, juill. 1959. — « Déchiffrer chrétiennement les signes des temps », Signes des temps, oct. 1959. — « L’ordre suscité par la parole », Cahiers Saint-Dominique, 1, oct. 1959. — « En ce monde de bruit », Cahiers Saint-Dominique, 5, février 1960. — « Dieu parle au cœur », Cahiers Saint-Dominique, 12, nov. 1960. — « Nécessité du pessimisme optimiste », Présences, 71, 1960. — « Voir ce que l’on voit », La Vie spirituelle, fév. 1960. — « L’orientation contemplative de la prière liturgique », La Vie spirituelle, mai 1960. — « Dieu parle au cœur », Cahiers Saint-Dominique, nov. 1960. — « Notre doctrine spirituelle en face de l’esprit du « monde », Lumière et vie, 50, nov.-déc. 1960. — « L’aspect définitif de l’engagement religieux, sa signification théologique », La Vie spirituelle, 56, 1er trim. 1961. — « La pénitence. Le P. Lacordaire », La Vie spirituelle, fév. 1961. — « Les conditions d’une foi vraie », La Vie spirituelle, juin 1961. — « Notre doctrine spirituelle en face de l’esprit du monde » ; « Pour la rééducation spirituelle », Lumière et vie, 50, 1961. — « Le drame de la fidélité », supplément à La Vie spirituelle, 56, 1961. — « Politique et fraternité », La Vie spirituelle, décembre 1961. — « Qui ne peut le moins peut le plus », La Vie spirituelle, mars 1962. — « La Providence et l’esprit des Béatitudes », La Vie spirituelle, août-sept. 1962. — « La pauvreté depuis vingt ans », La Vie spirituelle, nov. 1962. — « L’art et la vie spirituelle », Forma gregis, 5-6, fév.-mars 1963. — « Le péché », Forma gregis, 1-3, oct.-déc. 1963. — « Le péché », Forma gregis, 4 à 10, janv.-juill. 1964. — « Les spirituels dans l’Église », Lumière et vie, 67, mars-avril 1964. — « Tu aimeras le Seigneur de tout ton cœur », Cahiers Saint-Dominique, 50, juill.-août 1964. — « Pour une doctrine courageuse sur la pauvreté », Recherches et débats, 49, déc. 1964. — « La Force et la tempérance », Forma gregis, 1 à 3, oct.-déc. 1964. — « La Force et la tempérance », Forma gregis, 4 à 10, janv.-juill. 1965. — « De quel bonheur s’agit-il ? », Cahiers Saint-Dominique, 60, sept.-oct. 1965. — « La consécration religieuse, aujourd’hui contestée », La Vie spirituelle, 75, nov. 1965. — « La Force et la tempérance », Forma gregis, 4 à 8, janv.-mai 1966. — « Le Christianisme est « non-violence », Cahiers Saint-Dominique, 68, mai 1966. — « L’exigence évangélique dans la violence du monde », La Vie spirituelle, mai 1966. — « La consécration religieuse », Vie consacrée, sept.-oct. et nov.-déc. 1966. — « Vers la sainteté de l’intelligence », La Vie spirituelle, mai 1967. — « La vie religieuse dans la mutation du monde et de l’homme », La Vie spirituelle, 88, février 1969. — « L’appel à une vie charismatique », La Vie spirituelle, mai 1969. — « La vie religieuse, vie “pneumatique” », Vie consacrée, juillet-août 1969. — « Vie religieuse et vocations aujourd’hui », Vocation, 249, janvier 1970. — « Pas de rénovation spirituelle sans discipline régulière », Vie consacrée, juill.-août 1970. — « Les conditions anthropologiques d’un renouveau de la vie religieuse », Revue thomiste, 2-3, avril-sept. 1971. — « Redécouvrir l’art de vivre en religieux », Vie des communautés religieuses, janv. 1973. — « La pauvreté évangélique », Vie dominicaine, 4, juill.-août 1975. — « La loi nouvelle », La Vie spirituelle, janv.-fév. 1984.

Articles s.d. :

« En souvenir du peintre Delacroix », Bulletin mensuel de la paroisse Saint-Germain-des-Prés, 15e année, p. 232-236. — « Le catholique et Rembrandt. La sensibilité protestante », Cahiers pour le protestantisme, 3, p. 48-56. — « Sous tant de ruptures, quelle rupture de l’homme avec soi ? », Visages et perspectives de l’art moderne, p. 65-74. — Questions disputées sur l’Ordre des prêcheurs, Paris, couvent Saint-Jacques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Portrait de groupe du noviciat de Pie-Raymond Régamey, 1928-1929
Légende Au couvent d'Amiens avec l'ensemble des novices dont Réginald Berger est le père-maître. Sans pour autant renoncer à sa vocation, le jeune Pie-Raymond Régamey ne trouve pas au noviciat la concrétisation de l'idéal de fraternité auquel il aspirait à son entrée dans l'ordre. La suite de sa formation au Saulchoir de Kain comblera davantage ses attentes, grâce au climat d'émulation intellectuelle qui y règne alors.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1131/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Pie-Raymond Régamey et George Desvallières
Légende Créateur avec Maurice Denis des Ateliers d'art sacré (1919-1947), George Desvallières est invité pour une conférence au Saulchoir par le frère Pie-Raymond (8-11 mars 1933). C'est le second séjour du peintre au couvent d'études de la Province de France alors situé en Belgique. La Vie intellectuelle du 25 septembre 1933 en publie le récit par Régamey qui se souvient que sa « grande joie pendant les deux ou trois jours qu'il a passés ici fut de causer, de "jaboter" avec les frères. »
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1131/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre L'Art sacré, couverture du numéro de mars 1936
Légende La revue L'Art sacré n'a pas été fondée par les dominicains mais par un laïc, Joseph Pichard, qui en est le rédacteur en chef en 1935-1936. Confrontée à des difficultés financières, elle est reprise par les Éditions du Cerf et les pères Marie-Alain Couturier et Pie-Raymond Régamey en deviennent alors les directeurs.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1131/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 6,6M
Titre Pie-Raymond Régamey conférencier pour l’art sacré en décembre 1948
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1131/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre En 1953 dans les jardins du couvent Saint-Jacques à Paris
Légende À l'habit dominicain et à la coupe monastique, Pie-Raymond Régamey associe des lunettes de soleil, accessoire de mode indispensable de l'après-guerre.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1131/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Ouvrage paru en décembre 1952 dans la collection l'Art et Dieu des Éditions du Cerf
Légende La sortie de l'ouvrage de Pie-Raymond Régamey, qui présente une synthèse de deux décennies d'expériences et de combats, intervient en pleine « querelle de l'art sacré ». L'introduction souligne l'ampleur du défi à relever : « Oui, ce qui est en cause ici, c'est le visage que l'Église présente au monde. »
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1131/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Au parc du château de Versailles
Légende Pie-Raymond Régamey au cours d'une visite du parc du château de Versailles, en 1951, avec un des nombreux groupes d'étudiants qu'il anime.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1131/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Pie-Raymond Régamey et Le Corbusier devant la chapelle de Ronchamp
Légende Pie-Raymond Régamey et Le Corbusier à l’occasion, vraisemblablement, de la consécration de la chapelle en 1955.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1131/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Pie-Raymond Régamey collaborateur des Cahiers Saint-Jacques
Légende Les Cahiers Saint-Jacques, dont le premier numéro paraît en janvier 1954, se veulent un prolongement des Cours Saint-Jacques. Les sept premiers Cahiers reproduisent le cours de Pie-Raymond Régamey qui a pour titre : « Charité d'abord qu'est-ce à dire ? » Ses cours sur la non-violence y seront également reproduits, par exemple dans le numéro 27.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1131/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 5,1M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Françoise Caussé, « RÉGAMEY Pie-Raymond », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, R, mis en ligne le 19 mars 2015, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1131

Haut de page

Auteur

Françoise Caussé

Notices du même auteur

  • COUTURIER Marie-Alain [Texte intégral]
    COUTURIER Pierre Charles Marie à l’état civil ; COUTURIER Marie-Alain en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, C
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search