Navigation – Plan du site

DHORME Édouard

DHORME Édouard à l’état civil ; DHORME Paul en religion
Agnès Spycket

Résumé

Né le 15 janvier 1881 à Armentières (Nord), mort le 19 janvier 1966 à Roquebrune-Cap-Martin (Alpes-Maritimes).
Professeur d’assyrien, d’hébreu, de langues sémitiques, d’histoire de l’ancien Orient à l’École biblique de Jérusalem (1904-1931) ; directeur de l’École biblique de Jérusalem (1922-1931) ; professeur d’hébreu à l’École pratique des hautes études (1933-1944) ; professeur au Collège de France à la chaire de philologie et d’archéologie assyro-babylonienne (1945-1951).

Haut de page

Historique

Notice validée et mise en ligne le 19/03/2015.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 3 août 1899 à Amiens
• Profession simple : 20 août 1900 à Jérusalem
• Profession solennelle : 1903 à Jérusalem
• Ordination : 28 mai 1904 à Jérusalem
• Sortie de l’Ordre : 1931

1Fils de Louis Constant Augustin Dhorme, artisan menuisier, et de Persévérance Élisa Julie Leplus, cabaretière, Édouard Dhorme est le troisième de sept enfants. Orphelin de mère et de père avant ses dix ans, il est séparé de ses frères et sœurs et recueilli par une famille à la campagne. Il entre en 7e au collège d’Armentières. En deux ans, le supérieur lui fait sauter trois classes et il se retrouve en 4e où il remporte le prix d’excellence. Ses matières de prédilection sont le latin et les mathématiques. Bachelier à dix-sept ans avec la mention « Très bien », il obtient, l’année suivante le baccalauréat de philosophie avec la mention « Bien » et le premier prix du Concours général des institutions libres de la région.

Au studentatAu studentat

Au studentat

En 1900-1901, Paul Dhorme (second à droite derrière Hyacinthe Petitot) commence le cycle de philosophie.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Il n’a même pas le temps de recevoir son prix, car il prend l’habit dominicain le 3 août 1899 au couvent d’Amiens et s’embarque avant la fin de l’année pour Jérusalem, afin de profiter de la loi de 1889 dispensant du service militaire les Français de moins de dix-neuf ans résidant hors d’Europe. Cette coupure d’avec les siens ne fait que renforcer sa solitude affective.

Jeune étudiant à ...Jeune étudiant à Jérusalem

Jeune étudiant à Jérusalem

Comme presque tous les frères du couvent Saint-Étienne à Jérusalem, Paul Dhorme porte la barbe, signe qui le désigne comme missionnaire.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Arrivé au couvent Saint-Étienne de Jérusalem à dix-huit ans en novembre 1899, il termine sa première année de noviciat à l’École biblique, fondée en 1890 par Marie-Joseph Lagrange. Il fait profession sous le nom de Paul en août 1900 et il est ordonné prêtre en 1904, la veille de la fête de La Trinité. Tout en suivant les cours de philosophie, puis de théologie, il est initié à l’hébreu et à l’assyrien par le père Lagrange, mais il travaille lui-même d’arrache-pied sur les textes cunéiformes et tout particulièrement sur le Code de Hammourabi, découvert par la mission Jacques de Morgan à Suse en 1902 et publié la même année par le père Vincent Scheil. Dès 1904, Marie-Joseph Lagrange lui confie les cours d’assyrien, d’hébreu, de langues sémitiques comparées et d’histoire de l’ancien Orient. Il publie dès lors de nombreux articles dans la Revue biblique, créée en 1892 par le père Lagrange, et dans des revues étrangères. En 1907 paraît son Choix de textes assyro-babyloniens, première traduction française des mythes et des épopées en langue akkadienne, puis en 1910, La religion assyro-babylonienne et Les Livres de Samuel et, en 1911, Les pays bibliques et l’Assyrie. Cet immense labeur ne l’empêche pas d’organiser des voyages et des missions archéologiques en Palestine, en Transjordanie et au Liban, pour les étudiants de l’École.

La guerre du serg...La guerre du sergent Dhorme

La guerre du sergent Dhorme

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4En 1914, le sergent Dhorme est mobilisé et affecté au corps expéditionnaire d’Orient aux Dardanelles ; il assume ses fonctions de combattant avec la charge des fouilles de l’ancienne Éléonte, dans la presqu’île de Gallipoli, sous les feux de l’ennemi turc, ce qui lui vaut une citation à l’ordre du régiment, le 2 octobre 1915 et la Croix de guerre, puis une seconde citation, le 27 septembre 1916.

Directeur de l'Éc...Directeur de l'École biblique de Jérusalem

Directeur de l'École biblique de Jérusalem

Paul Dhorme enseigne les langues sémitiques et l'histoire de l'ancien Orient tout en produisant livres et articles.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Il rentre à l’École biblique de Jérusalem en 1919 où l’attendent les cours. Il est élu prieur du couvent de Saint-Étienne qui abrite l’École dont il devient le directeur en 1923, ainsi que de la Revue biblique pour laquelle il écrira une trentaine d’articles. Parmi ceux-là, L’emploi métaphorique des noms de parties du corps en hébreu et en accadien, publié en six articles à partir de 1920, puis réunis en un volume en 1923 et réédité tel quel en 1963. Se succèdent alors Le livre de Job (1926), Langues et écritures sémitiques (1930), La poésie biblique (1931). Parmi les voyages, à l’étranger, Paul Dhorme se rend en Mésopotamie avec l’assyriologue François Thureau-Dangin avec lequel il pratique une fouille rapide à Asharah sur la rive sud du Moyen-Euphrate et dont ils rendent compte en 1924 dans la revue Syria.

6Dès la découverte en 1929, par la mission française, des tablettes de Ras-Shamra en cunéiforme alphabétique, écriture inconnue jusqu’alors, Paul Dhorme se passionne pour son déchiffrement et, en janvier 1931, il publie dans la Revue biblique « Première traduction des textes phéniciens de Ras-Shamra », l’ancienne Ougarit, mais c’est la fin de sa collaboration et de sa direction de la Revue biblique. Le père Paul Dhorme quitte Jérusalem le 2 avril 1931, sans esprit de retour et sans prévenir quiconque. Le désarroi est total pour le père Lagrange et pour l’École biblique dont il était toujours le directeur ; mais pour l’orientaliste qui s’en va, c’est l’aboutissement d’une désertification spirituelle et d’une solitude affective accumulée depuis l’enfance et dont son autobiographie s’est fait l’écho. Sa probité foncière l’a conduit à sa détermination. Il quitte l’ordre trois mois plus tard et reprend désormais son prénom d’Édouard.

7Son insertion dans la vie professionnelle est difficile pendant des mois, les collègues lui tournent le dos. Édouard Herriot, maire radical-socialiste de Lyon, lui obtient dans sa ville une chaire d’histoire des religions le 4 août 1932, année où il épouse à Courbevoie, Maria Françoise Lepoint, veuve. En 1933, il est nommé professeur d’hébreu à la 4e section de l’École pratique des hautes études à la Sorbonne, puis en 1937, chargé de cours à la Faculté des Lettres de l’Université de Paris où il soutient sa thèse de doctorat sur La littérature babylonienne et assyrienne et La religion des Hébreux nomades. Il donne une série d’articles à la Revue d’études sémitiques, à Syria, et à la Revue de l’histoire des religions dont il est devenu co-directeur avec René Dussaud en 1935.

8Au moment où paraît son volume sur Les religions de Babylonie et d’Assyrie, en 1945, Édouard Dhorme est nommé au Collège de France, à la chaire de Philologie et archéologie assyro-babylonienne, enseignement qu’il assurera jusqu’à sa retraite en 1951. En 1948, il entre à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Depuis 1944, il partageait avec Georges Contenau la direction de la Revue d’assyriologie.

9Il n’était pas question pour Édouard Dhorme de cesser toute activité à la retraite. Il reprend et révise les traductions de la Bible hébraïque, fruit de l’enseignement de toute sa vie. À la demande des Éditions Gallimard, il publie les deux volumes de L’Ancien Testament de La Bible, dans la Bibliothèque de la Pléiade (1956, 1959). Chaque volume commence par une substantielle introduction et tout en faisant appel à quatre collaborateurs pour certains livres, ce n’est pas moins de quatre mille pages qui sont son œuvre. Cette traduction de l’Ancien Testament, unanimement saluée à sa publication, reste l’une des plus appréciée par les spécialistes, après plus d’un demi-siècle.

Édouard Dhorme, 1964Édouard Dhorme, 1964

Édouard Dhorme, 1964

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

10Rendant hommage au patron de son ordination, Édouard Dhorme publie encore en 1965, un Saint Paul. Il se réconcilie avec l’Église à la fin de sa vie, grâce au père Ceslas Spicq qui lui avait toujours conservé son amitié, comme d’ailleurs la plupart de ses frères. Atteint d’une sévère surdité, soigné avec un dévouement inlassable par sa seconde femme, Jeanne Élia Marie Rolland, épousée le 12 octobre 1948 à Courbevoie, après son veuvage en 1945, Édouard Dhorme meurt dans le midi de la France où il passait l’hiver, le 19 janvier 1966. La messe de funérailles a lieu dans l’intimité à l’église de Bécon-les-Bruyères, sa paroisse, et l’inhumation au cimetière de Courbevoie.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. Après son décès, Madame Jeanne Édouard Dhorme a remis les papiers personnels, la correspondance scientifique et les manuscrits de son mari à la Bibliothèque du Saulchoir, entre les mains du père Michel Albaric, archiviste de la Province de France, qui m’en a confié le classement, entre 1992 et 1996. Le père Jean-Michel de Tarragon, directeur de la Revue biblique a accepté d’en publier le contenu : Agnès Spycket, « Les archives d’Édouard Dhorme (1881-1966) à la Bibliothèque du Saulchoir », Revue biblique, 104, 1997, p. 5-39. — André Parrot, « Un grand orientaliste. Édouard Dhorme », Le Monde, 30-31 janvier 1966. — Étienne Wolff, « Édouard Dhorme (15 janvier 1881-19 janvier 1966) », Annuaire du Collège de France, 66, 1966-1967. —Bernard Montagnes, « L’ultime chagrin du père M.-J. Lagrange », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 78, 1994, p. 3-29. — Bernard Montagnes, Le père Lagrange, 1855-1938, Les Éditions du Cerf, 1995, p. 192 et sq.

Haut de page

Œuvre

L’œuvre est considérable. La première partie (avant 1931) est signée Paul Dhorme, la seconde, Édouard Dhorme. À côté de quinze ouvrages majeurs, se répartissent plus de 100 articles couvrant les domaines biblique, sémitique et assyriologique, les fouilles françaises au Proche-Orient, l’essai de déchiffrement des inscriptions pseudo-hiéroglyphiques de Byblos (1945-1948), sans compter plus de 400 comptes rendus d’ouvrages, des bulletins et des chroniques. Internationalement reconnu comme un maître, il reste le plus grand sémitisant français du xxe siècle.

Œuvre choisie 

(Paul Dhorme)

Choix de textes religieux assyro-babyloniens, Paris, Gabalda, 1907. — L’emploi métaphorique des noms de parties du corps en hébreu et en accadien, Paris, Gabalda, 1923 ; Édition anastatique, Paris, Geuthner, 1963. — Le livre de Job, Paris, Gabalda 1926.

(Édouard Dhorme)

La poésie biblique, Paris, Grasset, 1931. — Les religions de Babylonie et d’Assyrie, Paris, Presses universitaires de France, 1945. — Recueil Édouard Dhorme. Études bibliques et orientales, Imprimerie Nationale, 1951. — La Bible. L’Ancien Testament, 2 volumes, avec Antoine Guillaumont, Jean Hadot, Jean Koenig, Frank Michaéli, NRF, Bibliothèque de la Pléiade, I : 1956 ; II : 1959. — Saint Paul, Albin Michel, 1965.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Au studentat
Légende En 1900-1901, Paul Dhorme (second à droite derrière Hyacinthe Petitot) commence le cycle de philosophie.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1141/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Jeune étudiant à Jérusalem
Légende Comme presque tous les frères du couvent Saint-Étienne à Jérusalem, Paul Dhorme porte la barbe, signe qui le désigne comme missionnaire.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1141/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre La guerre du sergent Dhorme
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1141/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Directeur de l'École biblique de Jérusalem
Légende Paul Dhorme enseigne les langues sémitiques et l'histoire de l'ancien Orient tout en produisant livres et articles.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1141/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Édouard Dhorme, 1964
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1141/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Agnès Spycket, « DHORME Édouard », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, D, mis en ligne le 19 mars 2015, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1141

Haut de page

Auteur

Agnès Spycket

Notices du même auteur

  • SCHEIL Vincent [Texte intégral]
    SCHEIL Jean à l’état civil ; SCHEIL Vincent en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, S
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals