Skip to navigation – Site map

HomeDictionnaireNotices biographiquesBBEAURECUEIL Serge de

BEAURECUEIL Serge de

de LAUGIER de BEAURECUEIL Emmanuel Marie à l’état civil ; de LAUGIER de BEAURECUEIL Marie-Joseph en religion
Jean-Jacques Pérennès

Abstract

Né le 28 août 1917 à Paris, mort le 2 mars 2005 à Bois-Guillaume (Seine-Maritime).
Islamologue, membre fondateur de l’IDEO.

Top of page

Editor's notes

Notice mise en ligne le 29/07/2021.

Full text

• Vestition pour la Province de France : 14 octobre 1935 à Amiens
• Profession simple : 15 octobre 1936 à Amiens
• Profession solennelle : 12 novembre 1941 au Saulchoir d’Étiolles
• Ordination sacerdotale : 19 mars 1943 au Saulchoir d’Étiolles

1Serge Emmanuel Marie de Laugier de Beaurecueil naît le 27 août 1917 dans un bel hôtel particulier du xvie arrondissement de Paris. Du côté paternel comme du côté maternel, tout semble lui promettre un avenir heureux. Son père, le comte Pierre de Laugier de Beaurecueil, descend d’une lignée aristocratique dont un des aïeux, le comte Philippe d’Ornano (1784-1863), maréchal de France, épouse une comtesse polonaise, Maria Walewska, maîtresse de Napoléon. Sa mère, Roberte de Quelen, est issue d’une famille de drogmans, interprètes et consuls des puissances européennes auprès de l’Empire ottoman à Istanbul, où ils ont fait fortune. Ces antécédents, écrira Serge, « forment un cocktail génétique assez détonant, alliant le provençal au breton, le corse au polonais, tout cela de bonne souche, bien titré, avec une bonne giclée de sang juif, ma grand-mère maternelle étant une Oppenheim » (Mes enfants de Kaboul). On peut penser que le goût de Serge pour les langues et son attrait pour l’Orient viennent en partie de là. Une certaine envie de fuir aussi, car, hélas, ses origines fortunées ne sont pas synonymes de bonheur. Malheureuse à cause d’un mariage arrangé, sa mère se sépare de son mari et ne s’intéresse guère à ses trois enfants qu’elle place très tôt en pension, à l’école Sainte-Croix de Neuilly puis à Gerson, tout près du domicile familial. Serge, l’aîné de la fratrie, avoue plus tard à ses condisciples de Gerson : « Dans un foyer désuni comme le nôtre, il fallait bien que les enfants débarrassent le plancher. J’ai suivi mon destin : c’était la chienne de vie des enfants de divorcés qui commençait, dont certains souvenirs, à soixante-quinze ans, me brûlent encore comme des cautères. » Sa mère finit sa vie dans son château, entourée de chiens de race, des dalmatiens, refusant tout contact avec ses enfants. Il n’est pas surprenant que, très tôt, Serge rêve d’évasion, d’aventure et de pays lointains.

Au noviciat

Au noviciat

Serge de Beaurecueil, jeune novice au couvent d’Amiens en 1935.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Très jeune, il exprime le désir d’être prêtre et est orienté par un ami de la famille vers les dominicains du couvent du Saint-Sacrement à Paris où il se présente alors qu’il n’a que seize ans. Il y reçoit bon accueil et tombe en arrêt devant une peinture de Georges Desvallières, L’apostolat dominicain, qui se trouve toujours dans le cloître du couvent. Le tableau représente deux religieux dominicains au pied de la Croix du Christ, l’un partant en mission et l’autre en revenant. À l’évidence, le tableau fait écho au Saint Dominique au pied de la Croix de Fra Angelico, mais ici l’horizon est missionnaire. Serge est ébloui et se sent appelé à cette vie. « Enfant, j’avais rêvé de m en sortir, en volant très haut et très loin. Ma décision d’entrer chez les dominicains m’ouvrait la voie vers les hauteurs. Restait ma fascination pour les régions lointaines. J’appris que la province de France avait une mission à Mossoul, dans le Nord de l’Irak. Bien sûr, pas question de poser des conditions au vœu d’obéissance : j’irais là où on m’enverrait. Cela dit, rien n’empêchait de mettre quelques chances de mon côté […]. Je me mis donc à étudier l’arabe » (Mes enfants de Kaboul, p. 16). Il entre au noviciat d’Amiens en octobre 1935, à l’âge de dix-huit ans. Ayant reçu le nom de frère Marie-Joseph, il vit assez bien l’austérité d’un noviciat dirigé par le père Joseph Périnelle, dont il parlera toujours comme d’un « homme admirable ». En fait, il est porté par un idéal, suivre le Christ et se préparer à la mission. Surtout, il trouve avec ses frères ce qui lui a le plus manqué jusque-là, une famille. Les études se déroulent sans histoire : il les passe au Saulchoir de Kain dans un couvent de cent vingt religieux, avec des maîtres comme Pierre Mandonnet, Antonin-Dalmace Sertillanges, Yves Congar, Hyacinthe Dondaine, Ambroise Gardeil, Marie-Humbert Vicaire et, surtout, un régent des études, Marie-Dominique Chenu qui jouera plus tard un rôle déterminant dans son envoi au Caire. En 1944, au Saulchoir d’Étiolles, il passe un lectorat en théologie avec un travail sur L’homme, image de Dieu, selon saint Thomas d’Aquin. Une fois encore, la trace de son enfance malheureuse affleure dans ses centres d’intérêt, ce qui l’amène déjà à passer du temps avec les jeunes handicapés de la colonie de Saint-Fargeau. Ce qui faisait dire à sa sœur Antonia : « Serge a beaucoup souffert et il a une image de lui souffrante, un peu narcissique. Il cherche les enfants qui souffrent car il se retrouve en eux. »

3Au moment où il termine ses études, Marie-Dominique Chenu est en train de constituer une équipe pour créer au Caire un centre d’études de l’islam, avec un jeune dominicain égyptien passionné de philosophie, Georges Anawati et Jacques Jomier. Serge, qui est attiré par l’Orient et fait de l’arabe depuis des années, semble tout indiqué pour étoffer cette équipe naissante. Rentrant de Baalbeck où il avait effectué son service militaire en 1939, il s’était d’ailleurs arrêté à Alexandrie où il avait rendu visite au père Antonin Jaussen, fondateur et bâtisseur du couvent dominicain du Caire. En 1944, ses études religieuses terminées, il prépare la licence d’arabe à l’École nationale des langues orientales et réside au couvent Saint-Jacques de Paris, où se trouve aussi Jacques Jomier, alors étudiant à l’École pratique des hautes études. Tous deux sont suivis et conseillés par l’islamologue Louis Massignon qui les aide à traverser un apprentissage assez aride. En juin 1945, au terme de trois années de travail, Serge de Beaurecueil passe trois certificats d’études supérieures en langue, histoire et civilisation arabes. Il transforme aussi sa thèse de lectorat en thèse de doctorat en théologie. En avril 1946, après avoir passé son diplôme d’arabe littéral aux « Langues O », il rejoint Le Caire où Anawati et Jomier l’ont précédé en 1944 et 1945. Voyageant à bord d’un transport de troupes britanniques qui fait escale à Port-Saïd, il s’occupe durant la traversée à raconter des histoires aux enfants du proviseur du lycée Esteqlal de Kaboul : « Pouvais-je imaginer, commentera-t-il plus tard, qu’un jour, venu visiter son fils, devenu secrétaire d’ambassade à Kaboul, je le recevrais dans ma classe ? Une fois encore ce n’était qu’un coup d’œil malicieux de la Providence : Mon bonhomme, tu vas au Caire, mais ce n’est qu’une étape : c’est là-bas que je te conduirai” » (Mes enfants de Kaboul, p. 22).

4À peine installé au couvent d’Abbasiyah, un quartier populaire du Caire, il lui faut choisir une spécialité, l’option des dominicains du Caire étant d’entrer en relation avec le monde musulman par sa culture, en dehors de tout prosélytisme. Ceci implique d’acquérir de vraies compétences en sciences islamiques. Georges Anawati a choisi de se spécialiser dans l’étude de la philosophie arabe médiévale et s’est lancé dans l’édition critique des œuvres d’Avicenne ; Jacques Jomier a entrepris une thèse sur le commentaire coranique du Manar par Muhammad Abduh et Rashid Rida, deux intellectuels égyptiens musulmans qui ont joué un rôle central lors de la Nahda, le mouvement de renaissance culturelle arabe du début du xxe siècle. Conseillé par Massignon et Osman Yahya, un intellectuel musulman syrien spécialiste d’Ibn ʿArabi, Serge de Beaurecueil décide d’étudier la mystique musulmane et choisit un auteur persan du xie siècle Khwādja ʿAbdullāh Anṣārī, un des grands mystiques musulmans qui a écrit à la fois en arabe et en persan, langue que Serge de Beaurecueil va donc devoir apprendre. Né à Hérat, à l’extrême est de l’actuel Afghanistan, Anṣārī est avec Djalal al-Din Rûmî un des grands auteurs soufis dont les musulmans savent par cœur les Munâjât, des poèmes que Serge de Beaurecueil traduira sous le titre Cris du cœur. Anṣārī est alors encore peu étudié dans le monde académique. Aussi, se lance-t-il dans l’édition d’un de ses plus grands textes, Le Livre des étapes des itinérants vers Dieu, qui est une sorte de guide dans la vie spirituelle. Faire une édition critique implique de retrouver tous les manuscrits épars à travers le monde, d’établir les chaînons de transmission du texte, de faire une traduction, une introduction, des notes : un vrai travail de savant qui va lui prendre des années. Pour mieux cerner cette œuvre, il commence par éditer deux commentaires dans une collection qu’il inaugure à l’Institut français d’Archéologie orientale du Caire (IFAO), Ansariyat. Le premier volume, Commentaire du Livre des étapes par Mahmud al-Firkāwi, paraît en 1953. Un an plus tard, il publie dans la même collection un second commentaire, celui d’ʿAbd al-Muʿṭī al-Laḫmi al-Iskandarīainsi qu’une édition du Kitab-e sad maydan d’Anṣārī, qui est comme une ébauche persane du Livre des étapes. Le rythme de publication et la technicité du travail réalisé donnent une idée de l’intense labeur auquel s’astreint Serge de Beaurecueil pendant ces premières années au Caire. Il publie de surcroît dans MIDÉO, la revue de l’IDEO, diverses notes techniques sur les manuscrits d’Anṣārī et ses commentaires, auxquels s’ajoutent divers articles (en particulier « Les références de l’itinéraire spirituel chez ʿAbdallāh Anṣārī », MIDÉO, 1, 1954, p. 9-38). Avec Georges Anawati, il fréquente aussi le centre Dar es-Salam établi près de l’église grecque-catholique melkite de Sainte-Marie de la Paix où se réunit le cercle spirituel de la badaliya, établi par Louis Massignon et Mary Kahil pour entrer dans une plus grande communion spirituelle avec les musulmans. Cela contribue beaucoup à forger chez Serge de Beaurecueil un regard assez original sur l’islam, où tout prosélytisme est banni.

5Serge de Beaurecueil se découvre une véritable passion pour Anṣārī. Est-ce à cause de la finesse des intuitions spirituelles du mystique de Hérat ou parce qu’il avait été lui aussi un enfant abandonné ? Le thème de l’enfance n’est jamais très loin chez lui et affleure en permanence au cours de ces premières années de vie au Caire, comme le montrent des confidences faites à la lecture de Crimes et châtiments de Dostoïevski, ouvrage où revient la lancinante question du scandale de la souffrance des enfants, dont l’auteur russe écrit : « Les enfants sont l’image du Christ. C’est à eux qu’appartient le Royaume de Dieu ! Il a ordonné de les respecter et de les aimer, ils sont l’humanité future » (Crimes et châtiment, Paris, Gallimard, 1948, t. 2, p. 76). Serge ne trouve d’ailleurs son équilibre qu’en donnant une partie de son temps à l’aumônerie de l’école des Frères de Khoronfish, dans le quartier populaire du Daher, proche du couvent dominicain. Très vite, la troupe scoute Wadi al-Nil trouve aussi en lui un aumônier enthousiaste, capable de faire une catéchèse vivante en arabe dialectal. Il y a autant de musulmans que de chrétiens parmi les jeunes élèves et Serge ne recule devant aucune audace, comme celle d’organiser une retraite de fin d’année sur Abraham, ouverte à tous les enfants, quelle que soit leur confession. Il s’intéresse aussi beaucoup à la liturgie copte qu’il adopte volontiers, avec un brin de provocation vis-à-vis de la bourgeoisie chrétienne locale qui affectionne le français et aime le montrer. Certes, le français est la langue de culture dans ces écoles, ce qui ne pose pas problème pour les enfants de milieu cultivé, mais qu’en est-il pour les couches populaires ? Sa méfiance devant une latinisation inconsciente des chrétiens d’Égypte rend perplexes les autorités ecclésiastiques mais, des décennies après, les enfants qui l’ont eu comme aumônier gardent de lui un souvenir ébloui. Quant à lui, il passe régulièrement par des périodes d’abattement, se demandant s’il doit persister sur ce chemin. Comme souvent dans sa vie, la réponse lui est donnée malgré lui. En janvier 1955, à l’occasion d’un passage au Caire du professeur Évariste Lévi-Provençal, spécialiste de l’Espagne musulmane, une bourse lui est proposée pour aller à Kaboul recueillir les manuscrits d’Anṣārī qui lui manquent.

Au couvent du Caire

Au couvent du Caire

Serge de Beaurecueil célébrant la messe en rite copte en 1950.

Archives du couvent du Caire/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

6Parti début septembre 1955 par bateau depuis Port-Saïd, il fait escale en Inde et atterrit à Kaboul le 11 octobre. Là, c’est l’éblouissement : « Devant moi, […] s’ouvrait un paysage de pastel. Un ciel d’azur inondait de lumière les montagnes, de quoi vous couper le souffle, et Kaboul, qui n’était alors qu’un gros village, se confondait de loin avec le sol. Je trouvai d’un coup la ville de mes rêves, le pays d’Anṣārī, mon pays » (Mes enfants de Kaboul,p. 33). Même si ce texte est une relecture postérieure, il est indéniable que s’amorce là un tournant de son existence. Ce premier séjour en Afghanistan est très laborieux : il écume les bibliothèques à la recherche de manuscrits d’Anṣārī et de documents susceptibles de l’aider à mieux connaître son auteur. C’est l’hiver. Drapé dans un tchapane, ce manteau traditionnel ouzbek, et coiffé d’une toque en astrakan qui lui donnent une allure tout à fait couleur locale, il recense près de cinq cents manuscrits au département de la presse, au ministère de l’Instruction publique et à la Bibliothèque royale, accumulant les fiches pour son édition du Livre des étapes. De ce premier séjour très studieux, Serge de Beaurecueil tirera un gros article puis un ouvrage, Manuscrits d’Afghanistan. Si le travail dans le froid de l’hiver est austère, ce séjour lui ménage aussi de très belles rencontres. Tout d’abord, Ravan Farhadi, un jeune universitaire afghan qu’il avait déjà croisé à Paris chez Louis Massignon et qui enseigne maintenant à la Faculté de droit et de sciences politiques de l’Université de Kaboul. Cet homme délicieux et raffiné, qui fera ensuite une belle carrière ministérielle et diplomatique, va lui ouvrir beaucoup de portes. C’est par son intermédiaire aussi qu’il rend visite aux Petites Sœurs de Jésus, qui viennent de s’installer à Kaboul dans une optique spirituelle qui lui convient bien : se mêler à la population, en adopter la culture et le mode de vie, être « un frère universel » dans l’esprit de Charles de Foucauld. À leur intention, Ravan Farhadi a fait une traduction des Béatitudes en persan, texte qu’elles utilisent dans leur liturgie.

7Le passage de Serge de Beaurecueil à Kaboul qui est alors une petite ville ne passe pas inaperçu et cela lui vaut d’assez nombreuses invitations : l’ambassadeur de France, bien sûr, mais aussi le proviseur du lycée franco-afghan Esteqlal, le prince Naïm, ministre des Affaires étrangères, le directeur des Antiquités, etc. Un Occidental spécialiste d’Anṣārī, si cher au cœur des Afghans, c’est un événement. Aussi est-il invité à donner une conférence sur Anṣārī, en persan, aux étudiants de la Faculté de droit. La radio en parle et le roi Zaher lui fait remettre un tapis de soie, en signe de remerciement : « Plus je suis en Afghanistan, plus je mesure la position unique qui est la mienne dans ce pays pour mon travail. Au Caire, il y a les chrétiens et on vit relativement peu en contact direct et intime avec des musulmans à l’état pur ; ici, à part les quelques chrétiens étrangers, tout le monde est musulman et personne n’a l’idée qu’un Afghan puisse être chrétien. Or, je vis avec des Afghans, et tout mon travail est avec eux et les intéresse », écrit-il dans son journal de séjour à Kaboul (5 octobre 1955). Mais le plus émouvant est encore à venir : fin décembre, il prend la route de Hérat pour visiter le mausolée d’Anṣārī à Gazergah. Il y est accueilli avec beaucoup d’amitié et est même invité à parler à l’école des mollahs, ce qu’il ressent comme un grand honneur. Puis il se rend au tombeau d’Anṣārī que le gardien fait évacuer afin qu’il puisse y méditer paisiblement. « Je commence par réciter le Miserere et le Te Deum pour ces neuf ans de travail […]. Je prie ensuite pour l’avenir, pour tous ceux qui m’ont écouté et accueilli en Afghanistan, pour l’Islam, et pour l’équipe du Caire. » Ce temps passé en prière au tombeau d’Anṣārī impressionne tellement les gardiens du mausolée que courre très vite la légende qu’il aurait eu une sorte de vision et trempé son tchapane de ses larmes. Serge de Beaurecueil n’osa jamais démentir, par égard pour ces musulmans pieux dont l’accueil l’avait beaucoup ému.

8De retour au Caire, il se remet au travail pour tirer parti de l’abondante moisson de manuscrits. Pour mieux comprendre l’auteur du Livre des étapes, il entreprend d’écrire une biographie du soufi de Hérat, qui paraît en trois livraisons du MIDEO entre 1957 et 1959 et sera reprise dans une édition définitive publiée à Beyrouth en 1965 (KhwādjaʿAbdullāh Anṣārī (396-481 H./1006-1089), mystique hanbalite). Divers articles de cette époque font aussi apparaître l’énorme travail nécessaire pour entrer dans une compréhension fine d’Anṣārī. C’est un spirituel, certes, mais foncièrement rigoriste. Hanbalite, il est persuadé de l’inanité des efforts rationnels de l’homme pour connaître Dieu, il est convaincu que la seule chose à faire est de se soumettre à lui, dans une adhésion de tout son être. Le fait d’être à la fois hanbalite et soufi est donc moins paradoxal qu’il ne paraît : il y a une certaine continuité entre cet aveu de défaite de la raison et l’abandon spirituel à Dieu. Dans son ouvrage Quelques-unes des déficiences inhérentes aux demeures, qui échappent à la considération du novice en ses débuts, Anṣārī dit clairement : « Ainsi, la volonté, le renoncement, l’abandon, la patience, la tristesse, la crainte, l’espérance, l’action de grâces, l’amour et la nostalgie sont les étapes des gens de la Loi qui vont en quête de l’essence de la Réalité. Lorsqu’ils ont vu l’essence de la Réalité, les états des itinérants s’y évanouissent, si bien que s’anéantit ce qui n’a pas toujours été et subsiste ce qui n’a jamais cessé d’être. Alors que subsistera la face de ton Seigneur. » Ces années d’approfondissement constituent en réalité une période assez rude pour Serge de Beaurecueil. Outre l’aridité de ce travail d’édition de texte, il se demande si sa place n’est pas à Kaboul, à moins que l’éblouissement qu’il a ressenti là-bas ne soit qu’un coup de cœur passager. Il tente de s’en sortir en se donnant beaucoup à son ministère d’aumônier de l’école des Frères et des scouts, mais les moments de découragement ne sont pas rares. Tout va changer en 1962 lorsqu’il est invité à Kaboul pour les célébrations du neuvième centenaire lunaire de la mort d’Anṣārī.

À Anṣārī

À Anṣārī

Lors du colloque d’Anṣārī en 1962, Serge de Beaurecueil (reconnaissable à sa toque en astrakan) parmi ses collègues.

Archives du couvent du Caire/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

9Serge de Beaurecueil est invité à prendre la parole lors de la séance inaugurale du colloque Anṣārī, en présence du premier ministre et de tous les invités d’honneur. Le lendemain, il préside la première matinée de travaux : voilà quinze ans qu’il travaille sur Anṣārī et sa compétence est désormais reconnue. Il va d’ailleurs profiter de ce second séjour qui lui est offert pour poursuivre sa collecte de manuscrits dans les principales bibliothèques de Kaboul. À la fin du congrès Anṣārī, le ministre de l’Instruction publique lui propose un poste de professeur à l’Université de Kaboul, ce qui n’est pas sans le tenter, même s’il juge qu’il doit d’abord terminer sa thèse dirigée par le professeur Roger Arnaldez, depuis la mort de Louis Massignon. En réalité, l’offre des Afghans est alléchante, car parmi les possibilités évoquées, il y aurait un enseignement d’histoire du soufisme à l’Université de Kaboul. Le doyen de la Faculté des lettres va insister et suggérer à Serge de prendre son poste dès mars 1963. Le prieur provincial des dominicains, Joseph Kopf, et le vicaire provincial, Dominique Boilot, ayant donné leur accord, il accepte, non sans émotion : « Tout cela est si extraordinaire que j’ai du mal moi-même à réaliser” », conclut-il. « Il a dû y avoir quelque coalition céleste entre Anṣārī et Massignon, car, humainement parlant, c’était impensable (un peu comme si un cheikh d’al-Azhar était invité à enseigner à Rome ou à Madrid). Mon contrat m’a été remis en ce dimanche de Gaudete dont les textes liturgiques constituent tout un programme », écrit-il sur une carte postale du 16 décembre 1962, faisant comme souvent le lien entre les événements de sa vie et un calendrier spirituel qui donne sens à ce qui lui arrive. De retour au Caire pour quelques mois, il dit au revoir aux amis, aux frères de sa communauté, non sans pincement de cœur, mais il est habité par la certitude d’un appel, à la manière d’Abraham, invité lui aussi à quitter son pays. Relisant sa vie, il voit se dessiner une série de jalons : la rencontre de Ravan Farhadi chez Massignon à Paris, le voyage en bateau vers Port-Saïd avec le professeur du lycée Esteqlal de Kaboul, la joie profonde qui l’avait envahi lors de son temps de prière auprès du mausolée d’Anṣārī. De retour à Kaboul fin mars 1963, il s’installe dans une maison du quartier de Char-e-Nao que lui ont trouvée les Petites Sœurs de Jésus. La maison est simple, il la décore à l’afghane. Pour la chapelle, il fait confectionner un autel en bois sculpté d’Istalif qu’il installe sur une petite estrade recouverte du tapis de soie que le roi Zaher lui avait offert lors du voyage de 1955 ; quelques belles icônes, de petits chandeliers en céramique bleue, également d’Istalif ; sur une crédence, une aiguière de cuivre étamé. Pour le calice, il se met à la recherche d’un djam, une coupe à boire ancienne, dont il fait argenter l’intérieur dans un atelier de l’armée afghane ! « Tout sera ainsi bien dans la note, sobre, intime et beau », conclut-il, espérant pouvoir y célébrer la messe pour la première fois le 24 mai, jour de la translation du corps de saint Dominique. Son désir est de célébrer en rite byzantin pour être plus proche de l’Orient. Le nonce apostolique à Téhéran, Mgr Righi, venu lui rendre visite mi-avril, l’y encourage après avoir béni sa chapelle. Bien entendu, il appelle sa nouvelle demeure « maison saint Abraham ».

10Les débuts de sa vie à Kaboul ne seront pas de tout repos car il va avoir fort à faire avec ses étudiants. D’une part, il doit enseigner en persan, mais est plus familier avec la langue classique qu’avec le persan kabouli, le dari ; par ailleurs, un brin nationalistes, ses étudiants se montrent réfractaires à lire des textes en langue arabe, ce qui est pourtant nécessaire si l’on veut étudier les sources de manière sérieuse ; enfin, en chercheur très spécialisé, il a probablement visé trop haut dans le programme proposé. Aussi est-il chahuté et, au bout d’un an, décide-t-il d’accepter un enseignement au lycée franco-afghan Esteqlal, persuadé qu’il vaut mieux bien former quelques jeunes esprits qui pourront peut-être un jour entreprendre des études spécialisées. Il se voit d’abord confier un cours de philosophie puis de français pour les élèves de classe terminale. Très vite, il est chargé par le proviseur du lycée d’une mission d’enquête dans les classes primaires du lycée, pour tenter de comprendre les difficultés scolaires des élèves. Cela fait évoluer sa tâche vers un travail de conseiller pédagogique, métier où il excelle car il est très à l’écoute des enfants. En 1968, il démissionne de l’Université pour se consacrer totalement à cette tâche qui le passionne. Serge de Beaurecueil aimait souligner qu’il avait fait une carrière à l’inverse de la normale : entré directement à l’Université, il descend peu à peu les échelons pour s’occuper finalement du primaire et de l’infirmerie. Cela le met en contact personnel avec la plupart des élèves, qu’il connaît par leurs noms. À la même époque, il vit une rencontre bouleversante d’où sortira un de ses plus beaux livres : Ghaffar, un jeune Afghan de famille pauvre l’invite chez lui à « partager le pain et le sel » pour lui manifester son amitié. Ils se voient régulièrement jusqu’au jour où le jeune garçon se tue dans un accident. Serge de Beaurecueil en est bouleversé : « Ghaffar était un pauvre, dans l’esprit des Béatitudes. Discret et courageux. Il avait dix-sept ans. Un jour, je ne sais plus pourquoi ni comment, je lui avais lu la Passion, qu’il avait écoutée avec attention, visiblement ému. Que le Seigneur lui donne place dans son Royaume. Priez pour lui » (lettre à Jacques-Dominique Boilot, 6 juin 1964). De cette expérience bouleversante, il va tirer un très beau livre, Nous avons partagé le pain et le sel, où il livre la manière dont il vit spirituellement son existence de religieux catholique immergé dans un peuple complètement musulman : « C’est ainsi que la nuit, lorsque mon peuple dort, pieds nus, accroupi dans le fond de ma petite chapelle, je me fais son intercesseur. Comme Abraham, comme Jacob, comme Moïse, comme Jésus… Tous ceux qui se sont endormis aujourd’hui pensant ne rencontrer qu’un Juge, je les présente à leur Sauveur et je les introduis aux Noces éternelles. Tous les petits qui sont nés aujourd’hui, j’en fais des enfants de Dieu. Toutes les prières accomplies aujourd’hui, dans les maisons, dans les mosquées, je les transforme en “Notre Père”… Mon cœur n’est plus que le creuset où, au feu de l’amour du Christ, tous les alliages de chez nous se métamorphosent en or. Et à travers mes lèvres que je lui prête, c’est l’Afghanistan tout entier qui clame vers le Père cet “Abba” que lui souffle l’Esprit » (Nous avons partagé le pain et le sel, p. 52). Ce livre aura un très grand succès en Occident et marque une étape dans la manière dont d’autres religieux catholiques ont pensé le sens de leur présence en pays musulman. Trois ans plus tard, il publie un deuxième livre de la même veine : Prêtre des non-chrétiens. Au fil des années, il va offrir à diverses revues de missiologie ou de spiritualité comme Christus ou Spiritus des articles au ton très personnel et léger où il distille le meilleur de son expérience de vie quotidienne en milieu afghan musulman.

Au lycée Esteqlal de Kaboul en 1970

Au lycée Esteqlal de Kaboul en 1970

Ayant préféré s’occuper d’enfants plutôt que de donner des cours à l’université, Serge de Beaurecueil intervient au lycée Esteqlal comme conseiller pédagogique.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

11Cette proximité avec les enfants afghans va prendre une autre dimension lorsqu’il accepte d’accueillir chez lui Del Agha, un jeune garçon gravement handicapé qui se traînait sur le trottoir en face du lycée et sollicitait l’aumône des passants. Plutôt que de le laisser mendier, Serge de Beaurecueil lui proposa de venir chez lui pour rendre de menus services domestiques. Comme sa famille habitait trop loin, il fut décidé, en accord avec son père, qu’il habiterait dans sa maison. Grâce à un chirurgien afghan ami, le Dr Rahimi, Serge de Beaurecueil fait opérer Del Agha pour qu’il puisse étendre ses jambes recroquevillées et le confie à un tailleur pour qu’il apprenne un métier. D’autres enfants vont suivre, Rassoul, Ewaz Ali, Mirdad, issus de diverses régions de l’Afghanistan et que la misère de leurs familles a conduit à Kaboul. « La beauté des choses, c’est que dans la maison, nous étions de toutes les ethnies, de toutes langues et de toutes les religions de l’Afghanistan […], mais, par contre, le malheur du cœur de chacun ça se ressemblait », se souvient Mirdad, un de ses préférés, car arrivé tout petit (interview dans le film de Atiq Rahimi Nous avons partagé le pain et le sel, 2001). Petit à petit, d’autres vont les rejoindre et la maisonnée, en quelques mois, va compter une quinzaine d’enfants. Voilà un tournant imprévu dans la vie de celui que ces enfants afghans appellent désormais « padar ». À l’automne 1967, il doit changer de maison au profit d’une autre plus spacieuse, avec un jardin où les enfants peuvent jouer. « De solitaire, j’étais devenu père de famille, ce qui n’était pas au programme », commente Padar. L’organisation de ses journées reste la même : le lycée dans la journée, le soir, l’office, l’oraison et l’eucharistie. « N’empêche que je n’étais plus seul… Les conditions indispensables pour un travail de recherche – le silence et la tranquillité – avaient à peu près disparu. À la rigueur le soir quand les enfants dormaient. Mais je devais en faire autant, sinon, avec l’altitude, les nerfs “craquent”. À moi donc de m’habituer à vivre sur un fond de rire et de chahut. C’est que notre communauté naissante n’avait guère l’allure d’un couvent ! » La présence de plusieurs éclopés fait de la maison une véritable « cour des miracles », décrite par le frère Philippe Dagonet, au terme d’un premier séjour à Kaboul en 1972 (Mes enfants de Kaboul, p. 80).

12Une des conséquences est que Serge de Beaurecueil va abandonner ses recherches savantes sur Anṣārī, en particulier l’édition du Livre des étapes qui était pourtant en bonne voie (la première partie est publiée en 1972 : « La structure du Livre des étapes de KhwājaʿAbdallāh Anārī », MIDEO, t. 11, 1972, p. 77-125). Sur l’insistance de Roger Arnaldez, il présente tout de même une thèse de doctorat sur travaux à la Sorbonne, le 9 février 1971, devant un jury comprenant tout le gratin de l’islamologie française. « Vous ne présentez pas une thèse, vous présentez une œuvre », lui dit d’emblée le professeur Charles Pellat. Mais le bouleversement le plus important est probablement le sens qu’il donne à sa présence de prêtre catholique en monde musulman. Devant la difficulté croissante à sauver du temps et de l’espace pour l’eucharistie quotidienne dans sa petite chapelle, il en vient à se demander où réside le vrai partage eucharistique quotidien. En 1980, il prend en charge un merveilleux petit Wali, qui a perdu une jambe et une main en sautant sur une mine. « Une demi-heure ce matin pour soigner le moignon de Wali ! La main sera pour demain. Un petit bonhomme en or… Pour celui-là, j’essaie de mettre tout l’amour et toute la délicatesse dont je suis capable. Son pansement ? Ma messe du jour… L’onction des myrophores sur le corps d’un Dieu crucifié… Ah les gosses, symboles et héritiers du royaume de Dieu selon l’Évangile, qui sautent innocemment sur des mines », écrit-il, le 3 septembre 1980, dans le journal qu’il a entrepris de tenir depuis que la situation politique se dégrade après l’invasion soviétique : Chronique d’un témoin privilégié. Il faut ajouter que Serge de Beaurecueil a toujours été très respectueux de la foi musulmane de ses enfants. À la soixantaine d’enfants qu’il a accueillis entre l’arrivée du premier et son départ d’Afghanistan, il a offert un toit, un peu de bonheur, la possibilité de faire des études, d’être soignés. Mais sa propre vie en a été bouleversée : « Je râle souvent, mais, tout compte fait, que de joies ! Ma maison est finalement un petit îlot de bonheur, au milieu de tant de détresses. Ma raison d’être, ma vocation… L’éternité ne me suffira pas pour rendre grâce » (Chronique d’un témoin privilégié, vol. 2, 25 septembre 1980).

Dans sa maison à Kaboul

Dans sa maison à Kaboul

Entouré d’enfants qu’il héberge chez lui et qui l’appellent « Padar ».

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

13Après avoir connu l’Afghanistan de l’intérieur, comme peu d’étrangers ont pu le faire, Serge de Beaurecueil va être le « témoin privilégié » de la descente aux enfers déclenchée par l’invasion soviétique de décembre 1979. Depuis 1973, le pays est dirigé par un régime pro communiste qui s’appuie beaucoup sur l’URSS et sème la terreur dans la population : enlèvements, emprisonnements arbitraires, tortures sont des réalités courantes dont Serge a des échos directs par les enfants qu’il héberge. Il est d’autant mieux informé que ces enfants viennent des diverses tribus et ethnies d’Afghanistan, au-delà des grands clivages Pachtounes-Tadjiks-Hazaras-Ouzbeks-Nouristanis, etc. Complexe à souhait et fruit d’un tracé de frontière arbitraire au xixe siècle à l’initiative des Britanniques, le pays est difficile à gérer mais il a toujours résisté férocement aux envahisseurs, d’où qu’ils viennent, ce qui lui a valu le nom de « Royaume de l’insolence » (Michael Barry). L’invasion soviétique déclenche un puissant mouvement de résistance, largement soutenu par l’Occident, non sans naïvetés parfois. Bien qu’il veille à ne pas prendre de positions politiques publiques, Serge de Beaurecueil va peu à peu passer pour un espion : parlant les langues du pays, accueillant des jeunes Afghans dont les familles sont peut-être dans la résistance à l’occupant, il en sait trop et dérange. Sa notoriété personnelle le protégeant de menaces directes, on va chercher à l’atteindre à travers ses enfants. Le premier à disparaître en mars 1983 est Mirdad, le « fils » chéri, qui travaillait au Centre culturel français. Il passera des années en prison. D’autres étant menacés, Serge de Beaurecueil se résout à renvoyer les enfants dans leurs familles, la mort dans l’âme, car beaucoup vivent dans un grand dénuement. Il sombre alors dans un profond désespoir dont témoignent des lettres bouleversantes à ses amis : « Je dois partir. Six de mes gosses arrêtés… Le “padar”, héros d’aventures lointaines, n’existe plus. Seulement un vieux bonhomme qui chiale sur ses gosses, sur les vingt ans de bonheur et d’amour à jamais perdus, sur son petit Akbar “au secret” depuis quinze jours, à quatorze ans, sur tant de misères qui s’accumulent sur tout ce petit peuple où il n’est plus question que de mort, et où on ne sait plus ce que c’est que l’espoir. » Pour lui éviter de sombrer complètement ou d’être lui-même enlevé, l’ambassade de France entreprend de l’exfiltrer fin août 1983. C’est un homme brisé qui arrive à Paris le 1er septembre. Il lui faudra de longs mois pour émerger mais il avouera plus tard ne pas regretter d’avoir tout partagé avec les Afghans, y compris le désespoir.

14Sa première préoccupation après son retour en France est de savoir ce que sont devenus ses enfants. Il les oublie d’autant moins qu’il occupe ses premiers mois à faire la promotion de son livre Mes enfants de Kaboul, qui sort aux éditions J.-C. Lattès en 1983. Ehsan sera le premier à pouvoir le rejoindre en France en 1984, suivi un an après par Wahed. En 1985, Mirdad parvient à lui faire parvenir de sa prison de Pol-e-Tcharkhi une petite lettre pleine de confiance et de sérénité. Il parviendra à s’échapper en 1988, en passant par le Pakistan. Les réseaux amicaux de Serge se mobilisent pour prendre en charge ces enfants et les aider à repartir dans la vie en faisant des études et en cherchant du travail. Serge, lui, est rongé d’inquiétude pour les autres et cherche un endroit pour retrouver de la sérénité. Les frères dominicains du couvent Saint-Dominique de Bruxelles l’élisent prieur de leur communauté en 1986, mais Serge est le premier à dire que c’est « une erreur de casting ». Lors d’un banquet d’anciens élèves de Gerson, il déclare en 1988 : « C’est un vieux clown qui vous parle ce soir. À un dominicain et qui plus est prieur, ce titre, direz-vous, ne convient guère… Et pourtant ! Le clown a pour fonction de semer le bonheur, de dérider les traits, de remettre au cœur l’espérance ; quitte à pleurer dans les coulisses. Dans l’œuvre de Rouault, il est triste, partageant la Passion du Christ et la misère des putains, pour entrer avec eux aux noces du Royaume. Clown ! C’est le plus beau métier du monde. » En 1989, il va s’établir au couvent parisien de l’Annonciation où il vivra jusqu’à sa mort.

15C’est le frère André Gouzes, de la Province de Toulouse, qui va véritablement l’aider à émerger de ses idées noires. À Kaboul déjà, il avait pris goût à la musique d’André Gouzes, d’autant plus qu’il y retrouvait des affinités avec la musique et l’âme russe. Son saint patron n’est-il pas saint Serge de Radonège ? Invité à l’abbaye de Sylvanès pour Noël et la Semaine sainte, il a un véritable coup de foudre pour ce lieu qui accueille des familles et des enfants pour qui Serge de Beaurecueil va se mettre à composer des contes et des poèmes. Lors de la Semaine sainte de 1984, il écrit aux Petites Sœurs de Jésus de Kaboul : « Il fallait être calomnié, accusé faussement, trahi, touché dans ce que j’avais de plus cher. Le disciple n’est pas au-dessus du Maître ! Mais pourquoi fallait-il que ce soit un Mirdad, un Issa, etc. qui paient ? Sans doute une solidarité spirituelle, allant bien au-delà des apparences d’une famille heureuse… Les voies de Dieu. » Les drames traversés ne le quittent pas facilement, mais on rit aussi beaucoup à Sylvanès où André Gouzes n’est pas effrayé, bien au contraire, par le grain de folie qui habite toujours Serge de Beaurecueil. C’est là qu’il retrouve la sérénité. Il s’occupe aussi de quelques enfants en manque de père : Lawry, qui souffre de mucoviscidose, François, les jeunes handicapés du centre de rééducation de Saint-Fargeau, pour lesquels il fait volontiers le clown en mettant un nez rouge et en racontant des histoires. En 2002, assez de temps a passé pour qu’il soit capable de revenir à Kaboul avec une équipe de France 2 qui a souhaité tourner un reportage sur ce religieux catholique peu ordinaire, islamologue et père de famille nombreuse. Il a la joie de retrouver plusieurs de ses enfants, devenus adultes, pères de famille. Son histoire a entre-temps fait l’objet d’un film tourné en France sous la direction d’Atiq Rahimi, un ancien élève du lycée Esteqlal, devenu un écrivain célèbre (prix Goncourt 2008) : Nous avons partagé le pain et le sel. Serge a quatre-vingt-cinq ans et médite sur la vie qui a été la sienne : « Émerveillement ? Parce que l’Étoile du matin n’a cessé de briller pour éclairer ma route, même dans les moments où la nuit était la plus noire. C’est souvent sur des visages d’enfants qu’elle a resplendi, icônes de Jésus me révélant tout à coup sa présence », écrit-il dans un article intitulé « Émerveillement et rigolade ».

Serge de Beaurecueil et Mirdad à Paris en 2000

Serge de Beaurecueil et Mirdad à Paris en 2000

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

16Sans se remettre aux études savantes sur Anṣārī, Serge de Beaurecueil a tout de même entrepris de publier quelques textes de son maître spirituel : Ansârî, chemin de Dieu, trois traités spirituels, puis Anṣārī, Cris du cœur, qui sortira après sa mort. De plus, il a pu rassembler en un volume au titre suggestif une série d’articles écrits à Kaboul ou depuis son retour en France. Le titre choisi, Je crois en l’étoile du matin, résume bien la tonalité d’espérance qui l’habite alors qu’il arrive au terme de sa vie, une vie marquée par de profondes blessures mais aussi par beaucoup de joies. Atteint d’un cancer, alors qu’il passe ses dernières semaines dans une clinique de soins palliatifs, il demande à un de ses « fils » afghans, Mirdad, de lui relire en persan quelques pages des Cris du cœur d’Anṣārī : « Comment aurais-je su que la souffrance est mère de la joie, et que sous une déception se cachent mille trésors ? […]. Il n’est de joie que par Ta connaissance, il n’est de vie que par Ta découverte. Celui qui vit sans Toi est comme un mort au fond de sa prison. Qui a trouvé Ta compagnie échappe à ce monde et à l’Autre. » Il meurt le 2 mars 2005 au matin. Les amis afghans se joignent en grand nombre aux frères du couvent de l’Annonciation pour ses funérailles. Il est ensuite inhumé à Sylvanès auprès de l’église russe qu’André Gouzes avait fait construire. Sur sa tombe, l’inscription de son nom est entourée d’un texte d’Anṣārī : « Frère, si tu viens visiter ma tombe, ne t’étonne pas si tu vois le monument danser et n’oublie pas ton tambourin : la tristesse ne convient pas au banquet de Dieu. Anṣārī, mystique afghan. » À Kaboul, une Association appelée Afghanistan demain a été créée par un de ses « fils », Ehsan. Dans un pays toujours ravagé par la guerre, la pauvreté et l’illettrisme, elle prolonge l’action qui fut la sienne auprès de l’enfance défavorisée et fait à nouveau luire un peu de joie dans les yeux des enfants, dont Serge de Beaurecueil aimait répéter après Dostoïevski : « Ils sont l’image du Christ : c’est à eux qu’appartient le Royaume de Dieu ! Ils sont l’humanité future. »

17En décembre 1984, dans un article en forme de bilan pour la revue Spiritus, Serge de Beaurecueil avait écrit : « Au début de Mes enfants de Kaboul, j’avais présenté mon histoire à la fois comme un roman d’amour et comme un jeu de piste. J’ai voulu ce partage, suggéré par Ghaffar peu avant sa mort. Je l’ai eu pleinement. Pour le meilleur et pour le pire, cela s’entend. Merveille qu’une maison pleine d’enfants, heureux, tapageurs, affectueux, jouant de leurs cannes ou de leur boiterie comme d’un sport, s’aidant l’un l’autre aussi naturellement qu’on respire. Une belle famille, bien afghane, où l’on était toujours ensemble pour vivre, pour manger, pour dormir, chacun ayant besoin de la présence de l’autre à ses côtés. Il convenait que, comme tant de familles afghanes, elle soit déchirée par la dispersion, par les arrestations, par l’exil de certains, par la mort et qu’après les rires nous partagions les larmes. Sans cela, ce n’eût pas été sérieux […]. J’avais parlé au Christ Prêtre en présentant la Passion comme sa liturgie, celle de tous et pour toujours. Quelle naïveté que ces essais de célébration, successivement en divers rites et en langue persane, pour une communauté quasi inexistante, dans une chapelle aux dimensions de plus en plus réduite ! C’est dans notre chair, dans notre cœur meurtri, que nous devions ensemble, non point seulement commémorer, mais entrer dans le mystère pascal. »

Bibliographie : Jean Jacques Pérennès, Passion Kaboul. Le père Serge de Beaurecueil, Paris, Éditions du Cerf, 2014. — « Hommage à Serge de Beaurecueil », MIDEO, 27, 2008, avec une bibliographie (p. 1-14). — Les Nouvelles d’Afghanistan, 110, juillet 2005 (dossier à l’occasion du décès de Serge de Beaurecueil). — Notice Serge de Laugier de Beaurecueil, par M. Borrmans, Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris, Karthala, 2008.

Filmographie : Atiq Rahimi, Nous avons partagé le pain et le sel, Playfilm/TV 10 Angers, 2001. — Le père de Kaboul, reportage de France 2 « Envoyé spécial » par Manon Loizeau, Josep Serra et Guy Marcillac, 2002.

Top of page

Bibliography

Archives de l’IDEO (Le Caire). — Archives de la Province de France (Paris). — Fonds documentaire CEREDAF, Paris. — Archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères, La Courneuve. — Documentation de la DAFA (Délégation archéologique française en Afghanistan) à Kaboul. — Journal de voyage de Philippe Dagonet (Les enfants de Kaboul. Chronique afghane). — Entretiens avec plusieurs jeunes afghans et des anciens diplomates français à Kaboul.

Top of page

Appendix

Ouvrages de Serge de Beaurecueil :

L’homme, image de Dieu, selon saint Thomas d’Aquin, thèse de lectorat, Le Saulchoir, pro manuscripto, juin 1944. — L’homme, image de Dieu, selon saint Thomas d’Aquin. Étude sur l’élaboration et la portée d’une doctrine théologique, thèse de doctorat, Le Saulchoir, pro manuscripto, 1946. — Mahmud al-Firkāwi, Commentaire du Livre des étapes (composé à la fin du VIIIe/XIVe siècle), édition et introduction, Le Caire, IFAO, édition et introduction, 1953. — cAbd al-Mucṭī al-Laḫmi al-Iskandarī, Commentaire du Livre des Étapes (composé au début du VIIe/XIIIe siècle), Le Caire, IFAO, 1954. — En arabe : Livre des psaumes/Safar al Mazamir, traduit de l’arabe par Muhammad Sadiq Hussein et Serge de Beaurecueil, Le Caire, Dar es-Salam, 1961. —cAbdallah al-Anṣārī al-Harawī (396-481 H./1006-1089), Les étapes des itinérants vers Dieu, édition critique avec introduction, traduction et lexique, Le Caire, IFAO, 1962. — Manuscrits d’Afghanistan, Le Caire, IFAO, 1964. — KhwādjacAbdullāh Anṣārī (396-481 H./1006-1089), Mystique hanbalite, Beyrouth, Imprimerie catholique, 1965. — Nous avons partagé le Pain et le Sel, Paris, Éditions du Cerf, 1965. — Prêtre des non-chrétiens, Paris, Éditions du Cerf, 1968. — Mes enfants de Kaboul, Paris, Lattès, 1983. Réédité dans la collection « Livre de Poche », Hachette en 1985, puis au Cerf en 1992 et 2004. — Anṣārī, Chemin de Dieu. Trois traités spirituels, Paris, Sindbad, 1985. — Un chrétien en Afghanistan, Paris, Éditions du Cerf, 1985 (réédition 2001). — Anṣārī, Cris du cœur, Paris, Sindbad, 1988. — Chronique d’un témoin privilégié. Lettres d’Afghanistan, I, 1979 : la terreur, CEREDAF, 1989. — Chronique d’un témoin privilégié. Lettres d’Afghanistan, II, 1980 : au bord du désespoir, CEREDAF, 1990. — Chronique d’un témoin privilégié. Lettres d’Afghanistan, III, 1981-1983 : l’impasse, CEREDAF, 1992. — Wédâ, Vingt ans, cellule 5, Kaboul, Paris, Lattès, 1990. — Un chrétien en Afghanistan, (réédition de Nous avons partagé le Pain et le Sel et Prêtre des non-chrétiens), Paris, Éditions du Cerf, 2001. — Je crois en l’étoile du matin, Paris, Éditions du Cerf, 2005.

Top of page

List of illustrations

Title Au noviciat
Caption Serge de Beaurecueil, jeune novice au couvent d’Amiens en 1935.
Credits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1197/img-1.jpg
File image/jpeg, 164k
Title Au couvent du Caire
Caption Serge de Beaurecueil célébrant la messe en rite copte en 1950.
Credits Archives du couvent du Caire/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1197/img-2.jpg
File image/jpeg, 1.3M
Title À Anṣārī
Caption Lors du colloque d’Anṣārī en 1962, Serge de Beaurecueil (reconnaissable à sa toque en astrakan) parmi ses collègues.
Credits Archives du couvent du Caire/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1197/img-3.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Title Au lycée Esteqlal de Kaboul en 1970
Caption Ayant préféré s’occuper d’enfants plutôt que de donner des cours à l’université, Serge de Beaurecueil intervient au lycée Esteqlal comme conseiller pédagogique.
Credits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1197/img-4.jpg
File image/jpeg, 1.7M
Title Dans sa maison à Kaboul
Caption Entouré d’enfants qu’il héberge chez lui et qui l’appellent « Padar ».
Credits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1197/img-5.jpg
File image/jpeg, 1.5M
Title Serge de Beaurecueil et Mirdad à Paris en 2000
Credits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1197/img-6.jpg
File image/jpeg, 1.8M
Top of page

References

Electronic reference

Jean-Jacques Pérennès, « BEAURECUEIL Serge de », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [Online], Notices biographiques, B, Online since 29 July 2021, connection on 17 September 2021. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1197

Top of page

Copyright

© CEMS / IMM-EHESS

Top of page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search