Navigation – Plan du site

BERNADOT Marie-Vincent

BERNADOT Antoine, Léon, Jules à l’état-civil (ou Léon, Antoine, Jules) ; Marie-Vincent en religion
Étienne Fouilloux

Résumé

Né le 14 juin 1883 à Finhan (Tarn-et-Garonne) ; mort le 25 juin 1941 à La Bastide-l’Évêque (Aveyron).
Fondateur de La Vie spirituelle (1919), de La Vie intellectuelle (1928), des Éditions du Cerf (1929), de Sept (1934).

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne la 15/06/2018

Texte intégral

Vestition dans la Province de Toulouse : 11 octobre 1912, à Fiesole (Italie)
Profession simple : 14 octobre 1913, à Fiesole (Italie)
Profession solennelle : 7 mars 1917, à Rome (Italie)
Ordination sacerdotale : 22 juillet 1906, à Montauban (Tarn-et-Garonne)
Transfiliation à la Province de France : 1928

1Le futur père Bernadot naît le jeudi 14 juin 1883 à Finhan, paroisse du diocèse de Montauban, département du Tarn-et-Garonne, dans une famille d’artisans : son père, Pierre Guillaume Bernadot, est tonnelier et sa mère, Pauline Dreuille, est la fille d’un charpentier. Un second fils, qui deviendra employé des Postes, naît au foyer en 1888, peu avant la mort de la mère, le 24 octobre de la même année. Le père se remarie avec Cécile Pujo, dont il a un fils en 1893, avant de mourir tragiquement le 10 février 1897. Le jeune Léon, désormais orphelin, est alors confié, jusqu’à l’âge de treize ans, à ses grands-parents maternels d’Escatalens. D’où la méprise fréquente des biographes du père Bernadot, qui le font naître à Escatalens et non pas à Finhan : son lieu de naissance est aussi problématique que l’ordre de ses prénoms ! Aucun renseignement sur sa scolarité primaire, suffisante toutefois pour lui permettre de faire des études secondaires : il est envoyé en 1896, sans qu’on sache pourquoi, au juvénat ouvert à Trévoux, dans l’Ain, par les Pères du Saint-Sacrement. Il n’y reste que quatre ans. En octobre 1900, il est en rhétorique au petit séminaire de Moissac et revêt la soutane. En octobre 1901, il entre au grand séminaire de Montauban. On ne sait rien sur sa vocation ni sur ses études sacerdotales, sauf qu’il fut au séminaire un « questeur » dévoué pour les distribution de livres et autres fournitures. Mgr Adolphe Fiard, évêque de Montauban, ordonne prêtre l’abbé Bernadot « d’Escatalens », avec trois condisciples, le dimanche 22 juillet 1906. Votée six mois auparavant, la loi de séparation des Églises et de l’État n’en finit pas de faire des vagues : cette ordination est la dernière à se dérouler dans la chapelle de l’évêché, d’où le prélat sera expulsé en décembre 1906 et qui deviendra la mairie de Montauban.

2Le 8 septembre 1906, l’abbé Bernadot est nommé vicaire à Caussade et porte secours aux sinistrés des inondations de l’automne 1907. Au mois de juillet 1909, il est nommé vicaire à Sapiac, faubourg de Montauban. Il se dévoue aux œuvres et crée un premier petit journal pour son patronage, L’Alerte. Le 30 juillet 1910, il est nommé professeur à l’École Lacordaire, petit séminaire du diocèse. Il surprend alors ses collègues en leur demandant s’ils ont lu des auteurs spirituels comme Jean Climaque, Catherine de Gênes ou Thérèse d’Avila. Depuis qu’il s’est lié, à Caussade, avec une paroissienne possédant des ouvrages sur l’Ordre dans sa bibliothèque, il manifeste son intention d’entrer chez les dominicains, intention renforcée par la rencontre, à Sapiac, d’une religieuse de la Sainte Famille par laquelle il fait la connaissance d’une fratrie de La Bastide-l’Évêque, en Aveyron, qui le soutiendra moralement et matériellement dans ses entreprises ultérieures (famille Marre-Chambert).

3Se faire dominicain n’a rien sur le moment d’une facilité : son évêque Mgr Marty, successeur de Mgr Fiard, n’entend pas céder le prêtre prometteur qu’est l’abbé Bernadot à un Ordre proscrit de France par les lois anticongréganistes. Avec l’appui d’un dominicain originaire du diocèse, le père Pie Jougla, il obtient cependant son exeat au terme de l’année scolaire 1912. Il entre dans la province dominicaine de Toulouse le 11 octobre 1912 sous le nom de Marie-Vincent, mais à Fiesole près de Florence, lieu d’exil où il effectue son année de noviciat. Le jeune religieux, parfois comparé à Fra Angelico, vit donc un an dans la maison où travailla l’illustre peintre. Après sa profession simple le 14 octobre 1913, le père Bernadot quitte Fiesole pour Rome où il complète sa formation philosophique et théologique au Collège angélique, jusqu’au lectorat. Il y rencontre le jeune Marie-Dominique Chenu, religieux de la province de France arrivé un an après lui, et il a comme professeur l’étoile montante de la maison, le père Réginald Garrigou-Lagrange.

Frère Marie-Vince...Frère Marie-Vincent Bernadot, jeune dominicain en tenue de voyage

Frère Marie-Vincent Bernadot, jeune dominicain en tenue de voyage

Photographie de Bernadot au verso du visa que la préfecture des Bouches-du-Rhône lui avait délivré pour pouvoir se rendre en Italie via Menton, le 3 novembre 1916.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4Après sa profession solennelle le 7 mars 1917, fête de saint Thomas d’Aquin, il rentre en France, non pour participer à la guerre, car il est « réformé complet », mais pour soigner son système respiratoire. Le père Bernadot est un homme à la santé fragile, chez lequel alternent des phases de très grande activité et des phases de dépression, physique et psychique, durant lesquelles il se réfugie dans un cloître ou chez des proches. Entre 1917 et 1920, date du retour de ses frères au couvent de Saint-Maximin auquel il est destiné, il séjourne chez des dominicaines, à la Sainte-Baume (en 1917-1918 et de nouveau début 1919), à Vence (février-novembre 1918) ou à Monteils (août-septembre 1919). Peu satisfait d’être désœuvré, il occupe ses loisirs à des travaux sur l’histoire et la spiritualité de sa famille religieuse. « J’écris un peu pour tromper la longueur de mon repos forcé », signale-t-il à un correspondant. Après une première plaquette sur la fondatrice des dominicaines de Monteils, La Mère Marie-Anastasie (Monteils, 1916), il en publie une autre, l’année suivante, sur Anna Moes, mère Marie-Dominique-Claire de la Sainte-Croix en religion, qui aida Lacordaire et Jandel à refonder l’Ordre de saint Dominique en France (L’action surnaturelle dans la restauration dominicaine au XIXe siècle, La Sainte-Baume, 1917). Ce talent d’historiographe attire l’attention de la Curie généralice qui lui commande une vie du père Hyacinthe-Marie Cormier, maître général de l’Ordre décédé en décembre 1916, pour laquelle il retourne à Rome en mai-juin 1919. Bien qu’elle n’ait pas été honorée, la commande prouve que le père Bernadot dispose d’emblée d’une certaine réputation parmi ses frères. Suivent des traductions de Catherine de Sienne ou de Vincent Ferrier, qui inaugurent une collection de « Chefs d’œuvre ascétiques et mystiques », et une présentation synthétique des dominicains, demandée par les supérieurs, qui reste longtemps l’une des meilleures disponibles (L’ordre des frères prêcheurs, Toulouse, 1918, Saint-Maximin, 1922).

5Ce ne sont pourtant pas ces publications qui font basculer l’itinéraire du père Bernadot, mais un petit livre de spiritualité publié à Marseille en 1918, De l’Eucharistie à la Trinité. Les plages de repos du dominicain ne le privent pas de toute activité apostolique. Il soutient spirituellement des confréries du rosaire ou des groupes de tertiaires et s’essaie à la direction spirituelle. C’est à l’intention de ses dirigés qu’il rédige le manuscrit pour lequel un ami lui fournit l’argent nécessaire à la publication. « Par la grâce de Dieu » et par encouragement du pape Pie X à la communion fréquente, « il y a aujourd’hui beaucoup d’âmes qui s’approchent chaque jour de la Sainte Table », se félicite Bernadot. Mais il doute qu’elles entrent « assez franchement dans le mystère eucharistique », qu’elles pénètrent « jusqu’aux profondes réalités de la communion ». Pour éviter un tel risque, le prédicateur ne doit pas seulement nourrir les cœurs, mais aussi les intelligences. Suit la phrase décisive : « Ceux qui croient devoir réserver la prédication des vérités plus hautes à une élite et à des circonstances exceptionnelles, tarissent, sans le vouloir, dans l’Église, la plus abondante source de sainteté, car la vérité est le principe de tous les dévouements et de tous les transports d’amour. » Par son baptême, chaque fidèle est appelé d’un même mouvement à l’intelligence des « vérités les plus sublimes » et aux profondeurs d’une vie spirituelle qui ne saurait être réservée à des âmes d’exception. Dans le débat, alors vif, entre les théologiens qui séparent l’ascèse, lot commun des chrétiens, de la mystique, grâce accordée à quelques-uns seulement, et ceux qui contestent une telle séparation, le père Bernadot prend nettement parti pour les seconds. Il en fait la démonstration sur la piété eucharistique, qu’il ancre solidement dans la foi au Christ et à la Trinité. Seul cet ancrage en doctrine peut lui éviter de rester une simple pratique de dévotion. Le père Bernadot est d’ailleurs un bon exemple de ce qu’il prêche : doté d’une honnête formation thomiste, c’est aussi un religieux de spiritualité classique, très attaché aux saints médiévaux, ceux de l’héritage dominicain notamment, et à la Vierge Marie à laquelle il dédie De l’Eucharistie à la Trinité.

6Le succès de la brochure, qui connaîtra cinq rééditions (la dernière en date de 2005), et plusieurs traductions, incite le dominicain à ne pas en rester là. Il investit les bénéfices de l’opération dans la fondation d’une revue dont le titre, La Vie spirituelle ascétique et mystique est déjà un programme, car il unit les deux adjectifs que d’aucuns voudraient disjoindre. Elle paraît en octobre 1919 avec l’autorisation des supérieurs et la caution théologique de professeurs de l’Angelicum, le père Garrigou-Lagrange notamment, éminent contempteur de la séparation entre ascèse et mystique. Elle fait le pari d’attirer chaque mois un lectorat de prêtres, de religieuses et de laïcs dévots qui souhaitent asseoir leur vie spirituelle sur la pensée de saint Thomas d’Aquin. Directeur de la publication, le père Bernadot n’est pas un théologien de métier. Il écrit assez peu dans une revue dont le père Garrigou-Lagrange est le maître à penser ; mais il en assure la logistique depuis Saint-Maximin, à partir de mars 1920.

7

Première page du ...Première page du premier numéro de La Vie spirituelle

Première page du premier numéro de La Vie spirituelle

Éditée par l’imprimerie E. Aubin à Ligugé dans la Vienne, « avec la permission des supérieurs » et l’imprimatur de l’archevêque de Toulouse (Jean-Augustin Germain), La Vie spirituelle, revue mensuelle, publie son premier numéro, le 10 octobre 1919.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8Approuvée par un bref du pape Benoît XV, le 15 septembre 1921, La Vie spirituelle gagne son pari : 3 000 abonnés un an après sa création et une diffusion en constante progression. Bernadot, fort d’un tel succès, lance en janvier 1921, pour la famille dominicaine, la Revue du Rosaire. À partir de novembre 1922, il double tous les deux mois La Vie spirituelle d’un supplément dans lequel sont traitées des questions plus techniques de théologie mystique. Il publie aussi, outre les « Chefs d’oeuvre ascétiques et mystiques », des volumes qui reprennent certains numéros spéciaux de la revue ou des recueils de textes qu’elle a publiés. Ainsi naît la légende du père Bernadot : maître spirituel, mais aussi entrepreneur, capable de lancer une nouvelle revue tous les deux ans... Avec le soutien d’un des professeurs du studium, Étienne Lajeunie, et de quelques sœurs de Monteils ou de laïcs pour les tâches matérielles, il a rapidement doté Saint-Maximin d’une petite entreprise éditoriale, la Librairie Saint-Thomas d’Aquin, qui a son siège à l’ombre du couvent sans en dépendre étroitement.

9Il occupe pourtant dans celui-ci une place croissante qui divise profondément la communauté. Certains de ses frères se félicitent du rayonnement ainsi conféré à la maison. Aussi lui confient-ils en 1923 la charge de prieur, puis en novembre 1924 la responsabilité la Revue thomiste, qui peine à repartir après l’interruption de la guerre. Bernadot se heurte, dans cette double tâche, au régent des études, le père Thomas Pègues. Un triple désaccord les oppose : sur le régime religieux de la maison, que Bernadot voudrait assouplir ; sur l’introduction dans la Revue du thomisme de Jacques Maritain et de ses amis, moins littéral que celui du régent ; enfin sur l’influence dans la maison du nationalisme intégral de Charles Maurras. Bernadot n’était sans doute pas hostile, initialement, à l’Action française, mais il regrette l’emprise de celle-ci sur Saint-Maximin et sur la province de Toulouse. De son échec, il tire la leçon que rien n’est possible sur place, surtout pas la naissance de la revue généraliste dont il envisage la création, dans le sillage de La Vie spirituelle, pour traiter des problèmes du monde ambiant selon une optique thomiste exempte de sympathies maurrassiennes. Pour surmonter l’opposition locale, il va en demander la création à Rome, avec le soutien décisif de Maritain. Le pape Pie XI, qui cherche des appuis en France contre l’Action française, investit la revue en projet d’une mission précise : dénouer le lien qui s’est établi entre thomisme et « nationalisme exagéré ». Le couvent de Saint-Maximin et la province de Toulouse ne voulant pas se prêter à l’opération, le pape utlise les grands moyens : Bernadot et Lajeunie sont transfiliés à la province de France, procédure canonique d’exception, et installés au printemps 1928 par celle-ci à Juvisy-sur-Orge, dans la grande banlieue sud de Paris, avec leurs deux revues, celle qui existe et celle qui est à créer.

Le père Bernadot ...Le père Bernadot au couvent Saint-Étienne de Jérusalem en 1930

Le père Bernadot au couvent Saint-Étienne de Jérusalem en 1930

Photographie reproduite dans La Vie spirituelle du 1er août 1941 qui annonce son décès aux lecteurs. Cette photo est celle qui a été le plus fréquemment diffusée sans doute parce qu’elle illustre à la perfection l’idéal du dominicain à l’étude dans sa cellule. Elle donne à voir à tous ceux qui connaissent Bernadot comme un homme d’action, un patron de presse, qu’il est avant tout un homme de la contemplation et de la méditation des souffrances du Christ, comme le suggère le crucifix posé sur la table devant lui.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

10En octobre 1928 sort La Vie intellectuelle, revue mensuelle dont Bernadot est le directeur et qu’il double un an plus tard par des Documents, mensuels eux aussi. Pour coiffer l’ensemble des publications de Juvisy, naissent, en octobre 1929, les Éditions du Cerf (« comme languit un cerf après l’eau vive », psaume 42) dont le capital est fourni par des amis de Bernadot qui lui en confient la direction. Pendant dix ans, il cumule ainsi les fonctions de directeur des éditions, dépendant du seul conseil d’administration, et de supérieur religieux de la maison Saint-Dominique, sous l’autorité du provincial de France, ce qui lui laisse une bonne marge de manœuvre. Une « maison des revues » est mise en chantier pour abriter les « dominicains de Juvisy », qui ne tardent pas à se faire une réputation. Des religieuses proches du père Lajeunie, logées dans un bâtiment annexe, assurent l’intendance. Pendant deux ans, de 1928 à 1930, le père Bernadot accomplit la mission qui lui a été confiée par Rome avec le ferme soutien du nonce à Paris, Mgr Maglione, dont il devient, à l’occasion, le conseiller, et le concours intellectuel de Jacques Maritain, non sans bisbilles toutefois. Il participe aux recueils Pourquoi Rome a parlé (Spes, 1927) et Le joug du Christ (Spes, 1928, avec les jésuites Gustave Desbuquois et Michel Riquet), qui justifient les sanctions pontificales contre l’Action française, avant de donner son nom au volume Clairvoyance de Rome (Spes, 1929), qui répond aux attaques des fidèles de Maurras contre le pape. La Vie intellectuelle, dans ce combat, promeut la ligne pontificale de substitution de l’Action catholique à l’Action française, c’est-à-dire de mise à distance du politique pour mieux investir le social et le religieux. En juin 1930, un grave accident de santé oblige toutefois le père Bernadot, à se retirer. Le religieux diaphane qui pouvait faire penser à Fra Angelico, ou à Lacordaire, est devenu un homme assez corpulent et surmené. Son éclipse forcée dure deux ans au cours desquels ses adjoints s’éloignent de la ligne prescrite au profit d’un éclectisme intellectuel qui suscite la colère de Maritain et l’inquiétude de la nonciature.

Juvisy ou « la ma...Juvisy ou « la maison des revues » dominicaines

Juvisy ou « la maison des revues » dominicaines

Construit à Juvisy-sur-Orge, au sud de Paris, ce bâtiment a porté le nom de Maison Lacordaire puis a été érigé sous le patronage de saint Dominique, se faisant rapidement connaître comme le haut lieu des Éditions du Cerf.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

11Bernadot revient aux affaires en septembre 1932, investi des pleins pouvoirs et doté de deux nouveaux adjoints de valeur, bien que très différents, sur lesquels il va pouvoir s’appuyer : Pierre Boisselot et Augustin Maydieu. Les Documents de la Vie intellectuelle sont supprimés et la revue devient bimensuelle. Dans les éditoriaux de Christianus et de Civis, elle s’attache à dissocier le catholicisme du nationalisme et du conservatisme, ce qui commence à lui valoir des inimitiés. Mais elle ne suffit plus aux ambitions du père Bernadot : il lui faut un outil de pénétration dans l’opinion catholique plus maniable. Aussi, rééditant l’opération romaine de la fin des années 1920, qui court-circuite les supérieurs dominicains, se réclame-t-il de la volonté pontificale pour créer un journal diffusant les positions de la revue. Ce sera Sept. L’hebdomadaire du temps présent, dont le premier numéro paraît le 3 mars 1934. Le lancement et la confection du journal accaparent Bernadot, qui en supervise chaque semaine la sortie, avec le concours du père Boisselot. Une telle charge le conduit à s’éloigner de La Vie spirituelle, pilotée par le père Lajeunie, voire même de La Vie intellectuelle, dont le soin échoit en 1935 au père Maydieu. Sans atteindre les gros tirages de la presse hebdomadaire parisienne, Sept bouscule l’opinion catholique par la modernité de sa présentation et surtout par la vigueur de ses convictions. Le nouveau journal, que porte le militantisme des « Amis de Sept », atteint des dizaines de milliers de lecteurs, voire 100 000 pour quelques numéros spéciaux, dont un certain nombre de non-catholiques.

12Sept est imprimé à Paris, mais sa rédaction est à Juvisy. Afin de supprimer ce handicap, le père Bernadot acquiert, pour loger les Éditions du Cerf, l’immeuble du 29, boulevard La Tour-Maubourg, dans le VIIe arrondissement de Paris, où il installe son équipe au tournant de 1936 et de 1937. La vente de Juvisy couvre l’achat, mais il faut trouver de l’argent pour transformer un immeuble bourgeois en couvent dominicain et en maison d’édition. Bernadot multiplie les voyages en province pour convaincre ses amis d’accentuer leur soutien. Après des années de travaux, le résultat est une réussite : cellules dans les étages supérieurs, bureaux dans les étages inférieurs et librairie en rez-de-chaussée qui donne aux Éditions du Cerf pignon sur rue. Mais les dominicaines qui assuraient le quotidien à Juvisy ne sauraient cohabiter avec des religieux : il faut embaucher des laïques, d’où un problème de gestion du personnel qui alourdit un peu plus la tâche du père Bernadot.

La Une de Sept, j...La Une de Sept, journal pour le grand public, fondé par Bernadot

La Une de Sept, journal pour le grand public, fondé par Bernadot

Deuxième numéro de l’hebdomadaire qui affirme en pleine crise politique, consécutive à l’affaire Stavisky, son positionnement « au-dessus » des partis.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

13La ligne éditoriale de Sept est la même que celle de La Vie intellectuelle, mais pour un public plus populaire. Le journal et la revue combattent les idéologies totalitaires, qu’il s’agisse du communisme ou du fascisme, mais aussi le libéralisme économique indifférent au sort des plus pauvres. Ils appuient leur critique sur la doctrine sociale de l’Église, telle que Pie XI vient de la reformuler dans l’encyclique Quadragesimo anno (1931). Ce choix d’une troisième voie, qui ne serait pas un vague moralisme, explique leur position médiane dans les crises des années 1930 : sans rejoindre l’antifascisme de la gauche laïque, les publications de Juvisy ne se rangent pas aux côtés de l’Italie fasciste dans la guerre d’Éthiopie ni aux côtés du général Franco dans la guerre d’Espagne ; sans adhérer au Front populaire, Sept donne la parole au chef de gouvernement socialiste Léon Blum en février 1937. Ces prises de position non conformistes suscitent de vives réactions dans une opinion catholique très largement marquée à droite. Contre toute évidence, leurs adversaires font des dominicains du Cerf des « rouges chrétiens », coupables de pactiser avec les ennemis de la foi chrétienne et de miner le nécessaire front uni contre les régimes et les doctrines impies. De France, d’Espagne ou d’Italie, les voix se multiplient pour demander au Saint-Siège de les faire taire.

14Le père Bernadot et les siens se croient, à tort, immunisés de ces attaques par le soutien de Pie XI, maintes fois manifesté. N’ont-ils pas anticipé sa double condamnation du communisme et du racisme nazi dans les encycliques de 1937 ? Ils ne comprennent pas que la situation politico-religieuse a profondément changé. Maglione n’est plus à la nonciature, remplacé par Mgr Valerio Valeri, que Bernadot juge moins favorable à La Tour-Maubourg, tout comme le père Antonin Motte, élu provincial à la mort de Jourdain Padé en 1938. Pour le Saint-Siège, l’heure n’est plus à la conjuration du danger maurrassien, qui paraît écarté, mais à l’exigence d’unité dans les rangs catholiques pour faire face à la double menace totalitaire. Les critiques de La Tour-Maubourg à l’encontre des « bien pensants » sont devenues importunes, voire nuisibles. Il faut les faire cesser. Sept est condamné à disparaître par décision du Saint-Office en août 1937. La Vie intellectuelle n’échappe que de justesse au même sort en novembre de la même année. Le père Bernadot ne se remettra jamais d’un tel coup, qu’il n’a pas vu venir. Il se réfugie à La Bastide-l’Évêque en laissant provisoirement les clefs de La Tour-Maubourg au père Boisselot. Il se réfugie aussi dans le spirituel avec la création en 1938 d’un magazine en héliogravure, La Vie chrétienne avec Notre-Dame, dans la droite ligne de son petit livre Notre-Dame dans ma vie (Les Éditions du Cerf, 1937).

15Et il commence, pour la première fois de son existence, un journal intime dans lequel il exhale sa peine et son incompréhension. Il reproche à certains de ses adjoints, le père Maydieu notamment, de ne pas l’avoir assez soutenu et de l’avoir dépossédé en fait de La Vie intellectuelle. Il reproche à la province de France de ne pas l’avoir bien accueilli. Reproche pour partie injuste : le père Padé lui a fourni de jeunes religieux formés au Saulchoir, où il a toujours trouvé un appui, de la part du régent le père Chenu notamment. Il est cependant vrai que l’audience croissante de La Tour-Maubourg n’a pas fait que des heureux dans la province et dans l’Ordre. Les prises de position de Sept et de La Vie intellectuelle engagent celui-ci, alors qu’elles y sont contestées en interne, parfois de façon très vive. Elles sont énoncées sous couvert de l’autorité romaine, via la nonciature, d’une manière qui fait bon marché de l’obéissance aux supérieurs. Bernadot est très sévère sur le maître général, Martin-Stanislas Gillet, qui s’irrite pour sa part de l’indépendance de son subordonné et l’accuse de ne pas être assez strict sur le respect des observances religieuses. Le père Bernadot reproche enfin à Pie XI de l’avoir abandonné après lui avoir demandé de créer les publications incriminées, ce qui n’est qu’à moitié vrai : Bernadot n’a pas fait qu’obéir à des décisions venues de Rome, il les a pour le moins sollicitées. Le malentendu est complet quand Pie XII, peu après son élection, suspend en 1939 les sanctions contre l’Action française. En mauvaise santé et s’estimant désavoué, le père Bernadot abandonne ses fonctions de directeur des Éditions Cerf et de supérieur de la maison Saint-Dominique en juillet 1939. Il est remplacé par son bras droit le père Boisselot, bientôt mobilisé, puis prisonnier de guerre en Allemagne.

16Aussi demande-t-on au père Bernadot de revenir sur sa démission pour assurer le fonctionnement de la maison durant la « drôle de guerre ». Il fait face avec courage aux difficultés du moment, y compris durant la débâcle du printemps 1940, au cours de laquelle il sauve les meubles au sens propre du terme, avant de retourner à La Bastide-l’Évêque. Effondré devant l’écroulement de la France, il exprime de la sympathie pour l’aventure risquée de la France Libre dont il reconnaît la voix sur les ondes : celle de Maurice Schumann, collaborateur assidu de Sept et de La Vie intellectuelle. Il se sent ensuite exclu des pourparlers entre les trois provinces françaises pour la survie des Éditions du Cerf, pourparlers au terme desquels on ne lui propose que la direction du magazine populaire qui continuerait La Vie chrétienne avec Notre-Dame. Personne ne souhaite qu’il redevienne le patron d’une maison quasiment à l’arrêt après l’armistice. Il fait désormais figure de gêneur, à Lyon et à Toulouse surtout. Aussi refuse-t-il en novembre 1940 la solution proposée et se cantonne-t-il dans de modestes tâches paroissiales à La Bastide. Profondément meurtri moralement, il est frappé par une nouvelle attaque le 7 mai 1941 et meurt un mois et demi plus tard, le 25 juin. Il vient tout juste d’avoir cinquante-huit ans.

Faire-part du déc...Faire-part du décès de père Bernadot, le 25 juin 1941

Faire-part du décès de père Bernadot, le 25 juin 1941

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

17Triste fin pour un religieux dont l’œuvre a marqué le catholicisme français de l’entre-deux-guerres. Dans l’atmosphère confinée d’une France vaincue et partiellement occupée, la mort du père Bernadot n’a pas l’écho qu’elle aurait dû avoir : seuls trois articles du père Boisselot, tout juste libéré, évoquent en termes émus la personnalité de celui qu’il appelait « le patron ». À un moment où l’œuvre de celui-ci paraît réduite à néant (équipe dispersée, publications suspendues, sauf La Vie spirituelle), il met moins en valeur le fondateur compulsif que le maître spirituel, plus difficile à récuser. N’a-t-il pas publié en 1940, dans la Collection catholique de Gallimard, une Sainte Catherine de Sienne au service de l’Église ? Les Éditions du Cerf confortent cette image en 1946, avec la publication de Lettres de direction du père Bernadot, dont les plus anciennes remontent aux origines de La Vie spirituelle. Il faudra attendre l’annonce du concile réformateur qu’il ne pouvait prévoir, mais que certaines de ses intuitions anticipaient, pour que sa figure revienne en pleine lumière, avec les articles de l’historienne Aline Coutrot et surtout son livre sur Sept, en 1961.

18Transplanté à sa demande dans une province qui n’était pas la sienne, le père Bernadot l’a dotée d’une audience inespérée, en créant de toutes pièces la maison d’édition qui lui faisait défaut. Il s’agissait selon lui d’une « maison des revues », plutôt que des livres. Avant 1939, les Éditions du Cerf publient certes des livres, sous son autorité, mais seule la collection « Unam Sanctam », apportée par le père Congar en 1937, annonce leur future gloire éditoriale : elle apparaît alors bien isolée dans leur catalogue. La Tour-Maubourg est surtout connue par ses périodiques. Le père Bernadot n’en a pas créé moins de huit sur vingt ans, si l’on compte le supplément de La Vie spirituelle, les Documents de La Vie intellectuelle et Chrétienté, bulletin qui se veut un ersatz de Sept en 1937-1940. Il a d’abord eu l’intuition qu’il y avait un lectorat pour une revue consacrée aux fondamentaux de la spiritualité catholique. Avec 7 à 8 000 abonnés, La Vie spirituelle s’est imposée comme une référence dans son secteur. Elle fêtera son vingt-cinquième anniversaire en 1944 et mourra presque centenaire en 2014. Le succès de La Vie intellectuelle est moins net, près de 5 000 abonnés en 1938, mais elle a ouvert une brèche dans le mur du conservatisme catholique. Malgré son titre, Bernadot ne voulait pas en faire la revue d’une élite de l’esprit, d’où son différend avec le père Maydieu, mais un outil au service de la « nouvelle chrétienté » profane de Jacques Maritain ou du père Chenu, fondée sur le développement de l’Action catholique. L’hebdomadaire Sept devait convertir l’opinion catholique à cette perspective et la proposer aux milieux non chrétiens. Reprocher au père Bernadot de « faire de la politique » est un contresens : son projet était de nature apostolique, mais sous des dehors inédits qui pouvaient heurter. Rome ne lui a pas laissé le temps de le concrétiser, mais Sept a marqué les esprits durant sa brève existence, au point de nourrir ensuite une légende, dorée ou noire, dans la mémoire catholique française. Le père Bernadot est resté inconsolable de sa suppression et il n’a cessé, entre 1937 et 1940, d’imaginer les moyens de le ressusciter sous une forme acceptable par l’autorité. En vain.

Haut de page

Sources

Province dominicaine de France, fonds Bernadot. — « Le Père Bernadot », La Vie spirituelle, 1er août 1941, p. 97-107 ; « Un maître de spiritualité : le Père Bernadot », L’Année théologique, 1942, p. 123-129 ; « La physionomie spirituelle du Père Bernadot », La Vie spirituelle, 1944 (numéro du 25e anniversaire), p. 218-233. — Á quelques menus détails près, le portrait (non signé) d’Aline Coutrot, dans les Informations catholiques internationales du 1er juillet 1961, « Un artisan de la presse catholique moderne : le Père Bernadot (1883-1941) », p. 15-25, est remarquable, car puisé aux sources ; voir aussi, du même auteur, « Le Père Bernadot et La Vie spirituelle », La Vie spirituelle, août-septembre 1961, p. 226-235. — Abbé Alain Mathieu, Le père Bernadot, dominicain de Finhan, brochure, s.l., s.n, 1984.

Haut de page

Œuvre

Le père Bernadot a beaucoup fait écrire, mais il a peu écrit lui-même, quelques brochures ou de petits livres seulement, qui sont signalés dans le texte. — Pour la bibliographie plus récente, on se reportera à Étienne Fouilloux, Les Éditions dominicaines du Cerf (1918-1965), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018 (chapitres I à V).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Frère Marie-Vincent Bernadot, jeune dominicain en tenue de voyage
Légende Photographie de Bernadot au verso du visa que la préfecture des Bouches-du-Rhône lui avait délivré pour pouvoir se rendre en Italie via Menton, le 3 novembre 1916.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1200/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Première page du premier numéro de La Vie spirituelle
Légende Éditée par l’imprimerie E. Aubin à Ligugé dans la Vienne, « avec la permission des supérieurs » et l’imprimatur de l’archevêque de Toulouse (Jean-Augustin Germain), La Vie spirituelle, revue mensuelle, publie son premier numéro, le 10 octobre 1919.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1200/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Le père Bernadot au couvent Saint-Étienne de Jérusalem en 1930
Légende Photographie reproduite dans La Vie spirituelle du 1er août 1941 qui annonce son décès aux lecteurs. Cette photo est celle qui a été le plus fréquemment diffusée sans doute parce qu’elle illustre à la perfection l’idéal du dominicain à l’étude dans sa cellule. Elle donne à voir à tous ceux qui connaissent Bernadot comme un homme d’action, un patron de presse, qu’il est avant tout un homme de la contemplation et de la méditation des souffrances du Christ, comme le suggère le crucifix posé sur la table devant lui.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1200/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Juvisy ou « la maison des revues » dominicaines
Légende Construit à Juvisy-sur-Orge, au sud de Paris, ce bâtiment a porté le nom de Maison Lacordaire puis a été érigé sous le patronage de saint Dominique, se faisant rapidement connaître comme le haut lieu des Éditions du Cerf.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1200/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre La Une de Sept, journal pour le grand public, fondé par Bernadot
Légende Deuxième numéro de l’hebdomadaire qui affirme en pleine crise politique, consécutive à l’affaire Stavisky, son positionnement « au-dessus » des partis.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1200/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Faire-part du décès de père Bernadot, le 25 juin 1941
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1200/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « BERNADOT Marie-Vincent », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, B, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1200

Haut de page

Auteur

Étienne Fouilloux

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals