Navigation – Plan du site

BOISSELOT Pierre

BOISSELOT Pierre Lucien Alphonse ; BOISSELOT Pierre en religion.
Étienne Fouilloux

Résumé

Né le 13 novembre 1899 à Bois-Colombes (Seine, Hauts-de-Seine), mort le 15 septembre 1964 à Paris (XIIIe arr.).
Directeur des Éditions du Cerf.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 27/01/2018

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 23 septembre 1926 à Amiens
• Profession simple : 23 septembre 1927 à Amiens
• Profession solennelle : 23 septembre 1930 au Saulchoir de Kain (Belgique)
• Ordination sacerdotale : 29 juillet 1931 au Saulchoir de Kain (Belgique)

1Directeur emblématique des Éditions du Cerf, le père Boisselot est un des religieux qui a le plus fait pour accroître la notoriété de l’Ordre dominicain, en France au XXe siècle. Or son parcours personnel est mal connu, tant l’homme s’est effacé derrière sa fonction. Si Boisselot a beaucoup fait écrire, il n’a guère écrit lui-même. Un seul titre sous sa signature, Nous, les premiers chrétiens (Paris, Bloud et Gay, 1939), brochure qui recueille des causeries à Radio-Paris ; quelques préfaces ou contributions à des ouvrages collectifs et « une nuée d’articles éphémères », selon ses propres termes dans une fiche de renseignements de l’automne 1945. Rien de personnel en tous cas : il était d’« une pudeur extrême de ses sentiments et détestait parler de lui » (homélie du père Avril aux obsèques). Pour approcher ses réactions aux péripéties de l’histoire du Cerf depuis 1932, il faut consulter le manuscrit qu’il a rédigé en 1943, alors qu’il venait d’être démis de ses fonctions boulevard La Tour-Maubourg. Or il s’agit moins d’un journal, au sens courant du terme, que de souvenirs à chaud, dépourvus de titre, qu’on pourrait baptiser « Notes sur l’histoire du Cerf ». Vibrant hommage au père Bernadot, le fondateur décédé deux ans auparavant, et charge violente contre ceux de ses adjoints qui l’auraient mal soutenu, le père Maydieu au premier chef, elles ne présentent que de manière incidente un intérêt biographique. Le père Boisselot fut donc bien un manager et un homme d’influence, pas un écrivain ni un penseur. Éditeur ou directeur de publications qui ne craignaient pas de prendre des positions tranchées, dans la société comme dans l’Église, il ne s’est pas fait que des amis durant sa carrière, y compris au sein sa famille religieuse. Accusé par ses adversaires d’être l’éminence grise du lobby éditorial de la gauche catholique, dans les années 1940 et 1950, il a été deux fois victime, en 1943 et en 1954, de sanctions hiérarchiques, Rome pressant ses supérieurs de faire rentrer dans le rang un religieux qui assurait la diffusion de bien des audaces de l’Église de France. Certes le vent a tourné quand il meurt en 1964 : plusieurs des mouvements réformistes que portent les Éditions du Cerf sont en bonne voie de reconnaissance par le concile Vatican II. On comprend cependant qu’une vie de débats et de combats connus des seuls initiés demeure difficile à évoquer publiquement. D’où la rareté et la pauvreté des nécrologies, qui sont dans d’autres cas les pierres d’attente d’une biographie. De nécrologie à proprement parler, la presse dominicaine n’en fournit pas, qui se contente de publier, dans le bulletin intérieur de la province de France, Ut sint unum et dans la revue La Vie spirituelle, après un bref résumé biographique signé F. L. (François Louvel), le texte de l’homélie prononcée aux funérailles, le 18 septembre 1964, par le père Avril, qui faisait partie de l’équipe du Cerf en 1932 quand Boisselot y a été assigné, et de renvoyer au texte publié par Georges Hourdin dans Le Monde. Quant à l’article non signé de Signes du temps, il frappe par son caractère impersonnel et son manque de chaleur. Dans les Cahiers Saint-Dominique, lien de la famille dominicaine, le directeur commercial du Cerf, Gabriel Ferrier n’est guère plus disert, bien qu’il ait quotidiennement fréquenté son patron : après avoir évoqué sa rencontre avec Boisselot en 1934, dans la mouvance de l’hebdomadaire Sept, il reprend la chronologie sommaire fournie par le père Louvel. Pour en savoir un peu plus, il faut quitter l’orbite dominicaine et lire les témoignages contrastés de deux des journalistes qui ont travaillé au plus près de Boisselot depuis les années 1930 : Georges Hourdin et Joseph Folliet ; témoignages contrastés, tant le second paraît corriger le premier.

Pierre BoisselotPierre Boisselot

Pierre Boisselot

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2La place accordée par Le Monde au dominicain défunt ne peut étonner que si l’on ignore les liens qui l’unissaient depuis longtemps à Hubert Beuve-Méry. Dans le numéro daté du 17 septembre 1964, Georges Hourdin, directeur de La Vie catholique illustrée, dément l’opinion selon laquelle Boisselot aurait été avant tout un politique. Sous le titre « Un restaurateur de la foi », il insiste cependant sur la volonté d’apostolat qui a sous-tendu l’activité éditoriale de cet « affamé de Dieu » : créer des revues et publier des livres qui puissent convaincre leurs lecteurs, croyants ou non, de l’actualité du message chrétien. Converti à l’âge adulte, venu « du siècle », Boisselot savait « qu’on ne sépare pas artificiellement le temporel du reste, et que l’esprit tient tout réuni ». Aussi encourageait-il ses collaborateurs laïcs à « incarner leur foi dans la politique, la pensée, l’art ou le social. Il lui fallait un Évangile vécu ». Et il n’hésitait pas à prendre la plume avec vigueur pour défendre ses idées, quitte à se soumettre sans broncher quand il était désavoué par ses supérieurs, mais sans changer d’avis pour autant. Il fut « un grand religieux, debout, en marche, qui appelle […] ceux qui l’entourent à le suivre librement, afin qu’ils puissent croire, prier, se battre ». L’hommage a du souffle et sert ensuite de référence dans les publications dominicaines.

3Le texte de Joseph Folliet dans l’hebdomadaire Témoignage chrétien du 24 septembre est moins souvent cité. Il mérite pourtant attention, car le journaliste lyonnais connaît Boisselot depuis l’aventure de Sept, à laquelle ils ont tous deux participé. Moins lyrique et plus familier, il ne manque pas d’épingler chez Boisselot « une corpulence très dominicaine » (Ferrier évoque pour sa part un religieux « corpulent mais vif »). La pointe de l’article tient dans l’expression « homme de Dieu » du titre, déjà utilisée par Hourdin. Contre ceux qui ne veulent voir dans Boisselot que le grand patron de presse, « un Pierre Lazareff en bure blanche », dont la vie n’aurait été qu’une longue suite de combats douteux, Folliet en fait « un grand spirituel », mais caché derrière l’ironie du « grand bourgeois parisien ». Il perçoit même en lui, à la différence de Georges Hourdin, « une tendance à subordonner parfois le temporel à des fins spirituelles ». Folliet aurait mis plus d’un an à percer la cuirasse dont se protégeait volontiers le dominicain : « c’est la violence d’épreuves communes » qui a dissipé ces apparences et qui lui a permis de bénéficier du soutien spirituel du père Boisselot. En désaccord sur les priorités de celui-ci, Folliet et Hourdin s’accordent cependant sur un point essentiel : tous deux insistent sur la profondeur de sa foi, difficile à déceler derrière un caractère « sceptique, ironique et désinvolte à l’ordinaire », mais qui peut se montrer « impatient et violent » (Tranvouez). Une grande pudeur et quelques saillies provocantes servent d’écran de fumée à l’« homme de foi ». « Le père Boisselot ? Il croit en Dieu, mais il ne croit en rien d’autre », rapporte ainsi le père Avril dans son homélie funèbre.

4Ces portraits suggestifs ne dissipent que partiellement le halo de brume qui entoure le père Boisselot. Début novembre 1964, son adjoint le père Peuchmaurd rédige l’esquisse d’un volume que le Cerf pourrait lui dédier. Il comprendrait d’une part un recueil d’articles et d’inédits de Boisselot, depuis sa participation à Sept, et d’autre part une série de témoignages de ceux avec lesquels il a travaillé, dominicains ou pas. Le volume se terminerait par une étude de l’historienne Aline Coutrot, récente signataire d’une monographie de référence sur Sept. Le projet ne semble pas être allé au-delà de cette esquisse. Il est d’ailleurs surprenant que celle-ci ne reprenne pas l’« aide-mémoire » du père Louvel, daté du 21 septembre 1964, qui tient lieu de nécrologie, disponible dans les archives mais restée inédit (dix pages polycopiées). Arrivé dans l’équipe du Cerf en 1935, Louvel est en 1964 l’un des derniers survivants de l’équipe Bernadot : il mobilise les anecdotes lâchées au compte-gouttes par Boisselot, et ses propres souvenirs, pour mettre noir sur blanc tout ce qu’on pouvait alors savoir sur le défunt. De façon significative, le travail s’appauvrit à mesure que les responsabilités de Boisselot augmentent pour ne plus être qu’une histoire schématique des Éditions du Cerf : le religieux s’efface bel et bien derrière le « patron ». Il faut donc utiliser les rares documents biographiques qu’il a laissés et se plonger dans les archives du Cerf pour tenter de percer ce qu’on pourrait appeler le mystère Boisselot.

5Fils de Marthe Gauthey et de Jean-Baptiste Boisselot, alors clerc de notaire, Pierre Boisselot est né le 13 novembre 1899 à Bois-Colombes. On ne sait presque rien de ses parents, sauf qu’ils sont assez aisés pour vivre à Paris dans le quartier de l’Europe, aux confins du VIIIe et du IXe arrondissement : 14, rue de Pétrograd, d’après un premier livret militaire de leur fils, en 1918 ; et que son père travaille « dans les affaires ». Boisselot est-il bien le « bourgeois parisien » évoqué par Joseph Folliet ? On peut observer qu’il a passé la plus grande partie de sa vie dans les beaux quartiers de la rive droite : rue de Pétrograd, boulevard La Tour-Maubourg ou rue du faubourg Saint-Honoré. Lorsqu’il s’engage en avril 1918, il est « bachelier ès lettres » et « licencié ès lettres » . Comme il disait avoir obtenu sa licence d’histoire à la Sorbonne en un an, sans gros effort, on peut supposer que, lycéen à Condorcet, où il a été le condisciple de Francis Poulenc, il a passé le bac en 1916 et la licence en 1917, tout en entamant des études de droit, avant de se porter volontaire.

6Son instruction militaire commence le 19 avril 1918 et il arrive dans son unité le 28 avril. Ce « Marie-Louise » n’est-il parvenu au front qu’au moment de l’armistice du 11 novembre, comme il le disait dans un sourire ? C’est peu probable, mais cela reste à vérifier. Il aurait dû être démobilisé, comme ses camarades, puis appelé de nouveau à la fin de l’année 1919, avec sa classe, pour effectuer son service militaire. Il préfère contracter un nouvel engagement qui l’aurait rétrogradé : il était maréchal des logis, il serait redevenu brigadier, au 22e  régiment d’artillerie de campagne cantonné à Versailles, où il est dit « canonnier conducteur » (second livret militaire). Lui disait qu’il avait été affecté à Paris, dans les bureaux de l’État-Major, comme secrétaire d’un général, ce qui lui aurait permis de poursuivre ses études. La durée du service étant alors de trois ans, il a dû être libéré en 1921.

7Il termine ensuite son droit par une thèse de doctorat, publiée chez Marcel Giard en 1926 : De la notion de simulation. Inscrit au barreau de Paris, il travaille comme secrétaire d’un autre avocat, le député radical-socialiste de l’Allier Lucien Lamoureux : « Il était mon collaborateur au Palais de Justice de Paris depuis deux ans » quand il décida brusquement d’entrer chez les dominicains, confiera celui-ci au père Carré (lettre du 17 septembre 1964). Selon Louvel, Boisselot aimait l’atmosphère des procès, car « chez ce non-conformiste né, il y avait un joueur ».

8Il a alors perdu la foi de son enfance et fait preuve d’un scepticisme en accord avec les positions de son patron, élu d’un Bourbonnais fort peu religieux. Intervient ensuite une conversion, ou plutôt un retour à la foi, sur lequel le père Boisselot n’a rien dit, même dans le texte où il évoque sa rencontre consécutive avec l’Ordre dominicain. La soudaineté d’un tel revirement a surpris ses proches, à commencer par Lucien Lamoureux, qui ne s’y attendait nullement. Plusieurs témoignages affirment que cette conversion est due aux conférences de carême prononcées à Notre-Dame de Paris par l’oratorien Pierre Sanson en 1925. Boisselot était-il alors de « ceux qui sont assis tranquilles et fermes dans leur incrédulité » ou plutôt de « ceux qui souffrent de ne pas croire, depuis ceux qui ont une vague inquiétude jusqu’à ceux qui sont dans l’angoisse », auxquels s’adresse en priorité le prédicateur ? Cinq des conférences de celui-ci sont consacrées à l’inquiétude humaine, à ses causes et aux faux remèdes que sont « une fin de non-recevoir », « une organisation sociale, terrestre et temporelle » ou encore « la science et la philosophie ». Mais Sanson a commencé par la seule solution qui vaille à ses yeux : le salut par la Croix et par « l’union dans le Dieu infini et éternel qui est éternellement et infiniment CHARITÉ ». Est-ce un tel message inaugural qui a bouleversé Pierre Boisselot ? Faute de confirmation autobiographique, on ne peut que le supposer. Et c’est bien regrettable, car une telle conversion n’a rien d’anodin. Le talentueux prédicateur lisant la prose de son confrère Lucien Laberthonnière, Boisselot est sans le savoir le converti d’un théologien accusé de modernisme et interdit d’expression publique depuis 1913.

9La suite dominicaine est mieux connue. Le choc de Notre-Dame est suffisant pour que Boisselot aille passer la semaine sainte au Saulchoir, à Kain. Mais qui le lui a conseillé et quid de son intention d’entrer chez les chartreux, parfois signalée, lieu commun des conversions brutales ? Marie-Albert Janvier, prieur du couvent du Saint-Sacrement, rue du faubourg Saint-Honoré, dont Boisselot père « était devenu le conseiller juridique et l’administrateur de la société immobilière », l’aurait adressé au provincial, Raymond Louis, qui l’aurait envoyé au Saulchoir. Ce fut « le coup de foudre », écrira-t-il plus tard, et j’aurais voulu, sans barguigner, demeurer là-bas. La prudence du père-maître [des étudiants] d’alors, le P. Périnelle, ne l’entendait pas de cette oreille et, d’accord avec le P. Louis, il me renvoya à mes dossiers d’avocat en me priant d’attendre que se calme un peu mon ardeur de néophyte. C’était, comme au Palais, une remise sine die ». La demande était naïve, car elle sautait la case obligatoire du noviciat.

10« Que faire à Paris pour couver une vocation ? D’instinct, je me réfugiai à l’ombre de Saint-Honoré, où le P. Louis me reçut tertiaire individuel. » Ce statut particulier explique sans doute que le nom de Boisselot n’apparaisse pas dans la liste des membres du tiers-ordre, bien qu’il participe aux réunions de celui-ci le 13 décembre 1925, le 10 janvier et le 14 février 1926, ainsi qu’à sa retraite des 23-24 juin 1926. Les réunions du tiers-ordre jouent pour Boisselot le rôle de sas avant l’entrée dans l’Ordre. Entre-temps il a effectué un pèlerinage en Palestine au printemps 1926. Le tiers-ordre a pour conseiller spirituel le père Janvier, dont Boisselot dresse un portrait chaleureux, bien qu’il soit assez éloigné de ses convictions Action française, peu compatibles avec son service auprès d’un député de gauche. C’est sans doute aux rencontres du tiers-ordre qu’il fait la connaissance d’Hubert Beuve-Méry, tertiaire depuis 1920 et rédacteur des Nouvelles religieuses fondées par Janvier en 1918. Une solide amitié naît alors entre les deux hommes qui brocardent volontiers le caractère compassé de réunions rassemblant quelques-unes des gloires du catholicisme français (Maurice Denis, Henri Ghéon, Alfred Michelin, François Veuillot...).

11En septembre 1926, Pierre Boisselot intègre le noviciat de la province dominicaine de France, à Amiens, dans une promotion nombreuse qui comporte, outre le jeune Carré, séduit lui aussi par la parole du père Sanson, Chevignard, Forestier, Mesnard, Vandevoorde ou Paul Philippe, futur cardinal. Un an après, il entre au Saulchoir pour des études philosophiques et théologiques que son doctorat de droit permet de raccourcir quelque peu. Quand Louvel arrive dans la maison, en 1930, Boisselot est diacre et met ses compétences juridiques au service de ses frères comme « chargé des affaires civiles ». Après une grave maladie qui exige son hospitalisation chez les sœurs dominicaines de Levallois-Perret, au printemps 1931, il est ordonné prêtre le 29 juillet et Janvier prononce l’homélie lors de sa première messe parisienne. Dispensé de lectorat, il est assigné en octobre 1932, selon ses vœux, à la maison Saint-Dominique, support canonique des Éditions du Cerf, alors sises à Juvisy-sur-Orge. Il y restera attaché d’une manière ou d’une autre jusqu’à sa mort.

À l’heure du café...À l’heure du café à Juvisy

À l’heure du café à Juvisy

Pierre Boisselot (premier à droite) en avril 1934 en compagnie du pasteur Karl Barth (à sa gauche), d’Étienne Lajeunie (au centre) et de Marie-Vincent Bernadot (à droite de la photo).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

12D’emblée le courant passe entre lui et le père Bernadot, dont il ne tarde pas à devenir proche. Son patron le charge, dans un premier temps, de suivre l’actualité sociale et religieuse en France pour la revue La Vie intellectuelle. Il multiplie ainsi, en signant le plus souvent de ses seules initiales, les courts articles sur des sujets de société ou sur l’Action catholique et couvre les grandes réunions de l’Association catholique de la jeunesse française ou des Semaines sociales. Il commence aussi à montrer le bout de l’oreille avec des titres comme « On demande une mystique » ou « Le scandale de la foi ». Apôtre intransigeant de la primauté du spirituel, il s’en prend avec vigueur à l’Action française dans un article reproduit par La Croix et cité avec faveur par L’Osservatore Romano : « “L’Action française” et l’Église catholique » (La Vie intellectuelle, 10 juin 1934) ; mais aussi dans un texte inédit plus incisif encore, « Rapport sur l’état d’esprit du catholique français et sur l’influence de l’Action française » (Laudouze, p. 250-254). Loin de croire le danger du nationalisme maurrassien conjuré par la condamnation pontificale, Boisselot en exagère l’importance pour que les catholiques ne baissent pas la garde contre lui. On s’étonne donc qu’Emmanuel Mounier, dans ses Entretiens, fasse de lui l’« aile droite de l’équipe » dominicaine de Juvisy (26 février 1935, p. 520). Le jeune philosophe vise l’entretien du colonel de La Rocque avec un Boisselot « étrangement séduit » (« Notes sur l’histoire du Cerf » de 1943), entretien publié par Sept le 28 décembre 1934, en oubliant de préciser qu’il s’insère dans une série où sont sollicités des politiques de bords différents.

13Á partir de 1934 en effet, la création de l’hebdomadaire, sorti le 3 mars, mobilise à plein temps Bernadot et Boisselot qui laissent au père Maydieu le soin de La Vie intellectuelle, au risque d’une discordance entre ses priorités culturelles ou religieuses et leur souci de conquête de l’opinion par des organes de large diffusion. Boisselot adhère pleinement à l’intuition de Bernadot selon lequel manque un journal catholique qui trancherait par son ton et son contenu sur la presse bien pensante. Entre l’apparition de Sept en mars 1934 et sa suppression en août 1937, le père Boisselot est aux côtés de Bernadot, et avec Joseph Folliet, la cheville ouvrière d’un journal où sa signature n’apparaît guère, mais dont il prépare les sommaires, revoit tous les textes avant publication, surveille la confection et suit de près la diffusion. Son osmose avec Bernadot est telle qu’il est difficile de distinguer ce qui dans le journal revient à l’un et à l’autre. Le non-conformisme de Sept lui attirant les critiques de la presse catholique conservatrice, il devient en coulisse l’homme de main de Bernadot pour y répondre, non sans talent polémique. Ses boutades sont d’ailleurs la source de certains des textes les plus contestés du journal, l’entretien avec le président du conseil socialiste Léon Blum notamment, publié le 19 février 1937.

14Entre-temps, le père Boisselot a fait une rencontre décisive : celle d’une jeune femme divorcée, Ella Sauvageot, convaincue de se convertir par la lecture de La Vie intellectuelle. Boisselot l’instruit et la baptise à Juvisy en mars 1934, avant de la lancer dans l’aventure des « Amis de Sept ». Pendant près de trente ans, elle va jouer, sous sa direction, un rôle majeur dans ses entreprises éditoriales. Ainsi l’influence du père Boisselot s’accroît-elle dans la mouvance de Bernadot. Celui-ci utilise l’expérience des dossiers de son adjoint pour la rédaction de rapports délicats. C’est ainsi Boisselot qui rédige, avec le père Geiger, le rapport pour le chapitre provincial d’octobre 1935 qui argue du succès des publications du Cerf pour solliciter des renforts en hommes et un rôle accru au sein de la province de France, sans beaucoup de succès. C’est encore lui qui rédige la « Note sur la vente à la mairie de Juvisy de la propriété des Éditions du Cerf », au moment du transfert de celles-ci à Paris en 1937. Plus que le père Lajeunie, cantonné dans la rédaction de La Vie spirituelle, le père Boisselot est devenu à cette date le bras droit et l’homme de confiance du père Bernadot, auquel celui-ci remet les destinées de la maison quand la maladie l’oblige à se retirer chez ses amis dans le Rouergue. Or l’influence de Boisselot tend à radicaliser les positions du père Boisselot et celles de Sept...

15Aussi les deux religieux sont-ils étroitement solidaires lorsque Rome supprime l’hebdomadaire en août 1937 et menace de supprimer La Vie intellectuelle en novembre. Abasourdis par un tel revirement après tant de marques de soutien, ils ne songent pas à se révolter. « De toute mon âme je crois à l’Église catholique, romaine et apostolique, et je l’aime. C’est elle qui m’a sauvé des ténèbres et du mal », écrira Boisselot après une nouvelle sanction en 1943. Mais ils sont tentés de tout abandonner. « J’attendais notre condamnation et en un sens je la souhaitais, poursuit-il. Car l’expérience prouve que de telles entreprises, si elle sont le temps de vieillir, s’embourgeoisent, et, comme dit Péguy, ayant commencé dans la mystique, elles finissent dans la politique. Mieux valait finir en beauté avant d’avoir trahi notre mission » (« Notes sur l’histoire du Cerf »).

16Au moment des sanctions romaines, Boisselot parle à Radio-Paris des premiers chrétiens et il réfléchit sur la prophétie et sur les prophètes, Savonarole en particulier, comme le signalent certains de ses dossiers. De là à comparer le sort de l’équipe du Cerf à celui de ces deux types d’ancêtres... Il ronge son frein en organisant avec André David la série de conférences sur « Les grandes voix de la chrétienté », au théâtre des Ambassadeurs, et en donnant à La Vie chrétienne avec Notre-Dame de courts textes sur « La liturgie vécue ». Comme Bernadot, Boisselot est catastrophé par la réconciliation entre Rome et l’Action française, qu’il avait pressentie lors d’un premier voyage ad limina au printemps 1939. « La roue a tourné, et je crois bien que nous n’aurons plus, vous, moi et bien d’autres qu’à attendre qu’elle tourne en autre sens », écrit-il à Bernadot le 16 juillet 1939. Aussi est-il triste, mais pas étonné, que le père Bernadot démissionne alors de la direction du Cerf. Sans doute pressent-il qu’il est en première ligne pour le remplacer, comme le suggère le père Congar : « Le P. Boisselot, qui a une incontestable valeur religieuse, apostolique et intellectuelle, a aussi au dehors un crédit, et une compétence dans la conduite de la maison » ; toutes ces qualités en font le successeur naturel de Bernadot, bien qu’une telle succession présente des inconvénients, vu les positions qu’il a prises lors de la crise de 1937 (lettre au provincial Motte du 18 juillet 1939). C’est en effet Boisselot que le père Motte nomme supérieur de la maison Saint-Dominique et directeur des Éditions du Cerf début août 1939, sans que ses opinions aient changé comme le prouve l’article qui signe son retour inopiné dans La Vie intellectuelle durant la « drôle de guerre », « Silence de Dieu ? ». Malgré le coup de rabot que lui ont imposé la censure d’État et la censure d’Église, Boisselot y compare l’audace des prophètes d’Israël au caractère timoré des autorités religieuses de son temps dans la dénonciation des responsabilités du conflit qui vient d’éclater (25 octobre 1939).

17Il est alors mobilisé comme brigadier dans l’artillerie, malgré ses presque quarante ans. Comme beaucoup de ses camarades, le père Boisselot est fait prisonnier lors de la débâcle du printemps 1940. Il est d’abord interné au stalag XII D à Trèves, où son autorité naturelle et sa connaissance de l’allemand lui permettent de jouer un rôle d’intermédiaire avec la direction du camp. C’est lui qui obtient la célébration d’une messe hebdomadaire, dont il assure la première, et qui négocie la nomination d’un aumônier en titre : le prêtre lyonnais Henri Leroy. C’est lui aussi qui remarque Jean-Paul Sartre, « planqué » à l’infirmerie, et qui lui demande un exposé : ce sera sur Rilke, Malraux et Heidegger. Il est donc à l’origine indirecte de Bariona ou le Fils du tonnerre, pièce écrite par Sartre et jouée à la veillée de Noël 1940. Le tout sans se mettre en avant, selon son habitude. Il semble avoir vécu sa captivité de manière assez sereine, comme un second noviciat, dira-t-il avec humour ; mais assez prenante tout de même pour qu’il conserve le texte manuscrit de ses prédications. Avec tous les prêtres du XII D, il est ensuite transféré an stalag II A de Neubrandenburg, en Mecklembourg-Poméranie. Le 4 mai 1941, une lettre de la Croix-Rouge l’informe qu’il va être libéré. Il est de retour à Paris en juin et l’administration militaire lui verse l’arriéré de sa solde du 1er mai 1940 au 26 juin 1941 ! « Ici tout va bien, je reprends le travail », écrit-il à Bernadot le 21 juin, en regrettant de ne pas être allé le voir en Rouergue dès son retour ; mais Bernadot meurt le 25 juin sans qu’ils aient pu se rencontrer de nouveau. La nécrologie que Boisselot rédige pour la La Vie spirituelle exprime à mots couverts sa douleur d’une telle perte (1er août 1941).

18Bien que le père Maydieu l’ait tenu au courant de ses démarches pour la survie du Cerf (lettre du 3 mars 1941), la captivité marque une césure dans l’activité du père Boisselot. Il reprend ses fonctions dans une maison qui n’est plus que l’ombre d’elle-même et dont il doit protéger l’identité face aux projets de refonte nés durant son absence. S’il trouve la collection « Rencontres », créée en 1941 par le père Maydieu, plus « ésotérique » encore que la défunte Vie intellectuelle, il entérine l’accord entre le père Chifflot et les jésuites pour la naissance, en 1942, de la collection « Sources chrétiennes ». À peine a-t-il repris sa tâche que Rome annonce une visite des couvents d’études et des maisons d’édition dominicaines. Le père Garrigou-Lagrange, adversaire déterminé de Sept, n’ayant pu obtenir son visa pour le Paris de l’Occupation, elle échoit au père Thomas Philippe, entré dans l’Ordre deux ans avant Boisselot. Elle semble s’être passée sans accroc boulevard La Tour-Maubourg. Les conclusions en sont cependant lourdes pour la maison. Boisselot est démis de ses charges de supérieur et de directeur des éditions ; il est remplacé par le père Constant Dorange, dépourvu d’expérience du métier. Comme il n’a guère publié depuis son retour et que la maison tourne au ralenti, la sanction fait figure de solde à la crise de 1937. S’il accepte sans broncher sa destitution comme supérieur, il est au cœur, avec Ella Sauvageot, d’une fronde qui mobilise les actionnaires des éditions, tous amis du père Bernadot, pour refuser la décision concernant celles-ci. Thomas Philippe est obligé d’accepter un compromis qui maintient Boisselot comme directeur en titre et attribue sa suppléance au père Thomas-Georges Chifflot, entré dans l’équipe à la veille de la guerre. Avant de rejoindre le couvent parisien du Saint-Sacrement auquel il est assigné, Boisselot obtient d’aller se reposer à Saint-Alban-Leysse, couvent d’études de la province de Lyon, près de Chambéry. C’est là, durant l’été 1943, qu’il rédige le témoignage engagé sur la décennie passée boulevard La Tour-Maubourg, que nous proposons d’appeler « Notes sur l’histoire du Cerf » : très favorables à Bernadot et très hostiles à Maydieu.

19Sous-prieur (1945) puis prieur (1948) du couvent du faubourg Saint-Honoré, Boisselot utilise ses relations antérieures comme accompagnateur spirituel des magistrats catholiques (fiche de 1945). Mais il s’éloigne du Cerf. C’est durant son absence que le père Chifflot met en route le plan qui va transformer un éditeur de revues en grande maison d’édition de livres. La rupture est consommée en 1949 avec la nomination du père Dominique Dubarle comme supérieur de la maison Saint-Dominique et directeur des Éditions du Cerf. Le père Boisselot se félicite d’un tel éloignement : « Grâce à votre obligeante tolérance, j’ai pu, avec le concours de Madame Sauvageot, réaliser des projets qui répondaient à un aspect – plus journalistique et populaire – des intuitions du P. Bernadot », écrit-il au provincial Motte le 5 décembre 1945.

20L’hebdomadaire Temps présent reparaît le 26 août 1944, sous la direction littéraire de Stanislas Fumet et la direction administrative d’Ella Sauvageot. Le père Boisselot n’y apparaît pas en première ligne, mais il en est l’influent « conseiller théologique » (fiche de 1945). Tiraillé entre gaullistes, démocrates-chrétiens et « progressistes » refusant de rompre avec les communistes, l’hebdomadaire ne survit pas longtemps : il disparaît en 1947, coulé selon Fumet par « son administration [Sauvageot] et le gauchisme de La Tour-Maubourg [Boisselot... qui n’y est plus] ». Boisselot gauchiste ? L’adjectif est excessif ; « progressiste » paraît plus juste, bien qu’on ne sache quasiment rien des opinions politiques du dominicain, sauf qu’il trouvait son confrère Louis-Joseph Lebret trop complaisant envers Vichy. Alors que le père Maydieu a tenu une place importante dans la Résistance intellectuelle parisienne, aucune histoire de celle-ci ne mentionne le nom de Boisselot. Il n’en fait pas moins figure d’homme de gauche à la Libération. L’équipe de Temps présent, qui comprend Hubert Beuve-Méry avant qu’il accepte, en décembre 1944, la direction du Monde, prend l’habitude de déjeuner chaque mardi « Au Petit Riche », 25, rue Le Peletier. La coutume survit à la disparition du journal et Boisselot est l’un des convives attitrés, avec Beuve-Méry, Fumet, Hourdin et Madame Sauvageot. De là à faire de ces agapes le foyer occulte de la gauche chrétienne, il n’y a qu’un pas, vite franchi... Le 8 juillet 1945 naît La Vie catholique illustrée, magazine hebdomadaire voué à un bel avenir, sous la houlette de Georges Hourdin, de Joseph Folliet et d’Ella Sauvageot. Il peut compter sur le concours du père Boisselot, membre du comité de rédaction (fiche de 1945), qui convainc son confrère Gourbillon d’y assumer la charge de conseiller religieux. La robe blanche du dominicain figure en bonne place, à côté du chapeau d’Ella Sauvageot, derrière la table de présidence des congrès de La Vie catholique illustrée.

Pierre Boisselot ...Pierre Boisselot sur le toit de l’immeuble de La Tour-Maubourg

Pierre Boisselot sur le toit de l’immeuble de La Tour-Maubourg

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

21Mais le père Boisselot n’en a pas fini avec les Éditions du Cerf. Celles-ci vont mal à la fin des années 1940, le père Dubarle n’ayant pas des qualités de gestionnaire à la hauteur de ses qualités intellectuelles. Alors qu’on pensait sa mise à l’écart de 1943 exclusive d’un retour boulevard La Tour-Maubourg, Boisselot est rappelé en catastrophe comme supérieur et directeur pour sauver la maison de la faillite. Il y parvient grâce au concours financier des Publications de la Vie catholique qui entrent alors de façon significative dans le capital des Éditions du Cerf. Le lien entre les deux grandes intuitions du père Bernadot, éditoriale et journalistique, rompu entre 1943 et 1949, est rétabli. Après ce sauvetage, le nouveau mandat du père Boisselot à la tête du Cerf est un succès. Les collections pilotées par le père Chifflot donnent à la maison une ampleur inédite, à commencer par la Bible de Jérusalem, dont la version complète paraît en 1956. Le secteur revues se porte bien : seule La Vie intellectuelle, reparue en 1945, marque le pas, ce qui envenime le contentieux entre Boisselot et Maydieu. La marque propre du nouveau mandat Boisselot est la création, en partenariat avec les Publications de la Vie catholique et Témoignage chrétien, d’un hebdomadaire pour les auditeurs et spectateurs, Radio-Cinéma (1950), qui deviendra en 1960 Télérama ; et d’un mensuel d’information sur la vie des Églises et des chrétiens, L’Actualité religieuse dans le monde (1953). En dehors du Cerf, Boisselot participe à la naissance du bimensuel « progressiste » La Quinzaine, dont les dominicains doivent rapidement se retirer sur injonction des supérieurs (1950-1951). Moins engagée sur le terrain politique, L’Actualité religieuse promeut les initiatives apostoliques de l’Église de France qui sont suspectes à Rome. Boisselot conservait dans ses papiers une coupure de l’article non signé du Monde des 20-21 mars 1952 : « Politique et religion. Y a-t-il un malaise chez les catholiques français ? » Cette présence ne suffit pas à lui en attribuer la paternité, malgré son amitié avec Beuve-Méry, mais elle mérite d’être signalée. C’est bien lui, en revanche qui est l’auteur de l’éditorial non signé de L’Actualité religieuse du 15 janvier 1954, dans lequel il s’étonne de l’interdiction du travail en usine pour les prêtres, alors que ceux-ci peuvent être professeurs, chercheurs, et même députés.

22Il n’est donc pas étonnant que Boisselot soit touché par la vague de sanctions qui frappe les dominicains français en février 1954. Il est démis de sa charge de supérieur religieux au profit du père Chifflot et assigné de nouveau rue du faubourg Saint-Honoré, mais il conserve son poste de directeur des éditions car il est jugé indispensable à la survie d’une maison affectée par de multiples censures. Il doit en revanche abandonner L’Actualité religieuse dans le monde qui disparaît pour renaître, aux mains d’une équipe laïque, sous le titre d’Informations catholiques internationales. Il est en 1955 l’une des principales cibles du polémiste intégriste Jean Madiran, qui en fait l’un des chef du complot « progressiste » au sein de l’Église de France. Deux ans plus tard, le père Ducattillon, provincial de France nommé par Rome et non élu, croit en avoir fini avec Boisselot quand celui-ci est élu prieur du couvent de Dijon, charge qu’il refuse, mais que le provincial l’oblige à accepter. Les actionnaires des Éditions du Cerf et des Publications de la Vie catholique, Georges Hourdin en tête, multiplient sans succès les instances auprès du provincial pour que la mesure soit rapportée, la maison « n’ayant jamais marché qu’avec lui. Chaque fois qu’il est parti, tout a failli sombrer » (10 mai 1957). Il faut la mort accidentelle du père Ducattillon, le 27 juin 1957, pour que Boisselot retrouve son poste directorial boulevard La Tour-Maubourg, mais pas la charge de supérieur religieux, dévolue au père Ambroise-Marie Carré.

En 1957, Pierre Boisselot (au premier plan, à droite) qui s’adresse au cardinal Feltin, au nonce apostolique, Paul Marella, et à Ceslas Tunmer.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

23Malgré la mort du père Maydieu et la disparition, en 1956, de La Vie intellectuelle, que ne remplace pas Signes du temps (1959), la maison repart de l’avant dans un climat que l’élection de Jean XXIII et sa volonté d’aggiornamento rendent bien plus favorable. Longtemps suspects à Rome, les revues et les livres des Éditions du Cerf nourrissent le courant réformiste qui l’emporte au concile Vatican II. Le père Boisselot ne peut que s’en réjouir, bien qu’il continue de regretter la trop grande introversion ecclésiale des publications qu’il patronne. Mais le temps du concile est pour lui celui de la retraite, à laquelle il se résigne sans trop de difficulté. Il est très affecté, en juillet 1962, par la mort brutale, dans un incendie en Corse, d’Ella Sauvageot, son amie de près de trente ans. Le 23 août 1964 meurt un autre de ses proches, le père Chifflot, second fondateur du Cerf et « homme des tempêtes », en 1954 comme en 1943. Il prononce l’homélie à ses obsèques le 26 août avant d’entrer à l’hôpital pour une opération prévue de longue date. Il n’en sort pas vivant, un cancer foudroyant ayant eu raison de lui le 15 septembre. Il aurait souhaité comme successeur le père Liégé, voire le père Gardey, mais c’est le père Bernard Bro qui est choisi : déjà directeur littéraire depuis 1962, il devient directeur général du Cerf en 1964.

24Après son retour à la foi et son entrée dans l’Ordre, le père Boisselot a été l’homme d’une seule idée, héritée de son maître Bernadot : fournir aux catholiques français des journaux et des livres qui puissent convaincre leur contemporains de la pertinence de la foi chrétienne au XXe siècle. Homme d’une seule véritable assignation également, il a voué pendant trente ans sa vie aux Éditions du Cerf. Rectiligne en apparence, son itinéraire n’a pourtant pas été un long fleuve tranquille. Il y a eu la guerre et la captivité (1939-1941). Il y a eu surtout deux crises aiguës, en 1943 et en 1954, qui ont éloigné Boisselot du boulevard La Tour-Maubourg, les positions de certaines des publications du Cerf se trouvant en décalage avec la ligne du pontificat de Pie XII. Le concile Vatican II a certes changé la donne. Mais Boisselot est mort avant sa clôture et n’a donc pas pu en apprécier les effets. À la différence d’un Congar ou d’un Chenu, bien plus connus que lui, il n’a pas laissé d’œuvre écrite. Son œuvre, ce sont les Éditions du Cerf et les Publications de la Vie catholique.

Haut de page

Sources

Archives de la Province de France. — Aline Coutrot, Un courant de pensée catholique. L’hebdomadaire « Sept » (mars 1934-août 1937), Paris, Les Éditions du Cerf, 1961 (nouvelle édition, Paris, Cana, 1982). — Marius Perrin, Avec Sartre au stalag 12 D, Paris, Jean-Pierre Delarge, 1980. — André Laudouze, Dominicains français et Action française, Paris, Les Éditions Ouvrières, 1989. — André Laudouze, « Un théologien d’Action française : le père Janvier », Revue d’histoire de l’Église de France, juillet-décembre 1989, p. 343-357. — François Leprieur, Quand Rome condamne. Dominicains et prêtres-ouvriers, Paris, Plon/Cerf, 1989. — Geneviève Laplagne, « La Vie Catholique illustrée », Mémoire Dominicaine, 5, automne 1994, p. 118-143. — Pierre Cardin, « Un enfant de Saint-Méen-le-Grand. Le RP Marie-Albert Janvier (1860-1939) », Bulletin et Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, tome XCVI, 1994, p. 283-377. — Yvon Tranvouez, « Les origines dominicaines de La Quinzaine », Mémoire Dominicaine, 5, automne 1994, p. 89-116. — Geneviève Laplagne, L’histoire de La Vie. Un journal et ses lecteurs, Paris, Les Éditions du Cerf, 1999. — Yvon Tranvouez, Catholiques et communistes. La crise du progressisme chrétien, 1950-1955, Paris, Les Éditions du Cerf, 2000. — Bruno Cabanes, La victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français (1918-1920), Paris, Seuil, 2004. — Jacqueline Sauvageot, Ella Sauvageot. L’audace d’une femme de presse, 1900-1962, Paris, Éditions de l’Atelier, 2006. — Martine Sévegrand, Temps Présent. Une aventure chrétienne, Tome 1 : l’hebdomadaire 1937-1947, Paris, Éditions du Temps Présent, 2006. — Emmanuel Mounier, Entretiens, 1926-1944, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017. — Yvon Tranvouez, « Maydieu, Boisselot et après... Les périodiques d’inspiration dominicaine dans la postérité du Père Bernadot », Les Dominicains en France (XIIIe-XXe siècle), Nicole Bériou, André Vauchez et Michel Zink éd., Académie des Inscriptions et Belles-Lettres/Les Éditions du Cerf, 2017, p. 65-77. — Étienne Fouilloux, avec la collaboration de Tangi Cavalin et de Nathalie Viet-Depaule, Les Éditions dominicaines du Cerf (1918-1965), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Pierre Boisselot
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1206/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre À l’heure du café à Juvisy
Légende Pierre Boisselot (premier à droite) en avril 1934 en compagnie du pasteur Karl Barth (à sa gauche), d’Étienne Lajeunie (au centre) et de Marie-Vincent Bernadot (à droite de la photo).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1206/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Pierre Boisselot sur le toit de l’immeuble de La Tour-Maubourg
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1206/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende En 1957, Pierre Boisselot (au premier plan, à droite) qui s’adresse au cardinal Feltin, au nonce apostolique, Paul Marella, et à Ceslas Tunmer.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1206/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « BOISSELOT Pierre », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, B, mis en ligne le 27 janvier 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1206

Haut de page

Auteur

Étienne Fouilloux

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals