Navigation – Plan du site

AccueilDictionnaireNotices biographiquesBBEAUPÈRE Maurice

BEAUPÈRE Maurice

BEAUPÈRE Maurice à l’état civil, BEAUPÈRE René en religion
Étienne Fouilloux

Résumé

Né le 2 mars 1925 à Lyon (Rhône).
Œcuméniste.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 25/07/2020.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de Lyon : 7 décembre 1944 à Angers
• Profession simple : 8 décembre 1945 à Angers
• Profession solennelle : 25 février 1949 à Saint-Alban-Leysse
• Ordination sacerdotale : 9 juillet 1951 à Saint-Alban-Leysse

1Écrire que le père Beaupère est né à Lyon le 2 mars 1925 ne suffit pas. Il faut ajouter qu’il est né dans l’appartement familial, au coin de la rue Gentil et de la rue de la République joignant la place des Terreaux à la place Bellecour, c’est-à-dire dans la presqu’île entre Saône et Rhône, cœur de la capitale des Gaules. Difficile de trouver plus Lyonnais que lui ! Il parcourra beaucoup le monde à la découverte des multiples facettes du christianisme, mais son port d’attache demeurera cette presqu’île à laquelle il reviendra toujours et dont il hésitera à franchir les fleuves, ne serait-ce que par boutade. Il est le fils premier né de Louis Beaupère, médecin radiologiste, fils de médecin, et de Jeanne Leclerc, fille de médecin, tous deux originaires de Saône-et-Loire. Ils auront six enfants, quatre garçons et deux filles, dont Maurice est l’aîné. Baptisé le 4 mars 1925 à l’église Saint-Nizier, toute proche du domicile de ses parents, il voit le jour dans une famille de la bourgeoisie catholique lyonnaise qui possède appartement (et cabinet de consultation) rue de la République, pour l’automne et l’hiver, et propriété à la Croix-Rousse, pour le printemps et l’été. Il s’agit d’une famille unie, dont l’aîné, selon une coutume fréquente, devient parrain du benjamin, Jean Beaupère, né en 1935. Les enfants Beaupère ont une nombreuse parentèle dotée de la sociabilité qui caractérise les grandes familles lyonnaises. Le père Beaupère pourra compter sur elle pour assurer la vie matérielle du Centre Saint-Irénée.

2Scolarisé dans une petite école tenue par des religieuses, quai Saint-Antoine, pour le primaire, il entre en 7e dans l’un des collèges catholiques les plus réputés de Lyon, l’Institution des Chartreux, sur la Croix-Rousse, où il effectue ses études secondaires, jusqu’au baccalauréat mention philosophie, obtenu en 1941. De cette scolarité sans éclat, il ne retient que deux professeurs : l’abbé Robert Amiet qui lui fait aimer la liturgie et le convainc que le plus beau des prénoms est René, surtout s’il est écrit ReNé, car il associe son porteur à la résurrection du Christ. Le jeune Beaupère s’en souviendra quand il lui faudra choisir un nom de religion ; et l’abbé Paul Couturier, professeur de sciences, ennuyeux et peu compétent, mais habité par la hantise de la division des chrétiens. L’enfance et l’adolescence de Maurice Beaupère sont marquées par la lecture assidue de l’hebdomadaire Benjamin, qu’anime Jean Nohain sous le pseudonyme de Jaboune. Le père Beaupère multipliera ensuite les appels pour combler les quelques vides de sa collection qu’il veut complète. Un événement dramatique interrompt brutalement cette enfance heureuse en 1937 : son père meurt des suites d’une banale opération chirurgicale. Le jeune Maurice n’a alors que douze ans et se retrouve, sinon chef de famille, du moins principal soutien de sa mère devenue veuve avec plusieurs enfants en bas âge. Loin de l’abattre, un tel malheur révèle ses qualités d’initiative et de décision. « Non pas que je sois spécialement autoritaire, mais en tout cas je sais assez bien où je veux aller. Je n’ai pas tendance à suivre le troupeau ! J’ai même plutôt tendance à prendre sa tête pour lui indiquer le chemin », confiera-t-il bien plus tard (Nous avons cheminé ensemble, p. 13).

3Maurice Beaupère ne se voit pas médecin ni architecte, comme deux de ses frères, mais plutôt professeur de français, de latin et de grec. Aussi rejoint-il en 1941 l’hypokhâgne du lycée du Parc pour se préparer au concours d’entrée à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Il adhère simultanément à la Conférence Ampère, dans laquelle des jésuites encadrent les lycéens catholiques, et à la Route des scouts de France dont l’aumônier est le provincial dominicain de Lyon, Emmanuel Cathelineau. Avec la Route, où il a pour totem « hibou vigilant », il participe au célèbre pèlerinage du 15 août 1942 au Puy-en-Velay, sommet de la convergence entre un certain catholicisme et la Révolution nationale de Vichy. Il n’a donc que l’embarras du choix, quand il décide brusquement, au printemps 1942, de devenir religieux, sans qu’on puisse déceler d’influence, familiale ou autre, sur cette vocation subite. Religieux, pas prêtre séculier, mais dominicain ou jésuite ? Le père Cathelineau lui passe une vie de saint Dominique qu’il lui laisse méditer. Son cousin jésuite Jean Pérouse, qui fera carrière au Liban, lui fait miroiter la possibilité d’un poste de professeur et lui passe les Exercices spirituels de saint Ignace. Rebuté par un cadre qu’il juge trop contraignant, le choix entre les deux étendards notamment, Maurice Beaupère préfère la liberté dominicaine.

4Mais la guerre fait rage : Lyon est occupée par les Allemands en novembre 1942. Aussi décide-t-il de subordonner son entrée en religion à la fin du conflit. Dans l’expectative, il s’inscrit en lettres classiques à l’université en 1942. Son assistant de latin s’appelle André Mandouze, qui donne comme exercice de thème des extraits du Pilote de guerre d’Antoine de Saint-Exupéry pour lequel Maurice Beaupère se prend d’une passion qui éclairera toute sa vie. Mandouze est aussi l’un des rédacteurs du Témoignage chrétien clandestin, organe de la Résistance spirituelle au nazisme, que le jeune Beaupère diffuse autour de lui. Mandouze retrouve en outre à Lyon son camarade de promotion de la rue d’Ulm le luthérien Albert Greiner, assistant d’allemand à la Faculté des lettres. Première manifestation œcuménique dont il soit l’initiateur, la conférence de celui-ci sur Luther enthousiasme le futur dominicain. Il y est d’autant plus sensible qu’il tisse, entre 1941 et 1944, un dialogue filial avec son ancien professeur l’abbé Couturier qui lui transmet alors, bien plus qu’aux Chartreux, sa passion pour la cause de l’unité des chrétiens séparés. C’est à ce moment que Maurice Beaupère décide de consacrer sa vie religieuse à l’œcuménisme.

5La France étant presque entièrement libérée, il entre dans la province dominicaine de Lyon le 7 décembre 1944. Comme il n’est pas majeur, c’est accompagné de sa mère qu’il se présente au noviciat d’Angers, après douze heures de voyage depuis Lyon, tant le réseau ferroviaire est perturbé par les bombardements. Désormais revêtu de la robe blanche, il devient René en religion, nom étrange dans l’Ordre, mais choisi en souvenir de l’abbé Amiet. Éloigné des siens et de Lyon pour la première fois de son existence, le frère Beaupère apprend la vie dominicaine sous la houlette du maître des novices, Marie-Bernard Nielly, dans une maison surpeuplée, plusieurs de ses confrères, parmi lesquels le futur théologien et linguiste François Genuyt, ayant eux aussi retardé leur entrée dans l’Ordre ; et dans une atmosphère confinée où les bruits de l’extérieur ne parviennent qu’assourdis. Le frère Beaupère suit de loin les événements qui marquent la fin de la guerre en 1944-1945. Seule ouverture : il aide le père Joseph Kopf, professeur à la faculté de théologie d’Angers, à préparer la semaine de prière pour l’unité du mois de janvier 1945. Cette année se termine par sa profession simple, le 8 décembre 1945.

6Il est alors envoyé au couvent d’études de la province de Lyon, installé à Saint-Alban-Leysse, dans la banlieue de Chambéry, pour y faire sa philosophie et sa théologie. Dans la fidélité à l’héritage du père Jandel, le régime de la maison est austère et Beaupère en signale « les mœurs un peu rudes, un peu rugueuses, pas très policées » (Nous avons cheminé ensemble, p. 45) ; mais les jeunes frères ne s’en plaignent pas, car la plupart ont pâti de restrictions semblables durant la guerre. René Beaupère y suit une scolarité non dépourvue d’obstacles, aucun de ses professeurs ne suscitant chez lui l’attachement du disciple envers un maître. Bien au contraire. « Au milieu de mes études, j’ai connu une espèce de passage à vide concernant la philosophie, la logique », avoue-t-il (Nous avons cheminé ensemble, p. 44). Or ce sont là les disciplines phares de la maison, avec des figures comme le père Hyacinthe Paissac. René Beaupère n’est pas un spéculatif. « J’avais beaucoup plus de goût pour l’Écriture Sainte, pour l’histoire et, à mon avis, il y avait trop de philosophie qui ne m’intéressait guère » (ibid.). Plutôt que d’interrompre sa formation, il fait le gros dos tout en cultivant sa vocation œcuménique. « Durant toute ma formation dominicaine, durant mes moments de loisir, j’ai travaillé et me suis documenté sur la question, ceci non seulement avec l’accord mais l’encouragement du TRP Gerlaud, puis du TRP Paissac. Vous m’avez vous-même conseillé de suivre cette voie » (lettre au provincial Damase Belaud, 31 mars 1953). Il obtient que le couvent célèbre la semaine de prières du mois de janvier selon la formule de Couturier, il se félicite que le père Congar y soit invité en 1946 pour donner une série de cours sur l’œcuménisme et il intéresse à l’unité un groupe de confrères qu’il entraîne en pèlerinage sur la tombe du lazariste Fernand Portal sous le mont Revard. Hors de la sphère dominicaine, il bénéficie du carnet d’adresses de l’abbé Couturier qui lui fait connaître ses jeunes amis de Taizé. « Vous allez vous consacrer à l’Unité », lui écrit Max Thurian le 6 avril 1946. Nous sommes heureux de toutes ces vocations dans l’Église romaine […] Bientôt peut-être nous connaîtrons-nous » (Scatena, p. 187). En fait, René Beaupère ne montera à Taizé, pour faire la connaissance de Roger Schutz et de Max Thurian, qu’en août 1948 ; mais ce premier contact est décisif et scelle une amitié que renforce une rencontre en Terre sainte, au début de 1953.

7Jalonnée par la profession solennelle, le 25 février 1949, par un pèlerinage vers Rome, à pied, pour l’Année sainte 1950, et par l’ordination sacerdotale, des mains du cardinal Gerlier, à Saint-Alban le 9 juillet 1951, la scolarité de René Beaupère est néanmoins suffisante pour le conduire jusqu’au lectorat, en 1952, avec une thèse sur le caractère sacerdotal chez Thomas d’Aquin, dirigée par le père Humbert Bouëssé ; et même pour lui valoir une année supplémentaire qu’il choisit de passer à l’École biblique de Jérusalem, un renfort en exégèse ne pouvant qu’être utile au dialogue avec des protestants. Tel n’est pourtant pas l’avis de l’abbé Couturier, fatigué et malade, qui tente en vain de le retenir : « il eut de la peine à accepter mon départ pour un an à Jérusalem : il lui semblait que je désertais », confirme Beaupère à son provincial au lendemain de la mort du prêtre des Chartreux (lettre citée). Le père Beaupère part donc pour la Terre sainte aussitôt après la rencontre de 1952 du groupe des Dombes à laquelle il participe pour la première fois avec le père Biot et les deux frères de Taizé. Il n’a que vingt-sept ans…

8De ses longues études, cette année sabbatique est sans nul doute la plus fructueuse. Alors qu’il ne cite, dans ses souvenirs, aucun de ses professeurs de Saint-Alban, il fait mémoire avec gratitude des exégètes et archéologues de l’École biblique, compagnons ou émules de son fondateur, le père Lagrange : Hugues Vincent, Roland de Vaux ou Pierre Benoît. Le père de Vaux préfacera d’ailleurs l’édition française de l’Atlas de la Bible du dominicain hollandais Luc Grollenberg, que Beaupère publie en 1955, avec l’aide du frère de Taizé François Stoop (Chrétiens en marche, octobre-décembre 2018, p. 7). L’approfondissement de ses connaissances bibliques, n’est pourtant pas le seul bénéfice, ni le plus important, que le père Beaupère retire de cette année faste. Lui qui n’est pas un mystique et dont la foi a besoin de s’incarner, découvre avec enthousiasme une Palestine encore proche de ce qu’elle était au temps de Jésus : avec un peu d’imagination pour en évacuer les constructions postiches, les lieux saints s’animent et le message évangélique prend corps sous ses yeux. L’éblouissement d’une telle découverte marque à jamais le jeune dominicain. Curieux de tout ce qui peut nourrir sa vocation œcuménique, il profite également de son séjour à Jérusalem pour découvrir la richesse et la diversité de l’Orient chrétien : il s’initie au chant liturgique russe chez des moniales orthodoxes et aux subtilités du patchwork oriental avec les Pères Blancs du séminaire Sainte-Anne. Il touche aussi du doigt le drame que constitue la partition de Jérusalem entre sa partie orientale, jordanienne, où se trouve l’École biblique, et sa partie occidentale, israélienne à laquelle on accède par une porte bien gardée. Si les rapports avec le judaïsme et avec l’islam sont hors du champ de vision œcuménique du père Beaupère, le conflit israélo-arabe est la toile de fond de son séjour à Jérusalem, et en complique bien des démarches.

9Cette année sabbatique est décisive aussi pour ses projets lyonnais, comme le montre son abondante correspondance avec celui qui va devenir pour dix ans son coéquipier en œcuménisme, le père François Biot, Irénée en religion. « Parmi les sympathisants leyssois de l’idée œcuménique, je n’avais jamais compté… le père Biot, écrit-il le 31 mars 1953. Sans doute avais-je parlé avec lui, alors que je rêvais […] à d’autres collaborateurs. Aussi ai-je considéré comme une action providentielle la rencontre de l’abbé Couturier et du père Biot à l’automne 1951. Je m’étais contenté, sur la demande du P. Biot partant de Leysse pour Lyon, de les mettre simplement l’un l’autre en rapport. La fatigue de l’abbé Couturier commença quelques jours après qu’il eut fait la connaissance du P. Biot. Tout naturellement, il fit appel à lui pour l’aider dans la préparation de la Semaine de l’Unité 1952. C’est ainsi que s’institua entre eux une collaboration d’un an et demi » (lettre citée au provincial). François Biot n’est pas n’importe qui : c’est l’un des enfants du Docteur René Biot, apôtre d’une médecine pleinement humaine et figure majeure du catholicisme social lyonnais. Après la fin de ses études, Biot est assigné en 1951 au couvent du Saint-Nom-de-Jésus, près de la Part-Dieu, pour y poursuivre des recherches en vue du doctorat. Ni lui ni Beaupère, qui risque de la rejoindre à son retour de Jérusalem, n’apprécient beaucoup cette « pension de famille pour vieux garçons » (lettre de Biot à Beaupère, 26 avril 1952), excentrée dans un quartier alors mal famé et dépourvue de véritable rayonnement. « Notre couvent est en dehors de tout ce qui est vraiment vivant en cette ville », écrit Biot au père Dumont le 10 mars 1953. Tout comme Beaupère, il rêve de fonder au cœur de Lyon une nouvelle communauté dominicaine, plus jeune, plus dynamique et ouverte sur les problèmes de la cité. Or le lieu existe : l’Ordre possède place Gailleton, en face de l’Université et à deux pas de la gare de Perrache, une moitié d’immeuble dont l’activité, réelle durant la guerre, s’est étiolée depuis. Biot n’a aucune formation œcuménique, mais il apprend vite au contact de l’abbé Couturier et il convainc Beaupère de greffer leur projet œcuménique sur ce lieu, avec le concours du père Christophe-Jean Dumont, directeur du Centre Istina de Boulogne-sur-Seine. « Sous le nom de “Centre Saint-Irénée” serait constituée à Lyon une association chargée d’étudier les questions œcuméniques. Cette association serait patronnée par le Centre d’études Istina. L’association lyonnaise garderait pourtant une autonomie réelle par rapport à Istina, de telle façon que seule sa propre responsabilité soit directement engagée par ses activités. Cette association serait intégrée, du moins en principe, dans une équipe conventuelle ». Les tâches qu’elle se fixe sont ambitieuses : suivre les travaux du Conseil œcuménique des Églises et des théologiens qui y travaillent ; « réunir une information sûre et vraie sur toutes les confessions chrétiennes » ; organiser des conférences publiques de formation à l’œcuménisme ; fournir des conférenciers sur le sujet ; « organiser des rencontres interconfessionnelles régionales, dans un souci d’approfondissement théologique ». Le père Dumont, auquel ce projet a été envoyé le 21 février 1953, donne son accord de principe tout en s’étonnant de ne pas y trouver la diffusion de la prière pour l’unité, ni même le nom de l’abbé Couturier. Biot répond que celui-ci n’a pas voulu s’associer à un projet trop différent du sien.

10Mais Couturier meurt dans la nuit du 23 au 24 mars 1953. Biot change son fusil d’épaule et revendique l’ensemble de sa succession, diffusion de la Semaine de l’Unité comprise. Alors qu’il croyait pouvoir compter sur la notoriété de sa famille et sur la proximité de son père avec le cardinal Gerlier pour l’obtenir, il se heurte au front commun des amis du prêtre des Chartreux, hostiles à une mainmise dominicaine et parisienne, par l’intermédiaire d’Istina, sur une œuvre lyonnaise. La solution péniblement adoptée en exclut les dominicains, avec l’appui décisif de Gerlier. Beaupère, qui n’a pu rentrer de Jérusalem pour assister aux funérailles de Couturier, est moins marri que Biot de l’échec de cette prise de contrôle par Istina, qui n’était pas vue non plus d’un très bon œil par le père Dumont. Dans un cadre dominicain moins ambitieux, Biot et Beaupère auront les coudées plus franches que sous tutelle diocésaine. Le Centre Saint-Irénée voit donc le jour à l’automne 1953, bien que sa déclaration en association loi 1901 ne date que de novembre 1955. Cette formule lui donne une réelle marge de manœuvre par rapport à l’Ordre.

11Il faut en effet deux ans pour que la situation du père Beaupère se stabilise. Sur le point de rentrer en France, il se met à la disposition du père Paissac, régent des études, qui renonce alors au cours d’ecclésiologie envisagé pour lui à Saint-Alban-Leysse. « Vous savez qu’il n’était pas question pour moi de faire appel à vous pour un emploi de lecteur au studium », écrit Paissac le 26 juillet 1953 : « Vous avez trop souffert dans cette maison pour que j’aie la cruauté de chercher à vous y maintenir. » Aussi a-t-il convaincu ses collègues du modératoire d’accorder à Beaupère sa « libération » pour « la réalisation de [ses] si légitimes espérances » dans le domaine œcuménique : assigné au Saint-Nom-de-Jésus, le jeune religieux est d’abord envoyé en Beaujolais pour une brève expérience d’aumônerie d’une œuvre de jeunesse féminine, puis invité pour Pâques 1954 à Dieulefit, dans la Drôme où il prend contact avec le protestantisme local. S’ils participent tous deux à la session des Dombes 1953, c’est Biot qui prend l’initiative des premières rencontres du Centre Saint-Irénée autour de personnalités comme le moine de Chevetogne Clément Lialine, le professeur de Genève Jaques Courvoisier ou la bibliste Suzanne de Diétrich. Biot et Beaupère n’emménagent qu’en 1955 dans les locaux de la place Gailleton, bientôt érigés en « maison » sous le patronage curieux de Saint-Abraham, suggéré par Beaupère. Abraham n’est pas un saint, mais certaines liturgies orientales font mention du patriarche. Outre bureaux et salle de réunion, ces locaux comportent une bibliothèque, à laquelle Beaupère accorde d’emblée une grande importance, et une chapelle dotée en 1957 de trois vitraux par le frère de Taizé Éric de Saussure. Les premières années du Centre sont des années de rodage dans un climat qui n’est favorable ni à Rome, en fin de pontificat de Pie XII, ni à Lyon où le sulpicien Pierre Michalon, nommé par le cardinal Gerlier pour assurer la succession Couturier, voit d’un mauvais œil les activités du Centre Saint-Irénée et s’en plaint à de multiples reprises.

12Bien que n’étant pas une succursale lyonnaise d’Istina, celui-ci reçoit un appui décisif du père Dumont. Pendant plusieurs années, Beaupère et Biot passent une semaine de chaque mois à Boulogne auprès de lui. C’est d’ailleurs dans la revue Istina qu’ils publient leurs premiers travaux : pour Beaupère, une recension des débats autour de la confession, sur laquelle Max Thurian vient de publier un livre audacieux pour un protestant (1954, p. 369-385), ou une recension autour du Saint-Pierre d’Oscar Cullmann (1955, p. 347-372). Et c’est le père Dumont qui introduit ses deux jeunes confrères, dès 1953, à la Conférence catholique pour les questions œcuméniques, première ébauche de concertation internationale entre spécialistes catholiques. Le père Beaupère, qui s’entend fort bien avec Dumont, le considère comme un véritable tuteur pour l’entreprise lyonnaise. Celle-ci ne tarde pas à s’aguerrir et à multiplier les initiatives : réunions entre prêtres et pasteurs de la région ou participation à une exposition sur le Conseil œcuménique des Églises, avec conférence de sa cheville ouvrière, le pasteur hollandais Visser’t Hooft, en 1957.

13À la fin de cette même année, une décision de ses supérieurs investit le père Beaupère d’une tâche bien différente. Il est chargé, avec le père Jean-Yves Jolif, de la direction de la revue Lumière & Vie, fondée en 1951 à Saint-Alban-Leysse par le père Augustin Grail. Celui-ci étant malade et le couvent d’études s’installant près de L’Arbresle, la revue en est dissociée et domiciliée place Gailleton, avec un nouveau directoire et sous l’égide « d’un groupe de dominicains de la Province de Lyon ». Beaupère ne peut pas refuser une mission que le père Dumont juge pourtant nuisible à son travail œcuménique. Et il se prend au jeu. En équipe avec Jolif, puis seul maître à bord à partir de 1962, il relève le défi de « serrer de plus près la réalité contemporaine » (octobre 1967, p. 7), sans renoncer pour autant au but pédagogique initialement poursuivi par la revue. Elle continue de sortir cinq numéros à thème unique par an sous une maquette peu modifiée. Sur « l’Espérance » (janvier 1959), sur « le sacrement de pénitence » (novembre 1964) ou sur « Satan » (mai 1966), ils prolongent une veine didactique qui vaut aussi pour des sujets profanes comme l’argent, les malades ou la ville. Le changement d’orientation est cependant net dans des domaines où la revue ne s’aventurait guère auparavant, la culture en particulier. Une discothèque adaptée au thème traité, confiée aux dominicains enseignants d’Oullins Henri Laxague et François Sanson, s’ajoute à la librairie, elle aussi recentrée. Quant au rapport entre « Cinéma et vie chrétienne », il fournit la matière d’un numéro remarqué sur le septième art, en septembre-octobre 1961, avec le concours du jeune critique Christian Zimmer… et du père Beaupère qui doit signer de trois croix la chronique qu’il consacre à une « expérience lyonnaise » de cinéphilie autour du chanoine Georges Chassagne à laquelle il participe avec enthousiasme (ciné-club de la rue de Condé et revue Écrans lyonnais). Ses supérieurs ont estimé qu’un religieux ne pouvait mettre sa signature au bas d’un texte sur un sujet aussi futile que le cinéma.

14De façon prévisible, Lumière & Vie connaît, sous la houlette du père Beaupère, un net regain d’intérêt pour l’œcuménisme. Trois livraisons, puisées aux meilleures sources non catholiques, font le point sur le protestantisme (décembre 1958), les Églises d’Orient (novembre-décembre 1961) ou la communion anglicane (août-octobre 1963). La revue signale bien sûr les activités du Centre Saint-Irénée, les pèlerinages œcuméniques en Terre Sainte notamment. Deux numéros sont d’ailleurs consacrés à Israël (mai 1958 et mars-avril 1969), le second suscitant l’une des rares polémiques dont la revue fasse état, au lendemain de la guerre des Six Jours. Lumière & Vie accueille aussi à bras ouverts un concile réformateur qui comble ses attentes : trois livraisons majeures sont consacrées en 1959, 1962 et 1965 à l’événement conciliaire. Cette osmose avec une Église en état de concile assoit la réputation de Lumière & Vie qui sollicite tous les grands noms de la « nouvelle théologie ». Son retrait par rapport à l’actualité religieuse n’est plus de mise : la revue y colle de plus en plus, aux avant-postes de la réforme imprimée à l’Église par Vatican II. Aussi est-elle particulièrement sensible aux prodromes de la crise de la fin des années 1960. Elle consacre un numéro prémonitoire au silence de Dieu (janvier-février 1964) et un autre aux théologies de la mort de Dieu (septembre-octobre 1968), avant que des personnalités aussi différentes que Louis Althusser, Marie-Dominique Chenu et Jean-Marie Domenach ne livrent leur diagnostic sur le marasme de « L’Église aujourd’hui », désormais patent (mai-juin 1969).

15Le père Beaupère ne fournit guère d’articles à Lumière & Vie, mais de multiples recensions d’ouvrages et des chroniques à caractère documentaire, sur le mouvement œcuménique notamment. La charge de la revue pèse pourtant de plus en plus sur ses épaules. S’il n’apparaît guère dans les sommaires, il suit chaque livraison de sa conception à sa finition, au prix d’une lourde correspondance avec les auteurs et de fastidieuses séances de relecture d’épreuves. Sans ce travail caché, la revue n’existerait pas. Aussi souhaite-t-il en être déchargé pour se consacrer entièrement à l’œcuménisme en plein essor. Le jeune successeur pressenti ayant brutalement quitté l’Ordre, il doit attendre 1970 pour que le père Alain Durand prenne le relais. Entre 1957 et 1970, ce ne sont pas moins de soixante-trois numéros qui sont passés entre les mains de Beaupère. Il a largement contribué à transformer un modeste organe de catéchèse supérieure en grande revue généraliste à diffusion internationale.

16Les années 1960 sont aussi des années fastes pour le Centre Saint-Irénée. Si le père Biot s’en éloigne, après dix ans de compagnonnage, pour aller enseigner au couvent d’études de L’Arbresle, le père Beaupère anticipe l’ouverture œcuménique de l’Église catholique actée par le concile. Il lance plusieurs initiatives originales qui confèrent son identité au centre dominicain lyonnais. À la différence du père Michalon, voué à la diffusion de la prière pour l’unité, en milieu catholique principalement, René Beaupère ne conçoit pas de travail œcuménique sans collaboration étroite avec les « frères séparés », en dépit du déséquilibre confessionnel français. Aucun des départements du Centre Saint-Irénée « n’a été lancé ni maintenu sans la collaboration étroite, sur pied d’égalité, d’un catholique (en général le père René Beaupère) avec un ami "chef de service" non catholique » (Chrétiens en marche, juillet-septembre 2009). En 1959, il imagine ainsi, avec le journaliste de L’Illustré protestant Paul Eberhard, un premier pèlerinage œcuménique au pays de la Bible : du 23 mars au 7 avril 1961, trente-neuf protestants et trente-neuf catholiques, encadrés par les pasteurs Daniel Atger et Henri Eberhard, père de Paul, et par les dominicains René Beaupère et Louis-Marie Orrieux, inaugurent une opération couronnée de succès que saluent deux émissions télévisées conjointes de « Présence protestante » et du « Jour du Seigneur » catholique en juin 1961. Renouvelée les années suivantes, l’entreprise s’élargit à l’Asie mineure en 1963, puis à bien d’autres directions permettant aux voyageurs de découvrir les différentes confessions chrétiennes, avec une prédilection marquée pour l’Orient arabe, grec ou slave. Regroupés sous le sigle CLEO, pour « Culture, Loisir et Œcuménisme », ces voyages envoient à travers le monde chrétien une trentaine de groupes par an dans les années 1970-1980, sous la houlette d’une cinquantaine d’animateurs, protestants et catholiques, parmi lesquels les pasteurs Daniel Atger, Maurice Carrez ou Paul Guiraud, et les dominicains de la province de Lyon Damase Belaud, Bruno Carra de Vaux, Pierre Cren ou Louis-Marie Orrieux. Au moment du cinquantenaire du Centre Saint-Irénée, en 2003, le rythme s’est quelque peu ralenti : une douzaine de groupes seulement pour cette année jubilaire.

17Dès la fête de Pâques 1964, un bulletin ronéotypé trimestriel sert d’organe de liaison et d’information entre les anciens voyageurs. Vers Jérusalem compte vingt-huit livraisons jusqu’au numéro de Noël 1970. Il est alors remplacé par un titre plus ambitieux, Chrétiens en marche, qui passe de la polycopie à l’imprimé avec « un agréable format à l’italienne » agrémenté de photographies. Il n’a que sept numéros jusqu’à Noël 1972 avant de revenir à la polycopie entre juin 1973 et son cinquantième numéro, en décembre 1983. Le retour à l’imprimé, de façon définitive cette fois, intervient à Pâques 1984 (René Beaupère, « Le faux numéro 100 », Chrétiens en marche, 100, octobre-décembre 2008, p. 1). Comme l’indique son sous-titre, « Bulletin œcuménique », le magazine Chrétiens en marche ne se contente plus de faire écho aux voyages, mais donne des informations sur les autres activités du Centre Saint-Irénée et sur l’actualité œcuménique dans son ensemble.

Droits réservés.

18Au début des années 1960, le père Beaupère et le pasteur luthérien Henry Bruston constatent que les barrières invisibles qui préservaient l’endogamie confessionnelle sont en train de tomber au sein des groupes interconfessionnels qu’ils animent. Dans une grande ville comme Lyon, de plus en plus de jeunes protestants choisissent un conjoint catholique et subissent les contraintes que leur impose le droit canon romain : cérémonie religieuse de second ordre à l’église, pressions au moment du baptême des enfants et promesse de les éduquer dans la foi catholique notamment. Pour accompagner les « foyers mixtes » sur ce chemin difficile et pour éviter qu’il n’aboutisse à des sorties d’Église, Beaupère et Bruston inventent pour eux une pastorale spécifique à partir de 1962. D’abord lyonnaise, l’initiative prend rapidement une ampleur nationale, voire internationale, portée par le bulletin Foyers mixtes à partir de 1968. Forts de leur jeune expérience, les « foyers mixtes » lyonnais, aidés par le tandem Beaupère–Bruston, rédigent en 1964 la « charte » dite de Lyon qui est entérinée pour l’essentiel en 1968 sous le titre « Pastorale commune des foyers mixtes. Accord entre l’Église catholique et les Églises réformées et luthériennes françaises ». Avec son principal interlocuteur protestant, le pasteur Hébert Roux, le père Beaupère a joué un rôle majeur dans les négociations serrées qui ont abouti à ce succès. Il a été moins heureux à Rome, bien que membre de la commission nommée par le Secrétariat pour l’unité des chrétiens sur le sujet : le motu proprio Matrimonia mixta, signé par Paul VI en 1970, va moins loin dans l’assouplissement des normes antérieures que l’accord français de 1968, qui sera suivi de plusieurs autres, sur le mariage, le baptême des enfants ou la catéchèse.

19Les voyageurs de CLEO et les « foyers mixtes » procurent au Centre Saint-Irénée un public désireux d’une formation théologique pleinement œcuménique, à la hauteur de leur vécu commun. D’abord dispensée lors de « dimanches œcuméniques trimestriels », à Lyon, à Paris ou à Genève, elle prend à partir de janvier 1965 la forme de cours par correspondance proposés par René Beaupère et ses amis protestants, les pasteurs Alain Blancy et André Vermeil notamment. Cette « Formation Œcuménique Interconfessionnelle », ou F.O.I., fidélise plusieurs centaines d’abonnés qui reçoivent régulièrement, sous forme polycopiée, une nourriture consistante pleinement œcuménique. Des congrès de Chrétiens en marche réunissent périodiquement la nébuleuse gravitant autour du père Beaupère.

20Voyages à la découverte de la chrétienté divisée, pastorale des « foyers mixtes » et « Formation Œcuménique Interconfessionnelle » sont les trois piliers de l’activité du Centre Saint-Irénée. Initiatives audacieuses et innovantes, elles confèrent au père Beaupère une place à part dans un paysage œcuménique en voie d’enrichissement rapide. Ce n’est pas un théologien de métier. Il n’investit vraiment que sur les domaines qui le touchent de près : Protestants et catholiques en marche : les pèlerinages œcuméniques au pays de la Bible (Cerf, 1967) ; Le problème des mariages mixtes (Cerf, 1969, en collaboration) et Mariages mixtes : des foyers catholiques-protestants s’expriment (Mame, 1969, avec le frère de Taizé Pierre-Yves Émery). Il n’est donc guère sollicité comme expert officiel, sauf sur la question du mariage. À la différence de François Biot, expert de l’évêque dominicain Mgr Réginald Jacq, il n’assiste pas au concile Vatican II pour lequel il a monté une demande d’accréditation comme journaliste, dépourvue de suite. Il n’est pas, contrairement à ce qu’on lit parfois, membre catholique de la Commission Foi et Constitution, section doctrinale du Conseil œcuménique des Églises, dont il suit pourtant de près les travaux pendant un demi-siècle. Ce n’est pas non plus un homme de pouvoir ni d’institution. Il n’a aucune fonction officielle dans l’organigramme de l’œcuménisme : il n’est pas membre du Secrétariat romain pour l’union des chrétiens et n’est que rarement sollicité par les autorités ecclésiastiques, diocésaines ou romaines. Il ne dépend que de ses supérieurs dominicains et du conseil d’administration pluriconfessionnel du Centre Saint-Irénée, ce qui lui donne une liberté de manœuvre qu’il répugne à abandonner. Très proche du père Dumont, il refuse pourtant l’offre qui lui est faite de le remplacer, en 1967 : c’est le père Bernard-Dominique Dupuy qui hérite du Centre parisien Istina, mais Beaupère l’aide à relancer le bulletin Vers l’unité chrétienne, entre 1967 et 1972, sans pouvoir sauver celui-ci de la disparition.

21Alors, marginal, le père Beaupère ? Pas du tout. Doté d’une curiosité sans limite et donc d’une information étendue et à jour, ainsi que d’un réel talent pour la communication et d’un grand sens de l’humour, il est celui qui connaît tout le monde et que tout le monde connaît dans le Landerneau œcuménique.

Les Alpes ne sont pas une barrière

Les Alpes ne sont pas une barrière

Agapè 1971. De gauche à droite : P. Minjat, René Beaupère avec son chapeau, G. Marcheselli (Italie), A. Dufour (Suisse) et le pasteur Henry Bruston.

Droits réservés.

CLEO à Dokkum (Pays-Bas) en avril 1988

CLEO à Dokkum (Pays-Bas) en avril 1988

Maurice Beaupère, au milieu, à genoux, devant le groupe qu’il avait conduit et animé à Dokkum.

Droits réservés.

Foyers mixtes français et italiens au centre œcuménique d’Agapè en 1997

Foyers mixtes français et italiens au centre œcuménique d’Agapè en 1997

À Agapè, avec quelques-uns des membres que Maurice Beaupère (au centre, légèrement à droite, portant un béret) avait rassemblés.

Droits réservés.

22Pour les pèlerinages et les voyages de CLEO, il a rencontré la plupart des responsables ecclésiaux, à Genève, à Constantinople ou à Moscou, et noué des relations personnelles avec quelques-uns d’entre eux. Électron libre, Beaupère pallie son absence de surface institutionnelle par un réseau de relations étendu et par un carnet d’adresses fourni qui expliquent sa présence comme invité, comme observateur ou comme journaliste à la plupart des grands événements interconfessionnels depuis la fin des années 1950. Son entrée précoce en œcuménisme et son étonnante longévité sont pour lui des atouts de poids. Présent au groupe des Dombes dès 1952, il ne le quitte qu’en 2005, année de ses quatre-vingts ans. Après un premier article dans Istina sur la conférence Foi et Constitution d’Oberlin (USA) en 1957, il participe à la plupart des grandes rencontres de la Commission, depuis celle de Saint Andrews 1960. Il est présent notamment à Lima en 1982, pour la présentation de l’important document « Baptême, Eucharistie, Ministère ». Il participe à quatre assemblées mondiales du Conseil genevois : Uppsala 1968, marquant l’irruption de la contestation dans l’univers œcuménique, sur laquelle il écrit un livre à chaud (Une étape vers l’unité, Uppsala 1968, Mame, 1968) ; Nairobi 1975 ; Vancouver 1983 dont il édite la version française des actes avec le pasteur Chappuis ; et Canberra 1991.

23Cette activité multiforme de globe-trotter de l’œcuménisme est servie par une grosse capacité de travail et par la place accordée dans celui-ci à la recherche et au traitement de l’information. La bibliothèque est un outil majeur au Centre Saint-Irénée, tant pour les ouvrages que pour les périodiques obtenus par échange, avec Lumière & Vie puis avec Chrétiens en marche. René Beaupère est un grand lecteur, auquel rien n’échappe dans les domaines qui sont les siens, œuvre de Saint-Exupéry comprise, et qui multiplie les recensions. Cette bibliothèque est un outil de travail unique en son genre, sollicitée de multiples façons à travers le monde. Jusqu’à la fin de sa vie, le père Beaupère a passé une partie de son temps à répondre aux questions qu’elle lui permettait d’éclairer.

24Après l’éloignement du père Biot au début des années 1960, le Centre Saint-Irénée, c’est d’abord et avant tout le père Beaupère. Celui-ci bénéficie certes de collaborations, rétribuées ou bénévoles, pour le secrétariat et la bibliothèque, et du concours épisodique de confrères dominicains comme Pierre Cren ou Claude Gerest. Mais c’est sur lui que repose l’essentiel de l’activité du Centre. Bien que doté d’une redoutable vitalité, René Beaupère n’échappe pas au vieillissement. Or il tarde à trouver un concours qui ne soit pas d’ordre purement matériel et qui puisse le décharger d’une partie de ses tâches d’organisation et d’animation. Il lui faudrait un Lyonnais ou quelqu’un qui veuille bien s’installer à Lyon… et qui accepte de faire équipe avec lui, ce qui ne doit pas être si facile puisque « quelque dix personnes (hommes et femmes, clercs et laïcs, dominicains et prêtres d’une autre obédience, catholiques et non catholiques, etc.) ont été contactées, tentées, ont parfois beaucoup hésité et puis finalement, pour des raisons diverses n’ont pas cru pouvoir s’engager dans la durée » (Chrétiens en marche, juillet-septembre 2009). Aussi les anniversaires défilent-ils sans qu’une solution soit trouvée. Au moment du vingt-cinquième, en 1979, François Biot salue la longévité de son ancien compagnon : « Quant à toi, tu n’as cessé de creuser le même sillon », lui écrit-il le 10 septembre. « J’admire ton courage, ta persévérance ta ténacité ».

René Beaupère lors d’une « petite saga œcuménique » en 2000

René Beaupère lors d’une « petite saga œcuménique » en 2000

Droits réservés.

25Au moment du cinquantième anniversaire, en 2003, le père Beaupère paraît moins isolé. Depuis plusieurs années, il bénéficie de l’aide d’une luthérienne allemande, Nicola Kontzi-Méresse, qui a pris sa part du travail d’organisation des voyages et d’accompagnement des « foyers mixtes ». Mais elle rejoint en 2003 la faculté de théologie protestante de Montpellier pour commencer sur le tard une formation pastorale. Avant son départ, la province dominicaine de France a envoyé à Lyon, en 2001, un jeune frère qui prépare une thèse sur les rapports entre anglicans et luthériens, Franck Lemaître, dans lequel le père Beaupère voit enfin son successeur. Lemaître assure le passage de F.O.I. du papier à la « toile » et s’implique dans les autres activités du Centre. Le père Beaupère envisage de lui en confier les clés en 2010, année de ses quatre-vingt-cinq ans. Mais les ouvriers de l’œcuménisme ne sont pas si nombreux en France… L’épiscopat a besoin de quelqu’un pour remplacer le dominicain Michel Mallèvre à la tête du « Service national pour l’unité des chrétiens » et son dévolu se porte sur Franck Lemaître. Beaupère qui a « constaté, critiqué, combattu l’hypercentralisme parisien, catastrophe permanente pour la France » (Nous avons cheminé ensemble, p. 21) et qui a regretté la fusion de la province dominicaine de Lyon avec celle de Paris, en 1997, est désolé de le voir partir, même s’il lui souhaite bonne chance pour ses nouvelles fonctions (« Au revoir Franck Lemaître », Chrétiens en marche, juillet-septembre 2009).

26Cette fois, le père Beaupère, qui reprend de plus en plus souvent son prénom de baptême, sait que les jours du Centre Saint-Irénée sont comptés. Il continue certes de publier Chrétiens en marche, avec l’aide du pasteur Jean-Baptiste Lipp et surtout du laïc orthodoxe Roland Ruffieux. Puisque les chrétiens d’Orient font de plus en plus souvent, à leur détriment, la « une » de l’actualité et que les chrétiens d’Occident les connaissent mal, le magazine donne la plus large place à leurs vicissitudes, délaissant quelque peu l’actualité protestante. Le sort de la bibliothèque inquiète d’autant plus le père Beaupère que la province dominicaine de France envisage de vendre la maison de la place Gailleton : promue couvent de plein exercice en 1969, Saint-Abraham redevient « maison » en 2011 avant d’être supprimée en 2015. Plutôt que de rejoindre un couvent de son Ordre, le père Beaupère obtient de ne pas quitter sa chère presqu’île : il rejoint la maison de retraite diocésaine Jules Monchanin, au 12 de la rue Sala, à dix minutes de la place Gailleton. Quant à la bibliothèque du Centre, elle vient enrichir la bibliothèque Henri de Lubac de l’Université catholique de Lyon en 2018. De la place Gailleton à la place Carnot, elle n’a franchi, elle aussi, que quelques centaines de mètres.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la province de Lyon. — Archives du Centre Istina. — René Beaupère, « Le Centre Saint-Irénée 50 ans d’activité », Prêcheurs, 56, juin 2003. — Entretiens d’Étienne Fouilloux avec le père Beaupère, 8 et 17 avril 2011 ; 17 septembre 2013 ; « Une affaire lyonnaise : la succession de l’abbé Couturier », Chrétiens et sociétés XVIe-XXIe siècles, Lyon, 18, 2011, p. 105-135 ; « Lumière & Vie (1951-2013) », Lumière & Vie, octobre-décembre 2013, p. 23-33. — Silvia Scatena, Taizé una parabola di unità. Storia della communità dalle origini al concilio dei giovanni, Bologne, Il Mulino, 2018.

Haut de page

Œuvre

Maurice-René Beaupère, Nous avons cheminé ensemble. Un itinéraire œcuménique, entretiens avec Béatrice Soltner, Lyon, Olivétan, 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1285/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Les Alpes ne sont pas une barrière
Légende Agapè 1971. De gauche à droite : P. Minjat, René Beaupère avec son chapeau, G. Marcheselli (Italie), A. Dufour (Suisse) et le pasteur Henry Bruston.
Crédits Droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1285/img-2.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre CLEO à Dokkum (Pays-Bas) en avril 1988
Légende Maurice Beaupère, au milieu, à genoux, devant le groupe qu’il avait conduit et animé à Dokkum.
Crédits Droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1285/img-3.png
Fichier image/png, 3,1M
Titre Foyers mixtes français et italiens au centre œcuménique d’Agapè en 1997
Légende À Agapè, avec quelques-uns des membres que Maurice Beaupère (au centre, légèrement à droite, portant un béret) avait rassemblés.
Crédits Droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1285/img-4.png
Fichier image/png, 2,9M
Titre René Beaupère lors d’une « petite saga œcuménique » en 2000
Crédits Droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1285/img-5.png
Fichier image/png, 1,4M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « BEAUPÈRE Maurice », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, B, mis en ligne le 25 juillet 2020, consulté le 03 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1285

Haut de page

Auteur

Étienne Fouilloux

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search