Navigation – Plan du site

BOTTÉRO Jean

BOTTÉRO Jean-Baptiste Marius Joachim ; BOTTÉRO Pierre en religion
Frédéric Gugelot et Mercè Prats

Résumé

Né le 30 août 1914 à Vallauris (Alpes-Maritimes), mort le 15 décembre 2007 à Gif-sur-Yvette (Essonne).
Professeur d’exégèse à Saint-Maximin ; assyriologue, directeur d’études à l’École pratiques des hautes études.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 04/12/2018.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de Toulouse : 23 décembre 1931 à Biarritz
• Profession simple : 24 décembre 1932 à Biarritz
• Profession solennelle : 13 octobre 1936 à Saint-Maximin
• Ordination sacerdotale : 19 mars 1939 à Saint-Maximin
• Sortie de l’Ordre : 1950

1Intituler Naissance de Dieu son recueil d’articles résume bien le programme de toute une vie pour Jean Bottéro qui, de l’enfant croyant au dominicain puis du dominicain au spécialiste de Babylone, a recherché sans relâche la genèse de ses engagements. Né à Vallauris, dans les Alpes-Maritimes, le 30 août 1914, Jean Bottéro grandit dans une famille d’origine italienne. Alexandre Bottéro, son père, travaille comme potier. Mobilisé en août 1914, il est capturé par les Allemands et ne revient qu’à la fin de la guerre. Pendant ce temps, le petit garçon grandit auprès de sa mère, Françoise Giordano, née dans le Piémont, qui a émigré en France à l’âge de quatorze ans. Issue d’une famille très attachée à la religion catholique, elle est très croyante. Jean est leur seul enfant. Une petite sœur arrive en 1920, mais elle décède un an après.

Du petit séminaire de Nice au noviciat de Saint-Maximin

2Jean Bottéro entre au petit séminaire de Nice à l’âge de onze ans. Il étudie les langues anciennes et assure avoir obtenu son baccalauréat uniquement grâce aux lettres : latin, grec, français et italien. Une figure marque ce passage, celle du supérieur de son séminaire à la fin des années 1920, le jésuite Jean Bremond, frère de l’académicien Henri Bremond. Jean Bottéro se souvient de son départ avec émotion : « La quatrième année, sans doute à la suite d’intrigues, le père Bremond est parti, et, chargé de rapporter ses affaires à la “jésuitière”, comme nous disions, je me souviens d’avoir été ému de n’y voir qu’une valise efflanquée et un parapluie vénérable. On a choisi pour supérieur un prêtre niçois, fort riche, assez mondain, mais d’une intelligence mesurée […] l’atmosphère était changée, et je n’aimais pas beaucoup ce bonhomme-là, avec sa radio, son auto, sa machine à écrire et ses soutanes “chic” [Bottéro, 1994, p. 5-6].

3Dès l’année qui précède la première partie du baccalauréat, il décide d’entrer chez les dominicains. Une conférence du prieur de Saint-Maximin, le père Raphaël Sineux, qui a lieu au séminaire, a vraisemblablement été décisive dans le choix d’un ordre consacré à l’étude. Dans son livre Babylone et la Bible, il le décrit comme un homme « hiératique et austère : en blanc, avec sa chape […] très imposant. » Il y avait aussi la détermination de son ami Marie-Joseph Stève qu’il avait connu au cours d’une colonie de vacances en 1927 et qui était entré chez les frères prêcheurs en septembre 1930. Plus âgé que lui (Stève est né en 1911), Jean Bottéro lui vouait une certaine admiration. Après quelques échanges de courrier avec le père Sineux et une ou deux visites à Saint-Maximin, Jean Bottéro, qui est alors âgé de dix-sept ans, est invité à rejoindre le noviciat à Biarritz en septembre 1931, mais Mgr Rémond, l’évêque de Nice, qui a peut-être du mal à accepter ce départ, ne lui délivre que trois mois plus tard l’autorisation indispensable pour sa prise d’habit. Celle-ci a lieu le 23 décembre 1931 au cours de laquelle il reçoit le prénom de Pierre. Cette année de « noviciat simple » permet aux novices de faire connaissance avec la vie religieuse. Ceux-ci participent à tous les offices religieux et assistent à de nombreuses lectures et conférences spirituelles afin de leur permettre de réfléchir à leur devenir. Ils étudient également les constitutions et l’histoire de l’Ordre.

Noviciat à BiarritzNoviciat à Biarritz

Noviciat à Biarritz

Le noviciat de Biarritz accueille en 1932 le prieur provincial, Romain Bonhomme. Jean Bottéro est, vraisemblablement, tout au fond (dernière rangée), à gauche de la colonne.

Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4À l’issue de ses premiers vœux, Pierre Bottéro est envoyé à Saint-Maximin où se trouve le studium de la Province de Toulouse. C’est un bastion du thomisme qui regroupe une centaine de frères à la vie austère. Plusieurs cas de tuberculose se déclarent. Un examen médical systématique montre une petite ombre au sommet de son poumon droit. Il se voit prescrire, par un médecin de Marseille, un traitement aux sels d’or et un changement de climat. Il s’installe alors, avec quelques autres frères, dans une ferme au-dessus de Grenoble prêtée par une vieille amie du prieur de Saint-Maximin. Il descend tous les lundis à pied à La Tronche pour ses injections de sels d’or. En septembre, les médecins constatent que la petite ombre est devenue une petite caverne sur son poumon. Les sels d’or ont aggravé son état.

La rencontre avec le père Lagrange

5Ses soucis de santé lui font perdre un an, mais la rencontre avec le père Lagrange, le fondateur de l’École biblique de Jérusalem qui passait quelques jours tous les deux ans à Saint-Maximin, marque un tournant dans sa vie. Sans le vouloir, Jean Bottéro avait attiré son attention lorsqu’il lui avait demandé s’il fallait lire Platon. La réponse de Lagrange le marque : « Platon est le premier à avoir enseigné qu’il faut aller à la vérité de toute son âme » [Bottéro, 1994, p. 16]. L’année 1933-1934 est déjà bien entamée lorsqu’il rejoint Saint-Maximin. Il se découvre une passion pour l’histoire : « Il est bien évident qu’à partir du moment où vous êtes lancé dans une perspective de vie intellectuelle intense, c’est elle qui s’empare de vous » [Bottéro, 1994, p. 45]. La dissertation qu’il doit composer pour Pâques sur la tradition de la venue de saint Pierre à Rome l’occupe longuement. À la fin de l’année, il obtient 20 sur 20 en toutes les matières. Le voilà affublé du surnom de « petit Aristote », ce qui ne lui plaît guère.

Érection d’une cr...Érection d’une croix à proximité de Saint-Maximin

Érection d’une croix à proximité de Saint-Maximin

En août 1933, Pierre Bottéro (à gauche : n° 1) avec quelques frères étudiants du couvent de Saint-Maximin dont Marie-Dominique Danilo (n° 2), André Chaspoul (n° 3), Raymond Bruckberger (n° 4), Ceslas Pilon (n° 6), Alphonse Denat (n° 7) et leur père-maître Nicolas Dausse (n° 5) érigent une croix au sommet d’un massif rocailleux.

Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

6C’est au cours de la deuxième année qu’il commence à prendre goût à la philosophie. Il étudie le problème de la connaissance, fondamental dans le thomisme. Pour cela, il se sert d’un manuel de philosophie thomiste qu’il complète en prenant de nombreux passages de saint Thomas en note et en étudiant des grands commentateurs du Docteur angélique : « J’ai commencé à me sentir plus à l’aise dans la philosophie et dans le thomisme. […] J’y trouvais un système intelligent, lucide, équilibré, puissant et raisonnable, qui n’était fermé à rien, ouvert à tout : tout ce que j’ai appris depuis, dans tous les domaines, s’y est introduit à sa place sans aucun frottement » [Bottéro, 1994, p. 12-13].

7Néanmoins, Jean Bottéro, si brillant dans tous les domaines, déteste la prédication. La troisième année est consacrée à la métaphysique. Il lit surtout Jean de Saint-Thomas et le cardinal Cajétan. Il consacre les heures destinées à la sieste à copier des passages du commentaire de la Somme par Cajétan, surtout les questions autour de Dieu, de l’homme et du Christ.

8Lorsque Marie-Joseph Lagrange, rentré définitivement à Saint-Maximin pour raison de santé en octobre 1935, apprend que Bottéro doit aller en sanatorium, il le prend en charge personnellement, l’amène au sanatorium de Pollionnay, près de Lyon et le fait soigner par un lointain parent. C’est au cours de ce voyage que les deux hommes apprennent à s’apprécier, Lagrange envisageant même que Bottéro puisse enseigner à l’École biblique : « Je fais ça pour vous, parce que j’ai besoin de vous. Vous me succéderez et étudierez l’Ancien Testament » [Bottéro, 1994, p. 18]. La brusque défection en 1931 du père Paul Dhorme, directeur de l’École biblique, qui affirmait après coup avoir perdu la foi depuis des années et n’être plus intéressé que par la recherche scientifique, le désespérait.

Visite du maître ...Visite du maître de l’Ordre à Saint-Maximin

Visite du maître de l’Ordre à Saint-Maximin

Pierre Bottéro au milieu (n° 34) des frères étudiants et des pères du studentat lors de la visite de Martin-Stanislas Gillet en mai 1933.

Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

9Bottéro a toujours considéré Lagrange comme l’« un des deux seuls hommes vraiment grands que j’ai rencontrés dans ma vie […] l’autre, c’est le père Chenu ». C’est lui qui lui demande tout d’abord d’apprendre l’allemand, « première des langues sémitiques ». Lectures communes, ouvrages prêtés et discussions amicales favorisent cette formation. Après l’allemand, il lui conseille d’approfondir l’hébreu, toujours dans le but de l’envoyer à Jérusalem. Il suit avec Marie-Joseph Stève la même formation. C’est son ami d’enfance qui lui prête la grammaire d’hébreu Gesenius-Kautzsch, qu’il copie trois fois tout en la traduisant en français. Cet exercice lui donne une bonne maîtrise de l’hébreu et de l’allemand à l’écrit. C’est avec Stève qu’il retrouve Lagrange, deux fois par semaine, pour étudier une fois l’anglais, une fois le grec. Jean Bottéro fait l’éloge de cet homme véritablement intelligent : « Il était thomiste : la raison, la lucidité avant tout ! » Ce qui ne l’empêchait pas de critiquer la manière dont une certaine tradition s’est emparée de la Bible, bien au contraire : « Ce n’est pas parce qu’une vieille tradition tient la Bible pour infaillible en tout ce qu’elle dit qu’il faut s’y soumettre à tout prix. » Les cours sur la Bible qu’il donnait à Saint-Maximin étaient d’une grande valeur non seulement par les connaissances que les jeunes pouvaient acquérir mais aussi pour la méthode de travail : « Il nous apprenait des choses fondamentales : comme l’importance des sources, les plus anciennes surtout, remontant le plus près possible des événements. Il ne nous a jamais fait d’exposés systématiques de méthodologie ; mais, à travers ce qu’il disait, on voyait et on apprenait sa méthode : on pouvait s’en imprégner » [Bottéro, 1994, p. 24].

Au départ de Thom...Au départ de Thomas Lacrampe pour le Brésil

Au départ de Thomas Lacrampe pour le Brésil

En 1936, Pierre Bottéro (debout à droite), Étienne Dupuy (assis à gauche) et Michel Labourdette (assis à droite) accompagnent jusqu’à Marseille Thomas Lacrampe (assis au centre), visiteur apostolique, et deux pères missionnaires Nicolas Casagrande (debout à gauche) et Raymond Lembezat (debout au milieu) qui se rendent au Brésil. La photo est prise dans le salon du bateau avant le départ des trois frères et laisse apercevoir, en arrière-plan, une sœur dominicaine du Saint-Rosaire de Monteils. Bottéro, Dupuy et Labourdette ne portent pas l’habit dominicain, car depuis les expulsions, il n’était possible de sortir du couvent qu’en douillette.

Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

10Le 10 mars 1938, le décès du père Lagrange n’empêche pas l’étudiant de finir sa formation théologique à Saint-Maximin, suivie d’une thèse de lectorat sur l’Ecclésiaste. La guerre éclate, ses soucis de santé lui permettent d’échapper à la mobilisation et de terminer sa thèse chez ses parents, en avril 1940. Il passe son lectorat en juin 1940, puis travaille sur le livre de Job : « Le “scénario” est babylonien [… mais] les conclusions du rédacteur hébreu se haussent toutefois à des sommets qu’ignorent ses confrères polythéistes : Dieu ne serait pas Dieu si son action était commandée par notre logique et si notre seule attitude n’était donc pas de nous laisser emporter par lui quoi qu’il décide de nous » [Bottéro, 2004, p. 19-20].

Un enseignement subversif

11Dès l’année suivante, il enseigne à Saint-Maximin. La première année, le père Michel Philipon lui propose les cours d’histoire de la philosophie qu’il accepte à condition de pouvoir enseigner la philosophie grecque. Il entreprend alors d’étudier avec ses élèves les idées grecques sur l’âme, selon les divers systèmes philosophiques. Devenu professeur d’exégèse, il commence cet enseignement par ce qu’il connaît le mieux, Job et l’Ecclésiaste. Ces deux livres traitent le problème du mal. Lors du premier cours, l’exposition de sa méthode de travail « a jeté dans le couvent un froid sibérien ». Il prend position vis-à-vis de la Commission biblique – créée par Léon XIII à Rome – en contestant sa légitimité : « Il n’y a, dans ce que nous propose l’Église, que deux plans de vérités : celles de foi et celles de raison. Il était notoire que les propositions imposées par la Commission biblique n’étaient pas de foi ; comme elles n’étaient pas de raison, non plus, j’ai déclaré que je n’en tiendrais pas compte. » Jean Bottéro poursuit l’année suivante : « J’ai donc poursuivi tranquillement mon cours toute l’année. Et la suivante, occupant toujours la même chaire, je me suis décidé à “attaquer les gros problèmes”, en étudiant la Genèse : la question pas encore refroidie en ce temps-là, des “sources du Pentateuque”, et celle, beaucoup plus incandescente, de l’historicité des récits de ce livre » [Bottéro, 1994, p. 30-31].

12La Commission défend l’historicité de la création au commencement du temps. Douter de la création de l’homme puis de la femme à partir de l’homme, ainsi que de la faute d’Adam revient à remettre en cause la mission du Christ. Il était toutefois possible d’interpréter certains passages uniquement en cas de désaccord des Pères de l’Église et il était aussi admis d’entendre les jours de la création comme des jours-époques permettant de faire concorder le récit de la création avec la géologie, comme l’évoquera François Laplanche dans La crise de l’origine. La science catholique des Évangiles et l’histoire au XXe siècle.

13L’encyclique Divino afflante spiritu du 30 septembre 1943 ouvre le champ de la recherche biblique de manière notable, surtout en ce qui concerne le genre littéraire. Les textes bibliques sont reconnus comme les fils du temps et du milieu qui les avait produits. L’exégète peut discerner ce qui est historique et ce qui appartient au genre littéraire ou au langage du milieu d’écriture. En 1942, un an avant cette encyclique, Jean Bottéro entame sa deuxième année d’enseignement sur l’Ancien Testament à Saint-Maximin. Il présente alors le récit de la création comme un mythe. Un des étudiants, inquiet, se plaint au régent des études. Son enseignement est alors suspendu : « Me voyant écarté pour longtemps de l’exégèse, j’ai pris le parti de continuer le grec et de me lancer dans l’assyriologie. Mais je me trouvais dans un climat moral lourd et défavorable. […] Mais surtout, on me laissait sans rien faire d’intellectuellement utile, ce qui était, sur le plan psychologique, très mauvais et pas facile à supporter » [Bottéro, 1994, p. 32].

14Les cours de Jean Bottéro vont à l’encontre des instructions de la Commission biblique. Les dominicains ne peuvent pas le soutenir d’autant que les divergences avec les travaux du père Lagrange s’accentuent : « Lorsque j’ai abordé le récit du péché originel, il m’était impossible de souscrire à son historicité, que le père Lagrange avait pourtant voulu sauver. À mes yeux, c’était un mythe. » Le père Lagrange voyait ce récit comme une « histoire populaire » : « L’Église, avant et depuis le concile de Trente, a toujours voulu y voir un événement historique. Il voulait sauver ça. Et il a été prisonnier d’une vision des choses qui s’est bien affinée depuis : il voyait dans les mythes, avant tout, comme on se les imaginait encore, des histoires scandaleuses de dieux qui couchent ensemble, et autres fredaines. Il ne se rendait pas compte que c’est là avant tout une fonction de la pensée, une forme inférieure de l’explication. Il disait donc que le début de la Genèse était de l’« histoire populaire ». Je n’ai jamais eu l’occasion d’en discuter avec lui » [Bottéro, 1994, p. 23].

15Jean Bottéro, comme d’autres intellectuels ou savants catholiques, veut répondre aux troubles de nombreux fidèles confrontés aux discordances des données obtenues par la recherche scientifique avec la tradition biblique à propos des origines du cosmos et de l’homme. Les recherches effectuées à l’École biblique de Jérusalem avaient suscité la méfiance de Rome pendant des années. Cette suspicion commençait à être levée. Il ne fallait pas que les recherches d’un jeune trop impétueux puissent briser cet élan. Sa situation au sein de l’Ordre est bloquée : « Il fallait bien leur [les étudiants] ouvrir l’esprit, non seulement sur le fait qu’on ne peut pas tenir pour historique l’affaire d’Adam et Ève, mais sur une vision intelligente et authentique de la Bible, et à travers la Bible, de la religion même ! […] On m’aurait poussé à faire une carrière scientifique, en m’interdisant de communiquer les conclusions que j’y aurais acquises, peut-être en attendant de moi que je dise le contraire » [Bottéro, 1994, p. 39-40].

16Après avoir étudié le livre de Job ou des passages d’Isaïe, Jean Bottéro défend l’idée que le rédacteur hébreu avait voulu montrer que la logique de Dieu n’était pas celle des hommes. Il reprendra en 1997 cette analyse dans son livre Le Dieu de la Bible : « On a davantage étudié la religion comme un facteur d’ensemble, de pression sociale sur les individus que comme sentiment individuel, ce qui est pourtant la réalité première et essentielle de la religion. Certes, il faut le dire, peu de gens en ont un sentiment total, authentique et complet ; mais n’y a-t-il pas aussi très peu de gens qui soient ou qui aient jamais été authentiquement et totalement amoureux ? » [Bottéro, 1997, p. 47].

17Après avoir rejeté la philosophie thomiste, jugée inefficace pour sa mission, il rejette le magistère de l’Église à partir de l’été 1950. Seul subsiste le message biblique auquel il reste attaché : « Le peuple qui, sur mille ans, a vécu et écrit ses multiples ouvrages colligés ensuite en la Bible, ne nous a rien apporté, rien laissé, si ce n’est cette idée, qu’il est le premier à avoir découverte et proclamée, puis, en fin de compte, imposée, de l’Unicité et de la Trancendance absolues de Dieu : sans doute la conception de notre esprit qui nous tire le plus à contre-mont de notre pente naturelle, qui nous dépasse le plus, qui nous hausse le plus au-dessus de nous-même » [Bottéro, 1986, p. 10].

18La rupture avec l’institution ecclésiale est bien intellectuelle. La Mésopotamie, le « pays des deux fleuves » devient son domaine de prédilection. C’est le berceau de l’écriture, une révolution de l’esprit humain : « L’homme a maintenant sa pensée devant lui. » La sagesse mésopotamienne inspire visiblement l’Ancien Testament. Jean Bottéro estime que les récits babyloniens ont donné naissance à deux branches : la philosophie grecque et le message hébraïque. La cosmogonie babylonienne a donné lieu à deux variantes : avec les Grecs, la mythologie de type babylonien se transforme, peu à peu, en philosophie tandis qu’avec Israël, une théologie tout autre que celle des Mésopotamiens se développe. Certes, il y a eu emprunt à la littérature babylonienne mais le Dieu d’Israël n’a aucun rapport avec les dieux mésopotamiens. L’un avait envoyé le déluge pour se débarrasser des hommes devenus trop bruyants tandis que, dans la version de la Bible, il s’agit d’un Dieu qui juge les hommes pour leur conduite morale. Les études bibliques dans les séminaires n’étaient pas suffisamment développées et les prêtres, mal formés, étaient dans l’impossibilité d’enseigner correctement les fidèles. Il est trop tôt alors pour que l’institution soit prête à accueillir cette volonté de réformer le discours de l’Église. Bottéro en conclut à une impossible réforme intérieure. Il n’obtient pas non plus de partir pour Jérusalem. Après le refus définitif en 1946 du père Roland Guérin de Vaux, directeur de l’École biblique, Jean Bottéro demande à poursuivre sa formation à Paris ; il est assigné au couvent Saint-Jacques. Dans ce foyer parisien, une nouvelle génération de dominicains s’intéresse à l’histoire, Marie-Dominique Chenu et Yves Congar. Le père Marie-Dominique Chenu, professeur et régent des études de 1932 à 1942, trouve indispensable de restituer saint Thomas dans son siècle comme il est essentiel d’adapter le thomisme aux préoccupations du XXe siècle. Les pères du couvent demandent à Jean Bottéro de faire deux conférences bibliques. « Ce qui m’avait attiré le tonnerre et la foudre à Saint-Maximin, ils l’ont accueilli avec chaleur, et même applaudi » [Bottéro, 1994, p. 36].

19Le studium de Saint-Maximin était, en effet, très différent. Il se composait de la « garde rapprochée de Jacques Maritain » après son éloignement de l’Action française. Ce philosophe conseillait à ses hôtes de Meudon de s’adresser à la province de Toulouse plutôt qu’à celle de France. Ainsi le père Ceslas Rzewuski demande à être accepté à Saint-Maximin plutôt qu’au Saulchoir à l’instigation de Maritain. Le père Marie-Joseph Nicolas, prieur de Saint-Maximin, constate un décalage entre les générations : « Nos jeunes gens sont d’une génération assez moderne et assez consciente de sa modernité […] Ils sont caractérisés par une inquiétude souvent douloureuse sur l’adaptation de l’Ordre aux besoins d’aujourd’hui, par des aspirations humanistes, par l’insouciance à l’égard des détails extérieurs, par un manque de confiance dans les anciens et de respect dans leurs jugements, par le sens des grands changements à apporter dans le monde, par la peur de devenir trop différents du monde qu’ils veulent sauver. L’esprit contemplatif et l’esprit d’obéissance sont parfois, mais involontairement, contrariés par toutes ces tendances à une action efficace et d’un style renouvelé », écrit-il au père Suarez, le 31 janvier 1947.

20Le recrutement stagne. Contre toute attente, le régent des études de Saint-Maximin, le père Michel Labourdette, le considère comme un « danger pour les jeunes » et s’oppose à son retour au couvent en mars 1950 lorsqu’il veut s’y reposer. « Alors, j’ai compris : si ma seule présence (je n’ai jamais propagé mes idées) suffisait à oxyder l’âme innocente de mes frères, il ne me restait plus qu’à m’en aller. Et, comme je n’ai jamais voulu faire le moindre tapage ou scandale, je lui ai demandé [au provincial] de m’obtenir, à Rome, la “réduction à l’état laïque”, la seule solution qui me semblait franche et respectueuse. […] J’aurais pu rester. Des gens comme le père Lagrange et le père Chenu ont subi des épreuves bien pires que la mienne : ils sont restés, eux, parce qu’ils voulaient réformer l’Église et pensaient qu’on ne pouvait le faire que du dedans. Moi, je n’ai jamais rien voulu réformer : je me suis seulement révolté contre l’idée qu’on pouvait me contraindre à une existence hypocrite et trompeuse : travailler et penser ce que je voudrais en le tirant de mon travail, mais n’en souffler mot – ça n’est pas dans mon tempérament… La seule solution raisonnable et loyale, c’était de partir » [Bottéro, 1994, p. 38-40].

21Pourtant, dès 1943, le père Labourdette avait fait des efforts en sa direction. Il obtient du provincial Dupuy que Jean Bottéro occupe le poste de secrétaire de rédaction de la Revue thomiste que son prédécesseur n’a jamais réellement rempli. C’est un geste envers lui et envers les générations montantes qui ont du mal à s’intégrer à Saint-Maximin. Mais, en 1950, la rupture est consommée. Il est dispensé de ses obligations religieuses peu avant l’été et passe les vacances chez ses parents dans une ambiance difficile à vivre pour tous. Sa mère souffre beaucoup de cet abandon. À la rentrée suivante, Georges Dossin, un assyriologue belge, qui l’avait recruté pour déchiffrer des textes trouvés à Mari, lui obtient de loger quelques mois au Pavillon belge de la Cité universitaire. À trente-six ans, il commence une nouvelle vie.

Hors de l’Ordre dominicain, une carrière dans les institutions savantes

22Sa carrière savante a déjà quelques années. Jean Bottéro avait été recruté par le CNRS en 1947, ce qui lui assure des revenus lors de son départ de l’Ordre en 1950. En effet, dès janvier 1946, assigné au couvent Saint-Jacques à Paris, il avait fréquenté les cours de l’École pratique des hautes études (EPHE). Le voyant étudier l’assyriologie, un des pères du couvent Saint-Jacques l’avait emmené au grenier du couvent et lui avait montré des ouvrages d’une valeur rare appartenant à la bibliothèque du père Vincent Scheil, dominicain assyriologue. Jean Bottéro obtiendra lors de son départ de les conserver.

23En 1946, il avait suivi les cours d’antiquité sémitique et d’assyrien de René Labat, d’histoire ancienne de l’Orient d’André Dupont-Sommer et de sumérien de Raymond Riec-Jestin à la IVe section. Il était également élève titulaire dans le cours de religion assyro-babylonienne de Jean Nougayrol, à la Ve section. L’année suivante, il s’était inscrit uniquement aux cours de René Labat et à ceux d’André Dupont-Sommer. Jean Bottéro a été rapidement titularisé, certainement sur l’avis de René Labat, qui a pu prouver qu’il avait suivi son enseignement à distance et parce qu’il avait réussi les épreuves à la fin de l’année. Au bout de deux ans d’études, un élève titulaire pouvait solliciter le titre d’élève diplômé. Il lui fallait pour cela soumettre une thèse au directeur d’étude. Celui-ci la présentait à son tour au Conseil. Bottéro, pour sa part, fut diplômé en études sémitiques dès la première année. Georges Dossin demande alors à André Parrot de l’inclure dans son équipe d’archéologues. En octobre 1952, il participe à une campagne de fouilles en Orient. Au cours de cette campagne, André Parrot lui propose d’assurer les cours d’accadien à l’École du Louvre. Il s’intègre ainsi dans un nouveau milieu et parvient à reconvertir de façon académique la formation reçue dans l’Église.

24Mais toutes ses rencontres ne sont pas heureuses, notamment celle avec Édouard Dhorme, l’ancien directeur de l’École biblique de Jérusalem, pourtant sorti de l’Ordre des frères prêcheurs comme lui. Dans un premier temps, la relation est plutôt bonne entre les deux hommes. Il lui doit son entrée au CNRS et Dhorme lui demande de collaborer à la traduction des textes de l’Ancien Testament qu’il doit publier aux éditions de la Pléiade. Il lui confie le texte de Jérémie avec sa propre proposition pour qu’il s’en inspire. La traduction de Jean Bottéro ne lui convient pas : « Il a froncé les sourcils devant le fait que je ne transcrivais pas […] exactement tel nom propre comme il l’avait fait dans son Jérémie, et il est venu me voir le lendemain pour me dire qu’ayant bien réfléchi sur cette atrocité, il en concluait que ma traduction, pas assez imbibée de ses propres habitudes, ne valait rien. » Jean Bottéro reste sur ses positions : « Je lui ai répondu assez vertement, me voyant mal m’écraser devant lui, ou devant n’importe qui d’autre, pour lui chanter Amen et lui baiser les pieds, à toutes ses fantaisies. À partir de ce moment-là, il n’a cessé de s’opposer à moi, et j’ai même appris qu’il méditait de me pousser hors du CNRS » [Bottéro, 1994, p. 50].

25Devant l’urgence de la situation, René Labat demande la création d’une nouvelle chaire d’antiquités assyrio-babyloniennes à l’EPHE en 1958. Bottéro « entre en assyriologie ». Ce milieu est désormais sa nouvelle famille même s’il connaît les difficultés qui l’attendent : « Je quittais une existence sans souci, où j’étais entouré et soulagé de bien des servitudes. J’ai surtout découvert une certaine solitude. J’avais des amis, mais pas tellement. J’affrontais une existence que j’entrevoyais pénible, triste et misérable. J’étais soutenu par le travail, auquel j’avais pris goût, mais ce n’était pas très amusant quand même. Avec le temps, on se fait à tout. Et puis, la vie change. On trouve d’autres choses… » [Bottéro, 1994, p. 42].

26Le 17 février 1953, il épouse à Paris Pénélope Panayottis, médecin généraliste employée de la Sécurité sociale, et fonde une famille de deux enfants. Lorsque le professeur Labat prend sa retraite au Collège de France, il ne songe pas à prendre sa succession. Son enseignement à l’EPHE reste confidentiel. En 1961, seulement quelques élèves suivent ses conférences mais, deux ans plus tard, les effectifs ont plus que doublé : ils passent de trois à sept pour se fixer à douze en 1966. À partir de cette date, les effectifs vont rester stables. Il revendique cet enseignement d’un « savoir inutile ». « En vérité, nos contemporains, s’ils étaient un peu moins obnubilés par l’utile et le rentable, le terre-à-terre et les chiffres, s’ils avaient un peu plus le sens de la véritable grandeur de l’homme, laquelle, sur le plan intellectuel, est dans le savoir, et du véritable savoir, qui est d’abord de pure connaissance et sans la moindre recherche première d’une utilisation pratique, devraient célébrer cette glorieuse épopée [découverte en cascade des langues assyro-babyloniennes] à l’égal des plus mémorables de l’histoire de notre progrès » [Bottéro, 1987, p. 88]. Il regrette que dans le monde actuel tout soit soumis au profit, à ce qui rapporte. Les seules sciences à encourager seraient celles qui exploitent la terre et les hommes. « La philosophie est inutile, l’anthropologie est inutile, l’archéologie, la philologie et l’histoire sont inutiles ; l’orientalisme et l’assyriologie sont inutiles, complètement inutiles ! Voilà pourquoi nous y tenons tant ! »

27De nombreuses publications jalonnent cette carrière, œuvre scientifique mais aussi ouvrages de vulgarisation afin de faire connaître la Mésopotamie, trop occultée à son goût par le « miracle gréco-romain ».

28Il décède le 15 décembre 2007 à Gif-sur-Yvette.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de Toulouse. — Étienne Fouilloux, « Quitter Saint-Maximin ? (1951-1957) », Mémoire dominicaine, 14, Paris, 1999, p. 83-102. — François Laplanche, La crise de l’origine. La science catholique des Évangiles et l’histoire au XXe siècle, Paris, Albin Michel, 2006. — Jean-Philippe Catinchi, « Jean Bottéro, éminent assyriologue, nous a quittés », Le Monde, 25 juillet 2007. — Paul Airiau, « Pourvoir au savoir. La difficile reconstitution d’un couvent d’étude à Saint-Maximin (1919-1949) » et Michel Fourcade, « “Le beau bercail où j’ai dormi agneau”. Jean Bottéro à Saint-Maximin », dans Tangi Cavalin, Augustin Laffay (dir.), Un siècle de vie dominicaine à Saint-Maximin (1859-1957), Nancy, Arbre bleu éditions, 2018. — Annuaires IVe et Ve sections de l’École pratique des hautes études (EPHE).

Haut de page

Œuvre

Œuvre choisie : La religion babylonienne, Paris, PUF, 1952. — Naissance de Dieu. La Bible et l’historien, Paris, Gallimard, 1986. — Mésopotamie. L’écriture, la raison et les dieux, Paris, Gallimard, 1987. — Avec Noah Kramer, Lorsque les dieux faisaient l’homme, Paris, Gallimard, 1989. — Avec Marie-Joseph Stève, Il était une fois la Mésopotamie, Paris, Gallimard, 1993. — Babylone à l’aube de notre culture, Paris, Gallimard, 1994. — Babylone et la Bible. Entretiens avec Hélène Monsacré, Paris, Les Belles lettres, 1994. — Avec Marc-Alain Ouaknin et Joseph Moingt interrogés par Hélène Monsacré et Jean-Louis Schlegel, La plus belle histoire de Dieu, Paris, Éditions du Seuil, 1997. — Avec Clarisse Herrenschmidt et Jean-Pierre Vernant, L’Orient ancien et nous ; l’écriture, la raison et les dieux, Paris, Albin Michel, 1996. — La plus vieille cuisine du monde, Paris, Louis Audibert, 2002. — Au commencement étaient les dieux, Paris, Tallandier Éditions, 2004.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Noviciat à Biarritz
Légende Le noviciat de Biarritz accueille en 1932 le prieur provincial, Romain Bonhomme. Jean Bottéro est, vraisemblablement, tout au fond (dernière rangée), à gauche de la colonne.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1319/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Érection d’une croix à proximité de Saint-Maximin
Légende En août 1933, Pierre Bottéro (à gauche : n° 1) avec quelques frères étudiants du couvent de Saint-Maximin dont Marie-Dominique Danilo (n° 2), André Chaspoul (n° 3), Raymond Bruckberger (n° 4), Ceslas Pilon (n° 6), Alphonse Denat (n° 7) et leur père-maître Nicolas Dausse (n° 5) érigent une croix au sommet d’un massif rocailleux.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1319/img-2.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Visite du maître de l’Ordre à Saint-Maximin
Légende Pierre Bottéro au milieu (n° 34) des frères étudiants et des pères du studentat lors de la visite de Martin-Stanislas Gillet en mai 1933.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1319/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Au départ de Thomas Lacrampe pour le Brésil
Légende En 1936, Pierre Bottéro (debout à droite), Étienne Dupuy (assis à gauche) et Michel Labourdette (assis à droite) accompagnent jusqu’à Marseille Thomas Lacrampe (assis au centre), visiteur apostolique, et deux pères missionnaires Nicolas Casagrande (debout à gauche) et Raymond Lembezat (debout au milieu) qui se rendent au Brésil. La photo est prise dans le salon du bateau avant le départ des trois frères et laisse apercevoir, en arrière-plan, une sœur dominicaine du Saint-Rosaire de Monteils. Bottéro, Dupuy et Labourdette ne portent pas l’habit dominicain, car depuis les expulsions, il n’était possible de sortir du couvent qu’en douillette.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1319/img-4.png
Fichier image/png, 156k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Frédéric Gugelot et Mercè Prats, « BOTTÉRO Jean », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, B, mis en ligne le 04 décembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1319

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals