Navigation – Plan du site

AccueilDictionnaireNotices thématiquesOrganismes dominicainsIstina (1923-1967)

Istina (1923-1967)

Étienne Fouilloux

Résumé

Le centre d’études Istina résulte de la création du séminaire Saint-Basile créé en 1923 à Lille pour former un clergé oriental en Occident. En l’absence de postulants, le séminaire ferme et laisse à Istina la charge des émigrés russes. Le centre connaît un essor grâce aux dominicains qui le prennent en charge et vont l’infléchir dans une optique intellectuelle et spirituelle qui le conduira vers l’expression d’un véritable œcuménisme. Cette notice est la version remaniée d’un article publié dans la revue Istina, en 2010.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 15/03/2015.

Texte intégral

Du séminaire russe à la naissance d’Istina (1923-1932)

1La chute de l’empire tsariste, en 1917, suscite au sein du catholicisme, jusque dans ses plus hautes sphères, un véritable « mirage russe ». Auparavant, l’osmose entre l’Église orthodoxe et l’État impérial interdisait tout espoir de pénétration missionnaire en Russie malgré les quelques libertés accordées par Nicolas II, suite aux soubresauts de 1905-1906. Sans bien mesurer la portée de la restauration du patriarcat de Moscou par le concile de 1917-1918, les conseillers des papes Benoît XV et Pie XI en la matière pensent que l’Église russe est une coque vide qui ne résistera pas à l’effondrement de l’ancien régime et aux persécutions précoces du nouveau, dont les jours leur semblent d’ailleurs comptés. Ils estiment donc que la conjoncture n’a jamais été aussi favorable à une conversion de la Russie. Mais pas à n’importe quel catholicisme ! Sous-estimant l’ampleur du fossé psychologique creusé entre Orient et Occident par des siècles de séparation, ils sont tentés de réduire le schisme à un petit nombre de différends dogmatiques et surtout à la question du rite, auquel paraît se limiter l’attachement des Russes envers leur Église. Ne suffirait-il donc pas, selon la stratégie naguère relancée par Léon XIII, de développer un catholicisme de rite slave pour que ce peuple sain se détache de ses mauvais bergers et rejoigne le bercail de Pierre ? La condition indispensable à la réussite d’un tel plan n’est autre que l’envoi en Russie, non plus de missionnaires latins, mais d’un clergé oriental recruté dans les milieux de l’émigration et formé en Occident, dans un premier temps du moins.

2Plusieurs projets de séminaire russe voient ainsi le jour au début des années 1920. C’est celui de Lille qui aboutit le premier, sous égide dominicaine de manière un peu fortuite. L’Œuvre des Écoles d’Orient dispose du feu vert de Pie XI en personne, des fonds et du local : l’ancien consulat de Serbie, 59, rue de la Barre. Aussi cherche-t-elle une congrégation capable d’endosser la responsabilité de cette fondation originale. Après le renoncement des spiritains, le chapitre de la province dominicaine de France relève le défi, plus par opportunisme politique que par conviction. L’unique lien entre la province et la Russie est alors le père Jean-Baptiste Amoudru, curé de Notre-Dame de France à Saint-Pétersbourg, depuis 1907. Le chapitre pense que son acceptation peut améliorer la position de la province, tant vis-à-vis de Rome que des autorités françaises. Le séminaire Saint-Basile ouvre ses portes à l’automne 1923, avec deux religieux et une poignée de postulants. D’emblée, les difficultés s’amoncellent. Quatre instances ecclésiales parrainent le nouveau-né : l’Œuvre des Écoles d’Orient assure une partie des ressources ; Rome complète et entend superviser la formation par le truchement de la Congrégation orientale, puis de la Commission « pro Russia » ; l’Ordre des frères prêcheurs s’est engagé à fournir le personnel d’encadrement ; et l’évêché de Lille doit faciliter le recrutement des postulants. Seul un miracle pourrait éviter chevauchements et rivalités.

Le séminaire Saint-Basile à Lille

Le séminaire Saint-Basile à Lille

Depuis 1923, la Province de France a la responsabilité du séminaire Saint-Basile à Lille destiné à former un clergé missionnaire pour la Russie. Paul Duchaussoy (premier père dominicain à gauche) est l’un des deux premiers supérieurs ; à ses côtés (de gauche à droite), Henri-Jean Omez, Réginald Omez et Christophe Dumont.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Les deux premiers supérieurs, François Foulon et Paul Duchaussoy, acceptent la tâche par pure obéissance. Dépourvus de compétence particulière, voire de sympathie pour les Russes et la Russie, ils appliquent les recettes en vigueur dans les séminaires occidentaux. Ainsi les pensionnaires doivent-ils perfectionner leur français, et apprendre le latin, avant de suivre le cursus des études cléricales aux Facultés catholiques de Lille. Quant à leur formation spirituelle, elle passe par la pratique de dévotions typiquement occidentales, comme le rosaire. Saint-Basile ressemble dès lors beaucoup à un séminaire ordinaire. Les réactions contre une telle entreprise de latinisation ne tardent pas. L’envoi par la Congrégation orientale, en 1924, d’un prêtre macédonien permet enfin la célébration d’offices en rite slave ; mais il ne s’agit que d’un palliatif diversement apprécié des élèves russes. Et les autorités romaines s’inquiètent de l’insuffisante orientalisation de la maison.

4Elles ne sont d’ailleurs pas les seules. Le père Henri-Jean Omez a été affecté à Saint-Basile en novembre 1923. Il a découvert le christianisme oriental par le truchement de soldats, prisonniers comme lui entre 1914 et 1918, auprès desquels il a appris des rudiments de langue et de culture russes. À la différence de ses confrères, il se lance avec enthousiasme dans la tâche qui lui est confiée : dès son arrivée à Saint-Basile, il se met sérieusement au russe et à la liturgie slave, qu’il obtient de célébrer en novembre 1925. En juillet 1926, il est rejoint par le père Christophe-Jean Dumont, de cinq ans son cadet, qui ne tarde pas à épouser ses idées. Il en va de même de plusieurs postulants : catholiques de fraîche date ou vocations tardives mal assurées, ils refusent le moule latin qu’on veut leur imposer, d’où des abandons contagieux. Au terme d’une série de frictions internes, les pères Foulon et Duchaussoy obtiennent d’être relevés de leurs fonctions. Le chapitre provincial de l’été 1927 confie Saint-Basile au père Omez.

Cérémonie au séminaire russe à Lille

Cérémonie au séminaire russe à Lille

Le séminaire Saint-Basile à l’occasion des visites de Mgr Quilliet, évêque de Lille, et de Raymond Louis, prieur de la Province de France (à la gauche de l’évêque). Les autres pères dominicains sont, de gauche à droite : Henri-Jean Omez, au dernier rang, barbu, Christophe Dumont, Mannès Voiment, Paul Duchaussoy et, derrière le poteau, Joseph-Thomas Delos.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5L’héritage n’a rien d’enviable. Écrasé de soucis matériels, le nouveau supérieur doit en effet rompre avec une politique suicidaire. Il doit aussi apaiser les préventions vaticanes, qui ne lui accordent qu’un intérim prolongé et négligent la rédaction d’un règlement spécifique. Un net virage oriental et une active campagne publicitaire parviennent cependant à redresser la barre. Ses prédécesseurs ignoraient l’évêché de Lille et le milieu local : le père Omez noue de bonnes relations avec le jeune Mgr Liénart, ouvre le séminaire pour les grandes cérémonies et sollicite les invitations à l’extérieur. Outre leur intérêt pédagogique, ces manifestations rehaussent le prestige de Saint-Basile et lui valent des appuis financiers dans la bourgeoisie catholique du Nord, à laquelle Omez et Dumont sont apparentés. Alors que vingt-six candidats au sacerdoce ont fréquenté la maison, cinq ordinations viennent récompenser les efforts de la nouvelle direction, rejointe en 1927 par le père Antoine-Léon Hubatzek.

Le père Antoine Hubatzek

Le père Antoine Hubatzek

Antoine Hubatzek en archimandrite

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

6La médiocre réputation du séminaire est néanmoins tenace et les ressources en hommes de l’émigration s’épuisent rapidement. Il faut alors organiser, sur les confins d’une Union soviétique inaccessible et plus solide que prévu, de véritables missions de prospection. Les rares vocations qu’elles éveillent n’ont plus de russe que le nom ; et elles ne persévèrent pas. Conscients de l’impasse, le père Omez et les siens préservent leurs arrières. En 1927 apparaît ainsi discrètement, dans l’ombre de Saint-Basile, un centre dominicain d’études russes dont le titre, Istina, c’est-à-dire la vérité religieuse, ne fait que traduire la devise de l’ordre : « Veritas ». Résolument dominicain, il entreprend d’accumuler de la documentation sur le riche passé chrétien de la Russie et sur son sort depuis la Révolution bolchevique. À terme, il prépare la reconversion de l’œuvre dans une optique intellectuelle et spirituelle, moins explicitement missionnaire que celle du séminaire.

La direction du séminaire Saint-Basile en 1929

La direction du séminaire Saint-Basile en 1929

De gauche à droite : Christophe Dumont, Antoine Hubatzek et Henri-Jean Omez, le 3 septembre 1929.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7Celui-ci demeure pourtant la raison d’être de l’équipe, malgré la concurrence redoutable du Collège russe de Rome, confié aux jésuites en 1929. La bénédiction de l’iconostase et la naissance d’une chorale achèvent l’équipement de la chapelle qui offre au public lillois son premier office solennel le 3 juillet 1928. Année après année, elle accueille ensuite des fastes liturgiques auxquels la clarté des traductions du père Antoine Hubatzek et la faveur de journaux locaux valent un certain succès. Le cadre exigu de la rue de la Barre ne suffit bientôt plus. Désormais rodée, l’équipe de Saint-Basile propose aux couvents, collèges, œuvres et paroisses de la région, puis de la moitié septentrionale de la France et de la Belgique, un programme de liturgies et de conférences avec projections qui suscitent un réel engouement. Le congrès eucharistique international du cinquantenaire, à Lille en 1929, fait figure d’apogée pour ce « cirque oriental » (selon l’expression du père Hubatzek dans un témoignage de novembre 1969) : office solennel de rite slave et conférence de synthèse du père Omez sur « Les Églises d’Orient et l’unité chrétienne ».

Messe au séminaire Saint-Basile

Messe au séminaire Saint-Basile

Christophe Dumont (de face) et Henri-Jean Omez (premier à droite) au moment de la consécration.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8Richesses mystiques de l’âme russe et horreur de la persécution antireligieuse : cette première initiation recherche, dans la tradition orientale comme dans l’actualité, une adhésion d’ordre émotionnel. La dévotion envers Notre-Dame de Kostroma, dont Saint-Basile s’honore de posséder une copie récente, fournit l’adjuvant de la piété mariale. Sans sortir de l’unionisme, qui espère de la valorisation du rite slave une conversion en bloc de la Russie, les dominicains du couvent Lille en proposent une variante douce, qui évite de heurter les milieux orthodoxes. La trilogie du père Omez, connaître/aimer/prier, implique en effet un triple examen de conscience : une meilleure connaissance de l’Orient chrétien doit éviter la réduction du catholicisme au latinisme ; l’amour des chrétiens séparés doit écarter tout dénigrement de leurs valeurs et coutumes religieuses ; une prière fervente doit transcender les intérêts confessionnels dans l’unique vérité. L’application de tels principes entraîne un jugement nuancé sur les communautés « dissidentes », dont les tares présentes ne sauraient effacer l’héritage spirituel. Apprécier la philosophie religieuse russe n’empêche pas d’en regretter l’« illuminisme », ni de louer « l’opportunité de l’encyclique Mortalium animos et la nécessité d’un magistère en matière de foi » (encyclique du 6 janvier 1928, qui condamne sévèrement le Mouvement œcuménique naissant). D’où l’urgence d’une « apologétique constructive » laquelle, loin de renvoyer les « dissidents » à leurs errements, les persuade de l’accomplissement de leur foi dans la bergerie de Pierre. Localement, les frictions dues à quelques conversions et aux mariages mixtes ne troublent pas les relations cordiales établies avec la paroisse orthodoxe. Un écart se creuse néanmoins entre la vocation conquérante de Saint-Basile et le discours que tiennent, à l’extérieur, ses responsables ; écart qui apporte de l’eau au moulin de leurs détracteurs, au premier rang desquels le jésuite lillois Michel Bourguignon d’Herbigny, alors tout puissant à Rome en matière d’unionisme, comme président de la Commission « pro Russia ».

9Un faux pas du père Omez précipite sa chute. Curieux d’observer personnellement ce qui advient alors en Union soviétique, il se glisse incognito dans un groupe qui y séjourne plusieurs semaines à l’automne 1931. De multiples témoignages prouvent qu’il est parti fort sceptique sur le « paradis socialiste ». Comme nombre de voyageurs à l’époque, il en revient, sinon conquis, du moins surpris par le dynamisme de la jeune génération avec laquelle sa connaissance du russe lui a permis des contacts. Les causeries privées qu’il prononce à son retour transmettent donc des impressions équilibrées, non exemptes parfois de sympathie, qui déconcertent les auditoires bourgeois du Nord, les autorités françaises et plus encore les autorités vaticanes qui, faute d’avoir été consultées sur l’opportunité du voyage, ont prescrit la discrétion à son endroit : Mgr Michel d’Herbigny et Pie XI lui-même lors de l’audience accordée à Omez en janvier 1932. Le 24 juin 1932, la curie généralice des frères prêcheurs demande au provincial de France d’éloigner le « coupable » de Lille. Après un court essai de résistance, car il lui a été interdit d’écrire sur son voyage, pas d’en parler, le père Omez s’exécute, laissant la gérance du séminaire moribond au père Dumont. Mgr Michel d’Herbigny a profité de l’incident pour se débarrasser d’un homme qui lui faisait de l’ombre depuis longtemps, et qui est sa dernière victime, puisque lui-même connaîtra une irréversible disgrâce un an plus tard. En pleine réaction romaine à la persécution stalinienne, une divergence d’appréciation sur les réalités soviétiques n’en a pas moins précipité le dénouement.

10Premier élément d’explication sur la minceur de l’historiographie concernant le centre Istina : il y a dans ses origines un traumatisme d’autant plus douloureux qu’il n’a pas été réparé. À la différence de dom Lambert Beauduin, brutalement écarté d’Amay à la même époque et dans des conditions voisines, le père Omez, est mort en 1968 sans jamais avoir recouvré le moindre apostolat en direction de la Russie. Une des clés du silence sur l’histoire d’Istina ne résiderait-elle pas dans l’impossibilité, pour les victimes de la purge de 1932, d’objectiver cette « faute originelle » ?

Russie et chrétienté (1932-1947)

11D’abord tenté de se retirer dans un couvent de la province de France pour y approfondir sa spécialisation orientale, le père Dumont doit apurer une situation embrouillée. Sa solidarité avec le père Omez ne résiste pas à la séparation : lorsqu’il découvre combien sont minces les chances de collaboration au sein d’une équipe dominicaine, le supérieur déchu, qui s’est fait envoyer livres et documentation, pousse son ami à abandonner Saint-Basile et n’admet pas ce qu’il prend pour une vaine obstination. En fait, la volonté romaine de conserver dans le Nord de la France un pôle d’accueil pour les Russes réduit singulièrement la marge de manœuvre de Dumont. Son contre-projet « sur la possibilité de continuer le travail du centre d’études Istina » hors de Lille ayant été repoussé, il est obligé d’accepter la solution prescrite par « Pro Russia » le 20 mars 1933 : fermeture du séminaire, certes, mais charge pastorale des émigrés sous la responsabilité du cardinal Liénart et travail intellectuel destiné à préparer l’envoi de frères prêcheurs en Russie quand cela sera possible. Une clause du contrat précipite la rupture Omez-Dumont : le Saint-Siège s’estime propriétaire du 59 de la rue de la Barre, mobilier usuel ou liturgique et bibliothèque compris. Après un baroud d’honneur, l’ordre obtient la distinction, sans effet rétroactif, entre les dons à Saint-Basile et les dons à la caisse dominicaine, qui devront être versés au couvent de Lille.

La chapelle russe de la rue de la Barre à Lille

La chapelle russe de la rue de la Barre à Lille

Fonds Istina/ Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

12Jusqu’en 1947, l’œuvre garde ce statut bâtard qui la maintient sous une triple tutelle. Celle de l’autorité suprême, rendue plus légère par la chute de Mgr d’Herbigny, se mue en franc soutien quand le père Dumont gagne la confiance du cardinal Tisserant, nommé secrétaire de la Congrégation orientale en 1936. Celle de l’ordinaire, auquel Rome délègue ses pouvoirs en matière d’apostolat russe, est peu encombrante : Liénart à Lille jusqu’en 1936, Chaptal puis Beaussart ensuite, évêques auxiliaires de Paris chargés des étrangers, ne marchandent pas leur appui à Istina. Celle de l’Ordre enfin, qui continue de pourvoir au renforcement de l’équipe avec une parcimonie non dépourvue de circonstances atténuantes : aucun des religieux qui lui sont affectés ne s’adapte aisément aux tâches spécifiques de la maison, à commencer par l’apprentissage du russe ; aucun, surtout, ne supporte longtemps la direction austère et secrète du père Dumont, auquel sa secrétaire Simone Dandois voue une fidélité sans faille.

13Deuxième élément d’explication sur les carences de l’historiographie d’Istina : le traumatisme de 1932 a marqué de façon indélébile un religieux dont il est venu renforcer le tempérament réservé. Il l’incitera à entourer son travail ultérieur d’une discrétion jalouse, pour mieux le protéger d’une publicité jugée nuisible. Or l’itinéraire d’Istina se confond ensuite, et pendant trente-cinq ans, avec la vie de ce religieux : le père Christophe Dumont…

14Ni l’exiguïté des effectifs, ni le casse-tête budgétaire – le limogeage du père Omez tarit certaines sources de financement privées – n’empêchent un spectaculaire redressement dès le printemps 1933. Après des mois d’incertitude, le « cirque oriental » reprend, sous la houlette du père Hubatzek, qui n’obtient cependant pas tout de suite de célébrer en rite slave, des tournées dont une gêne constante accroît la nécessité. Articles de présentation, nouvelles traductions liturgiques et comptes rendus fournis aux journaux perfectionnent un scénario déjà bien rodé. Les rapports confiants établis par Hubatzek avec les milieux artistiques de l’émigration en augmentent les variantes : ne se contentant plus d’accompagner les offices ni de pimenter certaines cérémonies nordistes, le dominicain et sa chorale inaugurent le 26 octobre 1934, pour le 70e anniversaire de Gretchaninoff, une série de concerts prisés des mélomanes et des stations de radio locales. Deux mois plus tard, Istina prête son concours à l’association « Ikona », dont l’exposition connaît un vif succès, tant à Paris qu’à Lille ou à Strasbourg ensuite. Après quoi l’installation à Paris pose quelques problèmes d’adaptation : le poids de la paroisse russe-catholique, la rigueur des temps, et une certaine saturation parfois, restreignent les effets d’une infatigable prospection. La formation orientale du cercle des proches passe par la fondation, en mai 1933, d’une Association de prières pour la Russie. Elle propose chaque mois à ses membres une intention développée dans une causerie et un feuillet imprimé ; si celui-ci connaît des éclipses, les conférences du père Hubatzek se poursuivent à Paris jusqu’au printemps 1939.

Pâques 1934

Pâques 1934

Fonds Istina/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

15Une collaboration inattendue permet au père Dumont de mener à bien l’ambitieux programme de diffusion ébauché sous le supériorat du père Omez : tout juste rescapée de huit ans d’internement dans les camps soviétiques, l’intellectuelle russe Julie Danzas, convertie au catholicisme de rite slave et tertiaire dominicaine, rejoint Istina à l’automne 1934. Sous son nom, sous ses initiales ou de manière anonyme, elle multiplie entre 1934 et 1939 les articles, les chroniques, les dossiers documentaires et les notes de lecture dans les publications d’Istina confiées aux Éditions dominicaines du Cerf : une page mensuelle sur l’URSS dans l’hebdomadaire Sept et les cahiers bimestriels « Russie et Chrétienté » paraissant simultanément dans la revue La Vie intellectuelle et sous forme autonome, bientôt complétés par une collection « Istina », à laquelle Julie Danzas fournit deux petits ouvrages marquants en 1935 : un synthétique Itinéraire religieux de la conscience russe et surtout Bagne rouge, sans signature, premier témoignage de femme sur le Goulag. Le centre Istina ne tarde pas à prendre lui-même en charge, non seulement la revue trimestrielle Russie et Chrétienté, désormais indépendante de La Vie Intellectuelle et tirée à plus d’un millier d’exemplaires, mais aussi le fonds d’ouvrages, qui s’enrichit de la grande thèse de Pierre Pascal sur le schisme des vieux croyants : Avvakum et les débuts du Raskol. La crise religieuse au XVIIe siècle en Russie (Paris, « Istina », 1938).

16Seul piétine, à Lille, l’apostolat auprès des émigrés. Rapport après rapport, le père Dumont souligne combien la faiblesse numérique de la population russe dans le nord de la France, et sa méfiance envers Saint-Basile, réduisent à peu de chose sa tâche pastorale : une quinzaine de personnes aux offices ordinaires, vu la rareté des conversions. Aussi l’idée ancienne du transfert dans la capitale finit-elle par s’imposer : la convention du 15 août 1936 entre l’archevêché de Paris et la Province dominicaine de France confie aux religieux la responsabilité de la Mission catholique russe de la rue François-Gérard, dans le XVIe arrondissement. La qualité des offices, de la prédication et de l’assistance spirituelle leur vaut un succès d’estime que prolonge, en janvier 1938, le bulletin mensuel Bessedy (Entretiens) et que couronnent peu après les manifestations mariales – exposition, triduum de prières et journées d’études – dont ils ont pris l’initiative. « Notre œuvre est en plein développement », confirme le père Dumont, promu archimandrite début juin 1938.

17Du point de vue doctrinal, nombre de traits dénotent, dans la production d’Istina, un unionisme des plus classiques. Le centre s’intéresse exclusivement à l’Orient chrétien qui, pour le père Dumont, se trouve vis-à-vis du catholicisme dans une situation « totalement différente des confessions issues de la Réforme ». Ainsi le protestantisme est-il éliminé de l’épure, tout comme son prolongement le Mouvement œcuménique naissant. Par vocation, Istina se consacre principalement à la Russie, sans toutefois la détacher de son environnement religieux : le père Dumont honore l’invitation des organisateurs du premier congrès international de théologie orthodoxe, réuni à Athènes en 1936. Cet unionisme, qui subordonne nettement la concorde spirituelle à la défense religieuse, est sensiblement plus rigide que celui du père Omez. Très éprouvé par la crise ayant entraîné le départ de celui-ci, Dumont juge nécessaire de forcer la dose d’anticommunisme pour dédouaner Istina à Rome. Il est d’ailleurs poussé dans ce sens par Julie Danzas, très marquée par son expérience concentrationnaire. Pendant près de deux ans, la quasi-totalité des feuillets de l’Association et une part appréciable des livraisons de la revue décrivent les malheurs du peuple russe ou dénoncent l’irréligion d’État en URSS. Peu à peu pourtant, le sérieux d’une documentation de première main tranchant sur les polémiques de bas étage, introduit les nuances indispensables et conduit à l’adoption du regard froid qui a frappé l’historienne Aline Coutrot dans Sept. La Sainte Russie et ses vicissitudes sous l’étoile rouge pâtissent d’une telle priorité soviétique : Russie et Chrétienté attend 1937 pour ouvrir, grâce à Julie Danzas, deux chroniques sur la vie des communautés orthodoxes, en URSS et au dehors.

Partisans de l’œcuménisme

Partisans de l’œcuménisme

Yves Congar, Henri-Jean Omez, Ambroise-Marie Carré et Antoine Hubatzek.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

18Rares sont les textes qui abordent de front la question de la division des chrétiens. Leur optique demeure celle du retour à Rome, individuel ou collectif, présenté comme la conséquence logique des événements depuis 1917. Convertisseurs de Russes à l’occasion, les dominicains d’Istina font de la pénétration dans l’émigration, à défaut de pénétration en Russie, l’un des principaux objectifs de leur travail : le tirage de Bessedy excède largement l’audience régulière de la chapelle de la rue François-Gérard. Mais comment expliquer son succès sans préciser qu’il est rédigé sur un ton et dans un esprit iréniques ? L’installation à Paris est en effet, pour Istina, l’occasion d’un retour à la doctrine Omez, amorcé dès la fin de la période lilloise. L’insuffisance du front anticommuniste et l’évanouissement du « mirage russe » incitent le centre à se défier de toute contamination politique. Les réactions de l’intelligentsia émigrée le convainquent, en outre, des inconvénients d’une apologétique agressive. Aussi Dumont et Hubatzek entreprennent-ils une revalorisation des dissidences gréco-slaves. Sans briser l’unité romaine, elles en ont sérieusement écorné la catholicité ; ce qui ne les empêche pas de partager avec l’Église-mère un trésor dogmatique et liturgique face auquel des divergences jugées mineures, simples malentendus parfois, font pâle figure ; seule une incompatibilité de tempéraments religieux, exacerbée par l’histoire, sépare vraiment Orient et Occident chrétiens. Toutes thèses chères à l’œcuménisme catholique naissant, et notamment au père Yves Congar, qui se félicite d’une évolution dont son maître livre Chrétiens désunis, paru en 1937, est pour une bonne part responsable.

19La méthode mise en œuvre accuse néanmoins un certain retard sur ces avancées théologiques. Un désir de loyauté implique, certes, la révision d’une approche de l’orthodoxie trop souvent noircie pour les besoins de la cause unioniste ; il entraîne un combat symétrique contre les caricatures du catholicisme répandues dans l’émigration, notamment sa fâcheuse assimilation au latinisme : seule la ruine des préjugés mutuels pourra créer un climat favorable au rapprochement avec la diaspora russe. Mais le souci de sécurité doctrinale et les consignes vaticanes empêchent la naissance de relations interconfessionnelles : par prudence, le père Dumont se satisfait de contacts épisodiques ou discrets, tant avec la jeunesse qu’avec les milieux artistiques de l’émigration. « Irénique sans tomber dans l’irénisme », cette prudence s’inquiète des audaces du prêtre lyonnais Paul Couturier ou du moine d’Amay dom Clément Lialine. Tout en répudiant le prosélytisme, on ne dédaigne pas les transfuges et on se cramponne à l’espoir de renforcer la catholicité de rite oriental. Au moment où éclate la guerre, le centre Istina balance entre sa matrice unioniste, dont il a dépouillé l’autosatisfaction conquérante, et un œcuménisme balbutiant dont il se défie.

20Si Dumont échappe à la mobilisation, il n’en va pas de même pour Hubatzek, qui ne rejoint pas Istina à son retour de captivité. Et Julie Danzas, privée de ressources par la disparitions des publications d’Istina du fait de la guerre, quitte Paris pour Rome où elle meurt en 1942. Le cardinal Tisserant, qui lui a permis de subsister, affecte alors à Paris le prêtre russe Alexandre Koulik ; et les jésuites de l’internat Saint-Georges, réfugiés à Paris près de la rue François-Gérard, aident le père Dumont dans ses tâches paroissiales. Jusqu’à la fin de la guerre néanmoins, l’œuvre repose pour l’essentiel sur ses épaules. Dans la discrétion et la pénurie, il continue son patient travail de sensibilisation des fidèles parisiens au christianisme oriental. Au moment où l’URSS, par sa victoire, rentre en force dans le champ de la conscience occidentale, l’effort parallèle d’information sur la situation religieuse en son sein porte ses fruits : la fréquentation assidue des sources disponibles a permis d’accumuler de précieux renseignements que complètent des contacts officieux avec les milieux de l’émigration et avec les hiérarques russes de passage à Paris : tout ce matériel est ponctuellement transmis à la Congrégation orientale, dont Istina devient l’une des sources de renseignement les plus fiables. Elle permet aussi de tordre le coup aux idées fausses ou approximatives qui circulent dans l’opinion catholique française.

Villa du boulevard d’Auteuil à Boulogne-sur-Seine (Auteuil est un quartier de Paris)

Villa du boulevard d’Auteuil à Boulogne-sur-Seine (Auteuil est un quartier de Paris)

Fonds Istina/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

21Tel est précisément le but assigné à Russie et Chrétienté, qui reparaît en 1946. Chacune de ses livraisons fournit une abondante moisson de documents originaux traduits ainsi que des chroniques sur l’évolution religieuse en Russie et dans l’émigration qui font autorité. Prise en charge par les Éditions du Cerf, la revue ne retrouve cependant pas sa périodicité trimestrielle d’avant 1939 et ne tarde pas à subir les effets négatifs de la « guerre froide » : structurellement déficitaire, elle est congédiée par Les Éditions du Cerf en 1947 et finit par disparaître trois ans plus tard. Quant à la collection « Russie et chrétienté », elle connaît, chez le même éditeur, un sort comparable, malgré une brève période de prospérité illustrée par quatre ouvrages orthodoxes inédits : Michel de Taube, Rome et la Russie avant l’invasion des Tatars (IXe-XIIIsiècles) en 1947 ; Nicolas Arséniev, La sainte Moscou en 1948 ; Archimandrite Spiridon, Mes missions en Sibérie. Souvenirs d’un moine orthodoxe russe en 1950 ; Élisabeth Behr-Siegel, Prière et sainteté dans l’Église russe en 1950. Après la disparition de ces moyens d’expression, le père Dumont ne dispose plus, pour se faire entendre, que des conférences et articles qui lui sont demandés : l’information demeure de première qualité, mais elle est moins abondante et plus dispersée. Aux difficultés propres à Istina s’ajoute celle de son couplage avec la paroisse russe-catholique de Paris : celle-ci mobilise trop de forces pour un maigre résultat et rend difficile tout essai de rapprochement avec d’éventuels interlocuteurs orthodoxes. Aussi le père Dumont se décide-t-il à solliciter de la Congrégation orientale le divorce des deux activités. Non seulement le cardinal Tisserant accepte le projet, mais il le soutient : c’est la Congrégation qui se rend acquéreur de la grande maison de Boulogne-sur-Seine choisie par le père Dumont. Le déménagement est achevé le 16 mai 1947, et la paroisse de la rue François-Gérard remise au successeur désigné par Rome, le père Paul Gretchichkine. En février 1948, le cardinal-archevêque de Paris Emmanuel Suhard inaugure la chapelle orientale du 11, boulevard d’Auteuil. Le père Dumont insiste alors beaucoup, auprès de ses interlocuteurs romains, sur le maintien du caractère russe de l’œuvre. Il n’empêche : la dissociation du centre Istina d’avec l’apostolat auprès de l’émigration russe marque une seconde étape, décisive celle-là, dans sa lente migration de la mission vers l’œcuménisme.

Le relais œcuménique (1947-1959)

22Ce nouveau changement de cap s’effectue au milieu de difficultés considérables. Difficultés financières en premier lieu : le fonctionnement du centre Istina connaît un déficit chronique et ne survit que grâce aux subsides, ordinaires et extraordinaires, de la Congrégation orientale. Difficultés de personnel surtout : le ballet des affectations éphémères se poursuit autour du père Dumont et de Simone Dandois, sa secrétaire. Les deux échecs les plus cuisants concernent le dominicain Irénée-Henri Dalmais (1946-1948) et le mariste Maurice Villain, incapable de passer de la mouvance spirituelle de l’abbé Couturier à la houlette du père Dumont (1948-1949). Celui-ci doit attendre l’arrivée du père Marie-Joseph Le Guillou en 1952, puis du père Jean Goia en 1954, pour pouvoir s’appuyer enfin sur des collaborateurs dominicains stables.

23Le rayonnement que confère à Istina sa conversion à l’œcuménisme n’en est que plus remarquable. Le passage de la quasi-totalité de l’orthodoxie slave sous la coupe de Moscou, conséquence religieuse de la Deuxième Guerre mondiale, et son implication consécutive dans la « guerre froide », sonne le glas des espoirs de rapprochement nourris depuis la Libération. Alors peut apparaître en pleine lumière l’idée préexistante, mais occultée jusque-là par la priorité orientale, de la filiation entre la déchirure du XVIe siècle et celle du XIe. La Réforme n’a pu se produire au sein de la chrétienté occidentale que parce que celle-ci se trouvait amputée depuis près de cinq cents ans de la part de l’héritage originel conservé en Orient. Dans ces conditions, la polarisation sur l’une ou l’autre des séparations n’a guère de sens : question globale, l’unité des chrétiens séparés doit être traitée globalement. Telle est la trame de l’argumentation maintes fois reprise par le père Dumont qui justifie l’entrée d’Istina en œcuménisme, nette à partir de 1948 bien qu’amorcée auparavant. Depuis les années de guerre en effet, l’intérêt du centre à l’égard de la semaine de prière pour l’unité du mois de janvier s’est éveillé dans une optique assez différente de celle de l’abbé Couturier. Le père Dumont est l’une des chevilles ouvrières des célébrations parisiennes de 1942 à 1948, date à laquelle il en laisse la charge au service diocésain des étrangers. Il est également sollicité comme conférencier pour des interventions en France et à l’étranger, bien qu’il ne soit pas un grand orateur.

24En mars 1948 commencent à Boulogne les « premiers dimanches » d’Istina : après la liturgie et l’homélie du père Dumont, des exposés confiés aux meilleurs spécialistes évoquent les points saillants de l’actualité œcuménique. Outre Dumont, on y entend Bouyer, Congar, Lialine, Rouquette, Villain… Dès la fin de l’année 1948, le bulletin ronéotypé Vers l’unité chrétienne en reprend la substance. Principal instrument de l’ouverture œcuménique du centre, il procure une information de qualité sur l’évolution du Mouvement œcuménique et celle des confessions issues de la Réforme qui ne saurait prendre place dans Russie et Chrétienté. La comparaison entre la prospérité du bulletin et le déficit chronique de la revue prouve au père Dumont qu’il existe peut-être un public pour l’œcuménisme, s’il n’y en a plus guère pour les questions russes et orientales. Au point d’intersection de cette constatation et de la conviction, désormais bien ancrée, de l’indivisibilité du problème de l’unité, la revue trimestrielle Istina, lancée en 1954, marque le terme de la longue marche qui a conduit le centre et son directeur du « mirage russe » à la réunification de la chrétienté envisagée comme un tout. « Russie et chrétienté », « Chrétientés orientales », « Orient et Occident », « Problèmes de l’œcuménisme » : les quatre sections qui se partagent le nouveau périodique illustrent les phases successives de cette évolution.

25Elle explique l’ouverture discrète, pour la première fois, d’entretiens réguliers avec les représentants parisiens des communautés séparées : cercle de nature plutôt pastorale dans le cas des émigrés qui sont restés fidèles au patriarcat de Moscou ; cercle de nature doctrinale dans le cas des professeurs de l’Institut Saint-Serge, fleuron de l’exarchat du patriarcat œcuménique, avec comme point d’orgue deux colloques, au couvent du Saulchoir d’Étiolles, sur le filioque en 1950, et sur la primauté de Pierre en 1953 ; cercle avec des pasteurs luthériens de la capitale, enfin. La collaboration étroite du père Congar et du père Dumont étend rapidement l’influence d’Istina bien au-delà de ce cadre local. Inquiet des rumeurs de condamnation de l’œcuménisme catholique recueillies lors d’un séjour à Rome, le théologien convainc Dumont d’adresser au plus attentif de ses interlocuteurs, Mgr Montini, substitut de la Secrétairerie d’État, une « Note sur le Mouvement catholique en faveur de l’unité chrétienne ». Rédigée en commun par les deux dominicains, mais signée par le seul Dumont et datée du 15 décembre 1946, elle plaide pour une reconnaissance de ce mouvement en haut lieu. Les deux amis essuient ensuite un double échec : la réunion des catholiques engagés dans le travail pour l’unité qui devait se tenir à leur invitation en avril 1947, au convict de « L’Eau vive » proche du Saulchoir, est décommandée in extremis à la suite d’une indiscrétion ; aucun des membres de leur liste d’observateurs pour l’assemblée constitutive du Conseil œcuménique des Églises, à Amsterdam dans l’été 1948, n’obtient le feu vert de Rome.

26Pas d’obstacle, en revanche, pour la première rencontre officieuse entre le staff du Conseil genevois et un groupe des théologiens catholiques familiers d’Istina, à Boulogne en septembre 1949 ; rencontre dont le témoignage du pasteur Visser’t Hooft, secrétaire général du Conseil, précise qu’elle n’a pas été sans effet sur la définition de celui-ci, adoptée au Comité central de Toronto l’année suivante. C’est encore Istina que choisit le Conseil des relations extérieures de l’Église d’Angleterre pour une rencontre entre ces mêmes théologiens et quelques-uns des scholars anglicans les plus titrés, les 14 et 15 avril 1950. La prudence du père Dumont sur le fond et sa discrétion dans la forme confèrent alors à Istina un rôle précieux de passerelle pour le dégel œcuménique du début des années 1950. L’équilibre de la démarche du religieux dominicain le rend indispensable dans nombre de situations délicates : rédaction des conclusions de la rencontre d’unionistes et oecuménistes catholiques à l’abbaye de Grottaferrata, sous égide romaine et dans une atmosphère passablement tendue (19-22 septembre 1950) ; participation privée à la croisière orthodoxe pour le 19e centenaire de la prédication de saint Paul en Grèce, qui lui permet d’y nouer des relations d’avenir (15-29 juin 1951) ; organisation d’une nouvelle rencontre avec les dirigeants du Conseil œcuménique, à Presinge en Suisse, sur le thème des vestigia Ecclesiae (14-16 novembre 1951) ; rédaction des conclusions de la première rencontre de la Conférence catholique pour les questions œcuméniques, dont Dumont est, aux côtés du Hollandais Jan Willebrands, l’une des chevilles ouvrières (Fribourg de Suisse, 11-13 août 1952) ; assistance comme journaliste, à la troisième conférence mondiale du mouvement Foi et Constitution, branche doctrinale du Conseil œcuménique (Lund, 15-28 août 1952). Jamais sans doute le poids œcuménique du directeur d’Istina n’a été plus important que lors de ces premiers contacts balbutiants et dépourvus de toute publicité, entre 1949 et 1952.

27À partir de 1952 et jusqu’à la création du Secrétariat romain pour l’unité des chrétiens, en juin 1960, la Conférence catholique pour les questions œcuméniques se substitue à Istina dans le rôle de plaque tournante des rapports officieux tant avec le Conseil genevois qu’avec les Églises et communautés qui en sont membres. Le père Dumont suit attentivement ses travaux, auxquels fait écho Istina, surtout quand ils concernent les thèmes des conférences et assemblées du Mouvement œcuménique en préparation ; mais il n’est plus le maillon clé d’échanges interconfessionnels qui se multiplient en se diversifiant. Cela ne l’empêche pas de continue à jouer sa partie propre, du côté de l’Orient grec notamment, puisque la situation reste bloquée du côté de l’Orient slave. Invité en janvier 1953 à prêcher la semaine de l’unité à Istanbul, il en profite pour rencontrer le patriarche Athénagoras et entamer ainsi un dialogue prometteur. En 1954, sur les instances du père Congar, Dumont réunit pour la collection « Unam Sanctam », sous le titre Les voies de l’unité chrétienne, des textes épars qui mettent en évidence la cohérence d’une pensée tout à la fois ouverte et ferme, bien qu’elle ne soit pas celle d’un théologien de métier. Et il assiste à la seconde assemblée plénière du Conseil œcuménique, réunie à Evanston, près de Chicago, durant l’été ; mais comme journaliste et non comme observateur, puisque l’autorité ecclésiastique locale n’en a accepté aucun. En mai-juin 1956, il effectue un périple qui le conduit successivement à Athènes, où le père Le Guillou passera l’année universitaire 1956-1957, à Istanbul où il resserre ses liens avec le patriarche Athénagoras et à Genève, siège du Conseil œcuménique des Églises.

Vers l’unité chrétienne

Vers l’unité chrétienne

Fonds Istina/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

28Istina et son directeur ne peuvent donc que se réjouir de l’annonce par Jean XXIII, en janvier 1959, de la convocation du 21e concile général de l’Église catholique, dont l’un des objectifs n’est autre que le rapprochement des chrétiens séparés. Les années 1959-1960 sont d’ailleurs des années fastes pour le centre : si la revue éponyme demeure déficitaire autour de 400 abonnés, le succès de Vers l’unité chrétienne ne se dément pas et justifie son passage à l’imprimé au début de l’année 1959, avec un tirage de 1 500 exemplaires. En 1960, le père Le Guillou publie dans la collection « Unam Sanctam » son grand livre Mission et unité. Les exigences de la communion, (Paris, Les Éditions du Cerf, 1960) : le responsable d’Istina dispose désormais, pour l’épauler, d’un théologien de stature internationale. C’est d’ailleurs à Istina et sous la plume du père Dumont qu’est rédigée pour l’essentiel la « Note » de la Conférence catholique pour les questions œcuméniques « sur l’aménagement des relations entre l’Église catholique et les Églises séparées en vue de la restauration de l’unité », en lien toutefois avec l’homme de confiance romain en matière d’œcuménisme, le jésuite de la Grégorienne Charles Boyer. Datée de juin 1959 et encouragée par l’initiative pontificale, elle développe en vue du futur concile des arguments en faveur de l’entrée du catholicisme dans le concert œcuménique, mûris depuis des années. Sa diffusion limitée mais ciblée, tant à Rome que parmi les évêques, lui vaut une réelle audience.

Remous conciliaires (1959-1967)

29Le père Dumont et son centre semblent donc appeler à jouer un rôle important dans la préparation du concile. C’est alors que survient ce qui est resté dans la chronique comme « l’incident de Rhodes ». Pour la première fois de sa brève existence, le Conseil œcuménique réunit son Comité central en terre orthodoxe, du 19 au 28 août. Le père Dumont y est invité comme observateur, avec Jan Willebrands et d’autres spécialistes catholiques. Depuis quelque temps, le religieux dominicain et des théologiens universitaires grecs projettent une rencontre bilatérale. Comme elle n’a pu se tenir à Athènes avant la session de Rhodes, elle y est reportée le 21 août. Son organisateur grec, le professeur Joannidis, non seulement n’en a pas informé Genève, mais y a invité presque tous les membres de la délégation orthodoxe à la session du Comité central : une cinquantaine de personnalités en tout. Aussi une partie de la presse lui fait-elle écho en termes d’ouverture de pourparlers entre l’Église catholique et les Églises d’Orient ; une rencontre officielle est même annoncée pour l’année suivante à Venise. Les responsables du Conseil œcuménique, à commencer par son secrétaire général Visser’t Hooft, sont furieux. Ils accusent les invités catholiques en général, et le père Dumont en particulier, d’avoir utilisé la réunion de Rhodes pour se livrer à une activité fractionnelle ramenant au temps de l’unionisme : établissement de liens privilégiés avec l’Orient au détriment du Mouvement œcuménique à dominante anglo-protestante. Et ceci dans la conjoncture précise des premiers contacts en vue de l’adhésion au Conseil genevois des Églises slaves sous tutelle soviétique, adhésion qui interviendra lors de sa troisième assemblée, à New Delhi en 1961. De là à accuser le père Dumont et ses interlocuteurs grecs de vouloir faire capoter cette ébauche de négociation, pourtant restée discrète, il n’y a qu’un pas. Telle n’était bien sûr pas l’intention du directeur d’Istina. Et des explications iréniques feront assez rapidement retomber la tension. L’incident a néanmoins pointé du doigt un vrai problème. D’une part, les Églises orientales se sentent noyées au sein du Conseil œcuménique, avant New Delhi, dans une atmosphère religieuse d’inspiration protestante ; et certains de leurs représentants peuvent être tentés de ne pas mettre tous leurs œufs dans le même panier. D’autre part, le père Dumont, dont l’engagement œcuménique n’est pas contestable, demeure marqué par une longue histoire unioniste qu’il ne renie pas. Il n’a jamais caché que, selon lui, les Églises orthodoxes sont, vis-à-vis de l’unité souhaitée, dans une position toute différente de celles des Églises issues de la Réforme et qu’elles méritent en conséquence un traitement spécifique.

30Troisième élément d’explication sur l’indigence historiographique concernant Istina : cette péripétie, dont le religieux dominicain n’était pas l’unique acteur, mais à laquelle il a été mêlé de près, nuit à sa réputation en faisant brièvement douter de sa loyauté. Alors que la convocation du concile semble propice à un retour sur le passé pionnier du centre en matière œcuménique, l’incident de Rhodes, qui projette une ombre sur la position de son directeur, coupe court à toute tentative d’anamnèse. Yves Congar l’appelle vainement de ses vœux, en 1964, dans son autobiographie œcuménique : « Sans chercher la notoriété du grand public, le père Dumont a eu la confiance de tous les milieux avec lesquels il était appelé à travailler. […] Il a travaillé au centre de l’écheveau de relations dont s’est tissé, jour après jour, par les mauvaises et les bonnes saisons, la toile de l’œcuménisme catholique. Quand on écrira l’histoire, il faudra chercher de son côté, et je ne doute pas que les dossiers d’Istina […] ne livrent alors une documentation exceptionnellement riche. » Jamais le père Dumont n’a d’ailleurs retrouvé la pleine confiance de Genève, dont les relations croissantes avec Rome passent désormais en priorité par le tandem Bea/Willebrands, du Secrétariat pour l’unité des chrétiens. Dumont en devient bien sûr un membre influent, et Istina joue un rôle actif aux origines de son homologue français, mais l’affaire renforce le dominicain dans son souci d’y faire valoir les droits éminents du christianisme oriental.

31Au mois de juillet 1960, alors que les structures du Secrétariat sont encore floues, il plaide sans succès auprès du cardinal Bea (note du 8 juillet 1960) pour la création de « deux organismes distincts », l’un pour l’Occident, l’autre pour l’Orient, qui « manifesteront plus clairement aux orthodoxes que l’Église catholique distingue très nettement la nature de leur séparation de celle des protestants : communauté presque totale de foi et identité de structures hiérarchique sacramentelle (validité du sacerdoce, de l’épiscopat et de l’eucharistie) », avant de se rallier à la formule des deux sections au sein d’un unique Secrétariat. Il s’inquiète ensuite « de l’orientation trop exclusive de la préparation du concile vers un œcuménisme polarisé par la seule considération des Églises issues de la Réforme protestante » et s’efforce de faire vivre un groupe de travail mixte entre la Commission orientale, clone de la Congrégation du même nom, et le Secrétariat pour l’unité ; en vain, car la première ne veut pas en entendre parler. Elle rédige son propre décret selon des dispositions et dans des termes dont Dumont regrette publiquement l’insuffisante ouverture œcuménique.

32L’évolution du concile n’est pas non plus sans le préoccuper. Certes, il se félicite de l’entrée officielle en œcuménisme de son Église et des gestes, décisifs à ses yeux, que sont le baiser de paix entre Paul VI et Athénagoras, à Jérusalem en janvier 1964, et plus encore la levée des excommunications entre Rome et Constantinople du 7 décembre 1965 ; gestes auxquels ses contacts du début des années 1950 avec le patriarche œcuménique ne sont pas étrangers. Sa prudence légendaire s’offusque néanmoins des audaces libérées par le concile, qui lui semblent plus nuisibles qu’utiles à la cause de l’unité. Depuis la réunion à haut risque de Grottaferrata en 1950, les autorités vaticanes ont pu apprécier la circonspection de son jugement et la sûreté de sa doctrine. Aussi n’est-il pas étonnant qu’on lui demande, en 1967, de venir à Rome pour conseiller la Secrétairerie d’État en matière de rapprochement avec les chrétiens séparés. Sa situation œcuménique change alors du tout au tout : longtemps en position d’initiative, il passe en position de supervision, comme le prouve, à la fin de 1970, sa note critique sur le projet d’adhésion de l’Église catholique au Conseil œcuménique. Un tel changement de statut n’est pas sans poser problème à certains de ses anciens collaborateurs ou compagnons de route. Une ultime étape de la carrière du dominicain commence alors, qui n’a plus rien de commun avec le centre Istina, aux destinées duquel il a présidé durant trente-cinq ans. Et sa nouvelle fonction implique un devoir de réserve qui ne se prête guère au travail de mémoire. C’est seulement après son retrait des affaires, en 1979, qu’il se risque à rédiger des « mémoires »… qui n’en sont pas vraiment.

Le père Christophe Dumont

Le père Christophe Dumont

Christophe Dumont en novembre 1973 au Secrétariat pour la promotion de l’unité des chrétiens.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

33La même année 1967, le père Le Guillou fonde, à l’Institut catholique de Paris, l’Institut supérieur d’études œcuméniques, reprise dans une conjoncture bien plus favorable d’un projet mort-né en 1950. Et une nouvelle équipe, dirigée par le père Bernard Dupuy, assure le retour d’Istina au bercail dominicain, dans le complexe de la rue de la Glacière, en 1967-1968. C’est elle qui va devoir chevaucher, non sans frictions internes, dont Jean-Miguel Garrigues a donné récemment une vision engagée, la « crise catholique » et œcuménique des années 1970. Même arrêtée à ce moment critique, l’histoire du centre demeure exemplaire du parcours accidenté qui a conduit en moins d’un demi-siècle l’Église catholique de la mission à l’œcuménisme via l’unionisme. Missionnaire, le séminaire Saint-Basile, fruit du « mirage russe » des années 1920, dans son désir de former, selon la doctrine alors dominante de l’apostolat du semblable par le semblable, des prêtres russes de rite slave pour convertir la Russie. Unioniste, le centre Istina première manière, jusqu’à sa dissociation d’avec la paroisse russe-catholique de Paris en 1947 : tout à la fois gestionnaire, non sans ambiguïté, de petites communautés uniates, à Lille puis à Paris, et principal foyer français d’information sur la situation religieuse en Russie soviétique. Œcuménique, le centre Istina seconde manière, et même décisif au tournant des années 1950, tant pour le tissage de liens avec le Conseil genevois que pour la délicate reconnaissance par Rome des aspirations unitaires au sein du catholicisme. Cette histoire complexe, délibérément laissée dans l’ombre, n’en pèse pas moins sur ses choix jusqu’au lendemain du concile Vatican II : l’Orient chrétien continue d’y occuper une place privilégiée dans le nouveau contexte œcuménique.

34Archives dominicaines de la Province de France. — Christophe Dumont, « Relation d’un voyage accompli par le P. Dumont, OP, directeur du Centre d’études « Istina » à Athènes, Istanbul et Genève (mai-juin 1956) », 29 juin 1956, 24 pages dactylographiées (« confidentiel », à la main). — J.G.M. Willebrands, « La rencontre de Rhodes », Vers l’unité chrétienne, janvier-février 1960, p. 1-4. — Aline Coutrot, Un courant de pensée catholique, l’hebdomadaire « Sept » (mars 1934-août 1937), Paris, Les Éditions du Cerf, 1961, p. 181-185. — Yves Congar, « Appels et cheminements. 1929-1963 », Chrétiens en dialogue. Contributions œcuméniques, Paris, Les Éditions du Cerf, 1964, p. XLIV-XLV. — Christophe-Jean Dumont, « Istina (centre d’études) » et « Istina (revue) », Catholicisme, Paris, Letouzey et Ané, tome VI, 1967, colonnes 220-221. — Willem-A. Visser’t Hooft, Le temps du rassemblement, Paris, Seuil, 1975, p. 398. — Antoine Wenger, Rome et Moscou, 1900-1950, Paris, Desclée de Brouwer, 1980, p. 358-359. — Christophe Dumont, « L’Église romaine et le Mouvement œcuménique. Souvenirs d’un pionnier, 1926-1967 », manuscrit inédit, 317 pages (fin de rédaction datée du 11 octobre 1981). — Étienne Fouilloux, Les catholiques et l’unité chrétienne du XIXe au XXe siècle. Itinéraires européens d’expression française, Paris, Le Centurion, 1982. — Léon Tretjakewisch, Bishop Michel d’Herbigny SJ and Russia. A Pre-Ecumenical Approach to Christian Unity, Würzburg, Augustinus-Verlag, 1990, p. 222-228. — Giuseppe Alberigo, « À l’aube de l’œcuménisme catholique », Homo religiosus. Autour de Jean Delumeau, Paris, Fayard, 1997. — Ciro Bova, Christophe-Jean Dumont : una vita per l’ecumenismo, Bari, Ecumenica editrice, 1998. — Denis Pelletier, La crise catholique, Paris, Payot, 2002. — Jan Grootaers, Rome et Genève à la croisée des chemins (1968-1972). Un ordre du jour inachevé, Paris-Genève, co-édition Les Éditions du Cerf, 2005, p. 49-51.Jean-Miguel Garrigues, Par des sentiers resserrés. Itinéraire d’un religieux en des temps incertains, Paris, Presses de la Renaissance, 2007, p. 177-202. — Laura Pettinaroli, La politique russe du Saint-Siège (1905-1939), thèse inédite, Université Lumière-Lyon 2, 2008, p. 976-977. — Hyacinthe Destivelle, « Souvenirs d’un pionnier. Les Mémoires inédits du père Christophe-Jean Dumont », Istina, 54/3, juillet-septembre 2009, p. 279-297. — Constantin Simon, Pro Russia. The Russicum and Catholic Work for Russia, Rome, Pontificio Instituto Orientale, 2009, p. 251-267. — Karim Schelkens, « L’« affaire de Rhodes » au jour le jour. La correspondance inédite entre J.G.M. Willebrands et C.-J. Dumont », Istina, 54/3, juillet-septembre 2009, p. 253-277. — Étienne Fouilloux, « Une longue marche vers l’œcuménisme : Istina (1923-1967) », Istina, 3, 2010, p. 271-287. — « Hommage au père Bernard Dupuy pour ses 85 ans », Istina, 3, 2010. — Christian Sorrel, « Les congrégations religieuses masculines françaises en Orient (milieu XIXe-milieu XXe siècle) », dans Hervé Legrand et de Giuseppe Maria Croce (dir.), Œuvre d’Orient. Solidarités anciennes et nouveaux défis, Paris, Les Éditions du Cerf, 2010, p. 244. — Étienne Fouilloux, Eugène cardinal Tisserant 1884-1972, Paris, Desclée de Brouwer, 2011. — Michel Niqueux, Julia Danzas. De la cour impériale au bagne rouge, Paris, Éditions des Syrtes, 2020 (avec une préface d’Étienne Fouilloux).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le séminaire Saint-Basile à Lille
Légende Depuis 1923, la Province de France a la responsabilité du séminaire Saint-Basile à Lille destiné à former un clergé missionnaire pour la Russie. Paul Duchaussoy (premier père dominicain à gauche) est l’un des deux premiers supérieurs ; à ses côtés (de gauche à droite), Henri-Jean Omez, Réginald Omez et Christophe Dumont.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1432/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Cérémonie au séminaire russe à Lille
Légende Le séminaire Saint-Basile à l’occasion des visites de Mgr Quilliet, évêque de Lille, et de Raymond Louis, prieur de la Province de France (à la gauche de l’évêque). Les autres pères dominicains sont, de gauche à droite : Henri-Jean Omez, au dernier rang, barbu, Christophe Dumont, Mannès Voiment, Paul Duchaussoy et, derrière le poteau, Joseph-Thomas Delos.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1432/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Le père Antoine Hubatzek
Légende Antoine Hubatzek en archimandrite
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1432/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre La direction du séminaire Saint-Basile en 1929
Légende De gauche à droite : Christophe Dumont, Antoine Hubatzek et Henri-Jean Omez, le 3 septembre 1929.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1432/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Messe au séminaire Saint-Basile
Légende Christophe Dumont (de face) et Henri-Jean Omez (premier à droite) au moment de la consécration.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1432/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre La chapelle russe de la rue de la Barre à Lille
Crédits Fonds Istina/ Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1432/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Pâques 1934
Crédits Fonds Istina/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1432/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Partisans de l’œcuménisme
Légende Yves Congar, Henri-Jean Omez, Ambroise-Marie Carré et Antoine Hubatzek.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1432/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Villa du boulevard d’Auteuil à Boulogne-sur-Seine (Auteuil est un quartier de Paris)
Crédits Fonds Istina/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1432/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Vers l’unité chrétienne
Crédits Fonds Istina/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1432/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Le père Christophe Dumont
Légende Christophe Dumont en novembre 1973 au Secrétariat pour la promotion de l’unité des chrétiens.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1432/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « Istina (1923-1967) », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices thématiques, Organismes dominicains, mis en ligne le 15 mars 2016, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1432

Haut de page

Auteur

Étienne Fouilloux

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search