Navigation – Plan du site

PHILIPPE Thomas

PHILIPPE Jean Marie Joseph à l’état civil ; PHILIPPE Thomas en religion
Étienne Fouilloux

Résumé

Né le 18 mars 1905 à Cysoing (Nord) ; mort le 4 février 1993 à Saint-Jodard (Loire).
Maître en théologie, supérieur de la maison Sainte-Marie de L’Eau vive, fondateur de l’Arche.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 25/03/2019

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 31 novembre 1923 à Amiens
• Profession simple : 1er décembre 1924 à Amiens
• Profession solennelle : 6 décembre 1927 au Saulchoir à Kain (Belgique)
• Ordination sacerdotale : 25 juillet 1929 au Saulchoir à Kain (Belgique)

1S’il est des dominicains pour lesquels la famille selon la chair importe peu, tel n’est pas le cas du père Thomas Philippe. Né le 18 mars 1905 au domicile de ses parents, il est le troisième enfant d’Henri Philippe, notaire à Cysoing (Nord) et d’Élisabeth Dehau, qui en aura douze entre 1902 et 1922. Ascendance maternelle surtout. Jean Philippe est le petit-fils de Félix Dehau (1846-1934), grand notable agrarien de Pévèle, monarchiste rallié et catholique social conservateur, père d’une famille de dix enfants, dont un dominicain, une fille de la Charité et Élisabeth, née en 1878, la septième de la fratrie. Bienfaiteur de son village de Bouvines-la-bataille dont il fut élu maire en 1872 et le resta jusqu’à sa mort en 1934, date à laquelle il était le doyen des maires de France, il fut aussi oblat de l’abbaye bénédictine de Ligugé et bienfaiteur de l’Église : quinze de ses cinquante-trois petits-enfants sont entrés dans les ordres, dont huit pour la seule famille Philippe : quatre dominicains de la province de France (Thomas, Marie-Dominique, Réginald et Pierre), une moniale dominicaine et trois bénédictines de l’abbaye Notre-Dame de Wisques.

2Jean Philippe est aussi le neveu de Pierre Dehau, fils aîné de Félix et dominicain de la province de France sous le nom de Thomas (1870-1956), sans l’influence duquel une telle multiplication de vocations religieuses au sein du foyer Philippe serait incompréhensible. Il est le parrain de sa sœur Élisabeth, dont il a béni le mariage en 1901. Il est le directeur de conscience de Jean, qui lui voue une piété filiale, et dans lequel il voit très tôt son « héritier spirituel » (Carnets Maritain, 1948). De plus en plus handicapé par sa quasi-cécité, ce thomiste spéculatif et mystique d’une grande dévotion mariale est assigné à Paris, mais il vient souvent se reposer chez ses parents, au « château » de Bouvines, où ses neveux et nièces lui font la lecture. Il en profite pour veiller sur leur vie spirituelle. « Patriarche caché » (Jean Vanier), il fuit la notoriété, ce qui ne l’empêche pas de jouir d’une aura considérable, tant dans sa famille qu’auprès de ses dirigés. C’est sous l’influence de ce maître spirituel et dans ce climat de ferveur, marqué entre autres par la consécration du foyer Philippe au Sacré-Cœur, que sont écloses les vocations des enfants et l’orientation dominante de celles-ci vers la famille dominicaine.

En familleEn famille

En famille

Thomas Philippe, tout jeune dominicain, avec ses frères qui le suivront dans l’Ordre (debout, de gauche à droite : Évrard/Réginald, Henri/Marie-Dominique, Pierre, vêtus respectivement en 1929, 1930, 1933).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3La vocation de Jean, baptisé le jour de sa naissance, serait apparue très tôt : dès sa sixième année, selon son témoignage. Elle fut encouragée par l’atmosphère féminine dans laquelle baigna une partie de son enfance. Malgré ses neuf enfants, plus un dixième à naître, et ses trente-neuf ans, Henri Philippe répond en 1914 à l’appel du drapeau : mobilisé comme officier dans les services de santé militaire, il est coupé trois ans et demi de sa famille, restée à Cysoing en zone occupée par les Allemands. Aussi sa femme se réfugie-t-elle souvent chez ses parents, pour nourrir ses enfants et pour conjurer l’absence de son mari, Cysoing n’étant séparé de Bouvines que par trois kilomètres. Jusqu’à ce que la dégradation des conditions de vie en zone occupée la pousse, au début de 1918, à un long exode à travers la Belgique, l’Allemagne et la Suisse : accueillie chez des amis en Normandie, elle retrouve enfin son mari. Aussi le jeune Jean commence-t-il ses études secondaires au collège jésuite Saint-François de Sales d’Évreux, avant de rallier à l’automne 1918 le collège lillois de la Compagnie, Saint-Joseph, établissement de prédilection des familles de la bonne société locale. On ne sait pas grand-chose de sa scolarité, sauf qu’elle ne fut pas exemplaire et qu’il eut du mal à obtenir son baccalauréat. Ses études secondaires terminées, il entre en octobre 1923 au grand séminaire du diocèse de Paris avant de bifurquer quelques semaines plus tard vers le noviciat de la province dominicaine de France. On s’interroge sur ce bref intermède : pourquoi n’est-il pas venu directement au noviciat comme devait le lui conseiller son oncle et directeur de conscience ? Pour le convaincre que sa vocation était bien dans l’Ordre plutôt que dans le clergé séculier ?

Au noviciat d’AmiensAu noviciat d’Amiens

Au noviciat d’Amiens

Debout, second (à droite), légèrement de profil, Thomas Philippe pose au couvent d’Amiens au cours de l’année 1923-1924 pour la photo du noviciat. Le maître des novices, Réginald Berger, est, comme il convient, assis au premier rang, au centre. À sa droite, Marie-André Martigny, sous-prieur du couvent. À sa gauche, un novice : Jean Courtois. Les autres novices du second rang sont, en partant de la gauche : Marie-Joseph Cadart, Marie-Dominique Motte, Réginald Simonin, Michel de Suremain, François Le Breton et, sur la gauche de Thomas Philippe, Jean-Marie Piat.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4Renommé Thomas, comme le père Dehau, et vêtu de l’habit dominicain le 31 novembre 1923, il fait son année de noviciat à Amiens dans un groupe nombreux, caractéristique des hautes eaux du recrutement de l’entre-deux-guerres, mais dépourvu de forte personnalité. Il accomplit ensuite au Saulchoir de Kain ses trois années de philosophie et ses quatre années de théologie, ponctuées par la profession solennelle en 1927 et par l’ordination sacerdotale en 1929, mais sans pâtir, semble-t-il de l’interruption du service militaire. Le régent des études est alors le père Antoine Lemonnyer, introducteur au Saulchoir de la méthode historique dans l’approche de saint Thomas et des théologiens médiévaux. Si l’on en croit Marie-Joseph Congar, avec lequel il se lie d’amitié durant ses études, telle n’est pas la tasse de thé du jeune Philippe : « Avec le P. Thomas Philippe, comme avec le P. Dorange, ce qui nous rapprochait le plus était la métaphysique […] et, pour tout dire d’un mot, l’esprit de Jean de Saint-Thomas » (« Mon témoignage », Journal d’un théologien, p. 52). Le père Philippe termine ses études en 1931 par une thèse de lectorat qui lui ouvre le corps des professeurs, le studium ayant un besoin urgent de sang neuf. « Après mon lectorat, il fut entendu que je resterais dans l’équipe du Saulchoir avec les Pères Motte, Thomas Philippe et Robilliard qui étaient de la même promotion que moi », indique Congar (« Mon témoignage », p. 23). « Tandis que mes confrères les PP. Motte et Robilliard allaient faire une année de spécialité, le premier à Strasbourg, le second à Louvain, le père Thomas Philippe dut enseigner de suite la philosophie », et Congar dut remplacer le père Chenu en voyage au Canada (« Mon témoignage », p. 24). Rien sur la proposition, que Philippe aurait déclinée, d’un biennium en Allemagne pour étudier la phénoménologie, à laquelle la Société thomiste consacre une journée d’études, au Saulchoir en septembre 1932. « J’espère que vous ne serez pas comme votre oncle » (Carnets Maritain, 25 avril 1948), aurait déduit Lemonnyer de l’incident, signalant un clivage ancien dans la province de France qui ne va pas faciliter sa gestion de la descendance Dehau : Thomas et ses trois frères, qui y entrent à sa suite, ou leurs cousins André et Jourdain Bonduelle, deux des quatorze enfants de Marie-Madeleine Dehau, vouent au père Dehau une obéissance filiale qui peut nuire à l’autorité de leurs supérieurs.

5Thomas Philippe enseigne cinq ans la psychologie, la logique et la métaphysique au Saulchoir, entre 1931 et 1936. Son enseignement est suffisamment ardu pour que son frère et filleul Henri, entré dans la province de France en 1930 sous le nom de Marie-Dominique, n’y comprenne rien, car il n’est pas fait pour un débutant comme lui (Les trois sagesses, p. 46). Au père Congar qui lui reconnaît « une sève intellectuelle et spirituelle puissante », tout en lui reprochant un certain dilettantisme, il aurait répondu : « Moi, je ne travaille pas, je vis » (« Mon témoignage », p. 52). Sous-maître des étudiants puis accompagnateur des « jeunes pères », il utilise la « capacité d’intuition remarquable » dont le crédite son frère Marie-Dominique (Les trois sagesses, p. 216) pour la prédication et la direction de conscience, dans des couvents de moniales notamment.

Cours au Saulchoi...Cours au Saulchoir à Kain

Cours au Saulchoir à Kain

Thomas Philippe au centre, de face, entouré d’étudiants à la fin d’un cours de philosophie, en 1935.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

6Le milieu Maritain, pour lequel il est le « cher père Thomas », se félicite de l’orientation de ses cours : « Ce Bernard Palissy de petit pied brûlera tout dans le creuset où s’élaborent ses concepts. Je trouve cela très bien », écrit Yves Simon à Jacques Maritain avant d’aller travailler avec lui au Saulchoir (Correspondance, I, 13 janvier 1932, p. 87) : « Pour le Saulchoir, oui, les cours du P. Thomas Philippe, mais non les autres ! Attention au pseudo-thomisme désexistencié ! », lui fait écho Maritain le 20 décembre 1933 (Correspondance, I, p. 162). Bien que sous la régence du père Chenu depuis 1932, le père Thomas Philippe n’est pas un de ses proches, à la différence de Congar, Deman ou Féret. Il enseigne « dans une perspective scolastique très saine et très grande, celle de Jean de Saint-Thomas », qui « représente tout de même dans la scolastique thomiste ce qu’il y a de plus grand et le Père Thomas l’enseignait avec beaucoup d’ardeur, d’une manière extrêmement vivante » (Marie-Dominique Philippe, Les trois sagesses, p. 215). Ainsi son cours polycopié de psychologie, dépourvu d’exemple concret, n’a pas grand-chose de commun avec ce qu’on appelle psychologie dans l’Université au même moment. C’est un traité sur la nature humaine sous la dépendance de Dieu, dans la grande tradition scolastique.

Thomas Philippe, croqué, voire caricaturé, par Maurice Cocagnac (frère Augustin Cocagnac), ancien élève des Beaux-Arts, pendant qu’il donnait un cours sur le traité De Deo uno de la Somme théologique de Thomas d’Aquin.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7À la différence de son ami Congar, Thomas Philippe ne publie quasiment rien. C’est pourtant lui qu’on envoie à l’Angelicum de Rome pour y enseigner la théologie à l’automne 1936, ce qui constitue à n’en pas douter une promotion : il n’a alors que trente-et-un ans. Il y rejoint des maîtres prestigieux comme Michael Browne, le recteur, ou Réginald Garrigou-Lagrange, et des collègues plus jeunes de la même veine thomiste que lui, Paul Philippe, de la province de France (sans lien de parenté), ou Marie-Rosaire Gagnebet, de la province de Toulouse. Et il passe avec succès, à l’Angelicum en 1939, l’examen ad gradus, dernière étape avant la maîtrise en théologie. Mais le caractère décisif de son premier séjour romain est ailleurs. Il aurait été bénéficiaire, le 20 octobre 1938, d’une révélation devant le tableau du XIXe siècle représentant Marie Mater admirabilis, dans une chapelle de l’église de la Trinité des Monts : non pas une apparition, mais une sorte de mariage mystique avec la Vierge, dans lequel il voit la transposition du mariage de Jésus avec sa mère, conviction aventurée qui fera frémir Jacques Maritain (« Et cette manière de vouloir faire de la Sainte Vierge l’épouse de son Fils […] m’exaspère et me scandalise », lettre à l’abbé Journet, Correspondance, IV, 24 juillet 1951, p. 140). Aussitôt rapporté au père Dehau, l’épisode ne semble pas avoir conduit celui-ci à freiner l’ardeur périlleuse de son dirigé. La piété mariale du père Philippe, déjà notoire, envahit alors l’ensemble de sa vie spirituelle et de sa prédication, d’une manière où l’affectivité prend nettement le pas sur la réflexion, au risque de lui faire franchir les limites communément admises. Ses rares publications et d’assez nombreux textes inédits prouvent qu’il est devenu un maximaliste en matière de mariologie. Á preuve, son intervention de guerre froide sur « Marie divin remède aux erreurs de notre temps », pour le premier congrès international de théologie mariale, tenu à Rome en octobre 1950.

8Thomas Philippe a-t-il été mobilisé en 1939 ? On manque d’information sur ce point. Dans l’impossibilité de regagner Rome, il passe au couvent de Toulouse, durant l’exode, puis s’installe à Paris, faute de pouvoir revenir au Saulchoir. Il vit alors, sans nouvelle assignation, de prédications où il teste, auprès de publics religieux féminins, ses nouvelles convictions mariales. C’est donc un religieux assez différent de celui qu’ils ont côtoyé, que ses anciens collègues voient arriver au Saulchoir comme visiteur apostolique et régent par intérim le 6 juin 1942. La visite, diligentée par le Saint-Office, est consécutive à la mise à l’Index, en février, de la brochure programme du père Chenu, Une école de théologie : le Saulchoir. Le visiteur désigné était le père Réginald Garrigou-Lagrange, devenu l’un des critiques les plus virulents de son ancien élève et de la maison dont il est le régent, installée depuis septembre 1939 à Étiolles, dans la grande banlieue sud de Paris. Mais Garrigou-Lagrange, réfugié en zone sud, n’aurait pas obtenu de laissez-passer pour franchir la ligne de démarcation. Marie-Dominique Philippe estime qu’il s’agit d’un alibi, le visiteur désigné ayant peur d’affronter l’équipe du Saulchoir (Les trois sagesses, p. 221). Quoi qu’il en soit de cette interprétation, c’est Thomas Philippe qui écope de la charge à sa place. Il n’est que le fondé de pouvoir du père Garrigou-Lagrange, dont il utilise les documents préparatoires et avec lequel il reste en étroites relations. Mais sa nomination, communiquée le 25 avril 1942, change le cours de son existence. Elle prouve que ce « très sûr et saint religieux » (Journal du maître général Gillet, 12 avril 1942) est devenu aux yeux de Rome, malgré son jeune âge, un homme de confiance. Sa désignation est pourtant maladroite : elle investit de tous les pouvoirs un religieux qui a été l’élève puis le collaborateur de celui dont il opère la révocation et le collègue de ceux dont il doit évaluer le travail.

9Sans l’avoir brigué, Thomas Philippe souhaite exercer pleinement son mandat. « Je suis décidé de m’acquitter de mes devoirs avec beaucoup de confiance et une grande fermeté » (terme qui revient trois fois dans sa lettre), écrit-il les 6-8 mai au père Garrigou-Lagrange, tout en enrobant sa résolution de ferveur mariale. « Je confie toute cette affaire à la Très Sainte Vierge, Sedes Sapientiae, pour qu’Elle me donne lumière et force et que je sois pour Elle un bon instrument docile et souple. Tout cela m’est confié au début de son mois et je le prends comme son serviteur qui met en Elle toute son espérance. » Le mélange de rigueur disciplinaire et de piété doloriste, qui marque l’ensemble de sa visite, est mal reçu dans un Saulchoir blessé par la censure à l’encontre du père Chenu et inquiet de ses conséquences. Thomas Philippe n’y est pourtant pas dépourvu d’appuis, qu’il s’agisse du professeur de philosophie des sciences Louis-Bertrand Guérard des Lauriers ou de son propre frère, Marie-Dominique Philippe : jeune lecteur soumis à l’enquête comme ses collègues, il est aussi le « petit frère » et le filleul du visiteur. Celui-ci se heurte à la résistance des proches de Chenu, Deman, Duval, Féret ou Tonneau, des prisonniers récemment libérés, Dominique Dubarle et le prieur Albert-Marie Avril, qui propose de manière insistante sa démission, mais aussi de « pères graves » assignés au Saulchoir, comme Ernest-Bernard Allo. Il faut dire qu’il ne fait rien pour se faire accepter, son autoritarisme croissant à la mesure de sa fragilité.

10Son rapport, qui demeure inaccessible à l’historien, entraîne les décisions du Saint-Office communiquées au Saulchoir lors de la clôture de la visite, au printemps 1943. Elles sont lourdes pour la maison, sans donner pleine satisfaction au visiteur, confirmé comme régent et doté des insignes de maître en théologie le 11 mai 1943. S’il obtient sans mal la soumission du père Chenu à sa révocation, il ne parvient pas à renouveler complètement le corps professoral : il se félicite certes de la venue de son collègue de l’Angelicum, Paul Philippe, puis du maritainien Pierre de Menasce, ainsi que du départ vers Fribourg de Thomas Deman, mais Féret et Congar échappent à la purge, momentanément du moins. Stupéfait de la condamnation de Chenu, et déçu de l’attitude adoptée par son ami, Congar est cependant dissuadé d’en découdre avec lui lors de son retour de captivité : « Je collabore », écrit-il au père Duployé (« Mon témoignage », p. 53). Thomas Philippe échoue aussi dans sa tentative de reprise en main de la Revue des sciences philosophiques et théologiques : elle préfère se saborder provisoirement plutôt que d’échoir à Guérard des Lauriers, directeur désigné par le visiteur. La visite laisse un Saulchoir profondément divisé où le régent ne parvient pas à établir son autorité. « Le Père Thomas Philippe n’a guère la confiance de l’ensemble du Collège », écrit le 4 août 1945 au maître général Gillet le père Vincent Héris, nommé vice-régent en 1943 ; « il ne paraît pas très qualifié pour assumer et coordonner la reprise de l’œuvre commune des revues et de tout notre apostolat intellectuel ». Congar et Féret en visite ad limina tentent sans succès d’obtenir du père Gillet son remplacement au printemps 1946 (Journal d’un théologien, p. 128-129). Le malaise consécutif à la visite ne trouve son terme qu’en octobre 1948 quand le nouveau maître général, Emmanuel Suarez, vient au Saulchoir signifier le remplacement du père Philippe par le père Héris. Thomas Philippe n’est pas fâché d’être libéré d’une charge qui lui pesait, sa régence ayant été pavée de difficultés. Depuis des années, il s’intéresse d’ailleurs plus aux premiers pas de L’Eau vive qu’au devenir du Saulchoir. Au sein de la province de France, et de l’Ordre dans son entier, l’épisode le marque pourtant de la tache indélébile d’avoir été l’exécuteur du père Chenu : même si la responsabilité de la sanction incombe au Saint-Office, il en a été l’opérateur zélé.

11Le rôle de L’Eau vive dans l’itinéraire tourmenté du père Philippe a suscité bien des conjectures. Il ne devait s’agir, au départ, que de l’hôtellerie nécessaire au Saulchoir d’Étiolles, encore en travaux. Mais le projet modeste de 1945 connaît une rapide extension sous une triple influence. Celle de la famille Dehau d’abord, puisque la Fondation Félix Dehau met à sa disposition une propriété proche du Saulchoir, dans la commune de Soisy-sur-Seine, qui comportera trois grandes demeures habitables. Référence à l’évangile de Jean (7, 38), L’Eau vive renvoie également au titre d’un des ouvrages du père Dehau, Des fleuves d’eau vive, publié pendant la guerre à Lyon. Un second élargissement est dû à Jean Marx, haut fonctionnaire du Quai d’Orsay, qui propose de faire de L’Eau vive un « Centre international de spiritualité et de culture chrétienne » pour accueillir clercs et laïcs étrangers en séjour d’études à Paris : ils y bénéficieront d’un encadrement spirituel, et de la possibilité de suivre des cours au Saulchoir. La troisième influence est celle du milieu Maritain auquel appartient Jean Marx, dont la sœur Suzanne, récemment convertie, est une dirigée de Thomas Philippe. Jacques Maritain, alors ambassadeur de France près le Saint-Siège, envisage de faire de L’Eau vive une « école de sagesse » où serait enseigné le thomisme spéculatif et contemplatif selon son cœur : il envisage même de s’y installer avec sa famille et y transporte ses meubles de Meudon. Le père Philippe, qui participe aux rencontres de Kolbsheim autour du philosophe, à partir de 1948, fait sienne la vision de celui-ci dans sa présentation de la maison pour l’encyclopédie Catholicisme, en 1951 (tome III, colonne 1222). Il multiplie les démarches en faveur de L’Eau vive dans les sphères ecclésiastiques, en France ou à Rome, et dans les cercles mondains parisiens. Il gagne ainsi la confiance de l’ambassadeur du Canada à Paris, le général Georges Vanier, qui finance l’installation du chauffage central à L’Eau vive et oriente vers celle-ci son fils Jean en 1950. Une telle publicité autour de la maison, qui accueille ses premiers hôtes à la rentrée scolaire 1946, fait de l’ombre au Saulchoir où le climat demeure morose.

12En octobre 1948, la visite du maître général Suarez conduit à la rédaction de statuts qui mettent L’Eau vive « directement sous son patronage spécial » (Sainte-Sabine, 1er avril 1949). Du point de vue dominicain, Sainte-Marie de L’Eau vive est une « domus formata » dont la direction est confiée au père Philippe. Pour la première fois de son existence, celui-ci a les coudées franches et vit hors du cadre contraignant d’un couvent, dans un milieu en grande partie féminin : les responsables de la vie matérielle de la maison sont des filles spirituelles du père Dehau qui lui sont toutes dévouées. L’Eau vive accueille également parmi ses résidents, depuis le printemps 1947, des femmes laïques ou religieuses qui logent chez les dominicaines de l’Épiphanie, de la congrégation des Tourelles, installées elles aussi à Soisy. Le père Philippe a en outre des liens privilégiés avec le carmel de Nogent-sur-Marne, vers lequel il oriente la femme de Georges Vanier, Pauline, ou l’amie de celle-ci, Élisabeth de Miribel, et avec un autre couvent de moniales dominicaines proche, celui de la Croix et de la Compassion d’Étiolles, où l’une de ses sœurs, Cécile, joue un rôle important : il en est le prédicateur attitré et assure la direction spirituelle de plusieurs moniales. Tout ce microcosme dominicain d’Étiolles et de Soisy, qui mériterait une cartographie précise, vit dans l’exaltation mariale sous son ascendant : les pénitents et pénitentes se pressent dans le couloir d’accès à son bureau, quitte à y faire le pied de grue plusieurs heures.

13Or des dysfonctionnements ne tardent pas à apparaître. Maître spirituel, le père Thomas Philippe n’est pas un organisateur : l’arche de Noé que constitue L’Eau vive, où se mêlent nationalités, cultures et confessions religieuses, vit dans une pagaïe qui déplaît fortement à Maritain et à ses proches, l’abbé Journet ou le père de Menasce qui a pourtant quitté le Saulchoir en 1950 pour s’y installer. S’ils se félicitent des conversions qui se produisant dans la maison, ils déplorent les débordements de piété affective, mariale notamment, auxquels elles donnent lieu. Des rumeurs filtrent à partir de la fin de 1951 qui pointent des travers autrement condamnables dans le comportement du père Philippe à l’égard de certaines de ses dirigées. Sa volonté d’associer le corps à la transmission de grâces mystiques se serait traduite par des effusions à caractère sexuel. Saisi de l’affaire, le père Dehau « finit par dire oui toujours au père Thomas qui plaide coupable et s’humilie » (lettre de Journet à Maritain, Correspondance, IV, 2 janvier 1952, p. 182). Ces rumeurs conduisent toutefois au retrait volontaire du père de Menasce et à la fermeture de la branche féminine de L’Eau vive au début de 1952. Mais deux des accusatrices, dont une novice du couvent de la Croix et de la Compassion, persistent dans leur volonté d’obtenir réparation : l’affaire arrive ainsi aux oreilles des supérieurs de la province de France qui n’éprouvent guère de sympathie pour Thomas Philippe, le provincial Albert-Marie Avril notamment : il garde un souvenir amer de la visite de 1942-1943 et accepte mal de ne pas avoir autorité sur L’Eau vive. Pour éviter un scandale, le maître général dépêche à Soisy son socius de langue française, le père André-Marie Giraud, de la province de Toulouse. Celui-ci retire au père Philippe ses pouvoirs de confession et de direction auprès des femmes et lui intime l’ordre de se présenter à la curie généralice, officiellement pour se reposer d’une grande fatigue. Conduit ad limina début avril 1952 par Jean Vanier, « son fils spirituel », auquel il a confié la direction de la maison, Philippe ne reverra pas L’Eau vive. Il y conserve cependant l’appui de l’encadrement laïc, qui conteste les accusations portées contre lui, crie au procès d’inquisition et refuse l’autorité du père Augustin-Marie Desobry, nommé pour reprendre en main la maison.

14Rentré de Sainte-Sabine en juin 1952, le père Thomas Philippe erre pendant quatre ans, sans assignation fixe, dans diverses maisons religieuses, dont le couvent de Corbara, en Corse, qui sert à la province de France de lieu de relégation pour ses cas difficiles. Il est alors victime d’une grave dépression soignée par deux longs séjours dans le « hameau-école » de Longueil-Annel, dans l’Oise, où le psychiatre Robert Préaut accueille des adolescents entre déficience mentale et délinquance. « Nous avions accueilli temporairement, à notre foyer, ce grand religieux, que John [Thomson], qui l’admirait, m’avait fait connaître. Il venait de faire une dépression, liée au surmenage que lui avait imposé une récente entreprise d’assistance aux jeunes étudiants qui, à l’heure déchirante de la révision des valeurs morales, “craquaient” » (Préaut, Combat contre la peur, p. 77-78). Version soft de la dépression du père Philippe, cette allusion ne précise pas la nature de la thérapie suivie à Annel par le dominicain : pas une analyse en tout cas, car Préaut n’est pas psychanalyste, à la différence de Thomson. Un texte daté de 1954, mais pas diffusé sur le moment, « Le mystère de l’agonie et de la passion de Jésus », auxquelles Thomas Philippe s’identifie, témoigne de la profondeur de la crise qu’il traverse.

15Elle n’a pourtant pas que des effets négatifs sur son parcours. Ses tribulations ne lui font pas perdre le contact avec L’Eau vive, désormais sous la houlette de Jean Vanier qui lui est tout dévoué. Il continue de veiller à distance sur une maison poursuivant ses activités, bien que sur un moindre pied. C’est alors qu’il théorise, dans des écrits inédits, la vocation missionnaire de L’Eau vive, fort éloignée de celle de l’Action catholique ou du progressisme chrétien. Son anticommunisme le pousse même à imaginer un rapprochement de la maison avec la Légion de Marie, voire avec le Réarmement moral. Sa rencontre, en 1951, avec John W. Thomson produit une autre évolution majeure de ses préoccupations. Thomson travaille comme expert sur les rescapés des camps nazis au secrétariat parisien de l’Unesco, avant de se rapprocher de L’Eau vive et même de s’y installer en 1955-1956. Elle sera « his Paradise lost, a haunting utopia » (Weindling, p. 240). C’est Thomson qui convainc Philippe de l’intérêt pour la maison de s’occuper, non seulement des futures élites de la catholicité, mais aussi d’adolescents et des jeunes adultes en souffrance mentale. Il y avait déjà accepté par charité, au grand dam de Maritain, quelques « paumés » ; leur accueil devient sur le tard une des fonctions de la maison. Thomas Philippe acquiert à Annel, sur le tas, une formation psychologique de base et une expérience qui permettront l’inflexion ultérieure de son parcours vers les handicapés.

16Il est l’objet au même moment, entre 1952 et 1956, d’un procès en Saint-Office qu’on devine à double détente, sur sa foi et ses mœurs, ou plutôt sur l’incidence morale de certaines de ses convictions mystiques. Lors de la réunion de son conseil consacrée, le 4 février 1954, aux erreurs dont sont accusés les dominicains français, le père Emmanuel Suarez signale en effet son cas. « Il évoqua pêle-mêle à son sujet, un article sur le Saint-Esprit jugé hétérodoxe, le nihil obstat accordé à un livre déjà ancien d’Henri Desroche sur le marxisme, des erreurs doctrinales, enfin, professées à “L’Eau vive” » (Leprieur, p. 68). Le second grief, matériellement exact, est curieux vu l’anticommunisme du père Philippe. Celui-ci n’est d’ailleurs pas le seul fautif : Signification du marxisme, retiré du commerce en 1950, est paru avec l’aval de sept censeurs, parmi lesquels les pères Belaud (provincial de Lyon), Lebret et Montuclard. Thomas Philippe est alors privé, comme le père Chenu des privilèges liés à son titre de maître en théologie. « Étrange rapprochement », commente le père Congar : la victime et le bourreau de 1942 dans la même charrette (Journal d’un théologien, p. 239).

17En mai 1956 tombe un autre verdict, bien plus sévère. Le père Philippe est frappé de la peine vindicative de déposition qui, sans le renvoyer de l’Ordre ni de la prêtrise, le prive du droit d’exercer son ministère et de délivrer les sacrements. La gravité de la peine prouve qu’elle ne sanctionne pas seulement des erreurs d’ordre doctrinal, passibles de l’Index ou d’une interdiction d’enseigner. On le juge coupable des déviances mystico-morales dont il est accusé par certaines de ses dirigées. Le fait qu’il ait tenu à se défendre lui-même et surtout à tenter de justifier des positions hasardeuses a probablement pesé en sa défaveur. « Je suis convaincu qu’il a été fidèle à ce qu’il pensait être vrai. Je suis convaincu aussi qu’il croyait avoir découvert autre chose et qu’il sentait l’importance d’en parler à l’Église, ce qui a été aussi sa source de condamnation. Si le père Thomas avait reconnu sa faiblesse et son erreur, la sanction aurait été moins lourde », suppose Jean Vanier (témoignage dans Mourges, p. 170). Or il persiste et signe, comme le prouvent La vie cachée de Marie, texte daté de 1959, et quelques témoignages : « Il a continué son autojustification devant le P. de Menasce », écrit Journet à Maritain, le 9 août 1959 (Correspondance, V, p. 280).

18Ses proches aussi sont sanctionnés. Jean Vanier et deux des femmes qui faisaient tourner L’Eau vive en sont exclus, et la maison disparaît. Sa sœur Cécile, qui avait quitté Soisy pour devenir prieure du monastère fondé en 1945 à Bouvines, dans la propriété Dehau, est envoyée au couvent de Langeac, en Haute-Loire. La mort du père Dehau, le 21 octobre 1956, prive en outre Thomas Philippe d’un tuteur qui n’a pourtant pas empêché les dérives de son protégé.

19Sans doute victime d’une nouvelle dépression, Thomas Philippe est soigné à Nice, en 1956, chez les frères hospitaliers de Saint-Jean de Dieu, avant de rejoindre les lieux d’internement et de pénitence qui lui sont imposés : la trappe de Frattochie dans la campagne romaine, puis le couvent généralice de Sainte-Sabine, à partir de 1959. Désespérant de retrouver un statut sacerdotal normal, il songe à demander sa réduction à l’état laïc, ce qui aurait hâté la fin de ce qu’il appelait pudiquement sa « longue retraite ». Elle cesse en 1963 avec la restitution de ses pouvoirs sacerdotaux, assortie d’une obligation de discrétion, qui n’est pas une pleine réhabilitation. Il se réfugie un moment à Bouvines auprès de sa mère, désormais veuve, avant de s’installer en 1964 à Trosly-Breuil (Oise) où un ami du docteur Préaut a ouvert un établissement pour handicapés mentaux. Philippe convainc Jean Vanier, resté solidaire de lui dans l’épreuve, de le rejoindre et de se consacrer à une telle tâche : ils accueillent leurs premiers patients le 5 août 1964, date considérée comme fondatrice par les Communautés de l’Arche. Le père Philippe crée en 1971, dans la maison de Trosly-Breuil où il réside, « La Ferme », un foyer spirituel doté d’une chapelle. S’il reste dominicain, ses liens avec l’Ordre deviennent très lâches : il conserve l’habit et il est assigné à Lille, mais extra conventum. Il joue le rôle d’un aumônier et d’un maître spirituel pour l’Arche, qui diffuse ses enseignements théologiques et psychologiques sur « l’handicapé mental privilégié de l’Esprit saint » (Bienheureux les pauvres en esprit, brochure de 1964). Plusieurs des laïques, qui encadraient L’Eau vive et qui lui sont restées fidèles, viennent s’installer à proximité. Il continue de diffuser pour elles et pour celles et ceux que l’Arche appelle les « assistants » des handicapés, les écrits mystiques qui ont suscité la réprobation du Saint-Office.

20Certaines des « assistantes » l’ayant accusé, post mortem, de comportements déplacés, l’Arche met sur pied une commission d’enquête pour déterminer ce qui lui revient en propre dans sa naissance. Elle conclut que s’il en fut l’inspirateur et la référence spirituelle, Jean Vanier en fut le véritable fondateur. Dans une optique cherchant à préserver Vanier, la commission pointe nombre de divergences entre le laïc et le religieux sur le but et le fonctionnement de l’œuvre : Philippe aurait voulu y accueillir toutes les déchéances et pas seulement le handicap mental ; il aurait refusé la mixité de l’Arche, concrétisée par l’ouverture d’un foyer féminin en 1974 ; il aurait regretté sa soumission au regard des pouvoirs publics ; il aurait enfin mal vécu l’ascendant croissant de Vanier sur l’œuvre, y compris dans le domaine spirituel (rapport de la « mission sur les rôles respectifs de Jean Vanier et du Père Thomas dans la fondation de l’Arche », 2016, en ligne).

21Le père Philippe reste à Trosly-Breuil tant que sa santé déclinante et sa surdité croissante le lui permettent. Quand ce n’est plus possible, son frère Marie-Dominique l’accueille en 1991 à Saint-Jodard (Loire), prieuré de formation des frères de Saint-Jean qu’il a fondés. C’est là que Thomas Philippe meurt le 4 février 1993. Ses obsèques sont célébrées par son frère à Trosly-Breuil. La mise en évidence des déviances sexuelles de Marie-Dominique Philippe ranime les accusations contre son frère. D’après plusieurs témoignages, il aurait agressé des bénévoles et employées de l’Arche. Mgr d’Ornellas, archevêque de Rennes et référent de l’œuvre pour l’épiscopat français, diligente alors une enquête, confiée en 2014 au dominicain de la province de France Paul-Dominique Marcovits. Les conclusions sont sans appel : « Le P. Thomas Philippe a eu des agissements sexuels sur des femmes majeures, par lesquels il disait rechercher et communiquer une expérience mystique. » Les témoignages recueillis « attestent une emprise psychologique et spirituelle sur ces femmes auxquelles il demandait le silence car, selon lui, cela correspondait à des “grâces particulières” que personne ne pouvait comprendre » (passages du rapport cité dans la lettre de la direction de l’Arche à ses membres, 24 mars 2015, en ligne). On retrouve là les griefs sanctionnés par le Saint-Office en 1956. Le père Thomas Philippe n’en était donc pas guéri quand il a été rétabli dans ses pouvoirs sacerdotaux en 1963 : il a ensuite lourdement rechuté.

22Sa vie publique se termine précocement en 1952, avec son éloignement de L’Eau vive. Il n’a alors que quarante-sept ans. Suit une longue vie cachée, dans divers lieux de contrition (1952-1963), puis au foyer fondateur des Communautés de l’Arche (1964-1991), où son lien avec l’Ordre dominicain devient ténu. La révélation de ses errances sexuelles ouvre pour lui une troisième vie, post mortem, dont il se serait bien passé.

Haut de page

Sources

Les six boîtes et dossiers consultables aux archives de la province dominicaine de France (V 815) ne contiennent que des cours et des prédications inédits, mais aucun document personnel. Les dossiers sensibles concernant Thomas Philippe, à Paris et à Rome, ne seront sans doute pas accessibles avant longtemps. Nombre de témoins et d’historiens se sont pourtant penchés sur son cas hors norme. Ils ont fourni des informations recoupées qui permettent de dresser du personnage un portrait fiable. Par ordre chronologique : Robert Préaut, Combat contre la peur, Paris, Robert Laffont, 1975. — François Leprieur, Quand Rome condamne. Dominicains et prêtres-ouvriers, Paris, Plon/Cerf, 1989. — Marie-Dominique Philippe, Les trois sagesses. Entretiens avec Frédéric Lenoir, Paris, Fayard, 1994. — Yves Congar, Journal d’un théologien, 1946-1956, édité et présenté par Étienne Fouilloux, Paris, Les Éditions du Cerf, 2000. — Georges Cottier et René Mougel, « Au sujet de L’Eau vive », Journet Maritain, Correspondance, volume IV, 1950-1957, Paris, Saint-Augustin, 2005, p. 860-864. — Antoine Mourges, Des « sages et des savants » aux « tout petits ». Aux origines des communautés de l’Arche, 1945-1965, mémoire de master de l’Université Paul Valéry-Montpellier III, 2009 ; « L’Eau vive : une “école de sagesse” », Cahiers Jacques Maritain, 60, juin 2010, p. 2-40. — Paul J. Weindling, John W. Thomson. Psychiatrist in Shadow of Holocaust, Rochester NY, University of Rochester Press, 2013 (chapitre 4, « The Eau vive Affair », p. 203-241). — Étienne Fouilloux, « L’affaire Chenu, 1937-1943 », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 98, 2014, p. 261-352. — Marie-Christine Lafon, Marie-Dominique Philippe. Au cœur de l’Église du XXe siècle, Paris, Desclée de Brouwer, 2015.

Haut de page

Table des illustrations

Titre En famille
Légende Thomas Philippe, tout jeune dominicain, avec ses frères qui le suivront dans l’Ordre (debout, de gauche à droite : Évrard/Réginald, Henri/Marie-Dominique, Pierre, vêtus respectivement en 1929, 1930, 1933).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1475/img-1.png
Fichier image/png, 273k
Titre Au noviciat d’Amiens
Légende Debout, second (à droite), légèrement de profil, Thomas Philippe pose au couvent d’Amiens au cours de l’année 1923-1924 pour la photo du noviciat. Le maître des novices, Réginald Berger, est, comme il convient, assis au premier rang, au centre. À sa droite, Marie-André Martigny, sous-prieur du couvent. À sa gauche, un novice : Jean Courtois. Les autres novices du second rang sont, en partant de la gauche : Marie-Joseph Cadart, Marie-Dominique Motte, Réginald Simonin, Michel de Suremain, François Le Breton et, sur la gauche de Thomas Philippe, Jean-Marie Piat.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1475/img-2.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Cours au Saulchoir à Kain
Légende Thomas Philippe au centre, de face, entouré d’étudiants à la fin d’un cours de philosophie, en 1935.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1475/img-3.png
Fichier image/png, 1,5M
Légende Thomas Philippe, croqué, voire caricaturé, par Maurice Cocagnac (frère Augustin Cocagnac), ancien élève des Beaux-Arts, pendant qu’il donnait un cours sur le traité De Deo uno de la Somme théologique de Thomas d’Aquin.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1475/img-4.png
Fichier image/png, 1,8M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « PHILIPPE Thomas », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, P, mis en ligne le 25 mars 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1475

Haut de page

Auteur

Étienne Fouilloux

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals