Navigation – Plan du site

PIEL Louis-Alexandre

PIEL Louis Alexandre à l’état civil ; PIEL Pie en religion
Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Né le 22 août 1808 à Lisieux (Calvados), mort le 19 décembre 1841 au couvent de Bosco (Italie).
Architecte, membre fondateur de la confrérie Saint-Jean l’Évangéliste, novice.

Haut de page

Historique

Notice validée le 14/07/2019.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 15 mai 1841 à Saint-Clément à Rome (Italie)
• Profession simple : Pie IX institue l’usage de faire profession simple en 1857
• Profession solennelle : 30 novembre 1841 au couvent de Bosco (Italie)

1Lorsque Lacordaire lance son appel (L’Univers du 11 septembre 1838) à contribuer au rétablissement de l’Ordre des frères prêcheurs, Louis-Alexandre Piel l’entend comme une éventuelle possibilité de donner un sens à sa vie. Il faut attendre Pâques 1840 pour qu’il abandonne son avenir professionnel prometteur et parte rejoindre Lacordaire à Rome où il retrouve son ami Hippolyte Réquédat qui l’a précédé dans la vie religieuse. Si, à partir de 1837, son parcours spirituel peut se confondre avec celui de Réquédat, sa profession d’architecte lui confère – en plus – une certaine notoriété. Ayant l’expérience d’un homme un peu plus âgé que les jeunes gens (il a, par exemple, neuf ans de plus que Réquédat) avec lesquels il partage sa quête philosophique et artistique, il affiche une certaine envergure intellectuelle qui lui confère une aura. Sa renommée a laissé des traces au point de susciter, après sa mort, des notices biographiques aux accents hagiographiques, comme celles d’Amédée Teyssier et, à sa suite, celles d’Alexandre de Beaurepaire ou de l’abbé Signerin qui ont tenu à honorer sa mémoire.

Commis ou notaire ?

2Louis-Alexandre Piel naît dans une famille de marchands lexoviens, jouissant d’une aisance certaine : son père, Louis Maurice Piel, est marchand épicier, son grand-père maternel, François Charles Quesnel, marchand de frocs. Il est l’aîné d’une fratrie de trois enfants, une sœur, qui tiendra une place importante dans sa vie, et un frère dont on ignore tout. Il perd jeune (en 1914, il a six ans) sa mère, Joséphine Quesnel, ce qui lui vaut d’être élevé par une cousine avant d’intégrer le collège de sa ville natale. En 1826, à la suite d’un revers de fortune qui anéantit la prospérité familiale, il décide, malgré l’insistance de son père, d’abandonner ses études pour travailler. Il entre alors comme commis dans une droguerie parisienne dans la perspective d’embrasser une carrière commerciale dont il fait quatre ans plus tard le constat qu’elle ne lui convient pas. Son père l’incite ensuite à envisager de devenir notaire et l’envoie chez un oncle, à Orbec, situé à une vingtaine de kilomètres de Lisieux, pour apprendre le métier. Mais, après quelques mois de transcription d’actes notariés, persuadé qu’il se fourvoie, il quitte l’étude, résolu à s’orienter vers une autre profession. Son choix, dont on méconnaît les motivations, est pris avec fermeté : « Je serai architecte ou je ne serai rien », déclare-t-il à son père (Teyssier, p. 15).

Un architecte buchézien

3En 1833, Piel entre dans l’atelier de François Debret à Paris. Est-ce un hasard ou la réputation de cet architecte (architecte en chef de la Ville de Paris, inspecteur général des bâtiments civils, membre de l’Académie des Beaux-Arts) qui le conduit à être initié à l’architecture dans cet atelier ? Quoi qu’il en soit, et vraisemblablement parce qu’il s’oppose aux formes architecturales qu’on y pratique et qui sont portées au pinacle, il n’est pas un élève assidu, préférant côtoyer les élèves d’Ingres dont les conceptions artistiques correspondent davantage aux siennes. Il prône alors les anciens maîtres contre les modernes, allant même jusqu’à souhaiter une rénovation de l’art architectural. Piel, qui avait été un lecteur de L’avenir et vraisemblablement un disciple (Isambert, p. 305), fréquente en même temps l’École de Buchez (rue Chabanais), un lieu propice pour discuter philosophie, économie, art et religion. Amédée Teyssier y fait sa connaissance.

4

« Je n’ai jamais vu de type d’artiste plus parfait que Piel à cette époque. Ses cheveux d’un noir d’ébène, donnaient issue, par deux triangles rentrants, à un front plein de majesté. Toutes les parties de son visage étaient harmonieusement disposées ; et jamais homme n’exprima plus énergiquement que lui les sentiments qu’il voulait faire passer dans l’esprit des autres. Au simple appel de sa volonté, la grâce et la douceur venaient embellir de leurs touchantes expressions la hardiesse et la fierté naturelle de ses traits. Sans être beau, il plaisait. » (Teyssier, p. 24). Dessin anonyme.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Piel trouve, en effet, rue Chabanais, matière à nourrir et à justifier ses goûts architecturaux. Bien que ses convictions rationalistes le situent à l’extérieur de la pratique catholique, il est un partisan déterminé du gothique primitif, pensant – comme tout buchézien avant 1835 – que l’Église a connu un dynamisme au Moyen-Âge qui s’est transformé en décadence à partir de Léon X : « L’Église aurait perdu toute influence et par là tout rôle historique, et cela, parce qu’elle aurait trahi sa mission. » (Isambert, p. 154) C’est avec cette certitude, qu’au bout de deux ans d’apprentissage, il décide de faire un voyage en Allemagne à des fins comparatives : lequel des deux pays a promu au mieux « l’architecture chrétienne » ? Franchissant le Rhin, il va de ville en ville visiter les cathédrales du XIIIe siècle qui sont, à ses yeux, l’expression la plus achevée de l’art catholique. À son retour, il publie Fragments d’un voyage architectural en Allemagne dans L’Européen (février et mars 1836) qu’il termine par ses mots : « L’éclectisme est un non-sens […] les arts ne peuvent être ramenés à l’état de synthèse parfaite que par la croyance qui construit des temples pour y prier et pour y enseigner les saints exemples », ce qui conforte les idées de ses amis buchéziens et lui doit d’être remarqué par le comte de Montalembert.

6Entre des petits travaux de rénovation (préfecture d’Auxerre, églises dont celle de Lisieux), Piel continue à donner des articles critiques à L’Européen, deux sur le « Salon de 1837 » où il conclut que « l’art ne saurait exister sans le dogme et la doctrine religieuse » (l’abbé Signerin), un autre sur l’église de la Madeleine qu’il considère comme le produit d’« une école matérialiste ou sceptique, sérieusement amoureuse de l’art gréco-romain », un autre encore intitulé « Déclamation contre l’art païen », véritable anathème contre toute forme artistique non catholique. Amédée Teyssier évoque une lettre adressée à son père où il lui annonce qu’il a écrit des articles « pour l’Encyclopédie », qu’il a préparé une étude sur Vitruve pour L’Européen et qu’il travaille sur les nombres impairs de l’Ancien Testament. Son travail semble ensuite, au cours de l’année 1837, être accaparé par le concours concernant l’église Saint-Nicolas à Nantes. Sollicité par le curé Félix Fournier qui juge son église trop petite, il doit réaliser un projet en vue de sa reconstruction et proposer un budget. Fournier qui a trouvé en Piel l’architecte qui cherche à donner une dimension symbolique aux églises, revendique la nécessité d’un bâtiment gothique – style qu’il a imposé à son conseil de fabrique – pour remplir les conditions du culte :

« Des dimensions qui peuvent s’adapter au chiffre des fidèles, de hautes voûtes qui permettent à la fois à l’air de circuler librement et à la prière de s’élever, de larges baies qui laissent entrer la lumière si nécessaire au confort des fidèles et à la symbolique religieuse, une distribution intérieure adaptée à la liturgie, un édifice enfin dont la beauté est digne de Dieu qui l’habite et porte témoignage de la foi des hommes qui le construisent. » (Haugommard, p. 150).

7Logé pendant plusieurs mois au presbytère, Piel se met à l’œuvre. Guidé par Fournier, il étudie le terrain, s’entretient avec les administrations locales, discute des matériaux nécessaires pour proposer des plans (Pothier, p. 409). S’il partage les goûts et l’amitié de son curé commanditaire, il se heurte progressivement au Conseil des Bâtiments civils qui considère son implication religieuse trop importante et jugera finalement ses plans discutables et le budget trop élevé. Son projet sera repris – notamment le caractère gothique du bâtiment – et modifié par l’architecte Jean-Baptiste Lassus dont le programme sera adopté en 1841.

Église Saint-Nico...Église Saint-Nicolas à Nantes

Église Saint-Nicolas à Nantes

Située au cœur de Nantes, l’église Saint-Nicolas, au style délibérément gothique, selon les plans de Louis-Alexandre Piel, remaniés par Jean-Baptiste Lassus pour que sa construction puisse être réalisée.

Photo Charles Suaud/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8C’est durant son séjour à Nantes, en attendant que son projet de reconstruction de l’église Saint-Nicolas soit accepté ou refusé, que Piel se lie avec Niccolò Tommaseo, écrivain italien exilé « volontaire » en France (Gendrat-Claudel, p. 220), Hippolyte Réquédat et Charles Aubert, avocat. Il connaissait probablement Niccolò Tommaseo, qu’il avait dû rencontrer chez Buchez et qu’il retrouve comme directeur des études à l’Institut pratique de Nantes, un établissement religieux « inspiré des préceptes de Lamennais » (Gendrat-Claudel, p. 239) où lui-même donne des cours de dessin. S’il est impossible de savoir comment il s’est lié avec Réquédat et Aubert, on sait que ces quatre buchéziens se voient fréquemment, soit chez Tommaseo, soit à la cure de Saint-Nicolas. Ils forment un petit cercle où leurs discussions, le plus souvent philosophiques, les amènent à reprendre les idées de Buchez sur la religion jusqu’au moment où Tommaseo, las d’entendre contester la lecture buchézienne de saint Thomas d’Aquin, leur propose de lire ensemble La Somme de saint Thomas qu’il a emportée dans son exil. Cette initiation, sous la férule de Tommaseo, catholique intransigeant formé au séminaire de Split (Empire autrichien), devient de véritables séances de travail qui vont peu à peu fissurer le rationalisme de ses « disciples ». À la fin du printemps, Piel fait découvrir la Bretagne à Tommaseo, puis gagne, avec sa sœur, Paris où il s’installe dans un atelier qui donne sur le chevet de Notre-Dame.

9À Paris, où le rejoint bientôt Réquédat, il poursuit ses travaux d’architecture (plans d’une petite église gothique dans les environs de Pontarlier, dessin d’une chaire pour la cathédrale de Sens) et s’insurge contre la dégradation de Notre-Dame. À l’image de Victor Hugo dont le livre Guerre aux démolisseurs ! est un véritable cri de colère contre les démolitions patrimoniales, il écrit au préfet de la Seine, au préfet de police et au garde des Sceaux afin que les statues de Notre-Dame ne soient pas mutilées, ni ses murs souillés, dénonçant l’irrespect des Pompes funèbres et le laisser-faire du clergé. Quand son travail ne l’oblige pas à rester à l’atelier, il voit son ami Réquédat. « Ils voulaient les mêmes choses ; ce que l’un faisait, l’autre le faisait aussi. Ils avaient les mêmes sentiments, la même volonté, les mêmes désirs ; ils étaient frères en un mot, car ils vivaient en frères », écrit Teyssier. Ils vont ensemble chez Buchez chez lequel ils se rendent avec la conscience d’avoir changé leur regard sur la religion depuis leur initiation à la pensée de saint Thomas. Ils se lient avec des jeunes artistes et intellectuels, notamment Besson, Teyssier, Olivaint et Hernsheim (tous deux élèves de l’École normale), qui partagent leur quête religieuse et sont, comme eux, aux prises d’un lent processus de conversion, voire d’un désir d’apostolat.

PortraitPortrait

Portrait

Médaillon en plâtre de Louis-Alexandre Piel (auteur anonyme).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

10C’est grâce à Réquédat, qui vient d’entrer dans l’archiconfrérie du Très Saint et Immaculé Cœur de Marie fondée par Charles-Éléonore Dufriche des Genettes (le plus souvent orthographié Desgenettes), curé de Notre-Dame des Victoires, à Paris, que Piel, à sa suite, franchit le seuil de l’église et renoue avec la pratique religieuse, à la grande joie de sa sœur et de son père. Mais comment traduire désormais cette adhésion à un catholicisme intégral ? Réquédat, le premier, a trouvé très vite chez Lacordaire le sens qu’il veut donner à sa vie en se vouant au rétablissement de l’Ordre des frères prêcheurs. Si Piel s’intéresse aux destinées de l’Ordre de Saint-Dominique, il ne prend pas la même décision que son ami, préférant se consacrer à sa vie professionnelle. Il entretient néanmoins une correspondance avec Réquédat depuis son départ au début du mois de mars 1839 qui n’est pas sans l’influencer et le persuader de le rejoindre. Quand ce dernier le sollicite pour fonder et organiser une confrérie d’artistes, à l’image de celle que Jean-Baptiste Besson et le paysagiste Louis Cabat sont en train de créer à Rome, il accepte immédiatement la proposition :

« Des artistes français, touchés du spectacle que présente le monde, ont désiré contribuer à sa régénération par l’emploi chrétien de l’art ; et, comme l’isolement créé par des lois contre nature est aujourd’hui une des grandes plaies dont souffrent les hommes, ils ont cru bon d’établir entre eux une des confraternités nommées confréries dans le langage doux et profond de l’Église.

Les règles qui suivent sont l’expression de cette volonté qu’ils ont eue dans leur jeunesse et qu’ils espèrent garder toute leur vie, de travailler ensemble sous Jésus-Christ et son Église, à la rédemption de l’humanité.

Plaise à Dieu, source unique des choses qui durent et qui profitent, de bénir leur dessein ! Si quelques âmes attirées à leur commerce recouvrent assez de lumière pour passer de la vie des intérêts à la vie du dévouement, ils ne l’attribueront point à eux-mêmes, mais à Celui qui ressuscite les morts, et dont la main, toujours étendue, ne s’ennuie jamais de chercher les cœurs las pour les rafraîchir, les cœurs vides pour leur donner le ressort à l’abri des coups qui ne sont que mortels.

Ils ont, du reste, placé leur confrérie sous la protection de saint Jean parce que saint Jean, apôtre, évangéliste, prophète, fut, de tous les amis du Christ, celui qui pénétra le plus avant dans les mystères de la beauté et de l’amour divin, ces objets éternels de la contemplation des vrais artistes. »

Lettre de Lacordaire, 21 juillet 1839 (La Quercia)

11Il invite des architectes, musiciens, sculpteurs et peintres « ayant une foi profonde et un grand désir de travailler à étendre le règne de Jésus-Christ » (Lacordaire à Piel, 25 mai 1839), qui approuvent les statuts rédigés par Lacordaire, à se rassembler dans une première assemblée, le 27 décembre 1839 à Notre-Dame des Victoires pour fonder la confrérie Saint-Jean l’Évangéliste. Après la messe de communion et la profession de foi de Pie IX lue à haute voix, Louis-Alexandre Piel est élu prieur, l’architecte et archéologue Victor Gay, secrétaire, et le sculpteur Jehan Du Seigneur, trésorier. La devise choisie est « non nobis » (Non nobis, non nobis, Domine. Sed nomini tuo da gloriam ; Non pas à nous Seigneur, non pas à nous. Mais à Ton Nom (seul), donne la gloire) et le jour de réunion est fixé au vendredi.

12Une fois la confrérie en place, Piel hésite encore à reconnaître sa vocation au motif de chantiers (comme le projet d’une église de Byans-sur-Uziers dans le Doubs) qu’on lui confie. Il faut la mort de sa sœur, le 2 décembre 1840 – « une mort édifiante » à laquelle il assiste et qui le touche profondément – pour le convaincre d’abandonner l’architecture et faire le choix de prendre l’habit des frères prêcheurs. Réquédat, qui sent son ami encore perplexe, réfute tous les arguments de ceux qui cherchent à le retenir au prétexte qu’il serait plus utile à la religion en restant architecte qu’en devenant moine.

« Quant aux objections qu’on a apportées à votre future vocation de dominicain, elles me paraissent aussi faibles qu’elles devaient l’être. Vous avez reçu de Dieu des talents, eh bien ! pouvez-vous jamais mieux faire que les consacrer à leur auteur ? Et je ne sache pas que le compas ne puisse convenablement orner la ceinture du frère prêcheur lorsqu’il s’allie au chapelet. Mais laissons dire les hommes, et suivons la route que nous trace le Seigneur. Toulours est-il qu’il me paraît peu probable que Dieu veuille séparer dans l’avenir deux frères jumeaux dans la foi. Car le souvenir de nos conversations à Nantes n’est pas sorti de ma mémoire. Non, Dieu ne séparera pas deux amis dont la seule crainte en entrant ensemble dans un couvent était de s’aimer trop. »

Lettre de Réquédat, 19 mai 1839

Dominicain

13Piel quitte Paris le 20 avril 1840 avec Charles Hernsheim qui a choisi comme lui d’entrer dans l’Ordre de Saint-Dominique. Haltes à Lyon, Avignon, Arles, Marseille, puis embarquement à bord du Léonidas pour Rome et arrivée à Sainte-Sabine où il est accueilli par Lacordaire et Réquédat dont la santé donne des signes d’inquiétude. Entre les deux leçons quotidiennes de théologie consacrées à l’étude de saint Thomas, il découvre « la Ville éternelle », visitant églises et monuments, souvent en compagnie d’Alexandre Jandel, Louis Aussant, Charles Hernsheim, Pierre Bonhomme, Ferdinand Danzas, futurs novices, et d’artistes tels le peintre Jean-Baptiste Besson, les sculpteurs Jean Bonnassieux, pensionnaire de la villa Médicis et Eugène-Louis Bion, Joseph-Hugues Fabisch, le musicien Charles Gounod (lui aussi pensionnaire à la villa Médicis), tous membres de la Confrérie de Saint-Jean l’Évangéliste. Assez vite, lorsque la maladie dont souffre Pierre Réquédat semble irrémédiable, Piel assiste son ami et l’accompagne jusqu’à sa mort le 2 septembre 1840. Cette disparition – le premier compagnon de Lacordaire – frappe douloureusement tous ceux qui ont décidé de participer aussi au rétablissement de l’Ordre des frères prêcheurs. Piel écrit à Amédée Teyssier :

« Après les larmes vient la joie ; le Seigneur aime ceux qu’il éprouve, et il approuve les travaux quand on meurt à la peine. Un meilleur Français pouvait-il mourir pour le rétablissement des Frères prêcheurs en France ? Qui a le plus aimé la patrie ? Qui se serait plus volontiers sacrifié pour elle ? Il l’a fait : c’est une bénédiction pour nos travaux, vos coups les plus rudes renferment un miel caché. Il m’a fait plus de grâces cette année que jamais, et jamais il ne m’a plus durement châtié. Bénissons-le en toutes choses. »

14Lacordaire, qui vient d’achever la Vie de saint Dominique, entreprend des démarches pour que le petit couvent de Saint-Clément devienne un noviciat pour les futurs novices français de Sainte-Sabine. Une fois obtenu l’autorisation de l’occuper, il demande à Piel de se charger des travaux nécessaires pour accueillir ceux qui sont décidés à prendre l’habit. À peine ont-ils le temps d’emménager et d’y faire une retraite avec leur futur prieur, le père Lamarche, que « la Congrégation de la discipline régulière » interdit « l’érection d’un noviciat français puisqu’il n’y a[vait] plus de province en France » (Foisset, p. 521). Quelques jours plus tard, le 5 mai 1841, la même congrégation demande que les postulants au noviciat quittent Rome et soient répartis entre les couvents de Bosco et de La Quercia, sans Lacordaire. Au mois de mai 1841, les frères Jandel, Hernsheim, Aussant, Bourard, et Rey-Lafontaine partent le 11 pour La Quercia, près de Viterbe, les frères Piel, Besson, Bonhomme, Danzas et David gagent Bosco, dans le Piémont, le 13.

Le couvent de Bos...Le couvent de Bosco (Italie)

Le couvent de Bosco (Italie)

Gravure de Canedi (XIXe siècle).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

15Piel reçoit l’habit dominicain le 15 mai, à Bosco, avec le nom de frère Pie. Il commence son noviciat et comprend bientôt qu’il est atteint de la même maladie que le frère Pierre (phtisie pulmonaire) et que sa mort approche. Il fait sa profession, in articulo mortis, le 30 novembre et meurt le 19 décembre au couvent. Lacordaire, très touché par la perte de son deuxième compagnon, écrira dans le rapport qu’il fait au chapitre provincial le 15 septembre 1854 :

« Architecte éminent déjà, homme éloquent, esprit vaste et créateur, Piel nous promettait une de ces âmes destinées par Dieu à soutenir les choses qui naissent. Il nous trompa tous par la brièveté de son temps. La mort nous l’enleva au moment même où, dispersés loin de Rome par des ordres dignes de tout notre respect, il nous était le plus nécessaire pour nous consoler et nous fortifier. » (Duval, p. 332)

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Amédée Teyssier, Notice biographique sur Louis-Alexandre Piel. Architecte… voyage architectural en Allemagne, Église de la Madeleine, et autres écrits de Piel sur l’art chrétien, Paris, Debécourt, 1843. — Alexandre de Beaurepaire, « Frère Piel, de Lisieux », Revue de Rouen et de la Normandie, octobre et décembre 1843. 34 p. — Abbé Signerin, « Louis-Alexandre Piel, architecte, religieux de l’Ordre des Frères prêcheurs », Journal des Bons exemples, Lyon, impr. de Girard et Josserand, s.d. — Théophile Foisset, Vie du RP Lacordaire, Paris, Lecoffre et Cie, 1870, t. 1. — L’année dominicaine, 1869, « Discours du TRP Souaillard provincial pour la translation (à Flavigny) des restes de nos frères morts en Italie », p. 309 ; 3 septembre 1872, p. 351-361 ; 1876, p. 517-518 ; 1894, p. 260. — Charles Clair, sj, Pierre Olivaint, sj, Paris/Bruxelles, Victor Palmé/J. Albanel, 1878. — Le RP Chocarne, RP H.-D. Lacordaire. Sa vie intime et religieuse, Paris, Librairie Poussielgue frères, 1879. — Augustin d’Arres, Mon portefeuille et souvenirs du noviciat de Bosco, Bruxelles, J. Albanel, Genève, H. Trembley, Paris, Société générale de librairie catholique, 1884, p. 161-162 et 374-375. — L’abbé P. Ferrand, Manuel de l’Archiconfrérie de Notre-Dame des Victoires, Bourges, Imprimerie Tardy-Pigelet, 1895. — Petre Ciureanu, « Tommaseo a Nantes », Archivio storico del Monferrato, anno 1, gennaio-giugno 1960, p. 48-81. — André Duval, « Le rapport du P. Lacordaire au chapitre de la province de France (septembre 1854) », Archivum Fratrum Praedicatorum, vol. XXXI, 1961, p. 326-364 [appendice III : « Les 82 premiers profès de la Province de France (1840-1854) »] ; « Lacordaire et Buchez. Idéalisme révolutionnaire et réveil religieux en 1839 », Revue des sciences philosophiques et théologiques, t. XLV, juillet 1961, p. 422-455. — François-André Isambert, Buchez ou l’âge théologique de la sociologie, Paris, Éditions Cujas, 1967. — Henry Donneaud, Histoire du thomisme XIXe-XXe siècle ; I. La renaissance thomiste avant Léon XIII, cours professé à la faculté de l’Institut catholique de Toulouse, février-juin 1995. — Henri-Dominique Lacordaire, La liberté de la parole évangélique. Écrits, conférences, lettres, Textes choisis et présentés par André Duval et Jean-Pierre Jossua, Paris, Les Éditions du Cerf, 1996. — Henri-Dominique Lacordaire, Correspondance, t. I 1816-1839 ; t. II 1840-1846, édition établie par Guy Bedouelle et Christoph-Aloïs Martin, Academic Press Fribourg/Les Éditions du Cerf, 2001 et 2007. — Michel Albaric, Bruno Horaist, Un peintre dominicain Jean-Baptiste Besson (1816-1861), Mairie du XIIIe arrondissement de Paris/Bibliothèque du Saulchoir, 2001. — Aurélie Gendrat-Claudel, Postface : « Exils et subversions. Sur les terres françaises de Niccolò Tommaseo (1802-1874) » dans Niccolò Tommaseo, Fidélité, Paris, Éditions Rue d’Ulm/Presses de l’École normale supérieure, 2008. — Lumière & Vie, « Dossier Lacordaire », 289, janvier-mars 2011. — Michel Albaric, Louis-Alexandre Piel, op. (en religion fr Pie), Notes de travail 2013. — Stéphane Haugommard, Les églises du diocèse de Nantes au XIXe siècle. Des édifices pour le culte, des monuments pour une reconquête, Rennes, PUR, 2015.

Haut de page

Table des illustrations

Légende « Je n’ai jamais vu de type d’artiste plus parfait que Piel à cette époque. Ses cheveux d’un noir d’ébène, donnaient issue, par deux triangles rentrants, à un front plein de majesté. Toutes les parties de son visage étaient harmonieusement disposées ; et jamais homme n’exprima plus énergiquement que lui les sentiments qu’il voulait faire passer dans l’esprit des autres. Au simple appel de sa volonté, la grâce et la douceur venaient embellir de leurs touchantes expressions la hardiesse et la fierté naturelle de ses traits. Sans être beau, il plaisait. » (Teyssier, p. 24). Dessin anonyme.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1481/img-1.png
Fichier image/png, 164k
Titre Église Saint-Nicolas à Nantes
Légende Située au cœur de Nantes, l’église Saint-Nicolas, au style délibérément gothique, selon les plans de Louis-Alexandre Piel, remaniés par Jean-Baptiste Lassus pour que sa construction puisse être réalisée.
Crédits Photo Charles Suaud/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1481/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Portrait
Légende Médaillon en plâtre de Louis-Alexandre Piel (auteur anonyme).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1481/img-3.png
Fichier image/png, 216k
Titre Le couvent de Bosco (Italie)
Légende Gravure de Canedi (XIXe siècle).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1481/img-4.png
Fichier image/png, 3,1M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nathalie Viet-Depaule, « PIEL Louis-Alexandre », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, P, mis en ligne le 24 juillet 2019, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1481

Haut de page

Auteur

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals