Navigation – Plan du site

AccueilDictionnaireNotices biographiquesPPOTTON Marie-Ambroise

POTTON Marie-Ambroise

POTTON François Louis Pierre à l’état civil ; POTTON Ambroise puis Marie-Ambroise en religion
Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Né le 28 octobre 1824 et mort le 16 novembre 1898 à Lyon (Rhône).
Maître des novices étudiants (1855-1859) et prieur à Chalais (1858-1859), maître des novices étudiants à Lyon puis à Carpentras (1860-1874) ; théologien au concile Vatican I, prieur de la Province de Lyon (1874-1886).

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 15/10/2023

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 2 octobre 1850 à Flavigny
• Profession simple : Pie IX institue l’usage de faire profession simple en 1857
• Profession solennelle : 2 octobre 1851 à Flavigny
• Ordination sacerdotale : 7 avril 1855 à Rome
• Transfiliation pour la Province de Lyon : 21 septembre 1859

1Louis – de son prénom de baptême – Potton naît à Lyon entre Saône et Rhône, rue Pizay. Fils d’Auguste Ferdinand Potton, l’un des plus importants négociants-fabricants de soieries de la ville qui participera à l’exposition universelle à Londres en 1851, et de Jeanne Marie Olympe, née Martin, il est l’aîné de cinq enfants : Julie Dyonise Marie (1826-1828), Jean Alphonse Ferdinand (1828), qui renoncera à Saint-Cyr et deviendra capucin sous le nom de frère Chrysostome, Edward (1831) et Marie Olympe Ernestine (1835), qui épousera en 1855 un des frères de Joseph Laboré. Il faut ajouter que du côté de son oncle paternel, Ariste Ferdinand Potton, médecin, marié avec Amélie Falsan, Louis Potton est cousin des parents de Marie-Joseph Lagrange.

2Externe au Collège royal (futur lycée Ampère), situé à proximité du domicile familial, Louis Potton manifeste un goût prononcé pour les études, appréciant particulièrement l’enseignement de l’abbé Noirot, professeur de philosophie, qui avait déjà suscité l’admiration de Frédéric Ozanam. Après le baccalauréat et, bien que l’abbé Noirot lui ait suggéré de poursuivre des études à l’université, Louis Potton se conforme au désir de son père en entrant dans son magasin où il se révèle un véritable homme d’affaires. Il y retrouve un de ses condisciples, devenu l’associé de son père, Camille Rambaud, avec lequel il se lie d’amitié et qui sera, plus tard, à l’origine de la fondation du couvent du Saint-Nom de Jésus.

Une vocation religieuse

3Louis Potton doit à la révolution de 1848 l’infléchissement du cours, voire du sens, de sa vie. Il s’engage rapidement dans la garde nationale mise en place par Emmanuel Arago, commissaire du gouvernement provisoire à Lyon, destinée à maintenir l’ordre dans la ville, et découvre, parallèlement, le paupérisme à travers les souhaits démocratiques que professent divers clubs et une certaine presse partisane. Il décide, dans la foulée, de faire partie de la conférence de Saint-Vincent de Paul de la paroisse Saint-Pierre et de s’initier à la pratique de la charité à domicile. C’est au même moment qu’il lit, avec son frère, les conférences données à Notre-Dame de Paris par Henri-Dominique Lacordaire qui leur font prendre la mesure d’un christianisme auquel ils aspirent et qui vont être à l’origine de leurs vocations religieuses respectives. En 1850, après quelques jours à la Grande Chartreuse, attiré par l’Ordre de Saint-Dominique, Louis Potton se rend à Flavigny pour rencontrer Lacordaire. Si aucune trace de l’entrevue n’existe, celle-ci a dû être déterminante puisque, le 6 septembre 1850, sans prévenir ses parents qui se seraient opposés à sa décision, il retourne à Flavigny. Il y trouve Antonin Danzas, prieur du couvent, et réaffirme son désir d’entrer dans l’Ordre des frères prêcheurs. Décidé à ne pas revenir sur son choix, il demande à rester au couvent pour que sa famille admette sa volonté de devenir religieux. Il revêt l’habit le 2 octobre sous le nom de frère Ambroise auquel il ajoutera celui de Marie, le 5 juin 1862, afin de se distinguer d’Ambroise Laboré, entré dans l’Ordre en 1857, qu’il connaît bien pour être l’un des deux beaux-frères de sa sœur Olympe.

Le couvent des carmes, siège du studium de la province de France entre 1849 et 1851

Le couvent des carmes, siège du studium de la province de France entre 1849 et 1851

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4Novice à Flavigny, Ambroise Potton passe ensuite un an au couvent des Carmes, rue de Vaugirard, à Paris – qui abrite depuis 1849 le couvent d’études – pour étudier la philosophie puis, en septembre 1852, est assigné à Chalais pour commencer le cursus de théologie. Son aptitude pour l’étude est telle que Lacordaire, qui est alors provincial, envisage de lui confier à l’avenir la charge de père-maître. Envoyé dans cette perspective, l’été 1854, au couvent de la Minerve à Rome pour suivre les cours de théologie scolastique pendant un an, il se lie avec Vincent Jandel, maître de l’Ordre depuis 1852. Leur conception identique de la vocation dominicaine renforce leur estime réciproque au point de ne jamais se démentir comme le prouve leur abondante correspondance. Ayant passé avec succès en juillet 1855 l’examen du lectorat, Ambroise Potton revient au couvent de Chalais où Antonin Danzas, qui a succédé entre-temps à Henri Lacordaire comme prieur provincial, l’institue immédiatement maître des novices étudiants – en remplacement de Raymond Larcher – et professeur de morale. Désireux de faire face au mieux à ses nouvelles fonctions, il demande conseil à Louis-Marie Pierson, père-maître des novices à Flavigny, qui lui répond :

Mon but est de conduire les âmes à la connaissance et à l’amour de Jésus. […] Inspirez encore aux novices un grand amour pour l’observance régulière, non pas seulement pour l’observance extérieure, mais ne cessez jamais de les porter à bien animer leurs observances, leurs jeûnes, leurs abstinences, leurs veilles, leurs inclinations : rationabile obsequium. Que tout ce culte extérieur soit soutenu, entretenu, alimenté, vivifié par le culte intérieur, la pratique des vertus qui seront la forme de tous ces actes.

5Potton comme Pierson partagent la même exigence dans la manière d’être religieux. Ils font partie de ceux qui, à la suite du maître de l’Ordre, souhaitent une vie conventuelle selon la stricte observance. C’est dans cette perspective qu’Ambroise Potton entend être attentif à la formation religieuse, intellectuelle et morale des novices dont il a la charge à Chalais.

Genèse de la province de Lyon

6À la fin de sa première année de père-maître, il faut noter un événement qui va se révéler déterminant, car il va infléchir plus tard le cours de la vie dominicaine d’Ambroise Potton. En effet, lorsque le 3 août 1856 Camille Rambaud comprend soudain qu’il peut offrir aux pères dominicains un terrain aux Brotteaux, non loin de la cité de l’Enfant-Jésus (dont il est le fondateur), comme un pied-à-terre provisoire qui pourrait leur permettre d’édifier un couvent, il va trouver, dès le lendemain, Ambroise Potton qui prêche le panégyrique de saint Dominique au collège Saint-Thomas d’Aquin à Oullins. Si, entre-temps, leur amitié s’était quelque peu transformée – Ambroise Potton jouant un peu le rôle de directeur de conscience de Camille Rambaud –, ils s’écrivaient régulièrement. La proposition de Camille Rambaud est une aubaine : elle permet la fondation immédiate d’un couvent de stricte observance qu’Antonin Danzas cherche à créer en profond accord avec Vincent Jandel.

7Ambroise Potton, dont la famille est honorablement connue à Lyon, est chargé d’obtenir rapidement le consentement du cardinal de Bonald, archevêque de Lyon, pour implanter un couvent de l’Ordre de Saint-Dominique. Ce dernier l’ayant bien volontiers accordé, les premières cellules, réfectoire et cuisine sont rapidement construits avec peu de moyens et une volonté de dénuement extrême. Le 24 décembre 1856, Antonin Danzas – en qualité de prieur provincial – bénit la chapelle provisoire et y célèbre la première messe avec les pères fondateurs du couvent du Saint-Nom de Jésus : Louis-Marie Pierson, Pie Bernard, Augustin Pâris, Matthieu Lecomte, Antonin Doussot, André Meynard, Marie-Augustin Chardon et deux frères convers, Louis Guillat et Jacques Falquet.

8Ce couvent qui, sous l’égide du maître de l’Ordre, va mettre en pratique les constitutions de l’Ordre de manière plus stricte, se veut exemplaire et différent de ceux établis par Lacordaire dont le principal objectif est de promouvoir la vie apostolique. En effet, les premiers frères du couvent de Lyon se prononcent pour une observance « littérale », telle que les constitutions la définissent depuis le XIIIe siècle. Si cette fondation est vécue par l’ensemble des frères comme une réelle fracture entre eux, qui prélude à la scission de la province de France en plusieurs provinces, Ambroise Potton, convaincu de sa nécessité, en est un des acteurs essentiels. Ses fonctions ne l’autorisent pas à faire partie des premiers dominicains du couvent du Saint-Nom, mais il va, à chaque fois qu’il s’y rendra, relater au maître de l’Ordre ses visites dans de longues lettres – comme une sorte de chronique de la vie conventuelle – où il commente ses observations et ses impressions sur le comportement des frères. Il s’y autorisera d’autant plus que la circulaire de Jandel adressée à tous les frères prêcheurs de France, le 18 février 1857, rappelle leur manque d’observance régulière, « si préjudiciable à l’unité et à la vie morale d’un corps religieux » et fait du couvent de Lyon un exemple, voire un laboratoire, où les frères pendant une année se consacreront seulement « à l’étude pratique de la vie spirituelle ».

9En novembre 1858 – un mois après que Lacordaire a été élu à nouveau prieur provincial –, Ambroise Potton, en plus de ses fonctions de père-maître, devient prieur. Il doit gérer à la fois l’augmentation chaque année du nombre de novices (au total plus d’une quarantaine de religieux) et l’exiguïté des bâtiments du couvent de Chalais. Le 30 juin 1859, Henri-Dominique Lacordaire, qui venait d’acquérir l’ancien couvent royal de Saint-Maximin avec l’idée d’y transférer le noviciat, arrive à Chalais et réunit les religieux dans la salle capitulaire pour annoncer leur départ immédiat. Il demande au prieur d’organiser le déménagement du couvent et donne rendez-vous aux frères novices à la gare de Voreppe le 2 juillet.

10Ambroise Potton saisit l’occasion pour faire part à Lacordaire de son souhait de ne pas rejoindre Saint-Maximin, mais d’être assigné au couvent de Lyon. Devant le refus d’Henri Lacordaire, il sollicite Vincent Jandel pour qu’il obtienne du Saint-Siège sa future transfiliation : Pie IX la lui octroiera le 9 septembre 1859.

Quant au P. Potton, il avait demandé au Saint-Père la grâce de passer à Lyon six mois d’épreuves et de pouvoir ensuite y être transfilié, s’il persévérait, et que le couvent consentît à l’accepter. Sa demande vient de lui être accordée et a été renvoyée à moi pour exécution : je ne crois pas devoir y mettre d’entraves (lettre de Jandel à Lacordaire le 17 septembre 1859).

Le Rosaire perpétuel, marqueur des dominicains de la nouvelle province de Lyon

Le Rosaire perpétuel, marqueur des dominicains de la nouvelle province de Lyon

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

11Ambroise Potton rejoint alors la petite communauté du Saint-Nom le 18 octobre 1859 où il peut assumer sa vie religieuse telle qu’il le souhaite. Il est, à l’instar des autres frères du couvent, soumis à « un temps d’épreuve » à l’issue duquel il est définitivement considéré comme transfilié. Il écrit au maître de l’Ordre qu’il est tout à fait favorable à cette vie conventuelle, que ce qu’il observe « l’édifie beaucoup ». Il fait des menus travaux, entame un ministère de prédication, anime le Rosaire aux côtés de Marie-Augustin Chardon, qui venait de restaurer le Rosaire perpétuel, et rédige trois petits ouvrages, De la vocation religieuse et De la religion naturelle et de la religion chrétienne en 1859 puis Saint Joseph, ses gloires et ses privilèges en 1860. Sa totale intégration lui vaut de retrouver, le 1er octobre 1860, sa charge de maître des novices qu’il va d’abord exercer à Lyon, puis à partir de janvier 1862 à Carpentras. Fin 1860, à la demande de Jandel, Potton lui écrit une longue lettre qui décrit les différences qu’il convient de mesurer entre les couvents de la Province de France et le couvent de Lyon, soulignant qu’il s’agit plus d’une différence d’esprit que de règlement. Celui-ci se manifeste par un plus grand détachement du monde, un point de vue plus mystique de la vie religieuse, un silence plus rigoureux (suppression de la moitié des récréations), une obligation de l’oraison, une observance plus stricte, une pénitence plus austère, lever à minuit, jeûne... un ensemble de dispositions incontournables qui tendent à donner à la vie conventuelle une forme plus monastique qu’apostolique.

12À Carpentras, le nouveau couvent d’études de la Province d’Occitanie – qui vient d’être fondée par Antonin Danzas redevenu prieur provincial –, Potton exerce à la fois les charges de père-maître des novices profès, de professeur de morale et de sous-prieur tâchant de faire partager sa dévotion mariale. En effet, en plus de ses charges d’encadrement et d’enseignement, il assume, à partir de 1862, la sous-direction du Rosaire perpétuel, et la charge de la rédaction d’articles pour La couronne de Marie. Il publie plusieurs opuscules Le Rosaire et l’adoration eucharistique, Le Mois de Marie pour les associés du Rosaire, Les gloires du très saint Rosaire pour propager, sous une forme nouvelle, l’ancienne pratique du Rosaire perpétuel. Il se fait aussi l’éditeur, à l’intention des dames du tiers ordre dominicain, d’une nouvelle version de l’ouvrage de Jean Dupont, la Vie de la bienheureuse Esprite de Jésus, du Tiers Ordre de Saint-Dominique (1862) et se lie avec les religieuses sacramentines – fondées au XVIIe siècle par Antoine Lequieu du Saint-Sacrement, un dominicain membre de la réforme de Michaëlis – dont il fait connaître les Œuvres choisies par une nouvelle édition, assortie d’une introduction et de notes (1863).

Direction spirituelle au service de moniales

13C’est au début de ses années carpentrassiennes qu’Ambroise Potton prend la direction spirituelle du monastère de Mauléon selon le souhait de mère Marie-Agnès (Romeline Lassalle, née en 1827) et de Mgr François Lacroix, évêque du diocèse de Bayonne, qui, à l’issue de la visite canonique de 1863, décide qu’il serait le « père du monastère ». Des liens d’amitié, de fidélité, de paternité et de filiation spirituelles vont profondément les unir dès sa première visite en août 1862 et durer jusqu’à sa mort en 1898. Peu à peu, son influence auprès des sœurs marque la communauté lui donnant une conception de la vie religieuse qui s’inscrit contre « l’esprit » d’Henri-Dominique Lacordaire. Il exerce, en effet, sa direction pour que l’observance – c’est-à-dire l’ensemble des activités de la vie dominicaine – soit littéralement exercée : pratiques à accomplir de jour et de nuit, silence et pauvreté, chapitre des coulpes, lever de nuit, abstinence perpétuelle, jeûne, clôture, récréations communes, obéissance… ajoutant, cependant, que cette observance peut être adoucie lorsque la santé des sœurs est mise en cause tout comme la pratique quotidienne du Rosaire perpétuel lui semble incompatible avec les observances des moniales. S’il se montre d’accord pour que le monastère devienne un centre de l’association du Rosaire perpétuel, il conseille aux sœurs de ne l’organiser qu’une fois par semaine :

Pour le Rosaire perpétuel, vous pourriez, je crois, prendre le premier samedi de chaque mois, si vous le trouvez à propos, et ce jour-là qui serait le jour de Marie, organiser le Rosaire perpétuel des vingt-quatre heures, sauf bien entendu à ne vous faire aucun scrupule de laisser vacantes les heures difficiles, suivant le nombre et la santé des sœurs et suivant les besoins de l’observance. Une fois par mois, ce n’est pas la même chose que tous les jours : il s’en faut ! surtout avec les restrictions que je propose ; et vous vous uniriez ainsi à l’élan du Rosaire créé par notre petite province.

14L’attachement d’Ambroise Potton au monastère de Mauléon et, surtout, son estime pour la mère supérieure ont donné à son activité auprès des sœurs, comme il le dira lui-même, une place majeure dans sa vie. Elle s’est notamment traduite par la rédaction de nombreux cahiers de méditations sur la Vierge Marie et de livres (1864 Constitutions, 1866 Coutumier, 1871 Cérémonial et Libellus). Sa rencontre avec le monastère de Mauléon a été pour lui une découverte spirituelle déterminante qui l’a amené à s’intéresser à d’autres monastères dont celui d’Arles. Il s’est aussi lié avec la prieure, sœur Marie-Catherine du Saint-Esprit (Marie Jardel, née en 1844), qui allait être la future mère supérieure du monastère de Lourdes.

À l’œuvre des constitutions

15Toutefois, selon André Duval, les ouvrages de spiritualité écrits par Ambroise Potton sont peu « marquants » : ce ne sont pas eux qui vont assurer son rôle prépondérant dans l’Ordre des prêcheurs, mais sa compétence en matière de législation. Tout a commencé au mois d’août 1862 lorsqu’il a prêché la retraite sur « la Vierge Marie et les devoirs et vertus de la vie religieuse » aux sœurs dominicaines de Mauléon. Il avait entamé à l’issue de cette retraite une volumineuse correspondance avec mère Marie-Agnès, qui l’a conduit à constater qu’aucune postulante ne peut avoir accès aux constitutions à cause de la rareté, voire de l’absence totale, de manuels. La situation est plus régie par la coutume que par le droit écrit. Il s’en ouvre à Vincent Jandel qui lui demande alors non pas de republier le manuel juridique de Jean Mahuet, datant du XVIIe siècle, mais de préparer une édition nouvelle avec l’objectif de contribuer au développement de l’observance. En butte à de multiples difficultés pour extraire de « l’inextricable fatras » des textes anciens (notamment italiens) une version accessible, il élabore une mouture qu’il soumet au maître de l’Ordre. Il rédige également un cérémonial et encourage la mère supérieure à écrire un coutumier. Le travail terminé, la publication des Constitutions des sœurs dominicaines du second ordre (1864) donne un manuel pratique qui sera considéré jusqu’en 1929, comme le souligne André Duval dans le Dictionnaire de spiritualité, « dans l’ensemble des monastères français comme le vrai texte constitutionnel selon lequel se faisait la profession solennelle ». Il faut sans doute ajouter que le succès de l’édition des constitutions et sa diffusion par le monastère de Mauléon ont contribué non seulement au développement des monastères et à leur dynamisme spirituel, mais ont aussi profité au rayonnement des congrégations dominicaines que la restauration de la vie religieuse suscitait. Ambroise Potton dira lui-même qu’« elles ont fait un bien immense ».

Lettre d’Ambroise Potton à Vincent Jandel

Lettre d’Ambroise Potton à Vincent Jandel

Une des nombreuses lettres qu’Ambroise Potton a écrite au maître général de l’Ordre lorsqu’il établissait les constitutions des sœurs de Mauléon. En haut, à droite, le commentaire de Vincent Jandel à la réception de la lettre.

Archives générales de l’Ordre des prêcheurs/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

16Fort de cette compétence, Vincent Jandel le sollicite, en 1864, pour réviser les constitutions des frères.

Le P. Jandel aurait pu, de sa propre autorité, rééditer l’ancien volume des Constitutions, avec l’adjonction des lois dictées depuis, ainsi que l’avait fait le P. Séraphin Secchi, en 1620, et le P. Vincent Bandelli, en 1505. Mais, à ses yeux, l’œuvre prenait un autre caractère. Le volume de législation, à mesure qu’il s’était complété comme fond d’ordonnances, avait notablement perdu sous le rapport de la forme, en ce sens que tous ces règlements de plus en plus variés, se groupant autour de l’ancien texte, composaient des accessoires de beaucoup supérieurs au principal, et que des explications relatives à une loi se trouvaient souvent, à force d’additions sur additions, rangées sous un titre où il fallait pour ainsi dire les déterrer. Il y avait donc besoin d’un remaniement considérable (H. Cormier, Vie du P. Jandel, p. 414-415).

17Le projet « qui fasse règle » devait être discuté au prochain chapitre général (1868). Avec un souci de fidélité à la tradition dominicaine, Ambroise Potton – « Réviseur pour la France » – se met au travail qui s’avère extrêmement épineux si l’on considère l’état de « notre législation si embrouillé », écrit-il au maître de l’Ordre. Il se rend à Rome pour consulter les éditions anciennes des constitutions, notamment médiévales à partir de Raymond de Peñafort, puis correspond avec Vincent Ligiez, le socius du maître général, pour qu’on lui concède le prêt de livres qu’il pense utiles pour son travail qui occupe une grande partie de son temps. Il finit par rédiger une nouvelle présentation des constitutions, assorties de notes établies par Ceslas Ruby. Cette première version, accompagnée d’une lettre du maître de l’Ordre, est envoyée en juin 1867 à tous les provinciaux afin qu’elle soit étudiée avant le chapitre. Lorsque ce dernier se tient à Rome, Ambroise Potton, bien que n’étant pas désigné comme définiteur, accompagne Louis-Marie Pierson officiellement en tant que socius du provincial mais, surtout, comme auteur de la révision des constitutions. Le maître de l’Ordre le nomme alors avec Thomas Tosa, de la province du Piémont, Thomas Anselmi, prieur de Gratz et Thomas Burke de la province d’Irlande pour achever l’édition définitive.

18En 1869-1870, il assiste aux sessions du premier concile du Vatican entre décembre et octobre, comme théologien de l’évêque dominicain de Curaçao, Pierre van Ewijk, et de Mgr Louis-Anne Dubreil, archevêque d’Avignon. Il prend part aux travaux de la commission de fide, notamment avec les dominicains français Pie Rouard de Card, Antonin Doussot et Marcolin Chéry et se prononce en faveur de l’infaillibilité du pape en écrivant une brochure sur les devoirs des évêques. Pendant qu’il assiste au concile, le chapitre provincial, qui se tenait à Carpentras en mai 1870, l’élit provincial, mais il demande à être déchargé de cette fonction pour mettre la dernière main aux constitutions. C’est Damien Signerin qui, finalement, accepte d’être prieur provincial à sa place après de multiples tergiversations entre les vocaux du chapitre provincial qui ont demandé au maître de l’Ordre de désigner lui-même un prieur.

19De retour au couvent de Carpentras auprès des novices auxquels il tente à la fois de transmettre l’observance nécessaire à la vie dominicaine (dans une lettre du 28 mars 1869 au maître de l’Ordre, il écrit qu’il ne cesse « de concilier la chèvre de l’observance et le chou de la santé pour empêcher que la première mange le second ») et de poursuivre coûte que coûte son travail sur les constitutions tout en déplorant l’absence des frères convers, qui ont été obligés de quitter le couvent à cause de la guerre franco-allemande :

Il ne faut rien négliger pour faire aboutir aussi tôt que possible l’impression du volume définitif. Il y a quatre ans que l’œuvre est commencée ; et votre mort (quod absit) ou seulement la mienne, ou tel ou tel autre accident suffirait pour tout compromettre (lettre à Jandel, 24 janvier 1871).

20Une intense correspondance avec Vincent Jandel, qui lui propose des modifications, en témoigne : il s’agit de nombreux va-et-vient sur des questions réclamant des précisions pour le chapitre général de Gand. Le texte est adopté le 7 septembre 1871, ce qui conduit Ambroise Potton à se consacrer à l’édition et à la diffusion du volume des constitutions qui paraîtra sous le titre Constitutiones Fratrum Ordinis Praedicatorum chez Poussielgue en 1872 et qui demeurera – toujours selon André Duval – « en vigueur jusqu’en 1924 et conditionnera encore la législation ultérieure jusqu’en 1968 ».

21À l’issue de ce travail, Ambroise Potton se plaisait à rappeler, en ayant établi les constitutions des sœurs avant celle des frères, l’importance de la place des sœurs dans l’Ordre :

Cela ne ressemble-t-il pas un peu à ce qui s’est passé dans les premiers temps de l’Ordre, lorsque les sœurs ont été le premier fruit de la fécondité de saint Dominique, et peut-être l’ont aidé, plus que l’on ne croit, dans la fondation de son Ordre principal, par des circonstances, des moyens et des secours que Jésus a voulu environner d’un grand mystère, comme il a pareillement couvert d’un voile tout ce qui se rattache à l’action (si puissante !) de Marie dans l’élection des Apôtres et dans l’histoire des premiers commencements de son Église ?

22En effet, comme Hyacinthe-Marie Cormier l’a souligné dans son ouvrage consacré à Vincent Jandel (publié en 1890), saint Dominique avait institué les moniales avant les frères « comme pour mieux affirmer la place fondamentale qu’il devait assigner, dans son œuvre, à l’esprit de retraite, d’oraison et de pénitence ». Ambroise Potton en avait été marqué et a soutenu longtemps, voire efficacement, les monastères dans leur recherche d’une restauration de la vie contemplative.

Provincial de 1874 à 1886

23Élu provincial fin avril 1874, Ambroise Potton rappelle qu’il entend faire respecter « l’observance monastique, l’étude et l’apostolat » dans un contexte où l’anticléricalisme militant des républicains modérés et des radicaux ralliés à la République peuvent avoir des conséquences fâcheuses pour la province.

Ambroise Potton

Ambroise Potton

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

24Ses premiers soins consistent à s’occuper de la mission de Trinidad (confiée en 1864 à la province de Lyon), dans les Antilles, qu’il est nécessaire d’étoffer et dont la gestion est difficile, à instituer le noviciat profès en « studium général » et à fonder une maison à Angers à la demande de Mgr Charles-Émile Freppel. Ce dernier, en faisant appel à l’Ordre de Saint-Dominique, souhaite avoir à côté de l’Université catholique d’Angers, des directeurs spirituels pour la jeunesse chrétienne et des maîtres « versés dans la science sacrée ».

Je suis absolument de votre avis de mettre la main à l’œuvre dès maintenant et de profiter du séjour du RP Matthieu à Angers [il prêche le Mois de Marie] pour préparer la fondation d’une maison des dominicains. L’idée de commencer par occuper une maison louée dans le voisinage de l’Université me paraît excellente à tous égards. Nous allons établir un comité chargé de recueillir les souscriptions et faire tous nos efforts pour nous procurer un premier fonds susceptible d’être augmenté de jour en jour (Mgr Freppel, 30 avril 1877).

25Il demande d’ailleurs au provincial de lui donner un professeur pour la chaire de dogme. Ambroise Potton désigne alors Ceslas Ruby, son successeur depuis 1874 à la charge de père-maître. En juin 1877, il établit une maison dont Marie-Eugène d’Alauzier devient le premier supérieur puis fait acheter, en 1878, par la province d’Occitanie un terrain en face de l’université, pour édifier un couvent et une chapelle. Selon Ignace Body, auteur d’une biographie d’Ambroise Potton, ce n’est qu’en 1879 que débuteront les travaux de construction. Il faut aussi mentionner la création d’une école apostolique, à l’ombre du couvent de Poitiers, qui avait été ouverte en octobre 1876 dans la perspective de former de « très bons » futurs religieux.

26Réélu prieur provincial et institué maître en théologie en 1878, la congrégation intermédiaire de 1880 dénonce les menaces anticléricales qui pèsent sur l’Ordre en France et peuvent aboutir à de nouvelles expulsions. Elle demande au prieur provincial de trouver un lieu où il serait possible d’envoyer les novices et les frères étudiants.

J’ai écrit [dit Ambroise Potton] de tous côtés en Angleterre, Belgique, Suisse, Piémont, Espagne pour y trouver un refuge pour nos noviciats en cas de dispersion. Je n’ai guère d’espérances que du côté de la Suisse et de l’Espagne. […] Un de nos pères est actuellement en Suisse pour examiner différentes propositions qui nous ont été faites. […] Beaucoup de personnes se mettent en mouvement pour les ordres religieux. Mais y réussiront-elles ? Nous sommes entre les mains de Dieu… Je ne crois pas à un anéantissement du bien qui s’est fait en France depuis 30 ans ; mais facilement je crois à une rude secousse… Que Dieu nous vienne en aide afin que nous ne faiblissions pas dans ce combat !

27Finalement, le 13 mai, il annonce, grâce à François Balme qu’il avait chargé de trouver un refuge, qu’un hôtel meublé à Sierre dans le Valais, l’hôtel Baur, est prêt à accueillir les dominicains en cas d’expulsion. L’exécution des décrets du 29 mars 1880 est rapide : les frères de Carpentras sont expulsés de leur couvent le 30 octobre 1880, ceux du Saint-Nom de Jésus à Lyon le 3 novembre, ceux d’Angers et de Poitiers le 4.

28Le 11 novembre 1880, Ambroise Potton écrit au procureur général de l’Ordre Raymond Bianchi :

Voilà toute notre province en ruine ! Tous nos couvents sont dispersés, et nos pauvres Pères et frères, ici et là, par petits groupes chez des séculiers. Partout, on a laissé des couvents ouverts, avec 3, 4 et même 6 Pères déterminés nommément comme propriétaires, plus quelques domestiques. Partout les scellés sont sur les portes intérieures et extérieures des églises. L’habit n’a pas été encore défendu, mais je pense qu’on le défendra bientôt. Au lieu de s’améliorer, il semble que la situation va devenir beaucoup plus mauvaise encore.

29Les novices commencent à arriver à Sierre (les novices profès de Carpentras, les novices « simples » de Poitiers), les deux groupes sont réunis le 30 novembre. Leur nombre, selon Paul-Bernard Hodel, aurait varié entre 36 et 50 religieux. Par ailleurs, près de Lausanne, à Rue, commune du canton de Fribourg, une riche famille offre l’hospitalité à des pères du couvent de Lyon à condition qu’ils s’abstiennent de tout ministère comme l’exige la nouvelle constitution fédérale afin d’éviter une éventuelle expulsion. L’hôtel Baur est érigé en vicariat le 7 février 1881, ce qui n’est pas pour plaire au gouvernement valaisan qui interdit la fondation de nouveaux couvents. Des échanges épistolaires convainquent Ambroise Potton de la nécessité de quitter la Suisse et d’installer ailleurs ses novices.

Ryckholt, lieu de refuge et d’exil des dominicains de la province de Lyon après 1881

Ryckholt, lieu de refuge et d’exil des dominicains de la province de Lyon après 1881

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

30Après des négociations qui n’aboutiront pas pour fonder un couvent en Autriche, il part pour la Hollande et achète un terrain à Ryckholt, près de Maastricht. Il lance la construction d’un couvent pouvant accueillir jusqu’à soixante religieux, ce qui représente une grosse entreprise qui réclame des moyens financiers que la province va devoir trouver. Fin 1882, il annonce aux autorités valaisanes que les dominicains quitteront Sierre, dès que la maison sera habitable, probablement vers le milieu de l’été prochain. En effet, les novices quittent l’hôtel Baur en juillet pour le nouveau couvent de Ryckholt dans le Limbourg hollandais, avec l’assurance qu’il y aura « tout ce qu’il faut pour une parfaite observance, sauf l’infirmerie et l’hôtellerie » qui seront installées plus tard, faute d’argent. Finalement, l’installation dans ce couvent bâti en briques rouges s’avère propice à une vie régulière et trouve auprès de la population un véritable soutien.

31En 1886, après l’élection de Ceslas Ruby à la tête de la province, Ambroise Potton est nommé professeur de théologie morale tout en étant chargé, à la demande du nouveau maître de l’Ordre, Joseph Larroca, des modifications et de la réimpression des constitutions. Il suit, également avec attention, en 1888, l’évolution de la construction du monastère de Lourdes, étant resté très attaché à la mère supérieure. Lorsque le noviciat profès doit quitter Ryckholt pour Rosary-Hill en 1894, il rejoint le couvent du Saint-Nom de Jésus à Lyon où il est désormais assigné.

32En 1897, il est victime d’un accident de santé qui le laisse paralysé et aphasique. Il meurt l’année suivante au couvent du Saint-Nom laissant l’image d’un frère qui a contribué à construire la province de Lyon tant par les responsabilités qu’il a exercées que par la fortune de sa famille. Il a tenté de la façonner avec sa rigueur, qu’il partageait avec Vincent Jandel, au nom de ses convictions où sa dévotion mariale tenait une grande place. « Les deux religieux qui lui rendirent, après la mort, les derniers services, lurent gravés sur sa poitrine, en caractères bien marqués, les deux noms de Jésus et de Marie. Il les avait portés, imprimés non seulement dans son cœur, mais aussi dans sa chair elle-même », écrit Ignace Body dans sa biographie de Potton. La cérémonie de ses obsèques a lieu dans l’église conventuelle et son inhumation dans le caveau familial à Saint-Genis-Laval.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la province de France et de la province de Lyon. – Archives générales de l’Ordre de prêcheurs (AGOP). — L’Année dominicaine, 1881, p. 32-38 ; 1884, p. 34-38 ; 1898, p. 563-564. — La couronne de Marie, 1870, p. 237-238. — Ignace Body, « Le TRP Ambroise Potton », La couronne de Marie, décembre 1898, p. 325-331 ; janvier 1899, p. 6-14 ; mars 1899, p. 76-84 ; avril 1899, p. 103-106 ; juillet 1899, p. 202-225 ; Vie du RP Potton, Paris, Téqui, 1901 (avec une bibliographie complète de ses œuvres) ; Ignace Body, Un compagnon du RP Lacordaire : le RP Potton de l’Ordre des prêcheurs, Paris, Téqui, 1902 ; Auguste [Ignace en religion] Body, Une admirable amitié : Camille Rambaud et Louis Potton, Lyon, Geneste, 1905. — Un cloître dominicain. Histoire de la fondation du monastère des dominicaines de Mauléon et de ses deux fondatrices par une religieuse du même monastère, Mauléon du Très saint Rosaire, imprimerie Veritas (Gand, Belgique), 1922. — Rogatien Laure, Courrier dominicain, janvier 1937, p. 12-13. — André Duval, « Potton Louis ; en religion Marie-Ambroise, frère prêcheur, 1824-1898 », Dictionnaire de spiritualité, t. XII, 1984, col. 2016-2018 ; « Le rapport du P. Lacordaire au chapitre de la province de France (septembre 1854) », Archivum Fratrum Praedicatorum, vol. XXXI, 1961, p. 326-364 ; « L’évolution historique de la condition juridique des moniales dominicaines », Mémoire dominicaine, 16, 2002, p. 31-54. — Xavier de Montclos (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. Lyon, Le Lyonnais-Le Beaujolais, Paris, Beauchesne, 1994. — Bernard Hodel, « D’expulsion en expulsion. Les dominicains de la province d’Occitanie en Valais », Vallesia, 52, 1997, p. 35-67. — Bernard Montagnes, Marie-Joseph Lagrange. Une biographie critique, Paris, Éditions du Cerf, 2004. — Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule, « Un couvent pour la “stricte observance”. Les fondateurs du Saint-Nom de Jésus à Lyon », dans Jean-Marie Gueullette (dir.), Un passé recomposé. Fondation et construction du couvent dominicain de Lyon 1856-1888, Chrétiens et Sociétés, Lyon, LARHRA et RESEA, 2015, p. 29-48. — Sœur Marie-Ancilla, op (Madeleine Durliat), Le monastère de Mauléon et sa fondatrice (1857-1896). Une réforme dominicaine au XIXesiècle, Éditions des dominicaines de Lourdes, 2010.

Haut de page

Œuvre

Notamment chez l’éditeur Poussielgue-Rusand à Paris, La vocation religieuse, 1859 ; Saint Joseph, ses gloires et ses privilèges, 1860 ; Vie de la bienheureuse Esprite de Jésus, 1862 ; Mois de Marie pour les associés du Rosaire, 1863 ; Constitutions des sœurs dominicaines du second Ordre, 1864 (réédition en 1878) ; Œuvres choisies du V.P. Antoine du Saint-Sacrement, 1864 ; Responsio ad opusculum quoddam cui titulus est disquisitio moralis de officio episcoporum, Neapoli, Vincentii Manfredi, 1870 ; Constitutiones fratrum ordinis praedicatorum. Editio nova, correcta, in meliorem ordinem redacta et A. RR. PP. Provincialium examini poposita, 1872 (nouvelle édition 1886).

— Chez Bauchu à Lyon : Le Rosaire et l’adoration eucharistique (1863) ; Quinze méditations ; Les gloires du très saint Rosaire (1864). — De theoria probabilitatis, dissertatio theologica, Paris, Poussielgue, 1874.

Œuvres choisies du V. P. Antoine du Saint-Sacrement, Paris, Poussielgue, 1876.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le couvent des carmes, siège du studium de la province de France entre 1849 et 1851
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1485/img-1.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Le Rosaire perpétuel, marqueur des dominicains de la nouvelle province de Lyon
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1485/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Lettre d’Ambroise Potton à Vincent Jandel
Légende Une des nombreuses lettres qu’Ambroise Potton a écrite au maître général de l’Ordre lorsqu’il établissait les constitutions des sœurs de Mauléon. En haut, à droite, le commentaire de Vincent Jandel à la réception de la lettre.
Crédits Archives générales de l’Ordre des prêcheurs/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1485/img-3.png
Fichier image/png, 2,7M
Titre Ambroise Potton
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1485/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Ryckholt, lieu de refuge et d’exil des dominicains de la province de Lyon après 1881
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1485/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nathalie Viet-Depaule, « POTTON Marie-Ambroise », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, P, mis en ligne le 15 octobre 2023, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1485

Haut de page

Auteur

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search