Navigation – Plan du site

ROBERT Joseph

ROBERT Joseph, André à l’état civil ; ROBERT Dominique-Joseph en religion
Yvon Tranvouez

Résumé

Né le 10 février 1910 au Creusot (Saône-et-Loire), mort le 19 juin 1991 à Hellemmes (Nord). Prêtre-ouvrier et publiciste.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 27/05/2019.

Texte intégral

Vestition pour la Province de France : 22 septembre 1934 à Amiens
Profession simple : 23 septembre 1935 à Amiens
Profession solennelle : 23 septembre 1938 au Saulchoir à Kain (Belgique)
Ordination sacerdotale : 17 décembre 1938 à Tournai (Belgique)

1Petit-fils de puddleur et fils de recuiseur, Joseph Robert n’a jamais eu à se faire ouvrier : il l’était, en quelque sorte, de naissance. À ses dix-huit ans, il n’imagina pas qu’il pût cesser de l’être en devenant prêtre : il n’en démordit jamais. Son père travaillait aux tôleries-laminoirs de l’usine Schneider du Creusot, entreprise emblématique du paternalisme catholique. Sa mère, née Marie Guichard, sans profession, élevait les cinq enfants de la famille. Joseph, qui est l’aîné, fréquente d’abord les écoles de l’entreprise mais, attiré par le sacerdoce, il passe en 1926 au petit séminaire Saint-Lazare d’Autun. C’est un choc pour lui : la plupart des élèves, issus de la bonne société locale, exsudent spontanément un quant-à-soi bourgeois d’autant plus prégnant que l’encadrement religieux de la maison met l’accent sur le perfectionnement individuel des âmes.

Au petit séminair...Au petit séminaire d’Autun

Au petit séminaire d’Autun

Élève à Saint-Lazare, Joseph Robert est debout, le cinquième à gauche.

Fonds famille Robert/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Au grand séminaire diocésain, qu’il intègre en 1928, l’atmosphère lui est moins pesante mais non moins étrangère puisque plus des trois quarts de ses condisciples sont issus de la paysannerie. Rétrospectivement, il assurera avoir ainsi vécu à Autun une double « déculturation » absorbée vaille que vaille par « l’éponge ecclésiale ». Pourtant, la perspective d’intégrer le ministère paroissial classique le laisse insatisfait. Les Semaines sociales, qu’il suit chaque année, lui donnent une bouffée d’air frais mais, à l’automne 1933, il songe à entrer chez les salésiens ou les oblats de Marie immaculée. Surveillant de collège à Chalon-sur-Saône le temps d’une année sabbatique, il découvre les dominicains, plus précisément les dominicains des Éditions du Cerf. Il lit alors assidûment leurs revues, La Vie Spirituelle, La Vie Intellectuelle, et le tout nouvel hebdomadaire, 7/Sept, lancé en mars 1934, dont il se fait immédiatement le diffuseur. Impressionné par le père Maydieu, qu’il rencontre à Juvisy, il rejoint à l’automne 1934 le noviciat d’Amiens. Perplexes devant cet original qui persiste à vouloir être à la fois religieux, prêtre et ouvrier, les responsables l’admettent pourtant à la profession simple en septembre 1935. Joseph Robert gagne alors le Saulchoir, à Kain, près de Tournai, pour ses études de théologie. Séduit par l’enseignement du père Chenu, qui historicise le thomisme, il est surtout attentif aux nombreuses sessions que tiennent au couvent aumôniers et militants jocistes du Nord ou de la Belgique. Il y voit passer les abbés Guérin, Godin, Rodhain, Dewitte, Denis et autres, et cette « pénétration mutuelle des sèves jociste et dominicaine » le conforte dans son projet. Il profite de ses vacances d’été pour faire, sans autorisation formelle de ses supérieurs, deux stages en usine à Roubaix, en 1937 et 1938. Cette initiative manque lui coûter un retard à la profession solennelle dans l’Ordre dominicain : il faut l’intervention énergique du père Chenu pour qu’il y soit finalement admis en septembre 1938 et ordonné prêtre trois mois plus tard.

Jeune dominicain ...Jeune dominicain en 1938

Jeune dominicain en 1938

Au cours de cette année, Joseph Robert effectue un stage ouvrier, est admis à la profession solennelle, puis est ordonné le 17 décembre 1938 en même temps que Bernard Foissey (de la Congrégation enseignante), Jourdain de Rudder et André Duval.

Fonds famille Robert/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3On en vient donc à lui envisager un ministère atypique, dans le cadre d’une équipe missionnaire dominicaine qui aurait combiné, autour du père Bouche, aumônerie de JOC et travail en usine d’une partie de ses membres. Mais le projet, prévu pour démarrer en octobre 1939, tourne court à cause des événements. Pour Joseph Robert, c’est successivement la mobilisation (caporal dans un régiment d’infanterie de réserve), la « drôle de guerre », la défaite et la captivité en Allemagne. Fait prisonnier le 15 juin 1940, il échoue en août au stalag IX B à Bad Orb. Il est affecté d’abord dans un kommando agricole à Gelnhaar (août-novembre 1940) puis dans un autre, industriel et pénible, à Francfort-sur-le-Main, où il décharge des péniches et des wagons (avril-juin 1941). Épuisé, hospitalisé en juillet-août, et renvoyé ensuite à son kommando, il est affecté deux mois plus tard, sur avis du médecin du camp, à Erbach, dans un centre de taille d’ivoires. À nouveau à Francfort-sur-le-Main en décembre 1941, il travaille à l’usine Gerner, qui fabrique des ailes d’avion. Élu homme de confiance du kommando, on lui reproche bientôt de fomenter grèves et sabotages. Accusé de complicité d’évasion, il est mis en cellule spéciale à Bad Orb du 27 février au 5 avril 1942. Il en sort pour être expédié, en compagnie d’autres « disciplinaires », pour la plupart évadés récidivistes, au straff kommando de Friedwald. Au bout de trois semaines on les conduit au camp de représailles 325 de Rawa-Ruska, dans l’Est polonais, près de Lemberg, où ils arrivent le 15 mai 1942. Intégré au kommando de Trembowla en juin, puis, après un retour à Rawa début juillet, à celui de Deblin-Irena en août, Joseph Robert est témoin de l’extermination, à la mitrailleuse, de milliers de juifs polonais. À partir de novembre 1942 les nazis commencent à disperser une partie des prisonniers de Rawa-Ruska dans des camps ordinaires d’Allemagne mais sous surveillance spéciale. Fin décembre, il se retrouve ainsi au stalag III B à Furstenberg, près de Francfort-sur-l’Oder, puis, fin janvier 1943, au IV B de Mühlberg-sur-Elbe, qui rassemble 28 000 prisonniers de douze nationalités. Alors que jusque-là on l’avait forcé à travailler à l’extérieur, le voilà interdit de sortir, avec pour seule fonction d’assurer l’aumônerie d’Action catholique, ce qui lui laisse le loisir d’abondantes lectures et d’une participation active à la vie du stalag. Début décembre, il s’installe, « plus ou moins clandestinement », dans les baraques des prisonniers polonais dépourvus d’aumônier. Après la libération du camp par l’Armée rouge en avril 1945, il les accompagne, à pied, jusqu’à Czestochowa – pèlerinage imprévu et insolite – et Varsovie. Pendant quelques mois encore, il s’occupe, à la demande de l’ambassadeur de France en Pologne, du rapatriement des prisonniers de guerre.

Camp de Bad OrbCamp de Bad Orb

Camp de Bad Orb

Fonds famille Robert/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4Deux articles incisifs qu’il publiera après la guerre, l’un dans Masses Ouvrières (« L’action catholique de captivité », juillet 1946) et l’autre dans Les Cahiers du Clergé rural (« Comment j’ai retrouvé mon sacerdoce », novembre 1951) vont camper l’image de Joseph Robert en prisonnier de Rawa-Ruska, et c’est en effet le moment crucial de sa captivité. Crucial, mais relativement bref : sept mois, du 15 mai au 15 décembre 1942. Avant, il est dans une situation conforme au traitement conventionnel des prisonniers de guerre, même si elle s’avère parfois, pour le prêtre, profondément déstabilisatrice : il en prend conscience dès l’été 1940, alors qu’il est en kommando de travail dans un « minuscule village protestant, sans messe ni bréviaire, ni livre aucun, ni Bible ni rosaire, dans le dur travail des moissons et des battages ». Mais au camp le cadre est moins perturbant. Ses cahiers d’époque montrent Joseph Robert début 1941, à Bad Orb, occupé à lire tout ce qui lui tombe sous la main, à donner du lustre aux cérémonies religieuses, à faire des conférences sur la spiritualité du mariage et de la famille. On le voit encore contribuer au Korrigan, le journal du camp lancé par un prisonnier breton, Pierre Lesage de La Haye ; prêter une attention bienveillante mais circonspecte aux cercles Pétain ; faire avec l’abbé Pierre de Porcaro (qui mourra à Dachau) des cours à des séminaristes qui lui avouent, dans un compliment troussé pour la saint Joseph, préférer ses leçons sur Marie médiatrice ou sur le rosaire à celles sur le thomisme…

5Deux ans plus tard, en 1943, à Mühlberg, il retrouve une atmosphère analogue qui contraste avec celle, éprouvante, de Rawa-Ruska. Dans les lettres qu’il adresse à ses parents – qu’il veut sans doute rassurer sur son sort, mais il n’empêche – il se félicite de l’empressement de ses compagnons de captivité aux conférences, cours, cercles d’études et offices. « On ne voit plus défiler les semaines, leur écrit-il fin janvier 1944. Incroyable, mais vrai ! Avec les petits soucis de cuisine, les bavardages, les petites invitations à un café (ersatz) au moindre prétexte, une journée n’est plus rien. La chapelle, toute proche, fréquentée du matin au soir par les six nationalités qui y ont leurs offices (Français, Belges, Polonais, Hollandais, Anglais, Italiens) permet de longues heures de prière qui sont avec les heures d’amitié les meilleures de la captivité. Songez aussi que dans un stalag, on ne manque pas de livres et que les pères de l’Ordre n’oublient pas de m’alimenter périodiquement. Pour l’ensemble, quelques distractions : musique, théâtre, et avec la présence de quelques milliers d’Anglais de continuels et acharnés matchs de ballon. » À le lire, on se croirait dans les « grandes vacances » de Francis Ambrière.

En captivitéEn captivité

En captivité

Fonds famille Robert/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

6Mais l’expérience médiane de Rawa-Ruska a tracé une ligne de partage décisive. « Il souffle un vent de Pentecôte sur cette terre désolée qui appelle sainteté et sacrifice », écrit Joseph Robert, fin mai 1942, à l’abbé Rodhain, aumônier général des prisonniers de guerre. Dans les conditions extrêmes de ce « triangle de la mort » contrôlé par les SS, il est bientôt aux premières lignes d’une action collective menée par des militants chrétiens pour organiser les détenus dans un esprit de résistance aux abus des autorités du camp. C’est ainsi qu’il contribue à la fondation, début août, de l’Union de Prisonniers de Guerre (UPG), un nom volontairement « banal, large et pratique », sans référence confessionnelle, qui traduit une ouverture à tous, croyants ou incroyants, et une mutation significative. Dès la drôle de guerre, en effet, et plus encore dans les camps de prisonniers, Joseph Robert avait eu la révélation d’un monde d’adultes vivant hors de la foi. La JOC conquérante des années trente, qui l’avait enthousiasmé, avait échoué, l’influence des mouvements d’Action catholique était quasiment nulle. Il fallait donc inverser le modèle, commencer par des actions de solidarité dans le milieu. Renvoyés dans des camps ordinaires, les militants de l’UPG y importent leur méthode, non sans heurts avec un certain nombre d’aumôniers attachés à l’Action catholique traditionnelle. Mais le succès est là : les « upégistes » étaient à peu près 1 200 au moment de la dispersion de Rawa, fin 1942 ; ils sont 15 000 à la fin de la guerre. S’exprime ainsi le passage de l’effusion apostolique à l’infusion missionnaire, une évolution qu’on observe à la même époque en France dans la transformation, en 1941, de la Ligue Ouvrière Chrétienne en Mouvement Populaire des Familles. Pour le prêtre qu’est Joseph Robert, c’est aussi la conception traditionnelle du sacerdoce qui vole en éclats : le métier, le savoir, le moralisme, tout ce qui met le clerc à part lui apparaît désormais dérisoire et anachronique. S’imposent au contraire le dénuement, l’enfouissement, la communauté de destin avec la masse. La foi se vit dans l’événement : il en résulte une « extraordinaire simplification », qui rejoint l’intuition de Charles de Foucauld, et une conception nouvelle, missionnaire, de l’apostolat.

7C’est cette logique qu’il entend prolonger lorsque, revenu en France, il intègre en octobre 1946, avec deux autres dominicains, Henri Berger et Albert Bouche, la toute nouvelle Mission ouvrière Saint-Paul. Installée au 48 avenue d’Italie, dans le XIIIe arrondissement de Paris, cette équipe relance le projet qui avait été interrompu en 1939 : expérimenter une présence en milieu prolétarien associant étude, action de quartier et travail salarié. Aumônier fédéral de la JOC, Joseph Robert, syndiqué à la CFTC, autorise ses jeunes à militer à la CGT, et il incite ceux qui restent fidèles à la CFTC à la réformer de l’intérieur. Après les grandes grèves de novembre 1947, il anime un groupe de réflexion qui réunit au « 48 », toutes les cinq à six semaines, des militants chrétiens engagés dans différents syndicats, contribuant ainsi à relativiser les institutions sociales chrétiennes. Il continue par ailleurs d’accompagner de manière informelle quelques jeunes ménages ouvriers avec lesquels il réfléchit au renouvellement de la spiritualité familiale. Il participe par exemple à un camp de fiancés jocistes en Bretagne fin août 1948 avant de rédiger, à son retour à Paris, un cahier de Fêtes et Saisons sur les fiançailles. Mais il abandonne ses fonctions à la JOC en novembre 1948, sans doute parce qu’il est surchargé, surtout parce que ce qu’il vit ailleurs lui confirme les limites de l’Action catholique. Depuis 1947, en effet, il est prêtre-ouvrier. Après une FPA d’ajusteur, de février à novembre 1947, et un bref passage chez ERCSAM (fabrique de projecteurs), il a été embauché en 1948 dans une fonderie du XIe arrondissement, le Comptoir d’Étirage et de Profilage des Métaux.

Prêtre-ouvrierPrêtre-ouvrier

Prêtre-ouvrier

Sa carte d’identité, délivrée le 7 février 1948, affirme sa seule identité d’ouvrier. Joseph Robert a rejoint en 1946 Henri Berger et Albert Bouche à la Mission ouvrière Saint-Paul. L’équipe relançait un projet conçu en 1939 avec deux autres jeunes dominicains : Bernard Rouzet, ayant quitté l’Ordre pendant la guerre, et François Savary, tué dans un accident de voiture la veille du jour où il allait rejoindre l’équipe du « 48 ».

Fonds famille Robert/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8Il dira en 1949 « l’usure » du travail en usine, les contraintes des horaires et les effets de la fatigue sur la vie intellectuelle et spirituelle. Mais très vite aussi les intuitions de la guerre se sont confirmées. « Ma qualité de prêtre, révélée peu à peu, n’a pas produit grande émotion ni soulevé de grands problèmes, écrit-il en novembre 1948, un fakir ou un brahmane auraient, j’imagine, soulevé à peine plus de curiosité ». À l’usine comme au camp de prisonniers, « c’est moins ce qu’on dit qui porte que la situation dans laquelle on est par rapport aux auditeurs, que la communion de vie avec ceux à qui on parle. […] Quand leurs problèmes sont nos problèmes, les nôtres peuvent devenir les leurs : et on s’accorde à fond sur la façon de poser les uns et les autres ». Cette immersion ouvrière ne l’empêche pas d’être actif dans d’autres sphères. Aumônier des personnels de La Vie catholique, il est du voyage à Rome organisé par l’hebdomadaire pour le jubilé de l’année sainte au printemps 1950. Proche de son confrère dominicain Maurice Montuclard, il est également très présent aux réunions de Jeunesse de l’Église et côtoie par ailleurs les militants de l’Union des chrétiens progressistes. Il fréquente encore les groupes Vie Nouvelle qu’anime André Cruiziat. Mais il ne s’accorde pas spontanément à ces univers plutôt bourgeois et intellectuels. « Les étudiants ne sont pas mon milieu », note-t-il en février 1950, au lendemain d’une conférence au couvent Saint-Jacques où il a senti que ses propos n’accrochaient pas autant que ceux du père Féret ou de Louis Jouvet, les autres intervenants.

Messe dans un app...Messe dans un appartement du XIIIe arrondissement

Messe dans un appartement du XIIIe arrondissement

Joseph Robert disant la messe sur la table de la salle à manger d’une famille ouvrière avant 1955.

Fonds du 118 rue Jean-Bart à Hellemmes/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

9À bien des égards, l’année 1950 est un tournant pour Joseph Robert. Les causes qui le mobilisent se multiplient. Il y a la lutte contre la « sale guerre » d’Indochine, les grèves de février et mars, puis le lock-out de la SNECMA – la grande entreprise du XIIIe – en avril. Il y a surtout le combat pour la paix. Avec son confrère Henri Desroches qui, venu de l’équipe d’Économie et Humanisme, avait rejoint le « 48 », il est, au printemps 1950, en première ligne dans la campagne de signature de l’appel de Stockholm et dans la mise en œuvre de son doublon religieux, l’affiche « des chrétiens contre la bombe atomique ». Desroches et lui sont invités à faire partie de la délégation française au congrès mondial des Partisans de la Paix, mais le lieu retenu au dernier moment – Varsovie au lieu de Sheffield – amène Mgr Feltin, archevêque de Paris, à leur interdire le voyage. Ainsi, comme bien d’autres qui sont partis d’une motivation religieuse de type missionnaire, Joseph Robert se retrouve conduit à un engagement politique au côté des communistes, rejoignant ainsi objectivement un autre courant animé par une motivation proprement politique, celui des chrétiens progressistes. « C’est à l’intérieur à la fois de la vie ouvrière et de la conscience chrétienne et sacerdotale que s’est posé ou plutôt imposé le problème de la Paix », écrit-il alors à ceux qui dénoncent ce double compagnonnage. « J’ai la conscience vive que si, d’accord sur la vérité et la justice d’une cause, je m’arrête à des questions de tactique ou d’utilisation possible de ma position, je n’en sors pas et qu’alors mon engagement missionnaire quotidien de prêtre-ouvrier est paralysé, stérilisé, annulé ».

10On sait que c’est cette convergence politico-missionnaire – on dira bientôt le progressisme chrétien – et son rejet par la quasi-totalité des milieux catholiques qui précipitent le lancement du bimensuel 15/Quinzaine en novembre 1950, à l’initiative de Madame Sauvageot avec le concours de quelques dominicains – au premier plan, Boisselot, Desroches et Chenu – et de militants laïcs. Il s’agit de donner une tribune à ceux qui ne voient pas pourquoi les chrétiens ne lutteraient pas aux côtés des communistes, malgré le décret du Saint-Office du 1er juillet 1949 proscrivant une telle collaboration. Le rédacteur en chef de la nouvelle publication devait être André Mandouze, mais celui-ci ayant finalement choisi de rester à Alger, où il enseigne, c’est à Joseph Robert, relativement disponible parce qu’il vient, en juillet 1950, de quitter l’usine pour s’occuper de son père malade, qu’échoit cette fonction difficile. Il n’y est pas préparé (« je ne sais pas si je suis fait pour ce travail de journaliste », écrit-il en octobre, dans sa « roulante » mensuelle à sa famille), il n’aura guère le temps de s’y faire : des pressions épiscopales amènent le provincial à retirer ses religieux en janvier 1951. Le journal change de titre, devenant La Quinzaine pour supprimer un 15 qui rappelait trop le 7 dominicain d’avant-guerre, et passe sous la responsabilité d’une équipe purement laïque animée par Jacques Chatagner. « Le coup a été dur pour le P. Robert, dont le journal était devenu, semble-t-il, un élément essentiel de son existence », assure alors son confrère et ami Boisselot. Dans les quelques articles que Joseph Robert a écrits – le plus souvent sans les signer – à l’occasion de cette brève expérience, on retrouve ses intuitions fondamentales : le souci de ce qui se vit et de ce qui se dit à la base ; la volonté de « chercher cette ligne selon laquelle l’En-haut et l’En-avant, le salut surnaturel et le progrès humain, loin de s’opposer, parviennent à être sinon identiques, du moins non contradictoires, parfois même complémentaires » ; le « franc-jeu » des chrétiens dans la nation, c’est-à-dire la liberté de leurs options politiques.

11Mais les beaux temps de la mission sont passés et la répression du progressisme chrétien commence. Joseph Robert est parmi les premiers visés parce que son activisme l’a rendu suspect. Des curés de paroisse se sont plaints de sa propagande en faveur du Mouvement de la Paix, dont il intègre d’ailleurs la Commission permanente. « Je n’arrivais pas à le convaincre […] qu’il eût à se surveiller », note en janvier 1951 son vicaire provincial, le père Ducattillon, manifestement accablé. La dispersion de l’équipe du « 48 », affaiblie par le départ d’un Desroches en rupture, est consommée lorsque le propriétaire décide de se séparer de ses locataires dominicains : signifiée en mai, l’expulsion sera effective fin décembre. Joseph Robert, qui a repris le travail en usine, cette fois comme manœuvre d’acheminement à la SNECMA, s’installe au café-restaurant La Musette, au 151 boulevard de la Gare, où il succède à son ami Henri Perrin, prêtre-ouvrier jésuite qui part sur les chantiers de barrages des Alpes et lui confie donc l’animation du lieu. Il y assure une présence quotidienne, chaque soir après l’usine : « Messe fixe à 19 h 30 les mercredi et vendredi dans ma chambre, explique-t-il en mars 1952. Présence de six, huit à vingt et plus. Assistance un peu renouvelée depuis le “48” : plus jeune, plus ouvrière parce que le cadre est plus abordable et qu’après la messe la salle de café-restaurant fait un milieu familial où les gens fusionnent, s’entraident, prennent part aux soucis de dépannage. D’où une ambiance très attirante où les gars les plus divers se sentent chez eux et heureux ». Mais le « 151 », c’est aussi un lieu de rencontres – des soirées bibliques notamment – et de réunions publiques pour le groupe missionnaire et progressiste des « chrétiens du XIIIe » et plus largement pour toutes sortes de militants alors en quête d’une « nouvelle gauche ». Joseph Robert y fait intervenir les démissionnaires ou exclus des partis gouvernementaux de la troisième force (MRP, Radicaux, SFIO) : les Charles d’Aragon, abbé Pierre, Claude Bourdet et autres. La liquidation du « 151 » en 1953 l’oblige encore à déménager : c’est dans un hôtel du boulevard Blanqui qu’il loge alors. Un restaurant voisin, La Coquille dorée, permet à l’occasion quelques rencontres plus modestes. Sa position syndicale évolue aussi : il quitte la CFTC par désaccord avec l’ordre de reprise donné prématurément par la centrale, au détriment de l’unité d’action, lors des grandes grèves d’août 1953.

12Début 1954, ordre ayant été donné par Rome d’arrêter l’expérience des prêtres-ouvriers, Joseph Robert fait partie de ceux qui décident de se soumettre, sans y adhérer, à la décision hiérarchique. Conformément aux ordres de ses supérieurs, il quitte donc le travail le 3 mars. Le 5, lors d’une réunion organisée à Rambouillet, il se fait le porte-parole des PO qui ont fait le choix de l’obéissance : « Pour nous, c’est dans une très grande souffrance et pour ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain que nous avons obéi, dans l’impossibilité pratique de distinguer le mystère divin de l’Église de ce trop humain parfois inhumain contre quoi il est nécessaire mais insuffisant de protester. C’est parce que nous n’avons pas de doute sur la présence du Christ, de sa vérité et de sa vie intégrale dans l’Église, c’est parce que nous aimons l’Église intrépidement que nous voudrions l’aimer comme sainte Catherine de Sienne, c’est pour cela qu’en fonction même de la Mission ouvrière à reprendre un jour, nous réclamons une lutte active contre ce qui la masque, le système de déloyauté, de mensonge, de secret ou de peur. »

13Il part alors à la Trappe de Bricquebec, le temps de réfléchir et d’envisager l’avenir. On le sollicite, courant mai, d’assurer un appui intellectuel, notamment biblique, à quelques équipes associant militants d’ACO, paroisses missionnaires et anciens prêtres-ouvriers ayant accepté les limites imposées par Rome : travail de type artisanal et limité à trois heures par jour. De telles équipes sont en cours d’implantation dans la Boucle de la Seine et aussi dans un secteur déchristianisé du diocèse d’Évreux où il est particulièrement attendu. Mais il y renonce en juillet en raison de l’interdiction de porter l’habit civil qui lui est faite par son provincial, le père Ducattillon, très hostile à tout ce qui pourrait maintenir l’esprit PO. Retiré au couvent Saint-Jacques en attente d’une autre assignation, il prépare pour l’épiscopat un rapport sur la situation religieuse du monde ouvrier. En février 1955, il rejoint, avec « quatre cartons de linge et quatre de bouquins », les trois dominicains de l’équipe du 118 rue Jean Bart, à Hellemmes, dans la banlieue ouvrière de Lille : Jacques Scrépel, son fondateur, Jean Legendre et Charles Queneau. « Provisoirement » : on envisage encore, en effet, qu’il revienne quelques mois plus tard s’installer à Vitry avec ses confrères Pierre Jacques et Louis Charpentier au sein d’une nouvelle communauté missionnaire dominicaine imaginée par le premier. Mais le projet tourne court et il reste à Hellemmes. Joseph Robert avait été vivement affecté, fin octobre 1954, par le décès de son ami Henri Perrin, qui s’était tué en moto. Il s’emploie donc à trier et classer les papiers que celui-ci a laissés et prépare, à la demande de Paul Flamant, le directeur des Éditions du Seuil, une anthologie à publier plus tard : « Il faut que le problème des prêtres-ouvriers soit éclairci auparavant », note-t-il en février 1955. Le livre sortira en 1958 sans que le problème ait été éclairci puisque, un an après, avant même la lettre du cardinal Pizzardo réitérant et aggravant l’interdiction faite aux prêtres de travailler en usine ou en chantier « ou même dans des entreprises moins importantes », fût-ce en temps limité, il aura été, sur instruction du Saint-Office, discrètement retiré des bibliothèques des séminaires et des maisons religieuses.

14En novembre 1955, le cardinal Liénart, évêque de Lille, et le père Nicolas Gobert, assistant pour les provinces francophones, ayant réussi à convaincre le nouveau Maître de l’Ordre, le père Browne, les dominicains d’Hellemmes sont autorisés à reprendre le travail dans de petites entreprises. Joseph Robert se fait embaucher comme manœuvre dans une affaire « artisanale et familiale », la menuiserie Six, à Mons. Au printemps 1959, les cardinaux français croient pouvoir tirer parti du changement de pontificat pour demander la relance de l’expérience des prêtres-ouvriers, mais le refus péremptoire opposé, on l’a vu, par le cardinal Pizzardo, entraîne la fin des accommodements locaux : les intéressés ont un an pour régulariser leur situation. Déterminé à résister jusqu’au bout, Joseph Robert continue à travailler, désormais comme magasinier au Furet du Nord, la grande librairie de Lille. Ayant épuisé le délai accordé par Rome, il quitte son emploi à la fin de l’été 1960. Complètement « paumé », il part à Lourdes puis à Cîteaux pour faire le point. De retour à Hellemmes, à la fin de l’année, il se résout au « travail indépendant » – la seule option restant ouverte au clergé. Il se met donc en 1961 à fabriquer des présentoirs dans l’atelier de sous-traitance de soudure que Jacques Scrépel a eu l’idée d’installer dans la cave du « 118 ». « Il faut y avoir tâté, dira-t-il plus tard, pour savoir combien ce travail indépendant, comme celui de la couturière à domicile, est le plus dépendant qui soit, et souvent le plus exploité, le moins payé et le moins défendu. Il dépend du donneur de travail, maître unique des commandes, des délais et des prix. » De fait, l’activité est aléatoire et par ailleurs l’image du prêtre-ouvrier tend à se dissoudre faute d’intégration dans une entreprise.

Dans une courée d...Dans une courée d’Hellemmes

Dans une courée d’Hellemmes

Photo issue du reportage fait par Jean-Philippe Caudron pour La Vie catholique, 27 mai-2 juin 1970.

Fonds du 118 rue Jean-Bart à Hellemmes/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

15La participation active à la vie du quartier atténue, sans le combler, ce déficit d’insertion prolétarienne. Avec ses confrères, Joseph Robert contribue à organiser fêtes, loisirs ou opérations de solidarité locale, et s’occupe en particulier de monter une petite bibliothèque au « 118 ». Son engagement au Mouvement de la Paix – il est membre du bureau national – le conduit régulièrement à Paris, où il visite aussi ses amis de Témoignage Chrétien et de la Lettre (héritière de La Quinzaine), deux publications auxquelles il collabore occasionnellement. Comme il écrit volontiers et facilement, on le sollicite : son confrère Antonin-Marie Henry, notamment, lui demande des articles pour Parole et mission. L’approche de Vatican II et surtout la volonté réformatrice affirmée par les pères conciliaires lors de sa première session, fin 1962, autorisent l’espoir d’une réouverture de la question des prêtres-ouvriers. Tandis que Jacques Scrépel contribue activement au lobbying déployé à cet effet auprès des évêques français et des autorités romaines, Joseph Robert se préoccupe surtout de penser et d’exprimer l’évolution des choses. D’un côté, il se méfie du ressassement des années cinquante. Dans une note rédigée pour son provincial, le père Kopf, en mars 1962, il souligne la diversification du monde du travail et la nouveauté des conditions de vie dans les grands ensembles, assurant qu’il « ne peut plus y avoir de mission ouvrière première manière dans le prolétariat ou sous-prolétariat sans un engagement parallèle d’autres équipes dans le monde des techniciens et de la recherche scientifique ou économique ». De même, deux mois plus tard, réagissant à un reportage publié dans Témoignage Chrétien, il proteste, dans une lettre à son directeur, Georges Montaron, contre la persistance du « mauvais romantisme journalistique des premiers reportages sur les PO, qui ont fait du mal à la cause ». Mais d’un autre côté, il s’inquiète de ce qui pourrait être une trop commode amnésie. Après l’annonce faite par les évêques, le 23 octobre 1965, que Rome acceptera désormais la possibilité de « prêtres au travail », il signe dans la livraison de décembre de la Lettre un long éditorial, intitulé « Reprise », appelant à la « fidélité aux valeurs du passé » : l’événement, dont l’annonce coïncide exactement avec le onzième anniversaire de la mort d’Henri Perrin, doit être nommé « reprise des prêtres-ouvriers » pour que soit réparé « le drame de 54 – le plus fort scandale, au sens le plus fort du mot, au sens évangélique – scandale aggravé de cette “peur dans l’Église” qui a faussé tout le jeu normal des relations à l’intérieur du Peuple de Dieu, comme étaient déjà faussées les relations du Peuple de Dieu avec les communautés humaines ».

16Rouge depuis 1954, le feu romain passe donc au vert en décembre 1965 mais, à cette date, il y a déjà trois ans que Joseph Robert a repris le travail salarié, le cardinal Liénart ayant accepté de fermer les yeux sur ce qui lui semblait anticiper les décisions à venir, à condition que les prêtres concernés s’abstiennent provisoirement de tout engagement syndical. Après avoir travaillé occasionnellement chez un déménageur, il est recruté comme aide-soudeur chez Dufour, à Fives, en janvier 1963. Victime dès novembre d’un licenciement économique, il est embauché, début 1964, chez Mallet, une entreprise lilloise de travaux publics dont il démissionne fin novembre, peu avant la faillite de la boîte, qu’il sentait venir. Encore quelques semaines de chômage et, juste avant Noël 1964, il entre comme graisseur de machines chez Colmant-Cuvelier, une usine textile qui emploie quelque 200 personnes à Fives. À nouveau syndiqué dès que la relance officielle le lui permet, il milite désormais à la CGT et se trouve être le principal meneur d’une grève dure avec occupation des ateliers en mai 1968. C’est une lutte victorieuse mais qui lui inspire, sur le moment, ce puissant raccourci des contradictions ecclésiales : « Mon comportement est un scandale pour les membres de la direction qui sont chrétiens. D’un autre côté, le comportement de la direction, connue comme chrétienne, est un scandale pour les ouvriers. Est-il possible d’étudier cette situation et d’y remédier ? Question à suivre entre chrétiens présumés également sincères ». Il n’aura guère le temps de la suivre : un accident cardiaque, en janvier 1969, lui vaut hospitalisation et longue convalescence, commencée aux Riceys, chez les dominicaines des campagnes, et poursuivie à Hellemmes jusqu’à sa retraite que sa qualité d’ancien déporté de Rawa-Ruska lui permet de prendre à ses soixante ans (l’âge légal étant alors de soixante-cinq ans).

Au 118 rue Jean-B...Au 118 rue Jean-Bart à Hellemmes à la fin des années 1960

Au 118 rue Jean-Bart à Hellemmes à la fin des années 1960

Un repas au « 118 » rassemblant des « copains » du quartier avec des membre de l’équipe des prêtres-ouvriers : Jacques Scrépel, premier à gauche, la cigarette à la main ; Charles Queneau, troisième debout en partant de la gauche ; Joseph Robert, troisième à droite, et Michel Perret, sixième à droite.

Fonds du 118 rue Jean-Bart à Hellemmes/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

17Il reste naturellement au « 118 » avec ses camarades et les copains du quartier (« les gens ne comprendraient pas que je reparte dans un couvent »). Ce sont désormais les courses, la cuisine, le ménage, la vie militante aussi, évidemment, mais avec moins de responsabilités (au Mouvement de la Paix, il se contente d’être secrétaire départemental du Nord). Il a du temps pour voyager et s’organise des périples qui le mènent de session en colloque ou en pèlerinage, ou sur le terrain des luttes sociales (les Lip, le Larzac), avec l’inévitable station familiale au Creusot, le tout en train (il n’a jamais su conduire), en covoiturage ou en stop. On le voit aux rencontres organisées par Notre Combat (l’organe de la Fédération des Groupes Témoignage Chrétien qui se développe sous l’impulsion de Bernard Schreiner), la Lettre (il fait partie de l’équipe de la revue dirigée par Jacques Chatagner) ou encore le Cercle Jean XXIII de Nantes (animé par Guy Goureaux). Attentif à tout ce qui bouge dans le catholicisme français de cette époque, et soucieux que la contestation puisse s’exprimer dans l’Église, il prend la défense de son confrère Jean Cardonnel quand l’Ordre prétend limiter la liberté de parole de ce dernier. Cela ne l’empêche pas de faire le tri : vieux compagnon de route des communistes, Joseph Robert n’est guère attiré par le gauchisme des franciscains de Frères du Monde ; religieux fidèle à ses vœux, il est plus perplexe que séduit par le mouvement de déclergification Échanges et Dialogue, se contentant de suggérer, après une année 1971 « de fièvre sacerdotale et de constipation ecclésiale », que l’on en finisse avec la procédure de réduction à l’état laïc, « devenue odieuse et impossible » (« Un bouchon à faire sauter », Témoignage Chrétien, 3 février 1972) ; le phénomène des communautés de base l’intéresse en revanche au plus haut point : il est l’un des animateurs de la rencontre de Bourges en 1970, il suit de près l’aventure de la Communion de Boquen et c’est d’ailleurs Bernard Besret qui préface Guetter l’aurore, le petit livre de « paroles et paraboles d’espérance » qu’il publie en 1971. Un an plus tôt, il avait déjà fait paraître, dans la même veine, L’Évangile en fête. La décennie soixante-dix est surtout pour lui celle du journalisme : il écrit des articles pour la Lettre, Notre Combat et surtout Témoignage Chrétien. Membre du comité de rédaction de l’hebdomadaire, il y donne régulièrement des billets spirituels – genre où il excelle – et aussi de nombreuses recensions, plus apéritives que critiques mais dont l’inventaire permet de dessiner assez bien l’univers intellectuel de la gauche catholique.

Joseph Robert, membre de l’Association « Ceux de Rawa-Ruska » Nord-Pas-de-Calais, a entretenu des liens avec ses compagnons de déportation jusqu’à sa mort, comme en témoigne le dernier timbre de sa carte.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

18Lors du pèlerinage des anciens de Rawa-Ruska, à Lourdes, en septembre 1979, Joseph Robert, qui profite aussi de la retraite pour cultiver ses amitiés de guerre, laisse libre cours, dans son homélie, à la fibre lyrique, révolutionnaire et évangélique à la fois, qui lui est familière : « Frères de Rawa, compagnons des années noires, complices des espoirs fous, copains des durs partages, race de Résistance tenace, frères des inusables prières, […] nous n’avons pas des têtes de vaincus, d’écrasés, d’esclaves – une certaine lumière nous est restée sur le visage et dans les yeux. Rendons grâce d’avoir réagi, dans la nuit, au défi des événements et d’avoir vécu notre servitude concentrationnaire d’Égypte-Galicie comme un appel en masse à la libération. » Il ne cesse de se ressourcer à la mémoire de cet Exode symbolique, surtout quand les années quatre-vingt l’amènent à des réflexions plus amères. La question polonaise induit en effet de vives tensions au sein du « 118 », lui-même prenant fait et cause pour Solidarnosc tandis que Michel Perret reste fidèle à la ligne du Parti. Il s’étonne en novembre 1982, dans une lettre collective, du glissement de terrain qui affecte l’Église : « Comment se fait-il que notre génération qui a reçu la foi et un style de vie, sans calcul, stratégie et pastorale, qui l’a réfléchie, intériorisée et déployée grâce à tous les réveils, renouveaux et mouvements entre les années vingt et cinquante (patros, colos, scoutisme, JOC, groupes de foyers, approfondissement biblique et rayonnement militant), qui a le plus investi comme on dit pour l’avenir humain chrétien des enfants, se retrouve, en son troisième âge filant vers le quatrième, devant un échec global au double niveau de la transmission de la foi, l’Évangile et la vie chrétienne et d’un ensemble de valeurs humaines, morales, familiales, culturelles, idéal, style de vie, etc., qui nous semblent élémentaires, nécessaires et stables ? » Le déclin du communisme comme l’essoufflement des PO le renvoient à des mutations sociales lourdes dont il prend vivement conscience en 1984 lors d’un passage dans la ville de son enfance, alors en pleine crise industrielle : « Vivre quelques jours au Creusot, en ce printemps pluvieux et froid, c’est presque se trouver au point central de l’effrayante incertitude où tout est aujourd’hui enseveli : le travailleur, sa ville, son pays, son continent (l’Europe en perdition) et le monde (tiers et autre) voué à la faim et à la destruction ». Les années passent. Joseph Robert, dont la vue se dégrade, se déplace moins. Son cœur faiblit : déjà quatre récidives de l’infarctus originel. La cinquième, le 19 juin 1991, lui est fatale. Aux obsèques, les catholiques rendent hommage au prêtre-ouvrier, les communistes à « l’infatigable pacifiste ».

19Unde et memores… Parmi tous les éloges nécrologiques qui lui sont consacrés dans les semaines et les mois qui suivent, se détache celui d’Henri Desroche, « Avec un prêtre-ouvrier, Joseph Robert (1990-1991) et les “chrétiens du XIIIe” » (Anamnèses, 10, avril-juin 1992). Ce vieux compagnon du « 48 » s’était rangé des affaires de l’Ordre et de l’Église depuis longtemps ; il avait symboliquement laissé tomber le s final de son nom et s’adonnait depuis à la sociologie d’une espérance dont Joseph Robert avait gardé la passion. Desroche raconte que Bouche et lui avaient revu leur ami quelques semaines avant sa mort : « Il n’avait pas changé. Carré d’épaules. Retranché dans sa retraite de vieux travailleur. Ouvrier comme on peut l’être quand cette condition s’enracine dans un double terroir : celui qui lui avait légué la douceur et la rondeur, la rutilance et le tambour de son accent, celui du ch’Nord qui était finalement celui de ses adoptions. Ingambe en diable. Bon comme un bon pain du bon Dieu. Pétillant, frémissant, accordé aux musiques et aux silences, aux mélodies et à leurs accompagnements, juste comme un piano doit l’être. Pieux, ça se sentait, et égrillard, ça se voyait. […] On a beaucoup parlé. […] Et lui Joseph, de ses itinérances incorrigibles : son côté évadé permanent, y compris de tous les Rawa-Ruska du monde. » L’émotion emportait donc, même chez Desroche, les digues de la raison : l’épisode de Rawa d’où, on l’a vu, Joseph Robert ne s’était jamais évadé, était définitivement devenu la puissante réactualisation du mythe de l’Exode en quoi il l’avait lui-même transfiguré.

20Silhouette massive et trapue, la voix rocailleuse, casquette sur la tête et cigarette au bec, profondément attaché à sa famille, Joseph Robert respirait l’origine bourguignonne et l’appartenance ouvrière. Lecteur des lettres de prison de Bonhoeffer, Il avait le sens de la soumission, à l’Église (il était persuadé que les barrages y finissent toujours par sauter) et surtout au réel (il se méfiait des postures utopiques). Mais il avait aussi, indissociablement, l’énergie de la résistance (« ce refus infini d’une certaine saloperie », selon le mot magnifique d’un de ses compagnons du « 118 », François Oliver). Éternel médiateur, il maintenait des doubles fidélités que beaucoup jugeaient impossibles ou paradoxales : totalement impliqué dans le mouvement missionnaire sans dénigrer pour autant l’Action catholique ; lecteur attentif de France pays de mission ? mais admirateur inconditionnel de Pêcheurs d’hommes (il avait rendu un hommage appuyé à Van der Meersch dans La Quinzaine du 1er février 1951) ; PO soumis en 1954 mais espérant encore en 1965 la grande réconciliation avec les insoumis, onze ans après que, le 25 octobre 1954, « tous les prêtres-ouvriers d’avant mars 1954 se retrouvaient à Notre-Dame de la Gare, autour du corps d’Henri Perrin, dans une prière unanime » avant que chacun ne s’en aille « à son lourd destin » (et comment pouvait-il l’espérer alors même que, du côté des insoumis, on lui en voulait de pas avoir publié, dans l’Itinéraire de Henri Perrin, la dernière lettre que celui-ci avait sur lui au moment de sa mort, et dans laquelle il demandait à l’archevêque de Sens sa réduction à l’état laïc ?) Dans la crise catholique des années soixante-dix, il fut à la fois à la gauche des réformistes (à Témoignage Chrétien, à l’accélérateur) et à la droite des révolutionnaires (à la Lettre, au frein) mais ne désespéra jamais de réformer l’Église. Il observa ensuite avec amertume la crispation idéologique du gauchisme catholique et l’avortement de la section française des Chrétiens pour le socialisme (CPS). Lui qui avait publié un article remarqué sur les perspectives ouvertes par les nouvelles célébrations eucharistiques (« Faites ceci en mémoire de moi », Lettre, janvier 1969) se retrouva en 1977, lors de la rencontre orageuse des CPS à Lille, incapable de convaincre les fractions affrontées et irréconciliables de célébrer ensemble avant de lever la séance.

21La radicalité de son engagement s’accompagnait donc d’un refus des exclusives. Il s’était habitué aux lecteurs de Témoignage Chrétien mais ne dédaignait pas à l’occasion les pèlerins du Rosaire, même s’il lui fallait alors accommoder ses propos. « Il est impossible de faire comme si le catholicisme populaire n’était pas, de vouloir le supprimer », affirmait-il en 1975, lors d’une conférence donnée au Centre Lacordaire de Montpellier : « Ce sont là réactions d’intellectuels, d’esthètes, plus ou moins consciemment orgueilleux, puristes ou élitistes, sinon pharisiens. » Malgré ce langage à contre-courant du discours postconciliaire dominant qui brocardait la religion populaire, il ne rejoignait en aucune manière le combat de son confrère Serge Bonnet, à qui il reprochait au contraire de vouloir maintenir les fidèles dans une passivité propice à toutes les récupérations : « C’est de ce type de chrétiens – traditionnels, sociologiques, qu’on les appelle comme on voudra – que le nazisme a fait, sans trop de peine, semble-t-il, les “chrétiens allemands”, tandis que Dietrich Bonhoeffer, le prophète martyr, s’acharnait en vain à en faire des “chrétiens confessants” » (« Est-ce bien le moment de démolir le “militant” ? », Témoignage Chrétien, 14 mars 1974). Somme toute, il croyait à l’élévation des masses par les militants. « Ma spiritualité matérialiste est un passage, une transhumance du catholicisme populaire d’hier avec ses faiblesses et ses failles, au christianisme populaire de demain que j’espère » martelait-il encore en 1980 (« Le Dieu que m’a donné mon peuple », Notre Combat, février 1980).

22Il faut relire « Je rêve à Capharnaüm », l’épilogue de Guetter l’aurore : « Je rêve – si j’étais fondateur – d’une communion qui oserait s’appeler Capharnaüm : parce que, dans ce qui est devenu symbole péjoratif du bric-à-brac, il y eut, c’est vrai, de tout – à boire et à manger comme on dit – mais il y eut surtout la toute première et capiteuse fermentation du vin nouveau de l’Évangile. […] Je rêve que le peuple de Dieu où je suis, qui se cherche aujourd’hui, suive humblement sa route d’Évangile avant d’en faire la carte. » Le territoire avant la carte : il n’avait cessé de coller au terrain, apôtre d’une « camaraderie au ras du sol ». Il avait eu l’opportunité, courant 1966, de quitter Colmant-Cuvelier, où le travail était dur, pour une imprimerie, mais y avait renoncé, ne se voyant pas quitter les « copains » (un mot qui lui était cher) pour rejoindre les rangs et bénéficier des privilèges d’une aristocratie ouvrière. Le plus caractéristique chez lui était sans doute cette obsession de la proximité : militant de base, toujours rétif aux mandats et aux positions de pouvoir, il donnait systématiquement la priorité aux rencontres locales sur les réunions nationales. Dans un questionnaire interne où ses supérieurs demandaient quelles avaient été les charges importantes qui lui avaient été confiées dans l’Ordre ou hors de l’Ordre, il avait répondu sobrement, avec une évidente jubilation : « aucune ». Il n’en avait pas besoin : « J’aime signer d’une grande signature : frère Dominique-Joseph Robert, OP, PO », assurait-il en 1980.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France, V 783, comprenant notamment la transcription dactylographiée des cahiers de captivité de Joseph Robert : I (1er novembre 1940-18 août 1941), 61 p. ; II (19 août 1941-1er novembre 1942), 88 p. ; III (novembre 1942-octobre 1943), 56 p. ; IV (octobre 1943-février 1945), 147 p. ; à quoi s’ajoutent un petit carnet portant sur son été 1940 et un autre (14 mars-8 avril 1942) sur son séjour en cellule à Bad Orb ; s’y trouvent aussi un certain nombre de documents déposés par Philippe Dujardin, neveu de Joseph Robert. — Les archives du 118 rue Jean Bart sont conservées sur place, à Hellemmes, par l’Association des amis du 118.

François Leprieur, Quand Rome condamne, Paris, Plon/Les Éditions du Cerf, 1989. — Pierre Pierrard, L’Église et les ouvriers en France, 1940-1990, Paris, Hachette, 1991 (dédié « à Joseph Robert, dominicain, prêtre-ouvrier, dont la fidélité à la classe ouvrière, depuis cinquante ans, nous a permis de ne pas désespérer de l’Église »). — Émile Poulat, Les prêtres-ouvriers. Naissance et fin, Paris, Les Éditions du Cerf, 1999. — Yvon Tranvouez, Catholiques et communistes. La crise du progressisme chrétien, 1950-1955, Paris, Les Éditions du Cerf, 2000. — Charles Suaud, Nathalie Viet-Depaule, Prêtres et ouvriers. Une double fidélité mise à l’épreuve, 1944-1969, Paris, Karthala, 2004. — François Leprieur, Dominicains ouvriers d’Hellemmes. Chronique d’un demi-siècle, Paris, Karthala, 2012. — Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Les prêtres ouvriers après Vatican II, Paris, Karthala, 2016.

Haut de page

Œuvre

Itinéraire de Henri Perrin, prêtre-ouvrier, 1914-1954, présenté par ses amis, Paris, Seuil, 1958. — L’Évangile en fête, Paris, Les Éditions du Cerf, 1970. — Guetter l’aurore, Paris, Les Éditions du Cerf, 1971. — Contribution au livre de Jean Vinatier, Les prêtres-ouvriers, le cardinal Liénart et Rome. Histoire d’une crise (1944-1967), Paris, Éditions Ouvrières/Éditions du Témoignage Chrétien, 1985 (chapitre IV sur le « grand rapport » remis en 1955 au cardinal par les prêtres-ouvriers du Nord). — Nombreux articles dans des revues et journaux, notamment Témoignage Chrétien, Lettre, Notre Combat.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Au petit séminaire d’Autun
Légende Élève à Saint-Lazare, Joseph Robert est debout, le cinquième à gauche.
Crédits Fonds famille Robert/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1492/img-1.png
Fichier image/, 3,0M
Titre Jeune dominicain en 1938
Légende Au cours de cette année, Joseph Robert effectue un stage ouvrier, est admis à la profession solennelle, puis est ordonné le 17 décembre 1938 en même temps que Bernard Foissey (de la Congrégation enseignante), Jourdain de Rudder et André Duval.
Crédits Fonds famille Robert/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1492/img-2.png
Fichier image/, 1,5M
Titre Camp de Bad Orb
Crédits Fonds famille Robert/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1492/img-3.png
Fichier image/, 2,4M
Titre En captivité
Crédits Fonds famille Robert/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1492/img-4.jpg
Fichier image/, 136k
Titre Prêtre-ouvrier
Légende Sa carte d’identité, délivrée le 7 février 1948, affirme sa seule identité d’ouvrier. Joseph Robert a rejoint en 1946 Henri Berger et Albert Bouche à la Mission ouvrière Saint-Paul. L’équipe relançait un projet conçu en 1939 avec deux autres jeunes dominicains : Bernard Rouzet, ayant quitté l’Ordre pendant la guerre, et François Savary, tué dans un accident de voiture la veille du jour où il allait rejoindre l’équipe du « 48 ».
Crédits Fonds famille Robert/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1492/img-5.png
Fichier image/, 2,1M
Titre Messe dans un appartement du XIIIe arrondissement
Légende Joseph Robert disant la messe sur la table de la salle à manger d’une famille ouvrière avant 1955.
Crédits Fonds du 118 rue Jean-Bart à Hellemmes/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1492/img-6.png
Fichier image/, 1,7M
Titre Dans une courée d’Hellemmes
Légende Photo issue du reportage fait par Jean-Philippe Caudron pour La Vie catholique, 27 mai-2 juin 1970.
Crédits Fonds du 118 rue Jean-Bart à Hellemmes/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1492/img-7.jpg
Fichier image/, 1,9M
Titre Au 118 rue Jean-Bart à Hellemmes à la fin des années 1960
Légende Un repas au « 118 » rassemblant des « copains » du quartier avec des membre de l’équipe des prêtres-ouvriers : Jacques Scrépel, premier à gauche, la cigarette à la main ; Charles Queneau, troisième debout en partant de la gauche ; Joseph Robert, troisième à droite, et Michel Perret, sixième à droite.
Crédits Fonds du 118 rue Jean-Bart à Hellemmes/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1492/img-8.jpg
Fichier image/, 1,9M
Légende Joseph Robert, membre de l’Association « Ceux de Rawa-Ruska » Nord-Pas-de-Calais, a entretenu des liens avec ses compagnons de déportation jusqu’à sa mort, comme en témoigne le dernier timbre de sa carte.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1492/img-9.png
Fichier image/, 4,4M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Yvon Tranvouez, « ROBERT Joseph », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, R, mis en ligne le 27 mai 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1492

Haut de page

Auteur

Yvon Tranvouez

Notices du même auteur

  • DIDON Henri [Texte intégral]
    DIDON Henri Louis Rémy à l’état civil ; DIDON Martin en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals