Navigation – Plan du site

AccueilDictionnaireNotices biographiquesVVAUX Roland de

VAUX Roland de

GUÉRIN de VAUX Roland Marie à l'état civil ; VAUX Roland de en religion
Jean Jacques Pérennès

Résumé

Né le 17 décembre 1903 à Paris (XVIe arr.), mort le 10 septembre 1971 à Jérusalem (Israël).
Professeur d’histoire biblique, archéologue, directeur de la Revue biblique, directeur de l’École biblique de Jérusalem.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 15/05/2022.

Texte intégral

• Ordination sacerdotale pour le diocèse de Paris : 29 juin 1929
• Vestition pour la Province de France : 22 septembre 1929 à Amiens
• Profession simple : 22 septembre 1930 à Amiens
• Profession solennelle : 22 septembre 1933 au Saulchoir à Kain (Belgique)

1Marie Étienne Roland Guérin de Vaux naît à Paris le 17 décembre 1903, aîné d’une fratrie de six enfants, trois garçons et trois filles. Son père, Jacques Guérin de Vaux (1874-1960), est inspecteur des finances et administrateur de banque. « Barbu, sévère mais bon, toujours au travail, homme de grande culture » : tel est le souvenir qu’il a laissé auprès de ses neveux et nièces. Sa mère, Yvonne Brunet (1878-1944), vient d’une famille que l’on qualifiait dans l’Ancien régime de « noblesse de robe », occupant des charges ou offices d’État. Le service de l’État est une tradition familiale des deux côtés de cette famille plutôt aisée qui habite boulevard Saint-Germain à Paris mais aime se retrouver durant l’été et les vacances dans la propriété familiale de Soulangy, à Levet (Cher) : cette très belle demeure a été construite vers 1870 par le grand-père Brunet. Il a planté un parc, remarquable par ses essences rares, et la nombreuse famille aime s’y retrouver. L’aisance matérielle de la famille ne signifie en rien une mentalité de nouveaux riches. La famille est ouvertement catholique : une tante, Germaine de Vaux, est connue pour son engagement dans les œuvres sociales des banlieues pauvres de Paris, une autre, Solange, est auxiliatrice du purgatoire. Quant à Jacques de Vaux, il met volontiers ses compétences d’administrateur au service de la gestion des biens de l’Église et des Conférences Saint-Vincent de Paul. C’est une génération de catholiques marquée par Rerum novarum et le christianisme social. Le sens du bien commun et du service marquent l’éducation du jeune Roland.

2Cette éducation se poursuit au collège Stanislas à Paris où, comme son père, il fait ses études secondaires (promotion 1920). Parmi ses compagnons à « Stan », on relève dans la même génération Thomas Chifflot, futur directeur des Éditions du Cerf avec qui il lancera la Bible de Jérusalem, Jacques Delalande qui sera père maître des novices de la Province de France, Dominique Dubarle, futur professeur de philosophie au Saulchoir et à l’Institut catholique de Paris, Paul (Marie-Humbert) Vicaire, éminent historien des origines de l’Ordre dominicain. Bref, un milieu humain stimulant, ouvert aux idées des intellectuels catholiques libéraux comme Lamennais, Lacordaire ou Montalembert, proches de Frédéric Ozanam qui y avait assuré pendant des années le cours de rhétorique tout en étant professeur à la Sorbonne. Au Saulchoir de Kain, il retrouvera Jean (André) Festugière, passé lui aussi par ce célèbre collège catholique. Tout au long de sa scolarité, le jeune Roland obtient de nombreux prix d’excellence. En terminale « philosophie », il obtient une inscription au livre d’or et est admis à l’Académie d’émulation de Stanislas, réservée aux meilleurs élèves.

3Baccalauréat en poche, Roland de Vaux fait une licence ès-Lettres à la Sorbonne puis entre, en 1923, au séminaire de Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux, où il se fait remarquer par ses talents de meneur et d’organisateur : il est choisi par les autres séminaristes comme secrétaire du cours 1929, fonction où il semble avoir excellé. Roland de Vaux se racontait peu et on a donc peu de détails sur son cheminement personnel. Selon son contemporain dominicain Pierre Benoit,

il garda de ces premières années d’éducation cléricale le souvenir et les fruits d’une forte instruction dans les disciplines sacrées, entre autres dans les sciences scripturaires où il eut pour maître M. Jean-Julien Weber, plus tard archevêque de Strasbourg. Et surtout, il eut cette solide formation sulpicienne, d’esprit sacerdotal, de fidélité aux devoirs de l’état ecclésiastique, en particulier à la prière, qui marqua toute sa vie d’une empreinte indélébile, bientôt renforcée et complétée mais jamais effacée par l’esprit dominicain (« Le Père Roland de Vaux », Lettre de Jérusalem, 3 octobre 1971).

4Il fait son service militaire en 1925-1926, puis passe son baccalauréat en philosophie scolastique et en théologie à l’Institut catholique de Paris avant d’être ordonné prêtre le 29 juin 1929 par le cardinal Dubois, archevêque de Paris. Mais il a déjà le projet d’entrer dans l’Ordre dominicain, comme l’atteste l’homélie prononcée par le curé de la paroisse lors de sa première messe en la collégiale de Châtel-Censoir le 18 août 1929.

5Il prend l’habit dominicain au noviciat d’Amiens le 22 septembre 1929, se mettant sous la protection de sainte Catherine de Sienne. Il y retrouve quatorze autres novices, dont François Louvel qui sera un de ses partenaires aux Éditions du Cerf pour la publication de la Bible de Jérusalem traduite et annotée par l’École biblique. Le maître des novices de l’époque est le frère Réginald Berger (1877-1956), un homme qui, dans sa jeunesse, avait rêvé d’être envoyé comme missionnaire à Mossoul, mais qui sera maître des novices ou des étudiants presque toute sa vie : vingt et un ans au Saulchoir de Kain puis au noviciat d’Amiens, ensuite une quinzaine d’années à Coublevie dans la congrégation enseignante. Ceux qu’il a accompagnés dans les débuts de leur vie religieuse « se rappellent avec gratitude le bel exemple d’abnégation, de bonté, de délicatesse, d’esprit religieux qu’il a toujours su leur donner », dit sa notice nécrologique dans le bulletin provincial (Ut Sint Unum, décembre 1956, p. 17). L’homme a marqué plusieurs générations de religieux. Roland de Vaux fait partie d’un de ses derniers noviciats à Amiens. Toute sa vie, il sera un religieux équilibré, solide. Les bases acquises dans sa jeunesse n’y sont probablement pas pour rien.

6La question de l’Action française agite beaucoup les jeunes religieux de l’époque. Un témoignage du frère François Louvel permet de savoir comment se situait Roland de Vaux :

Quand je suis rentré au noviciat, en 1929, fin 1929, pratiquement 1930, dans mon noviciat, sur les quinze que nous étions, il y avait Bonduelle, Grégoire, Chevallier, Ceslas Coquelle et Hyacinthe Coquelle, Mesnard, cela fait six, et je pense davantage, qui avaient appartenu à l’Action française, qui s’étaient soumis, mais soumis comme devant une injustice, et dont le cœur était d’Action française. Et, dans mon noviciat, à ne pas partager ces idées-là et avoir les idées diamétralement opposées que trois : le père de Vaux, le père Gourbillon et moi. Nous étions les trois qui avions un poil de formation politique et qui étions, on ne peut pas dire contre les autres, mais qui ne pouvions pas parler ! » (« Les Éditions du Cerf ont 50 ans... Entretien avec le Père Louvel, 8 mars 1979 », Archives de la province de France).

7Profès simple le 23 septembre 1930, il rejoint immédiatement le couvent d’études du Saulchoir (Kain). L’ambiance y est des plus austères, selon le souhait du père maître des étudiants, Joseph Périnelle (1880-1964), mais il est lui aussi un homme de culture : ancien élève de l’École des Chartes, dont il est sorti major, prix de Rome pour sa thèse de doctorat, il a été ensuite pensionnaire de l’École française de Rome. Dans sa jeunesse étudiante, le père Périnelle a été proche du Sillon de Marc Sangnier et de son mouvement laïc militant pour un christianisme démocratique et social. Il a aussi en estime la vie intellectuelle et ses exigences. L’Ordre dominicain attire alors en France des jeunes de grand calibre intellectuel comme le montre la génération de Roland de Vaux, entre soixante-dix et quatre-vingts étudiants, au sein de laquelle le débat doit être de qualité. Il a comme condisciples André Jean Festugière (1898-1982), ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de lettres et membre des Écoles françaises d’Athènes et de Rome ; Jean de Menasce (1902-1973), un converti du judaïsme proche du milieu intellectuel qui se réunit à Meudon autour de Jacques Maritain ; Augustin Maydieu (1900-1955), futur responsable des Éditions du Cerf ; Marie-Alain Couturier (1897-1954) qui portera dans l’Église de France le renouveau artistique autour de la revue L’Art sacré, grâce à ses liens personnels avec Matisse, Rouault, Braque, Le Corbusier. Le corps professoral est aussi de belle tenue, engagé dans un renouveau du thomisme sous l’impulsion d’une brochette d’éminents dominicains : des médiévistes comme Pierre Mandonnet (1858-1936) et Marie-Dominique Chenu (1895-1990) ; des biblistes comme Paul Synave (1888-1937) et Ceslas Spicq (1901-1992) ; des philosophes et des théologiens dont certains vont beaucoup compter dans les années à venir : Yves Congar (1904-1995) en ecclésiologie, Thomas Deman (1899-1954) en théologie morale, Henri-Marie Féret (1904-1992) en histoire de l’Église, Henri-Dominique Gardeil (1900-1974) en histoire de la philosophie, Vincent Héris (1885-1975) en théologie dogmatique.

8Ce milieu intellectuel stimulant, où les études médiévales sont à l’honneur, conduit Roland de Vaux à s’intéresser à l’averroïsme latin, sujet travaillé par Pierre Mandonnet, auteur d’un livre important sur Siger de Brabant (Siger de Brabant et l’averroïsme latin au XIIIe siècle : études critiques et documents inédits, Éditions de l’Université de Fribourg, 1899). De Vaux publie en 1933 un long article dans la Revue des sciences philosophiques et théologiques : « La première entrée d’Averroès chez les Latins » (RSPT, 22 (1933), 193-242). Mais son enquête ne s’arrête pas là, car, quittant Le Saulchoir, il remet à l’éditeur Vrin un ouvrage de 183 pages qui sortira en 1934 : Notes et textes sur l'avicennisme latin aux confins des XIIe-XIIIe siècles. C’est un ouvrage très technique, digne d’un futur médiéviste mais de Vaux va néanmoins être orienté vers Jérusalem et les études bibliques. Il semble que ce soit le frère Paul Synave, lui-même ancien élève de l’École de Jérusalem et professeur d’exégèse au studium de Kain, qui ait obtenu l’envoi de Roland de Vaux dans la Ville sainte. Y a-t-il eu une demande explicite du père Lagrange à un moment où l’École biblique est fragilisée par le départ soudain durant l’été 1931 d’Édouard Dhorme, qui était à la fois directeur de l’École et de la Revue biblique ? Ce n’est pas impossible. Il faut dire que Roland de Vaux a aussi montré son intérêt pour l’orientalisme comme le montre un article assez copieux portant sur les rapports entre Adonis et Osiris confié à la Revue biblique de janvier 1933. En septembre 1933, Roland de Vaux est en mesure d’annoncer à Pierre Benoit son assignation définitive au couvent Saint-Étienne de Jérusalem. La décision n’a guère plu au prieur de la province de France qui aurait volontiers gardé ce religieux prometteur et n’a guère été consulté, si l’on en croit une lettre de Louis-Hugues Vincent à Raphaël Savignac (lettre du 20 septembre 1933).

Roland de Vaux à la fin de ses études.

Archives du couvent Saint-Étienne à Jérusalem ; archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

9Roland de Vaux a trente ans lorsqu’il arrive à Jérusalem à l’automne 1933. Pierre Benoit l’a précédé d’un an. Ce sont deux précieuses recrues, comme l’écrit le père Lagrange au prieur provincial Jourdain Padé :

Les Pères Benoit et de Vaux sont des éléments très précieux, l’un pour le Nouveau Testament, l’autre pour l’Ancien, qui pourront remplacer l’ancienne équipe à bout de souffle, surtout en ma personne. Quand le bon Dieu m’appellera à lui, j’aurai la consolation de penser que de jeunes forces continueront l’œuvre, et c’est une grande dette de reconnaissance que le couvent de Saint-Étienne contractera envers vous.

10Le fondateur, Marie-Joseph Lagrange, alors âgé de soixante-dix-huit ans, est un homme fatigué, usé par une longue vie de labeur et d’épreuves. L’équipe avec laquelle il a fondé l’École biblique a aussi pris de l’âge : Antonin Jaussen, Louis-Hugues Vincent, Félix-Marie Abel, Raphaël Savignac. Et puis il y a eu en 1931 le départ d’Édouard Dhorme (1881-1966), brillant assyriologue, sur lequel Lagrange comptait pour lui succéder. Son départ brutal a été pour Lagrange une terrible épreuve, « une meurtrissure inguérissable », dira Bernard Montagnes, son biographe. La relève est donc urgente, mais une relance est possible car d’autres jeunes religieux ont précédé l’arrivée de Pierre Benoit et de Roland de Vaux : Bernard Couroyer (1900-1993) en 1928 et Louis Dumeste (1892-1959) en 1931. Roland de Vaux se met au travail, sans attendre et prépare la licence biblique qu’il passe à Rome avec succès en juin 1935. Il participe aussi très vite aux caravanes archéologiques, qui vont commencer à le familiariser avec les questions d’archéologie qui l’occuperont plus tard. Les premiers articles de Roland de Vaux attirent l’attention du père Lagrange qui lui écrit le 23 juillet 1937 depuis Saint-Maximin, où il s’est retiré :

J’ai été émerveillé – le mot n’est pas trop fort – de votre article sur le chemin de Krt, et je n’attends pas moins du prochain article […]. (Un de vos élèves) disait que vous étiez si brillant qu’on ne pouvait croire que vous aviez trouvé vous-même ce que vous enseigniez ! À quoi j’ai répondu que vous n’aviez emprunté à personne la leçon magistrale que vous donniez aux grands maîtres, Dussaud, Albright, i tutti quanti […]. Continuez donc, cher Père, à vous frayer une voie dans cette terra incognita, mais riche, que je souhaitais vous voir aborder.

Au couvent Saint-Étienne à Jérusalem en 1934

Au couvent Saint-Étienne à Jérusalem en 1934

Photo prise à l’occasion des quatre-vingts ans du père Lagrange, assis au premier rang (3e à gauche). Roland de Vaux est au second rang (2e à gauche) avant Pierre Benoit.

Archives du couvent Saint-Étienne de Jérusalem, archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

11Deux domaines mobilisent très vite l’attention intellectuelle de Roland de Vaux : l’histoire ancienne d’Israël et l’archéologie. C’est une époque, il faut dire, où les découvertes archéologiques jettent une lumière nouvelle sur l’histoire d’Israël. Il suit par exemple de très près les découvertes de Ras Shamra, fouillé en 1929 par des archéologues français et qui a mis au jour l’antique cité d’Ougarit, capitale d’un ancien royaume qui joignait la Méditerranée au bassin mésopotamien. De Vaux recense pour la Revue biblique tous les ouvrages importants consacrés aux découvertes archéologiques du moment : Doura-Europos, Megiddo, Byblos… Dès la rentrée d’octobre 1934, trois cours hebdomadaires lui sont confiés : Archéologie (Institutions de l’Ancien Testament. Lieux de culte), Histoire ancienne de l’Orient (Époque assyrienne jusqu’à Cyrus) et langue assyro-babylonienne. En Histoire ancienne de l’Orient, qui va devenir son domaine de prédilection, il procède par périodes : de la prise de Jérusalem à la conquête d’Alexandre (1935-1936) ; des origines à la période des Juges (1936-1937) ; la période des Juges et la monarchie unitaire (1937-1938) ; la période royale (1938-1939 et 1939-1940). Parallèlement, il commence un cours d’archéologie portant sur les institutions familiales, puis les institutions civiles, militaires et religieuses des Hébreux. On voit là s’esquisser déjà la matière de ses publications futures. Très vite, des responsabilités lui sont aussi confiées : en 1935, il est nommé secrétaire du directeur de l’École et en janvier 1938 directeur de la Revue biblique. Il doit accepter cette charge à la demande du maître de l’Ordre, dans un contexte de crise marquée par la démission du père Vincent, qui proteste contre la censure que Rome continue à exercer à l’endroit de son maître Lagrange, à qui est refusé le droit de publier une recension sur un ouvrage de Dhorme. Les responsabilités ne quitteront plus Roland de Vaux et il devra les exercer dans un contexte marqué par des crises récurrentes : la grande révolte arabe de 1936-1939, la guerre de Syrie de 1941 qui déchire la communauté française en Orient, la partition de la Palestine en 1948.

12En 1920, l’École biblique avait été reconnue comme École archéologique française par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, en reconnaissance de la qualité des travaux d’orientalisme de la première génération des dominicains de Jérusalem. Mais c’est avec Roland de Vaux que l’École va entreprendre de véritables fouilles archéologiques, et pas seulement des explorations de surface. La première fouille importante qui lui est confiée est le site de Tell el-Far‘ah, un site important pour l’histoire biblique : situé à onze kilomètres au Nord-Est de Naplouse, c’est une place forte qui commandait d’importantes voies de communication avec la vallée du Jourdain et la Transjordanie. Les patriarches des Hébreux auraient parcouru cette route à l’instar des grandes migrations. Des sections de mur qui affleurent laissent deviner un rempart de l’époque du Bronze et la poterie qui affleure en surface atteste une occupation très ancienne, depuis le début du Bronze moyen jusqu’au début du Fer, c’est-à-dire de l’an 2000 à 800 avant notre ère. Fouiller ce site devrait apporter une vraie contribution à la connaissance de l’histoire de la Palestine. Probablement occupé dès l’époque cananéenne, le site pourrait, à l’époque biblique, correspondre à la première capitale du Royaume d’Israël, l’antique Tirça, où Jéroboam établit sa capitale après la scission du royaume à la mort de Salomon, selon le Livre des Rois. De Vaux va y diriger neuf campagnes entre 1946 et 1960, campagnes interrompues par les crises politiques mais surtout par une autre découverte qui va marquer la carrière : les manuscrits de la mer Morte à Qumrân. Malgré ces aléas et un emploi du temps extrêmement chargé – il a deux gros sites à suivre en même temps – de Vaux publie après chaque campagne des rapports préliminaires détaillés, qui permettront des publications scientifiques ultérieures. Ce chantier de Tell el-Far‘ah permet aussi d’associer plusieurs boursiers de l’Académie, étudiants à l’École, dont certains comme Henri Cazelles, Pierre Amiet ou Jean Perrot, feront de belles carrières dans la recherche biblique ou archéologique.

Roland de Vaux sur le chantier de Qumrân en 1956.

Archives du couvent Saint-Étienne de Jérusalem, archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

13L’histoire de la découverte de Qumrân a souvent été racontée mais garde encore des zones d’ombre, les Bédouins et les antiquaires revendeurs des manuscrits ne tenant pas à dévoiler leur filon. Tout démarre début 1947 avec quelques reventes de manuscrits et de fragments sur le marché des antiquités à Jérusalem. À l’École biblique, on se montre méfiant, tant le trafic de faux est une pratique courante au souk de Jérusalem. Au lendemain de la guerre de 1948 qui conduit à la partition de la Palestine, de Vaux est sollicité par Lankester Harding, alors directeur des Antiquités de Jordanie où se trouve le site, pour conduire une première expédition qui a lieu en février-mars 1949 et permet de repérer une partie des grottes d’où proviennent les manuscrits. De Vaux va user de son sens relationnel et de sa connaissance de l’Orient pour déjouer la méfiance des Bédouins et lancer un programme régulier de fouilles qui vont durer une dizaine d’années, jusqu’en 1958. La Revue biblique publie régulièrement des rapports préliminaires, d’autant plus attendus que l’on fait parfois des trouvailles spectaculaires comme les deux rouleaux de cuivre de la grotte 3 ou la grotte 4 qui livre plusieurs milliers de fragments. De Vaux est aussi chargé par le Palestine Archaeological Museum de Jérusalem, plus tard appelé musée Rockefeller, dont il préside le conseil d’administration, de superviser et de contrôler l’achat de fragments qui arrivent sur le marché, car les Bédouins, ayant trouvé un bon filon, continuent à doubler le travail des archéologues. La tâche est difficile, d’autant que l’argent manque et qu’il faudra à un moment donné envisager de faire financer certaines acquisitions par des institutions étrangères comme les universités de Heidelberg et de Manchester, la bibliothèque vaticane et l’université McGill de Montréal. Cela lui sera parfois reproché ultérieurement. L’aventure de Qumrân va être un fardeau pour Roland de Vaux, comme le montre une note de la chronique conventuelle de Jérusalem en date du 20 septembre 1962 : « Les Bédouins ont découvert une nouvelle grotte de manuscrits à Qumrân. Le P. Barthélemy et l’Abbé Milik se frottent les mains, le P. de Vaux lève les yeux au ciel et gémit. »

14Le dossier est complexe à divers titres : organiser la fouille, essayer de sauver le maximum de manuscrits, mais aussi avancer des hypothèses d’interprétation sur l’origine de ces milliers de documents qui arrivent de manière parcellaire. Trois équipes principales y travaillent : les chercheurs américains de l’American School of Archaeology, les Israéliens de l’Université hébraïque de Jérusalem, en particulier Eleazar Sukenik qui était parvenu à acquérir des fragments importants dont le rouleau d’Isaïe, et l’École biblique qui a réuni quelques premiers collaborateurs au musée Rockefeller pour procéder au déchiffrement. Chacun veut garder la primeur de ses trouvailles ; la frontière politique empêche une libre circulation entre Israël et la Jordanie. Il est donc compliqué d’avoir une vue d’ensemble. De Vaux estime dans un premier temps que ces textes pourraient venir de la secte sadocide de la Nouvelle Alliance, dont on connaît l’exode de la Judée à Damas. Peu à peu, l’idée s’impose que l’origine serait essénienne, thèse que défend très tôt l’épigraphiste français André Dupont-Sommer avec qui de Vaux va ferrailler. Ce disciple de Renan verrait d’un assez bon œil que la trouvaille de Qumrân vienne bouleverser les dogmes admis sur les origines du christianisme. Plusieurs auteurs entretiendront la thèse assez malveillante que de Vaux aurait cherché à cacher aux chercheurs, en particulier israéliens, des documents qui auraient remis en cause les bases de la foi catholique. Le monde juif a assez mal vécu que la responsabilité de la publication de ces manuscrits si importants pour leur tradition religieuse ait échu dans un premier temps à des chrétiens, prêtres de surcroît. Pour avancer dans le déchiffrement, de Vaux s’emploie à recruter des spécialistes dont Dominique Barthélemy et Jozef Milik, deux épigraphistes géniaux qui y laisseront d’ailleurs leur santé. Une équipe internationale et œcuménique de huit membres est peu à peu mise en place pour travailler à la publication des fragments dans une collection Discoveries of the Judaean Desert, dont la publication commence en 1955. L’absence d’un financement conséquent et l’ego de certains chercheurs vont faire traîner à l’excès la publication : cinq volumes seulement sur près de quarante sortiront du vivant de Roland de Vaux. Dès 1959, il a pourtant la possibilité de proposer une première tentative de synthèse à portée internationale lors des Schweich Lectures qu’il est invité à donner à la British Academy de Londres. Pierre Benoit reprendra après lui l’épineux dossier de la publication des manuscrits. En dépit de nombreux aléas et de diverses controverses, le nom de Roland de Vaux restera associé pour le meilleur et parfois le pire à l’aventure exceptionnelle de la découverte des manuscrits de la mer Morte.

15Malgré ces deux chantiers de fouille de Tell el-Far‘ah et Qumrân qu’il conduit en parallèle, de Vaux continue à enseigner et s’est vu confier en 1945 la direction de l’École biblique. Sa première tâche comme directeur est de renouveler le corps professoral, tâche toujours difficile car l’École requiert une large gamme de spécialistes de haut niveau : biblistes en Ancien et Nouveau Testament, mais aussi archéologues, épigraphistes, historiens, professeurs de langues anciennes. Raymond Tournay et Marie-Émile Boismard seront deux des recrues qu’il parviendra à stabiliser à Jérusalem. Il parvient aussi à intégrer à l’équipe de Jérusalem les frères Jourdain-Marie Rousée et Hyacinthe Coüasnon qui seront des appuis précieux pour la bibliothèque, la cartographie des fouilles et la supervision de certains chantiers comme la restauration du Saint-Sépulcre. Il faut aussi faire revenir les étudiants que la Seconde Guerre mondiale avait éloignés de Jérusalem. Ce ne sera fait qu’à partir de 1950. Tout cela signifie de multiples démarches, des recherches de financements et des tracas en tous genres. Élu prieur par ses frères le 6 juillet 1949, il doit de surcroît s’occuper de la communauté et tenter de récupérer les dommages de guerre consécutifs au conflit de 1948 qui a impacté le couvent Saint-Étienne situé près de la ligne de démarcation. Roland de Vaux, craignant alors que l’École biblique puisse être supprimée, que les vieilles querelles qui avaient autrefois dressé l’Institut biblique de Rome contre l’École biblique de Jérusalem puissent se réveiller, se range en 1955 derrière l’avis des censeurs dominicains lorsque Louis-Hugues Vincent veut publier sa biographie du père Lagrange. Selon Bernard Montagnes, le bibliste Ceuppens et le théologien Gagnebet estiment que sa publication est prématurée et susceptible de provoquer des polémiques dangereuses pour l’École ; cette mise en garde est approuvée par le maître de l’Ordre.

16Roland de Vaux poursuit malgré tout son cours d’histoire biblique, ne donnant jamais le même enseignement et déroulant année après année les périodes qui seront la base de son Histoire ancienne d’Israël publiée juste après sa mort en 1971. Une autre partie de cet enseignement aboutira à l’ouvrage en deux volumes, les Institutions de l’Ancien Testament, dont la première édition sort en 1958-1960. Cet ouvrage reçoit un accueil unanime de la part des spécialistes ; il est traduit en diverses langues et restera comme un ses maîtres livres. L’oratorien Paul Auvray en fait une recension minutieuse et très élogieuse dans deux livraisons de la Revue biblique : « Le P. de Vaux nous donne là le résultat de vingt-cinq ans de travail et d’enseignement. C’est dire la maîtrise avec laquelle il manie les réalités littéraires et archéologiques », écrit-il à la sortie du premier volume (Revue biblique, 66, 1959, p. 118).

17Une autre aventure majeure va beaucoup l’occuper au lendemain de la Seconde Guerre mondiale : la Bible de Jérusalem. Au cœur de la détresse d’une France accablée par la défaite, de grands projets d’avenir comme Sources chrétiennes, le Centre de pastorale liturgique et le projet d’une nouvelle Bible naissent en zone libre, le plus souvent à Lyon autour du scolasticat jésuite de Fourvière et de quelques dominicains des Éditions du Cerf qui ont quitté Paris. Un des membres de l’équipe du Cerf, le frère Thomas Chifflot, que de Vaux a bien connu dans sa jeunesse, lui propose au cours de l’été 1945 de profiter de l’ouverture créée par l’encyclique de Pie XII Divino Afflante Spiritu de 1943 pour lancer le projet d’une nouvelle traduction de la Bible qui mette à disposition du peuple de Dieu un texte de belle qualité littéraire qui tienne compte dans les introductions et les notes des avancées considérables qu’a fait l’exégèse depuis le père Lagrange. De Vaux hésite, dans un premier temps, conscient de la masse de travail que représente une telle entreprise, mais il accepte et travaille avec Chifflot pour dessiner les contours d’un projet dont il rend compte en novembre 1945 au maître de l’Ordre et à quelques autorités romaines. Un comité éditorial est constitué, comprenant Chifflot et de Vaux mais aussi Pierre Benoit pour l’École biblique, le chanoine Cerfaux, le P. Huby et M. Robert comme représentants des exégètes de langue française et trois représentants éminents des milieux intellectuel et littéraire français, Étienne Gilson, Gabriel Marcel et Henri-Irénée Marrou. La mise en forme juridique du projet d’édition de la future Bible de Jérusalem est confiée au frère Pierre Boisselot, qui avait une formation de juriste et sera un des piliers des Éditions du Cerf durant les années de l’après-guerre. Un contrat est signé le 17 mars 1946, au terme duquel « il appartient à l’École biblique de Jérusalem, conjointement avec le Comité de direction mentionné dans le texte ci-joint, de désigner les collaborateurs à qui elle confiera chacun des Livres de la Bible, de promouvoir et de contrôler leur travail ». De Vaux va alors chercher à mobiliser les meilleurs biblistes du moment, dont les frères de Jérusalem, car l’enjeu est considérable : il ne s’agit pas seulement d’offrir une traduction de qualité, rigoureuse et agréable à lire, mais aussi de tenir compte des progrès considérables de l’exégèse catholique depuis l’adoption de la méthode historico-critique. De Vaux en donne un exemple lumineux dans l’introduction générale au Pentateuque qu’il rédige en une vingtaine de pages au début de sa traduction de la Genèse. En effet, les temps ont changé, il devient possible d’aborder à nouveau la question de l’historicité du Pentateuque, question à laquelle Lagrange avait dû renoncer à la demande de Rome. Roland de Vaux prend en charge trois Livres de l’Ancien Testament : la Genèse, les Livres de Samuel et les Livres des Rois, textes qu’il remettra en 1949, 1951 et 1953. Ce grand projet va beaucoup l’occuper : après une première édition en quarante-trois fascicules entre 1948 et 1954, de Vaux va superviser la publication en un seul volume, la Bible de Jérusalem, qui sort en 1955 et devient la Bible de référence.

Roland de Vaux au cours d’une présentation de livres aux Éditions du Cerf.

Archives du couvent Saint-Étienne de Jérusalem, archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

18Les Schweich Lectures de la British Academy en 1959 à Londres sur Qumrân et diverses publications de Roland de Vaux lui valent une notoriété internationale très nette au début des années 1960. En 1959, il publie en Allemagne une synthèse sur l’épineuse question de l’historicité des Patriarches hébreux ; au début des années 1960, il est associé par l’archéologue britannique Miss Kathleen Kenyon à des fouilles sur le site prestigieux de l’Ophel à Jérusalem. Il est alors au faîte de sa notoriété et est invité à passer un an comme professeur invité à la Divinity School de Harvard. Cette année lui vaut d’innombrables invitations à donner des conférences dans toute l’Amérique du Nord, qu’il sillonne avec une incroyable énergie. Il donne un cours magistral intitulé History of the Ancient Israël et un séminaire d’Ancien Testament. Membre correspondant de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres depuis 1952 et de la Commission biblique pontificale depuis 1955, il est sollicité pour devenir membre de plusieurs sociétés savantes comme la Society for Old Testament Study, la Society of Biblical Litterature and Exegesis, l’Advisory Board de Vetus Testamentum. La reconnaissance internationale lui vient surtout du monde anglo-saxon, même si la France lui a attribué aussi la Légion d’honneur et la médaille d’or du CNRS. En 1964-1965, il est fait docteur honoris causa de plusieurs universités : Louvain, Aberdeen, Providence College (Rhode Island), Vienne (Autriche), Yale, Notre-Dame (Indiana), College de la Salle (Pennsylvania), Holy Cross college (Massachussets). Libéré en 1965 de la direction de l’École biblique désormais confiée à Pierre Benoit, il va pouvoir honorer les nombreuses invitations qui lui sont adressées, principalement aux États-Unis. Parvenu à l’âge où l’on peut oser des synthèses, il accepte de contribuer à la rédaction d’un ouvrage de référence en matière d’archéologie : The Cambridge Ancient History, publié par Cambridge University Press. L’ordre dominicain n’est pas en reste dans les gestes de reconnaissance en le faisant Maître en théologie et membre de la Commission des études de l’Ordre.

Roland de Vaux à Harvard, visiting professor, en 1965.

Archives du couvent Saint-Étienne de Jérusalem, Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

19Cette notoriété internationale et les sollicitations qui l’accompagnent ont, par certains côtés, distrait Roland de Vaux du grand projet qu’il porte depuis des années : une Histoire ancienne d’Israël. Il y travaille, certes, mais continue à être sollicité pour des chantiers archéologiques importants. Ainsi, Avraham Biran, directeur des Antiquités israéliennes, lui propose-t-il un très beau site en Galilée, convoité par de nombreuses missions étrangères, Tell Keisan, au sud-est de Saint-Jean d’Acre. De Vaux estime capital pour l’École biblique de rester présente sur des projets de fouilles ayant trait à des enjeux de l’histoire biblique. L’intérêt du site est de pouvoir « éclairer les périodes de la fin du Bronze récent et du début du Fer ainsi que les rapports entre la Palestine et les autres pays de la Méditerranée occidentale », résume le projet présenté par l’École biblique en septembre 1970. Il a préparé le frère Jean Prignaud pour l’appuyer dans ce projet nouveau auquel il va aussi associer plusieurs anciens étudiants de l’École : Dominique Auscher, Jacques Briend, Jean-Baptiste Humbert, André Lemaire, Agnès Spycket, Alain Chambon et Éric Godet. Bien qu’il soit appuyé par des personnalités de poids comme André Parrot, directeur du Louvre, il doit batailler dur pour obtenir les budgets. « La préférence donnée à notre établissement alors que les Américains étaient également sur les rangs témoigne de façon éloquente de la considération dont jouissent les Pères dominicains de Saint-Étienne auprès des archéologues israéliens », écrit le consul général de France pour appuyer auprès du Quai d’Orsay les demandes de fonds présentées par Roland de Vaux. Ces soucis ne sont probablement pas pour rien dans la dégradation rapide de sa santé au début de l’année 1971. D’abord hospitalisé pour une artérite, il se relève difficilement d’une fracture de la jambe en juillet. Il lui arrive de faire des malaises en raison d’une légère thrombose cérébrale qui inquiète son entourage et l’oblige à annuler des conférences au Canada et sa participation à l’Oriental Congress d’Uppsala en 1971. Il reprend tout de même son enseignement mais ne peut pas marcher longtemps, ce qui l’ennuie car, même s’il est convenu que Jean Prignaud a la direction active de la fouille de Tell Keisan, le permis et l’argent ont été obtenus sous son nom. En raison probablement de son mauvais état général, une banale opération de l’appendicite tourne mal et l’emporte le 10 septembre 1971 à la stupéfaction générale. Il a seulement soixante-huit ans mais s’est usé à la tâche. Travailleur infatigable, fumeur invétéré, il est emporté sans avoir fini cette Histoire ancienne d’Israël dont le premier volume sort quelques semaines après sa mort. Le frère François Langlamet parviendra à publier une partie du second volume, à partir des notes laissées par celui-ci qui avait été son maître en études vétéro-testamentaires.

20L’hommage large et unanime rendu à Roland de Vaux à l’occasion de ses funérailles qui ont lieu le 13 septembre 1971 dans la basilique Saint-Étienne de Jérusalem et lors de la messe d’hommage qui réunit le même jour de nombreux amis parisiens au couvent de l’Annonciation à Paris souligne sa personnalité hors norme et la contribution majeure qu’il a apportée aux études bibliques et archéologiques. Il a su d’abord s’attirer le respect au-delà des clivages politiques qui ont malgré tout beaucoup compliqué son parcours. Il laisse une œuvre écrite considérable, bien qu’inachevée : une douzaine d’ouvrages, près de cent cinquante articles scientifiques, de très nombreuses recensions dans la Revue biblique. Une sélection de ses articles, couvrant ses principaux domaines d’expertise, a été publiée en 1967 aux Éditions du Cerf dans un recueil intitulé Bible et Orient. Mais Roland de Vaux a surtout formé des disciples. Contrairement à beaucoup de savants d’abord préoccupés de leur propre carrière et de leur notoriété, de Vaux a su transmettre, donner le goût de la recherche, former de nouvelles générations d’historiens et d’archéologues. Il a dirigé près de soixante-dix mémoires d’étudiants de l’École biblique, qui, pour beaucoup, feront ensuite de très belles carrières dans l’enseignement et la recherche. Une trentaine de mémoires relèvent de l’histoire de l’Orient ancien ou de l’archéologie. Parmi les étudiants, on relève les noms de Jean-Louis Huot, spécialiste de la Mésopotamie ancienne, directeur de la mission archéologique française de Larsa de 1974 à 1990, puis de l’Institut français d’archéologie du Proche-Orient (IFAPO) avant d’être nommé professeur d’archéologie orientale à la Sorbonne ; Burton MacDonald, archéologue canadien spécialisé dans l'archéologie de la Jordanie, qui sera professeur à Université Saint-François Xavier d’Antigonish (Canada) ; Pierre de Miroschedji, responsable, entre autres, des fouilles de Tell Yarmouth, directeur du Centre de recherche français de Jérusalem entre décembre 2004 et septembre 2008 et membre du CNRS entre 1970 et 2015. Une bonne trentaine de mémoires portent sur l’Ancien Testament et lanceront des spécialistes comme Jean Carmignac, fondateur de la Revue de Qumrân ; Guy Couturier, directeur du département d’études bibliques à l’Université de Montréal (Canada) ; le dominicain portugais Francolino Gonçalves qui lui succédera comme professeur d’Ancien Testament à l’École biblique ; Albert de Pury, professeur d’Ancien Testament aux facultés de théologie de l’université de Neuchâtel puis de Genève ; le frère Adrian Schenker, éminent spécialiste de critique textuelle à l’Université de Fribourg. Roland de Vaux a aussi joué un rôle important dans la formation de deux pionniers de l’archéologie orientale en Espagne : Joaquim González Echegaray (1930-2013) et Emilio Olávarri Goicoechea (1929-2002). En un mot, Roland de Vaux a été un maître au sens où il a su former des générations de successeurs. Mark Smith, de l’Université de Yale, dit de lui qu’il a été « un des rares et des derniers avec Albright à avoir pu maîtriser l’archéologie et la connaissance des textes ». Roland de Vaux disait – paraît-il – qu’il faudrait à sa mort, trois personnes pour le remplacer : un archéologue, un historien et un bibliste. Malgré la disparition de sa stature exceptionnelle, l’École biblique a poursuivi sa route et ce que Roland de Vaux lui a apporté n’est pas pour rien dans le crédit qui lui est toujours accordé.

21Avec le recul de cinquante ans après sa mort, on mesure mieux à quel point Roland de Vaux a été une personnalité marquante de l’histoire de l’École biblique de Jérusalem. Il y arrive au moment où Lagrange va prendre sa retraite et où toute la génération des fondateurs (Lagrange, Vincent, Abel, Savignac, Jaussen) passe la main à une nouvelle génération, dont de Vaux et Benoit vont, l’un après l’autre, être les personnalités phares : Barthélemy, Boismard, Couroyer, Dumeste, Langlamet, Spicq, Tournay. La génération de Roland de Vaux a lancé les premiers grands chantiers archéologiques de l’École biblique (Tell el-Far‘ah, Qumrân, Tell Keisan), travaux dont la qualité a valu à l’École de Jérusalem l’estime des grands archéologues du moment, archéologues français comme Maurice Dunand, André Parrot, Henri Seyrig, Claude Frédéric Schaeffer, mais aussi britanniques ou américains comme Albright, Bennett, Ghirshman, Harding, Kenyon, Lapp. Et, malgré la complexité de la situation politique et la netteté de ses positions en la matière, de Vaux a acquis un vrai respect de la part des archéologues israéliens comme Avi Eitan, Magen Broshi, Amir Drori, Benjamin Mazar, Eleazar Sukenik, Yigael Yadin. La fouille de Qumrân lui a échu ; elle a beaucoup pesé sur lui, à un moment où d’autres chantiers et certains travaux de recherche le requéraient. Il a assumé, sans pour autant abandonner d’autres grands chantiers : la publication de la Bible de Jérusalem et son Histoire ancienne d’Israël, œuvre d’une vie, hélas inachevée. Ce que de Vaux laisse de plus marquant, outre l’héritage de Qumrân et quelques livres majeurs, dont ses Institutions de l’Ancien Testament, ce sont des disciples, en grand nombre, profondément marqués par ce maître hors pair. Certains, comme Jean Prignaud, n’ont pas pu faire face à sa disparition. « C’était un maître ; j’avais une confiance totale dans son jugement. Les orientations qu’il m’a données ont orienté toute ma carrière », dit un de ses disciples, l’archéologue Pierre de Miroschedji. Voilà qui illustre bien le projet annoncé au moment de sa profession solennelle en 1933 : « Avoir une grande ambition humble. C’est la seule attitude possible lorsque vraiment on travaille pour Dieu. » Sa vie en a donné une belle illustration.

Haut de page

Sources

Archives du couvent Saint-Étienne de Jérusalem. – Archives de la Province dominicaine de France. – Archives diplomatiques (La Courneuve et Nantes). – Archives générales de l’Ordre des prêcheurs. – Archives de la famille de Vaux (château de Soulangy et de Chatel-Censoir). – Pierre Benoit, « Le Père Roland de Vaux », La Lettre de Jérusalem, 37, 3 octobre 1971. – Aelred Cody, « Masters in Israël : Roland de Vaux », The Clergy Review, October 1969, p. 775-790. – Kathleen M. Kenyon, « Father Roland de Vaux, OP », Levant, IV, 2013, p. V-X. – Benoit Montagnes, Marie-Joseph. Une biographie critique, Paris, Éditions du Cerf, 2004. – André Parrot, « Le RP de Vaux (1903-1971) », Syria, 1972, p. 277-278. – Nahum M. Sarna, « The last Legacy of Roland de Vaux », Biblical Archaeology Review, July-August 1980, p. 14-21. – John Strugnell, « In memoriam Roland de Vaux, OP », Bulletin of the American Schools of Oriental Research, 207, October 1972, p. 3-5. – Raymond Tournay, « In memoriam, Le Père Roland de Vaux », Revue biblique, 79, 1972, p. 5-6. – Louis-Hugues Vincent, Le père Marie-Joseph Lagrange. Sa vie et son œuvre, Paris, Parole et Silence, 2013. – Jean Jacques Pérennès, Le Père Roland de Vaux, op. Une biographie, Leuven, Peeters, 2022.

Haut de page

Œuvre

Ouvrages

Notes et textes sur l’avicennisme latin aux confins des XIIe-XIIIe siècles, Paris, Vrin, (Bibliothèque Thomiste, Histoire, 17) 1934. – Les Livres des Rois, Introduction et traduction, Paris, Les Éditions du Cerf, 1949. – La Genèse, Introduction et traduction, Paris, Les Éditions du Cerf, 1951. – Introduction générale au Pentateuque, La Genèse, Paris, Les Éditions du Cerf, 1952. – Les Livres de Samuel, Introduction et traduction, Paris, Les Éditions du Cerf, 1953. – Les Institutions de l’Ancien Testament, t. 1 : Le nomadisme et ses survivances, Institutions familiales, Institutions civiles, Paris, Les Éditions du Cerf, 1958. – Les Institutions de l’Ancien Testament, t. 2 : Institutions militaires et religieuses, Paris, Les Éditions du Cerf, 1960. – Die hebräischen Patriarchen und die modernen Entdeckungen, Leipzig, St. Benno-Verlag & Düsseldorf, Patmos-Verlag, 1959. – L’archéologie et les manuscrits de la mer Morte, The Schweich Lectures, London, The Oxford University Press, 1961 ; traduction anglaise : Archaeology and the Dead Sea Scrolls (The Schweich Lectures 1959), London, The Oxford University Press, 1973. – Les sacrifices de l’Ancien Testament (Cahiers de la Revue Biblique, 1), Paris, Gabalda, 1964. – Bible et Orient, Paris, Les Éditions du Cerf, 1967 ; traduit par McHugh Damain sous le titre The Bible and the Ancien Near East, Londres, Longmans & Todd, 1971. – Histoire ancienne d’Israël, t. 1, Des origines à l’installation en Canaan, Paris, Gabalda, 1971. – Histoire ancienne d’Israël, t. 2, La période des Juges, Paris, Gabalda, 1973.

Livres en collaboration

« Le schisme religieux de Jéroboam Ier », Contribution à Biblia et Orientalia (Mélanges Vosté, Rome, 1943, p. 77-91. – R. de Vaux, A.-M. Stève, Fouilles à Qaryet al-‘Enab Abu Gôsh Palestine, Paris, Gabalda, 1950. – Dominique Barthélemy and Jozef Milik, with contributions by R. de Vaux, G.-M. Crowfoot, H.-J. Plenderleith, G.-L. Harfing, Discoveries in the Judaean Desert, Qumran Cave I, Oxford, Clarendon Press, 1955. – R. de Vaux, L.-H. Grollenberg, R. Beaupère, Atlas de la Bible, Elsevier, 1955. – R. de Vaux, J. Milik, Dix ans de découvertes dans le Désert de Juda, Paris, Les Éditions du Cerf, 1957. – P. Benoit, J. Milik, R. de Vaux, Les Grottes de Murabba‘ât, Discoveries in the Judaean Desert, Qumran II ; 2 vol ; Oxford : Clarendon, 1961. – « Les chérubins et l’arche d’alliance, les sphinx gardiens et les trônes divins dans l’Orient ancien », contribution aux Mélanges offerts au P. René Monterde, I, Mélanges de l’Université Saint-Joseph, Beyrouth, XXXVII, 1961, p. 91-124. – M. Baillet, J. Milik, R. de Vaux, Les « petites grottes » de QumrânDiscoveries in the Judaean Desert, Qumran III ; 2 vol., Oxford, Clarendon, 1962. – « Le roi d’Israël, vassal de Yahvé », Contribution aux Mélanges Eugène Tisserant, vol 1 (Studi e Testi, 231), Rome, 1964, p. 119-133. – « Jerusalem and the Prophets », in Harry M. Orlinski, Interpreting the Prophetic Tradition, Cincinnati, Hebrew Union College Press, 1965, p. 275-300. – « Palestine during the Neolithic and Chalcolitic Periods », The Cambridge Ancient History, Cambridge University Press, Londres, 1966, vol. 1, part 1, chap. IX, p. 499-538. – « Peut-on écrire une “théologie de l’Ancien Testament” ? », Mélanges Chenu, (Bibliothèque Thomiste 37), 1967, p. 439-449. – « La Phénicie et les Peuples de la mer », Mélanges offerts à Maurice Dunand, Mélanges de l’Université Saint-Joseph, vol. 45, 1969, p. 479-498. – « El et Baal. Le Dieu des Pères et Yaweh », Mélanges Claude Schaeffer, Ugaritica VI, Paris, Libraire orientaliste Paul Geuthner, 1969, p. 501-517. – « Palestine in Early Bronze Age », The Cambridge Ancient History, vol. 1, part 2, chap. XV, Londres, Cambridge University Press, 1971, p. 208-237. – « Les Philistins dans la Septante », Mélanges offerts au professeur John Ziegler, Wort, Lied und Gottespruch, Echter Verlag, 1972, p. 185-194. – Roland de Vaux, J.-T. Milik, Discoveries in the Judaean Desert, Qumrân Grotte 4, II, I. Archéologie, II, Tefillin, Mezuzot et Targums (4Q128-4Q157), Oxford, Clarendon, 1977.

Articles

Une sélection d’une trentaine parmi ses 138 articles scientifiques est donnée par Bible et Orient, Paris, Les Éditions du Cerf, 1967. Elle couvre les grands domaines de son activité scientifique.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Roland de Vaux à la fin de ses études.
Crédits Archives du couvent Saint-Étienne à Jérusalem ; archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Au couvent Saint-Étienne à Jérusalem en 1934
Légende Photo prise à l’occasion des quatre-vingts ans du père Lagrange, assis au premier rang (3e à gauche). Roland de Vaux est au second rang (2e à gauche) avant Pierre Benoit.
Crédits Archives du couvent Saint-Étienne de Jérusalem, archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1527/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Roland de Vaux sur le chantier de Qumrân en 1956.
Crédits Archives du couvent Saint-Étienne de Jérusalem, archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1527/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende Roland de Vaux au cours d’une présentation de livres aux Éditions du Cerf.
Crédits Archives du couvent Saint-Étienne de Jérusalem, archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1527/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Roland de Vaux à Harvard, visiting professor, en 1965.
Crédits Archives du couvent Saint-Étienne de Jérusalem, Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1527/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean Jacques Pérennès, « VAUX Roland de », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, V, mis en ligne le 15 mai 2022, consulté le 02 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1527

Haut de page

Auteur

Jean Jacques Pérennès

Notices du même auteur

  • BEAURECUEIL Serge de [Texte intégral]
    de LAUGIER de BEAURECUEIL Emmanuel Marie à l’état civil ; de LAUGIER de BEAURECUEIL Marie-Joseph en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
  • JAUSSEN Antonin [Texte intégral]
    JAUSSEN Joseph Marius à l’état civil ; JAUSSEN Antonin en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, J
  • CLAVERIE Pierre [Texte intégral]
    CLAVERIE Pierre Lucien à l’état civil ; CLAVERIE Pierre en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, C
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search