Navigation – Plan du site

BOUCHE Albert

BOUCHE Albert à l’état civil ; BOUCHE Martin en religion
Éric Belouet

Résumé

Né le 31 mars 1909 à Wattrelos (Nord), mort le 27 mai 1999 à Villiers-Saint-Denis (Aisne) ; aumônier fédéral (1935-1940) puis national (1940-1951) de la JOC ; fondateur (1943) et rédacteur en chef (1943-1950) de la revue Masses ouvrières ; supérieur de la mission dominicaine ouvrière du 48 avenue d’Italie à Paris XIIIe arrondissement (1946) ; quitte l’Ordre en 1955.

Haut de page

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 22 septembre 1927 à Amiens
• Profession simple : 23 septembre 1928 à Amiens
• Profession solennelle : 4 octobre 1933 au Saulchoir à Kain
• Ordination sacerdotale : 10 juillet 1934 au Saulchoir à Kain

1Fils d’Albert Bouche, ourdisseur entré à l’usine à l’âge de douze ans, et de Juliette née Clarisse, successivement ouvrière agricole dès l’âge de huit ans, lingère puis mère au foyer, Albert Bouche, l’aîné de six enfants, voit le jour au Crétinier, quartier populaire de Wattrelos (Nord) jouxtant la frontière belge. Sa famille, telle qu’il la qualifiait, était « ouvrière de temps immémorial ». Ses arrières grands-parents, ses grands-parents tant paternels que maternels avaient été ouvriers dans le textile à Roubaix, tout comme ses oncles et ses cousins. Profondément chrétiens, ses parents, tous deux Flamands, remplissent des fonctions à l’église paroissiale. Son père, en raison de la qualité de sa voix, est sollicité par le curé pour être chantre et accepte – à la condition de continuer à exercer son métier à l’usine – de remplacer le vieux sacristain, fonction à laquelle il semble être attaché puisqu’il la donne pour sa profession lorsqu’il déclare la naissance d’Albert Bouche à l’état civil. Sa mère est chaisière et s’occupe du linge de l’église. Cependant, malgré ses charges paroissiales, son père revendique une certaine conscience ouvrière qui l’amène à adhérer au syndicat libre de Roubaix.

2Albert Bouche est envoyé à l’école maternelle paroissiale puis entre, en 1914, chez les Frères des écoles chrétiennes sous la pression du curé qui menace son père de lui supprimer ses fonctions de sacristain s’il n’envoie pas son fils dans une école confessionnelle. Albert Bouche reçoit chez les Frères une instruction qu’il estimera avoir été « généreuse », allant de l’histoire sainte à la sténographie, de la comptabilité au dessin, avec force exercices de mémoire. Le début de sa scolarité chez les Frères se déroule sur fond d’occupation allemande : le front est proche et la place du Crétinier sert de base à des artilleurs allemands. La maison qu’il habite est réquisitionnée et doit loger, pendant quatre ans, deux soldats bavarois qui lui font comprendre le poids de l’exil et l’insanité de la guerre. Il voit aussi les ravages de l’épidémie de diphtérie qui emporte sa sœur Maria.

3En 1921, Albert Bouche réussit le certificat d’études primaires. Il s’apprête à entrer en usine pour travailler quand des circonstances imprévues infléchissent le cours de sa vie. Une très longue grève paralyse alors l’industrie textile : toutes les usines sont fermées, tous les ouvriers chôment. Afin que sa famille puisse subsister, son père récupère des ordures ménagères qu’il va répandre sur des champs en guise de fumier, jusqu’au jour où sa mère tombe gravement malade, minée par la fièvre typhoïde. La misère est totale. C’est alors que son oncle, Jean Bouche, le frère aîné de son père – qu’Albert allait souvent voir au Saulchoir à Kain (Belgique), où il était frère convers – le présenta au père-maître, Étienne Hugueny. Celui-ci, se prenant d’amitié pour lui, s’engage à lui faire faire des études. Il demande aux Petites sœurs de l’Enfant Jésus de lui préparer un trousseau et le fait admettre, en classe de sixième, au petit séminaire d’Haubourdin.

Albert Bouche en ...Albert Bouche en famille

Albert Bouche en famille

Deux générations, deux dominicains : Albert et son oncle Jean Bouche, frère convers.

Coll. privée Monique Bouche.

4Bon élève (il ne fait pas de classe de cinquième), Albert y mène, dira-t-il, « une vie austère, très pieuse, dans une camaraderie intense ». Il ne voit sa famille que huit jours à Noël et à Pâques, et très peu l’été, car il travaille régulièrement pour aider les siens. Il découvre peu à peu la coexistence de son atavisme ouvrier, qui le pousse à vouloir travailler de ses mains, et sa quête quasi inextinguible de connaissances. Quand il termine le séminaire, bachelier, à la fierté de ses parents – il est le premier du quartier à obtenir ce diplôme –, il hésite entre se faire embaucher à l’usine et répondre favorablement à la vive sollicitation du père Hugueny, conforme au souhait de son oncle convers et de son père, d’entrer chez les dominicains dont la vie intellectuelle l’attire. Il obtempère et fait son noviciat à Amiens (Somme) où il ressent un profond dépaysement, puis, en 1928, rejoint le Saulchoir. Ce sont alors pour lui des années extraordinaires où il peut assouvir sa soif de savoir. Il lit Aristote dans le texte, le retraduisant mot à mot, Bergson, Marx, Engels…, et fait partie de groupes de travail avec Augustin Maydieu et Dominique Dubarle. Il trouve auprès de Marie-Dominique Chenu attention et écho à ses aspirations ouvrières. C’est ainsi qu’il a de fréquents contacts avec la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) belge, organisant des récollections avec le chanoine Cardijn et fait la connaissance d’aumôniers jocistes du Nord de la France, tels les abbés Dewitte et Noddings, qui viennent faire des retraites au couvent.

Albert Bouche et ...Albert Bouche et son père

Albert Bouche et son père

La fierté d’un père pour son fils.

Coll. privée Monique Bouche.

5En 1932, après avoir accompli son service militaire comme caporal à Morhange (Moselle), Albert Bouche sollicite de ses supérieurs la permission de passer un ou deux ans en usine. Bien que celle-ci lui soit refusée, l’idée le taraude. Il obtient de Marie-Dominique Chenu, alors régent des études, d’acquérir la qualification de tourneur à l’école professionnelle Don Bosco, à Tournai (Belgique), et de faire des stages. Grâce au dominicain belge Ceslas Rutten, il est mineur pendant deux mois (décembre 1933-janvier 1934) aux mines de Charleroi (Belgique), expérience donnant lieu à la rédaction d’un rapport qui, sous forme de journal, relate dans les moindres détails l’horreur des conditions de travail à la mine. Ce document semble avoir eu un certain écho auprès de ses supérieurs. Depuis quelque temps déjà, Albert Bouche partage ses préoccupations ouvrières avec Bernard Rouzet et anime avec lui des sessions de formation pour des dirigeants jocistes belges. Ordonné prêtre en juillet 1934, il parachève ses connaissances techniques à l’école professionnelle de Tourcoing (tour et ajustage) et part pour l’été, avec Bernard Rouzet, vivre en « pleine masse ouvrière ». Ils s’embauchent aux Halles puis chez Renault tout en faisant de multiples incursions dans la vie ouvrière : soupes populaires, Armée du salut, hôtels meublés ouvriers dans le XIIIe arrondissement, habitation dans la « zone noire » de Bagnolet, etc., puis rentrent au Saulchoir pour terminer leurs études.

Albert Bouche et ...Albert Bouche et Bernard Rouzet

Albert Bouche et Bernard Rouzet

Albert Bouche et Bernard Rouzet, en accord avec leurs supérieurs religieux, font un stage dans les mines de Charleroi (décembre 1933-janvier 1934) pour partager les conditions de travail des ouvriers.

Coll. privée Monique Bouche.

6Le 16 mai 1935, Albert Bouche soutient sa thèse de lectorat, Matériaux d’une étude théologique sur le travail. Au moment de son « orientation apostolique », il opte, avec l’appui de Marie-Dominique Chenu et à la demande de l’abbé Georges Guérin, fondateur et aumônier général de la JOC française, pour une aumônerie jociste dans la région parisienne, là « où le problème ouvrier » atteint « son point crucial ». En mars 1936, le chanoine belge Joseph Cardijn, « inventeur » de la JOC, intervient personnellement auprès de Stanislas Gillet, maître général des dominicains, pour faire entériner sa nomination et celle de Bernard Rouzet : « Depuis quelques années, je suis en rapport avec les pères Bouche et Rouzet. J’ai suivi leurs enquêtes et leurs stages dans les milieux du travail, j’ai entendu les échos des récollections et des retraites qu’ils ont prêchées à nos dirigeants, et j’ai pu me rendre compte de l’influence extraordinaire qu’ils ont acquise sur leurs militants. La Providence les a véritablement prédestinés à être de merveilleux pêcheurs d’âmes parmi la jeunesse ouvrière. » Ils sont les premiers dominicains à être détachés au service de la JOC. À la veille de prendre ses nouvelles fonctions, Albert Bouche confie à son oncle convers son inquiétude face à la tâche qui l’attend : « J’avais rêvé d’être missionnaire autrefois mais la providence m’a envoyé à Paris dans la plus magnifique et la plus difficile des missions. C’est une hantise, ces masses énormes de travailleurs qui ne savent rien du Christ. »

7Albert Bouche est alors assigné au couvent Saint-Jacques à Paris, pour assumer ses nouvelles responsabilités avec l’obligation de suivre conjointement pendant deux ans des cours à l’École libre des sciences politiques (il ne passera jamais le diplôme). Il profite de l’été pour travailler comme magasinier à l’Aster, à Saint-Denis, puis donne tout son temps à la JOC. Il est chargé d’une des plus importantes fédérations jocistes, celle de Paris-Sud-Est (rapidement dénommée fédération Paris-Sud) qui ne regroupe pas moins de 76 sections en 1936 – 80 en juillet 1937 – à Paris et en banlieue. Dès que les congés payés sont instaurés, il organise, avec Bernard Rouzet, « la maison du jeune travailleur » à Noisy-le-Grand, au bord de la Marne, où les jocistes peuvent passer quelques jours, et lance les premiers camps de vacances en montagne. Il se fait aider, pour gérer ces loisirs, par plusieurs étudiants, dont Paul Delouvrier et Eugène Delachenal, désireux de mettre leurs compétences à la disposition du mouvement jociste. Enfin, au lendemain du congrès du Xe anniversaire de la JOC en juillet 1937, on lui attribue, en plus de ses responsabilités fédérales, l’aumônerie nationale de la branche « malades » qui vient d’être créée.

8Mobilisé le 3 septembre 1939 dans une unité de transports à Lille, Albert Bouche est envoyé à Lamballe et fait prisonnier avec son unité, en mai, dans la région de Rennes. Marqué par l’occupation allemande qu’il a subie dans son enfance et rebelle à l’idée de captivité, il parvient, après plusieurs tentatives avortées, à s’évader et à regagner Paris, le 6 juillet 1940. Dès son retour dans la capitale, il se rend au secrétariat général de la JOC au 12 de l’avenue de la Sœur-Rosalie et constate qu’il est désert. Il met aussitôt au courant de la situation le cardinal Suhard, dont la réaction est immédiate : il lui donne la consigne de relancer le mouvement jociste jusqu’au retour de l’abbé Georges Guérin, réfugié à Lyon d’où il ne reviendra qu’en octobre 1940.

9Au cours de cette période, Albert Bouche effectue plusieurs missions pour la Croix-Rouge, dont une tournée en Normandie et en Bretagne pendant l’été 1940 pour visiter les camps de prisonniers. Il en profite pour entrer en contact avec de nombreux militants jocistes. En septembre 1940, obligé de se rendre à Lyon pour obtenir sa démobilisation, il doit gagner Vichy pour exposer au nonce apostolique, Valerio Valeri, l’état de l’Action catholique ouvrière en zone occupée.

10Avec le retour progressif de plusieurs permanents jocistes au cours du second semestre 1940, qui permet au mouvement de reprendre ses activités en dépit de son existence semi-clandestine, les responsabilités d’Albert Bouche s’accroissent. En effet, l’organisation qui prévaut jusqu’à la Libération consiste en un dédoublement du secrétariat général : en zone Sud, où la JOC est légale, les dirigeants sont installés à Sainte-Foy-lès-Lyon sous la direction de Marcel Montcel et du chanoine Dewitte ; en zone Nord, ils se retrouvent au siège de l’avenue de la Sœur-Rosalie, sous la responsabilité, à partir de mars 1941, d’Henri Bourdais, vice-président national. Albert Bouche devient alors aumônier national, secondant l’abbé Guérin pour la JOC masculine, tandis que l’abbé Rodhain est chargé, entre autres activités, de la JOCF.

11Le 3 août 1943, la Gestapo arrête Georges Guérin pour avoir enfreint l’ordonnance du 28 août 1940 – interdisant toute association non fondée sur le droit public – et place le secrétariat général sous scellés. Le soir même, Albert Bouche et Henri Bourdais parviennent à pénétrer dans le bâtiment, s’emparent des documents compromettants et les transportent jusqu’au couvent Saint-Jacques pour les brûler. Ils sont, tous les deux, hostiles au gouvernement de Vichy et à la Charte du travail, et sont parmi les rares membres du secrétariat général de la zone Nord (aumôniers et laïcs confondus) à dépasser le stade de la « résistance passive ». Leur action, depuis le début de l’Occupation, consiste à secourir des prisonniers évadés et à fabriquer des fausses cartes puis, après la mise en place du Service du travail obligatoire, à aider les réfractaires et à rester en contact avec les jocistes travaillant en Allemagne. Albert Bouche appartient au réseau de résistance « Défense de la France », sous le pseudonyme de Dominique.

12Après la fermeture du secrétariat général en zone Nord, les dirigeants laïcs s’installent à Bagneux dans une maison prêtée par le cardinal Suhard, tandis qu’Albert Bouche obtient du maire du XIIIe arrondissement la mise à la disposition des aumôniers nationaux d’un petit bâtiment abandonné par ses propriétaires, situé au 48 de l’avenue d’Italie. Peu à peu les activités de la JOC reprennent. Albert Bouche poursuit les siennes, conjuguant son rôle d’aumônier national et ses activités de résistant. Il est déjà le principal artisan de l’Université populaire jociste et projette la création de la revue Masses ouvrières.

13C’est en effet à son initiative que le comité national de la JOC en zone Nord met sur pied une Université populaire (UP), ouverte le 6 juillet 1942. Albert Bouche en précise lui-même les objectifs : prolonger les efforts qu’il déploie depuis 1935 pour favoriser un réel enracinement de la JOC dans le mouvement ouvrier ; compléter la formation strictement militante dispensée par le mouvement jociste par une formation plus générale sur les questions économiques, politiques, sociales et religieuses, afin de permettre aux militants de situer leur action dans une perspective globale.

Le siège de l’Uni...Le siège de l’Université populaire de Marly-le-Roi

Le siège de l’Université populaire de Marly-le-Roi

L’UP s’installe dans un vaste domaine loué pour un prix symbolique au comte de Pange.

Coll. privée Monique Bouche.

14L’UP, placée sous la direction d’un dirigeant national de la JOC (successivement Marcel Montcel, Armand Maïer et Henri Bourdais), est située à Marly-le-Roi. De son ouverture jusqu’au 6 juin 1944, date de la réquisition de ses locaux par les Allemands, l’UP accueille plus de vingt sessions de huit ou quinze jours. Albert Bouche y joue un triple rôle : il fait certains exposés, puise dans son réseau de relations pour s’assurer la collaboration de personnalités extérieures – dont celle de Paul Delouvrier – et assure le financement de l’activité en récoltant des fonds par le biais de l’Association Jean-Bosco dont il est le principal animateur.

15Fin 1943, Albert Bouche fonde la revue Masses ouvrières « dans une ligne de culture générale du clergé engagé dans l’apostolat ouvrier, au carrefour de jonction et d’affrontement de l’Église et de la classe ouvrière, dans un climat de recherches doctrinales et pratiques ». Si son audience se veut plus large, le mensuel, propriété des Éditions ouvrières – maison d’édition issue de la JOC – est placé sous la double tutelle de l’aumônerie jociste et de l’aumônerie de l’Action catholique ouvrière des adultes, représentée par André Millard, qui assure rapidement la codirection avec son fondateur. Albert Bouche y écrit lui-même plusieurs articles, notamment une longue étude sur le marxisme, réalisée avec l’aide d’Henri-Charles Desroches et publiée, en quatre parties, entre avril et juillet 1946. En effet, une collaboration s’est établie entre Masses ouvrières et Économie et Humanisme – dont Albert Bouche est, depuis sa fondation en 1941, membre du comité directeur – qui se manifeste notamment par un échange d’articles.

Premier numéro de...Premier numéro de Masses ouvrières

Premier numéro de Masses ouvrières

16À la Libération, il met tout en œuvre pour créer l’Institut de culture ouvrière (ICO), dont il nourrit le projet depuis 1943. Son siège est d’abord situé 3 rue de Rocroy à Paris (Xe arr.), dans des locaux qui, sous l’Occupation, ont servi à Marcel Déat de dépôt de librairie et dont Albert Bouche, accompagné de Jeunes chrétiens combattants (JCC), s’est emparé. Il est ensuite transféré, en 1945, à Marly-le-Roi. L’ICO, placé sous la présidence de Gérard Espéret, regroupe l’UP de la JOC (qui a rouvert ses portes), l’UP féminine de la JOCF et l’ancien Centre ouvrier d’études et d’information. Son conseil d’administration se compose de représentants de la JOC, de la JOCF, du Mouvement populaire des familles (MPF) et de la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC). Albert Bouche fait encore usage de ses relations pour constituer un comité d’honneur qui, en décembre 1944, comprend près de vingt personnalités (parmi lesquelles Paul Claudel, François Mauriac, Emmanuel Mounier et Marc Sangnier) ainsi qu’un comité de perfectionnement (Madeleine Delbrêl, Joseph Folliet, Louis-Joseph Lebret…). C’est bien toujours la même démarche qui anime Albert Bouche. Il s’agit, au-delà des seules préoccupations pédagogiques, de faire connaître aux laïcs et aux prêtres engagés dans l’apostolat ouvrier l’histoire du mouvement ouvrier pour qu’ils puissent s’en imprégner, puis se l’approprier. « Cet homme avait une remarquable connaissance du mouvement ouvrier et du marxisme. Au cours de la période 1943-1944, il nous a disséqué le marxisme, la doctrine, le mouvement ouvrier. […] Incontestablement, c’est un des hommes qui nous ont le plus aidés à voir clair », écrira Eugène Descamps, secrétaire général de la CFTC (1961-1964) puis de la CFDT (1964-1971).

Albert Bouche, au...Albert Bouche, aumônier national de la JOC

Albert Bouche, aumônier national de la JOC

Albert Bouche (deuxième à gauche), en civil – comme à son habitude – au cours d’une session de dirigeants nationaux de la Jeunesse ouvrière chrétienne vers 1945.

Coll. privée Monique Bouche.

17Parallèlement à ses activités jocistes, Albert Bouche est aussi, à partir de 1946, le supérieur de la Maison Saint-Paul. Soutenu par Marie-Dominique Chenu et Albert-Marie Avril, il obtient en effet d’ouvrir au 48 de l’avenue d’Italie une maison filiale du couvent de Saint-Jacques, alors que l’aumônerie nationale de la JOC déménage rue Jean-de-Beauvais. Cela répond à un profond désir de pouvoir exercer son apostolat « en pleine masse ouvrière, dans la vie de quartier, et quand c’est possible, d’usine. » Il fait équipe avec Joseph Robert et Henri Berger, tous deux aumôniers jocistes qui trouvent rapidement du travail, puis il ne tarde pas à accueillir Louis-Joseph Lebret quelques jours par mois et Henri-Charles Desroches de façon permanente, lesquels installent une antenne d’Économie et Humanisme. L’équipe s’agrandit avec l’arrivée de Pierre Jacques et de Bernard Gardey – respectivement en septembre 1950 et en janvier 1951 – qui seront tous deux prêtres-ouvriers.

18Albert Bouche fait du 48 avenue d’Italie un lieu communautaire où « l’atmosphère d’amitié virile et profonde qui régnait […] a frappé tant de visiteurs. Il y avait beaucoup à faire, certes, mais j’ai toujours pensé que le style de notre vie religieuse commune, à défaut de références passées ou présentes précises, devait jaillir progressivement du dedans ; plus de notre route commune que d’un règlement extérieur ». Incontestablement, il fait en sorte que la Maison Saint-Paul devienne un centre ayant une réelle influence. Maison ouverte, salle de réunions, chapelle lui permettent de se situer à un carrefour où se croisent, comme il l’écrit en août 1951, « des militants ou dirigeants de la CGT, de la CFTC, du PC, de l’anarchie, du MLP, de la JOC, de l’ACO, de la Mission de Paris, de religieux prêtres-ouvriers, de chrétiens progressistes, des Combattants de la Paix, et autres organisations similaires, de Tillon ou Vigne à des pasteurs comme Trocmé ; de militants du mouvement communautaire, d’Économie et Humanisme, etc. Le 48 constituait un nœud assez exceptionnel, où d’anciens compagnons qui nous ont quittés, comme Rouzet, [Jean] Bottéro, etc., se retrouvaient aussi à l’aise que des dirigeants communistes comme Vigne, des titistes comme Dalmas, de simples travailleurs comme notre vieux menuisier « grand-père » ou la Signora, notre laveuse, de grands bourgeois comme Gerry, des intellectuels, des députés ou ministres y ont côtoyé, voire y ont mangé à la même table que des clochards. Nos disponibilités financières ne nous permettaient pas de tenir table ouverte sans conditions, mais nous avons tout de même été une plaque tournante de gens, de croyances, de conditions, de cultures et d’expériences les plus diverses, qui tous se sentaient chez eux, avec l’élément commun du problème de la misère ouvrière, ou du rayonnement de l’Église dans les masses. »

19Ces premières années de la Libération sont donc celles d’une intense activité pour Albert Bouche qui cumule les fonctions d’aumônier national de la JOC (responsabilité de la branche « Aînés », structuration de la JOC internationale…), lesquelles lui valent de séjourner aux États-Unis, de mai à décembre 1947 pour recueillir des fonds (la JOC et l’ICO traversent alors une grave crise financière), de codirecteur de la revue Masses ouvrières (rédaction et administration), d’animateur de l’ICO (aide spirituelle et intellectuelle, participation à sa revue mensuelle Les Cahiers du travail, animation de sessions), de directeur de collection aux Éditions ouvrières, de conférencier et d’auteur, de supérieur de la communauté dominicaine. Commentant ce foisonnement d’activités dans une lettre adressée à son Provincial, Albert Bouche écrit en 1946 : « Vous comprendrez, mon RP, que je n’aligne pas cela pour me faire valoir, car j’ai trop conscience d’être au-dessous de ma tâche et d’être un peu écrasé. Ce n’est pas non plus par une vaine agitation car c’est très progressivement, et par nécessité que j’en suis arrivé là. » Immobilisé par une sciatique en 1949 qui nécessite une opération de la colonne vertébrale au début de 1950 et une convalescence à Nice, il met à profit ce repos forcé pour écrire une « histoire épique » du mouvement ouvrier, Sèves indomptables 1848-1849, sous le nom d’Albert Dominique.

Sèves indomptablesSèves indomptables

Sèves indomptables

Cette histoire épique du mouvement ouvrier, plusieurs fois rééditée, exerce une influence considérable sur la génération des jocistes de l’après-guerre.

20Mais l’année 1951 sonne le glas de seize ans d’efforts tendant à supprimer la frontière qui sépare l’Église du mouvement ouvrier. Elle signifie une première condamnation qui, non moins décisive dans son cheminement, précède de peu celle des prêtres-ouvriers. À quelques jours d’intervalle, Albert Bouche se voit en effet retirer ses responsabilités de directeur de la revue Masses ouvrières et d’aumônier jociste. Cette double éviction, survenant dans le contexte de développement du progressisme chrétien, est l’expression d’une contre-offensive des clercs de l’aumônerie nationale, soutenus par une partie de l’épiscopat, pour reprendre en mains l’Action catholique ouvrière et prémunir son mouvement de jeunesse d’éventuelles dérives.

21Pour Masses ouvrières, l’abbé André Millard est d’abord écarté du secrétariat de rédaction. L’Assemblée des cardinaux et archevêques le remplace par l’abbé Albert Denis, aumônier national adjoint de l’ACO, lui confiant les pleins pouvoirs avec mission de donner à la revue une orientation plus pastorale et de soumettre Albert Bouche à ses vues. Ce dernier s’y refuse. N’ayant plus aucun rôle décisionnel, il est contraint de démissionner en mai 1951. Quant à la JOC, plusieurs incidents l’ont déjà alerté sur son éventuelle éviction de l’aumônerie nationale. Successivement éliminé du comité central et de la commission financière, il est l’objet de diverses rumeurs comme il le déplore dans un projet de lettre à Mgr Courbe : « Un certain nombre de conversations m’étaient rapportées, où mon départ était souhaité par les aumôniers parce que faisaient difficulté mes idées, mon crédit sur les dirigeants, mon trop grand accueil à la vie, mes fonctions au 48 et le danger pour la JOC que représentent ces fonctions aux yeux de l’épiscopat (!). » Son exclusion lui est confirmée par l’abbé Michel Grenet, tout juste nommé aumônier général en remplacement de l’abbé Georges Guérin, qui le met en demeure d’abandonner ses fonctions, sous le prétexte de leur incompatibilité avec celles qu’il assume au 48 avenue d’Italie et d’une insuffisance de liberté de jugement.

22Cette double épreuve le blesse irrémédiablement. Elle l’atteint au point d’écrire, dans un projet de lettre à Georges Guérin : « Je comprends que ni les uns ni les autres vous ne soupçonniez la blessure cruelle que vous m’avez faite. Je n’en veux à personne, mais je suis profondément déçu et écœuré. Pendant une semaine, j’ai erré comme un homme foudroyé, n’arrivant pas à comprendre que vous ayez eu les uns les autres aussi peu de courage, et si peu d’attachement aux hommes, qui vous ont donné jusqu’ici tant de preuves de loyauté. »

23Albert Bouche paie ainsi le prix de sa différence. Il est en effet un aumônier jociste atypique à bien des égards : son statut de religieux, son niveau d’études, sa culture, son réseau de relations dans le milieu intellectuel, ses origines ouvrières, sa connaissance profonde de la vie ouvrière et de l’histoire du mouvement ouvrier, sa familiarité avec la pensée marxiste… Tous ces aspects contribuent à le distinguer des autres membres de l’aumônerie nationale. Toute son action au sein de la JOC atteste sa volonté de résoudre une contradiction apparue à l’occasion du Front populaire et qu’il est sans doute le premier à percevoir, celle d’un mouvement presque entièrement composé d’ouvriers mais néanmoins situé totalement en marge du mouvement ouvrier en raison d’un attachement exclusif à la doctrine sociale catholique. À l’heure où d’autres s’émeuvent du constat porté par La France pays de mission ?, toutes les initiatives dont Albert Bouche est à l’origine dans le cadre de son activité jociste – ses multiples initiations à l’histoire du mouvement ouvrier, l’UP, Masses ouvrières, etc. – visent ainsi essentiellement à abolir cette frontière. Si ses efforts n’ont pas été vains – il n’est sans doute pas pour rien dans le nouveau visage affiché par la JOC au sortir de la Seconde Guerre mondiale –, ils lui ont attiré plus sûrement encore la méfiance des autres aumôniers nationaux, laquelle ne cesse de s’amplifier dans les années d’après-guerre avec l’émergence d’un progressisme chrétien, combattu tant par l’épiscopat que par les membres influents de l’aumônerie nationale (au premier rang desquels le chanoine Dewitte, son véritable « patron »). Albert Bouche se trouve bientôt mis à l’écart, sans véritable responsabilité au sein de l’aumônerie nationale. Son éviction de 1951, pour violente qu’elle ait pu lui paraître puisque personne ne prit la peine de lui en exposer les motifs, ne faisait qu’entériner une situation de fait.

24Cette même année 1951 est également marquée par une grave crise au sein de l’équipe du « 48 » où les événements se multiplient : le conflit entre Louis-Joseph Lebret et Henri-Charles Desroches, avec le départ du second, dont Albert Bouche est très proche, au printemps 1951 ; des réactions hostiles au Bulletin d’informations et de recherches – lancé en juin 1950 à l’initiative de Desroches – à La Quinzaine et à la participation de la mission dominicaine au Mouvement de la Paix ; l’exclusion d’Henri Berger de la JOC ; des dénonciations à l’archevêché et des suspicions romaines ; des menaces d’expulsion des locaux… Albert Bouche passe alors au travail manuel. Il trouve de l’embauche le 1er octobre 1951 comme conducteur de camions. Il lui faut oublier son éviction de Masses ouvrières et du secrétariat de la JOC ainsi que le contexte douloureux du « 48 ». Au cours du premier semestre 1952, il effectue un voyage en Inde, à la demande d’Ella Sauvageot, avec laquelle il est en relation et qui connaît les épreuves qu’il traverse, d’Hubert Beuve-Méry et de Pierre Boisselot, afin d’étudier les moyens à mettre en œuvre pour organiser l’industrie dans un pays sous-développé. À son retour, il travaille aux Établissements Moisan comme ouvrier spécialisé, à la fois aide-électricien sur les chantiers et chauffeur magasinier qui livre du matériel, jusqu’au moment où Henri Desroche – qui a repris l’orthographe officielle de son nom en supprimant le « s » final après avoir quitté l’Ordre – lui propose de faire une enquête sur les budgets de santé chez les ouvriers, à l’Institut national d’hygiène dirigé par le Docteur Trémollière.

25C’est alors que le Saint-Siège décide d’arrêter ce qu’il appelle « l’expérience » des prêtres-ouvriers. Albert Bouche s’est toujours tenu au courant de leurs différentes activités et initiatives. Il estime en faire partie, a pour interlocuteur Jean-Marie Marzio, qui fait office de secrétaire, et participe à certaines réunions nationales. Il s’est même rendu, le 22 septembre 1953, avec Jean-Claude Poulain et Paul Guéry, auprès de Mgr Feltin afin d’obtenir une entrevue entre les évêques et les prêtres-ouvriers. Début février, les événements s’accélèrent. Il signe le « manifeste des 73 » paru le 3 février 1954 dans L’Humanité pour protester contre les mesures que les autorités religieuses ont décidé de prendre à l’égard des prêtres-ouvriers (trois heures de travail par jour et aucun engagement syndical). Le 6 février, il est sommé de se rendre à Rome, puis averti, le lendemain, que le maître général des frères prêcheurs le convoque à Paris. L’entrevue est brève : il est accusé d’être « l’âme de la résistance des prêtres-ouvriers » et l’auteur du manifeste. Ce qu’il nie.

26Il peut d’autant plus le nier que, s’il se considère bien comme prêtre-ouvrier, il se débat avec des « problèmes de conscience spirituels ». Bien trop laminé par les chocs encourus, il est loin de pouvoir porter avec autorité leur combat. Le départ de Bernard Rouzet en 1941, son limogeage de la JOC et de Masses ouvrières, les attaques contre le « 48 », le départ de Henri-Charles Desroches et les nouvelles orientations du mouvement de l’Action catholique ouvrière n’ont fait qu’exacerber sa quête intérieure. Les dernières accusations le plongent dans un abîme de perplexité : « Mais d’où vient cette tempête contre les prêtres-ouvriers et contre l’Ordre ? N’est-elle pas en train de ravager tout ce à quoi j’ai donné ma vie ? N’émane-t-elle pas de cette bureaucratie qui asservit l’Église et utilise des méthodes contraires à l’Évangile ? N’est-ce pas perpétuer le système que de se soumettre sans condition alors qu’en conscience on n’est pas d’accord avec de tels procédés ? »

27Le maître général lui propose de se rendre en Amérique du Sud. Il n’en fait rien et se contente de se retirer le plus discrètement possible, fuyant le monde et poursuivant son travail à l’Institut national d’hygiène. Il ne veut pas que son attitude puisse nuire à qui que ce soit. Il quitte l’Ordre des dominicains en 1955.

28Albert Bouche rencontre alors Monique Rudrauf, issue de la bourgeoisie protestante, qui milite depuis quelque temps déjà au PCF. Sa volonté d’indépendance et son désir d’appréhender les réalités contemporaines l’avaient en effet conduite à fréquenter des groupes de chrétiens progressistes formés autour de Temps présent, puis à rallier les rangs du Mouvement de la Paix. Elle gagne sa vie en effectuant divers « petits » emplois et a entrepris une thèse d’histoire sur le chartisme, sous la direction d’Ernest Labrousse. Albert Bouche l’épouse le 31 décembre 1955. Ils auront quatre enfants.

29Après avoir achevé l’étude que l’Institut national d’hygiène lui avait demandée, Albert Bouche entre, en septembre 1954, à la Commission générale d’organisation scientifique (CEGOS). Il entame ainsi une carrière professionnelle d’ingénieur en organisation, s’occupant de formation permanente pour des cadres de l’industrie. Sur le plan politique, il adhère au PCF, le temps d’un bref passage. Au bout de cinq ans, il décide de réorienter son activité professionnelle, cherchant davantage à œuvrer sur le terrain plutôt que de dispenser des conseils. En mars 1959, il est embauché comme responsable du personnel aux Papeteries Navarre, qui possèdent une dizaine d’usines et une quinzaine de dépôts de vente. Il y travaille pendant onze ans, jusqu’en avril 1970, où il est victime d’un licenciement collectif pour réorganisation économique. Après quelques mois de chômage, il est, pendant un an et à son compte, ingénieur consultant auprès d’Air France et d’UTA. Il préfère ensuite cumuler deux mi-temps, l’un au Centre de formation permanente du personnel d’encadrement (CFPE) et l’autre à l’Institut national de formation des animateurs de collectivités (INFAC). À partir du 1er mars 1972, il travaille à plein-temps en tant qu’animateur de collectivités (stages de formation) à l’INFAC, dans cet institut qui n’était autre qu’un des multiples avatars de l’ICO qu’il avait fondé trente ans plus tôt. C’est là qu’il prend sa retraite, le 1er octobre 1974.

30Albert Bouche vit sa retraite au milieu des siens, discrètement, dans le XIIIe arrondissement. Il cherche, comme il l’a toujours fait, à assouvir une curiosité intellectuelle dont il ne s’est jamais départi. Toujours à l’affût des avancées scientifiques, notamment biologiques, il passe beaucoup de temps à lire, le crayon à la main. Il consigne ses pensées. Malgré les ruptures qu’il a été amené à faire, il conserve des liens avec ses amis, les voit et les reçoit, qu’ils soient, comme lui – à la fin de sa vie, il se dit agnostique –, éloignés de l’Église institutionnelle ou non. Il vit ainsi Marie-Dominique Chenu jusqu’à sa mort.

Témoins et histor...Témoins et historiens réunis autour de la figure d’Albert Bouche

Témoins et historiens réunis autour de la figure d’Albert Bouche

Cette brochure est l’expression d’un hommage collectif qui a rassemblé de très nombreux amis et proches d’Albert Bouche, et s’est déroulé le 31 mai 2000 au couvent dominicain Saint-Jacques, salle Lacordaire, à l’occasion du premier anniversaire de sa mort. L’initiative en avait été prise par d’anciens jocistes ayant connu Albert Bouche comme aumônier de la JOC dans les années de guerre ou celles qui ont immédiatement suivi.

Haut de page

Sources

Entretiens avec Albert Bouche, Paris, 11 avril 1994, 24 octobre 1997, 21 novembre 1997. — Entretien avec Monique Bouche, Paris, 14 janvier 2000. — Archives personnelles d’Albert Bouche. — Archives dominicaines de la Province de France. — Eugène Descamps, Militer, Paris, Fayard, 1971. — Joseph Debès, Naissance de l’Action catholique ouvrière, Paris, Les Éditions ouvrières, 1982. — Albert Bouche, « Pourquoi Masses ouvrières », Masses ouvrières, 400, avril 1985, p. 9-19. — Yvon Tranvouez, Catholiques d’abord. Approches du mouvement catholique en France (xixe-xxe siècles), Paris, Les Éditions ouvrières, 1988.Jocistes dans la tourmente. Histoire des jocistes (JOC-JOCF) de la région parisienne, 1937-1947, Paris, ETC/Éditions ouvrières, 1989. — François Leprieur, Quand Rome condamne, Paris, Plon/Éditions du Cerf, 1989. — Robert Wattebled, Stratégies catholiques en monde ouvrier dans la France d’après-guerre, Paris, Les Éditions ouvrières, 1990. — Yvon Tranvouez, « Mission et progressisme. Les chrétiens du XIIIe arrondissement de Paris (1945-1954) », Le Supplément, revue d’éthique et théologie morale, Les Éditions du Cerf, 173, juin 1990, p. 67-89. — Pierre Pierrard, L’Église et les ouvriers en France, Paris, Hachette, tome 2 : 1940-1990, 1991. — Oscar L. Cole-Arnal, Prêtres en bleu de chauffe, Paris, Les Éditions ouvrières, Paris, 1992. — Henri Bourdais, La JOC sous l’occupation allemande, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1995. — Michel Lagrée, « La JOC en zone occupée, d’après de nouveaux témoignages », dans Jacqueline Sainclivier, Christian Bougeard (dir.), La Résistance et les Français. Enjeux stratégiques et environnement social, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1995, p. 141-154. — Denis Pelletier, Économie et Humanisme. De l’utopie communautaire au combat pour le tiers-monde, 1944-1966, Paris, Les Éditions du Cerf, 1996. — Geneviève Dermenjian, notice « Bouche Albert », dans Geneviève Poujol, Madeleine Romer (dir.), Dictionnaire biographique des militants XIXe-XXe siècles. De l’éducation populaire à l’action culturelle, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 53-54. — Pierre Pierrard, Georges Guérin. Une vie pour la JOC, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1997. — Gérard Cholvy, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France (XIXe-XXe siècle), Paris, Les Éditions du Cerf, 1999. — Émile Poulat, Les prêtres-ouvriers. Naissance et fin, Paris, Les Éditions du Cerf, 1999. — Éric Belouet, « La JOC et les organisations syndicales (1927-1997) », Cahiers de l’Atelier, 484, avril-juin 1999, p. 59-73. — Yvon Tranvouez, Catholiques et communistes. La crise du progressisme chrétien, 1950-1955, Paris, Les Éditions du Cerf, 2000. — Éric Belouet, Nathalie Viet-Depaule, « Albert Bouche ou l’itinéraire d’un frontalier », Cahiers de l’atelier, 488, avril-juin 2000, p. 3-19. — Hommage à Albert Bouche (1909-1999), imprimerie Launay, mars 2001. — Albert Bouche, Monique Bouche, Albert Bouche (1909-1999) un frontalier en liberté. De la culture ouvrière aux déceptions du progressisme chrétien, Paris, L’Harmattan, 2011. — Yvon Tranvouez, Catholicisme et société dans la France du XXe siècle, Paris, Karthala, 2011.

Haut de page

Œuvre

L’ascension des masses ouvrières, Bruxelles, Éditions jocistes, s.d. [ca 1945], 52 p. [reprise d’un article paru dans Masses ouvrières en 1944]. — Sèves indomptables 1848-1849, Paris, Les Éditions ouvrières, s.d. [ca 1948], 558 p. (publié sous le pseudonyme Albert Dominique). — Participation à l’ouvrage collectif Jocistes dans la tourmente. Histoire des jocistes (JOC-JOCF) de la région parisienne, 1937-1947, Paris, ETC/Éditions ouvrières, 1989. — Nombreux articles dans Masses ouvrières (de 1944 à 1950) et dans Les Cahiers du travail.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Albert Bouche en famille
Légende Deux générations, deux dominicains : Albert et son oncle Jean Bouche, frère convers.
Crédits Coll. privée Monique Bouche.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/153/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Albert Bouche et son père
Légende La fierté d’un père pour son fils.
Crédits Coll. privée Monique Bouche.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/153/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Albert Bouche et Bernard Rouzet
Légende Albert Bouche et Bernard Rouzet, en accord avec leurs supérieurs religieux, font un stage dans les mines de Charleroi (décembre 1933-janvier 1934) pour partager les conditions de travail des ouvriers.
Crédits Coll. privée Monique Bouche.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/153/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Le siège de l’Université populaire de Marly-le-Roi
Légende L’UP s’installe dans un vaste domaine loué pour un prix symbolique au comte de Pange.
Crédits Coll. privée Monique Bouche.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/153/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Premier numéro de Masses ouvrières
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/153/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre Albert Bouche, aumônier national de la JOC
Légende Albert Bouche (deuxième à gauche), en civil – comme à son habitude – au cours d’une session de dirigeants nationaux de la Jeunesse ouvrière chrétienne vers 1945.
Crédits Coll. privée Monique Bouche.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/153/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Sèves indomptables
Légende Cette histoire épique du mouvement ouvrier, plusieurs fois rééditée, exerce une influence considérable sur la génération des jocistes de l’après-guerre.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/153/img-7.png
Fichier image/png, 6,4M
Titre Témoins et historiens réunis autour de la figure d’Albert Bouche
Légende Cette brochure est l’expression d’un hommage collectif qui a rassemblé de très nombreux amis et proches d’Albert Bouche, et s’est déroulé le 31 mai 2000 au couvent dominicain Saint-Jacques, salle Lacordaire, à l’occasion du premier anniversaire de sa mort. L’initiative en avait été prise par d’anciens jocistes ayant connu Albert Bouche comme aumônier de la JOC dans les années de guerre ou celles qui ont immédiatement suivi.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/153/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Éric Belouet, « BOUCHE Albert », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, B, mis en ligne le 18 août 2015, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/153

Haut de page

Auteur

Éric Belouet

Notices du même auteur

  • BOUCHE Jean [Texte intégral]
    BOUCHE Rémy Achille à l’état civil ; BOUCHE Jean en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals