Navigation – Plan du site

AccueilDictionnaireNotices biographiquesSSERTILLANGES Antonin-Dalmace

SERTILLANGES Antonin-Dalmace

SERTILLANGES Antoine Gilbert à l’état civil ; SERTILLANGES Dalmace en religion
Étienne Fouilloux

Résumé

Né le 16 novembre 1863 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), mort le 26 juillet 1948 à Sallanches (Haute-Savoie).
Secrétaire de la Revue thomiste dès sa fondation (1893), professeur de philosophie morale à l’Institut catholique de Paris (1900), directeur de la Revue des Jeunes.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 28/03/2023.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 8 septembre 1883 à Belmonte (Espagne)
• Profession simple : 21 novembre 1884 à Belmonte (Espagne)
• Profession solennelle : 21 novembre 1887 à Corbara (Corse)
• Ordination sacerdotale: 14 octobre 1888 à Corbara (Corse)

L’hommage de 1963 au père Sertillanges : une victime des sanctions romaines ?

1Vendredi 13 décembre 1963 : dans la salle des Actes et sur initiative dominicaine, l’Institut catholique de Paris rend un hommage solennel au père Sertillanges, ancien professeur de la maison, pour le centenaire de sa naissance. Au moment où le second concile du Vatican paraît donner suite à quelques-unes de ses intuitions, la séance a des allures de réparation pour un religieux dont tout porte alors à croire qu’il fut la victime injuste des sanctions romaines qui l’ont longtemps écarté de France. Après les mots d’accueil du recteur, Mgr Blanchet, et du nonce, Mgr Bertoli, tour à tour, Étienne Gilson, Robert Garric, le père Chenu, « en disciple et en ami », et le père Lelong, « témoin des dernières années et confident », viennent chanter les louanges du philosophe dominicain mort en 1948. L’intervention remarquée d’Étienne Gilson, reprise dans La Croix des 15-16 décembre, l’exonère du soupçon d’agnosticisme qui a pesé sur sa pensée au temps de la crise moderniste. Cet hommage s’accompagne de la publication d’inédits (De la mort et De la vie, chez l’éditeur indépendant de Forcalquier Robert Morel, à l’initiative du père Hyacinthe Lelong), de rééditions (le célèbre Catéchisme des incroyants est repris par Flammarion) et d’une véritable campagne de presse dont le chef d’orchestre est le père Lelong. Plusieurs titres annoncent clairement la couleur : « Un prophète pour notre temps » (Ambroise-Marie Carré, Le Figaro, 13 novembre) ; « Le P. Sertillanges en ce printemps de l’Église » (Hyacinthe Lelong, Témoignage chrétien, 14 novembre) ; « Deux libérateurs » (Sertillanges et Maritain curieusement associés), Informations catholiques internationales, 1er décembre 1963. Le père Congar est plus sobre, dans Le Monde, mais son article est lui aussi un témoignage à décharge qui fait de Sertillanges un précurseur de l’aggiornamento conciliaire, sanctionné pour avoir eu raison trop tôt : « Il a été l’un de ceux qui, de loin, l’a rendu possible et même comme nécessaire » (« Le Père Sertillanges », 11 décembre). Quand Lelong évoque pudiquement « ses épreuves », à l’Institut catholique, il cite l’accusation d’agnosticisme avant 1914 et l’allocution en l’église de la Madeleine contre la note du pape Benoît XV sur la paix, le 10 décembre 1917. Ces motifs de disgrâce sont ensuite repris par l’historiographie, comme en témoigne tardivement Souffrance dans l’Église au XX siècle de l’abbé Paul Christophe, où l’illustre dominicain figure en bonne place dans une liste de proscrits pour leurs idées (Christophe, p. 83-88). Dès 1994 pourtant, dans sa monographie sur les Éditions de Minuit, Anne Simonin procurait, avec des documents inédits, une autre vision des « épreuves » de Sertillanges permettant de reprendre à nouveaux frais l’ensemble de son itinéraire (Simonin, p. 39-43) dans l’attente d’un accès à son dossier au Saint-Office, puisqu’il reste encore inaccessible un siècle après les faits.

Un enfant original chez les Frères des écoles chrétiennes

Au pensionnat Godefroy-de-Bouillon de Clermont-Ferrand, début des années 1880

Au pensionnat Godefroy-de-Bouillon de Clermont-Ferrand, début des années 1880

Le jeune Antonin Sertillanges (premier à gauche, assis) parmi ses camarades et professeurs du pensionnat Godefroid-de-Bouillon, début des années 1880. Debout, le frère Annet, directeur, et le frère Hélie, préfet des études (respectivement troisième et quatrième en partant de la gauche).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Antoine Gilbert Sertillanges est né rue de l’Oratoire, à Clermont-Ferrand, dans la nuit du 16 au 17 novembre 1863. Il est le fils de Pierre Sertillanges, artisan menuisier, et de son épouse Louise Détritoux, qui mourra alors qu’il n’a que quatorze ans. Le couple a trois enfants : un autre garçon qui reprend le métier paternel et une fille, Félicie (1860-1904), qui devient religieuse de la congrégation de Saint-Joseph de Bourg-en-Bresse sous le nom de sœur Claire de Saint Michel. Le futur dominicain entame sa scolarité à la petite école Notre-Dame du Port, proche du domicile de ses parents et tenue par les Frères des écoles chrétiennes. Il la poursuit au pensionnat Godefroy-de-Bouillon, cours primaire supérieur que dirigent également les Frères… sur l’emplacement de l’ancien couvent des Jacobins. Doué aussi bien pour les lettres et les arts que pour les sciences, le jeune Sertillanges n’est pourtant pas un bon élève au sens classique du terme : il est trop original pour cela. Certes sa participation à deux « académies » et sa préfecture de la Congrégation de la Sainte Vierge marquent la vie du collège ; mais faisant de la « poésie quand il s’agissait de mathématiques ; et des mathématiques quand il s’agissait de poésie » (Moos p. 7), il n’obtient pas de résultats à la hauteur de ses talents : mention « assez bien » au Certificat d’études primaires en 1877 et seulement « passable » au diplôme d’études de l’enseignement secondaire spécial en 1881. Il appartient en effet à la première promotion des classes « spéciales » ouvertes au collège en 1880 comme passerelles vers le baccalauréat, ès sciences dans son cas, obtenu en novembre 1882 sans que la mention soit indiquée. Il aura bien des occasions, ensuite, d’acquitter sa dette envers l’enseignement des Frères. Il prononce ainsi le panégyrique de leur fondateur, Jean-Baptiste de la Salle, dans la cathédrale de Clermont lors de sa canonisation en 1900. Et l’une de ses dernières œuvres est une monographie du collège de son enfance, programmée pour le centenaire, en 1948, mais retardée et parue après sa mort, l’année suivante.

Une vocation dominicaine au temps de la laïcité conquérante

3Son goût pour les sciences aurait pu en faire un pharmacien si deux épisodes de sa jeunesse ne l’avaient aiguillé vers la vie religieuse. D’une part la lecture, autour de ses quatorze ans, des Sources de l’abbé Alphonse Gratry, dont on sait l’écho dans des générations d’adolescents et de jeunes adultes. « Les Sources ont eu une grande influence sur mon orientation spirituelle et sur mes études, témoigne Sertillanges. Si j’ai écrit plus tard La vie intellectuelle, c’est en souvenir de ce bienfait et pour essayer de rendre à mes contemporains ce que j’avais reçu moi-même » (Le pensionnat Godefroy-de-Bouillon, p. 50). D’autre part, le 30 mars 1882, un sermon de Carême du dominicain de la province de France, Marie-Joseph Ollivier, prédicateur réputé, séduit le jeune homme. Enthousiasmé par cette expérience, Sertillanges décide alors de devenir lui aussi frère prêcheur (Le pensionnat Godefroy-de-Bouillon, p. 29). Son admiration pour Ollivier, représentant de la tradition lacordairienne, explique peut-être son choix d’entrer chez les dominicains de la province de France plutôt que dans la province de Lyon comme il aurait été logique pour un jeune homme ayant grandi à Clermont-Ferrand.

4Au temps d’une laïcité conquérante et du premier exil des congrégations, un tel choix n’est pas celui de la facilité. « Un an d’études libres », avec mise à niveau en latin et en grec, permet au jeune homme de « mûrir sa vocation » (Moos, p. 8). Il entre le 8 septembre 1883 au noviciat de la province dominicaine de France provisoirement installé en Castille dans le château de Belmonte, mis à disposition de l’Ordre par l’ex-impératrice Eugénie de Montijo. Devenu le frère Dalmace en religion, Sertillanges y fait sa profession simple le 21 novembre 1884 avant d’être envoyé à Corbara, en Corse, où s’installe le couvent d’études tout juste revenu d’exil, pour y effectuer sa philosophie et sa théologie. C’est là qu’il contracte une passion à vie pour la pensée de saint Thomas d’Aquin dont le pape Léon XIII vient tout juste de prôner la restauration au sein de l’Église dans son encyclique Æterni Patris de 1879. Sertillanges appartient à la première génération dominicaine « gorgée » de thomisme (Le pensionnat Godefroy-de-Bouillon, p. 76) par de jeunes professeurs enthousiastes comme Ambroise Gardeil ou Pierre Mandonnet. Ordonné prêtre en 1888 et titulaire du lectorat en 1890, toujours à Corbara, il est à pied d’œuvre pour entamer une carrière de professeur et de prédicateur sous la bannière du Docteur angélique.

Professeur et prédicateur

Sertillanges dans l’atelier de l’artiste James Tissot

Sertillanges dans l’atelier de l’artiste James Tissot

Dès les débuts de sa vie religieuse dans l’Ordre des dominicains, Sertillanges côtoie les artistes. Des clichés sont réalisés pour attester de ces rencontres. James Tissot, qui a reçu commande d’un christ en majesté pour l’église des dominicains de la rue du Faubourg Saint-Honoré, est ici saisi lors de sa réalisation dans son atelier, en 1897, sous l’œil attentif de l’esthète Sertillanges. La photographie sera transposée et reproduite sous forme de gravure.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Elle commence par trois années d’enseignement, à Corbara, à Amiens et de nouveau à Corbara, avant que le jeune père Sertillanges ne soit assigné en 1893 au couvent parisien du Saint-Sacrement, 222, rue du Faubourg Saint-Honoré, pour s’occuper de deux revues récemment fondées dans l’Ordre : administration de la Revue biblique créée en 1892 par le père Lagrange et son école de Jérusalem ; secrétariat de la Revue thomiste apparue l’année suivante. Avant de rejoindre Paris, le père Sertillanges a toutefois pu faire Un pèlerinage artistique à Florence, titre de son premier ouvrage publié sous les auspices de la Revue thomiste en 1896. Il y démontre la sensibilité artistique qui sera l’une des nombreuses cordes à son arc et l’une des facettes de son succès ultérieur, comme en témoignent ses ouvrages L’art et la morale en 1899 ou Art et apologétique en 1909. Il se sent cependant à l’étroit dans des fonctions qu’il exerce jusqu’en 1905. Il se plaint ainsi, en 1896, du caractère trop indigeste de la Revue thomiste où il voudrait introduire un peu d’art et de littérature (Saint Thomas au XXe siècle, p. 35 et 76). Il commence d’ailleurs de se faire un nom à Paris et au dehors, dans les milieux intellectuels. Au quatrième Congrès international des savants catholiques, tenu à Fribourg de Suisse en 1898, il présente un mémoire remarqué sur « la preuve de l’existence de Dieu et l’éternité du monde » dans lequel on peut lire : « Rien ne s’oppose en vérité, philosophiquement parlant, à la thèse évolutionniste appliquée aux origines humaines elles-mêmes. Tout incline au contraire […] à voir l’humanité représentant à la fois une trouvaille de la nature au cours de son déploiement séculaire et une création de Dieu présent à son œuvre, l’actionnant du dedans et faisant quand il le faut, l’apport nécessaire. » Le moins qu’on puisse dire est qu’une telle distinction des plans n’est pas alors l’opinion la mieux admise au sein de l’Église catholique et par son magistère.

6Cette « sortie » n’empêche pas le père Sertillanges d’être recruté en 1900 par l’Institut catholique de Paris pour enseigner la philosophie morale. Servi par son talent oratoire et par une grande facilité de plume, il développe jusqu’en 1922 une activité multiforme qui en fait l’un des ecclésiastiques français les plus connus. Activité d’enseignement à l’Institut catholique d’abord, où il devient l’un des piliers de la faculté de philosophie qui prend forme en 1911. Ses cours de métaphysique thomiste, assez classiques sur le fond car peu soucieux d’exégèse et d’histoire, mais délivrés par ce « thomiste de la chaire » avec son art de prédicateur, attirent un public plus large que les seuls étudiants en philosophie ; surtout ses cours publics, véritables événements où se pressent plusieurs centaines d’auditeurs pour le plus grand bénéfice de l’Institut. Ils sont ensuite monnayés dans des ouvrages de référence, brillants mais écrits sans technicité dans une langue tout à la fois somptueuse et intelligible qu’il signe Antonin-Dalmace. Les sources de la croyance en Dieu développe en 1905 le thème des preuves qui ne cessera de tarauder Sertillanges. Son Saint Thomas d’Aquin en deux volumes, publié en 1910 dans la collection « Les grands philosophes » de l’éditeur universitaire Félix Alcan, sera réédité plusieurs fois jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Et sa Philosophie morale de saint Thomas d’Aquin, chez le même éditeur en 1916, fournit une vaste introduction à la deuxième partie de la Somme théologique.

Antonin-Dalmace Sertillanges en 1906

Antonin-Dalmace Sertillanges en 1906

La renommée du dominicain s’étend au-delà des frontières de l’hexagone. Le professeur à l’Institut catholique de Paris est invité à Oxford par l’université pour une conférence sur « La situation présente du catholicisme en France, au point de vue intellectuel. » Le « costume civil » du religieux, revêtu pour l’occasion, est l’objet d’attention.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7Activité de prédicateur ensuite. Ses cours à l’Institut catholique ne sont en effet qu’une faible partie de son enseignement oral. Sertillanges multiplie les allocutions, les conférences et les sermons devant les auditoires les plus variés et dans les circonstances les plus diverses. Il devient ainsi un prédicateur demandé, voire un prédicateur à la mode, dont un public de fidèles, aisés et cultivés, suit les prestations, au fil des années, dans les églises de Paris et de province. Ainsi Marie Fargues, future rénovatrice de la catéchèse, accompagne-t-elle sa mère pour écouter le dominicain, à Saint-Jacques-du-Haut-Pas en 1911-1912, puis à Saint-Étienne-du-Mont l’année suivante, sans oublier le cours public de l’Institut catholique. Sertillanges, c’est une figure avec son visage buriné et son « large front couronné de cheveux en désordre » (Chéry, p. 482), et surtout sa voix, puissante et persuasive qui doit à ses origines auvergnates un léger roulement des r. « Il avait la cote » et « il la méritait ». D’autant qu’il n’évite pas les sujets périlleux : Marie Fargues et sa mère l’ont entendu traiter sans fard de l’amour au risque d’effaroucher les prudes (Fargues, p. 479). S’il s’adresse surtout à des auditoires conquis d’avance, il n’hésite pas à fournir une réplique chrétienne aux penseurs laïques de la France radicale. Dans son activité foisonnante de prédicateur, Sertillanges est moins un enseignant qu’un apologète qui croise le fer avec les contradicteurs du christianisme. D’où des recueils comme Nos luttes (1903), Socialisme et christianisme (1905), Féminisme et christianisme (1908), Pacifisme et christianisme (1910) qui ont été des séries de conférences avant de devenir des livres.

Une apologétique audacieuse au temps de la crise moderniste

8Si le but de cette apologétique est autant de conforter les chrétiens dans leur foi que de convaincre les adversaires de leurs erreurs, elle ne méconnaît pas les points positifs des doctrines que ceux-ci professent. Le socialisme comporte certes, d’une façon que Sertillanges estime accessoire, un anticléricalisme qui lui fait plus de tort que de bien, mais il comporte aussi un réformisme dont les catholiques devraient s’inspirer au lieu de se confiner dans l’étroitesse d’un conservatisme routinier. Un tel discours a fait sourciller bien des auditeurs du religieux lors de sa leçon de 1907, à la Semaine sociale d’Amiens, dans laquelle il lie le progrès religieux au progrès social. Sertillanges n’en devient pas moins un habitué de l’université itinérante du catholicisme social, avec sept participations entre 1907 et 1919. En revanche, les féministes de l’après 68 salueront son « ouvrage courageux » de 1908 sur un sujet où les catholiques ne s’aventuraient guère (Les Cahiers du Groupe de Recherche et d’Information Féministes, 8, septembre 1975, p. 88). Un tel souci de compréhension n’est guère de mise en pleine crise moderniste. Jugée trop complaisante envers les ennemis de l’Église, qu’il a eu de façon précoce l’autorisation de lire pour mieux les réfuter, l’apologétique du père Sertillanges ne tarde pas à lui susciter des critiques de la part des milieux intransigeants.

9D’autant que, troisième aspect de son activité, il n’hésite pas à intervenir dans les débats qui agitent les intellectuels catholiques. « Qu’est-ce qu’un dogme ? », demande en avril 1905 le philosophe laïc Édouard Le Roy, disciple d’Henri Bergson. Sertillanges s’immisce dans la controverse subséquente d’une manière qui n’est pas simple fin de non-recevoir. Dans une brochure de 1908, « Agnosticisme ou anthropomorphisme », qui reprend des articles antérieurs, il renvoie dos à dos les deux dangers pour mieux mettre en valeur la solution thomiste de l’analogie de l’Être : si l’agnosticisme conteste l’existence de Dieu, l’anthropomorphisme l’humanise de façon indue, car il y a « une certaine équivoque à parler de Dieu en empruntant des noms aux créatures ». Si l’esprit humain peut ainsi s’élever jusqu’à la connaissance de Dieu, il n’a aucun moyen de se le représenter. « Au fond, n’est-ce pas notre intérêt que Dieu soit inaccessible ? », conclut Sertillanges. Il n’en faut pas plus pour l’accuser d’agnosticisme. Alertés par le combatif évêque de Nancy, Mgr Turinaz, les prélats protecteurs de l’Institut catholique se saisissent de l’affaire le 28 novembre 1905 : ils « expriment leur regret de la part que M. l’abbé Sertillanges a prise à la discussion […] et remettent à S. Em. le Cardinal de Paris le soin de lui transmettre ce regret, soit directement, soit par l’intermédiaire du recteur » (Emmanuel, p. 30). Le cardinal Richard sermonne le dominicain et l’empêche de publier le livre sur l’analogie de l’Être qui risquait de lui valoir des ennuis.

10À partir de ce moment, Sertillanges est sous surveillance des cercles intégristes, qui s’en prennent à lui avec virulence, et des autorités romaines qui souhaitent son éviction de l’Institut catholique. On lui reproche de céder trop souvent au plaisir de la formule qui fait mouche, au détriment de la rigueur de la pensée. On lui reproche surtout « une certaine propension à trouver trop facilement des accommodations entre certaines tendances de la philosophie contemporaine et la doctrine thomiste », le kantisme et le bergonisme notamment (Emmanuel, p. 48-49). Il écope ainsi, en 1908, d’un avertissement du père Cormier, maître général des dominicains, puis d’un vœu romain de retrait de l’enseignement évoqué lors de l’assemblée des évêques protecteurs en 1911. « En ce qui concerne M. Sertillanges, on ne peut rien reprendre à ses cours ; il a des hardiesses de langage dans certains discours et des tendances imprécises dans ses écrits qui peuvent parfois inquiéter ; mais d’autre part, il fait beaucoup de bien par ses prédications, il attire des quantités d’hommes, il a une grande autorité dans la société et dans le monde savant », explique le compte rendu de la séance du 15 novembre 1911 (Emmanuel, p. 50). S’en séparer serait donc dommageable pour l’Institut, estime le recteur, Mgr Baudrillart, pourtant peu suspect de laxisme doctrinal.

11Sertillanges reste donc professeur rue d’Assas, mais sous étroite surveillance comme le prouve la mise en garde du père Lehu, socius du père Cormier, au provincial de France Réginald Monpeurt, le 5 janvier 1914. Prévenu de la prochaine publication du livre sur la morale de saint Thomas, Lehu demande que le manuscrit soit soumis à une censure pointilleuse pour lui éviter des ennuis. « Le P. Sertillanges ici [à Rome] est un suspect, il a déjà été dénoncé plusieurs fois à la Consistoriale et tout récemment nous avons su qu’un personnage était venu à Rome pour obtenir l’éloignement du P. Sertillanges de l’Institut catholique ». Lehu ne sait pas de qui il s’agit, mais soupçonne le cardinal Sevin, archevêque de Lyon, ou Mgr Chollet, archevêque de Cambrai, alors en visite ad limina. « Bien qu’on ait pu parfois critiquer quelques formules d’une personnalité un peu déconcertante dans ses ouvrages antérieurs », Lehu n’a pas « le moindre doute sur l’orthodoxie du P. Sertillanges » et il « admire son réel talent d’exposition », mais la vigueur de la réaction antimoderniste exige qu’on prenne pour son ouvrage toutes les précautions possibles. « Il ne suffit pas que le livre ne contienne rien de répréhensible. Il faut que, avec la plus mauvaise volonté du monde, il n’y ait rien qu’on puisse entendre de travers », notamment les délateurs parisiens Barbier, Gaudeau ou Duguet (l’abbé Boulin), certes « bien méprisables », mais « ici on leur donne une grande importance et l’on se sert d’eux ». Ils ont d’ailleurs déjà accompli leur besogne. « Le P. Sertillanges a très probablement un dossier très garni à la Consistoriale : extraits de ses livres antérieurs, surtout, ce qui est plus périlleux, parce que incontrôlable, extraits de ses sermons et de ses cours, où l’on envoie des auditeurs chargés d’en référer (et qui souvent réfèrent avec aussi peu d’intelligence que d’honnêteté) […] Et si l’on trouve un simple mot que l’on puisse mal interpréter, c’est une affaire finie, la Consistoriale donnera l’ordre de l’éloigner de l’enseignement ». L’alerte est vaine, car le manuscrit incriminé ne paraît qu’en 1916 et ne semble pas avoir suscité de réprobation. La lettre du père Lehu n’en consonne pas moins, par sa date et son contenu, avec le cri d’alarme de la revue jésuite Études contre les excès de la réaction antimoderniste.

Le sermon de la Madeleine sur la « paix française » (1917)

La chaire de la Madeleine

La chaire de la Madeleine

Les prédications de Sertillanges à l’église parisienne de la Madeleine sont des événements recherchés. Les publicistes relatent les foules qui s’y pressent et attendent, parfois plusieurs heures à l’avance pour s’assurer d’une place, les sermons de « l’abbé » sur « l’héroïsme » et « l’âme française ». La parole de Sertillanges, dans le Paris des années de guerre, suscite une intense émotion. Dessin anonyme (détail) paru dans Les Annales politiques et littéraires.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

12Le père Sertillanges aurait donc pu en être l’une des victimes sous Pie X, avant 1914. Mais en 1922, dans un climat religieux sensiblement modifié par la volonté d’apaisement de Benoît XV ? C’est moins probable. Il faut donc trouver un autre motif à sa disgrâce. Serait-elle due à son activisme durant la guerre et à ses prises de position sur le conflit ? Il faut examiner cette hypothèse puisqu’elle est invoquée par les tenants de la thèse d’une injuste condamnation. Exempté de service militaire parce qu’ecclésiastique, avant la loi de 1889 qui a mis les « curés sac au dos », le père Sertillanges a cinquante ans en 1914. Trop âgé pour être appelé sous les drapeaux, il contribue par sa parole et par ses écrits à la mobilisation spirituelle des esprits. Dans une série d’interventions dominicales en l’église parisienne de la Madeleine, il prêche une véritable croisade pour la victoire de la France sur deux thèmes, martelés à longueur de séance. D’une part la nécessité du retour de la « fille aînée de l’Église » à ses racines chrétiennes et à la pénitence pour les avoir méconnues, sans lesquelles il ne saurait y avoir d’« union sacrée » ; d’autre part, la justesse de la cause de la France, qui se bat pour le droit et la civilisation contre l’agression et la barbarie. Délivrées avec le même souffle que ses conférences et sermons antérieurs au conflit, mais dans une langue plus accessible, ces interventions touchent un public plus large, sans ménager les effets oratoires, jusqu’à l’excès parfois : « discours de névrosé pour névrosés », note Mgr Baudrillart à propos de l’une d’entre elles, tout en reconnaissant qu’elles « font du bien et attirent une foule immense » (18 avril 1915). Immédiatement disponibles sous forme de brochures qui se vendent comme des petits pains, elles valent au père Sertillanges des droits d’auteur substantiels (25 000 francs selon Baudrillart, 15 mars 1915 – il n’est pourtant imposable que pour 16 000 francs en 1915 ce qui n’est pas considérable), et sont ensuite réunies en volumes, chez Bloud et Gay, sous un titre éloquent : La vie héroïque. Cette intense activité oratoire renforce sensiblement la notoriété du père Sertillanges, devenu grâce à elle, l’un des chantres catholiques les plus éloquents du nationalisme français. « Je suis un cocardier impénitent. J’ai un petit drapeau tricolore sur mon crucifix, un coq gaulois sur ma table », écrira-t-il à un ami le 22 août 1922.

13Aussi est-ce tout naturellement à lui que s’adresse le cardinal Amette, archevêque de Paris résolument engagé dans l’« union sacrée », quand il veut faire savoir à Rome les réserves qu’inspire en France la note pontificale du 1er août 1917 pour une « paix blanche ». Sous couvert de soutien au troisième grand emprunt pour l’effort de guerre, le père Sertillanges ainsi mandaté – le cardinal a approuvé son texte sans le modifier substantiellement – prononce à la Madeleine, le 10 décembre 1917, une allocution intitulée « La paix française » qui enflamme l’opinion. Sans s’embarrasser de nuances, il oppose un ferme non possumus au ballon d’essai pontifical. « Très saint Père, nous ne pouvons pas, pour l’instant, retenir vos appels à la paix ». Après avoir rappelé le rôle de la France au service de la chrétienté dans le passé, le dominicain conclut que la paix à venir ne sera pas celle que prône le pape, mais « la paix par la guerre âpre et menée jusqu’à terme, la paix de la puissance juste brisant la violence, la paix du soldat ! » Bien accueillie par les autorités françaises et par nombre de catholiques, cette intervention fait scandale au Vatican. Le cardinal Gasparri, secrétaire d’état de Benoît XV, demande à Mgr Baudrillart des mesures contre Sertillanges et envoie un blâme au cardinal Amette. Celui-ci couvre Sertillanges et Baudrillart fait observer qu’une sanction contre le religieux serait mal reçue en France. Sans se déjuger, celui-ci fait quelques concessions : il retire la brochure incriminée du commerce, prononce un éloge appuyé de Benoît XV dans un sermon du carême 1918 et n’inclut pas « La paix française » dans le recueil Paroles françaises en 1919. L’affaire a néanmoins failli lui coûter son poste à l’Institut catholique dès 1918. Il en est d’ailleurs bien conscient, car il conserve soigneusement toutes les pièces du dossier concernant l’affaire dans ses archives, où elles se trouvent toujours.

14Ce n’est d’ailleurs que partie remise. Le cardinal Gasparri n’a rien oublié et attend que la fièvre des esprits soit retombée pour obtenir la tête de Sertillanges. « Malgré tout ce que je peux lui objecter, il déclare qu’il faut choisir la première occasion favorable d’éloigner le P. Sertillanges de l’Institut catholique, dût-on attendre encore un ou deux ans pour ne pas irriter l’opinion » (Baudrillart, 17 avril 1919). Un religieux, aussi connu soit-il, ne saurait s’opposer impunément au pape. La mise à l’écart de Sertillanges en 1922 serait-elle donc la conséquence différée du non possumus de 1917 ? Celui-ci a pu compter dans la sanction, mais on peut affirmer qu’il n’a pas été suffisant ni même moteur. Si Rome ne lui avait reproché que cette divergence d’ordre politique, le père Sertillanges aurait pu être écarté, mais son procès ne se serait pas conclu, en 1924, par des mesures aussi contraignantes que l’interdiction de « parole publique et de séjour habituel en France » (Duval, colonne 679). Il y avait donc bien dans son dossier autre chose que le discours de 1917, ou que le soupçon d’agnosticisme. Sans doute ce que le père Congar suggère, dans son article de 1963, quand il écrit que son confrère a été « calomnié par tel de ses collaborateurs », formule qui vient probablement de Sertillanges lui-même.

La collaboration de Sertillanges à la Revue des jeunes

De la consécration par le portrait à l’icône des mass medias

De la consécration par le portrait à l’icône des mass medias

À l’instar de quelques autres célèbres prédicateurs dominicains, comme Didon ou Janvier, Sertillanges a, toute sa vie, été saisi par les appareils des photographes ou les pinceaux des peintres. Ces portraits sont ensuite abondamment reproduits sur de multiples supports : ainsi, ce tableau de Jean Corabœuf, présenté au Salon de 1921, repris en carte postale ou illustrant des articles de presse.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

15Pour en savoir plus, il faut éclairer une autre facette du rayonnement intellectuel et spirituel de celui-ci. Le père Sertillanges est l’un des principaux collaborateurs de la Revue de la jeunesse, qu’ont fondée en octobre 1909 ses confrères du Saulchoir, sous la direction du père Étienne-Matthieu Barge, pour encadrer le retour à la foi et à la patrie de la génération des « jeunes gens d’aujourd’hui », mise en scène par l’enquête d’Agathon en 1913. Sertillanges donne plus de quarante articles avant 1914 à une revue où le père Thomas-Lucien Mainage égrène, numéro après numéro, des récits de conversion ensuite rassemblés dans un volume publié chez Beauchesne en 1917 avec une préface de Sertillanges : Les témoins du renouveau catholique. Interrompue par la guerre à l’été 1914, la revue reparaît en octobre 1915 sous le nom de Revue des jeunes et sous la ferme houlette du père Sertillanges, qui la prémunit d’une possible concurrence en refusant à Robert Vallery-Radot, aux armées, son soutien pour la reprise des Cahiers de l’Amitié française, dont plusieurs collaborateurs rejoignent alors la Revue des jeunes (lettre du 31 octobre 1916). Sertillanges y installe comme secrétaire de rédaction Pierre de Lescure, jeune protestant rencontré en 1911 dont il a accompagné le passage au catholicisme, et en retire la diffusion à l’éditeur Lethielleux au bénéfice d’une société dont le capital provient de financiers proches de lui, comme le baron belge Charles Nicaise, administrateur-délégué de la Société métallurgique Lorraine-Dietrich. Il intègre aussi à la rédaction nombre de jeunes laïcs de la génération Agathon qui donnent à la revue un tour plus littéraire et plus proche de l’actualité, grâce notamment aux chroniques de quinzaine du père Mainage.

16Revue de convertis pour des convertis, la Revue des jeunes est donc assez différente de la revue plus austère du père Barge. Sertillanges en rédige presque tous les éditoriaux sous le pseudonyme de Senex et nourrit pour elle de grands projets au sortir de la guerre : le « Programme d’une revue catholique moderne », présenté dans une séance solennelle au début de 1919, se traduit par le doublement de ses pages à compter d’octobre. Ce programme est développé en 1921 dans deux instruments de travail par lesquels le père Sertillanges manifeste son intention de devenir le maître à penser de la nouvelle génération catholique. Dans la ligne des Sources de l’abbé Gratry, qui ont eu tant d’influence sur son parcours, mais dans une optique résolument thomiste, il signe La vie intellectuelle, son esprit, ses conditions, ses méthodes, qui entend « organiser l’esprit de l’intellectuel catholique ». Ce sera un best-seller maintes fois réédité (53e mille, Foi Vivante, 8, 1965) ; et simultanément un Catalogue méthodique des sciences religieuses et notions de bibliographie générale qui fixe au lecteur de La vie intellectuelle son programme de travail. Les deux volumes paraissent aux Éditions de la Revue des jeunes annexées au bimensuel, avec une librairie.

17Rien ne semble devoir arrêter l’« effrayant père Sertillanges » (François Mauriac, lettre du 20 juin 1918 citée par Hervé Serry, p. 143) au lendemain d’une victoire qu’il attribue à l’appui divin, mais aussi au « génie français » et à « l’esprit de sacrifice » (Les causes de la victoire, Bloud et Gay, 1919). Après un échec face au sociologue et ethnologue Lucien Lévy-Bruhl, en 1917, il est élu à l’Académie des sciences morales et politiques le 30 novembre 1918, dans la section philosophie, sur le fauteuil numéro 8 laissé vacant par le décès du psychologue Théodule Ribot, dont il prononcera l’éloge lors de la séance du 20 novembre 1920. Il organise à Saint-Denis une grande manifestation patriotique durant laquelle, devant un parterre fourni de personnalités, il prêche en robe blanche pour la première fois depuis bien longtemps. « Hier intéressante manifestation à la basilique Saint-Denis ; le père Sertillanges y a magnifiquement enterré la monarchie. Quelle fécondité et quelle facilité chez cet homme qui peut faire un discours presque chaque semaine, et des discours si variés sur des sujets de nature très différente », note Mgr Baudrillart, visiblement bluffé, le 19 décembre 1921. Deux mois plus tard, la livraison de la Revue des jeunes du 10 février 1922 annonce pourtant le retrait du père Sertillanges et le retour à sa tête du père Barge. Libéré des contraintes de la guerre, celui-ci souhaite légitimement retrouver sa place et il est appuyé par le père Raymond Louis, élu provincial de France en 1919, qui s’inquiète de l’emprise du père Sertillanges et de ses jeunes disciples laïcs sur la revue : Pierre de Lescure a été nommé administrateur-délégué de la revue le 17 juin 1918 ; Charles Nicaise préside son conseil d’administration. Après la rupture d’un protocole d’accord avec Barge, qui confiait à celui-ci la diffusion tout en conservant à Sertillanges la haute main sur la ligne, le prédicateur claque la porte de la revue le 5 janvier 1922, avant de réclamer en vain l’argent qu’il y a mis et d’y renoncer difficilement en décembre 1922.

La vie mondaine du père Sertillanges

18Les remous autour de la Revue des jeunes sont imbriqués avec une affaire autrement périlleuse pour le père Sertillanges. Afin d’en comprendre les ressorts, on doit revenir sur ce qu’il faut bien appeler sa double vie. Peu après son arrivée à Paris en 1893, il a croisé la route d’une jeune femme séparée de son mari, Marie-Louise Jusserand, dont « la féminité était extraordinaire et légendaire dans la famille », selon une cousine par alliance (lettre de Madame Boissarie au père Lelong du 17 février 1964) ; et dont il est devenu le directeur de conscience. Les lois anti-congréganistes entraînant la dispersion des religieux du couvent de la rue du Faubourg Saint-Honoré, il a dû se séculariser : il est devenu l’abbé Sertillanges et n’a plus porté l’habit dominicain. À la différence de nombre de ses confrères, il n’a pas rejoint l’un des appartements communautaires où ils tentaient de maintenir leur vie religieuse. Il s’est installé seul, dans le même immeuble que Madame Jusserand, mais pas au même étage, 4, avenue des Chasseurs dans le XVIIe arrondissement, puis à Auteuil, au 47 du boulevard Murat dans le XVIe. Ses droits d’auteur, fortement accrus par le succès de ses publications de guerre, lui permettent d’habiter un « appartement artistique et luxueux » dont un admirateur dit à Mgr Baudrillart que « tout le cadre a été combiné de manière à faire valoir le bijou ». « Le bijou c’est le père », dont un grand portrait trône dans son bureau, ajoute Baudrillart (22 janvier 1918). « Ce n’est pas moi qui ai organisé cette existence. Les événements l’ont faite. Tout cela, voyez-vous, c’est la faute du petit Père Combes », dira Sertillanges à Pierre de Lescure pour sa défense. Le père Sertillanges et Madame Jusserand, qui a une quarantaine d’années en 1913, font bourse commune ; des gens de maison les servent indifféremment ; ils prennent leur repas ensemble et n’ont d’ailleurs qu’une seule cuisine et une seule salle à manger. Déchargé de tout souci matériel par Madame Jusserand, le père Sertillanges peut se consacrer entièrement à ses tâches d’écriture et de prédication. Est-elle plus que sa gouvernante ? Et pour le dire crûment, sa maîtresse ? Une telle proximité fait jaser, certains commerçants du quartier désignant couramment Madame Jusserand comme « la femme du curé ». Lorsque le père Sertillanges annonce une série sur le mariage, peu avant la guerre, une ancienne amie de Madame Jusserand prévient Mgr Baudrillart qu’un scandale éclatera lors d’une de ces conférences ; mais l’affaire peut être étouffée dans l’œuf. Un livre sur L’amour chrétien sort de la plume de Sertillanges chez Gabalda en 1919… La situation devient plus risquée encore quand Pierre de Lescure et sa jeune femme, née de Gentile, emménagent eux aussi au 47, boulevard Murat. Avec Madame Jusserand, parfois appelée « Maman » dans la correspondance, et le père Sertillanges, les époux Lescure forment une sorte de « famille », qui va jusqu’à acquérir en juin 1921 une maison de vacances, « Ker Mor », à Landemer par Nacqueville dans le Cotentin : Sertillanges et Lescure apportent chacun la moitié de la somme, mais c’est Lescure qui signe l’acte d’achat. Nouvelles rumeurs : comment un religieux qui a fait vœu de pauvreté peut-il disposer d’un tel confort ?

Sertillanges et Pierre de Lescure

Sertillanges et Pierre de Lescure

Cliché non daté, probablement du début des années 1920, représentant Sertillanges et le jeune Pierre de Lescure dans un lieu de villégiature. Un jeune homme sous l’autorité de son maître.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

19À ces rumeurs se greffent des faits plus redoutables encore. Le scandale éclate à l’été 1921 quand une jeune femme employée au secrétariat de la Revue des jeunes, Yvonne Féron, finit par avouer au couple Lescure « la façon dont le P. Sertillanges a pendant des mois abusé de la direction spirituelle que je lui avais confiée et de l’immense affection que je lui avais vouée pour m’amener à accomplir avec lui des actes abominables » (lettre du 22 août au père Louis), c’est-à-dire des incitations répétées à la débauche que le droit canon appelle sollicitatio ad turpia. Et elle laisse entendre que son cas n’est pas isolé. D’abord incrédule, Pierre de Lescure se convainc de sa bonne foi et lui conseille d’écrire au père Sertillanges pour lui demander de reconnaître ses fautes et de les réparer. Loin d’un tel repentir, le dominicain fait pression sur Yvonne Féron pour qu’elle garde le silence et sur la Revue des jeunes pour qu’elle se passe de ses services, tout en reconnaissant du bout des lèvres quelques moments d’égarement dont personne ne serait exempt (lettres des 10 et 11 août 1921). De plus en plus convaincu de la gravité de l’affaire, Pierre de Lescure prévient le provincial Raymond Louis qui est atterré. Il convainc aussi Yvonne Féron de mettre par écrit son témoignage et de le lui confier en même temps que les lettres compromettantes qu’elle a reçues de Sertillanges (lettre du 26 avril 1922). Ces documents servent de noyau au rapport à charge, daté du 1er décembre 1922, qu’il fait parvenir à Rome.

20Entre-temps, le père Sertillanges a mobilisé ses amis sans vraiment répondre aux accusations dont il est l’objet, mais en insistant pour que Madame Jusserand soit mise hors de cause. « Le mémoire à vous remis semble affirmer qu’il y a eu faute grave de réciproque ante absol., et c’est le premier sujet de votre inquiétude. Or, cela, je ne le crois pas », écrit-il au père Louis le 22 avril 1922. Il reconnaît certes des imprudences, des légèretés, « mais des fautes graves, réciproques ou non, en vérité je ne le crois pas ». Il minimise ses relations avec Yvonne Féron qui lui semblent un prétexte pour l’écarter, voire pour le « déshonorer, rien de moins ». Après avoir brièvement cru Lescure, le baron Nicaise est le premier retourné : dès le 2 novembre 1921 il rompt brutalement avec le jeune homme et ne cessera ensuite d’user de son influence pour défendre Sertillanges. Le père Louis impose à celui-ci de quitter l’appartement du boulevard Murat pour rejoindre les pères Barge et Gillet rue de Grenelle en avril 1922. Mais il n’obtient pas que le religieux rompe tout contact avec Madame Jusserand qui le porte aux nues. Le provincial alerte aussi le père Theissling, maître général de l’Ordre. Il est alors décidé d’envoyer Sertillanges à l’École biblique de Jérusalem où il n’est pas un inconnu : il a été administrateur de la Revue biblique et il a surtout été l’un des censeurs du Commentaire de la Genèse du père Lagrange ; très favorable à la publication, son avis n’a pas été suivi (Montagnes, p. 222-223). Aussi refuse-t-il de présenter son exil comme une punition. « Des raisons de santé m’obligent à m’éloigner momentanément de Paris », écrit-il le 18 septembre 1922 à Mgr Baudrillart en lui conseillant le père Martin-Stanislas Gillet comme remplaçant pour l’année universitaire 1922-1923, au terme de laquelle il espère bien reprendre son poste. Madame Jusserand n’est pas dupe des euphémismes de son mentor : « Devant Dieu je vous fais le don le plus absolu de moi-même et rien ne pourra vous enlever une parcelle de ce que je vous offre en ce jour. Partez confiant, votre enfant prend avec vous le chemin de l’exil, avec vous elle se fixe à la croix », lui écrivait-elle le 9 juin 1922.

À Jérusalem, un exil qui ne dit pas son nom

À Jérusalem, un exil qui ne dit pas son nom

Le séjour contraint de Sertillanges à Jérusalem, à l’École biblique, en 1922-1923, n’est pas lié à des motifs d’étude ou de recueillement contrairement à ce que laissent penser les nombreuses photos le représentant alors, méditant dans les lieux de la vie du Christ, au Jardin des Oliviers ou sous les remparts du Temple, ou encore posant aux côtés (quoiqu’en retrait) d’Albert Einstein, lors du passage de celui-ci dans la Ville sainte à l’occasion de l’inauguration de l’Université hébraïque. On reconnaît au premier plan Édouard Dhorme, directeur de l’École biblique. Photo du père Bertrand Carrière.

École biblique et archéologique de Jérusalem/Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

21Sertillanges rejoint Jérusalem en octobre 1922 et le père Theissling apprend au père Louis, le 6 février 1923, qu’il a été dénoncé à Rome. La rigueur des conditions qui lui sont alors imposées manifeste clairement que son éloignement de Paris est une sanction. Le 3 juin 1923 il est contraint d’adresser à Mgr Baudrillart sa démission de l’Institut catholique de Paris. Après intervention de Nicaise, le recteur accueille cette démission d’une manière qui permet à Sertillanges de sauver la face : « Je ne pense pas que qui que ce soit, dans l’Église, ait intérêt à abattre brusquement un prêtre, quand même ce serait moi », lui répond-il le 5 juillet. De passage à Jérusalem en septembre, Baudrillart rencontre par deux fois Sertillanges, inquiet de l’examen de ses ouvrages par Mgr Joseph Mariétan, abbé de Saint-Maurice d’Agaune, pour le compte du Saint-Office. Le dominicain lui remet « un mémoire sur son affaire » dont la trace s’est perdue (11 et 17 septembre 1923). Suspendu a divinis, interdit de prédication et de correspondance avec d’autres que ses supérieurs, Sertillanges se plaint amèrement de son sort et de l’incertitude qui pèse sur son avenir. « J’ai commis une faute, écrit-il au père Theissling le 8 juillet 1923 ; il ne s’ensuit pas que je sois un monstre, et c’est ce qu’on cherche à faire croire ». Aussi demande-t-il à être jugé rapidement. Son vœu ne tarde pas à être exaucé : en septembre 1923, le maître général l’informe qu’il est attendu à Rome. Arrivé fin octobre et logé à l’Angelicum, il est convoqué le 3 novembre 1923 au Saint-Office pour une « séance unique d’explication » après laquelle il n’a plus qu’à attendre le verdict. S’il garde le secret sur cette séance, qui lui a probablement été imposé, il se plaint de l’atmosphère de suspicion qui entoure la procédure. « La malveillance à mon égard est notoire », écrit-il au père Louis le 5 janvier 1924 ; on a enjoint au maître général de le faire « surveiller étroitement » et de l’empêcher de sortir seul. « Le fonctionnement du S. O. tel qu’il m’est révélé […] offre si peu de garanties que cela sent fort l’arbitraire ». Il déplore en outre un « épluchage général » de ses écrits, surtout le dernier d’entre eux, Ce que le Christ voyait de la croix, écrit à Jérusalem, dont le titre et le contenu ont fortement déplu à Rome. « C’est la laïcisation du Calvaire et la substitution aux pensées rédemptrices d’un point de vue de paysagiste, que j’ai l’inconvenance de prêter au Seigneur », aurait dit au maître général des dominicains le cardinal Merry del Val, secrétaire du Saint-Office et, à ce titre, le « Prince des Prêtres de mon sanhédrin » (lettre à Nicaise du 8 janvier 1924).

22Le 12 février 1924, Merry del Val transmet au père Theissling la lourde sentence qui interdit au père Sertillanges le sol français, le prive du droit de confesser et de s’occuper d’apostolat féminin, lui interdit de prêcher et de prononcer des conférences, le prive de son droit de vote dans le couvent où il sera assigné. Il ne lui reste plus que la possibilité de célébrer la messe et d’écrire, ce dont il ne va pas se priver. La sévérité du jugement et plusieurs de ses attendus prouvent que le père Sertillanges n’a pas été condamné principalement pour des erreurs doctrinales ni pour son opposition à la note pontificale de 1917, « le cardinal Gasparri ne se montre pas intransigeant », signale Baudrillart, mais plutôt pour les déviances morales dénoncées par Lescure. Il souhaitait aller au Saulchoir de Belgique, couvent d’études de sa province, mais Tournai est jugé trop proche de la frontière française. Après une intervention de Nicaise auprès du président de la République Alexandre Millerand, saisi comme confrère de Sertillanges à l’Académie des sciences morales et politiques, sans doute une intervention de l’ambassade de France près le Saint-Siège, qui « se heurte à un mur de glace » (lettre à Nicaise du 5 avril), Sertillanges rejoint le 26 avril 1924 le couvent d’exil du studium de la province de Lyon à Ryckholt près de Maastricht, dans le Limbourg néerlandais.

Les interprétations de la disgrâce de Sertillanges

23Dès ce moment, deux interprétations de sa disgrâce circulent au sein du catholicisme français. La thèse de la culpabilité soutenue par Pierre de Lescure sur la foi de son expérience personnelle, dans la proximité du duo Jusserand-Sertillanges, et du témoignage d’Yvonne Féron tend à s’affaiblir du fait de la rupture de Lescure avec l’Ordre dominicain et du contentieux qui en est issu : après de multiples péripéties, il est remplacé par le père Barge comme administrateur-délégué de la Revues des jeunes le 5 septembre 1923. Il ne manque alors pas de voix, dans l’Ordre dominicain et hors de celui-ci, pour prendre la défense du proscrit en suggérant qu’il a été victime d’une fabulatrice, Yvonne Féron, et d’un calomniateur, Pierre de Lescure. Preuve parmi d’autres ? L’écho de la visite ad limina du cardinal Dubois, archevêque de Paris, au printemps 1924 : mécontent de n’avoir pas été averti de l’affaire, il est sceptique, selon Baudrillart, « sur les accusateurs du père et sur Lescure en particulier qui a dicté la lettre d’accusation. En somme, on est si sévère parce qu’il a confessé la personne dans son oratoire privé. Le P. Sertillanges est tout ce qu’il y a de plus édifiant dans son acceptation », note le recteur de l’Institut catholique sur son entretien du 6 avril 1924 avec Dubois. C’est cette thèse qui va progressivement s’imposer dans les milieux dominicains français, appuyée sur la soumission exemplaire du père Sertillanges aux mesures qui le frappent et assortie de critiques de plus en plus vives contre la procédure du Saint-Office. « Long entretien avec le malheureux père Sertillanges », écrit de Rome Mgr Baudrillart le 8 avril 1924. « Le Saint-Office ne lui a accordé aucune garantie, aucun moyen de défense, dans son jugement. On a tout interprété dans le sens le plus odieux ; on le traite en véritable prisonnier, surveillé partout, ne pouvant sortir de la maison sans un compagnon […] Il accepte tout en saint religieux et c’est une belle expiation. Son général en est édifié. Triste procédure que celle du Saint-Office ! Pas un témoin à décharge n’a été convoqué ! Il a prouvé que les lettres qu’on a produites étaient fausses ou en partie refaites de mémoire par les accusateurs, on s’est appuyé sur ces documents ». Pourtant le cardinal Merry del Val assure Baudrillart, le 11 avril, « qu’en dehors de Lescure il y a des témoignages graves et probants ».

24Mais le mécanisme de captation de la mémoire est enclenché. Bien qu’ayant perdu son procès au Saint-Office, Sertillanges ne tarde pas à gagner le procès mémoriel. Ses amis diffusent avec succès la thèse selon laquelle il est victime d’une conspiration ourdie par Pierre de Lescure, thèse qui va l’emporter tant au sein des milieux intellectuels parisiens que de l’Ordre dominicain. « Calomniateur » sans doute évoqué par le père Congar, Lescure est proscrit de nombre de cercles catholiques où il fait désormais figure de pestiféré. Il connaît des déboires, psychologiques et financiers, qu’il attribue à l’Ordre et qui lui inspirent des velléités d’assigner celui-ci en justice en 1928 ; et que ne compense pas sa courte notoriété d’écrivain. Rares sont en 1934 les lecteurs avertis, comme Mgr Baudrillart, qui décryptent dans son roman Pia Malécot, publié par Gallimard, une transposition de l’affaire Sertillanges, à laquelle il attribue une bonne partie de ses difficultés. « J’ai passé une triste journée en face de l’affaire Sertillanges, renaissante avec le répugnant volume de Lescure, Pia Malécot, où le religieux laïcisé sous le nom de Chevrier est peint au milieu de ses lamentables disciples » (12 novembre 1934). Seule sa qualité de fondateur des Éditions de Minuit, au cœur des « années noires », lui permettra de sortir du purgatoire où l’a plongé cette affaire. La renommée du dominicain est telle que c’est sa version des faits qui a été retenue par la mémoire catholique, pas celle de Lescure. Et sa condamnation nourrit la légende noire du Saint-Office, très prégnante dans l’aile marchante du catholicisme français. Si les accusations contre ses errances morales sont controuvées, c’est donc qu’il a été frappé pour un libéralisme annonciateur de Vatican II ou pour son opposition gallicane à la note de Benoît XV sur la paix. De coupable, Sertillanges est ainsi devenu victime, victime calomniée et victime « prophétique ».

En exil à Ryckholt

L’atelier artistique des dominicains de la province de Lyon à Ryckholt

L’atelier artistique des dominicains de la province de Lyon à Ryckholt

Les sanctions du Saint-Office contraignent Sertillanges à rallier, en Hollande, le couvent de Ryckholt, studium de la province de Lyon. Interdit de toute activité apostolique autre que l’écriture, il se réfugie dans l’atelier des frères et participe à la composition de fresques citant largement Fra Angelico, comme ici pour cet ensemble destiné à une église limbourgeoise proche du couvent.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

25Il se félicite de l’accueil reçu à Ryckholt, qui représente cependant pour lui un changement de vie complet. Après vingt ans de vie « bourgeoise » dans un des quartiers chics de Paris, il retrouve une vie conventuelle plus conforme à ce qu’on attend d’un religieux. La province de Lyon étant réputée pour son respect des observances, le père Sertillanges mène à Ryckholt une vie édifiante qui assoit sa posture de victime, et fait l’admiration de ses jeunes confrères. Il peut « reprendre la vie commune, le silence, la liturgie, les austérités d’un cloître rigoureux comme s’il ne les eût jamais quittés » (Chéry, p. 484-485). Il ne demande aucune dispense et ne laisse échapper aucune parole d’amertume. Seul un quart d’heure de gymnastique avant le travail intellectuel du matin et quelques moments consacrés à la peinture, pour copier Fra Angelico, et surtout à la musique rompent la monotonie de l’horaire conventuel. Le baron Nicaise lui ayant fait cadeau d’un gramophone et d’une collection de disques, Sertillanges écoute beaucoup de musique classique et fait largement profiter ses frères de ces commodités.

26Son seul regret concerne la médiocrité de la bibliothèque du studium qui le contraint à y faire venir ses livres pour pouvoir travailler, puisqu’on lui en laisse la possibilité (lettre à Nicaise du 26 avril 1924). « Quant au P. Sertillanges, le Rme Père a l’intention d’appliquer la sentence sans l’aggraver », écrit le père Lehu, socius de France, au provincial Louis le 11 juin 1924. Le même pense que « le S. Père a été circonvenu dans cette malheureuse affaire et cela depuis le commencement » et demande qu’on empêche la diffusion de nouvelles scandaleuses sur le compte du banni (lettre du 26 avril 1925). Sertillanges bénéficie donc très tôt de l’indulgence de ses supérieurs. S’il est interdit de parole publique, il n’est pas interdit d’enseignement ni de publication, ce qui prouve de nouveau que la sanction dont il pâtit n’est pas d’ordre doctrinal mais disciplinaire. « Je suis ici professeur de sciences sociales et d’éloquence sacrée », écrit-il à Mgr Baudrillart le 29 décembre 1924. Mes élèves sont charmants et tout le monde a pour moi les égards les plus délicats ». Il se sent bien dans ce milieu juvénile, lui qui a voulu « toute sa vie être le contemporain de ceux qui ont vingt ans » (Chéry, p. 483). Et son auditoire étudiant est ravi de son enseignement : « Nous allions au cours avec allégresse, comme à une fête. C’en était une. On était à mille lieues d’un enseignement “scolaire” », se souvient le père Chéry (p. 482). Adjoint à un corps professoral assez terne, il ne passe pas inaperçu et marque profondément de jeunes religieux promis à un bel avenir comme Louis-Joseph Lebret, Maurice Montuclard et surtout Fabien-Marie Moos.

27« Tout serait donc bien, s’il n’y avait l’irréparable fond des choses », écrit cependant Sertillanges à Baudrillart le 29 décembre 1924. Certes, quelques permissions ponctuelles lui sont accordées : pour venir voter à l’Académie des sciences morales et politiques (« pénible voyage », note Baudrillart le 13 décembre 1926) ; pour passer chaque été des vacances dans le Valais suisse ; et surtout pour continuer de correspondre avec Madame Jusserand qui vient plusieurs fois lui rendre visite dans son exil : deux de ses passages sont attestés en octobre 1925 et en avril 1926. Mais la sentence prononcée contre lui demeure intacte comme le prouve l’échec d’une nouvelle tentative pour l’assouplir en 1927 : le 6 juillet, le père Chauvin qui a remplacé Lehu comme socius écrit au père Louis qu’il a plaidé la cause de Sertillanges au Saint-Office, mais qu’il a peu d’espoir : « Je sais que dernièrement des démarches officielles ont été faites par l’ambassade pour son retour en France, et que le Saint-Office a répondu négativement ». Nouvelles démarches ou bien rappel de la « démarche Millerand » de 1924 ?

28Le dominicain est cependant présent à Paris dans les vitrines et sur les tables des librairies, car son activité éditoriale ne se relâche pas, la censure de ses publications étant laissée à la province de France et non transférée à celle de Lyon. Il publie ainsi deux volumes de chroniques intitulées Notre vie, aux Éditions de la Revue des jeunes en 1926 et deux volumes de « propos de Senex », chez Flammarion en 1928. L’essentiel du travail entrepris à Rijckholt concerne toutefois l’édition de la Somme théologique de saint Thomas d’Aquin en fascicules maniables et bon marché, texte latin, traduction française, notes et commentaires : les trois volumes du traité de Dieu paraissent entre 1925 et 1927 et la Création en 1927, le tout aux Éditions de la Revue des jeunes. Avec ces fascicules, le père Sertillanges fournit au renouveau thomiste des années 1920, une contribution aussi importante que ses livres de métaphysique auxquels vient s’ajouter en 1927 Les grandes thèses de la philosophie thomiste, chez Bloud et Gay. La largeur d’esprit de son thomisme, son souci de concordisme avec la thèse de l’évolution créatrice de Bergson ou celle de la relativité d’Einstein recommencent toutefois à susciter des escarmouches, avec Maritain notamment. « Les idées du P. Sertillanges sur l’évolution me paraissent très confuses et très peu thomistes », écrit le philosophe à son ami l’abbé Journet le 23 août 1922 (Correspondance, I, p. 83) ; et une première passe d’armes l’oppose au dominicain sur la relativité dans la revue Les Lettres en 1925 (Correspondance, I, p. 275 et 297).

Le retour dans la Province de France et « l’irréparable fond des choses »

29Un « cruel » accident de santé provoque la fin de l’exil hollandais du père Sertillanges. Atteint de la maladie de Dupuytren, il subit l’amputation du médius des deux mains dans une clinique de Lausanne en septembre 1927. Très affecté par des opérations qui ont mis sa vie en danger, il obtient d’aller se reposer au Saulchoir par lettre du cardinal Merry del Val au père Bonaventura García de Paredes, nouveau maître général des dominicains, qui précise que les « autres dispositions précédentes » le concernant restent inchangées (31 octobre). Sertillanges croit alors pouvoir obtenir plus : par l’intermédiaire du père Paredes, il demande non seulement de rester au Saulchoir et de pouvoir assister aux séances de l’Institut, mais de récupérer son pouvoir de confesser les hommes ainsi que sa voix au chapitre. La lettre de Paredes à Merry del Val du 2 avril 1928, appuyée par l’audience pontificale accordée au provincial Gillet le lendemain, n’obtient satisfaction que sur les deux premiers points, pas sur les autres. « Au sujet du cher Père Sertillanges il est inutile d’insister. Il peut continuer d’écrire, de venir à l’Institut, de prendre des vacances, mais pas de sermons, ni de conférences », écrit le père Gillet, devenu maître général, au provincial Padé le 21 janvier 1931. C’est pourtant le même Gillet qui écrit à Sertillanges le 4 mai 1934 : « Vous voyez que je m’emploie de mon mieux à arranger les choses en ce qui vous concerne ». Il lui suggère d’écrire à Pie XI une lettre qu’il remettra personnellement à celui-ci. « Au fond, votre célébrité est un mauvais atout dans votre jeu. On craint que, dans le cas d’une réhabilitation complète, vos ennemis ne l’exploitent contre l’Église et contre vous ». Dans cette lettre, où Sertillanges reconnaît que sa situation s’est améliorée (il a recouvré le droit de confesser ses frères), il fait amende honorable et sollicite le pardon pour ses fautes qui lui permettrait de recouvrer aussi ses droits religieux et sa capacité de ministère. En vain semble-t-il, puisque Gillet confirme par deux fois, le 25 décembre 1934 et le 1er février 1936 que les conférences lui sont bien interdites par la sentence de février 1924 dont il transmet sub secreto un extrait au provincial Padé. Ces diverses péripéties prouvent tout à la fois la sévérité maintenue du Saint-Office à l’encontre de Sertillanges et une mansuétude de plus en plus nette à son égard de ses supérieurs.

30L’installation au Saulchoir marque une nette amélioration de sa situation. Mgr Baudrillart se félicite ainsi que Gillet ait « obtenu que le pauvre père Sertillanges, à qui l’on a coupé deux doigts, allât professer au Saulchoir, au lieu de rester en Hollande, hors de sa province religieuse », écrit-il le 7 décembre 1927. Un tel transfert, effectif en 1928 n’annule pas son exil, mais le rend plus supportable. Sertillanges est rendu aux siens dans la ruche studieuse de Kain, près de Tournai. « Nous avons connu le P[ère] S[ertillanges] si édifiant », se souvient le père Congar en 1964. Il mène en effet au Saulchoir la même vie exemplaire qu’à Ryckholt… sans rompre pourtant avec Madame Jusserand. « J’ai été étonné, quand le P[ère] S[ertillanges] a été malade, vers 1935, et a séjourné à la clinique de Tournai, que Mme Jusserand soit venue s’installer à la clinique pour le soigner… », ajoute en effet Congar et il est encore question d’elle dans la correspondance de Sertillanges avec Nicaise en 1937 et en 1941. Sertillanges jouit au Saulchoir d’une véritable « vénération » et conserve à l’extérieur une notoriété qui lui vaut la Légion d’honneur, sur le contingent du ministère des Affaires étrangères, en 1934. La décoration lui est remise le 22 octobre, à sa demande, par un confrère ancien combattant, le père Henri-Dominique Delor. Intégré au corps professoral du Saulchoir, le dominicain enseigne la théologie morale, la théologie pastorale et bien sûr l’éloquence sacrée, sur laquelle il publie son traité de prédication en deux volumes, L’orateur chrétien, aux Éditions du Cerf en 1930. Bien qu’il soit toujours interdit de parole publique, il reçoit le titre de prédicateur général en novembre 1935, ce qui ne manque pas de sel ; mais à la suite d’un curieux quiproquo : le croyant persona non grata, le chapitre provincial de 1935 ne l’a pas retenu pour le poste, au grand déplaisir du père Gillet qui lui a obtenu cette consolation à Rome : le conseil provincial doit rectifier le tir, avec l’aval du maître général.

31« Mon milieu est délicieux, et j’ai l’espoir d’y faire quelque bien. Que demander de plus ! », écrit-il à Mgr Baudrillart le 31 octobre 1928. Ce bien passe par la reprise de la veine apologétique qui a fait le succès du père Sertillanges avant 1914, dans la nouvelle revue du Cerf La Vie intellectuelle notamment, sans qu’il y ait de filiation directe entre ce titre et celui de son discours de la méthode de 1921. Il en devient l’un des auteurs de référence, au grand dam de Jacques Maritain qui l’a portée sur les fonts baptismaux, et il y distille chaque mois à partir d’avril 1929 ses « Dialogues » avec l’incroyance, sur « le problème de Dieu », la Providence ou « la vraie religion ». Deux ouvrages qui connaissent un certain succès prolongent ces dialogues et montrent combien l’apostasie de ses contemporains tourmente Sertillanges : le Catéchisme des incroyants, avec questions et réponses, en 1930 et Dieu ou rien ? en 1932, tous deux chez Flammarion. Les années 1930 sont des années fastes pour l’œuvre du dominicain, qui écrit beaucoup et sur des sujets variés : un Saint Thomas d’Aquin chez Flammarion en 1931 ; un livre sur L’eucharistie l’année suivante, chez H. Laurens ; un sur Le mystère de l’Église, chez Spes en 1934 ; un Mois de Marie l’année suivante au Cerf… Un contrat signé le 20 juin 1932 confère au couvent du Saulchoir la « nue-propriété » des droits d’auteur du père Sertillanges qui en conserve l’usufruit jusqu’à sa mort, après laquelle ils reviendront au couvent.

Sertillanges au sein de la « grande famille des thomistes »

32Ce travail de haute vulgarisation, sans prétention à l’originalité, s’accompagne de la préparation d’un ouvrage philosophique bien plus ambitieux. C’est en effet au Saulchoir que sont rédigés les deux tomes du Christianisme et les philosophies, publiés en 1939 et 1941 dans la collection « Philosophie de l’esprit » de Fernand Aubier. Dans ce parcours à travers l’histoire de la pensée occidentale, la synthèse thomiste occupe une position centrale qui lui permet d’évaluer toute la philosophie moderne, depuis Descartes jusqu’à la phénoménologie. Au terme de l’aventure, Sertillanges met son espoir en un véritable renouveau thomiste capable de croiser le fer avec ceux qu’on n’appelle pas encore les « maîtres du soupçon ». « Nous ne cesserons d’affirmer que l’honneur et l’intérêt de la chrétienté exigent la constitution et le large développement d’une philosophie franchement autonome, partant de principes purement rationnels, usant de méthodes rationnelles, et ne proposant ses conclusions qu’à une discussion également rationnelle » (p. 561) ; une philosophie distincte de la théologie donc, ce qui ne va pas sans difficulté.

33Aussi l’abondante production du père Sertillanges suscite-t-elle des critiques dont la dénonciation du Saulchoir par deux de ses étudiants fournit dès 1932 un aperçu. Pour les dénonciateurs, Sertillanges incarne « ce qu’on appelle ici “l’esprit du Saulchoir” », c’est-à-dire un modernisme sans le nom, sur l’évolution du dogme ou la conception de l’apologétique. Plusieurs des personnalités consultées lors de l’enquête subséquente émettent des réserves, moins rudes, sur les positions du dominicain. Le chanoine Léon Mahieu trouve « parfois bien hardies et bien inexactes les vues du P. Sertillanges et du P. Spicq » en matière de morale sociale (29 mai 1932). Mgr Chollet, qui semble avoir joué un rôle dans la condamnation du dominicain, note qu’il s’est pris d’une grande admiration pour Emerson dont il n’est pas « besoin de rappeler les dangereuses doctrines » (4 juin). Jacques Maritain trouve qu’il « estompe des oppositions fondamentales et favorise la confusion des esprits ». Son émule le chanoine Lallement conteste sa mise en cause de la « valeur de notre connaissance de Dieu » (24 juin). Tout comme eux, le père Sertillanges fait pourtant partie de la « grande famille des thomistes ». Un retour sur les critiques répétées que lui adresse Maritain permet de mieux situer sa place dans cette querelle de famille.

34Le philosophe et son théologien l’abbé Journet reprochent d’abord à Sertillanges le manque de technicité et donc de rigueur de sa métaphysique. Faute d’accorder aux grands commentateurs de saint Thomas, Jean de Saint-Thomas notamment, le rôle qui doit leur revenir, il manquerait des outils logiques pour penser juste ; d’où de regrettables confusions dans certains de ses développements. Ainsi le thomisme ne serait pour lui qu’un système parmi d’autres, remarquablement efficace certes, mais appelé à être dépassé. Sa démarche à dominante apologétique serait trop indulgente pour ceux qu’il veut convaincre. Il serait trop réceptif, sur l’évolution ou sur la relativité, envers les théories scientifiques récentes, mais surtout envers les philosophies qui s’en inspirent. Et il ne serait pas assez convaincu, en revanche, des voies habituelles de la connaissance de Dieu. Deux échanges de lettres sur la question de l’analogie, en mai-juin 1930 et octobre 1932, manifestent les divergences entre les formes de thomisme défendues par Sertillanges et par Maritain. Ils mériteraient d’être publiés et annotés. L’opposition des deux hommes prend un caractère quasi-passionnel à propos de Bergson, dont Maritain conteste les thèses alors que Sertillanges lui tend la main de façon répétée : le 15 décembre 1928 dans les Nouvelles littéraires, au moment du prix Nobel (« Henri Bergson devant le catholicisme »), puis dans La vie intellectuelle en mai (« Morale et religion d’après M. Bergson ») et en juin 1932 (« Questions à M. Bergson ») ; enfin dans la même revue de nouveau le 25 avril 1937 (« Le libre arbitre chez saint Thomas et chez Henri Bergson », avec une lettre de remerciement du philosophe). À chaque fois, Maritain répond ou fait répondre par ses amis quand il n’intervient pas auprès des autorités dominicaines pour les alerter sur le danger des positions de Sertillanges.

35Le Saulchoir rentre en France en 1938-1939 et s’installe à Étiolles, près de Corbeil, dans la grande banlieue sud de Paris. Son long exil est fini, mais celui du père Sertillanges qui dure depuis dix-sept ans ? Le 6 septembre 1938, une lettre de Mgr Ottaviani au père Gillet lui rend ses pouvoirs de confesseur pour un an renouvelable, mais lui interdit d’accompagner les étudiants de philosophie à Étiolles, « toutes les autres défenses étant maintenues ». Il faut attendre le changement de pontificat pour que Sertillanges puisse rentrer en France : par autorisation du Saint-Office du 9 juin 1939, il peut rejoindre Étiolles, mais pas encore Paris. « Dimanche, au 222, je remonte en chaire pour la première fois depuis dix-sept ans. Le Cardinal Verdier et le Nonce ont fait la démarche qui a abouti », écrit-il triomphalement en novembre 1939 à Charles Nicaise. Non seulement le père Sertillanges peut revenir en France, au Saulchoir puis en 1942 au couvent de la rue du Faubourg Saint-Honoré qu’il a quitté trente-neuf ans auparavant, mais la parole publique lui est rendue : il prêche l’avent 1939 sur les ondes de Radio-Paris avant de rédiger ensuite un Bréviaire du combattant (Flammarion, 1940). Son nationalisme n’a pas faibli. « Est-il un seul Français qui ne sache maintenant pourquoi il se bat et que c’est pour tout ce que signifie la civilisation chrétienne ? », affirme-t-il de manière un peu optimiste dans son sermon de Noël (Avent Radio-Paris 1939-1940, 1940, p. 76). « Que demain Noël ! Noël ! signifie la victoire, nous le demandons avec passion » (p. 80). « Chevalier de la foi », « entrée en lice pour la justice sociale chrétienne » (p. 80-81), la France doit vaincre. Tel est le vœu que le dominicain formule le Jour de l’An « en cette guerre où l’ennemi n’a pas plus pour lui le nombre que la puissance et le droit (p. 97). Ces vœux s’achèvent sur une envolée qui sonne étrangement quand on sait ce qui a suivi. « Mais nous savons que 1940 est une année de Dieu, qu’elle s’achèvera en Dieu, dans la providence de Dieu. »

L’adhésion sans nuance au pétainisme

36Ces attentes seront cruellement déçues, bien qu’on ne sache pas comment Sertillanges a vécu l’effondrement de son pays en 1940. Ce qui est sûr, c’est qu’on le retrouve ardemment pétainiste jusqu’à la fin de la guerre et au-delà. Une telle allégeance semble dépourvue de fondements idéologiques. Philosophe de vocation et absent de la scène française du fait de sa mise à l’écart par Rome, Sertillanges s’est peu mêlé de politique. Et il n’a pas été séduit par l’Action française. Il nourrit certes « une vive admiration et une profonde estime » pour Maurras, son « éminente intelligence », sa sincérité et sa combativité. Mais « je n’ai pas fait un pas vers l’Action française », écrivait-il le 17 septembre 1925 à son ami Nicaise. Il craint en effet les répercussions néfastes pour l’Église d’un triomphe des idées maurrassiennes. « Religieusement, je redoute beaucoup un régime qui se servirait de l’Église sans croire à ses fins. Je considère comme impossible qu’il lui accorde alors une vraie liberté, car en matière de politique positive, ce sont les fins qui gouvernent ; je crois voir clair comme le jour, dans les idées de Maurras, de quoi faire de lui un anticlérical le jour où au lieu d’être un opposant il serait à la barre » (lettre au même du 29 octobre 1925).

Portrait de Sertillanges par François Cogné, 1943

Portrait de Sertillanges par François Cogné, 1943

Jusqu’à la fin de sa vie, Sertillanges est photographié, dessiné, peint. Ce portrait du sculpteur François Cogné, célèbre pour ses bustes de personnalités comme Clemenceau ou Pétain, est réalisé sous l’Occupation. Comme d’autres artistes, Cogné souligne avec un extrême réalisme les caractéristiques du visage, en complet contraste avec l’habit dominicain. C’est en intellectuel actif que, même âgé, Sertillanges est représenté.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

37Il faut croire que l’imprégnation chrétienne de la Révolution nationale voulue par Pétain, et portée par nombre de maurrassiens à ses débuts, lui donne toutes garanties de ce point de vue. Car il ne lui marchande pas son appui, par la parole et par l’écrit. « Je suis actuellement en tournée de conférences pour appuyer selon mes faibles moyens l’action du Maréchal en cette passe difficile », écrit-il le 22 octobre 1942 au docteur Bernard Ménétrel, proche de Pétain. Et quelques jours plus tard, à la veille du débarquement allié en Afrique du Nord et de l’occupation de la zone sud par les Allemands : « Vous serez bon de lui dire que ses fidèles, dont il sait que je suis de tout cœur élèvent les mains vers le ciel pour appeler sur lui le réconfort et la consolation, et pour attirer sur la France qui s’incarne toujours en lui la lumière et la paix ». « Précisément parce que la situation est très confuse il faut la simplifier en marchant dans les pas du chef, conseille-t-il le 1er novembre 1942 au père Hyacinthe Lelong qui a été conquis par lui au Saulchoir. « S’il se trompe, on se trompera ensemble, et cela vaut beaucoup mieux que le piétinement sur place de visées contradictoires ».

38Les preuves imprimées d’un tel ralliement abondent. Dès l’été 1940, les interventions de Sertillanges dans La Croix prônent la nécessité d’une révolution nationale qui serait d’un même mouvement une révolution chrétienne. Aussi est-il un fervent partisan du maréchal Pétain, « chef vénéré » autour duquel il demande à tous les Français de s’unir. Et il collabore volontiers aux hebdomadaires pétainistes, Demain de Jean de Fabrègues ou Voix françaises de Paul Lesourd. Il publie surtout, au début de 1942, La vie française dont le but, affiché dès la couverture, est une « révolution morale de la France » déchue par ses propres fautes. Sans citer un seul dirigeant de l’État français ni une seule des mesures adoptées depuis 1940, il propose un ambitieux programme de restauration qui recoupe largement celui de la Révolution nationale. Non seulement il accepte, sans toutefois s’y attarder, le diagnostic de Vichy sur « la chute brutale de notre nation », mais il suggère de reconstruire celle-ci selon des principes proches de ceux de Pétain et des siens. Dans un ordre aléatoire, bien que fondé sur le socle de « la conscience individuelle », de la famille, de l’organisation du travail et du « dévouement patriotique », le dominicain énumère les divers secteurs d’une vie en société : de l’école à l’économie, en passant par une « vraie démocratie » non dépourvue d’autorité, une science débarrassée du scientisme, un art moralisé et une presse libérée de l’argent, tous doivent apporter leur contribution au redressement souhaité. De cet édifice virtuel, la religion doit être la clé de voûte. « La religion est sociale du fait qu’elle est humaine. Une société de chrétiens doit donc être religieuse, et non pas laïque ; son gouvernement religieux, non pas en ce sens qu’il prétende gouverner le religieux, ce qui serait hostile à la distinction des pouvoirs, mais au contraire qu’il s’y subordonne en ce qui concerne le spirituel, tout en gardant la prééminence à l’égard du temporel » (p. 198). Pour le vieux dominicain, seul le catholicisme peut maintenir, en France et dans une Europe enfin unie, la civilisation menacée. Une telle conviction va bien au-delà du programme affiché par Vichy, mais elle en a repris auparavant nombre de propositions en cours d’application : accueil des étrangers, mais expulsion des « indésirables » (p. 127) ; pas de race maudite, mais « une réaction énergique, dont les effets, hélas, ne seront pas toujours justes », s’il est prouvé « que les membres d’une race font corps et se poussent dans nos groupes ; s’ils constituent un État dans l’État, et si leurs dirigeants […] risquent d’entraîner le pays dans des voies dangereuses ou perverses » (ibid.). Bien qu’elle reste au niveau des principes et refuse de s’immiscer dans le détail du jeu politique, La vie française possède un parfum « Révolution nationale » que l’on retrouve dans La maison française, ouvrage paru au premier trimestre de 1944, qui célèbre la famille et le foyer dans un sens très traditionnel. « Voulons-nous renaître, après l’espèce de mort qui vient d’être infligée à la patrie en raison de ses fautes, revenons à cette source de vie » et au socle qu’est la famille (p. 333).

39On ne sait pas comment Sertillanges a vécu la Libération de la France. Mais on peut supposer qu’il l’a mal vécue. Le 10 septembre 1945, il adresse à François Charles-Roux, président de l’Académie des sciences morales et politiques, une lettre dans laquelle il lui demande d’excuser son absence. « Je suppose que dès la première séance nous sera proposée la radiation du Maréchal et la vacance de son siège ». Le dominicain se refuserait à voter une telle mesure. « Après comme avant le verdict qui l’atteint, je garde au Maréchal toute mon estime et toute mon amitié, et ne puis donc souscrire à une flétrissure comme celle que comporte son exclusion de nos rangs », écrit-il. « Le procès qui lui a été fait est un procès politique ; je n’ai pas à le juger sous ce rapport ; mais je ne lui reconnais aucun caractère moral ». Un an plus tard, il plaindra le jésuite Panici « “descendu” de Notre-Dame par passion politique » (lettre à Nicaise du 15 août 1946). Manifestement, Sertillanges fait partie de ces catholiques, plus nombreux qu’on ne le croit, qui restent fidèle au Vichy de Pétain après sa chute et déplorent les turbulences de la Libération. « Ah ! oui, pauvre France ! Je suis horriblement inquiet de notre avenir immédiat », écrit-il à son ami Nicaise le 8 mars 1946. « Le désarroi moral est immense ».

Sertillanges, Bergson et le bergsonisme

40Le 4 janvier 1941 est mort Henri Bergson, pour lequel le père Sertillanges nourrissait une grande admiration. Serait-il mort catholique comme l’écrit Raïssa Maritain dans le Cahier du Rhône en son honneur, auquel a contribué le dominicain, sur la foi du témoignage de la fille du philosophe qui, elle, a franchi le pas de la conversion ? Sertillanges dément. « J’ai l’absolue certitude que notre ami Bergson a touché au port, s’il n’y est pas entré tout à fait. C’est-à-dire qu’il s’est proposé formellement au baptême et en a désigné le ministre (de qui je le tiens) et que s’il l’a différé c’est par délicatesse pour ses coreligionnaires persécutés, et crainte de paraître se livrer à une palinodie » ; mais un prêtre a prié sur sa dépouille. Ayant « eu en mains le testament de Bergson », le père Sertillanges a « la certitude que le baptême n’a jamais eu lieu », écrit l’abbé Journet à Jacques Maritain le 30 juillet 1941. Sertillanges exprime sa dette envers le philosophe dans deux petits ouvrages, Henri Bergson et le catholicisme (Flammarion, 1941) et Avec Henri Bergson (Gallimard, 1941) par lesquels « il va si loin dans son effort pour rendre justice à ce que la philosophie de Bergson avait de vrai, que ses supérieurs inquiets l’invitèrent à écrire un autre livre pour mettre la jeunesse des écoles en garde contre les erreurs auxquelles cet enseignement les exposait » (Étienne Gilson, Le philosophe et la théologie, 1960, p. 167). « Les deux plaquettes de Sertillanges seront bienfaisantes, apologétiquement, pour le grand public. Mais on ne peut les lire sans une impression de malaise, comme tout ce qu’écrit Sertillanges. Tout est confus et implicite. Il ne distingue jamais le bergsonisme de fait et d’intention » écrit Journet à Maritain le 19 septembre 1941. Si Les deux sources de la morale et de la religion ont échappé à l’Index, l’interdit demeure sur le reste de l’œuvre depuis 1914. Et Sertillanges risque une dénonciation pour avoir fait semblant de l’oublier. D’où la nécessité d’un troisième opuscule… « Je viens d’écrire à la demande du Cardinal Suhard une brochure intitulée Lumière et périls du bergsonisme. Il paraît qu’on m’accusait dans certains milieux de faire de Bergson l’instructeur des jeunes séminaristes à la place de S. Thomas », écrit-il à Charles Nicaise le 20 septembre 1942. Lettre « à nos jeunes philosophes », Lumière et périls (Flammarion, 1943), comporte deux parties bien différentes. Si la seconde passe en revue quelques dangers du bergsonisme d’un point de vue thomiste, elle disculpe le philosophe récemment décédé des accusations de panthéisme et d’évolutionnisme. Quant à la première, tout en suggérant que Bergson ne serait peut-être plus passible de l’Index en 1943, elle est destinée à prouver aux jeunes lecteurs séduits par Bergson que saint Thomas d’Aquin lui est infiniment supérieur, car « il incarne quasiment en soi la philosophie éternelle, cette philosophia perennis qui est la perpétuelle recherche des hommes » (p. 11). Et il exhorte ses jeunes lecteurs à remettre « la pensée philosophique sur des bases fermes », celles qu’offre le Docteur angélique. « Notre Révolution nationale à nous, philosophes, pourrait être cela. Par plus d’un biais, ou plutôt par les sommets, elle rejoindrait l’autre » (p. 24), même si cette idée audacieuse est sans doute étrangère au maréchal Pétain : le thomisme au secours du gouvernement de Vichy.

Création et évolution : deux régimes de vérité

41Désormais octogénaire, et pleinement réhabilité dans son Ordre, sinon par Rome, le père Sertillanges prêche l’importante retraite de rentrée du Saulchoir en septembre 1945. Il consacre pourtant le meilleur de ses forces déclinantes à deux thèmes de réflexion qui lui sont chers depuis longtemps : la notion de création face aux découvertes scientifiques et le problème de l’existence du mal. Sur la première, après avoir consacré un essai à La philosophie de Claude Bernard (Aubier, 1944) et un autre sur Le thomisme et l’évolution (1944), il livre le fond de sa pensée dans L’idée de création et ses retentissements en philosophie (Aubier, 1945). Comment concilier la thèse biblique d’une création ex nihilo et la thèse scientifique d’une « évolution créatrice », selon la formule de Bergson ? Sertillanges développe longuement la conviction, acquise dès 1898, d’une complémentarité entre elles, chacune renvoyant à son régime propre de vérité, théologique dans un cas, scientifique dans l’autre, la métaphysique assurant le lien. Il ne convainc cependant pas tout le monde et avoue à son ami Nicaise, le 8 mars 1946, que son idée de création déconcerte.

42Les deux volumes du Problème du mal, auxquels il a travaillé jusqu’à son dernier souffle, comme le prouvent trois dernières lettres à Charles Nicaise en juillet 1948, sont une œuvre posthume, publiée par Aubier en 1949 et 1951. La question a toutefois suscité, peu avant le décès du dominicain, une ultime controverse, significative de l’évolution de la pensée catholique française au lendemain de la Libération. L’oratorien Louis Bouyer publie dans les cahiers Dieu Vivant, en 1946, un article sur « Le problème du mal dans le christianisme antique », nourri par sa familiarité avec la littérature patristique (6, p. 17-42). L’année suivante, Sertillanges lui reproche, dans « Le problème du mal et la philosophie chrétienne », de n’avoir tenu aucun compte de celle-ci (Dieu vivant, 8, p. 131-135). Avec sa verve sarcastique coutumière, Bouyer le remercie pour son « excellente leçon de philosophie scolastique », mais réaffirme la primauté de la Bible et des Pères sur les syllogismes de l’École (ibid., p. 135-137). Commentaire du père de Lubac : « La correspondance Bouyer-Sertillanges est très symptomatique. Les deux partenaires sont intelligents. Ils symbolisent deux tours d’esprit, deux générations. Je ne pense pas que la vérité tout entière soit d’un seul des deux côtés. Par-delà les rationalisations philosophiques, il faut en revenir toujours au mystère chrétien ; mais aussi ce retour au mystère, au concret historique, à l’existence, ne peut mettre fin à l’activité d’une réflexion qui est à l’origine de la théologie genre Sertillanges. C’est donc un perpétuel va-et-vient, qui ne prendra fin qu’à la fin » (lettre au père Daniélou du 11 mars 1947).

43Le père Sertillanges meurt le 26 juillet 1948 lors d’un séjour au chalet Sainte-Anne de Sallanches, maison de repos liée à l’Ordre dominicain, dans les Alpes, où il avait ses habitudes l’été.

44Son parcours mérite une double réévaluation. Comme l’ont reconnu chacun à sa manière Étienne Gilson et le père de Lubac, avant Camille de Belloy, sa métaphysique vaut mieux que ce qu’en ont dit Jacques Maritain et les siens. Parmi les deux cent cinquante titres sous son nom dans le catalogue de la Bibliothèque du Saulchoir, il y a certes plus de travaux apologétiques ou d’œuvres de circonstance que d’ouvrages novateurs, ce qui a pu nuire à sa réputation. On y trouve aussi des présentations claires et solides de la pensée de saint Thomas d’Aquin et des essais pour mesurer la pensée moderne à son aune. Cela devrait suffire pour restituer à Sertillanges la place d’honneur qui lui revient dans le renouveau thomiste de la première moitié du XXe siècle. L’autre réévaluation serait plutôt une dévaluation. Le père Sertillanges a réussi, de son vivant et après sa mort, à passer pour victime d’une erreur judiciaire, tant auprès de ses frères dominicains que de l’opinion catholique. Nombre de ses confrères et non des moindres, Carré, Congar ou Lelong, ont cru à cette thèse et l’ont diffusée. Et le père Gillet, qui a pris le relais de Sertillanges à l’Institut catholique de Paris avant de devenir provincial de France (1927-1929), puis supérieur général de l’Ordre (1929-1946), a plaidé sa cause à Rome. Ils avaient sans doute tort. L’édifiant religieux de Ryckholt et du Saulchoir, avait bel et bien mené auparavant une double vie peu respectueuse de ses vœux de religion et de la morale commune.

Archives de la province dominicaine de France. — Bibliothèque nationale de France, Fonds Pierre de Lescure (rapport Lescure du 1er décembre 1922, avec le témoignage d’Yvonne Féron). — Archives de l’Institut catholique de Paris, fonds Baudrillart et Carnets Baudrillart publiés par Paul Christophe. — Archives de la Légion d’honneur, dossier Sertillanges (en ligne). — Correspondance Journet -Maritain.

André Duval, notice « Sertillanges », Dictionnaire de spiritualité, tome XIV, colonnes 668-671. — Pierre Colin, notice « Sertillanges », Catholicisme hier aujourd’hui demain, fascicule 63, colonnes 1150-1154. — Fabien-Marie Moos, Le Père Sertillanges maître de vie spirituelle, Bruxelles/Paris, 1957 ; « Hommage au P. Sertillanges », Cahiers Saint-Dominique, juin 1964 ; « Hommage au R. P. A.-D. Sertillanges, 1863-1948 », Nouvelles de l’Institut catholique de Paris, premier trimestre 1964. — Paul Christophe, Souffrance dans l’Église au XXe siècle, Les Éditions du Cerf, 2005, p. 83-88.

• Sur la formation : Antonin-Dalmace Sertillanges, Le pensionnat Godefroy-de-Bouillon, Clermond-Ferrand, 1949.

• Sur l’avant-1914 : Marie Fargues, « L’auditoire du P. Sertillanges au début du siècle », Cahiers Saint-Dominique, janvier 1964, p. 476-481. — Pierre Colin, L’audace et le soupçon. La crise du modernisme dans le catholicisme français, 1893-1914, Paris, Desclée de Brouwer, 1997. — Bernard Montagnes, Marie-Joseph Lagrange. Une biographie critique, Paris, Les Éditions du Cerf, 2004. — Michel Emmanuel, L’esprit des Carmes. L’âge d’or du Séminaire de l’Institut catholique de Paris au temps de Monsieur Verdier, Paris, Lethielleux, 2019.

• Sur la guerre : Giovanni Cavagnini, « Les conférences de guerre du père Sertillanges (1914-1918) », Vingtième siècle. Revue d’histoire, janvier-mars 2016, p. 95-107.

• Autour de la Revue des Jeunes : Pierre de Lescure, Pia Malécot, Gallimard, 1934. — Marie-Geneviève Chevignard (parente du père Bernard-Marie Chevignard), La Revue des Jeunes, 1909-1922, mémoire de maîtrise, Paris X-Nanterre, 1969. — Anne Simonin, Les Éditions de Minuit, 1942-1955. Le devoir d’insoumission, Paris, IMEC Éditions, 1994 (la note 91 de la page 42 contient plusieurs inexactitudes). — Hervé Serry, Naissance de l’intellectuel catholique, Paris, La Découverte, 2004. — Frédéric Gugelot, La conversion des intellectuels au catholicisme en France (1885-1935), Paris, CNRS Éditions, 2010, seconde édition.

• Sur Ryckholt, Henry-Charles Chéry, « Le Père Sertillanges à Ryckholt », Cahiers Saint-Dominique, janvier 1964, p. 482-484.

• Sur l’œuvre philosophique, outre la notice de Pierre Colin, Maurice Pradines, Notice sur la vie et les œuvres du R. P. Sertillanges (1863-1948), Institut de France, Académie des sciences morales et politiques, 1951. — Camille de Belloy, « A.-D. Sertillanges, philosophe thomiste de la création », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 102 (2018), p. 467-507.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Au pensionnat Godefroy-de-Bouillon de Clermont-Ferrand, début des années 1880
Légende Le jeune Antonin Sertillanges (premier à gauche, assis) parmi ses camarades et professeurs du pensionnat Godefroid-de-Bouillon, début des années 1880. Debout, le frère Annet, directeur, et le frère Hélie, préfet des études (respectivement troisième et quatrième en partant de la gauche).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1541/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Sertillanges dans l’atelier de l’artiste James Tissot
Légende Dès les débuts de sa vie religieuse dans l’Ordre des dominicains, Sertillanges côtoie les artistes. Des clichés sont réalisés pour attester de ces rencontres. James Tissot, qui a reçu commande d’un christ en majesté pour l’église des dominicains de la rue du Faubourg Saint-Honoré, est ici saisi lors de sa réalisation dans son atelier, en 1897, sous l’œil attentif de l’esthète Sertillanges. La photographie sera transposée et reproduite sous forme de gravure.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1541/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Antonin-Dalmace Sertillanges en 1906
Légende La renommée du dominicain s’étend au-delà des frontières de l’hexagone. Le professeur à l’Institut catholique de Paris est invité à Oxford par l’université pour une conférence sur « La situation présente du catholicisme en France, au point de vue intellectuel. » Le « costume civil » du religieux, revêtu pour l’occasion, est l’objet d’attention.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1541/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre La chaire de la Madeleine
Légende Les prédications de Sertillanges à l’église parisienne de la Madeleine sont des événements recherchés. Les publicistes relatent les foules qui s’y pressent et attendent, parfois plusieurs heures à l’avance pour s’assurer d’une place, les sermons de « l’abbé » sur « l’héroïsme » et « l’âme française ». La parole de Sertillanges, dans le Paris des années de guerre, suscite une intense émotion. Dessin anonyme (détail) paru dans Les Annales politiques et littéraires.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1541/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 5,4M
Titre De la consécration par le portrait à l’icône des mass medias
Légende À l’instar de quelques autres célèbres prédicateurs dominicains, comme Didon ou Janvier, Sertillanges a, toute sa vie, été saisi par les appareils des photographes ou les pinceaux des peintres. Ces portraits sont ensuite abondamment reproduits sur de multiples supports : ainsi, ce tableau de Jean Corabœuf, présenté au Salon de 1921, repris en carte postale ou illustrant des articles de presse.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1541/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Sertillanges et Pierre de Lescure
Légende Cliché non daté, probablement du début des années 1920, représentant Sertillanges et le jeune Pierre de Lescure dans un lieu de villégiature. Un jeune homme sous l’autorité de son maître.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1541/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre À Jérusalem, un exil qui ne dit pas son nom
Légende Le séjour contraint de Sertillanges à Jérusalem, à l’École biblique, en 1922-1923, n’est pas lié à des motifs d’étude ou de recueillement contrairement à ce que laissent penser les nombreuses photos le représentant alors, méditant dans les lieux de la vie du Christ, au Jardin des Oliviers ou sous les remparts du Temple, ou encore posant aux côtés (quoiqu’en retrait) d’Albert Einstein, lors du passage de celui-ci dans la Ville sainte à l’occasion de l’inauguration de l’Université hébraïque. On reconnaît au premier plan Édouard Dhorme, directeur de l’École biblique. Photo du père Bertrand Carrière.
Crédits École biblique et archéologique de Jérusalem/Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1541/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre L’atelier artistique des dominicains de la province de Lyon à Ryckholt
Légende Les sanctions du Saint-Office contraignent Sertillanges à rallier, en Hollande, le couvent de Ryckholt, studium de la province de Lyon. Interdit de toute activité apostolique autre que l’écriture, il se réfugie dans l’atelier des frères et participe à la composition de fresques citant largement Fra Angelico, comme ici pour cet ensemble destiné à une église limbourgeoise proche du couvent.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1541/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Portrait de Sertillanges par François Cogné, 1943
Légende Jusqu’à la fin de sa vie, Sertillanges est photographié, dessiné, peint. Ce portrait du sculpteur François Cogné, célèbre pour ses bustes de personnalités comme Clemenceau ou Pétain, est réalisé sous l’Occupation. Comme d’autres artistes, Cogné souligne avec un extrême réalisme les caractéristiques du visage, en complet contraste avec l’habit dominicain. C’est en intellectuel actif que, même âgé, Sertillanges est représenté.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1541/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « SERTILLANGES Antonin-Dalmace », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, S, mis en ligne le 28 mars 2023, consulté le 13 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1541

Haut de page

Auteur

Étienne Fouilloux

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search