Navigation – Plan du site

BROCHARD François

BROCHARD Pierre Mary à l’état civil ; BROCHARD François en religion
Michel Albaric

Résumé

Né le 27 octobre 1852 à Remouillé (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), mort le 3 avril 1892 à Caracas (Venezuela).
Missionnaire en Équateur.

Haut de page

Historique

Notice validée le 13/02/2015 et mise en ligne le 21/04/2015.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 3 octobre 1874 à Abbeville
• Profession simple : 3 octobre 1875 à Flavigny
• Profession solennelle : 1878 à Flavigny
• Ordination sacerdotale : 20 septembre 1879 à Flavigny
• Sortie de l’Ordre : janvier 1891

1Fils de Pierre Sébastien Brochard, vingt-huit ans, sacristain, et de Rosalie Aimée née Leclair, âgée également de vingt-huit ans, son épouse, Pierre Mary Brochard est l’aîné d’une famille de quinze enfants (dont quatre filles religieuses), plus riche de bouches que d’écus. Il commence le cycle des études de philosophie au séminaire de Nantes, puis prend l’habit de saint Dominique au noviciat des frères prêcheurs, le 3 octobre 1874, à Abbeville. L’année suivante, il passe au couvent d’études de Flavigny (Côte-d’Or) pour le cursus ordinaire de formation religieuse et sacerdotale : philosophie et théologie. Au terme de ses études, il obtient le lectorat (grade universitaire interne à l’Ordre) en philosophie, le 25 septembre 1880, puis est assigné au couvent Saint-Jacques de Paris, alors situé rue Jean-de-Beauvais. À la suite des expulsions, il se retrouve à Belmonte en Espagne pour y enseigner la philosophie. Les archives de cette période de sa vie n’ont pas été retrouvées.

2Là commence un drame qui affecte tant sa famille que son Ordre : il aurait commis un vol. Il est arrêté en 1884 à Arcachon et placé en maison d’arrêt à Toulouse. Hyacinthe Cormier, alors prieur du couvent Saint-Romain à Toulouse, vient le soutenir quotidiennement. On ignore encore la date de levée d’écrou, mais on sait qu’il est assigné au couvent de Lille en 1884 et que diverses aumôneries lui sont confiées ainsi que la charge de « maître des frères convers ».

3De la Grande Trappe de Mortagne (Orne), dans une lettre adressée au « Bien Révérend et cher Père », il écrit le 12 avril 1886 : « Je pensais vous écrire hier soir, mais le voyage et les émotions de la veille m’avaient brisé […] je vous écris […] pour vous demander pardon de ce surcroît de peines et de fatigues occasionné par le journée de samedi […] je ne puis oublier nos pères et frères du couvent de Lille que j’ai […] mystifiés pendant près de sept mois. Je voudrais souffrir et mourir pour vous. Oh ! Voilà qui me réhabilitera plus à mes propres yeux que l’acquittement immérité de la cour d’assises […]. » Le même jour, semble-t-il, il écrit au maître de l’Ordre, José-Marie Larroca, « Révérendissime père […] Dieu m’a pardonné, j’ai tout lieu de le croire, la justice humaine m’a absous, le cœur de mon Père ne sera pas impitoyable pour son enfant prodigue […]. »

4François Brochard portera toute sa vie la meurtrissure de ces événements car il est clair, dans sa correspondance, qu’il se considère coupable, bien qu’il ait été acquitté à l’issue de son procès. L’était-il réellement ? À la suite de la publicité donnée à cette affaire, Hyacinthe Cormier lui aurait conseillé de s’offrir pour la reprise de la mission auprès des Indiens Canélos en Équateur, mission abandonnée par l’Ordre au milieu du xixe siècle. Ayant résidé quelques années en Espagne, sa connaissance de la langue rendait plus aisée cette nouvelle assignation.

Vue du couvent de...Vue du couvent de Quito

Vue du couvent de Quito

François Brochard est assigné au couvent de Quito en Équateur où il va passer quatre ans. Chargé de l’évangélisation des Indiens, il sillonne le pays pendant plusieurs mois en 1887.

Gravure tirée du livre Voyage d’exploration d’un missionnaire dominicain chez les tribus sauvages de l’Équateur, Paris, 1889.

5Il débarque le 3 novembre 1886 à Guayaquil et fait un récit pittoresque de son voyage dans une longue lettre, datée du 19 novembre, adressée de Quito à sa mère. Il est désormais connu sous le nom de Francisco-Pierre et ne signera plus que sous ce nom-là (Francisco-Pierre, missionero de Canelos). Les préparatifs de son expédition demandent cinq mois : consultation des archives de la mission, très probablement apprendre les rudiments de la langue des Canélos, s’habituer à voyager à cheval…

Cloître du couven...Cloître du couvent de Quito

Cloître du couvent de Quito

Le couvent abrite la mission dominicaine.

Gravure tirée du livre Voyage d’exploration d’un missionnaire dominicain chez les tribus sauvages de l’Équateur, Paris, 1889.

6Francisco-Pierre Brochard part de Quito en avril 1887 et revient le 26 juin. Un voyage d’exploration d’environ sept cent cinquante kilomètres, les trois premiers jours à cheval, puis à pied et en pirogue. Il traverse les Cordillères et cinq des affluents nord-ouest de l’Amazone. Pas le moindre sentier, ayant pour guide des Indiens Canélos – qui pendant une nuit l’ont abandonné – et une excellente boussole. Le récit de son voyage tient le lecteur en haleine. En voici l’avant-propos : « Qu’on ne s’étonne pas du titre : Voyage d’exploration. Les contrées situées à l’est de la Cordillière sont, ici même, un peu moins connues que le centre de l’Afrique ou les déserts glacés du pôle. Quelques rares voyageurs ont, il est vrai, franchi la distance immense qui, dans cette partie de l’Amérique, sépare les deux Océans ; mais c’est à tire d’aile, par une voie facile et déjà connue, et par conséquent sans grande utilité pour l’ethnographie ou la science. Le Napo, qui est navigable presque jusqu’à sa source, les conduisit à l’Amazone, et l’Amazone à l’Atlantique. Emportés comme la flèche par la pirogue de l’Indien, ils n’ont guère vu de la forêt que les rives verdoyantes du fleuve ; mais des êtres vivants qui s’y meuvent, des peuples nombreux qui l’habitent, des scènes sanglantes ou burlesques qui s’y jouent, des races et des langues qui se partagent ces territoires, de la topographie elle-même, que pourraient-ils dire qui ne fût superficiel ou fantaisiste ?

7Nous ne pouvions nous contenter d’une exploration aussi succincte. Destinée à vivre avec l’Indien, à courir avec lui le dédale de la forêt, à partager sa vie aventureuse, à nous incorporer en quelque sorte à chaque tribu, adoptant ses coutumes, nous pliant à ses caprices ; en un mot, à la veille de créer une mission, c’eût été s’exposer à de graves déconvenues, peut-être même à la ruine totale de l’œuvre et de ses ouvriers, que de s’aventurer à l’aveugle dans ces contrées réputées impraticables, parmi des peuples renommés par leur férocité. Le Très Révérend Père Joseph-Magalli, provincial et préfet apostolique de la Mission, daigna donc m’envoyer en éclaireur au mois d’avril dernier. C’est à cette circonstance providentielle que je dois de pouvoir initier les lecteurs aux mystères qui enveloppent ces solitudes. »

Frontispice du ré...Frontispice du récit attribué à François Brochard

Frontispice du récit attribué à François Brochard

Au cours de ses périples dans la forêt équatoriale, il s’attache à comprendre la vie des Indiens. Il consigne ce qu’il observe dont il tire un récit que les bureaux de L’Année dominicaine publient en 1889.

8Dans l’ouvrage, fort bien écrit, alternent d’impressionnantes descriptions de paysages dans un style lyrique mais mesuré et les péripéties d’un périple réellement dangereux, une attention à la végétation dénote de bonnes connaissances en botanique, des portraits d’Indiens, touchants de délicatesse et d’humour – l’emblème d’un chef de tribu était un parapluie ! – et quelques pages d’histoire de la mission dominicaine qui remonte à la fin du xvie siècle. L’itinéraire est divisé en trois parties principales, la quatrième concerne le séjour de près d’un mois au village de Canélos. L’intérêt du lecteur est relancé à chacun des vingt-huit chapitres.

9L’intelligence fine du narrateur apparaît dès le premier paragraphe : « Du nord au sud de la République, la chaîne orientale de la Cordillière des Andes s’étend comme une gigantesque muraille, comme un rempart infranchissable. C’est une frontière si formidable qu’on se demande, non sans raison, si ces deux moitiés d’une même nation, si invinciblement écartées l’une de l’autre, se fondront jamais dans une même unité politique. »

10Parmi les nombreuses notes concernant la psychologie des Indiens, Francisco-Pierre Brochard fait un lien entre leur rapport au temps et leur rapport au nombre, leur manière de compter : « L’Indien sait compter jusqu’à dix, et encore ! Au-delà de quatre sa numération est confuse » (p. 180). L’âge des personnes est mis en rapport avec un événement : « Marcelin [un vieil Indien] est né le même jour que le grand palmier du père blanc. » Les mois sont comptés d’après les lunes, ils les distinguent l’un de l’autre d’après les fleurs ou les fruits qui font leur apparition dans la forêt. Il arrive qu’après quatre ou cinq ans, leurs idées s’embrouillent. « Leur langue n’a pas de terme pour exprimer le temps, ce qui suppose qu’ils n’en ont pas l’idée ; elle n’en a pas davantage pour signifier l’éternité. [...] À Canélos, comme dans le Paradis terrestre, midi est l’heure de la brise ! » (p. 181)

11Sa connaissance des Canélos lui permet de constater la pauvreté de leur langue : tous les poissons n’ont qu’un seul nom générique : chalua, tous les palmiers sont des chouta, les arbres de la forêt des yura (la seule distinction semble être entre les arbres dont les fruits sont comestibles et les autres). Même terme générique pour désigner toutes les fleurs : sisa. (p. 174) « Nous sommes en présence de peuples neufs, chez lesquels la langue, les coutumes, tout ce qui constitue l’individualité d’une nation, s’est conservé sans altération ni mélange ; peuples sans rapport ni contact les uns avec les autres, parlant des idiomes qui semblent irréductibles, et se trouvant, par là même, dans l’impossibilité de se comprendre et d’échanger leurs pensées. […] À mon avis, la philologie arriverait bien plus sûrement à découvrir l’origine de ces peuples multiples, le point de départ de leurs migrations à travers le monde, que toutes les hypothèses des ethnologues et des historiens, voire même que les études, d’ailleurs si importantes, des anthropologistes. » (p. 158) Puis, citant un rapport de Don Francisco Requeña y Herrera (1785), il ajoute : « Cela facilite singulièrement la prédication de l’Évangile, le missionnaire n’ayant pas à lutter contre des doctrines et des superstitions déjà enracinées. » (p. 158)

12Une autre remarque, concernant l’influence du milieu physique et social sur le comportement des hommes, résonne des travaux des auteurs du XIXe siècle. « N’est-ce pas un axiome scientifique que l’habitation transforme peu à peu l’individu, modifie son tempérament et par conséquent son caractère et tout en respectant les éléments essentiels de sa nature, crée en lui de nouveaux instincts, ou développe ceux qui existaient qu’en germe ! Si libre que soit l’homme, il n’en reste pas moins assujetti à cette loi universelle d’évolution : son impressionnabilité, sa nature elle-même ne lui permettent pas de rester indépendant du milieu où il vit. Le missionnaire, qui a comme but de renouveler l’esprit d’un peuple, doit avoir cette vérité présente à l’esprit. Ce n’est sans doute qu’un moyen matériel d’assurer sa bienfaisante influence en rendant les cœurs plus dociles à son action, mais pour être matériel, ce moyen ne saurait être dédaigné. L’idéalisme à outrance ne vaut rien ; le mieux et le plus simple est de prendre l’homme tel qu’il est. » (p. 115)

13Dès son retour à Quito, Francisco-Pierre Brochard prépare l’implantation de la mission à Canélos. Il y revient le 5 décembre avec deux autres pères et un frère convers. « L’avenir de la mission est dans l’éducation des enfants. Tous les pères sont unanimes dans ce sentiment. Avec les adultes, nous ferons peu, très peu ; avec les enfants, tout est possible. Je ne sais rien d’aimable, de gracieux, de docile et d’intelligent comme le jeune Indien ! Notre plan d’évangélisation est très simple et très pratique. Nous recueillerons le plus d’enfants possible dans nos écoles ; […] nous les marions, les garçons à quatorze ans, les filles à douze ans, et les établissons autour de nous. C’est déjà le village chrétien. » (p. 309-310)

14Que se passe-t-il ? Les relations entre Francisco-Pierre Brochard, le père Joseph-Marie Magalli, son supérieur religieux, et les autres religieux dominicains, surtout de Quito, se dégradent au cours des années 1888 à 1890. La communauté, constituée principalement de pères italiens, semble assez francophobe. Des fonds envoyés de France pour restaurer la mission de Canélos sont attribués par le supérieur à d’autres besoins. La santé de Francisco-Pierre Brochard se détériore considérablement : dysenterie, surdité grandissante. Des rapports peu flatteurs le concernant sont adressés à Rome au maître de l’Ordre, José-Marie Larroca. Francisco-Pierre Brochard avoue son caractère impulsif. Sans l’accord de son supérieur, il s’enfuit à Guyaquil et reprend le bateau pour la France en septembre 1890. Il est à Chartres au mois d’octobre. Très vite, il constate qu’il est indésirable dans les couvents français, son passé le poursuit. Dépouillé de la confiance de ses supérieurs, sauf celle du père Cormier, il demande sa sécularisation. L’accord lui est communiqué le 21 janvier 1891. Il part alors pour le Venezuela où l’archevêque de Caracas lui confie la paroisse Sainte-Lucie au mois de mars. Il meurt de maladie le 3 avril 1892, seul et abandonné par l’Ordre.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Archives générales de l’Ordre des prêcheurs (AGOP). — Michel Albaric, « Un ethnologue breton. Le père Pierre Mary Brochard-Leclair (1852-1892) », De bibliotheca publica, Mélanges offerts à Marie-Thérèse Pouillias, textes réunis par Annie Le Saux et Jacqueline Le Nail, Ville de Rennes/Rennes Métropole, 2007, p. 108-116 Images et son : Nos mémoires secrètes, film écrit pat Olivier Lebleu, réalisé par Jean-Pierre Gras, Cinétévé, 2008.

Haut de page

Œuvre

Articles dans L’Année dominicaine, sous la signature de Pedro : mars 1888, p. 119-127 ; avril 1888, p. 175-179 ; mai 1888, p. 218-229 ; juin 1888, p. 269-283 ; juillet 1888, p. 317-329 ; août 1888, p. 376-386 ; septembre 1888, p. 420-433 ; octobre 1888, p. 475-485 ; novembre 1888, p. 524-529 ; décembre 1888, p. 567-571 ; janvier 1889, p. 17-31 ; février 1889, p. 77-86 ; mars 1889, p. 109-116 ; avril 1889, p. 166-178 ; mai 1889, p. 211-222 ; juin 1889, p. 257-274 ; juillet 1889, p. 317-329. — Voyage d’exploration d’un missionnaire dominicain chez les tribus sauvages de l’Équateur, Paris, Bureaux de l’Année dominicaine, 1889.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Vue du couvent de Quito
Légende François Brochard est assigné au couvent de Quito en Équateur où il va passer quatre ans. Chargé de l’évangélisation des Indiens, il sillonne le pays pendant plusieurs mois en 1887.
Crédits Gravure tirée du livre Voyage d’exploration d’un missionnaire dominicain chez les tribus sauvages de l’Équateur, Paris, 1889.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/156/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Cloître du couvent de Quito
Légende Le couvent abrite la mission dominicaine.
Crédits Gravure tirée du livre Voyage d’exploration d’un missionnaire dominicain chez les tribus sauvages de l’Équateur, Paris, 1889.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/156/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Frontispice du récit attribué à François Brochard
Légende Au cours de ses périples dans la forêt équatoriale, il s’attache à comprendre la vie des Indiens. Il consigne ce qu’il observe dont il tire un récit que les bureaux de L’Année dominicaine publient en 1889.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/156/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Michel Albaric, « BROCHARD François », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, B, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/156

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals