Navigation – Plan du site

AccueilDictionnaireNotices biographiquesLLABORÉ Ambroise

LABORÉ Ambroise

LABORÉ Jean Marie Joseph à l’état civil ; LABORÉ Ambroise en religion
Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Né le 21 avril 1837 et mort le 6 mai 1922 à Lyon (Rhône).
Prieur des couvents de Carpentras, Lyon et Poitiers ; prieur de la Province de Lyon (1890-1902 et 1906-1919).

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 27/10/2023.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 29 janvier 1857 à Flavigny
• Profession simple : Pie IX institue l’usage de faire profession simple en 1857, mais le décret n’entre en vigueur qu’en mars 1858
• Profession solennelle : 2 février 1858 à Lyon
• Ordination sacerdotale : 23 mars 1862 à Barjols (Var)
• Transfiliation pour la Province de Lyon : 7 mars 1863

1Pendant que les canuts font de Lyon la ville pionnière des révoltes ouvrières, Alexandre Laboré, docteur en médecine, demande au jésuite Pierre Béquet, chargé de préparer l’établissement d’un collège dans cette ville, de donner des leçons de latin à ses fils (J. Burnichon, t. 1, p. 95). Chirurgien de l’hôpital général de la Charité, qui avait soutenu en 1811 sa « dissertation sur la délivrance » (thèse) à la faculté de médecine de Strasbourg (Lyon n’avait pas alors de faculté de médecine), il est considéré comme « un ami de la première heure » des jésuites. Lui et sa femme – née Claudine Joséphine Biétrix – offrent l’hospitalité au Général de la Compagnie qui le remerciera plus tard de ses « témoignages de dévouement et de généreuse affection » (J. Burnichon, t. 2, p. 165). Si l’attention qu’il porte à l’enseignement des jésuites a pu susciter l’entrée en 1843 de son fils aîné, François, dans la Compagnie de Jésus à Fribourg, elle n’infléchira pas la décision de son dernier fils, Joseph, d’être religieux dans l’Ordre de Saint-Dominique. La couronne de Marie révélera au moment de sa mort, en novembre 1874, qu’Alexandre Laboré appartenait – sans précision de date – « à la famille dominicaine par les liens du tiers ordre » et était « un fervent chevalier de la Reine du très saint Rosaire ».

La fratrie Laboré

La fratrie Laboré

Les quatre enfants d’Alexandre Laboré et de Claudine Joséphine Biétrix : François (second à gauche) et Joseph (premier à droite, assis sur la table).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

Entrer dans l’Ordre de Saint-Dominique

2En effet, bien qu’à partir de l’âge de treize ans Joseph Laboré ait fait sa scolarité dans des collèges tenus par des jésuites, d’abord à Toulouse, puis à Izeure dans l’Allier et, enfin, à Mongré où il a achevé ses études secondaires classiques, il ne souhaite pas entrer dans la Compagnie de Jésus. Les archives dominicaines n’ont laissé aucune trace des motivations qui le conduisent en janvier 1857 à se présenter au noviciat de Flavigny pour prendre l’habit des frères prêcheurs. Le mariage de son frère Charles, en janvier 1855, avec Olympe Potton, sœur d’Ambroise Potton, entré dans l’Ordre en 1850, aurait-il contribué à faire ce choix ? Quoi qu’il en soit, Joseph Laboré n’a pas vingt ans quand il part pour Flavigny ignorant tout de la genèse de la province de Lyon. Il reçoit l’habit le 29 janvier et prend le nom de frère Ambroise. On ignore aussi la raison pour laquelle, il fait, le 2 février 1858, sa profession solennelle à Lyon et non à Flavigny. Est-ce dû au décret institué par Pie IX de faire profession simple en 1857 qui n’était pas encore appliqué (il le sera en mars 1858 selon La couronne de Marie, juillet 1922, p. 158). Serait-ce dû à des raisons familiales ? En l’état des sources, toute hypothèse semble vaine et le motif difficile à justifier. Il est seulement certain qu’Ambroise Laboré émet ses vœux dans la chapelle provisoire du couvent de Lyon en présence d’Antonin Danzas, qui avait succédé à Henri-Dominique Lacordaire comme prieur provincial.

Ambroise Laboré en jeune dominicain

Ambroise Laboré en jeune dominicain

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Toutefois, Ambroise Laboré poursuit son cycle d’études dominicaines au couvent de Chalais, mais seulement jusqu’au 30 juin 1859. En effet, Henri Lacordaire, réélu provincial depuis septembre 1858, arrive à cette date à Chalais et interrompt la vie conventuelle. Il réunit en chapitre les étudiants, leur explique qu’il vient d’acquérir l’ancien et prestigieux couvent royal de Saint-Maximin pour abriter désormais le studium de la province. Il leur demande de s’y rendre immédiatement, il les conduira lui-même depuis la gare de Voreppe. Ambroise Laboré fait partie des vingt-six frères étudiants qui quittent Chalais deux jours plus tard pour poursuivre leurs études à l’ombre de la basilique et à proximité de la Sainte-Baume sous la conduite du père-maître Michel Trouche. Il y demeure jusqu’à son ordination à Barjols, le 23 mars 1862, avec le désir de ne pas être assigné dans un couvent de la province de France. Il souhaite rejoindre la Province d’Occitanie que Vincent Jandel vient de créer. Vraisemblablement marqué par la personnalité de son premier père-maître, Ambroise Potton qui a refusé de suivre Lacordaire et d’aller à Saint-Maximin en 1859, et par l’atmosphère du couvent, situé dans sa ville natale, dans lequel il a fait sa profession, il demande sa transfiliation. Bien qu’elle ne puisse être officiellement obtenue (elle le sera le 7 mars 1863), il est autorisé à gagner Lyon pour achever sa formation pendant un an et vivre en religieux dans un couvent qu’il a choisi pour mener une vie dominicaine de stricte observance à laquelle il aspire.

Cette volonté d’entrer dans la province d’Occitanie n’est pas le caprice d’un jour, mais une pensée mûrie depuis longtemps. L’œuvre de Lyon satisfait pleinement mes aspirations religieuses et correspond tout à fait à ma vocation.

Être dominicain dans la toute nouvelle province de Lyon

4Depuis 1862, le couvent du Saint-Nom de Jésus abrite le siège du gouvernement de la nouvelle province. Antonin Danzas, désigné comme prieur provincial, se doit d’établir son fonctionnement conformément aux vœux de Vincent Jandel en asseyant la réputation de la province sur la base d’une observance intégrale. Ambroise Laboré participe à cette institutionnalisation tout en acquérant rythme et habitus de la communauté. Au bout de quelques mois, il est affecté à l’apostolat du Rosaire, non pas seulement sous la forme du Rosaire vivant promu à Lyon par Pauline Jaricot, mais – autant que possible – sur le mode du Rosaire perpétuel. Cette pratique de dévotion, qui existait autrefois, consiste à réciter à plusieurs le Rosaire jour et nuit sans interruption. Marie-Augustin Chardon, l’un des tout premiers frères du couvent de Lyon surnommé « le père du Rosaire » en est le responsable : il tente de lui donner une organisation nouvelle afin de faire vivre une véritable piété populaire en organisant la spiritualité mariale en récitations du chapelet, en messes du samedi et en mois de Marie. À son école, Ambroise Laboré devient vite un promoteur diligent qui le conduit à prêcher des missions pour réintroduire le Rosaire perpétuel. Le succès de ses prédications lui vaut la responsabilité du secrétariat de l’association et sa collaboration à son organe, La couronne de Marie.

Mémento du Rosaire

Mémento du Rosaire

Chaque associé s’engage en remplissant son mémento à relayer un associé à la date qu’il a choisie pour une heure de prière afin que la récitation du Rosaire ne soit jamais interrompue.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Le 2 juillet 1869, Ambroise Laboré est élu prieur du couvent de Carpentras qui abrite le noviciat de la province. Sa nouvelle fonction doit composer avec la préparation du premier concile Vatican (8 décembre 1869-20 octobre 1870) puis, rapidement, avec la guerre franco-prussienne. Il organise neuvaines sur neuvaines pour la patrie en deuil et fait de son couvent un hôpital ouvert aux soldats, chargeant ses frères de les assister. Lorsque les frères du Saint-Nom de Jésus de Lyon sont obligés de se disperser hors de leur couvent à cause des émeutes insurrectionnelles qui endommagent leurs bâtiments, Ambroise Laboré reçoit l’ordre d’aller les soutenir. Institué prieur le 22 juillet 1871, il cherche à rassembler ses frères qui ont trouvé asile dans des familles amies et à les encourager à revenir au couvent, puis à faire revivre l’Association du Rosaire et La couronne de Marie qui avaient été forcées de suspendre leurs activités. En avril 1872, il réussit à réunir les responsables du Rosaire : il les convainc de réactiver le Rosaire perpétuel et de monter au centre de Lyon une bibliothèque dévolue aux rosaristes. Ses efforts dépassent ses espérances, bientôt plus de 16 000 nouveaux affiliés s’inscrivent sur les registres. Le pèlerinage en juin 1873 à Paray-le-Monial témoigne de la vitalité du Rosaire et offre l’occasion à Ambroise Laboré de consacrer des Lyonnais au Divin cœur de Jésus.

6Fort d’avoir fait renaître le Rosaire dans un climat d’apaisement, Ambroise Laboré pense que le temps est venu de reprendre la construction de l’église du couvent du Saint-Nom de Jésus. Dans ce but, il lance un appel aux rosaristes dans La couronne de Marie d’août-septembre 1873 :

L’Église et le couvent de Lyon ont été le berceau de la restauration du Rosaire perpétuel et ils sont demeurés l’un des principaux centres de l’Association. Il nous a semblé désirable qu’à une époque où, comme on l’a dit « un souffle de prière soulève toutes les âmes », le Sanctuaire privilégié de la Prière Perpétuelle ne demeure pas plus longtemps inachevé. Du reste, il est devenu trop étroit pour suffire à l’empressement des fidèles qui aiment prier près de l’autel de N.-D. du Rosaire. Nous venons donc faire appel à la généreuse piété de nos associés en faveur de cette église qu’à bon droit ils peuvent considérer comme leur église (p. 194).

7Les fonds recueillis permettent la reprise des travaux : deux nouvelles travées ainsi que la façade complètent l’édifice. Elles sont achevées au moment où Ambroise Laboré termine sa charge de prieur. Il n’est pas réélu à Lyon mais à Poitiers, toujours en tant que prieur.

8À Poitiers, à l’ombre des ruines de la vieille basilique bénédictine, il trouve la maison conventuelle, dont la construction avait commencé en 1869 et avait subi les conséquences de la guerre de 1870, certes presque achevée, mais sans qu’une église ait pu voir encore le jour. Il faut se contenter de la salle capitulaire qui fait office de chapelle et ne peut accueillir qu’un nombre limité de fidèles. Ambroise Laboré, comme pour l’église du Saint-Nom de Jésus à Lyon, lance une souscription avec le soutien de l’évêque :

Je me réjouis grandement de voir se relever l’ancienne église du monastère de Saint-Cyprien de Poitiers, ravivé déjà par la présence des fils de saint Dominique qui y célèbrent les saints offices de jour et de la nuit, et qui se répandent de là dans toutes les parties du diocèse pour y annoncer la parole de Dieu et y guérirent les âmes.

Je suis heureux de pouvoir offrir mon don modeste pour la première pierre de l’édifice et je bénis tous ceux qui contribueront à cette œuvre.

9Parmi ses tâches de prieur, il s’occupe d’établir et de faire vivre la première école apostolique de la province installée dans l’enclos de l’abbatiale attenante au couvent de Saint-Cyprien ouverte le 28 octobre 1876 qui compte vingt à vingt-quatre enfants qui ont une place dans le chœur des religieux, participent aux cérémonies et sont présents tous les soirs à l’heure du Salve. Il fait aussi en sorte que le Rosaire vivant se développe. En effet, il peut rapidement annoncer au maître de l’Ordre qu’il compte 1 500 associés.

Les expulsions de 1880

10Dès que les décrets du 29 mars 1880 concernant l’expulsion des congrégations sont signés, Ambroise Laboré comprend que ses frères pourraient être chassés de leur couvent et qu’il est nécessaire d’envisager leur dispersion. Il faut surtout protéger les novices qui n’ont pas encore émis de vœux. De son côté, Ambroise Potton, prieur provincial, a entrepris de faire aménager un hôtel à Sierre dans le Valais qu’il destine aux novices et aux étudiants profès. Mais Laboré, dont le mandat a pris fin, ne sera pas avec ses frères pour faire face à leur expulsion le 30 novembre.

11C’est à Lyon, où il est à nouveau élu prieur, qu’il affronte la force publique, le 3 novembre 1880. Sommé de livrer ses religieux – ce qu’il refuse –, la porte de l’église vole en éclats. Il est le premier à être appréhendé, proteste et demande à rester au couvent. Il est détenu au parloir où, l’un après l’autre, avant de quitter l’Église, les religieux s’agenouillent devant lui pour être bénis.

Adieu, mes chers enfants, il y a une chose que la hache et le ciseau ne peuvent pas briser, c’est la fraternelle affection qui nous unit et que les événements de ce jour ne peuvent que resserrer davantage (La couronne de Marie, p. 222).

12Une fois les scellés posés, Ambroise Laboré regroupe, autant que possible, les religieux. Certains sont accueillis à Vassieux dans la maison de campagne de son frère, Charles Laboré, d’autres sont répartis en ville, enfin quelques-uns ont la possibilité de rester au couvent, la chapelle ayant été reconvertie en entrepôt de bois. Ambroise Laboré choisit de demeurer au couvent, estimant que c’est sa place et qu’il ne peut abandonner le bâtiment. Ce n’est qu’en 1884, grâce à l’aide du cardinal Louis-Marie Caverot, archevêque de Lyon, qu’il peut rendre la chapelle du Rosaire au culte et qu’il peut, en 1889, considérer le couvent reconstitué et disposer à nouveau de l’église. Sur le point de partir pour Carpentras – son mandat expirant –, il préconise à ses frères « la fidélité à la sainte pauvreté, l’amour du travail, l’esprit de piété et d’obéissance ». Mais à peine avait-il entamé son priorat à Carpentras (octobre 1889), qu’il est élu prieur provincial par le chapitre d’avril 1890.

Prieur provincial de 1890 à 1902

Image-souvenir des différents provincialats d’Ambroise Laboré

Image-souvenir des différents provincialats d’Ambroise Laboré

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

13Succédant à Ceslas Ruby, Ambroise Laboré doit désormais gérer non seulement la vie dominicaine de plusieurs couvents dont le studium à Ryckholt en Hollande et son école apostolique, la maison d’Angers, mais aussi la mission à la Trinidad (île anglophone des Caraïbes). Un de ses premiers actes est de faire appliquer la nouvelle loi militaire qui fait des novices des conscrits pendant trois ans, mais qui peut aussi les exempter du service si, avant l’âge de dix-neuf ans révolus, ils résident hors d’Europe. Avant de trouver une solution pour fonder un noviciat dans un pays en dehors des frontières européennes, il envoie les plus jeunes étudiants au couvent Saint-Étienne à Jérusalem afin de ne pas les détourner de leur vocation.

14La mort du maître de l’Ordre, Joseph-Marie Larroca, le 8 janvier 1891 l’amène non seulement à aller à Rome et à avoir une audience avec le pape Léon XIII, mais également, en fonction des constitutions, à devoir assurer l’autorité de l’Ordre pendant la vacance de l’autorité généralice. En effet la tenue du prochain chapitre général étant prévue à Lyon, il revient – toujours selon les constitutions – au prieur de la province d’Occitanie d’assumer les responsabilités de l’Ordre en qualité de vicaire général. C’est ainsi qu’après avoir convoqué les capitulaires, il prononce en septembre, au couvent du Saint-Nom de Jésus, le discours d’ouverture du chapitre qui, finalement, choisira d’élire Andreas Frühwirth.

15Avant de commencer ses visites canoniques et ses allers et retours entre Lyon et Ryckholt, il prend la décision de rétablir le noviciat au couvent de Poitiers en 1892. Une fois les novices installés, il s’embarque le 26 décembre, avec Bertrand Cothonay, Nicolas Bugnon et Exupère Crettaz, pour la Trinidad. Deux sœurs de la congrégation de Sainte-Catherine de Sienne (sœurs d’Étrépagny) les accompagnent : elles vont s’occuper des orphelins et des lépreux de Cocorite et de Port-d’Espagne (L’Année dominicaine, mars 1923). Ambroise Laboré y reste trois mois pendant lesquels il érige la maison de Port-d’Espagne en couvent formel, donne des retraites et prêche dans la cathédrale.

16À son retour des Antilles, il termine les négociations nécessaires qu’il avait engagées pour établir un couvent aux États-Unis où il souhaite transférer les novices, notamment les jeunes novices pour qu’il soient exemptés du service militaire comme la nouvelle loi militaire le permettait. Un hôtel avait été acquis à Sherman Park, à une trentaine de kilomètres au nord de New York et des constructions nouvelles y avaient été annexées. Ambroise Laboré s’embarque au Havre le 14 septembre 1894 avec une quinzaine de religieux qui seront suivis, peu après, par les professeurs et d’autres étudiants. En octobre, en présence de Mgr Corrigan, archevêque de New York, Rosary-Hill est érigé en couvent qui devient le nouveau studium pour les novices et les étudiants profès de la province avec Barnabé Augier pour père-maître et Cyprien Florisoone pour prieur. Ambroise Laboré avait choisi New York pensant qu’il pourrait être aussi un pied-à-terre pour les missionnaires de la Trinidad, mais des événements imprévus allaient contrecarrer ses intentions. En effet, en 1895, à la demande du nouvel archevêque de Port d’Espagne, Mgr Flood, la Congrégation de la Propagande décide de retirer la mission à la Province de Lyon afin qu’elle relève désormais de la province d’Irlande. Bien qu’Ambroise Laboré ait tenté, en allant à Rome, de conserver son implantation missionnaire et de faire valoir son bien-fondé, il obtient seulement que ses religieux puissent choisir entre un retour définitif en France ou la possibilité de poursuivre sur place leur apostolat en œuvrant avec les frères irlandais. Les lettres d’Ambroise Laboré adressées au procureur à Rome laissent penser que la passation de pouvoir est difficile et qu’elle conduit à redéfinir l’engagement des frères de la province de Lyon :

Ainsi le décret [de juillet 1895] demandait que les pères de nationalité anglaise fussent envoyés sans retard à la mission de la Trinidad, très bien à cela personne ne trouve à redire, mais le décret ne demandait pas, dès le lendemain de leur arrivée, que les RRPP frères fussent immédiatement chargés de la direction des principales œuvres de la mission alors qu’ils mettaient le pied sur un terrain tout nouveau dont ils ne connaissaient pas encore ni les personnes ni les choses (Laboré, 22 février 1896).

17Mais quelles que soient les difficultés momentanées des frères restés à Port d’Espagne, la vitalité de la province ainsi que le retour de plusieurs missionnaires encouragent le prieur provincial à créer de nouveaux couvents. À Angers, Mgr Freppel, qui avait fondé un Institut catholique, avait, dès 1877, demandé aux dominicains d’établir une maison pour assurer une présence doctrinale, la chapelle étant en cours de construction et le couvent allant être érigé. Un vicariat s’ouvre également à Saint-Malo et l’idée de nouvelles missions prend forme. D’autre part, Bertrand Cothonay, aumônier de la légation française à Fou-Tchéou depuis 1897, doit enquêter sur les possibilités d’une mission en Extrême-Orient et Hilaire Arnaud, prieur du couvent de Rosary-Hill, va chercher, fin 1898, à en établir une à Cuba. Ce dynamisme est fragilisé tout début juillet 1898 par un événement qui endeuille la province : trois frères de Rosary-Hill, qui regagnaient la France, Cyprien Florisoone, prieur, Bernardin Merlin, son socius, ainsi que Joseph Baumann, novice, périssent en mer dans le naufrage du paquebot La Bourgogne. Ambroise Laboré s’embarque à son tour pour New York afin de redonner vie au couvent sous le choc de la disparition de leurs frères.

18Réélu pour la troisième fois consécutive prieur provincial, Ambroise Laboré tente de régler l’organisation de Rosary-Hill, mais la perte de deux lecteurs et le manque de place au couvent pour loger le nombre croissant d’étudiants le conduit à ouvrir un studium secondaire à Poitiers. Cette situation ne pouvant durer, il est décidé, à la suite des actes capitulaires de 1900, de rappeler d’Amérique tous les frères étudiants : ceux qui n’ont pas à bénéficier de l’exemption du service militaire iront à Angers, ceux qui doivent en bénéficier seront envoyés au couvent Saint-Étienne à Jérusalem et les novices convers seront affectés à Poitiers. Le couvent sera vendu. Il est aussi arrêté qu’une nouvelle mission doit, à l’appel de religieuses, s’installer à Cienfuegos dans l’île de Cuba.

19Mais le ciel de la fin du mandat d’Ambroise Laboré s’obscurcit assez vite. La politique anticléricale, dont témoigne la loi du 1er juillet 1901 vécue comme une véritable mesure anti-congréganiste, fait craindre à nouveau aux religieux de devoir quitter leur couvent. Les trois provinciaux français, Thomas Bourgeois, Constant Ginieis et Ambroise Laboré, se retrouvent à Paris le 4 septembre « pour rédiger et signer les statuts qu’ils doivent présenter au gouvernement à l’effet d’obtenir l’autorisation [législative] devenue nécessaire », et adressent, à cette occasion, une lettre au maître de l’Ordre, Hyacinthe-Marie Cormier, pour lui offrir l’expression « de leur respectueuse et filiale soumission et l’hommage de leur profonde gratitude » :

Plus les ennemis de l’Église voudraient détendre les liens qui unissent à leurs chefs les membres des ordres religieux, plus c’est un besoin pour eux de se rapprocher de ces chefs, de se serrer autour d’eux et d’attester que c’est d’eux et d’eux seuls qu’ils attendent avec la direction l’effusion constante de la vie qui les rend dignes de leur vocation. Ce besoin de cœur nous l’éprouvons bien vivement et il nous porte à vous déclarer bien hautement que quelles que soient les difficultés que nous prépare l’avenir, rien ne pourra affaiblir l’étroite union qui nous attache à vous comme à notre famille religieuse et nos âmes mêmes.

20Dans une lettre du 7 avril 1902, Ambroise Laboré, une fois ses visites conventuelles terminées, dresse à l’intention du maître de l’Ordre l’état de la province dont il tient à souligner « les points faibles » : « malgré le malheur des temps », il y a 11 novices simples à Poitiers, 25 profès à Angers et 5 à Jérusalem plus 5 pères récemment sortis du noviciat et encore étudiants (il n’est plus alors questions des frères convers). Au studium de Ryckholt, les études sont satisfaisantes, mais il semble que les problèmes de santé de trop d’étudiants empêchent de concilier vie religieuse, travail, observance et offices. Dans les couvents, « l’obéissance laisse quelquefois beaucoup à désirer », « la piété et la mortification ne sont guère en honneur », la pratique du Rosaire n’est pas assez suivie, « l’amour de la règle, des observances, des offices divins un peu solennellement célébrés » s’est affaibli. Malgré tout, et bien qu’il faille tenir compte du contexte politique, les frères assurent, autant que possible, des prédications. Ambroise Laboré termine en rappelant que depuis trente-trois ans (huit fois prieur et trois fois provincial), il porte le lourd fardeau de la province. Il veut maintenant n’être qu’un « simple religieux ».

À nouveau provincial de 1906 à 1919

21Bien qu’il ait fait connaître auprès de ses frères capitulaires son souhait de ne plus assurer la lourde responsabilité de la province, Ambroise Laboré est élu pour la quatrième fois prieur provincial en juillet 1906. Il succède à Ferréol Véron. Contraint d’accepter – au nom de l’obéissance – un nouveau mandat dans un contexte difficile dû à la Séparation des Églises et de l’État, il doit faire face aux conséquences des expulsions et de la dispersion de la plupart des frères de la province : le couvent de Poitiers est vendu, seuls deux frères habitent encore chez des particuliers ; la maison de Saint-Malo est fermée, mais la chapelle reste ouverte et des frères sont chargés d’en assurer le service ; les bâtiments conventuels d’Angers sont loués à l’Institut catholique pour les séminaristes, quant à sa chapelle, elle est cédée à l’évêque, à titre de chapelle de secours, avec un pavillon qui lui est contigu pour loger un ou deux chapelains chargés de la desservir ; la mission installée à Cienfuegos, devenu un vicariat avec pour supérieur François-Régis Gerest, a le soutien du maître de l’Ordre, celle du Tonkin, exactement à Lang-Son et Cao-Bang se développe depuis 1902 sous l’impulsion de Bertrand Cothonay ; le couvent de Ryckholt, dont le prieur est Vincent Mercier, reste le seul lieu qui rassemble les frères autour des noviciats simple et profès et du studium. La situation est si difficile qu’Ambroise Laboré s’interroge s’il n’aurait pas intérêt à quitter Lyon pour s’établir à Fribourg pour mieux répondre aux exigences de son provincialat. Il décide alors, à défaut de s’établir en Suisse, de gérer la province en attribuant aux frères diverses fonctions et en réglant au cas par cas les difficultés qu’il rencontre. Il réussit néanmoins, à la suite de négociations, à ouvrir une nouvelle école apostolique à Fribourg (Saint-Pierre) pour remplacer celle qui avait existé à Poitiers et avait été transférée à Ryckholt, mais qui avait dû fermer en 1900 lorsque les novices de Rosary-Hill étaient arrivés. Il confie cette école, dont le but est de susciter des vocations dominicaines, à quelques frères sous la direction d’Adrien Daubigney.

22En 1908, à l’occasion du cinquantième anniversaire de sa profession, Ambroise Laboré reçoit quelques lignes de la main de Pie X qui lui envoie sa bénédiction et de celle de Cormier en reconnaissance de son dévouement. Touché par ces témoignages et la présence de ses amis, il se montre déterminé à faire en sorte que son exil et celui de ses frères ne contrecarrent pas leur engagement religieux. Inlassablement, il tient à faire vivre la province de Lyon, partout où sont disséminés ses frères. C’est avec cet objectif qu’il accepte un nouveau d’être réélu provincial en 1910, ne sachant pas alors qu’il aura à exercer ce supériorat jusqu’en 1919 à cause de la Première Guerre mondiale.

23À sa mort, le 6 mai 1922, à l’âge de quatre-vingt-cinq ans, la Semaine religieuse du diocèse de Lyon, signale : « L’Ordre des frères prêcheurs vient de faire une grande perte en la personne du P. Laboré, dominicain, frère d’un père jésuite. Le père Laboré était très connu dans la région lyonnaise, et même dans la France entière, pour son éloquence et son habile direction des âmes. » Quelle que soit l’information convenue donnée par le diocèse, il faut sans doute retenir qu’Ambroise Laboré, responsable durant des années de la gestion de la province de Lyon au sein de l’Ordre des frères prêcheurs, a dû affronter des situations inédites dans des contextes difficiles. Ayant profondément intégré le contenu de la circulaire rédigée par Antonin Danzas en 1857 – devenue la charte de la Province de Lyon – il a, tout au long de ses différentes fonctions, tenté d’incarner sa conception religieuse de l’obéissance afin de donner à sa province l’image d’une stricte observance.

Haut de page

Sources

Archives générales de l’Ordre de Prêcheurs (AGOP), archives dominicaines des provinces de France (ADPF), de Lyon (ADPL) et de Toulouse (ADPT). – La couronne de Marie, 1873, p. 216 et sq ; 1874, p. 350-352. – Les Missions catholiques, bulletin hebdomadaire illustré de l’Œuvre de la propagation de la foi, août 1874, janvier, mai, septembre, octobre, décembre 1875. – Rapport sur la mission de la Trinidad, Analecta sacri ordinis praedicatorum, 1896, p. 466-481, 528-544, 679-700. – Ignace Body, « Le TRP Marie-Ambroise Potton », La couronne de Marie, 1898-1899. – Joseph Burnichon, sj, La Compagnie de Jésus en France. Histoire d’un siècle 1814-1914, t. 2 : 1930-1935, t. 3 : 1845-1860, Paris, Beauchesne, 1916 et 1919. – Semaine religieuse du diocèse de Lyon, 19 mai 1922, p. 431. – « Un directeur dominicain », L’Année dominicaine, mars 1923, p. 91-104. – Marie-Joseph Guillet, Les dominicains français à l'île de la Trinidad 1864-1895, Tours, Marcel Cattier, 1926. – Adrien Daubigney, Souvenirs d’un demi-siècle de vie religieuse, [1931] p. 81-82. – Rogatien Laure, « Brèves notes historiques sur la Province de Lyon », Courrier dominicain, février 1937, p. 39. – Bernard Hodel, « D’expulsion en expulsion. Les dominicains de la province d’Occitanie en Valais », Vallesia, 52, 1997, p. 35-67. – Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule, « Un couvent pour la “Stricte Observance” », dans Jean-Marie Gueullette (dir.), Un passé recomposé. Fondation et construction du couvent dominicain de Lyon 1856-1888, Chrétiens et Sociétés, 25, Lyon, 2015. – Tangi Cavalin et Augustin Laffay (dir.), Un siècle de vie dominicaine en Provence (1859-1957). Saint-Maximin et la Sainte-Baume, Nancy, Arbre bleu éditions, 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La fratrie Laboré
Légende Les quatre enfants d’Alexandre Laboré et de Claudine Joséphine Biétrix : François (second à gauche) et Joseph (premier à droite, assis sur la table).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1608/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Ambroise Laboré en jeune dominicain
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1608/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Titre Mémento du Rosaire
Légende Chaque associé s’engage en remplissant son mémento à relayer un associé à la date qu’il a choisie pour une heure de prière afin que la récitation du Rosaire ne soit jamais interrompue.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1608/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Image-souvenir des différents provincialats d’Ambroise Laboré
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1608/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nathalie Viet-Depaule, « LABORÉ Ambroise », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, L, mis en ligne le 27 octobre 2023, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1608

Haut de page

Auteur

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search