Navigation – Plan du site

SCHEIL Vincent

SCHEIL Jean à l’état civil ; SCHEIL Vincent en religion
Agnès Spycket

Résumé

Né le 10 juin 1858 à Kœnigsmacker (Moselle), mort le 21 septembre 1940 à Paris (XIVe arr.).
Titulaire de la chaire d’assyriologie à l’École des hautes études (IVe section : sciences historiques et philologiques), de 1895 à 1933 ; membre de la Commission pontificale des études bibliques (1903) et de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (1909).

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 23/03/2018

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 9 octobre 1881 à Belmonte (Espagne)
• Profession simple : 1er février 1883 à Belmonte (Espagne)
• Profession solennelle : 1er février 1886 à Corbara
• Ordination sacerdotale : 3 octobre 1886 à Corbara

1Frère cadet de Nicolas Scheil, qui deviendra frère Sébastien Scheil, dominicain, Jean Scheil est né en Lorraine annexée (il demande la nationalité française en 1875) dans une famille estimée qui lui inculqua ses solides qualités de cœur et d’esprit. Après des études classiques au collège de Sierck, au petit séminaire de Montigny et au grand séminaire de Metz, suivant l’exemple de son frère, il est admis chez les dominicains en 1881 et doit partir immédiatement faire son noviciat à Belmonte en Espagne à cause des « décrets » contre les ordres religieux. Il poursuit son cheminement au couvent de Volders en Autriche, où son goût des études bibliques et de la linguistique s’affirme avec les encouragements du régent des études, Réginald Beaudoin, et progresse désormais en Corse au couvent de Corbara où il est ordonné en 1886. L’année suivante, il accède au rang de lecteur en théologie. Ses supérieurs religieux, en premier lieu, le provincial Thomas Faucillon, devant l’évidence de ces aptitudes, lui accorde la licence nécessaire à son engagement dans une carrière scientifique.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Rentré à Paris en 1887, il est assigné au couvent Saint-Jacques où il se montre un religieux exemplaire jusqu’aux expulsions de 1903, tant par son respect des observances que par ses talents de chantre. Il s’inscrit à l’École pratique des hautes études (EPHE) à la Sorbonne, aux cours d’égyptologie de Gaston Maspero et d’assyriologie d’Arthur Amiaud ainsi qu’à ceux de Jules Oppert au Collège de France. Remarqué par ses professeurs pour ses dons, dès 1889, il est en mesure de publier un texte assyrien. Envoyé au Caire en 1890, comme membre de l’Institut français d’archéologie orientale, il écrit plusieurs articles sur des tombeaux de la nécropole de Thèbes ainsi que sur un papyrus du Ve siècle dans les Mémoires de la Mission archéologique française du Caire. Ce n’est pourtant pas dans le domaine de l’égyptologie qu’il poursuit sa voie, d’autant plus que l’envoi de son frère, Sébastien Scheil, comme missionnaire à Mossoul à partir de 1882, n’est certainement pas étranger à sa prédilection pour les sphères géographiques de l’écriture cunéiforme. Grâce à lui, il a connaissance et peut éditer bien des textes inédits : « Vingt voyages en Orient, […], la présence continue de mon frère à Mossoul, au cœur de l’Assyrie, depuis plus de vingt-cinq ans, m’ont permis, en effet, de posséder et de publier maints documents souvent de choix et presque toujours de première fraîcheur » (Recueil de travaux, XXXI, 1909, p. 54, cité dans Vosté, Orientalia 11, 1942, p. 92).

3En 1892, il quitte Le Caire pour Constantinople où le conservateur du musée impérial, Hamdy Bey l’appelle pour établir le catalogue des collections orientales, dont huit cents inscriptions cunéiformes non encore étudiées. Satisfait du travail accompli par Vincent Scheil, qui participe en 1893 aux fouilles d’Ernest Chantre à Boghazköy, il le charge en 1894 (janvier-avril) de diriger des fouilles à Abou Habba, l’ancienne Sippar, en Mésopotamie, qui donnera lieu à la publication des résultats au Caire en 1902.

4C’est au Caire justement que Jacques de Morgan, jusque-là directeur des Antiquités d’Égypte, devient directeur des fouilles archéologiques en Perse à Suse et qu’il s’adjoint comme épigraphiste en 1898 Vincent Scheil qui occupait depuis 1895 la charge de cours d’assyriologie à l’École pratique des hautes études : « En première ligne je m’adjoignis un assyriologue éminent, le RP Scheil, professeur à l’École des hautes études. Savant hors pair par l’habileté avec laquelle il manie les textes les plus compliqués, le père Scheil était indispensable à mes travaux. Ses publications postérieures ont éloquemment prouvé que je ne me trompais pas en le choisissant pour collaborateur » (Jacques de Morgan, La délégation en Perse […] 1897 à 1902, Paris, 1902, p. 18). Les fouilles de Suse, auxquelles il prend part effectivement les premières années lui fournissent alors quantité de textes cunéiformes, en sumérien, en babylonien, en élamite, en anzanite – langue encore inconnue – qu’il déchiffre et publie, année après année, jusqu’à la fin de sa vie, dans les Mémoires de la délégation en Perse (MDP). Lors de la mission 1901-1902 est découvert, en trois morceaux, l’énorme stèle en basalte représentant le roi de Babylone, Hammurabi, recevant du dieu Soleil les 282 lois babyloniennes, gravées en écriture cunéiforme. En trois mois, il réussit à en donner la transcription et la traduction dans MDP IV, événement salué par les savants étrangers, plus encore qu’en France à l’époque. Par un curieux hasard de l’histoire, le « Code de Hammurabi », aujourd’hui au musée du Louvre, avait été érigé à Sippar au début du XXe siècle avant notre ère, où le père Scheil aurait pu le découvrir lors de ses fouilles s’il n’avait été pillé par un roi élamite qui l’apporta en butin à Suse où son déchiffreur ne le manqua pas cette fois, au début du XXe siècle de notre ère…

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Reconnu par la communauté scientifique, Vincent Scheil manifeste en même temps, au plus fort de la crise moderniste, sa sûreté doctrinale ce qui lui vaut d’être nommé par Léon XIII parmi les premiers membres de la Commission pontificale pour les affaires bibliques fondée en 1902. Le titre de Maître en théologie lui est décerné par son ordre en 1914 et Ambroise Gardeil, qui prononce le discours de circonstance, loue chez lui « ce sens catholique du religieux dominicain et ce sens théologique du lecteur en saint Thomas, qui n’ont jamais laissé effleurer votre esprit, en dépit du caractère de vos études, par la moindre atteinte de modernisme. »

6Après la mort de Jules Oppert, en 1905, la chaire d’assyriologie au Collège de France doit revenir à Vincent Scheil, mais en raison de la loi Combes de 1904, une cabale politique l’en prive. Il n’en poursuit pas moins avec sérénité son enseignement aux Hautes études où il est confirmé comme directeur de la chaire en 1908. Sa notoriété grandissante lui vaut d’être élu à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1909. Son grand désappointement sera le couperet de la retraite en 1933, car il aurait souhaité poursuivre ses cours encore quelques années. Inlassablement, il publie des textes assyriens ou élamites dans diverses revues, françaises et étrangères, parmi lesquelles la Revue d’assyriologie dont il devient directeur avec François Thureau-Dangin en 1910. À la suite de la démission de Jacques de Morgan, il est nommé directeur scientifique de la mission de Suse en 1912, alors que Roland de Mecquenem assure la direction des fouilles. Ce ne sont pas moins de 16 volumes in-4° des MDP sur des inscriptions de Suse qui sont offerts aux spécialistes, le dernier datant de 1939, quelques mois avant la mort de l’auteur qui a alors quatre-vingt un ans. Il est enterré au cimetière de Châtillon-sous-Bagneux, auprès de son frère, le père Sébastien, disparu en 1931.

L’assyriologueL’assyriologue

L’assyriologue

Vincent Scheil dans son bureau à la Sorbonne.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7Le « grand laborieux » qu’a été Vincent Scheil, comme l’a dépeint un de ses confrères de l’Institut, n’était pas un mondain bien qu’il ait été chevalier puis officier de la Légion d’honneur ; il évitait les réunions, à l’exception des séances de l’Académie des Inscriptions auxquelles il a été fidèle lorsqu’il était à Paris et durant les dernières années. Le travail obstiné, lié à un don inné d’intuition, a abouti à une œuvre prodigieuse qui a permis au dominicain belge Jacques-Marie Vosté de publier un « Essai de bibliographie » couvrant vingt-huit pages de la revue romaine Orientalia en 1942. Vincent Scheil reste avant tout pour la postérité le savant orientaliste qui a fait connaître la civilisation de l’Elam et le déchiffreur prestigieux du « Code de Hammurabi ». Au sein de son ordre, si son influence a été moins éclatante que celle d’un Marie-Joseph Lagrange, elle n’en a pas moins été réelle et Jean Bottéro, en résidence au couvent Saint-Jacques après la guerre, saura faire bon usage de la bibliothèque de l’assyriologue dominicain.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — L’Année dominicaine, 1893, p. 520 ; 1896, p. 32 ; 1906, p. 221-219 ; 1919, p. 154. — Mario Roques, « Dernier hommage à la mémoire du regretté père Scheil », Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1940, p. 372-385. — René Dussaud, « Notice sur la vie et les travaux de M. Vincent Scheil, membre de l’Académie », Institut de France, Macon, 1941, p. 1-17. — Franz-Heinrich Weissbach, « Jean-Vincent Scheil zum Gedächtnis », Archiv für Orientforschung, XIII, 1939-1941, p. 353 et 356. — Louis-Hugues Vincent, « In memoriam », Revue biblique, 1941, p. 284-286. — Franz Cumont, Commémoration du père Scheil à l’Académie pontificale romaine d’Archéologie, Atti. Pont. Accad. Rom. Arch. Série II, Rendic. XVII (1941). — Jacques-Marie Vosté, « Padre Vincenzo Scheil, il decifratore del Codice di Hammurapi », L’Osservatore Romano, 8 novembre 1940, p. 3. — « Essai de bibliographie du père Jean-Vincent Scheil, op », Orientalia, Pontificium Institutum Biblicum, 1942, p. 80-108. — Vincent Hermel, « Le P. V. Scheil. Maître en Sacrée Théologie, Membre de l’Institut (1858-1940) », In Memoriam, Paris, Les Éditions du Cerf, s.d., p. 47-62. — André Parrot, Archéologie mésopotamienne. Les étapes, 1946, p. 159-162. — Nicolas Dicop, « Orientaliste contemporain de réputation universelle Jean-Vincent Scheil 1858-1940, des Frères Prêcheurs », Annuaire de la Société d’histoire et d’archéologie de la Lorraine, 1972, t. LXXII. — Ambroise Gardeil, Le Père Vincent Scheil, Maître en Théologie. [Discours prononcé le 21 février 1914 à l’occasion de la remise de la barrette et de l’anneau de Maître] suivi d’un poème en latin Vincentio Scheil. S. Theologiae magistro, signé Em. Chatelain, imprimé pro manuscripto à Tournai, Établissements Casterman. — Jacques-Raymond Tournay, « Scheil (Jean-Vincent) », Supplément au Dictionnaire de la Bible, 1992, p. 228-230. — André Duval, « Scheil Jean, en religion Vincent », Dictionnaire des Sciences religieuses, Paris, Beauchesne, 1996, p. 610. — Béatrice André-Salvini, « Ici commence l’histoire de l’Elam. L’œuvre du père Jean-Vincent Scheil », Une mission en Perse, 1897-1912, Les dossiers du musée du Louvre, 1997, p. 110-125. — Nader Nasiri-Mogghadam, « Scheil Jean Vincent », Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris, Karthala, 2012, p. 876.

Haut de page

Œuvre

Le père Vosté (Orientalia 11, 1942) a dénombré 458 ouvrages et articles entre 1888 et 1939. Nous ne pouvons citer ici que les ouvrages majeurs, à commencer par les seize volumes de Textes élamites-sémitiques ou élamites-anzanites, Actes juridiques susiens, dans la collection des Mémoires de la délégation en Perse (MDP II, 1900 ; III, 1901 ; IV, 1902 ; V, 1904 ; VI, 1905 ; IX-XI, 1907, 1908, 1911 ; XIV, 1913 ; XVII, 1923 ; XXI, 1929 ; XXII-XXIV, 1930, 1932, 1933) ; XXVI, 1935 ; XXVIII, 1939), entre 1900 et 1939. — Une saison de fouilles à Sippar, tome I de Mémoires […] de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire, 1902. — La loi de Hammourabi vers 2000 AV. J.-C., 2e édition, Paris, 1904. — Le prisme S d’Assaraddon, roi d’Assyrie 681-668, Bibliothèque de l’École des hautes études, 1914. — Recueil de lois assyriennes, Paris, 1921. — Au service de Clio. Notices diverses, Chalon-sur-Saône, 1937.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1632/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1632/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre L’assyriologue
Légende Vincent Scheil dans son bureau à la Sorbonne.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1632/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Agnès Spycket, « SCHEIL Vincent », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, S, mis en ligne le 23 mars 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1632

Haut de page

Auteur

Agnès Spycket

Notices du même auteur

  • DHORME Édouard [Texte intégral]
    DHORME Édouard à l’état civil ; DHORME Paul en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals