Navigation – Plan du site

FLORENT Michel

FLORENT Clovis François à l’état civil ; FLORENT Michel en religion
Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Né le 27 mars 1902 à Lille (Nord), mort le 25 avril 1995 à Dijon (Côte-d’Or).
Vicaire puis curé de la paroisse Sainte-Catherine à Leningrad (1935-1941) ; aumônier militaire (capitaine de liaison) des Forces françaises libres (1941-1945) ; assigné au couvent de Lille puis d’Alger ; sous-prieur du couvent de Dijon (1978-1984).

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 21/11/2017

Texte intégral

• Ordination sacerdotale pour le diocèse de Lille : 29 mai 1926 à Lille
• Vestition pour la Province de France : 22 septembre 1930 à Amiens
• Profession simple : 23 septembre 1931 à Amiens
• Profession solennelle : 28 août 1934 au couvent du Saint-Sacrement à Paris

1Fils d’Alexis Jules Florent, tailleur, et de Clotilde née Brousmich, couturière, Clovis Florent appartient à une famille catholique du Nord, qui a donné quatre de ses six enfants à l’Église (un séminariste, Raymond, mort au front dans la Somme en 1916, un carme, Lucien, deux dominicains, Gérard – Raymond-Marie en religion – et lui-même). Il fréquente le collège Jeanne-d’Arc avant d’intégrer le séminaire académique de Lille – une des structures des Facultés catholiques de cette ville – pour préparer une licence de philosophie. Ses études sont interrompues à la suite de la déclaration de la guerre et de l’occupation du nord de la France. Réquisitionné par les Allemands en octobre 1918, il est d’abord consigné à la citadelle de Lille, puis dirigé vers le camp de concentration de Kain (Belgique) afin de consolider avec des sacs de sable des tranchées à Froyennes, près de Tournai. La marche forcée dans des conditions de détention difficiles suivie d’une chute fait rapidement de lui une victime de guerre. Rapatrié à la fin du mois de novembre par l’ambassade du Vatican à Bruxelles, il est soigné dans sa famille à Lille et contraint à l’immobilité complète. Il ne retrouvera jamais complètement le fonctionnement de son genou gauche, ce qui lui vaudra la reconnaissance d’une invalidité de 40 % et la nécessité de marcher à vie avec une canne.

2Après sa convalescence qui lui permet de retrouver une partie de sa mobilité, Clovis Florent obtient une licence de lettres et de philosophie en 1921 à Paris, puis entame un cycle d’études qui le conduit à la prêtrise. Ordonné le 26 mai 1926 au séminaire académique de Lille par Mgr Quillet, il est nommé professeur au collège Notre-Dame-des-Dunes à Dunkerque. Il y enseigne la philosophie pendant quatre ans et, bien que sa compétence pédagogique soit reconnue et estimée et ses prédications appréciées dans le diocèse, il demande en 1930 à entrer dans l’Ordre de Saint-Dominique à l’instar de son jeune frère, Raymond-Marie Florent, qui l’avait précédé en prenant l’habit en 1927 et qu’il va côtoyer pendant quelques années au studentat. Après une année de noviciat à Amiens, il poursuit sa formation au couvent d’études de Kain dont Ceslas Tumner est le père-maître et Marie-Dominique Chenu le régent des études. Pendant trois ans et demi, il participe à la vie du studium où son goût pour la musique est apprécié : il chante et dirige des chœurs au cours des festivités qui sont organisées. Il organise également des retraites, notamment celle de Pâques 1933 destinée aux étudiants de l’Université de Lille.

En famille avec s...En famille avec ses deux frères religieux

En famille avec ses deux frères religieux

À droite, Raymond-Marie Florent, né en 1910, entré dans l’Ordre des frères prêcheurs en 1927, au milieu, Lucien-Marie de Saint-Joseph, né en 1906, carme, à gauche Michel Florent.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3En juin 1934, alors que sa formation s’achève, le provincial, Jourdain Padé, lui propose de rejoindre Jean-Baptiste Amoudru, curé de Notre-Dame de France et administrateur apostolique de Léningrad, seul dominicain alors en URSS, pour le seconder en prenant en charge la paroisse Sainte-Catherine. Dans le cadre de sa future assignation, il rencontre le 7 août 1934 Mgr Neveu, assomptionniste, évêque de Moscou, qui lui apportera son soutien lors de son difficile apostolat en Union soviétique. Ayant obtenu avec difficulté son visa d’entrée, il arrive à Moscou début janvier 1935 puis gagne Léningrad.

Prêt à partir en ...Prêt à partir en URSS

Prêt à partir en URSS

Michel Florent en 1934, avant son départ pour Léningrad, vêtu en civil afin de pouvoir entrer en Union soviétique sans révéler son statut de religieux.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4Michel Florent s’initie, à l’heure du stalinisme, aux conditions de la vie apostolique à Léningrad, partageant le même appartement que Jean-Baptiste Amoudru. Ils sont les deux seuls prêtres français à exercer leur ministère auprès des ressortissants catholiques étrangers de langue française, sans cesse menacés par la répression antireligieuse, et voient leurs lieux de culte fermer les uns après les autres. Michel Florent est témoin, le 30 avril 1935, de la consécration épiscopale de Jean-Baptiste Amoudru, que le pape Pie XI avait demandée à Mgr Neveu et qui a lieu secrètement à Saint-Louis-des-Français à Moscou. Malgré les précautions prises, la nouvelle du sacre est vite connue, ce qui vaut au tout nouvel évêque d’être expulsé d’URSS quelques mois plus tard et à Michel Florent de rester seul à Léningrad.

Au bord de la NévaAu bord de la Néva

Au bord de la Néva

Chargé d’exercer dans une grande discrétion son ministère auprès des catholiques de Léningrad et de ses environs, Michel Florent pose au bord de la Néva, habillé comme n’importe quel citoyen soviétique.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Avec l’aide précaire d’un prêtre russe, Michel Florent est chargé de toutes les églises catholiques de Léningrad et des environs, disant la messe dans huit ou dix lieux différents, prêchant en russe ainsi qu’en français et confessant en russe, en français et en allemand. Sa présence à Léningrad frappe ceux qui, en pleine terreur stalinienne, le croisent au point d’être évoquée dans plusieurs récits, notamment celui d’Una Pope-Hennessy qui le décrit dans l’église Sainte-Catherine avançant « parmi le peuple, comme les vagues de la mer se referment sur un nageur » (Leningrad, the closed and forbidden city, Londres, Hutchinson, 1938) ou celui de Charles Mérieux qui raconte qu'« il est seul à Léningrad pour s’occuper de cent mille catholiques » (Le virus de la découverte, Paris, Robert Laffont, 1988). Michel Florent vit sous surveillance, sachant qu’à chaque instant, on accuse, on arrête, on expulse les étrangers sous l’inculpation d’espionnage. Il lui faut sans cesse être prudent bien que sa mission soit quasi consulaire et qu’il bénéficie de protections françaises officielles. Le 19 mars 1938, il est frappé d’un avis d’expulsion qui sera reporté au 31 mars suivant ; en juillet, il n’est plus autorisé à desservir plusieurs églises et doit se limiter à n’officier qu’à Sainte-Catherine ; en novembre 1938, il déménage pour habiter dans l’ancienne ambassade de France, restée sous la protection du Quai d’Orsay.

6Après la débâcle de l’armée française en juin 1940, Michel Florent entend l’appel à la résistance lancé par le général de Gaulle et se déclare immédiatement pour la France libre. Il reste à Léningrad jusqu’à la rupture diplomatique entre l’URSS et le gouvernement de Vichy en juin 1941, qui le contraint à rejoindre le 11 juillet l’ambassade de France à Moscou où il est consigné jusqu’au 2 août. À cette date, il quitte l’URSS avec les diplomates expulsés, arrive à Beyrouth par Téhéran et rallie les Forces françaises libres comme aumônier et capitaine de liaison. Le 18 décembre 1941, Mgr Roncalli, délégué apostolique en Turquie, télégraphie d’Istanbul à Mgr Maglione que Michel Florent est prêt à repartir pour Moscou en qualité de représentant du général de Gaulle. Mgr Tardini, secrétaire de la Congrégation des affaires ecclésiastiques extraordinaires, répond le 19 décembre : « Un religieux ne peut être le représentant diplomatique du général de Gaulle en Russie. »

7Michel Florent décide alors de rejoindre le général de Gaulle à Londres, ce qui le contraint à un long périple : il passe par l’Irak, rejoint la mission de Mossoul où il semble rester quelque temps, puis gagne Le Caire où, apprenant la mort de Réginald Savey, il témoigne de « sa fin glorieuse » en accord avec la personnalité de ce frère qu’il a connu au Saulchoir, attaché depuis longtemps au devoir et à l’honneur et plus porté à l’action et au sacrifice qu’aux discours. Il poursuit son périple par le cap de Bonne-Espérance, l’Amérique peut-être, pour arriver en Angleterre à Liverpool en 1943. II se rend à Londres et prend la suite d’un prêtre à qui l’on avait confié l’émission « Ici, la France catholique, un prêtre vous parle » qui s’ouvrait par le Salve Regina. Entre le 15 mai 1943 et le 15 mai 1944, il tente de donner depuis des studios de la capitale anglaise, chaque soir aux meilleures heures d’écoute (20h 45 et 22h 15), un point de vue catholique sur les événements, mais aussi sur la persécution des juifs et les déportations. Recevant par l’intermédiaire de la Résistance des brochures clandestines et des journaux, il se fait l’écho du jésuite Pierre Chaillet et des Cahiers du Témoignage chrétien, lit des lettres reçues, dénonce la collaboration avec l’ennemi et cite des déclarations de chrétiens engagés contre l’idéologie nazie. Il dira plus tard qu’il « n’avait rien d’un chroniqueur militaire, mais était plutôt un semeur d’espoir, un redresseur d’idées fausses ».

Capitaine aumônierCapitaine aumônier

Capitaine aumônier

Michel Florent croqué en tenue militaire par le peintre Lucien Jonas, à Paris. Ce fusain, exécuté vraisemblablement en 1944, fait partie d’une série de portraits des frères du couvent du Saint-Sacrement réalisée entre 1943 et 1945.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8Il obtient en juin 1944 de suivre la mission militaire française de liaison administrative (MMLA) du colonel Claude Hettier de Boislambert qui « doit établir et harmoniser les rapports entre les forces alliées et les populations libérées ». Il exerce son ministère sur le front des poches de Lorient et de Nantes jusqu’au 10 août 1944, date à laquelle il est blessé à La Roche-Bernard subissant un choc violent qui ravive son ancienne blessure de 1918. Grâce à sa connaissance des langues slaves, il termine la guerre en étant chargé à la Radiodiffusion française des émissions polonaises. Son comportement pendant le conflit lui vaut de nombreuses décorations : cité à l’Ordre de la Division, médaille des services volontaires dans la France libre, médaille de la Résistance, Croix d’honneur de l’association amicale franco-britannique, chevalier de l’Ordre de Léopold, Croix des officiers des chevaliers de l’Ordre de la défense de la Pologne et Légion d’honneur.

9Démobilisé en 1945, Michel Florent demande à retourner en URSS, mais voyant sa demande de visa rejetée, il passe un an à Londres (1946) où il s’inscrit à l’université (School of Slavonic and East European Studies) comme étudiant en russe. Il soutient avec succès, en novembre 1946, une thèse sur les origines de l’Église chrétienne en Russie. De retour en France, il accepte de seconder Thomas Philippe au centre international de spiritualité et de culture chrétienne de « L’Eau Vive », qu’il vient de fonder à Soisy-sur-Seine. Il profite de la proximité du couvent d’études à Étiolles pour préparer en même temps un lectorat de théologie qu’il obtient le 18 juin 1947.

10Assigné en septembre 1947 au couvent de Lille, il va exercer pendant cinq ans un ministère de prédication dans sa ville natale, auréolé de son passé de résistant et servi par sa prestance et son éloquence. Il devient d’ailleurs aumônier des Œuvres sociales de l’Association des Forces françaises libres (dont il est le président) et des Anciens combattants. C’est à ce titre qu’il n’hésite pas à s’adresser à Maurice Schumann, qu’il avait connu à Londres, pour qu’il sollicite quelques mécènes qui voudraient bien soutenir l’Aide aux orphelins de guerre de leurs camarades des Forces françaises libres et contribuer à l’édification d’une maison de repos pour les anciens combattants

Le général de Gaulle avait, en septembre 1945, reconnu l’engagement de Michel Florent et l’en avait remercié dans les termes suivants : « Répondant à l’appel de la France en péril de mort, vous avez rallié les Forces françaises libres. Vous avez été de l’équipe volontaire des bons compagnons qui ont maintenu notre pays dans la guerre et dans l’honneur. Vous avez été de ceux qui, au premier rang, lui ont permis de remporter la victoire ! Au moment où le but est atteint, je tiens à vous remercier amicalement, simplement, au nom de la France ! »

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

11Après avoir prêché le carême et la « messe des hommes » (messe dont les homélies sont destinées à la population masculine cultivée) à Alger au printemps 1952, Michel Florent est affecté au couvent de cette ville en septembre. Là, en dehors de ses tâches de prêcheur auprès des colons – notamment auprès des officiers de l’armée française –, il est plus particulièrement chargé des sermons de la messe radiodiffusée du dimanche et des conférences de culture religieuse du mardi à la salle paroissiale « le Rex ». Lorsque la guerre éclate en 1954, il se prononce, comme une partie des pères du couvent Saint-Albert-le-Grand, pour l’Algérie française. Ses opinions politiques et ses propos sont si notoires, surtout après l’arrivée du général de Gaulle au pouvoir, que le nouveau prieur, Pierre Le Baut, élu le 15 octobre 1958, pose comme condition à l’acceptation de son élection l’assignation de Michel Florent en métropole. À quelques jours de son départ, l’amiral Auboyneau lui remet les insignes d’officier de la Légion d’honneur et tient à souligner leur connivence politique : « Vous avez vécu à Alger avec nous, je dis avec nous, ces quatre années douloureuses pour tout Français patriote et pour tout homme de cœur, mais qui pour un prêtre posaient sans doute chaque jour des problèmes de conscience plus particulièrement difficiles. Vous avez vécu avec nous, je dis avec nous, les journées exaltantes, mais aussi angoissantes qui ont suivi le 13 mai. À aucun moment, aucun faux-semblant, aucune équivoque, aucune fausse charité n’a pu altérer la rectitude de votre jugement de bon Français en même temps que de chrétien et de prêtre. »

12Arrivé le 15 octobre 1958 au couvent de Dijon, il poursuit son ministère de prédication et donne de nombreuses conférences dans toute la France, notamment, comme il l’avait fait à Alger, sur l’histoire de la Russie, l’empreinte de la culture française et le marxisme comme doctrine totalitaire, expliquant combien ses années passées en Russie l’avaient rendu hostile à la conception matérialiste de la société soviétique. Il se consacre également aux récollections des prêtres et des religieuses dans le Jura, à l’appel de Mgr Flusin et accepte, le 25 mars 1962, les fonctions de directeur du tiers-ordre des hommes à Dijon, Beaune et Dole. À la fin des années 1960, il fait part de son désir de se libérer de son ministère habituel de prédication pour se consacrer à une activité simple auprès des pauvres. Cette aspiration ne trouvant pas de débouchés, il accepte en 1969 de prendre la suite d’Henri Féret et de devenir (jusqu’en 1984) conseiller de la direction générale de la Fédération mondiale des villes jumelées. Entre-temps, il est désigné comme délégué conventuel au chapitre provincial (1971) et conseiller provincial (1971-1975). Il est élu sous-prieur de son couvent le 3 novembre 1978 et réélu le 1er décembre 1981 sous le priorat de Thomas Camelot. Les deux hommes, ordonnés le même jour à Lille, se connaissent depuis toujours ayant, enfants, habité dans la même rue.

13Fatigué, malade, Michel Florent passe les dernières années de sa vie à Arc-sur-Tille en Côte-d’Or, bénéficiant du dévouement de Françoise Buzutil, qu’il avait connue enfant en Algérie et qui, devenue pharmacienne, considérait comme un honneur de le recueillir. Décédé le 25 avril 1995, ses obsèques sont célébrées en l’église conventuelle et son inhumation a lieu dans le caveau réservé aux dominicains au cimetière de Dijon.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Paul Catrice, L’Église de Lille missionnaire, t. 3 : Listes nominatives. Notices biographiques. Notices familiales, Roubaix, Agence Univers, 1966-1967, p. 30 et 60. — « Le Saint-Siège et la guerre mondiale juillet 1941-octobre 1942 », Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre mondiale, Città del Vaticano, Libreria editrice Vaticana, 1969, p. 333. — André Caudron, notice « Florent Clovis (en religion Michel) » dans Lille-Flandres, Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. 4, Paris, Beauchesne, 1990. — Étienne Fouilloux, Les catholiques et l’unité chrétienne du XIXe au XXe siècle, Paris, Le Centurion, 1982, p. 389. — Antoine Wenger, Rome et Moscou 1900-1950, Paris, Desclée de Brouwer, 1987. — Ut sint unum, juin-juillet 1995, p. 21-24. — Renée Bédarida, Les catholiques dans la guerre 1939-1945, Paris, Hachette, 1998, p. 138-142. — Laura Pettinaroli, La politique russe du Saint-Siège (1905-1939), Rome, Publications de l’École française de Rome, 2015. — Entretien avec Pierre Le Baut, 16 octobre 2012. — Notice Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Florent. — Liste des volontaires des Forces françaises libres, www.charles-de-gaulle.org/pages/la-memoire/accueil/organismes/liste-des-volontaires-des-forces-francaises-libres.php. — Claude Hettier de Boilambert, http://www.ordredelaliberation.fr/fr_compagnon/471.html.

Haut de page

Œuvre

Articles dans L’Afrique dominicaine : « Impressions d’un frère prêcheur en Algérie », juillet-septembre 1952 ; « Actualité de saint Augustin », juillet-septembre 1954 ; « Réflexions sur l’anticommunisme », octobre-décembre 1955 ; « Note sur les écoles de langues orientales fondées au XIIIe siècle par les dominicains en Espagne et en Afrique », avril-juin 1957 ; « Islam et communisme », avril-mai 1958.

Causeries données à la messe radiodiffusée d’Alger, Alger, Centre d’études religieuses, 1958. — « Marxisme et religion », Les Cahiers Lacordaire, Dijon, 1962.

Haut de page

Table des illustrations

Titre En famille avec ses deux frères religieux
Légende À droite, Raymond-Marie Florent, né en 1910, entré dans l’Ordre des frères prêcheurs en 1927, au milieu, Lucien-Marie de Saint-Joseph, né en 1906, carme, à gauche Michel Florent.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1667/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Prêt à partir en URSS
Légende Michel Florent en 1934, avant son départ pour Léningrad, vêtu en civil afin de pouvoir entrer en Union soviétique sans révéler son statut de religieux.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1667/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Au bord de la Néva
Légende Chargé d’exercer dans une grande discrétion son ministère auprès des catholiques de Léningrad et de ses environs, Michel Florent pose au bord de la Néva, habillé comme n’importe quel citoyen soviétique.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1667/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Capitaine aumônier
Légende Michel Florent croqué en tenue militaire par le peintre Lucien Jonas, à Paris. Ce fusain, exécuté vraisemblablement en 1944, fait partie d’une série de portraits des frères du couvent du Saint-Sacrement réalisée entre 1943 et 1945.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1667/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Légende Le général de Gaulle avait, en septembre 1945, reconnu l’engagement de Michel Florent et l’en avait remercié dans les termes suivants : « Répondant à l’appel de la France en péril de mort, vous avez rallié les Forces françaises libres. Vous avez été de l’équipe volontaire des bons compagnons qui ont maintenu notre pays dans la guerre et dans l’honneur. Vous avez été de ceux qui, au premier rang, lui ont permis de remporter la victoire ! Au moment où le but est atteint, je tiens à vous remercier amicalement, simplement, au nom de la France ! »
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1667/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nathalie Viet-Depaule, « FLORENT Michel », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, F, mis en ligne le 21 novembre 2017, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1667

Haut de page

Auteur

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals