Navigation – Plan du site

AccueilDictionnaireNotices biographiquesSSIROT Paul-Marie

SIROT Paul-Marie

SIROT Roger à état civil ; SIROT Paul-Marie en religion
Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Né le 19 juillet 1898 à Thiers (Puy-de-Dôme), mort le 3 juin 1975 à Paris (VIIe arr.).
Prêtre du diocèse de Clermont puis religieux dominicain ; aumônier national de la branche du louvetisme (1940-1950).

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 15/04/2020.

Texte intégral

Ordination sacerdotale : 23 janvier 1923 à Thiers
Vestition pour la Province de France : 22 septembre 1927 à Amiens
Profession simple : 23 septembre 1928 à Amiens
Profession solennelle : 23 septembre 1931 au Saulchoir

1Fils de Georges Sirot, fabricant de coutellerie à Thiers, et de Suzanne Pépin, Roger Sirot fait des études classiques au collège Massillon de Clermont-Ferrand, puis intègre le grand séminaire où il passe avec succès le baccalauréat canonique. Ordonné prêtre du diocèse de Clermont dans sa ville natale par Mgr Marnas en 1923, il est envoyé à Paris pendant un an pour suivre des cours à l’Institut catholique et obtenir une licence en théologie (1923-1924). Il est ensuite nommé vicaire à Saint-Joseph de Clermont où il exerce son ministère jusqu’à l’été 1927. À l’issue de ces premières années d’apostolat, il demande à prendre l’habit des frères prêcheurs. Il écrira dans son dernier livre, Au-delà du voile (1973), que cette entrée dans l’Ordre de Saint-Dominique avait été « mûrie » et « attendue durant trois ans ».

Au couvent des Saints-Pierre-et-Paul d’Amiens

Au couvent des Saints-Pierre-et-Paul d’Amiens

Le noviciat 1927-1928 avec son père-maître, Réginald Berger, assis au milieu des frères novices dont Paul-Marie Sirot (second à gauche au premier rang).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Novice au couvent d’Amiens, il découvre saint Thomas, en fait son « maître à penser comme à vivre » en poursuivant ses études au Saulchoir, à Kain en Belgique, qu’il termine en 1932 au couvent du Havre. Il est assigné, en septembre 1933, à Lille, où il est chargé de différentes aumôneries. S’il commence par être l’aumônier des sœurs du Saint-Rosaire implantées à Roubaix, il étend rapidement son activité dans cette ville au collège Jeanne d’Arc, tenu par des dominicaines, à la 1re meute des scouts de France (Saint-Michel) et aux rondes de la région lilloise. À partir de 1937, il oriente essentiellement son activité apostolique dans le scoutisme dont les valeurs et la méthode lui offrent les moyens pédagogiques de formation personnelle et sociale dans une perspective d’éveil et d’éducation de la foi.

Messe en plein air

Messe en plein air

Paul-Marie Sirot cébébrant une messe pour la 1re meute de Roubaix en 1934.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Cette expérience lui vaut d’être appelé à seconder en 1940, après l’armistice, Marcel-Denys Forestier, aumônier général des scouts de France, car ce dernier venait d’être chargé de l’aumônerie générale des Chantiers de jeunesse. Paul-Marie Sirot le rejoint en zone libre, à Lyon, lorsque le « QG » s’y installe en janvier 1941, dans la perspective non seulement de renforcer l’existence du scoutisme dans la zone sud et, clandestinement, dans la zone nord où il avait été interdit, mais plus encore de contribuer à son développement. Il devient alors aumônier national du louvetisme, la branche cadette du scoutisme (7-12 ans), partageant l’attitude politique de Marcel-Denys Forestier, favorable au maréchal Pétain. Il n’hésite d’ailleurs pas, dans un article qu’il écrit pour La revue des jeunes en mai 1941 à rappeler aux lecteurs que le visage de Jeanne d’Arc doit « luire à côté du Maréchal, leur Chef et leur Père ». Quoi qu’il en ait été de son inclinaison maréchaliste – dont il pensait qu’elle était propice au scoutisme et qui ne durera que jusqu’en 1943 –, il va assumer la direction de la branche louveteau jusqu’en 1950. Assigné au couvent de l’Annonciation à Paris, il promeut alors une liturgie adaptée au scoutisme, notamment en instaurant la messe dialoguée et en rédigeant plusieurs livrets destinés aux chefs du mouvement et aux routiers.

4Le 7 novembre 1950, Paul-Marie Sirot est assigné à Alger. Il entame un ministère de prédication, donnant également des conférences au « Rex » (salle paroissiale), des cours de dogme, de sciences religieuses et animant diverses retraites. Aumônier de la crypte du Rosaire, puis des guides et des jeannettes, il se range pendant la guerre du côté des colons jugeant néfaste l’aspiration du peuple algérien à l’autodétermination. Son attitude et ses propos notoirement partisans de l’Algérie française, qu’il partage avec la moitié des pères du couvent, ou encore ses sermons qui laissent entendre sa fibre patriotique, lui valent d’être affecté à nouveau en métropole en 1958. En effet, l’arrivée au pouvoir du général de Gaulle avait accentué la division de la communauté conventuelle et l’élection de Pierre Le Baut comme nouveau prieur ne pouvait être confirmée que si les pères les plus favorables à la colonisation quittaient Alger. Le provincial, Joseph Kopf, en était d’accord.

Vraisemblablement dans son bureau à Alger.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Paul-Marie Sirot est affecté comme aumônier des sœurs dominicaines de Passe-Prest dans les Alpes-Maritimes pour seconder le père Rogatien Bernard. Insatisfait de cette assignation, il demande au bout d’un an à être envoyé ailleurs, estimant qu’il pourrait exercer un ministère qui soit « un vrai poste ». Il est alors chargé de l’aumônerie des sœurs dominicaines de Béthanie au Plessis-Chenet en Seine-et-Oise. Il assume cette fonction pendant une dizaine d’années jusqu’au moment, où, ne pouvant plus se déplacer, il est contraint de s’installer en 1970 au couvent de l’Annonciation à Paris. Ne pouvant exercer qu’un apostolat limité, il se consacre à un groupe constitué sous l’égide de Sainte-Jeanne d’Arc. Replié sur lui-même, n’ayant jamais admis l’indépendance de l’Algérie et, dans un tout autre ordre, les innovations, notamment liturgiques, de Vatican II, il vit à l’écart de sa communauté.

6Il meurt brutalement sur la voie publique, le 3 juin 1975. À l’issue de la cérémonie de ses obsèques, il est inhumé au cimetière Montparnasse.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Christian Guérin, L’utopie Scouts de France, Paris, Fayard, 1997. — Pierre Le Baut, Un homme se penche sur son passé, témoignage inédit (pierrelebaut.e-monsite.com/pages/d-hier-a-aujourd-hui.html). — Ut sint unum, juin 1975, p. 23-24. — Entretiens avec Pierre Le Baut, septembre-octobre 2012. — http://www.27paris.net/histoire/paris/20eme_29eme.php.

Haut de page

Œuvre

Journée d’études de la formation chrétienne des tout-petits, extraits des rapports de M. le chanoine Pasteau, conclusions de M. le chanoine Lieutier, Besançon, 1936. — « Consignes actuelles », La route, octobre-novembre 1939. — « Prier, c’est agir », Le chef, février 1942. — Dans la messe par ses signes, Lyon, Éditions de l’Abeille, 1943. — Préface de l’ouvrage de Françoise Derkenne, La vie et la joie au catéchisme, introduction pédagogique, Lyon, Éditions de l’Abeille, 1943. — Corcelles, 5-8 juillet 1943. Premier camp national des aumôniers diocésains et aumôniers de district (exposés du père Sirot, de l’abbé J. Morel et du père Doncœur, introduction et conclusions du père Forestier), Lyon, les Éditions Scouts de France, 1945. — Savoir vivre la messe, Lyon, les Éditions Scouts de France, 1945. — Complies, introduction par le RP Paul-Marie Sirot, Lyon, les Éditions Scouts de France, 1945. — De source en source, Paris, Presses de l’Île-de-France, 1946. — « Plan triennal », Pages des aumôniers. Les scouts de France, 1er juin 1948, supplément au numéro 247 du Chef de juin 1948. — Articles dans L’aumônier scout, « L’Évangile chez les cheftaines », décembre 1948, « L’Évangile à la meute », mars 1949. — Avec M. Melot et M.-T. Mols, illustration Lucie Bajard, Le mystère de la messe et l’enfant, Namur, 1949. — Articles dans L’Afrique dominicaine, « À la louange du bienheureux Pie X », octobre-décembre 1951 ; « L’islam et nous », janvier-mars 1953 ; « Il y a des millénaires », janvier-mars 1954 ; « La crèche de la crypte », janvier-mars 1955. — Par delà le voile, Paris, Éditions du Cèdre, 1973.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Au couvent des Saints-Pierre-et-Paul d’Amiens
Légende Le noviciat 1927-1928 avec son père-maître, Réginald Berger, assis au milieu des frères novices dont Paul-Marie Sirot (second à gauche au premier rang).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1708/img-1.png
Fichier image/png, 3,1M
Titre Messe en plein air
Légende Paul-Marie Sirot cébébrant une messe pour la 1re meute de Roubaix en 1934.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1708/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
Légende Vraisemblablement dans son bureau à Alger.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1708/img-3.png
Fichier image/png, 3,1M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nathalie Viet-Depaule, « SIROT Paul-Marie  », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, S, mis en ligne le 15 avril 2021, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1708

Haut de page

Auteur

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

  • BEGOUËN-DEMEAUX Michel [Texte intégral]
    BEGOUËN-DEMEAUX Michel Marie Jean François à l’état civil ; BEGOUËN-DEMEAUX Matthieu en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
  • AUDOUARD Étienne [Texte intégral]
    AUDOUARD Louis François Léopold Marie Joseph Augustin ; AUDOUARD Étienne en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, A
  • TAPIN Réginald [Texte intégral]
    TAPIN François Arsène Joseph à l’état civil ; TAPIN Réginald en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, T
  • BART Max [Texte intégral]
    BART Jacques à l’état civil ; BART Maximin en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
  • PRUNEAU Jean [Texte intégral]
    PRUNEAU Daniel Michel à l’état civil ; PRUNEAU Jean en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, P
  • GAIDE Antoine [Texte intégral]
    GAIDE-CHEVRONNAY Séverin à l’état civil ; GAIDE Antoine en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, G
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search