Navigation – Plan du site

CONTENSON Pierre de

du BESSEY de CONTENSON Pierre Léon Stanislas à l’état civil ; CONTENSON Pierre-Marie de en religion
Tangi Cavalin

Résumé

Né le 19 octobre 1918 à Paris (XVIe arr.), mort le 7 juillet 1976 à Frascati (Italie).
Président général de la Commission léonine (1964-1976) ; prieur du couvent du Saulchoir (1967-1969) puis membre du Secrétariat pour l’unité des chrétiens (1973-1976) ; secrétaire de la commission pontificale pour les relations avec le judaïsme (1974-1976).

Haut de page

Historique

Notice validée le 06/02/2015 et mise en ligne le 30/04/2015.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 7 décembre 1945 au couvent de Saint-Jacques (Paris)
• Profession simple : 8 décembre 1946 au couvent de Saint-Jacques (Paris)
• Profession solennelle : 8 décembre 1949 au couvent du Saulchoir d’Étiolles
• Ordination sacerdotale : 16 juillet 1950 au couvent du Saulchoir d’Étiolles

1Pierre de Contenson naît en octobre 1918 à Paris, dans un appartement de l’avenue Henri-Martin que loue temporairement la famille, dans l’attente de la fin de la guerre et du retour de son père, Stanislas du Bessey de Contenson. Celui-ci, instructeur de cavalerie à Saint-Cyr au moment de la déclaration de guerre de l’été 1914, ne revient du théâtre des opérations qu’à l’automne 1919 avec le grade de commandant et décoré de la Légion d’honneur ainsi que de la Croix de guerre. La configuration familiale qui se reconstitue alors combine des propriétés sociales différentes : par son père, Pierre est issu de la petite noblesse campagnarde enracinée dans le Forez et le Charolais ; par sa mère, Floride née Geoffray, il appartient à la bourgeoisie de l’ouest parisien. L’alliance de ces deux lignées repose sur la conviction partagée que le mariage est le plus sûr moyen d’assurer la transmission d’un capital et d’un système de valeurs morales et religieuses.

2Les vacances d’été sont le moment privilégié d’une socialisation intense qui, sous l’administration bienveillante des ascendants, dans des stations balnéaires des côtes normande et bretonne ou en Bourgogne, assure la cohésion et la reproduction d’un entre-soi familial et social. Les affectations militaires successives conduisent la famille de Contenson à résider à Tours (1920-1925), Moulins (1925-1929), Saumur (1929-1935) puis Vesoul jusqu’à la guerre. Pierre, quatrième de la fratrie – avec un écart d’âge de quatre années sur son aîné qui lui confère une place privilégiée –, est confié aux soins d’une gouvernante anglaise jusqu’à la naissance, en 1926, d’un dernier enfant, Henri.

Pierre de Contens...Pierre de Contenson lors d’un camp scout en 1952

Pierre de Contenson lors d’un camp scout en 1952

Scout avant d’entrer chez les dominicains, Pierre de Contenson manifeste comme aumônier son attachement à ce mouvement.

Archives dominicaines de la Province de France

3Sa formation religieuse – comme du reste son éducation aux arts picturaux et musicaux – est du ressort de sa mère qu’il accompagne tous les matins à la messe. Enfant de chœur, il exprime à sa sœur lors de sa première communion son souhait d’être prêtre. L’inculcation religieuse initiale, vécue dans le cadre paroissial, est remodelée par l’expérience fondatrice des Scouts de France. À la suite de ses frères aînés, eux-mêmes encouragés par la proximité qu’entretient avec la famille le chanoine Antoine-Louis Cornette, l’un des fondateurs du scoutisme catholique en France, il s’engage dans le mouvement à Saumur, en 1930. Profondément imprégné de l’imaginaire chevaleresque et aventurier que propose cette sociabilité juvénile, flatté de l’indépendance qu’elle lui procure, il participe à corps perdu à ses activités, comme chef de patrouille à partir de 1933 puis comme Routier de 1937 à la guerre et même ensuite au stalag. Son attachement au scoutisme se manifeste encore après-guerre, lorsqu’il se joint au pèlerinage du Puy-en-Velay de septembre 1945 puis, après son ordination, par diverses activités d’aumônerie et de formation qui se prolongent jusqu’au milieu des années 1950.

4Jusqu’au baccalauréat, la scolarité de Pierre de Contenson ne l’extrait en rien du monde catholique : élève du Sacré-Cœur à Moulins jusqu’à l’été 1929, puis de Saint-Louis à Saumur (1929-1935) où il retrouve les scouts de sa patrouille, il s’inscrit ensuite à Sainte-Geneviève à Versailles lorsque la famille déménage à Vesoul. Il s’était ouvert à ses parents de son aspiration à une vocation sacerdotale au moment de la communion solennelle, suscitant leur approbation de principe en même temps que le rappel de la règle édictée par le père pour tous ses fils : sortir avant toute chose d’une « grande école ». Les aînés, Marcel et Olivier, avaient su combler cette attente en intégrant tous deux Saint-Cyr. Et c’est, à son tour, pour répondre à cette exigence qu’après avoir obtenu son baccalauréat en 1936, Pierre de Contenson entame une préparation aux concours comme externe au lycée Louis-le-Grand de Paris tout en étant interne à l’institut Bossuet puis chez les maristes du « 104 » de la rue de Vaugirard. Reçu en octobre 1938 au concours d’entrée de l’École centrale des arts et manufactures, il obtient de la direction un congé de deux ans afin d’accomplir son service militaire. Incorporé à Colmar en novembre 1938, il est ensuite admis comme élève-officier à l’École d’artillerie de Poitiers où il est promu aspirant de réserve le 11 septembre 1939. Sous-officier du 73e régiment d’artillerie, il prend part aux combats de mai 1940 dans le Luxembourg belge, les Ardennes puis dans la Somme jusqu’à Saint-Valéry-en-Caux où il se bat pour protéger l’embarquement des troupes vers l’Angleterre ce qui lui vaut d’être cité à l’ordre de l’armée et la Croix de guerre. Fait prisonnier le 23 juin 1940, il est interné près de Caen avant d’être envoyé en Allemagne. Si l’expérience guerrière du printemps 1940 puis la captivité vont conduire Pierre de Contenson à reconsidérer la carrière militaire et les valeurs dont elle est porteuse et qu’incarne son père, ce n’est pas au point de le détourner de sa volonté impérieuse d’entrer au séminaire pour embrasser la vie sacerdotale, seule à même selon lui de répondre à sa soif d’absolu.

Pierre de Contens...Pierre de Contenson et son père, le général Stanislas de Contenson, en captivité en Allemagne

Pierre de Contenson et son père, le général Stanislas de Contenson, en captivité en Allemagne

Interné en Prusse orientale, Pierre de Contenson obtient l’autorisation, fin 1941, de rejoindre son père, prisonnier à la forteresse de Königstein avec d’autres officiers supérieurs alliés. Initialement concédé pour quelques jours, son séjour s’y prolonge jusqu’à la fin 1942.

Archives dominicaines de la Province de France

5Avec les autres aspirants prisonniers, il estime à son arrivée en Allemagne qu’il doit être traité à l’égal d’un officier et il refuse en conséquence de travailler comme un homme de troupe. Cette prise de position lui vaut d’être transféré d’un camp à l’autre (stalags VI-C et VI-F en Westphalie) jusqu’en mars 1941, date de son arrivée au stalag I-A à Stablack (Prusse-Orientale) où il forme avec ceux de son grade un « aspilag » bénéficiant d’un régime de faveur. En décembre 1941, il obtient l’autorisation de rendre visite à son père, le général de Contenson, captif à la forteresse de Königstein (oflag IV-B) située près de Dresde. Cette permission est prolongée du fait de son état de santé et ce n’est qu’à la fin de l’année 1942 qu’il réintègre le stalag I-A. Ces années d’inaction forcée en Allemagne vont être mises à profit pour suivre les cours proposés à ceux qui, comme lui, aspirent au sacerdoce : à Stablack, ils sont près d’une centaine dans ce cas, ce qui permet l’ouverture, en 1942, d’un « séminaire interdiocésain » distinct de l’université du camp. Bien que n’étant pas à strictement parler séminariste, il s’agrège à cette formation et suit des cours de philosophie thomiste, de théologie mystique et ascétique ou encore d’exégèse. L’un de ses enseignants, Marc de Buretel de Chassey, dominicain et sous-maître des novices au couvent de Saint-Jacques avant la guerre, le convainc qu’un sacerdoce vécu dans l’Ordre des frères prêcheurs, selon une alliance entre vie contemplative et activité apostolique, est le mieux à même de prolonger la richesse de l’expérience religieuse vécue pendant la guerre. Pour lui, les années 1940-1944 sont en effet, comme il l’écrit peu après son retour, celles au cours desquelles « la séparation du monde, le détachement forcé et la misère de la captivité [lui ont] permis de [se] rapprocher de Dieu, d’entrer en contact avec le Christ, d’écouter comme jamais cela [ne lui] avait été donné auparavant ».

6À la fin novembre 1944, Pierre de Contenson s’évade du stalag de Stablack et gagne la ville de Königsberg (devenue Kaliningrad) où il vit clandestinement pendant toute la durée du siège que mène l’Armée rouge (janvier-avril 1945). Libéré le 8 avril, il est repéré par les Soviétiques pour son aptitude au commandement et désigné pour prendre la tête d’un bataillon de soldats français dont il doit assurer le rapatriement depuis la Prusse-Orientale. Le retour en France à travers l’Allemagne dévastée dure jusqu’au 25 juillet 1945. Ni l’invitation de l’École centrale à reprendre sa scolarité, ni les encouragements en ce sens de son père, ni même les décès sous l’uniforme de ses frères (en 1939 et 1944) qui font de lui l’aîné des garçons – et par là même celui qui se doit de reprendre la gestion des intérêts familiaux –, ne le détournent de sa décision irrévocable de revêtir l’habit de Saint-Dominique à la fin 1945. Le jeune homme s’estime cependant trop lié à l’armée française, par sa famille comme par son propre passé, pour tourner le dos à cette institution : sous-lieutenant de réserve en décembre 1949, il prend sur ses vacances pour suivre les cours et exercices de perfectionnement d’artillerie qui lui permettent d’être promu lieutenant en 1953 puis capitaine en 1957 (il sera admis à l’honorariat au même grade en 1968). Le 23 avril 1965, il est promu au grade de chevalier de la Légion d’honneur au titre du ministère des Armées.

Sur la route de C...Sur la route de Chartres

Sur la route de Chartres

Quelques jours après leur ordination diaconale, en juillet 1949, les étudiants du Saulchoir partent en pèlerinage à Chartres sous la conduite du maître des étudiants Nicolas Rettenbach. Les conditions de voyage, rustiques, n’excluent pas l’entretien de l’apparence.

Archives dominicaines de la Province de France

7Les lieux de formation de la Province de France que découvre Pierre de Contenson au lendemain de la guerre – à Paris pour le noviciat, à Étiolles pour le couvent d’études – sont empreints d’un climat ambivalent, fait d’un mélange d’audaces intellectuelles et missionnaires et d’inquiétude, voire de ressentiment, à l’égard des autorités romaines, depuis que le régent des études, Marie-Dominique Chenu, a été brutalement destitué en 1942 et que ses prétentions à faire du Saulchoir une « école de théologie » unique en son genre par son souci de dialogue avec son époque ont été désavouées par Rome. Mais ce ne sont pas ces considérations qui préoccupent le jeune religieux au cours de ses années de formation. Pour lui, les temps du noviciat (1945-1946) puis du studentat (1947-1952) sont vécus davantage comme un moment de crise personnelle. Les phases de dépression, dont il tient la chronique avec minutie, alternent avec celles d’exaltation suivant un rythme qui le laisse épuisé. Les moments de doute l’amènent à contester jusqu’à la possibilité de la connaissance de Dieu. À l’approche de la profession solennelle, assailli par le sentiment constant d’être en porte-à-faux, il rédige pour le maître des étudiants, Nicolas Rettenbach, des brouillons de démission dont il se repent ensuite sans pourtant les détruire. Les questions qui l’arrêtent alors ne le quitteront plus, mais elles ne constituent pas pour autant une entrave à son engagement définitif dans l’Ordre tant la vie religieuse lui semble la seule digne d’être vécue. Son itinéraire devient alors, pour plus de deux décennies, indissociable de celui du Saulchoir, lieu d’étude et d’élaboration intellectuelle dans lequel se forment tous les jeunes clercs de la Province de France.

8Ordonné en juillet 1950, il poursuit sa théologie jusqu’à l’obtention de la licence et du lectorat en juillet 1952 : le choix de son domaine de recherche – « la vision béatifique » chez saint Thomas d’Aquin – peut être entendu comme un effort pour transposer sur le terrain de l’histoire de la théologie médiévale les questions personnelles, voire les obsessions, de celui qui se présentait à ses professeurs comme rétif à une vision trop rationnelle de la connaissance de Dieu. Ce travail, dont le point de départ thomiste comme la démarche d’analyse historico-critique s’inscrivent dans la lignée des traditions universitaires de la Province de France, le destine dans l’esprit de ses supérieurs à l’étude des textes du Docteur Angélique au sein de la section de la Commission léonine qui s’organise alors au Saulchoir sous la houlette de Hyacinthe Dondaine. C’est en définitive comme enseignant de théologie morale qu’il reste au couvent d’Étiolles après que le régent des études, Thomas Camelot, a jugé à l’issue de son examen de lectorat qu’il était le plus apte à assumer la dimension pédagogique de cette charge. Il la cumule, au moyen de sa Vespa, avec un ministère varié fait de prédications saisonnières, de conférences données au clergé du bassin parisien ou à des groupes de laïcs, d’aumônier de Foyers Notre-Dame. Dans les années 1960, il sera également confesseur des dominicaines de Livry-sur-Seine.

9Son enracinement à Étiolles ne marque pas une rupture avec sa famille à laquelle il se montre très attaché. Au moyen de correspondances ou de visites à ses parents, parfois accompagné d’un de ses frères en religion, il entretient avec eux, comme avec sa sœur Chantal et son jeune frère Henri, des liens réguliers si bien que sa manière d’être dominicain renforce la cohésion familiale : il convainc sa mère, au début des années 1950, de rejoindre le tiers-ordre dominicain (« je trouve que le fait de ma vocation à la vie dominicaine peut être considérée comme une indication tout à fait providentielle et suffisante pour la vôtre », lui écrit-il en 1950) et, par la suite, il présidera aux nombreux mariages issus de l’alliance de ses ascendants.

10Au début de l’année 1956, il se voit attribuer la succession de son confrère, Pierre Gy, au comité de rédaction de la Revue des sciences philosophiques et théologiques. Cette activité de secrétaire d’un périodique qui est le moyen privilégié d’expression du Saulchoir, menée quasiment sans décharge d’enseignement, lui incombe jusqu’en 1965. L’une de ses premières démarches consiste à obtenir du provincial, Vincent Ducattillon, un desserrement de la censure que celui-ci fait peser sur elle depuis la purge menée en février 1954 par le maître général Emmanuel Suarez. Rédacteur, il paye de sa personne en signant à plusieurs reprises le « Bulletin de théologie morale » et le « Bulletin d’histoire de la philosophie médiévale » ainsi qu’une série d’articles déclinant le contenu de sa thèse. Mais, au nom de la réputation de son cher couvent d’études, il ne dédaigne pas non plus, lorsque l’aubaine s’en présente, de publier dans les Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge que dirige l’historien de la philosophie Étienne Gilson.

11Cette production intellectuelle reste néanmoins modeste au regard des œuvres qu’édifient alors les grands noms de l’école du Saulchoir (outre Marie-Dominique Chenu et Yves Congar, exilés respectivement en 1942 et 1954, Thomas Camelot, Pierre Gy, Claude Geffré, Henri-Dominique Saffrey…). Elle est celle d’un religieux dont le parcours s’effectue dans la ligne d’une conception collective du travail théologique telle qu’elle peut se vivre dans un couvent d’études uni autour d’une référence commune à la pensée de saint Thomas d’Aquin. Il n’hésite pas d’ailleurs à s’ériger contre ceux de ses confrères qui lui semblent manquer à cette discipline communautaire d’élaboration intellectuelle.

12Si le Saulchoir selon Pierre de Contenson a vocation à promouvoir la pensée thomiste, il ne saurait être la citadelle d’un maître, aussi prestigieux soit-il. Fort de cette conviction, il signe en 1956 dans la Revue des sciences philosophiques et théologiques une recension sans concession du recueil d’articles de Marie-Dominique Chenu que le Seuil avait publié l’année précédente sous le titre Pour une théologie du travail : déplorant les « formules approximatives dont le livre est tissé » ou, pire, l’emploi presque systématique « de termes désignant des réalités spécifiquement surnaturelles pour qualifier leurs succédanés naturels », Pierre de Contenson lui oppose les analyses d’Alain Touraine en sociologie et de Paul Ricoeur en philosophie afin d’enjoindre le théologien dominicain à davantage de discernement dans la délimitation et le traitement de son objet d’étude. Loin de se laisser intimider par l’émotion que soulève ce compte-rendu dans l’entourage de Marie-Dominique Chenu, le jeune lecteur campe sur sa position et dénonce chez ses contradicteurs l’aveuglement passionnel et le procès d’intention nourri par un « culte de la personnalité ». Il refuse même de reconnaître une quelconque validité à l’argument selon lequel ses critiques pourraient nourrir, au Saint-Office, le dossier à charge de Chenu. En revanche, il tire profit de l’incident pour renforcer sa propre conception du travail intellectuel au Saulchoir, en obtenant que tout texte destiné à la publication soit dorénavant soumis à l’ensemble des membres du comité de rédaction.

13Les qualités qu’il manifeste comme maître d’œuvre de la Revue des sciences philosophiques et théologiques incitent le régent des études, Jérôme Hamer, à lui confier en décembre 1959 le suivi de l’autre publication du Saulchoir, le Bulletin thomiste, menacé de disparition par le retrait de Jean Tonneau qui en assumait la direction depuis 1954. S’il y consent, c’est à la condition de faire prévaloir dans sa nouvelle fonction les méthodes de travail éprouvées depuis 1956 à la Revue des sciences philosophiques et théologiques : collégialité de l’évaluation des articles sous l’autorité du régent des études ; organisation des collaborations entre les lecteurs du couvent pour la rédaction des bulletins bibliographiques ; orchestration de l’ensemble par le secrétaire de rédaction. Mais pris entre la nécessité de veiller à l’orthodoxie thomiste des revues et celle d’y publier des articles d’une haute tenue scientifique, Pierre de Contenson peine à susciter les collaborations extérieures régulières même dominicaines. La situation est d’autant plus critique que les options apostoliques de la Province ne laissent au Saulchoir qu’un trop petit nombre de lecteurs. Reprenant à son compte l’argumentaire élaboré par Jean Tonneau pour justifier sa démission, il ne cesse de plaider – sans succès – pour une implication plus grande de la Province de France dans le destin du Bulletin thomiste.

14Docteur en théologie en 1958, Pierre de Contenson est nommé professeur ordinaire de la Faculté du Saulchoir le 14 avril 1960 (il dispense un enseignement de morale et une introduction à l’œuvre de saint Thomas) avant d’en être élu doyen d’octobre 1962 à janvier 1965. Il est également sous-prieur du couvent de février 1962 jusqu’à son élection comme prieur en mai 1967. Cumulant ces charges avec la direction des deux revues du lieu, il fait figure, au milieu des années 1960, de clef de voûte du dispositif conventuel. N’a-t-il pas été jusqu’à se faire élire conseiller municipal d’Étiolles entre 1953 et 1959 afin de mieux défendre les intérêts de sa communauté ?

Mercredi des Cend...Mercredi des Cendres à Sainte-Sabine, Rome, 1967

Mercredi des Cendres à Sainte-Sabine, Rome, 1967

Au cours des années 1960, tout en conservant d’importantes responsabilités au Saulchoir, Pierre de Contenson est amené à se rendre fréquemment à Rome. C’est au couvent de Sainte-Sabine, siège de la Curie généralice, qu’il est hébergé, avec d’autres dominicains issus du monde entier. Pierre de Contenson est le troisième dans la file du centre.

Archives dominicaines de la Province de France

15À ce moment pourtant, ses compétences l’ont déjà introduit à d’autres dimensions de la vie de l’Ordre des prêcheurs. Lorsqu’en 1962, Jérôme Hamer, régent au Saulchoir, est appelé à Rome comme socius du maître général pour les provinces de langue française et comme secrétaire général des études, il s’assure les services de Pierre de Contenson pour deux mois. Ce court séjour romain accompli début 1963 s’avère suffisant pour que le président de la Commission léonine, Antoine Dondaine, le désigne comme son successeur avec l’approbation enthousiaste du maître général, Anicet Fernandez. Au terme de tractations ayant pour objet de concilier cette nouvelle charge avec la bonne marche du Saulchoir, il est nommé sans changer de lieu d’assignation à la tête du collège des éditeurs de l’œuvre de saint Thomas d’Aquin le 15 octobre 1964. Ses fonctions le conduisent à des déplacements constants d’une équipe de travail à l’autre, de l’Italie (Rome) au Canada (Ottawa), en passant par les États-Unis (New-Haven), la France (Étiolles) et l’Espagne (Torrente). Pour faire face à ses nouvelles obligations, il restreint son enseignement et abandonne la direction de la Revue des sciences philosophiques et théologiques en 1965 puis du Bulletin thomiste en 1968, ce dernier périodique étant finalement repris – faute de candidat au Saulchoir – par l’Angelicum à Rome et la Province dominicaine de Naples.

16Promoteur d’une entreprise internationale réunissant une trentaine de savants dominicains, il est lui-même peu impliqué dans le travail d’érudition. Lors d’un colloque à Bonn, en février 1973, il précise le rôle que lui impute la nécessaire division des tâches : « Je coordonne le travail de multiples spécialistes dont chacun est beaucoup plus compétent dans son domaine que je ne puis l’être moi-même, et […] j’administre beaucoup plus que je ne travaille directement, même si c’est finalement moi qui dois prendre les décisions ultimes. » Il lui revient néanmoins de faire œuvre d’historien, d’une part par sa minutieuse présentation des apports de la Commission léonine au domaine de l’édition critique des textes médiévaux (Bulletin de philosophie médiévale de Louvain en 1970 ; colloque de Bonn en 1973), d’autre part par la reconstitution – documents à l’appui – des origines de cette institution et de ses premiers pas dans le contexte de la restauration thomiste des années 1870-1890 (étude publiée par l’Institut d’études médiévales de Toronto en 1974).

17Président de la Commission léonine, Pierre de Contenson garde néanmoins un ancrage au Saulchoir qui n’est ni de pure forme ni le fruit du hasard. Si sa méfiance à l’égard des milieux de la Curie est évidente lors de ses premiers voyages à Rome, elle ne suffit pas à expliquer son attachement au couvent d’Étiolles qui tient avant tout à ce qu’il représente un lieu de formation et de rayonnement sans pareil de la pensée dominicaine en France : c’est, par exemple, comme professeur de morale du studium dominicain qu’il est invité devant des auditoires variés – dont le Centre catholique des intellectuels français – au début des années 1960 pour aborder le sujet de la contraception, ce qu’il fait en proposant une interprétation remarquée pour son caractère innovant des principes traditionnels de l’Église. Une autre dimension, plus intime, entre en ligne de compte : lorsqu’il manifeste ses aspirations personnelles, le Pierre de Contenson des années 1960 évoque à plusieurs reprises son regret de ne pouvoir consacrer toute sa vie de religieux à la prédication. Le maintien au Saulchoir est aussi pour lui le moyen de préserver, même de manière limitée, ce ministère qu’il estime nécessaire à son équilibre personnel. S’il lui arrive de répondre favorablement aux requêtes émanant du maître général, comme en 1966 pour l’établissement d’un questionnaire étendu à l’ensemble des provinces dominicaines, ou en 1968 lorsqu’il fait partie de la commission préparatoire du chapitre général de River Forest (États-Unis) avant d’y être appelé comme expert, il ne consent pas à certaines d’entre elles : en 1966, il décourage le maître de l’Ordre de le nommer à Rome en remplacement de Jérôme Hamer comme assistant de langue française et secrétaire général des études. De la même façon, il refuse le résultat de l’élection qui le désigne pour prendre la tête de la Province de Belgique-Sud en août 1967.

18Le 24 mai 1967, Pierre de Contenson est élu prieur du couvent du Saulchoir, charge qu’il assume jusqu’à sa démission à l’été 1969. Les événements de mai-juin 1968 et leur réfraction dans l’Ordre à partir du 20 mai confèrent à son priorat une importance sans commune mesure avec la dimension administrative qu’il revêt usuellement. Si les religieux responsables de la formation (régent des études et père maître en particulier) sont plus immédiatement exposés que lui aux requêtes et contestations des étudiants, il ne lui incombe pas moins d’assurer la bonne tenue de la vie régulière. Et c’est bien parce qu’il juge celle-ci mise en cause par la répétition des assemblées au Saulchoir qu’il fait appel au provincial, Nicolas Rettenbach. Loin de lui donner satisfaction, ce dernier avalise la démarche réflexive des étudiants contestataires et passe outre sa menace de démissionner si le mouvement n’est pas suspendu. Seul un vœu exprès du maître général de l’Ordre, Anicet Fernandez, le fait revenir sur sa décision début juin 1968. Il s’affirme dès lors en opposant résolu du provincial et s’inscrit en faux, au nom du respect des constitutions dominicaines, contre tout bouleversement des structures conventuelles. Faisant figure de prieur conservateur à Étiolles, il apparaît au contraire à la pointe de la rénovation au chapitre général de River Forest de septembre 1968, fulminant contre les « nombreux capitulaires [qui] ont encore une mentalité du xixe ou même du xviie siècle et ne sont en aucune façon sensibilisés aux problèmes du monde d’aujourd’hui et à l’esprit du concile de Vatican II ».

19À son retour en France, ses relations privilégiées avec le maître de l’Ordre en font le porte-parole auprès de lui des inquiétudes des dominicains de la Province, en particulier lorsque se formalise un projet de formation destiné à être soumis à des assises provinciales en juillet 1969 et qui aurait pour effet la disparition du couvent d’études. Au Saulchoir même, il suscite la mobilisation des opposants à ce projet en les encourageant à investir les assemblées où il s’élabore, puis il organise une consultation des religieux du couvent afin de mettre en lumière la faible représentativité de ceux qui travaillent à une réforme des études. À Rome, où il se rend en mai 1969, il obtient du maître général l’autorisation de faire connaître aux dominicains de sa sensibilité une lettre. Celle-ci, adressée par Anicet Fernandez au provincial de France le 21 avril, lui exposait sa réticence à la fermeture du couvent d’Étiolles. La diffusion de la lettre du maître de l’Ordre échappe vite au contrôle de Pierre de Contenson et suscite, en réaction, sa mise en cause par Nicolas Rettenbach dans Ut sint unum le bulletin de liaison de la Province – du 1er juin 1969. Désavoué ouvertement par son supérieur, contesté par certains de ses confrères du Saulchoir, il remet sa démission de prieur le 23 juillet tout en conservant la charge de la procure jusqu’en juin 1970.

20Meurtri par l’issue de cet affrontement et plus encore par la disparition du Saulchoir comme lieu d’études qu’entérinent les assises et le chapitre provincial de juillet 1969, il envisage de quitter la Province de France, voire l’Ordre dominicain. La responsabilité de la Commission léonine et la sollicitude de son ami Jérôme Hamer, devenu en 1969 secrétaire au Secrétariat pour la promotion de l’unité des chrétiens, qui lui confie dès 1970 le soin de rationaliser le fonctionnement de cet organisme et de mettre en place son service d’archives lui offrent la possibilité d’envisager son maintien dans l’Ordre au service de la Curie romaine. Cette équation personnelle – sans être déterminante – pèse dans la manière dont il négocie avec Nicolas Rettenbach le déménagement de la section française de la Commission léonine lorsque le Saulchoir ferme ses portes en 1972 : s’étant convaincu que ni le provincial ni la Province dans son ensemble n’appréciaient plus à sa juste valeur le travail d’édition des textes de Thomas d’Aquin, il en assure la transplantation en Italie, dans la banlieue de Rome, à Grottaferrata. C’est là, en janvier 1973, dans un couvent de l’Ordre de saint François dédié à l’étude des œuvres des auteurs franciscains du Moyen Âge et offrant de remarquables conditions de vie et de travail intellectuel, qu’il recrée une section de la Léonine avec les anciens d’Étiolles : Hyacinthe Dondaine, Louis-Jacques Bataillon, Bertrand Guyot et Benoît Berthelot. L’arrivée de trois autres dominicains, dont Antoine Dondaine, permet à la communauté de se donner une structure conventuelle sous le patronage des saints Bonaventure et Thomas. Pierre de Contenson, élu le 2 mars 1974, en est le premier prieur.

Pierre de Contens...Pierre de Contenson et Paul VI, 1975

Pierre de Contenson et Paul VI, 1975

C’est d’abord les responsabilités de Pierre de Contenson à la tête de la Commission léonine qui l’amènent à rencontrer le pape Paul VI en 1965. Dix ans plus tard, en 1975, c’est comme membre du comité de liaison entre l’Église catholique romaine et le judaïsme qu’il est reçu en audience.

Archives dominicaines de la Province de France

21À son arrivée en Italie en janvier 1973, il devient également membre du bureau du Secrétariat pour l’unité des chrétiens que préside le cardinal Johannes Willebrands et se spécialise dans les relations avec les Églises issues de la Réforme. Il réinvestit dans cette nouvelle fonction ses compétences de théologien moraliste en participant à un groupe d’étude des questions posées par les mariages mixtes dont il devient le co-secrétaire. En octobre 1974, il est nommé secrétaire de la toute nouvelle commission pontificale pour les relations religieuses avec le judaïsme qui est placée sous la coupe du Secrétariat pour l’unité. Cette promotion a valeur de reconnaissance d’un état de fait qui prévaut depuis qu’il a commencé à nouer au début 1973 des relations avec diverses personnalités juives. Il inaugure cette fonction vouée au dialogue judéo-chrétien par un voyage à Jérusalem au cours duquel il rencontre tant les représentants des Églises chrétiennes (catholiques, réformés et orthodoxes) que des rabbins et des fonctionnaires de l’État hébreu. En décembre 1974, dans un contexte international marqué par des votes de l’ONU et de l’UNESCO défavorables à l’État sioniste, il cosigne avec le président de la commission, Joannes Willebrands, des « Orientations et suggestions pour l’application de la déclaration conciliaire Nostra Aetate, n° 4 ». Très attendu, le document suscite lors de sa publication en janvier 1975 un accueil mitigé, voire sceptique du côté du judaïsme, certains commentateurs exprimant leur vif regret que l’État d’Israël n’y soit pas mentionné. Il lui faut dès lors s’en faire l’avocat dans les médias, ce qui est pour lui l’occasion de rappeler avec constance qu’il ne revient pas à l’Église catholique de se placer sur un terrain autre que religieux dans ses relations avec le judaïsme. Les déplacements et les rencontres qui se succèdent, comme celle, en mars 1976 à Jérusalem, du Comité de liaison international entre catholiques et juifs, ont raison de sa santé : après deux alertes au printemps 1976, il succombe à un infarctus à l’hôpital civil de Frascati le 7 juillet 1976. Plusieurs représentants du judaïsme font le déplacement lors de ses obsèques, célébrées dans la basilique Sainte-Sabine de Rome le 9 juillet tandis que de nombreux messages de condoléances venus d’Europe et d’Amérique attestent des multiples contacts que, dans ses fonctions, il avait su nouer. Il est inhumé dans le caveau dominicain du cimetière de Campo Verano.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Archives de la famille de Contenson. —Documentation catholique, 1668, 19 janvier 1975, p. 59-62 et 1695, 4 avril 1976, p. 344. — Sens, 1, mars 1975. — Le Figaro, 8 juillet 1976. — Le Monde, 10 juillet 1976. — Informazioni Dominicane Internazionali, 20 juillet 1976, p. 145-146. — Ut sint unum, septembre 1976, p. 128-133. — « Le décès d’un cher collaborateur : le Père Pierre-Marie de Contenson, OP », Service d’information du Secrétariat pour l’unité des chrétiens, 31, 1976/II, p. 20. — Frère Pierre-Marie de Contenson de l’Ordre des prêcheurs, Marino, S. Lucia, s.d. — Louis Bataillon, « La Commission léonine à Grottaferrata (1973-1977) », Archivum Franciscanum Historicum, 70, 1977, p. 569-571. — Jean-Pierre Jossua, « Le Saulchoir : une formation théologique replacée dans son histoire », Cristianesimo nella storia, XIV, février 1993, p. 99-124. — Martine Sevegrand, Les enfants du bon Dieu. Les catholiques français et la procréation au xxsiècle, Paris, Albin Michel, 1995. — Henry Donneaud, « Le Saulchoir : une école, des théologies ? », Gregorianum, 83/3, 2002, p. 433-449. — Marcel-Jacques Dubois, Nostalgie d’Israël (entretiens avec Olivier-Thomas Venard), Paris, Éditions du Cerf, 2006. — Yann Raison du Cleuziou, De la contemplation à la contestation, socio-histoire de la politisation des dominicains de la Province de France (1950-1980), thèse de Science politique de l’Université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, 2008. — Dominique Avon, Michel Fourcade dir., Un nouvel âge de la théologie ? 1965-1980, Paris, Karthala, 2009. — Adelbert Denaux, Peter de Meyeds, The ecumenical legacy of Johannes cardinal Willebrands (1909-2006), Peeters, Leuven, Paris, Walpole, 2012. — Notice Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_de_Contenson, consultée en janvier 2013. — Site du Vatican : http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/chrstuni/relations-jews-, consulté en janvier 2013.

Haut de page

Œuvre

Utrum sancti videbunt Deum per essentiam? (IV Sent., d.49, q.2, a.1). — Recherches sur les diverses composantes du problème théologique de la vision béatifique tel qu’il s’est posé aux théologiens parisiens dans la première moitié du xiiie siècle, thèse de lectorat du Saulchoir, 1952, 2 vol. dactylographiés.

Articles

dans la Revue des sciences philosophiques et théologiques :

« Bulletin de théologie morale » (en collaboration avec Marie-Joseph Le Guillou) XXXVII, 1953, p. 295-312 ; « Bulletin d’histoire de la philosophie médiévale », XXXVIII, 1954, p. 777-791 ; « Bulletin de théologie morale », XXXIX, 1955, p. 38-71 ; « Bulletin d’histoire des doctrines médiévales » (en collaboration avec Jean Robilliard), XXXIX, 1955, p. 423-432, 449-483 ; « Bulletin d’éthique et de théologie morale », XL, 1956, p. 315-385 ; « S. Thomas et l’avicennisme latin », XLII, 1958, p. 3-31 ; « Avicennisme latin et vision de Dieu au début du xiiie siècle », XLVI, 1962, p. 3-44 ; « Fécondité, bonheur et morale », XLVI, 1962, p. 3-44 ; « La théologie de la vision de Dieu au début du xiiisiècle. Le De retributionibus sanctorum de Guillaume d’Auvergne et la condamnation de 1241 », XLVI, 1962, p. 409-444.

Autres articles :

Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, XXVI, 1959, p. 29-97. — « Sexualité et limitation des naissances : un catholique peut-il accepter la tolérance légale de la contraception ? », Recherches et débats du CCIF, 43, juin 1963, p. 86-101. — « L’édition critique des œuvres de S. Thomas d’Aquin », Bulletin de philosophie médiévale, 10-12, 1968-1970, p. 175-186 ; 13, 1971, p. 128-130 ; 14, 1972, p. 85-86 ; 15, 1973, p. 139-140 ; 16-17, 1974-1975, p. 148-152. —« L’édition critique des œuvres de S. Thomas d’Aquin. Principes, méthodes, problèmes et perspectives », dans Probleme der Edition mittel und neulateinischer Texte, Bonn, 1973, p. 55-73. —« Principles, methods and problems of the critical edition of the works of saint Thomas as presented in the Leonine Edition », Tijdschrift voor Filosofie, XXXVI, 1974, p. 342-364. — « Documents sur les origines et les premières années de la Commission léonine », dans St Thomas Aquinas, 1274-1974. Commemorative studies, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies, 1974, vol. II, p. 331-388. — Introduction à l’édition italienne de Jules Isaac, Gesù e Israele, Firenze, Nardini Editore, 1975.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Pierre de Contenson lors d’un camp scout en 1952
Légende Scout avant d’entrer chez les dominicains, Pierre de Contenson manifeste comme aumônier son attachement à ce mouvement.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/181/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Pierre de Contenson et son père, le général Stanislas de Contenson, en captivité en Allemagne
Légende Interné en Prusse orientale, Pierre de Contenson obtient l’autorisation, fin 1941, de rejoindre son père, prisonnier à la forteresse de Königstein avec d’autres officiers supérieurs alliés. Initialement concédé pour quelques jours, son séjour s’y prolonge jusqu’à la fin 1942.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/181/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Sur la route de Chartres
Légende Quelques jours après leur ordination diaconale, en juillet 1949, les étudiants du Saulchoir partent en pèlerinage à Chartres sous la conduite du maître des étudiants Nicolas Rettenbach. Les conditions de voyage, rustiques, n’excluent pas l’entretien de l’apparence.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/181/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Mercredi des Cendres à Sainte-Sabine, Rome, 1967
Légende Au cours des années 1960, tout en conservant d’importantes responsabilités au Saulchoir, Pierre de Contenson est amené à se rendre fréquemment à Rome. C’est au couvent de Sainte-Sabine, siège de la Curie généralice, qu’il est hébergé, avec d’autres dominicains issus du monde entier. Pierre de Contenson est le troisième dans la file du centre.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/181/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Pierre de Contenson et Paul VI, 1975
Légende C’est d’abord les responsabilités de Pierre de Contenson à la tête de la Commission léonine qui l’amènent à rencontrer le pape Paul VI en 1965. Dix ans plus tard, en 1975, c’est comme membre du comité de liaison entre l’Église catholique romaine et le judaïsme qu’il est reçu en audience.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/181/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Tangi Cavalin, « CONTENSON Pierre de », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, C, mis en ligne le 30 avril 2015, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/181

Haut de page

Auteur

Tangi Cavalin

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals