Navigation – Plan du site

AccueilDictionnaireNotices biographiquesBBEGOUËN-DEMEAUX Michel

BEGOUËN-DEMEAUX Michel

BEGOUËN-DEMEAUX Michel Marie Jean François à l’état civil ; BEGOUËN-DEMEAUX Matthieu en religion
Catherine Berger et Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Né le 15 septembre 1905 au Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), mort le 13 janvier 1997 à Lille (Nord).
Aumônier national des officiers de la Marine marchande (1938), co-fondateur de la Mission de la Mer, supérieur puis prieur du couvent de Casablanca (1968-1971).

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 15/04/2021.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 22 septembre 1925 à Amiens
• Profession simple : 23 septembre 1926 à Amiens
• Profession solennelle : 23 septembre 1929 au Saulchoir à Kain
• Ordination sacerdotale : 25 juillet 1930 au Saulchoir à Kain

1Descendant de notables havrais – son trisaïeul, armateur, président de la Chambre de commerce, maire de la ville (1821-1830), qui avait accolé le nom Demeaux à celui de Begouën qu’il tenait de ses ancêtres (« l’oncle de Meaux, négociant du Havre » selon le Mémorial de la famille) pour désigner la branche aînée des Begouën ; son bisaïeul, négociant qui aurait ruiné sa famille ; son grand-père, courtier dans le commerce – Michel Begouën-Demeaux appartient à la vaste, du moins à la très nombreuse famille Begouën. Il est le fils de Maxime Marie Anatole Begouën-Demeaux, assureur maritime, et de Marie Adélaïde Édou, mariés en 1883. Lui et sa sœur jumelle, Marie Anne Yvonne, sont les derniers enfants d’une fratrie qui en compte ou en a déjà compté dix. Son père est dit, sur son acte de naissance, assureur, mais d’autres sources, notamment son faire-part de décès, rappellent qu’il a été administrateur-directeur de la Compagnie commerciale d’assurances maritimes du Havre, ancien maire de Grand-Camp (petite commune située à quelques kilomètres du Havre) et président d’honneur du patronage Saint-Thomas d’Aquin.

2Michel grandit au Havre dans une famille chrétienne ébranlée par la mort du père, en 1913, dont il dira dans ses Souvenirs sur Maman combien il a déploré l’absence du « contrepoids de la pensée paternelle libérale, fort avertie et sage ». Il perd deux frères, morts pour la France durant la Grande Guerre : Gabriel, sous-lieutenant au 9e régiment de marche de zouaves, en 1915, et Max, lieutenant de vaisseau, en 1917. Élevé par sa mère, avec une sollicitude exigeante inculquant le sens du devoir, il apprend rapidement qu’il faut dépasser les difficultés de la vie quotidienne « pour rejoindre l’éternel présent de Dieu ». Tertiaire de Saint-Dominique (sœur Catherine de Sienne), Madame Begouën-Demeaux, à la recherche d’une doctrine théologique et d’une vie mystique, a laissé des carnets spirituels que Thomas Bésiade a étudiés pour en faire une introduction destinée à leur publication qui, finalement, n’a pas vu le jour. Toutefois et quelle que soit la date de son entrée dans le tiers ordre, son attitude profondément « vigilante pour l’âme de ses enfants » conduira quatre d’entre eux dans la vie religieuse : Max et Philippe comme prêtres diocésains, Alix (sœur Agnès) et Michel dans l’Ordre de Saint-Dominique.

Représentation théâtrale au séminaire des Carmes en 1924

Représentation théâtrale au séminaire des Carmes en 1924

Quand les séminaristes rappellent l’histoire : Michel Begouën-Demeaux dans le rôle de l’inquisiteur (au centre), au premier plan (tout à fait à droite) Yves Congar.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Après sa scolarisation jusqu’au baccalauréat (lettres) au collège Saint-Joseph du Havre, Michel Begouën-Demeaux intègre le séminaire des Carmes à l’Institut catholique de Paris où il va côtoyer Yves Congar. Il en sort trois ans plus tard, nanti d’un doctorat en philosophie scolastique et de trois certificats de la licence de philosophie obtenus à la Sorbonne, pour entrer chez les frères prêcheurs. S’il n’y a aucune trace de ses motivations dans les archives de la Province de France, il est probable que l’exemple de sa sœur, Alix, moniale dominicaine entrée au monastère du Rosaire à Billancourt le 9 juin 1921 ou l’adhésion de sa mère à la fraternité dominicaine ou encore le type de ministère de son frère Max (ordonné en 1913) aient contribué à ce qu’il quitte le clergé séculier pour devenir religieux, mais ce ne sont que des suppositions. Quoi qu’il en soit, il prend l’habit le même jour qu’Augustin Maydieu (le 22 septembre 1925) au couvent d’Amiens – dont le père-maître est Réginald Berger et reçoit le prénom de Matthieu, mais sera surtout connu sous celui de Michel. À l’issue de ses premiers vœux, il poursuit ses études de philosophie et de théologie au Saulchoir de Kain en Belgique durant lesquelles, il est exempté du service militaire (le 30 novembre 1927) pour raison de santé.

Michel Begouën-Demeaux, l’année de son noviciat (1926).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

Dominicain au Havre 1931-1939

4Ordonné par le nonce Mgr Maglione le 25 juillet 1930, il est assigné un an plus tard au couvent du Havre – ce qui est inhabituel dans l’Ordre qui n’envoie généralement pas un frère dans son milieu d’origine – comme aumônier des officiers de la Marine marchande. Il succède à Denys Chenault, aumônier des scouts marins du Havre, qui avait commencé à impulser l’Action catholique auprès des milieux de la Marine marchande. En effet, selon Jacques Traizet, ancien élève de l’École Saint-Elme à Arcachon, présent comme élève officier lors d’une cérémonie de promesse sur le paquebot Île-de-France en 1928, deux officiers avaient confié au dominicain l’abandon intellectuel et spirituel dans lequel se trouvait leur profession. Le couvent, devant cette situation, avait contribué à ce qu’une bibliothèque flottante soit organisée et puisse être embarquée.

5Quand Michel Begouën-Demaux arrive au Havre, il reprend l’aumônerie du Cercle d’études de la Jeunesse maritime chrétienne de l’École d’hydrographie dont Ceslas Tunmer avait la responsabilité lorsqu’il avait dû remplacer Denys Chenault, victime de la tuberculose. Ce Cercle d’études avait été créé à la suite de la fondation de la Jeunesse maritime chrétienne (JMC), en 1929, à Saint-Malo par Louis-Joseph Lebret. C’est d’ailleurs dans cette perspective qu’il s’occupe d’un groupe de JMC à l’École de navigation du Havre. Mais, surtout, s’attachant au développement de l’Action catholique auprès des officiers de la Marine marchande, il participe à la fondation le 30 octobre 1933 du Groupement maritime de la Croix de Saint-André, présidé par le commandant Hervé (ancien commandant de la Compagnie générale transatlantique) qui, à partir de 1935, va s’étendre à d’autres ports de commerce. Ce groupement, que l’historien Alain Le Doaré caractérise comme un « Mouvement d’Action catholique et d’Action sociale », se manifeste par des messes mensuelles auxquelles sont invitées les familles des officiers, des réunions de travail toutes les trois semaines, un bulletin bimensuel, La Croix de Saint-André (cinq numéros par an d’octobre 1932 à 1939), et une bibliothèque. Il compte une trentaine d’adhérents quelques mois après sa fondation et s’affiliera à la Fédération des œuvres catholiques pour marins.

Les écoles de navigation avaient fourni les plus jeunes cadres, mais, par la diffusion du bulletin – imprimé à partir de 1934 –, par les messes mensuelles, par les visites des aumôniers à bord, se formait petit à petit un milieu ; il faut dire un « mini-milieu », car le tirage du bulletin ne dépassa jamais 300. Ce milieu était porteur d'une foi en mouvement ou, plus exactement, en ces débuts, d’une pensée, d’une pensée à deux facettes, la facette religieuse, car on profitait alors d’une réflexion catholique en plein essor, la facette sociale, dans le sillage du pape Pie XI et du père Joseph Lebret (Begouën-Demeaux, « La Transmission de la foi dans la marine de commerce française entre les années 1930 et 1950 », p. 63).

Avec Augustin Maydieu

Avec Augustin Maydieu

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

6En juin 1937, Michel Begouën-Demeaux crée le Centre d’études corporatives maritimes au Havre. Ce centre accueille tous les membres de la profession maritime (officiers de la marine marchande, personnel subalterne, armateurs, etc.) afin de rassembler les éléments constitutifs de la profession dans une perspective de justice sociale et d’amitié chrétienne (encyclique Quadragesimo anno), ce qui va à l’encontre du cloisonnement traditionnel du personnel dans la Marine. Après avoir participé le 22 septembre 1937 au congrès d’Apostolat maritime à Anvers, il ouvre la première journée annuelle d’études du Centre d’études corporatives maritimes le 21 novembre, calqué sur le Secrétariat social maritime de Louis-Joseph Lebret. Il obtient, en 1938, du frère Georges Renard, juriste, de soutenir, en fonction de son expertise, sa fondation. Nommé cette année-là par l’Assemblée des cardinaux et archevêques aumônier national des officiers de la Marine marchande tout en gardant l’aumônerie des écoles de navigation, il peut compter désormais sur le dominicain François de Laubier qui vient d’être assigné au Havre pour le seconder. Le 29 janvier 1939, il crée un nouveau centre d’études, L’Entente professionnelle maritime, qui fait suite au Centre d’études corporatives maritimes avec les mêmes perspectives et dont le président est le commandant Briau, armateur. Ce centre édite la revue Professions maritimes en collaboration avec le Secrétariat social maritime de Saint-Malo et perpétue les journées d’études du Centre d’études corporatives maritimes.

La guerre

7La déclaration de guerre suspend toute activité apostolique : Michel Begouën-Demeaux est évacué en Angleterre d’où, au bout d’un court laps de temps, il gagne Marseille (zone non occupée), car il souhaite être parmi les milliers de marins qui restent à quai après la signature de l’armistice. Mobilisé à l’automne 1940 comme aumônier militaire pour la région marseillaise, il est plus particulièrement responsable de la base aéronavale de Berre, fonction qu’il gardera jusqu’à sa démobilisation le 29 août 1942. Il retrouve au couvent Saint-Lazare François de Laubier qui avait été mobilisé comme aumônier d’un chantier de jeunesse. Tous deux décident en 1941 de reprendre les activités de L’Entente professionnelle maritime dans un local, 49 rue de la Paix, loué par le père Lebret et le commandant Perdrault, la solde d’aumônier de Michel Begouën-Demeaux permettant d'éponger les premiers frais. Ce local sert également au père Lebret de bureau pour exercer ses fonctions de secrétaire général puis de directeur du bureau d’études de L’Union des pêcheurs méditerranéens tout en s’occupant parallèlement de la fondation d’Économie et Humanisme au 32 rue Marengo. Begouën-Demeaux contacte alors le milieu d’officiers de la Marine marchande récemment démobilisés et sans embarquement et les incite à se regrouper dans une perspective d’entraide matérielle et spirituelle.

8Une première réunion a lieu en 1941 où Begouën-Demeaux présente le programme des travaux à envisager. Sur sa demande, un poste d’aumônier de l’École de navigation à Marseille est attribué au père de Laubier. Impulsant les objectifs de la JMC, ce dernier lance, à partir de 1942, un bulletin mensuel ronéotypé, L’équipe d’hydro, qui propose aux élèves des sujets de réflexion sur la vocation, les réalités du métier, la communauté maritime, le mariage… La plupart des articles sont écrits par des anciens élèves et les aumôniers. Souvent grâce au père de Laubier qui franchit plus ou moins clandestinement la ligne de démarcation, le bulletin arrive à être transmis aux autres écoles afin d'établir une liaison. En 1943 après un camp national, le bulletin prendra le nom de Jeune Marine. Un premier numéro sortira en octobre 1944 et les statuts de l’association seront déposés le 19 juin 1945.

9Du 14 au 26 septembre 1942, Michel Begouën-Demeaux participe au congrès de l’Apostolat de la Mer qui a lieu dans l’île de Porquerolles et qui a pour dessein le recrutement de prêtres spécialisés pour l’apostolat maritime sur la côte méditerranéenne, susceptibles de s’adresser aux jeunes marins, navigants ou en formation. Il y fait deux interventions : « Corporation dans la Marine marchande » et « L’homme bâti pour Dieu ». Mais, bien qu’à partir de novembre 1942, les activités de L’Entente professionnelle maritime soient suspendues à cause des contrecoups de l’occupation de la zone sud (contrôle du port par les Allemands, expulsion des habitants du vieux port, etc.), il n’abandonne pas pour autant son apostolat qu’il a développé et tente de le perpétuer dans la cité phocéenne auprès des marins. En même temps, il mesure avec le jésuite Jean-Marie Butel, aumônier national de la JMC, François de Laubier, le dominicain Damase Belaud, directeur du secrétariat maritime de Saint-Malo avec lesquels il est régulièrement en contact, et en accord avec Louis-Joseph Lebret, qu’il est nécessaire de constituer une aumônerie générale de la Marine marchande. C’est dans cette perspective qu’ils commencent conjointement à élaborer les premiers statuts de cette aumônerie qui deviendra la Mission de la mer en juin 1945.

10Quand regagne-t-il Le Havre ? Probablement dès la libération de Marseille. Il va désormais, avec François de Laubier, œuvrer pour maintenir leurs engagements auprès du monde maritime, à la demande du prieur de la Province de France, Antonin Motte, décidé à favoriser cette initiative apostolique.

De la Libération à 1961

11Dans l’immédiat après-guerre, où la déchristianisation s’impose comme une évidence, l’apostolat dans le monde maritime se structure dans une perspective missionnaire. Désormais la Mission de la Mer, dont le responsable, Jean-Marie Butel, est nommé par l’Assemblée des cardinaux et archevêques, est l’organisme qui impulse, centralise et planifie l’engagement apostolique concernant les marins.

La Mission de la Mer, fondée en 1945, a pour but le bien spirituel et moral des marins de pêche et de commerce. Ceux-ci, échappant par leur vie même et leur métier aux prêtres des paroisses côtières, il fallait créer un corps de prêtres spécialisés qui, en dehors du cadre paroissial, consacreraient leur vie sacerdotale aux marins. […] Quelle est l’activité des missionnaires de la mer ? Ils visitent les navires à quai, les hôpitaux où sont soignés les marins ; ils accueillent à la Mission des navigateurs de passage ; ils sont aumôniers des Écoles de navigation (futurs officiers) et d’apprentissage maritimes (équipages) ; ils s’occupent des navigateurs souvent exilés loin de leur terroir ; ils sont aumôniers des sections de Jeunesse maritime chrétienne. Enfin, quelques-uns d’entre eux embarquent comme matelots afin d’instaurer dans un milieu très déchristianisé une présence sacerdotale et donner un témoignage d’authentique charité. (CNAEF, IV 2CO)

12Un rapport d’activité de juin-juillet 1945 (CNAEF, IV 2CO) évoque les différentes responsabilités de Michel Begoüen-Demeaux qui vont être les siennes pendant une quinzaine d’années : organisation de sessions pour les élèves des écoles de navigation (camp à Étretat en Seine-Inférieure/Seine-Maritime, au Frioul, une île au large de Marseille) animation de cercles d’études dans les écoles, formation de séminaristes, notamment de la Mission de France, participation au congrès de l’Apostolat de la Mer du 10 au 17 juillet 1945 à Étretat où il intervient sur le thème de la « Communauté conquérante au commerce ». Il participera aux congrès tant que ses responsabilités réclameront sa présence (île de Berder en 1947, Château de Montval en 1948, Kersa en 1950, Roscoff en 1951…). Il est, surtout, chargé de Présences – l’Action catholique des officiers de la Marine marchande – qui édite une revue du même nom. À ce titre, il voyage perpétuellement entre les grands ports, les écoles de navigation et Paris. Il rencontre régulièrement les pères Butel et Augros, supérieur du séminaire de la Mission de France qui assure la formation des séminaristes qui souhaitent intégrer la Mission de la Mer. Il lui revient d’assurer leur « amarinage » par des sessions d’initiation à l’apostolat maritime, de favoriser leur entrée dans le monde maritime grâce à ses relations au ministère de la Marine et dans les compagnies de navigation.

13Il est aussi amené à nouer des liens avec sœur Marie-Bernard (Anne-Marie Bellet), dominicaine apostolique d’Auch, qui lui demande des conseils pour vivre sa vocation missionnaire. Il entreprend une démarche auprès de Paul Philippe, alors commissaire général de la Suprême congrégation du Saint-Office, pour qu’elle obtienne un indult d’exclaustration qui l’autorisera à rompre provisoirement ses vœux pour vivre comme infirmière sur le territoire de la paroisse de Notre-Dame des Neiges. Quand elle arrive au terme de son exclaustration en 1955, elle gagne Paris et forme avec deux autres sœurs dominicaines une petite communauté qui désire partager la vie ouvrière. C’est le moment où certains dominicains de la Province de France se posant la question d’une mission dominicaine englobant une équipe féminine prend forme. Michel Begouën-Demeaux s’en fait le porte-parole auprès du provincial par l’intermédiaire de Benoît Allo. La correspondance qui le lie à sa sœur Alix, prieure du monastère des dominicaines de Logelbach (Haut-Rhin), témoigne du soutien constant qu’il apporte à la communauté pour réaliser sa vocation. C’est finalement à Malakoff puis à Paris dans le XIIIe arrondissement, rue Cantagrel, que l’équipe féminine s’établira.

14À ces multiples activités, il doit ajouter celle, à partir du 6 novembre 1957, de supérieur de la maison du Havre. En effet depuis 1945, le couvent du Havre, dont le prieur était Jourdain Bonduelle, avait été transféré à Rouen. Afin de maintenir une présence dominicaine auprès du monde maritime havrais, une maison filiale de Rouen avait été maintenue. Elle avait accueilli des frères qui désiraient naviguer qui, comme Jean-Pierre Voreux, en attendant de monter à bord d’un navire, s’occupaient d’Action catholique ouvrière. Bien que Michel Begoüen-Demeaux défende la nécessité de garder cette maison au nom de la mission, le chapitre général de 1959 décide sa fermeture d’autant que le décret Pizzardo, à la suite de la condamnation vaticane des prêtres-ouvriers le 1er mars 1954, interdit au même moment à tout prêtre navigant (désigné aussi comme prêtre-marin) d’avoir un emploi salarié. Le transfert des derniers frères à Rouen a lieu en 1961 et interrompt – de fait et au bout de trente ans passés au Havre – l’apostolat de Begoüen auprès du monde maritime. Ayant besoin de repos, il est envoyé au Maroc non seulement pour des raisons de santé, mais pour y renforcer l’implantation dominicaine.

Au Maroc : Meknès, Casablanca, Rabat (1961-1983)

15Il écrira en 1986 :

Envoyé au Maroc pour me refaire une santé, j’y ai vécu trois ans à Meknès, le reste du temps à Casablanca, et les deux dernières années à Rabat. […]

C’était pour moi un autre monde encore, un monde de la Loi et des coutumes, un monde où il n’y avait pas seulement les musulmans comme citoyens, mais aussi les juifs. Dès mes années de Meknès, j’ai pris contact avec mes amis protestants. Et, de fil en aiguille, j’ai été chargé par l’archevêque de Rabat des relations œcuméniques et juives. Il s’agissait d’être, tous chrétiens ensemble (catholiques, réformés, anglicans, orthodoxes) des témoins de l’Évangile tant vis-à-vis de la vie de la communauté juive – bien structurée – que du monde musulman.

J’y ai appris quelque chose de très fondamental, que les chrétiens occidentaux pratiquent assez mal, à savoir le respect du mystère (ADPF).

16C’est en effet à Meknès que Michel Begouën-Demeaux, assigné à la maison Saint-Dominique de Casablanca dont le supérieur est Pierre Ecrement, s’intéresse à l’œcuménisme puis s’attache, en plein concile Vatican II, à le développer en dirigeant des réunions de rencontre et de travail. Parallèlement, il anime des groupes de laïcs (Équipes enseignantes) et devient l’aumônier des sœurs moniales dominicaines de Prouilhe et de Blagnac, installées à Meknès-el-Menzeh non loin de Rabat. En 1964, lorsqu’il réside à Casablanca, il continue à exercer sa fonction d’aumônier des sœurs à Meknès tout en assurant des responsabilités auprès de groupes bibliques et œcuméniques et d’aumônier de Vie nouvelle. Il donne aussi des cours du soir à des Marocains, conscient de l’ampleur de la misère culturelle du tiers-monde. En 1967, après un voyage à Jérusalem où il découvre les rites du judaïsme, il participe aux regroupements trimestriels de la Fraternité Charles de Foucauld, composée de laïcs, hommes et femmes, vivant selon la spiritualité de l’ermite du désert.

17Le 21 juin 1968, il est nommé supérieur de la maison de Casablanca, remplaçant le frère René Pérez. Lorsque le prieur provincial, Nicolas Rettenbach érige canoniquement la maison en couvent le 22 janvier 1969, il en devient le prieur (10 mars). Depuis sa fondation, le couvent a une certaine audience car son implantation se confond avec la paroisse que les frères ont créée dans un quartier nouveau de la ville. Sous son priorat, le curé Edmond Privat – membre également du Conseil pastoral de Casablanca et du Conseil épiscopal – anime une catéchèse vivante et un réseau amical de fidèles. Les autres frères contribuent au rayonnement du couvent marqué par la volonté commune de participer à l’évolution économique et culturelle marocaines, tels René Pérez qui enseigne le français dans un lycée marocain, Pierre Lambert qui professe les mathématiques et statistiques à la faculté de Rabat-Casablanca, Christian Daubresse qui donne des cours dans l’enseignement privé, Pierre Tailliez qui est aumônier de lycée ou Dominique Dubourg, infirmier, qui est affecté à Ksar-el-Souk. Michel Parasote a la direction de l’enseignement catholique qui, comme le souligne Michel Begoüen-Demeaux, est important, car « il s’agit des établissements privés dépendant du diocèse de Rabat qui scolarisent au total 14 000 enfants. Ces effectifs aujourd’hui sont marocains à 80 %. Pour un meilleur service du pays, il est indispensable que ces institutions – tenues en grande partie par des religieuses – jusqu’ici trop calquées sur l’enseignement français évoluent vers un enseignement de type marocain. » (Ut sint unum, 1er avril 1971) D’une manière générale, les frères n’ignorent pas que le colonialisme est critiqué et désirent que leur présence ne soit pas soupçonnée de le perpétuer.

18En tant que prieur, Michel Begoüen-Demeaux imprime au couvent la marque de son engagement œcuménique, instaurant des réunions de travail, mais aussi publiant des textes, notamment dans la revue mensuelle des églises protestantes du Maghreb. Il s’attache à montrer l’importance du dialogue interreligieux, notamment judéo-chrétien, dialogue qu’il estime essentiel « en dehors de l’Église », car il semble éclairer, dit-il, « tous les autres ». D’ailleurs, lorsque son priorat prend fin en mars 1971 (il demandait à ne pas être reconduit dans sa fonction) et que lui succède Edmond Privat, il devient le coordinateur des relations judéo-chrétiennes et autres relations œcuméniques, qui le conduisent en 1972 à rédiger un rapport récapitulatif sur les diverses activités interreligieuses dans le diocèse de Rabat, rapport qu’il introduit en disant que « les modes de pensée du peuple au milieu duquel nous vivons sont une interrogation à notre foi et bien souvent un enrichissement ou un rappel ».

19À la suite de son priorat, tout en continuant à s’investir dans l’œcuménisme, il participe aux différentes semaines pour l’unité et à la préparation des synodes, notamment sur le sacerdoce et sur la famille, avec le souci de faire entendre que la prédication de l’Évangile doit se faire par la vie bien avant qu’elle ne puisse s’expliciter par la parole.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

20Le 6 juillet 1980, Michel Begoüen-Demeaux réunit sa famille à Grandcamp, ses amis du Havre, de Casablanca et autres lieux pour fêter ses soixante-quinze ans et ses cinquante ans d'ordination presbytérale. Cette fête est l’occasion de publier un petit livret – dont la couverture représente un dessin de Don Quichotte et Sancho Pança (lui et François de Laubier) – comprenant des textes qui résument sa vie et ses engagements.

21Lorsque le maître de l’Ordre décide la fermeture du couvent de Casablanca le 9 juillet 1981 (elle ne sera effective qu’à Noël) qu’il décide d’abandonner à l’archevêque, Mgr Jean Chabbert, en souhaitant qu’il ne perde pas son orientation religieuse et cultuelle, Michel Begoüen-Demeaux est envoyé à Rabat. Il vit avec René Pérez et Pierre Tailliez au sein d’une petite communauté, située 24 avenue du Chellah. Il continue à s’occuper des relations judéo-chrétiennes et prend en charge l’aumônerie de Vie montante, mouvement d’Action catholique destinée à des laïcs qui deviendra le Mouvement chrétien des retraités.

Retour en France

22À l’âge de soixante-dix-huit ans, contraint par des soucis de santé, Michel Begoüen-Demeaux quitte Rabat pour Paris. Assigné au couvent Saint-Jacques le 23 décembre 1983, il est affecté à la maison Saint-Basile, au service de la revue Istina, vraisemblablement à cause de son engagement dans l’œcuménisme et les relations qu’il avait établies, dans ce cadre, avec Bernard Dupuy. Il est difficile de préciser son rôle, néanmoins, il fait quelques recensions dans la rubrique « Bibliographie » (1987, n° 3, p. 322-323 ; 1988, n° 1, p. 90-93 par exemple). Dans une lettre adressée à son prieur le 21 août 1984, il évoque son retour en France comme « un vrai recyclage, notamment pour passer de l’œcuménisme de terrain à l’œcuménisme des sommets avec Istina ». Cette même année, sollicité par le 109e congrès national des Sociétés savantes, il publie un article « La transmission de la foi dans la marine de commerce française entre les années 1930-1950 », sans doute pour montrer que ce « moment-histoire » – pour reprendre les termes de Pierre Nora – peut servir non seulement de bilan rétrospectif, mais de réflexion pour ceux qui veulent connaître les débuts de la mission dans le monde maritime et, éventuellement, comment la penser cinquante ans plus tard. Dans le même état d’esprit, il répond en juillet 1986 à la demande d’un groupe d’adultes de la paroisse Saint-Vincent de Paul du Havre qui souhaite entrer en contact avec les missionnaires originaires du Havre. Il y répond par un résumé en deux pages indiquant les trois étapes de sa vie : Mission de la Mer, le Maroc et Paris qu’il redécouvre après une longue absence où il lui a fallu, dit-il, « tout réapprendre » :

J’ai retrouvé un pays apparemment irréligieux, mais traversé de courants religieux ou para-religieux profonds, un pays qui s’interroge sur son identité, au milieu d’un afflux d’étrangers.

Il est évident qu’il nous faut un nouveau langage, très authentiquement chrétien, riche et pauvre à la fois, et surtout un langage qui écoute et respecte, un langage du « caché », comme celui de Jésus. C’est tout l’Esprit qui dévoile. Alors s’allument, un peu partout, de petits brasiers. (ADPF, fonds Begoüen-Demeaux)

23Sentant le besoin d’exprimer sa foi, mais aussi sa déception de la vie spirituelle en France (« ce qui manque cruellement au monde actuel, c’est la force de Dieu », dit-il), il écrit une petite brochure, imprimée en 1992 et publiée à compte d’auteur, Honneur et courtoisie. Paroles d’un simple croyant, dédicacée à Khadija (directrice d’école au Maroc), à Monique (attachée au ministère de la ville en France) et à Fayçal El Karoui (chargé de cours à la Sorbonne). Il rappelle que les années passées au Maroc ont été pour lui celles « d’un compagnon de route, d’abord de chrétiens dont la foi s’est approfondie au contact de la foi islamique, mais aussi de croyants musulmans ».

24En 1996, demeurant à Lille pour des soins médicaux, il réside à la Maison Saint-Jean qui rassemble des pères et frères âgés. C’est là qu’il meurt le 13 janvier 1997. La messe de ses funérailles est célébrée le 17 janvier au couvent Saint-Jacques. L’homélie est prononcée par le frère Vincent Cosmao, prieur du couvent, qui après avoir évoqué les présents et les absents, les deux grandes époques de sa vie de prêtre, Le Havre et le Maroc, les frères Mesnard, de Laubier, Lebret, les marins qui furent ses pédagogues, le jésuite Jean-Marie Butel qui fut son « pacha », tient à citer une question qui avait été posée à Michel-Matthieu Begoüen-Demeaux  : « Qu’est-ce que c’est pour toi être prêtre ? » à laquelle il avait répondu : « Est-ce que c’est prier ? Je le crois profondément pourvu que ce soit encore une écoute et une louange, une demande aussi pour la multitude. »

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Maurice Begouën Demeaux, Mémorial d’une famille du Havre, Paris, Éditions Larose, 1948. — Jacques Traizet « Les débuts de l’action spirituelle et sociale dans le milieu des officiers de la Marine Marchande (1928-1946) », inédit, s.d. — Yves-Dominique Mesnard, Mes racines sont dans la mer, Paris, Éditions France-Empire, 1982. — Alain Le Doaré, La naissance des prêtres-marins (1938-1955) : juxtaposition progressive de modèles missionnaires de l’Église catholique dans le monde maritime en France au XXe siècle, thèse d’histoire, sous la direction de Claude Geslin, Université de Rennes, 1999. — Édouard Delobette, Ces « Messieurs du Havre ». Négociants, commissionnaires et armateurs de 1680 à 1830, thèse d’histoire sous la direction d’André Zysberg, Université de Caen, 2005. — L’Année dominicaine, décembre 1936, p. 423-425, 1er avril 1971, p. 94-97. — Ut sint unum, 161, 15 décembre 1962, 598, février 1997.

Haut de page

Œuvre

« Prédication aux long-courriers », L’Année dominicaine, décembre 1936, p. 423-425. — « La transmission de la foi dans la marine de commerce française entre les années 1930-1950 » dans Transmettre la foi : XVIe-XXe siècle, 2. Pastorale de la mer et missions extérieures, 109e congrès national des Sociétés savantes, Dijon, 1984, p. 63-79. — Honneur et courtoisie. Paroles d’un simple croyant, Paris, 1992, couvent Saint-Jacques, 20 rue des Tanneries, 75013 Paris.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Représentation théâtrale au séminaire des Carmes en 1924
Légende Quand les séminaristes rappellent l’histoire : Michel Begouën-Demeaux dans le rôle de l’inquisiteur (au centre), au premier plan (tout à fait à droite) Yves Congar.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1865/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende Michel Begouën-Demeaux, l’année de son noviciat (1926).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1865/img-2.png
Fichier image/png, 845k
Titre Avec Augustin Maydieu
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1865/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1865/img-4.png
Fichier image/png, 1,5M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Catherine Berger et Nathalie Viet-Depaule, « BEGOUËN-DEMEAUX Michel », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, B, mis en ligne le 15 avril 2021, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1865

Haut de page

Auteurs

Catherine Berger

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

  • SIROT Paul-Marie [Texte intégral]
    SIROT Roger à état civil ; SIROT Paul-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, S
  • AUDOUARD Étienne [Texte intégral]
    AUDOUARD Louis François Léopold Marie Joseph Augustin ; AUDOUARD Étienne en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, A
  • TAPIN Réginald [Texte intégral]
    TAPIN François Arsène Joseph à l’état civil ; TAPIN Réginald en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, T
  • BART Max [Texte intégral]
    BART Jacques à l’état civil ; BART Maximin en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
  • PRUNEAU Jean [Texte intégral]
    PRUNEAU Daniel Michel à l’état civil ; PRUNEAU Jean en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, P
  • GAIDE Antoine [Texte intégral]
    GAIDE-CHEVRONNAY Séverin à l’état civil ; GAIDE Antoine en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, G
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search