Navigation – Plan du site

COUTURIER Marie-Alain

COUTURIER Pierre Charles Marie à l’état civil ; COUTURIER Marie-Alain en religion
Françoise Caussé

Résumé

Né le 15 novembre 1897 à Montbrison (Loire) ; mort le 9 février 1954 à l’hôpital du Bon-Secours à Paris ; ami d’artistes célèbres, peintre lui-même, et co-directeur de la revue L’Art sacré, il incarne l’ouverture de l’Église de France à l’art moderne au xxe siècle.

Haut de page

Historique

Notice validée le 15/09/2015 et mise en ligne le 15/09/2015.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 22 septembre 1925 à Amiens
• Profession simple : 23 septembre 1926 à Amiens
• Profession solennelle : 24 septembre 1929 au Saulchoir de Kain (Belgique)
• Ordination sacerdotale : 25 juillet 1930 au Saulchoir de Kain (Belgique)

Le temps de l’avant-guerre

1Pierre Couturier est le second des quatre enfants d’une famille aisée et cultivée. Ses grands-parents paternels sont des propriétaires forestiers et industriels du bois, la famille de sa mère compose une véritable dynastie de minotiers. Joannès Couturier (1864-1948) épouse Marie Dérory (1872-1952) le 18 février 1895 et s’installe en 1900 au moulin de Montbrison. En 1922, la famille déménage rue Martin-Bernard. Durant toute sa vie, Pierre retournera régulièrement en ces lieux. Il fait une scolarité plutôt médiocre à l’Institution Victor de Laprade et sa classe de philosophie à Saint-Chamond. Il est bachelier ès lettres, latin et grec, en octobre 1914. Sa classe est appelée sous les drapeaux en 1915. Souffrant d’asthme depuis l’enfance, Pierre obtient un sursis ; il n’intègre l’armée qu’en 1916. Mobilisé le 8 août au 86e régiment d’artillerie, il gagne le front le 5 avril à Cormicy. Il est blessé au talon du pied droit par un éclat d’obus qui lui sauve probablement la vie car sa batterie est décimée peu après. Évacué le 19 avril à Pau, il est opéré le 6 août et envoyé à Salies-de-Béarn en raison de son asthme. De retour à Pau à l’automne, il commence à dessiner et à peindre. Le 28 décembre, il regagne Montbrison avec une réforme temporaire qui devient définitive le 5 décembre 1918. Il est à ce moment très épris d’une amie de ses sœurs – il souffre durablement de cet amour non partagé. Durant son séjour à l’hôpital de Pau, il s’attache à Marguerite Perrineau qui le soigne ; cultivée, elle sera durant des années une confidente privilégiée.

Marie-Alain Coutu...Marie-Alain Couturier et son maître, Maurice Denis

Marie-Alain Couturier et son maître, Maurice Denis

Avant d’entrer dans l’Ordre des frères prêcheurs, Marie-Alain Couturier fait de Maurice Denis, artiste chrétien, membre du tiers-ordre dominicain, son maître. Même si son influence s’estompe au fil des années, il lui a toujours témoigné déférence et estime. Il continuera à le rencontrer, notamment avec certains de ses frères, comme Thomas Philippe (à gauche).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Durant l’année de sa convalescence, Pierre Couturier travaille sous la direction du peintre stéphanois Joseph Lamberton ; sa technique devient solide et il monte, au printemps, avec son ami Gabriel Brassart, une exposition d’eaux-fortes. Ce passionné de la beauté souffre de son apparence physique et se trouve laid. En août 1918 arrive à Montbrison le sculpteur Paul-Albert Bartholomé, pressenti pour réaliser le monument aux morts de la ville. Il est célèbre et connaît beaucoup d’artistes. Il s’intéresse à Pierre et l’invite à venir à Paris. Accompagné de son père, il s’y rend le 7 janvier 1919. Il travaille beaucoup, vient au printemps à Montbrison pour une deuxième exposition avec Brassart. En octobre, les peintres George Desvallières et Maurice Denis lancent à Paris les « Ateliers d’Art sacré » que Pierre rejoint immédiatement. Nés au milieu d’une floraison de groupes d’artistes chrétiens qui surgissent durant cette année 1919, les Ateliers – installés en 1920, 8 rue de Furstenberg – ont comme projet de retrouver les anciennes confréries d’artistes. Ils proposent des formations dans tous les registres de l’art d’église, des cours de liturgie et de sciences religieuses ; une fois « Compagnons » les artistes exécutent collectivement des chantiers d’églises. Maurice Denis récuse l’enseignement des Beaux-Arts trop académique. Par ailleurs, à cette époque de sa vie, il prend des distances avec les avant-gardes artistiques. Ses Nouvelles Théories éditées en 1922 retrouvent les positions du philosophe thomiste Jacques Maritain (Art et scolastique) et s’opposent à l’art de Saint-Sulpice dominant : une œuvre d’art religieuse ne peut avoir de la valeur que dans la mesure où son créateur est chrétien. La position est traditionnelle, mais l’élément nouveau et décisif est que ce créateur doit être un véritable artiste, et un artiste inséré dans son temps. Pierre Couturier est rapidement considéré comme l’un des meilleurs ; il a intégré l’atelier de peinture de Desvallières et il s’initie au travail de verrier auprès de Marguerite Huré. Il noue des amitiés durables avec en particulier Robert Boulet, Pierre Dubois, la famille Hébert-Stevens surtout (Jean et son épouse Pauline Peugniez, leur fille Adeline, plus tard son époux Paul Bony et son frère Jacques Bony). Avec ses maîtres Denis et Desvallières, ses relations sont privilégiées, mais leur influence artistique va s’amenuiser avec les années. Pierre apprécie peu l’entrée de Denis à l’Institut en 1932 mais il lui conserve toute sa reconnaissance pour son rôle d’initiateur. Il note, en 1947, qu’aux Ateliers, « en dépit de ce qu’il y avait certainement de trop systématique… et de trop sûr de soi (et c’est peut-être ce qu’il y a de plus périlleux en art), des choses très précieuses ont été enseignées ».

3Les Ateliers baignent dans les idées de l’Action française. Denis et beaucoup d’autres en font partie, de même que la famille Couturier. Pierre entre à fond dans le système : la démocratie moderne a « vicié les conditions de la pensée, de l’art, de la vie, de la piété elle-même ». Dans la logique même du catholicisme d’alors, l’Action française lui apparaît comme la seule force efficace de salut et il y milite activement, « prêt aux bagarres dans les manifestations, montant les gardes de nuit à l’imprimerie du journal, raccompagnant Maurras à son domicile » (lettre à son frère, janvier 1922). Lorsque Pie XI condamne le mouvement le 20 décembre 1926, il se soumet immédiatement et sans résistance, mais ce n’est pas le cas de nombre de ses proches.

Vocation religieuse. Études dominicaines (1925-1932)

Couturier, moine ...Couturier, moine bénédictin

Couturier, moine bénédictin

« Cérémonie chez les bénédictins ». Cette petite peinture exécutée par Pierre Couturier rappelle qu’en 1924 il a été reçu oblat chez les bénédictins, rue de la Source, à Paris. Le comte Philipon, qui l’avait acquise, l’a offerte au sculpteur Georges Saupique (1889-1961). Après la mort de ce dernier, sa veuve, Madame Bouchot-Saupique l’a donnée, en septembre 1963, au père Pie-Raymond Régamey.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4Pierre Couturier, qui manifeste un goût récurrent pour la solitude et le dénuement, semble avoir eu le désir de se faire moine. Il fait profession d’oblat bénédictin le 7 avril 1924 et l’abbé Daniel Lallement, professeur de dogme aux Ateliers l’a sans doute influencé dans son choix de l’Ordre dominicain. Le 2 février 1925, « subitement » – il insiste lui-même sur ce point – il décide de sa vocation religieuse ; il écrit à Marguerite Perrineau durant l’été : « Je sens profondément que, pouvant faire autre chose, mener une autre vie, je suis pourtant fait pour celle-là, appelé à celle-là. » Il rejoint le noviciat d’Amiens le 13 septembre et prend l’habit le 22 en même temps que quinze autres novices dont Augustin Maydieu, Dominique Dubarle et Michel Begouën-Demeaux ; rapidement, le père-maître lui demande diverses peintures dans le noviciat. Un an plus tard, il fait sa profession simple et part au couvent d’études du Saulchoir. La rigueur technique de la pensée du frère Marie-Alain Couturier est très grande, on le dispense d’une troisième année de philosophie. Il multiplie au Saulchoir à Kain en Belgique dessins, aquarelles et gouaches, « son langage naturel » selon Pie Régamey qui rejoint le couvent en 1929. Le provincial Martin-Stanislas Gillet l’envoie à Oslo durant les étés de 1928 et 1929, pour décorer la nouvelle chapelle du couvent dominicain. Denis et Desvallières assistent à son ordination, le 25 juin 1930 ; tous deux insistent pour qu’il aille à Rome faire ses deux dernières années d’études. M.-A. Couturier rejoint le collège Angélique (Angelicum) en septembre ; dès lors, débute un échange épistolaire avec Pie Régamey ; ces deux hommes de personnalité si différente s’épaulent désormais et se soumettent avec constance leurs travaux respectifs. À la fin de l’année scolaire, menacé de phtisie, M.-A. Couturier passe quelques mois au sanatorium de Thorenc près de Grasse. Il revient à Rome dans le courant du premier trimestre 1932. Il souffre encore d’asthme et la montagne lui est à nouveau prescrite. Avant de partir il décore l’oratoire personnel de Martin-Stanislas Gillet, devenu maître général.

Chapelle du novic...Chapelle du noviciat du couvent d’Amiens

Chapelle du noviciat du couvent d’Amiens

En 1925-1926, Marie-Alain Couturier peint le chœur de la chapelle d’Amiens où il est novice. Son père-maître, Réginald Berger, a écrit sur une des photographies de la fresque : « Souvenir d’une œuvre faite avec beaucoup de patience et de charité. »

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5En mai 1932, M.-A. Couturier arrive à Sainte-Anne, un hameau situé au-dessus de Sallanches, en Haute-Savoie. Il assure l’aumônerie du préventorium situé à proximité. Ce séjour s’étend sur trois années, coupé de multiples échappées. Il reprend ses pinceaux, à la fois pour lui-même et pour honorer les commandes qui lui arrivent de ses frères du Saulchoir, de Louis Rouart directeur de la librairie « L’art catholique » ou du couvent du Saint-Sacrement du faubourg Saint-Honoré à Paris. À trois reprises, il se rend à Montbrison, en 1933 et durant les années suivantes, pour des fresques qu’il réalise dans son ancien collège, aidé de Pierre Dubois. M.-A. Couturier ressent l’écriture comme un exercice plus difficile que la peinture. Ses textes sont pourtant d’une limpidité et d’une profondeur qui frappe ses lecteurs, « une sorte d’élégance intellectuelle et spirituelle » selon Thomas Patfoort. Il enregistre quelques échecs. Les peintures qu’il présente à Rome à l’exposition internationale d’art sacré de 1934, destinées à Martin-Stanislas Gillet sont enlevées sur l’ordre d’une commission ecclésiastique, en raison de leur trop grande modernité, ce qui déclenche un petit scandale. Par ailleurs, depuis 1933 est à l’ordre du jour un projet de construction d’un couvent d’études pour la Province de France à Étiolles. Passionnés par un tel défi M.-A. Couturier et Pie Régamey sont désolés par le résultat final. Enfin, pressenti pour décorer une église à Pau, M.-A. Couturier propose une équipe d’artistes de valeur mais le curé et le conseil paroissial ne sont sensibles qu’au problème du financement et le projet échoue.

« Saint Dominique...« Saint Dominique rentrant au couvent par une nuit étoilée, un ange lui ouvrant la porte »

« Saint Dominique rentrant au couvent par une nuit étoilée, un ange lui ouvrant la porte »

En 1936 ou 1937, ce vitrail, œuvre de Marie-Alain Couturier exécutée par l’atelier Hébert-Stevens, est posé dans le cloître du couvent de Sainte-Sabine, à Rome, où il est toujours possible de le voir.

Photo Tangi Cavalin.

6En mai 1935, M.-A. Couturier arrive à son couvent d’assignation, 222 Faubourg Saint-Honoré à Paris. Outre le ministère habituel de prédication et de conseil, il est missionné pour s’occuper d’art religieux et désigner des artistes. Le sermon qu’il prononce à l’occasion de la messe anniversaire célébrée à la mémoire d’Eugène Delacroix frappe les esprits. « Nul n’oubliera les paroles de vérité, ignorantes de tout compromis mondain, prononcées par ce jeune moine au visage émacié, à l’expression intense, à la fois brûlante et sévère. » (Paul Jamot, Les Débats, 24 novembre 1936). Il continue aussi son travail comme peintre, verrier et fresquiste. En juillet 1935, après des tentatives diverses des artistes chrétiens pour mieux se faire connaître du clergé, Joseph Pichard fonde la revue L’Art sacré. Appuyée par un brillant comité de patronage la revue survit avec difficulté dans le contexte économique de 1936, et elle est sauvée du naufrage par deux mécènes qui la donnent aux Éditions du Cerf.

7M.-A. Couturier est intervenu activement dans ce sauvetage. Pie Régamey et lui dirigent conjointement la nouvelle parution qui s’inscrit à la suite de la précédente, avec de notables améliorations : la qualité de sa présentation, la richesse et la solidité de ses contenus en font une des meilleures revues du moment. M.-A. Couturier écrit en janvier 1937 les deux textes qui en définissent le programme : protéger la renaissance de l’art chrétien en aidant à former le goût et le discernement (éditorial « Servir »), ce qui implique une parole libre dans le choix des sujets, une critique des œuvres religieuses selon leur valeur d’art, et une recherche systématique de la valeur religieuse de l’art moderne (chronique « La liberté »). La revue se constitue un lectorat non négligeable : elle a près de quatre mille abonnés en 1939. Mais les bons artistes chrétiens sont rares. Dès avril 1937, le problème est clairement désigné : un art chrétien ne peut renaître en dehors d’une civilisation chrétienne ; le « milieu » de l’Église n’y est pas favorable. La seule solution pour ranimer l’art religieux moribond est d’aller puiser dans la vitalité de l’art profane. Mais parmi les artistes modernes lesquels sont susceptibles de satisfaire aux exigences d’un art religieux chrétien ? L’art abstrait s’éloigne trop de l’expression sensible du monde, l’art admirable des grands créateurs est trop distant de la sensibilité chrétienne. Picasso, Matisse ou Bonnard sont « antireligieux » (« Sur Picasso et les conditions actuelles de l’art chrétien », AS, 18). Quant à Rouault, si grand et religieux soit-il, il rebute « à bon droit » le clergé par ses « outrances » (« Rouault et le public ecclésiastique », AS, 33).

8En dépit de ces doutes, L’Art sacré entame de réelles ouvertures. La revue répercute les initiatives de la galeriste Lucy Krogh qui organise à partir de décembre 1932 des expositions sur « Noël » et sur « Pâques », où des peintres comme Dufresne, Chagall, Goerg, Rouault, Gromaire se joignent aux artistes chrétiens (AS, 40). Dans l’exposition « L’art sacré moderne » qu’organise J. Pichard à la fin de 1938 au Pavillon de Marsan, apparaissent les noms de Chagall, Derain, Dufresne, Utrillo, Waroquier, Rouault. L’Art sacré la commente avec sympathie : une certaine vie revient au service de l’Église ; mais l’article (qui analyse de près les œuvres) fait une réserve importante : cette vie n’est pas « véritablement priante, et priante dans la liturgie » (AS, 37). La manifestation la plus significative car elle amorce l’aventure artistique de l’art religieux d’après-guerre est en juin 1939 « Vitraux et tapisseries modernes ». Organisée au Petit Palais par J. Hébert-Stevens, P. Peugniez et M.-A. Couturier, l’exposition présente pour la première fois des œuvres religieuses qui « voisinent fraternellement avec des œuvres profanes signées de Braque, Picasso, Léger et Lurçat », ainsi que le soulignera en 1951 M.-A. Couturier (« Aunque es de noche », AS, 3-4). L’abbé Jean Devémy, curé de la future église d’Assy à Passy en Haute-Savoie, vient visiter l’exposition. Il a lancé la construction de l’église nécessitée par l’accroissement de population dû à la présence des sanatoriums. L’architecte Maurice Novarina en a établi le plan sur sa demande, et la crypte est sortie de terre. Devémy et Novarina qui connaissent M.-A. Couturier sont acquis à l’idée de faire évoluer l’art d’église. Ils lui ont demandé de réunir « une équipe homogène de peintres, de verriers et de sculpteurs » (AS, 38) et M.-A. Couturier a déjà proposé M. Huré pour les vitraux de la crypte et Théodore Strawinsky pour la mosaïque du mur. À l’exposition, Devémy est séduit par les vitraux réalisés par Hébert-Stevens d’après des œuvres de Rouault – Hébert-Stevens a obtenu de l’artiste l’autorisation de les transposer en vitrail. Devémy a « l’audace » de demander un de ces vitraux pour son église ; M.-A. Couturier transmet la demande à Rouault, qui accepte.

Le temps de l’Amérique, 1940-1945

9La guerre, déclarée le 3 septembre 1939, arrête la revue en pleine action. La Province dominicaine de New York demande à son homologue parisienne un dominicain pour prêcher le carême à la paroisse française de Saint-Vincent-de-Paul. Réformé, M.-A. Couturier est requis. Il n’est pas enthousiaste : « On m’a demandé cela, j’ai accepté, sachant qu’il n’y avait vraiment personne d’autre, actuellement », écrit-il à son ami Marcel Jouhandeau. Arrivé à New York le 8 janvier 1940, il va rapidement s’intéresser à la société américaine. Après le carême, Étienne Gilson l’invite à aller à Montréal assurer, sous l’égide de l’Institut franco-canadien, des conférences à l’Université et deux mois de cours à l’École des Beaux-Arts. Ce court séjour au Canada est le premier d’une longue série.

Au Canada

10Le lendemain de son arrivée le 28 mars, le peintre Émile Borduas vient le voir au couvent dominicain. Ils se connaissent, car en 1928 Borduas lors d’un séjour en France a fréquenté les Ateliers d’art sacré et travaillé à un chantier avec lui. Présentement professeur à l’École du meuble de Montréal, Borduas est en conflit ouvert avec l’École des Beaux-Arts dont il conteste l’enseignement académique. M.-A. Couturier honore ses engagements à l’École des Beaux-arts mais son cours est un échec. Il accepte alors la proposition de l’École du meuble, dont les enseignants – Maurice Gagnon, Marcel Parizeau, John Lyman, Alfred Pellan – sont dans la ligne de Borduas : il y dirige un atelier d’art sacré. Par ailleurs, ses conférences, dans une Province où l’Église catholique se défie de la modernité, font du bruit ; il traite le 3 mai 1940 de la « décadence de l’art religieux » et plus généralement du sens artistique dans le monde moderne. Le 15 mai, lors du discours qu’il prononce pour un club d’hommes d’affaires, il s’appuie sur le commentaire d’un critique d’art new yorkais sur une exposition d’impressionnistes français pour développer une idée qu’il reprendra constamment : ces peintres sont devenus immortels aussi bien par leurs œuvres que par leur affirmation des « inaliénables droits de l’homme qui caractérisent la civilisation occidentale et sans lesquels l’art périt ».

11Lors d’un deuxième séjour plus long, qu’il fait au Canada à partir de la mi-décembre 1940, M.-A. Couturier fait la connaissance du peintre Louise Gadbois qui devient une grande amie. Avec son atelier d’artisanat de l’École du meuble, il travaille à faire revivre un art chrétien régional et l’exposition qu’il organise rencontre un grand succès. Il donne à nouveau à l’Université de Montréal deux conférences qui « par leur non-conformisme […] eurent un retentissement d’autant plus grand que, dans le Québec catholique, c’était un dominicain qui prenait le parti de l’avant-garde abhorrée par les officiels » (Jean Laude, Art et idéologies). Henri Laugier fait sa connaissance, « rempli d’admiration et de sympathie pour le courage d’un homme qui, dans un milieu aussi authentiquement conservateur, s’efforçait vaillamment de comprendre et d’aimer tous les efforts de recherche, et tentait de relier l’avenir en construction au passé et au présent » (AS, 9-10, 1954). Laugier est un grand défenseur de l’art abstrait et sous son influence, M.-A. Couturier évolue au point qu’il écrit à Henri Focillon en juillet 1941 : « Il y a quelques années, je pensais qu’un tel art étant sans aucune référence à une réalité extérieure, ne pouvait a fortiori être religieux, chrétien, tout art religieux impliquant une intime référence à un monde surnaturel. Mais je vois bien maintenant que cela est trop sommaire ». La grande conférence « Abstraction et Humanisme » qu’il donne le 9 mars 1942 à l’Alliance française de New York, dont Pie Régamey donne de larges extraits dans Dieu et l’art dans une vie, développe cette position. Il s’est fait l’animateur d’un groupe de peintres membres de la « Société d’art contemporain » créée par Lyman. Le très grand retentissement de l’Exposition des Indépendants qu’il organise en 1941 à Québec (26 avril-3 mai) puis à Montréal (16-28 mai) entraîne un conflit ouvert avec le directeur de l’École des Beaux-Arts. Par ailleurs, fasciné par la production plastique des enfants, il milite pour une réforme de la formation des professeurs de dessin. Lors de sa visite d’une exposition de peinture dans une petite école de Montréal, il « compare ces merveilles aux créations de Matisse, Bonnard, Vuillard et Van Gogh, heureux de trouver chez les artistes en herbe le génie naturel qui s’épanouit librement chez les grands peintres » (Warren, L’Art vivant. Autour de Paul-Émile Borduas).

12Par la suite, il revient souvent dans la Province canadienne, pour des conférences, de la peinture ou des expositions. Celle des « Sagittaires » à Québec le 1er mai 1943 présente des artistes qui ont tous moins de trente ans. Dans son discours d’inauguration, il félicite les organisateurs d’avoir adopté ce parti. Car le temps et l’expérience n’apportent à peu près rien à un artiste ; l’important est son extrême singularité. La jeunesse est « une force spirituelle, une puissance de l’âme » ; chez un artiste, elle doit s’identifier avec la liberté, vis-à-vis de la réalité, des autres, et surtout « de lui-même et de ses réussites antérieures » (Le Jour, 8 mai 1943).

L’engagement politique

13À l’été 1940, les États-Unis reconnaissent le gouvernement de Vichy. Aucune légitimité n’est accordée au mouvement gaulliste de la « France Libre ». C’est sans doute Jacques Maritain, très actif en Amérique, qui le fait connaître à M.-A. Couturier et ce dernier, après un doute initial plutôt en faveur du maréchal Pétain, opère un retournement de ses convictions d’autant plus remarquable qu’il est rapide. Il devient un animateur résolu de la « France Libre », en de nombreux articles, sermons, allocutions à la radio, etc. Dans « L’Église de France et la liberté », texte daté du 30 août 1940, il note que la réaction du catholicisme français aux coups que lui portait la IIIe République s’est révélée précieuse : ce qui était perdu en liberté extérieure a été gagné en liberté d’esprit. La séparation de l’Église et de l’État, en elle-même un mal, s’est avérée pour l’Église « non une mutilation, mais une libération ». En septembre 1940, il écrit que les hommes de Vichy se sont trompés en estimant que l’intérêt de la France peut se détacher de son honneur. À la source de cette erreur, se trouve le matérialisme politique qui est, en dépit d’un patriotisme indéniable, « la tare à peine secrète des partis de droite auxquels ils appartiennent pour la plupart ». La responsabilité en incombe à l’Action française, « car avant elle, les partis de droite en France suivaient de tous autres principes » (Pour la Victoire). Il noue une grande amitié spirituelle avec Élisabeth de Miribel, émissaire du général de Gaulle, qu’il rencontre chez les Maritain à Noël 1940. Il lui écrit en 1941 : « Je viens de lire le dernier livre de Maurras, et je demeure stupéfait. C’est décidément un autre monde que le nôtre […], se faisant de l’honneur du pays une idée que nous ne comprenons plus, et que personnellement d’ailleurs je rejette entièrement. »

Marie-Alain Coutu...Marie-Alain Couturier, verrier

Marie-Alain Couturier, verrier

Après ses années passées aux États-Unis qui ont contibué à sa célébrité, Marie-Alain Couturier connaît un réel succès en France comme en témoignent de nombreuses photographies qui font de lui un artiste reconnu. Cette consécration lui vaut de nombreuses commandes qu’il réalise seul ou avec d’autres artistes.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

14La « France libre » s’appuie sur l’espace intellectuel constitué par « l’École libre des Hautes études » créée en 1942 notamment par Maritain et Henri Focillon qui la préside jusqu’à sa mort. On projette d’y adjoindre un Institut français d’art moderne. Il n’aboutit pas mais il donne à M.-A. Couturier l’occasion d’entrer dans l’intimité de nombre d’artistes dont Chagall, Lipchitz, Léger surtout. C’est lui qui prend la parole au nom des artistes le 3 mai 1943, au Metropolitan Museum, lors d’une cérémonie commémorative en l’honneur de Focillon disparu. M.-A. Couturier séjourne en outre quelques semaines comme aumônier sur la base militaire américaine de Jacksonville, dans le nord de la Floride, en juin 1943, à la demande de Charles-Henri de Lévis-Mirepoix qui commande une unité d’entrainement d’aviateurs français.

New York, Baltimore, Elkins Park

15Ainsi engagé, M.-A. Couturier ne peut regagner la France. On ne sait pas pourquoi il ne loge pas chez les dominicains de New York. En mai 1941, on lui propose de devenir le précepteur des enfants du marquis de Cuevas. Maritain l’incite à accepter : « Cela vous donne une situation indépendante, vous permet d’exercer librement votre ministère, évite les difficultés avec le clergé américain et facilite la question des pouvoirs. » Dans le logis qu’il occupe chez les Cuevas vont défiler « réfugiés d’Europe, Juifs américains, Noirs de Harlem, intellectuels, artistes, incroyants ou chrétiens » (E. de Miribel, Nova et Vetera, Fribourg, juin 1954). Il visite aussi musées et expositions et il assure un ministère spirituel auprès de nombreux exilés. Noreen Gormley, religieuse de Saint-Pierre-Fourier, directrice à Baltimore de l’Art Department au Collège universitaire Notre-Dame de Maryland, lui demande d’animer en été le cours de perfectionnement destiné à de jeunes professeurs. M.-A. Couturier assure ce cours en 1941, ainsi que celui de l’année suivante ; de plus, et jusqu’à la fin de son séjour en Amérique, il donne aux élèves du Collège des cours hebdomadaires. À Baltimore, il voit fréquemment son ami Julien Green qui habite à proximité. En 1942 la chancellerie de l’archevêché de New York lui fait grief de son hébergement chez les Cuevas et, en avril 1944, l’archevêché met fin à son ministère de New York, qui a paru trop aventureux.

16À partir de février 1944, un peu de courrier revient de France. Cette même année s’ajoute un nouveau chantier : les dominicaines de Sainte-Catherine de Ricci, du couvent Notre-Dame de Prouille à Elkins Park, lui commandent un chemin de croix. De juin à janvier 1945, installé dans une petite maison sous les arbres de l’immense parc, M.-A. Couturier peint du matin au soir dans la plus complète solitude. Il rencontre le 10 juillet 1944 le général de Gaulle venu visiter le comité des Français libres France forever. À la mi-novembre, les sœurs lui demandent de nouveaux travaux. Des commandes s’ajoutent en janvier 1945 et il envisage dès lors de revenir en Amérique. Il exécute ses dernières fresques au printemps, prévoit des vitraux qui ne se feront pas. Le 21 juin, le consulat, lui octroie son autorisation de départ. Il passe quelques jours au Canada, publie Marcel Parizeau et Chroniques ; il ajoute à Art et Catholicisme une note importante pour défendre, « contre ce que je disais moi-même il y a quelques années… proprement la valeur humaine, la valeur spirituelle, les virtualités religieuses de l’art abstrait. » Il enregistre à Montréal une série de cinq causeries sur les principales étapes de la peinture moderne et avant de prendre le bateau, il séjourne à Franconia dans les montagnes du New Hampshire, un lieu qu’il a découvert et beaucoup aimé en 1943 lors d’un voyage avec les Cuevas. Il s’embarque le 21 août de Galveston, après six jours d’adieux qui l’emmènent à New York, Baltimore, Washington et à Houston, chez ses amis Dominique et Jean de Ménil. Il débarque le 30 à Marseille, et rentre à Paris le 2 septembre. De tout ce temps en Amérique, sa santé a été parfaite.

Les années de l’après-guerre

17M.-A. Couturier découvre une France totalement bouleversée. Pie Régamey s’emploie depuis janvier à faire reparaître L’Art sacré, sans argent et dans une pénurie de papier dramatique. M.-A. Couturier s’engage beaucoup auprès des détenus politiques et il ne s’intéresse que de loin à la remise sur pieds de la revue, totalement assumée par Pie Régamey. Au printemps de 1946, il se rend à Rome où Pie XII le reçoit en audience. Il veut repartir pour l’Amérique dès l’été mais son voyage est repoussé à janvier 1947. Il passe à Montréal et va travailler à Elkins Park et à Baltimore. Dès son retour en France le 16 juin, il rencontre l’abbé Devémy pour l’église d’Assy.

181948 est une année importante. Outre son investissement sur Assy, M.-A. Couturier fait la connaissance de Matisse et il s’implique dans le projet de la Sainte-Baume. De plus L’Art sacré s’arrête, en difficulté financière, d’octobre à septembre 1949.

19M.-A. Couturier reprend donc sa mission à Assy. En 1943, l’abbé Devémy a pressenti sans lui trois artistes : Bonnard pour l’autel latéral sud ; Bazaine (sur le conseil de M. Huré) pour les vitraux de la tribune ; Lurçat enfin, pour la tapisserie du chœur et sous réserve d’une subvention de l’État. M.-A. Couturier l’obtient ; il commande à Léger la mosaïque de façade, à Braque la porte du tabernacle et à Chagall la décoration du baptistère. Lipchitz demande lui-même à réaliser une statue pour le baptistère (placée dans la nef en raison de sa taille). Les commandes complémentaires (quatre vitraux de Rouault, huit vitraux de Jean Berçot, Maurice Brianchon, Adeline Hébert-Stevens, Paul Bony et lui-même pour les bas-côtés) sont faites conjointement avec Devémy. Celui-ci a écrit en 1946 à Matisse pour l’autel latéral nord et il a demandé à Germaine Richier un crucifix pour la crypte. Matisse ne lui répond favorablement qu’en 1949, une fois le projet de Vence engagé et sur le conseil de M.-A. Couturier. Ce dernier modifie la commande à G. Richier : elle est chargée du crucifix destiné au maître-autel. On le voit, il est abusif de rattacher au seul M.-A. Couturier ainsi qu’on le fait encore, les choix de tous les artistes. Mais son rôle reste central. La meilleure formule est encore celle qu’il utilise lors de son interview dans Arts (n° 162), le 16 avril 1948 : les choses se sont faites « d’homme à homme, très simplement et en allant de l’un à l’autre. Dans une grande confiance mutuelle, un même respect pour une tâche spirituelle que nous n’abordions pas tous sur le même plan mais à laquelle nous avons tous cru, en sentant la dignité, et, vis-à-vis de l’avenir, l’importance ». Le 4 août 1950, Mgr Cesbron, évêque d’Annecy, consacre l’église des malades d’Assy.

20À Vence, on sait que Matisse s’est lancé dans le projet de la chapelle des dominicaines grâce à une jeune infirmière qui lui a servi de modèle avant de devenir la sœur Jacques-Marie, et du fr. Louis-Bertrand Rayssiguier venu soumettre à Matisse, le 4 décembre 1947, le plan qu’il a conçu. Matisse, immédiatement conquis, va s’investir durant quatre années dans un projet total, en réalisant jusqu’aux plus petits détails de la chapelle. Il demande à rencontrer M.-A. Couturier en juillet 1948 en sa qualité de verrier. Subjugué par la personnalité de Matisse, M.-A. Couturier se met à son entière disposition, ainsi qu’il l’écrit à Louise Gadbois en décembre 1950 : « Je n’ai pas fait plus que de lui rendre des services, dont ce que j’ai reçu de lui, de son amitié, de sa confiance, réduisent l’importance à rien du tout en comparaison. » Mgr Rémond, évêque de Nice, bénit la chapelle le 25 juin 1951. Quelques jours plus tard, M.-A. Couturier écrit à Matisse : « Je n’ai pas pu quitter Nice sans tristesse. Je pensais que c’était la fin d’un temps révolu : celui où j’ai eu le bonheur de vous connaître et de pouvoir si souvent venir vous voir et parler avec vous… […] Vous avez été pour moi une grande leçon, et un grand exemple. »

21Cette même année 1948, se déclenche un projet qui fait beaucoup de bruit et dont l’échec est suivi d’un retentissant silence. Selon une tradition provençale, Marie-Madeleine a fini ses jours dans une grotte du massif de la Sainte-Baume dont le versant nord tombe sur le Plan d’Aups ; un couvent dominicain érigé au XIIIe siècle « garde » le lieu saint. En 1944, Édouard Trouin, qui possède un domaine sur le Plan, projette d’y bâtir une basilique et d’y créer une « Cité ». Il se rend à Paris pour chercher des appuis et rencontre notamment Pie Régamey et Le Corbusier. Revenu sur le site, il édite des manifestes farfelus qu’il adresse aux trois couvents dominicains de la région ; on ne le prend pas au sérieux. Trouin se convertit. Au printemps de 1948, il retourne à Paris et contacte Le Corbusier et Léger, qui met M.-A. Couturier au courant. Celui-ci est séduit depuis longtemps par l’idée d’une église souterraine, il a travaillé à des plans avec l’architecte A. Raymond en 1941 : il saute sur l’occasion. Prenant Trouin sous son aile, il transfère sur le projet de Trouin ses propres idées, bat le rappel de ses amis et constitue un comité d’une cinquantaine de personnalités. Son but est double : il souhaite symboliser le désir d’une pacification spirituelle du monde « en rassemblant dans une même tâche des hommes que tout sépare », et il veut faire appel « aux plus audacieux maîtres de l’art moderne » (Le Figaro, 12 février 1949). Mais alors qu’il envisage d’ouvrir dans une anfractuosité un simple tunnel conduisant à une caverne où sera installé un autel de cristal, Trouin prévoit sept entrées, un tunnel taillé dans la pierre vive, une tour intérieure, des cryptes, etc. Au début de l’été Trouin inonde la presse nationale de nombreux articles, alors que ni l’évêque Mgr Auguste Gaudel, ni les couvents dominicains de la région ne sont prévenus. Seul Benoît Lavaud, qui remplace son provincial absent de Toulouse, est favorable au projet de M.-A. Couturier. Dès la fin de l’été les opposants publient dans les journaux régionaux des séries d’articles féroces, jusqu’au moment où l’évêque se prononce. Le 28 novembre 1948, Mgr Gaudel déclare que le pèlerinage doit conserver « le caractère spirituel qu’il a toujours eu » : la grotte doit rester « son but unique ». M.-A. Couturier s’obstine : « Rien ne brise la force d’une idée juste […]. Le comité nous demande de faire savoir qu’il continue ses travaux et maintient tous ses espoirs » (Le Figaro, art. cit.). Le 26 avril 1949, l’Assemblée des évêques de France condamne définitivement ce projet qui a certainement servi de tremplin à la « querelle » de 1950 dans la mesure où les journaux ont établi un lien avec Assy, Vence et Audincourt.

Diocèse de Besançon

22La Commission d’art sacré du diocèse de Besançon (CDAS) constituée en 1945 par l’archevêque Mgr Maurice Dubourg, en raison de l’exceptionnelle compétence de ses membres, est à l’origine d’une floraison de travaux faisant entrer l’art moderne dans les églises. Adhérant aux thèses de L’Art sacré, ses membres sont en lien étroit avec les directeurs de la revue. Les personnages centraux en sont le chanoine Lucien Ledeur, son secrétaire et ami François Mathey, qui est alors inspecteur des Monuments historiques pour la région. Trois chantiers du diocèse concernent M.-A. Couturier, quoique de diverses façons : École, Audincourt et Ronchamp. En 1946, la CDAS lui passe commande des verrières de la chapelle des missionnaires diocésains d’Ecole, près de Besançon, dont les vitraux ont été détruits durant la guerre. Il réalise les cartons avant son départ pour l’Amérique ; l’œuvre terminée est bénie le 29 janvier 1950. Marie-Louise Cornillot, conservateur des musées de Besançon et membre de la CDAS, loue la « modernité de ces verrières teintées dans la masse, leur aspect architectural, la magnificence des tons, leurs harmonies parfaites, leur originalité savante » (La République de l’Est). Le deuxième chantier est à Audincourt celui de l’église de la nouvelle paroisse du Sacré-Cœur, dont la construction est devenue indispensable en raison de l’accroissement d’une population ouvrière catholique. Son curé, Louis Prenel, s’adresse à Novarina en mars 1949, et ce dernier convient avec M.-A. Couturier d’un projet de décor impliquant les Hébert-Stevens, Bony et quelques autres artistes. La CDAS prend les choses en mains ; elle demande à l’architecte de revoir son projet et elle refuse le décor prévu. L’année suivante Ledeur rencontre Novarina et le charge de pressentir M.-A. Couturier pour qu’il demande à Léger les vitraux de la nef, à Bazaine une mosaïque de façade, à Mirò les vitraux du baptistère (Mirò se désiste et Bazaine réalise l’œuvre un peu plus tard). Le rôle de M.-A. Couturier, à Audincourt, se circonscrit donc à l’accompagnement des artistes et à la préparation des paroissiens aux œuvres difficiles. Il écrit à Pie Régamey : « Vous avez raison, il faut toujours tendre à un climat d’amitié réelle. […] en général la présence de Bazaine faisait regagner ce que son œuvre faisait perdre. » La mobilisation des paroissiens est extrême, l’église terminée dans un temps très court est consacrée le 16 septembre 1951 par Mgr Dubourg dans une atmosphère de fête extraordinaire. Le troisième chantier est celui de la chapelle de pèlerinage Notre-Dame-du-Haut construite à Ronchamp par Le Corbusier. M.-A. Couturier n’est pas à l’origine du chantier mais il y intervient de façon indirecte et discrète. En 1949, on cherche à reconstruire la chapelle bombardée en 1944. La CDAS se met au travail ; en avril 1950, Ledeur et Mathey proposent Le Corbusier ; Mgr Dubourg l’approuve. Mathey se rend avec son ami Maurice Jardot chez l’architecte, qui refuse catégoriquement. Quelques jours plus tard, Ledeur et Mathey font une deuxième tentative, cette fois couronnée de succès : selon André Wogensky (Les mains de Le Corbusier, 1987), M.-A. Couturier l’a convaincu d’accepter. Il est convié, ainsi que le curé de Ronchamp Henri Besançon et une délégation de ronchampois, à la très importante réunion de la CDAS qui statue le 20 janvier 1951 sur les esquisses de Bazaine et de Léger pour Audincourt, et sur les plans de Le Corbusier pour Ronchamp. En l’absence de l’architecte, M.-A. Couturier présente le projet qui est très débattu avant d’être accepté. C’est Lucien Ledeur qui dès 1950 éclaire Le Corbusier sur la fonction liturgique de l’église et sur la spiritualité mariale, lors de plusieurs séances (sept sont attestées) pour lesquelles il se rend à son atelier. Sa contribution est déterminante : l’architecte l’appelle « l’Incitateur » (F. Mathey, Journal de Notre-Dame-du-Haut, n° 68). Respectant une consigne d’indispensable discrétion, L’Art sacré ne présente la maquette de la chapelle qu’en juillet 1953 et le dernier article de M.-A. Couturier, daté du 30 janvier 1954, publié après sa mort concerne Ronchamp et le couvent de la Tourette.

23Il est intéressant de confronter les dates : en même temps qu’il assiste Matisse, Léger ou Bazaine, M.-A. Couturier conduit deux séries de travaux personnels : un programme de vitraux et de fresques pour l’église Saint-Servais, à la demande du chanoine André Lanotte, secrétaire de la CDAS de Namur. Il les réalise durant les étés de 1949, 1950 et 1951. Une religieuse du monastère de Jupille en Belgique lui fait part en 1952 de la joie éprouvée devant « les lignes tellement pures, les lumières qui sertissent, cette gamme de bruns puissants et graves, et tout à coup les tons verts de la Nativité. Quelle profondeur… Nous nous en sommes pénétrées longuement ». En outre il se rend à l’automne 1952 à Oslo, pour compléter le programme des vitraux de l’église du couvent dominicain. Il prépare les esquisses mais il ne peut les réaliser.

L’Art sacré, années 1945-1954

Marie-Alain Coutu...Marie-Alain Couturier et Thomas Patfoort, Sallanches (Haute-Savoie), 1946

Marie-Alain Couturier et Thomas Patfoort, Sallanches (Haute-Savoie), 1946

Plus jeune d’une vingtaine d’années que Marie-Alain Couturier, Thomas Patfoort a partagé sa vie quotidienne en 1946, lors d’une convalescence de plusieurs mois au chalet Sainte-Anne de Sallanches, puis en 1949-1952, lorsque les deux dominicains sont assignés au couvent du Saint-Sacrement à Paris. Il a laissé de lui des souvenirs de reconnaissance à l’égard d’un aîné plein de sollicitude amicale pour les débuts apostoliques du jeune prédicateur, d’un religieux très présent à la vie de son couvent malgré les sollicitations extérieures, d’un artiste exigeant et très critique, à la fin de sa vie, de sa propre production picturale.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

24C’est grâce à Pie Régamey que la revue a fonctionné jusqu’en 1948. L’année suivante, L’Art sacré repart avec le n° 1-2 de septembre 1949, et avec lui la codirection d’avant-guerre, qui demande quelques mois de réajustement. Dans les années 1980, sur la base d’une unique lettre de M.-A. Couturier, on a prétendu que chaque directeur travaillait de son côté. Les archives sont là pour montrer qu’il n’en est rien. Chaque fascicule est étudié en son contenu et sa forme par les deux hommes. Ceux que M.-A. Couturier prend en charge, traités comme des œuvres d’art, donnent la priorité aux images, « fût-ce au détriment de l’exposé des idées » (AS, 5-6, janv.-fév. 1950). Thomas Patfoort (Marie-Alain Couturier, un combat pour l’art sacré) souligne à bon droit leur qualité poétique, tandis que Pie Régamey est davantage un conférencier et un pédagogue. Ces fascicules sont peu nombreux ; parmi les plus beaux, on peut citer « Au régime de la pauvreté » (AS, 11-12, sept.-oct. 1950) ; « Vence » (AS, 11-12, juillet-août 1951) ; ou « Tâches modestes I » (AS, 3-4, nov.-déc. 1952). Sous la pression des événements, M.-A. Couturier réalise aussi d’excellents numéros « hybrides » : « Ni snobisme, ni démagogie » (AS, 7-8, juin-juillet 1952) à partir d’un article « vraiment épatant et à la fin, très émouvant » de Pie Régamey qu’il illustre et met en pages ; « Une commission d’art sacré au travail : Besançon » (AS, 11-12, juillet-août 1952), à partir de textes de membres de la CDAS. « L’influence commune du P. Couturier et du P. Régamey a été considérable. Elle préludait dans son domaine à l’esprit du document de Vatican II « L’Église dans le monde d’aujourd’hui », Gaudium et spes » (T. Patfoort, id.).

25S’il n’y a pas de divergences de fond entre les deux directeurs, il y a cependant des débats. M.-A. Couturier évoque en mai 1952 leur « vieille et amicale querelle » : « Pour refaire le goût des gens vous croyez davantage aux idées qu’aux sensations – et moi, je crois que vous vous trompez et qu’il faut souvent renoncer aux idées pour la pureté et l’intensité des sensations ». D’autres discussions portent sur le niveau de qualité à défendre : hanté par le niveau d’excellence qu’il veut donner à L’Art sacré, M.-A. Couturier préfère abandonner un projet même intéressant, s’il n’est pas absolument sûr de sa qualité. Or il jauge assez mal la qualité des œuvres d’artistes moins connus que ceux de l’École de Paris ; il juge les artistes chrétiens pour la plupart « sclérosés, incapables de risquer quoi que ce soit » et considère que ceux qui sont susceptibles de faire « des œuvres modestes, mais vraies et précieuses » sont devenus aussi rares que les très grands. Voici des artistes pour l’Église, fascicule préparé par Pie Régamey en janvier 1952, déclenche une discussion sans fin. M.-A. Couturier écrit en 1953 que les valeurs spirituelles, à l’instar des valeurs artistiques, sont « de second ordre chez les artistes de second ordre ». Chez les artistes de premier ordre, il y a les « suppléances, à tout le moins, la « dignité » substantielle des chefs-d’œuvre – de l’or offert à Dieu et non du plaqué ou un quelconque métal ». Quarante ans plus tard, Pie Régamey le critique sur cet unique point : « Je ne pouvais admettre cette façon de n’admettre que les très grands, alors qu’il ne s’admettait pas lui-même. » Il explique la sévérité de M.-A. Couturier par une rigueur insuffisante, et une insuffisante connaissance de l’histoire de l’art.

26Logiquement, la question des artistes « modestes » rejoint le doute sur la valeur de son œuvre picturale. M.-A. Couturier se veut « Prêcheur par la peinture avant de l’être par la parole » mais l’appartenance de l’artiste à la création picturale est d’un autre ordre que celle du spirituel à la vie religieuse, et il se trouve constamment écartelé entre les deux. De plus, surtout après la guerre, il a le sentiment qu’il n’est pas « moderne ». Le 9 novembre 1951, il écrit à Pie Régamey : « Vous êtes bien heureux de me voir faire des vitraux pour l’Alsace mais moi, je ne fais cela qu’à contrecœur : désormais, tout ce que je pense, tout ce que je dis témoigne contre ce que je fais. Cela me donne mauvaise conscience et coupe tout élan. » Il envisage en 1952 de déclarer publiquement que dorénavant, reconnaissant le peu de valeur de ses travaux, il n’acceptera plus aucune commande pour être plus libre de parler. Ce à quoi Pie Régamey rétorque : « Vos peintures de Namur […] vos vitraux d’Ecole sont des œuvres de classe […] qui maintiennent la tradition qui se perd, qui est représentée actuellement par des œuvres médiocres, souvent agressives – la tradition de l’art figuratif venu du cœur, allant au cœur, large, directement inspiré par les thèmes qu’il traite. Ne vous laissez pas intimider. » Il ne s’arrête de travailler que lorsqu’il en est physiquement incapable.

Querelles

27S’il n’est pas le seul à introduire l’art moderne dans l’Église, M.-A. Couturier est le personnage le plus « public » et c’est sur lui, sur Pie Régamey et sur L’Art sacré que se cristallise la réprobation qui se développe lorsque la presse s’empare des églises d’Assy, de Vence et d’Audincourt. Lorsque l’évêque d’Annecy, sur la pression de Rome, fait enlever du maître-autel d’Assy, au printemps 1951, le crucifix de G. Richier qu’il a béni l’année précédente, la querelle s’amplifie. On reproche à Assy d’être une « église-musée », d’avoir fait appel à des non-chrétiens et des communistes ; l’architecture lumineuse de Vence bat en brèche l’idée convenue de la pénombre nécessaire à une église ; Audincourt, avec son œuvre non-figurative, redouble le débat sur la « convenance » de l’art religieux et les « déformations » du Christ de Germaine Richier (et de Rouault) suscitent le scandale. Les attaques ne viennent pas des vrais destinataires des édifices, qui les adoptent rapidement, mais de divers groupes : chrétiens tenants d’une voie « moyenne » entre l’indéfendable art Saint-Sulpice et l’avant-garde moderne ; gens dénués de pratique religieuse mais dont la symbolique chrétienne constitue une référence culturelle ; intégristes surtout, les plus virulents. Un tract très polémique est distribué en janvier 1951 à Angers, lors d’une conférence de l’abbé Devémy. En avril 1952 Arts publie de venimeux articles de Gino Severini (« L’Église a-t-elle trahi le Christ ? », « Malfaisance de Matisse, Léger et Richier », « Du côté des snobs ! »). À Ronchamp, la campagne de presse est extrêmement hostile à dater de 1952. Deux ans plus tard, c’est un véritable risque que prend l’évêque auxiliaire Georges Béjot (1896-1987), après la mort de Mgr Dubourg en 1954, lorsqu’il bénit la première pierre sans attendre l’arrivée du nouvel archevêque Mgr Dubois. Une masse considérable d’écrits va paraître durant toute la décennie.

28« Je ne veux pas penser aux menaces extérieures : même si cela doit être démoli, il faut encore bâtir quelques églises, dire quelques vérités, élever quelques barricades (spirituelles aussi) », écrit M.-A. Couturier à Louise Gadbois au début de 1951. La querelle apparaît assez peu dans L’Art sacré. Dans le fascicule « Bilan d’une querelle » (AS, 9-10, mai-juin 1952) est détaillée une « Déclaration des évêques de France » qui approuve les thèses principales de la revue. Mais presque au même moment sort à Rome une « Instruction sur l’art sacré », signée des cardinaux Pizzardo et Ottaviani, qui est bien évidemment interprétée comme une condamnation par les adversaires de L’Art sacré, en dépit du fait que ce texte ne ferme pas la porte aux formes nouvelles. Mais ainsi que le note Wladimir d’Ormesson, ambassadeur près le Saint-Siège, l’art religieux est le domaine réservé de Mgr Celso Costantini, « l’un des prélats de la Curie les plus chargés de fonctions et les plus comblés d’honneur, secrétaire très distingué de la Sacrée Congrégation de la Propagande », et ses idées recoupent celles de l’intégriste L’Observateur de Genève de Charles du Mont. Durant l’été qui suit, Mgr Costantini publie dans l’Osservatore romano, une série d’articles accusant les figures du Christ et de la Vierge d’être de « vrais blasphèmes en peinture qu’un Index devrait condamner », ou les crucifix de Rouault d’être « truculents »… Les fonctions que Mgr Costantini occupe dans la hiérarchie, explique W. d’Ormesson, « ne lui ont laissé que peu de loisir pour se familiariser avec les différentes tendances de l’art moderne ».

La Tourette

Couturier et Le C...Couturier et Le Corbusier (I)

Couturier et Le Corbusier (I)

Les premiers contacts entre les deux hommes remontent à « l’affaire de la Sainte-Baume » lorsqu’ils soutiennent le projet de construction d’une basilique souterraine dans le sanctuaire provençal animé par les dominicains de la Province de Toulouse. Cette rencontre renforce l’admiration que Couturier porte depuis longtemps à l’architecte. Il le convainc, en 1952, de dessiner les plans du nouveau couvent d’études de la Province de Lyon à bâtir sur un terrain en pente du domaine de La Tourette dans la commune d’Éveux. Décédé en février 1954 au terme d’une longue hospitalisation, Couturier n’a pu assister à l’édification du couvent. Dans son dernier article, dicté le 30 janvier et publié dans L’Art sacré sous le titre « Le Corbusier », il confiait sa conviction que cette réalisation marquerait « une étape importante dans le renouveau de l’architecture religieuse ».

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

29La vie de M.-A. Couturier dans l’après-guerre se caractérise par une alternance remarquable de déplacements, d’activités et de rencontres tous azimuts, et d’hospitalisations, de séjours à Sallanches qui marquent une dégradation progressive de sa santé. Matisse lui adresse en novembre 1951 une lettre clairvoyante : « Je pense souvent à vous comme à quelqu’un qui doit dépasser ses possibilités physiques et qui doit s’apprêter à payer cet excès. » S’il est un projet dont la réalisation doit tout à M.-A. Couturier, c’est bien celui du couvent d’études de la Province de Lyon, qui se mêle intimement à la maladie qui va l’emporter. Le projet a pris corps en 1943 avec l’achat à Éveux du domaine de la Tourette, situé à vingt-cinq kilomètres à l’ouest de Lyon. Novarina est requis en 1952 pour préparer un avant-projet. Mais quelques jours avant le dépôt de sa demande de permis de construire, M.-A. Couturier écrit à deux reprises au Provincial de Lyon, le P. Belaud (22 et 29 octobre 1952). Il le conjure de renoncer au projet Novarina : « Dans l’histoire de l’art chrétien au xxe siècle, l’édification d’un grand couvent dominicain sera une œuvre majeure, une occasion inespérée. » Belaud hésite, puis il cède et renvoie la décision au conseil provincial qui se réunit le 22 novembre puis le 3 février 1953. Le conseil vote pour la candidature de Le Corbusier que vient défendre M.-A. Couturier. Une rencontre est prévue entre la communauté et l’architecte le 25 février ; auparavant, il a sondé Le Corbusier, qui accepte la proposition avec enthousiasme : « Toute ma vie j’ai attendu cela ! »

Couturier et Le C...Couturier et Le Corbusier (II)

Couturier et Le Corbusier (II)

C’est vers l’architecte Novarina que les dominicains de la Province de Lyon se tournent en premier lieu pour édifier leur nouveau couvent d’études. Couturier, bien qu’affilié à la Province de France, persuade le provincial, Pierre-Damase Belaud, de lui préférer Le Corbusier. Le télégramme de Belaud à Couturier, daté du 5 février 1953, lui fait part du ralliement du conseil provincial.

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

30Malgré la myasthénie qui le cloue dès le 27 avril dans un lit de l’hôpital de Bon-Secours, M.-A. Couturier suit au plus près l’élaboration du projet. Il doit renoncer à faire découvrir à Le Corbusier l’abbaye du Thoronet, modèle par excellence d’un couvent ; mais il le pousse à s’y rendre. Son extraordinaire résistance morale force l’admiration : il dicte ses textes, travaille pour L’Art sacré et s’implique dans le détail pour la Tourette, en relation constante avec le P. Belaud et Le Corbusier, ainsi qu’en témoigne sa dernière lettre à l’architecte, datée du 1er janvier 1954 : « J’avais écrit au père Belaud pour lui faire part de nos conversations : il est venu vendredi dernier et il est entièrement d’accord avec ce que nous avons dit au sujet des dispositions générales. Mais il y a deux ou trois points à préciser et je voudrais vous en parler, ainsi qu’il m’a demandé de le faire : emplacement des entrées, parloirs. Pour cela il serait bon d’apporter avec vous le “programme” de construction qu’il vous avait remis dès le début, comportant l’énumération précise des choses à prévoir : nombre de cellules, salles diverses etc. Bonne et joyeuse année. À bientôt, fr. Couturier. » Il meurt d’une dernière crise d’asthme, dans la nuit du 8 au 9 février 1954. Le père Ducattillon, prieur provincial, et un autre père ayant été appelés vers 23 heures, « le premier put parler longuement avec le P. Couturier qui, lucide et serein, lui donna la clef de sa cellule, quelques indications sur l’ordre de ses affaires et reçut de sa main l’extrême-onction. Il nous quitta quelques heures après » (L.-B. Rayssiguier à H. Matisse, 10 février 1954). L’aspect décousu du fascicule qui annonce sa mort (AS, 7-8, sans titre) témoigne de manière éloquente du très lourd contexte. Selon le témoignage de Pie Régamey en 1991, L’Art sacré est « pris dans les remous de la crise relative aux prêtres-ouvriers. En février 1954, le général de l’Ordre vient à Paris pour signifier l’obligation d’éloigner de Paris les pères Chenu, Congar, Féret et Boisselot et Couturier. […] Et moi, de me retirer de la direction de L’Art sacré. […] L’hostilité, qui était évidente dans les milieux qu’animait le cardinal Celso Costantini, a éclaté […] et du même coup on a vidé sur nous le ressentiment qu’on avait, sous cette double forme. » Selon Jean Capellades, L’Art sacré a été sauvé de l’anéantissement « par le fait que la maison d’édition de La Tour-Maubourg, strictement laïque, ne dépendait pas de la maison religieuse, ce qui l’a préservée ». Il continuera sa route avec à sa tête les dominicains Maurice Cocagnac et Jean Capellades.

L’admiration de P...L’admiration de Pie Duployé pour Marie-Alain Couturier

L’admiration de Pie Duployé pour Marie-Alain Couturier

Le numéro de mai-juin 1954 de L’Art sacré, publié en hommage à Marie-Alain Couturier, livre quelques extraits d’un témoignage de son confrère Pie Duployé. Initialement écrit pour La Vie intellectuelle et refusé en l’état par le censeur de la revue, dans un contexte alourdi par la « querelle de l’Art sacré » tout autant que par la purge des personnalités marquantes de l’Ordre des prêcheurs en France intervenue à quelques jours du décès de Couturier, le texte intégral de Duployé est publié dans les actes d’un colloque organisé par le dominicain Antoine Lion en 2004. De Pie Duployé à Antoine Lion en passant par Pie-Raymond Régamey, les dominicains français n’ont cessé depuis 1954 d’entretenir le souvenir du « combat pour l’art sacré » mené par Couturier.

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

31C’est très justement que Bazaine attribue à sa qualité de peintre son intuition profonde des choses de l’art et sa sensibilité d’homme de métier (Esprit, 1954), et que Camille Bourniquel et Jean Guichard-Meili (Les créateurs et le sacré) notent les effets heureux de sa situation inconfortable : « Aucun artiste de ce temps ne pouvait avoir son autorité devant le problème posé par l’art religieux, aucun prêtre ne pouvait sentir à ce point les nécessités de l’art contemporain […]. Cette dualité donne le sens de cette vie et s’est montrée pleinement efficace. »

32Il n’existe aucune étude critique de l’œuvre peint de M.-A. Couturier, que ce dernier avait interdit de présenter dans L’Art sacré et dont l’essentiel se trouve hors de France.

Haut de page

Sources

Fonds d’archives :

Archives dominicaines de la Province de France, fonds Couturier ; dossier « Sainte-Baume ». — Fondation Le Corbusier, Paris.

Articles (journaux et revues) :

C. Hudon, « Impression d’un artiste français sur la situation de l’art au Canada. Conférence du R.P. M.-A. Couturier », Le Droit, Montréal, 2 janvier 1941. — « Visite du père Couturier à de jeunes artistes », La Presse, Montréal, 1er mai 1941. — « Le Père Couturier », numéro spécial de L’Art sacré, 9-10, mai-juin 1954. — Jean Bazaine, « Marie-Alain Couturier, OP », Esprit, 214, mai 1954. — André Lecoutey, « Le Père Marie-Alain Couturier, OP », Arts et Pensée, XVI, mars -avril 1954. — Sœur Dulcidia, « Father Alain-Marie Couturier, OP (Great Contemporary Artist) », The Torch, New York, 1956. — Thomas F. O’Meara, « Modern Art and the Sacred : The Prophetic Ministry of Alain Couturier, OP », University of Notre-Dame, Indiana, Spring, 1986, p. 31-40. — Monique Brunet-Weinmann, « Le père Couturier au Québec (1940-1941) : un vent de liberté », Revue d’Art canadien/Canadian Art Review XIV, 1-2, 1987. — Robert Schwartzwald, « The Civic Presence » of Father Marie-Alain Couturier, OP, in Québec », Québec Studies, 10 (Spring/Summer 1990), p. 133-152. — M. Brunet-Weinmann, « Le père Marie-Alain Couturier, un esprit éclairé », Parcours, l’informateur des arts, automne 1998. — Antoine Lion, « Les pères Couturier et Régamey ou les dromadaires de L’Art sacré », Prêcheurs, 25, 2000. — Aidan Nichols, « The Dominicans and the Journal L’Art Sacré », New Blackfriars, janvier 2007. — Antoine Lion, « Église catholique, art et modernité en France. Le rôle du P. Marie-Alain Couturier, OP, de 1937 à 1954 », Revue de l’histoire des religions, janvier-mars 2010, http://rhr.revues.org/.

Ouvrages, études :

Maurice Gagnon, Sur un état actuel de la peinture canadienne, Montréal, Société des Éditions Pascal, 1945. — Paul-Émile Borduas, Projections libérantes, Saint-Hilaire, Mithra-Mythe, 1949, erudit@umontreal.ca. — C. Bourniquel, J. Guichard-Meili, Les créateurs et le sacré. Textes et témoignages de Delacroix à nos jours, Paris, Les Éditions du Cerf, 1954. — Pie Régamey (publ. anonyme), Dieu et l’art dans une vie. Le père M.-A. Couturier. 1. de 1897 à 1945, Paris, Les Éditions du Cerf, 1965. — Jean Laude, « Problèmes de la peinture en Europe et aux États-Unis, 1944-1951 » dans Art et idéologies. L’art en occident, 1945-1949, CIEREC, Saint-Étienne, 1978.Joanna Weber, Marie-Alain Couturier, OP on Art and the Church in the 20th Century, M. A. thesis, Yale University, 1989. — Jean-Pierre Jossua : « L’art, rencontre manquée entre christianisme et modernité selon Marie-Alain Couturier », Christianisme et modernité, actes du colloque du Centre Thomas More, Paris, Les Éditions du Cerf, 1990. — Étienne Fouilloux, « Guerres mondiales et totalitarismes, 1914-1958 » dans Histoire du Christianisme, t. 12, Paris, Desclée-Fayard, 1990 ; « Fille aînée de l’Église ou pays de mission ? » dans Histoire de la France religieuse, t. 4, Le Seuil, 1992. — François-Marc Gagnon, Chronique du mouvement automatiste québécois, 1941-1954, Lanctot éditeur, Montréal, 1998. — Robert Schwartzwald, « L’avènement de la modernité au Québec : bilan de la présence du RP Marie-Alain Couturier, OP » ; « Constructions de la modernité au Québec », Université de Laval, Montréal, colloque, 6-8 novembre 2003. — Architecture religieuse du XXe siècle : quel patrimoine ?, actes du colloque de 2004, couvent dominicain de Lille publiés aux PUR, 2007. — Richard Gauthier, « Le renouveau de l’art d’église au xxe siècle : l’apport du P. Couturier » dans Le devenir de l’art d’église des paroisses catholiques du Québec. Architecture, arts, pratiques, patrimoine (1965-2002), doctorat interuniversitaire en histoire de l’art, Université de Laval, Canada, sous la direction de Claude Bergeron, septembre 2004. — Marie-Alain Couturier, un combat pour l’art sacré (F. Caussé, Joël Boudaroua, Jeanne Aircadi-Couturier, Thomas Patfoort, Monique Brunet-Weinmann, Valerio Casali, Marc Chauveau, Jean-Michel Leniaud, Antoine Lion), actes du colloque tenu à Nice en 2004, Nice, Serres éditeur, 2005. — Anne Tobé, Passy, Plateau d’Assy, montagne magique, l’art inspiré, 2007, Centre de recherche et d’étude sur l’histoire d’Assy, Passy. — Françoise Caussé, La revue L’Art sacré. Le débat en France sur l’art et la religion après la Seconde Guerre mondiale (1945-1954), Paris, Les Éditions du Cerf, 2010. — Jean-Philippe Warren, L’Art vivant. Autour de Paul-Émile Borduas, Montréal, Les Éd. du Boréal, 2011. — Maria Antonietta Crippa, Françoise Caussé, Le Corbusier. Ronchamp. La chapelle de Notre-Dame-du-Haut, Milan Éd. Jaca Book/Paris Éd. Hazan, 2014. — Maria Antonietta Crippa, F. Caussé, Le Corbusier. Ronchamp, Paris, Éd. Hazan, 2015. — Monique Brunet-Weinmann, Marie-Alain Couturier au Canada – avec ses lettres à Louise Gadbois, à paraître, 2015.

Entretiens de F. Caussé avec :

Pie-Raymond Régamey, 4, 5, 6 janvier ; 2 mars ; 23 juin 1991. — Jacques et Geneviève Bony, 6 janvier et 28 février 1991. — François Mathey, 1er mars 1991. — Adeline Bony-Hébert-Stevens, 14 mars 1992. — Jean Bazaine, 23 avril 1993. — Jean Capellades, 20 avril 1993. — Isabelle Rouault, 22 avril 1993. — Bernard Dorival, 4 décembre 1993.

Haut de page

Œuvre

Œuvre choisie

Articles de revues ou de presse, catalogue :

« George Desvallières », L’Artisan liturgique, octobre-décembre 1933. — « La souffrance et l’art », Vaincre, janvier 1934. — « Vie religieuse du tertiaire dominicain », L’Année dominicaine, juillet, août-septembre 1934. — « Pour l’art sacré », La Vie intellectuelle, 25 décembre 1935. — « Le vitrail », signé « P.C. », catalogue de l’exposition Vitraux et tapisseries modernes. — L’Art sacré, 30 numéros, janvier 1937-juillet 1939. — « C’est de vous que ça dépend », Le Devoir, Montréal, 14 mai 1940. — « 14 juillet 1940 », sermon, Bulletin des vétérans français de la Grande Guerre, s.d. — « Plaidoyer pour l’art original », La Presse, Montréal, 15 janvier 1941. — « Recommencement d’art sacré au Canada », Revue dominicaine, mars 1941. — « L’abîme entre l’art et le grand public », La Presse, 5 mars 1941. — « La sympathie du spectateur », La Presse, 7 mars 1941. — « Les Indépendants furent les seuls défenseurs de l’art », L’Action catholique, 26 avril 1941. — « Réponse à Maillard », Le Devoir, 28 mai 1941. — « 1er décembre 1942 », Pour la victoire, référence inconnue. — « 31 décembre 1942 », France-Amérique, référence inconnue. — « Propos à de jeunes artistes canadiens », Le Jour, Québec, 8 mai 1943. — « La Toussaint », France-Amérique, novembre 1943. — « Les artistes », Le Quartier latin, Montréal, 24 mars 1944. — L’Art sacré, 46 numéros, 1945-1954. — Entretien avec J. de Laprade, Arts, 51, 16 janvier 1946. — « Sur les méfaits de l’académisme et de la laideur ambiante », Revue des jeunes, 3, 1946. — « Introduction » au Petit office de la Sainte Vierge, Paris, Imprimerie nationale, 1947. — « Le premier monument de la renaissance de l’art chrétien, l’église d’Assy », Arts, 162, 16 avril 1948. — « Lettre » au Figaro, 12-13 février 1949. — Article dans L’Architecture d’aujourd’hui, 2e hors-série sur les arts plastiques, mars 1949. — Article sur la chapelle de Vence, France-Illustration, 24 décembre 1949. — « L’église d’Audincourt », Arts, 326, 28 septembre 1951. — « Réponse » à l’enquête sur l’art sacré du Figaro, 24 octobre 1951. — « Dans l’état actuel du monde, pas d’art sacré : une floraison sporadique d’œuvres religieuses », Jeune République, décembre 1952.

Publications aux Éditions de L’Arbre, Montréal, Canada :

Art et catholicisme, mai 1941. — Marcel Parizeau, architecte, 1945. — « Léger et le Moyen-Âge », dans M.-A. Couturier, M. Gagnon, F. Hertel, S.-M. Kootz, J.-J. Sweeney, Fernand Léger, la forme humaine dans l’espace, 1945. — Art et catholicisme, 1re édition 1941, édition augmentée 1945. — Chroniques, 1947.

Causeries à la radio :

Sermon de Noël, radiodiffusé par l’Office of War Information de New York, 1942. — Le catholique devant la guerre, textes de treize causeries radiodiffusées par Radio-Canada en 1943. Montréal, Société Radio-Canada, 1944. — « Tribune de Paris », entretien Fernand Léger, Stanislas Fumet, M.-A. Couturier, abbé Maurice Morel, Émile Danat, France-Culture, « Radio-Archives », 22 février 1991.

Écrits posthumes :

Les chapelles du Rosaire à Vence, par Matisse, et de Notre-Dame-du-Haut à Ronchamp, par Le Corbusier, Textes des pères Couturier, Capellades, Rayssiguier, Cocagnac ; lettre d’Henri Matisse, Paris, Les Éditions du Cerf, 1955. — Discours de mariage, Paris, Les Éditions du Cerf, 1955. — Art et liberté spirituelle (Art et catholicisme et Chroniques), Paris, Les Éditions du Cerf, 1958, rééd. 2008. — Se garder libre. Journal 1947-1954, Paris, Les Éditions du Cerf, 1962, rééd. 2008. — L’Évangile est à l’extrême. Disloquer les structures mentales dans l’Église, préface de Pie Régamey, Paris, Les Éditions du Cerf, 1970. — Art sacré. M.-A. Couturier, textes de L’Art sacré (1950-1953) choisis par Dominique de Ménil et Pie Duployé, Houston, Menil Foundation/Paris, Herscher, 1983. — La vérité blessée, avant-propos de Michel Serres, Paris, Plon/Les Éditions du Cerf, 1984. — Henri Matisse, Marie-Alain Couturier, Louis Bertrand Rayssiguier, La chapelle de Vence : journal d’une création, textes établis et présentés par Marcel Billot, avant-propos de Dominique de Menil, Paris, Les Éditions du Cerf/Houston Menil Foundation/Genève Skira, 1993. — Un’avventura per l’arte sacra Marie-Alain Couturier ; testi in L’art sacré scelti da P.-R. Régamey ; con una testimonianza di P.-R. Régamey, edizione italiana a cura di Maria Antonietta Crippa, Milan, Jaca Book, 2011.

Œuvre plastique choisie :

1918 : Montbrison, dessins et eaux-fortes. — 1919 : Montbrison, peintures, aquarelles et eaux-fortes. — 1921 : Peinture pour l’église de Saint-Hélier, Jersey. — 1922 : Jersey, Saint-Hélier, chœur de l’église, fresques avec Pierre Dubois ; Salon d’Automne, Paris, peinture (Crucifixion). — 1923 : Domèvre-sur-Vezouze, Meurthe-et-Moselle, chœur de l’église, quatre verrières, exécution M. Huré (détruites). — 1924 : Jersey, Saint-Hélier, église, fresques avec Pierre Dubois. — 1925 : Exposition internationale des arts décoratifs, « Village français », église, décor de la chapelle du maître-autel (avec les Compagnons des Ateliers), pavillon du vitrail, deux verrières, exécution atelier Hébert-Stevens ; Amiens, noviciat, peintures (détruites). 1928 : Oslo, Norvège, couvent dominicain, chapelle, trois fresques, collaboration Pierre Dubois. — 1929 : Oslo, id., fresques. — 1932 : Thorenc, hôtel des Alpes, peinture (Vierge à l’enfant) ; Rome, oratoire du maître général, peintures. — 1933 : Sallanches, peinture pour le couvent du Saulchoir, dessins de chasubles, de candélabres et de chandeliers, images de piété pour L’Art catholique à Paris. — 1933 : Montbrison, collège Victor de Laprade, chapelle, fresque, collaboration Pierre Dubois. Six peintures pour l’exposition internationale d’art sacré de Rome de 1934 (dont Le Rosaire, Saint-Martin, Cérémonie chez les Arméniens à Rome, Saint Pie V et la bataille de Lépante) ; peinture pour le préventorium (Sainte famille) ; peintures pour le couvent dominicain du faubourg Saint-Honoré à Paris (Saint Dominique aux pieds d’un Christ flagellé ; Nuit de Fanjeaux et la sainte Pauvreté). — 1935 : collège Victor de Laprade, fresque. — 1936 : Saint-Jean-de-Luz, décor d’un oratoire ; Oslo, couvent dominicain, fresque et décors ; vitraux pour l’Exposition internationale de 1937 ; vitrail pour la chapelle des Éditions du Cerf. — 1936 ou 1937 : Rome, couvent de Sainte-Sabine, cloître, pose du vitrail Saint Dominique rentrant au couvent par une nuit étoilée, un ange lui ouvrant la porte (exécution atelier Hébert-Stevens). — 1938 : triptyque pour une église de Boulogne ; chasubles ; trois vitraux pour la chapelle Saint-Jean-Baptiste, crypte de la cathédrale de Chartres (exécution M. Huré). — 1939 : Rome, couvent Sainte-Sabine, chapelle du Maître général, travaux (dont une Pentecôte) ; dessin d’un ostensoir (exécution Puiforcat orfèvre) ; exposition « Vitraux et tapisseries modernes », Petit-Palais, quatre vitraux (Sainte Jeanne d’Arc pour la crypte de OPtapisserie (Antependium, Atelier Sainte-Anne, Sallanches). — 1940 à 1945 : Montréal, Canada, couvent dominicain, quelques peintures (Chapitre, Apparition du Christ à Madeleine). — 1943 : Baltimore, États-Unis, collège Notre-Dame de Maryland, bibliothèque, deux fresques ; atelier, fresque Notre-Dame de l’évier. — 1944 : Elkins Park, États-Unis, dominicaines de Notre-Dame de Prouille, chapelle et couvent, peinture, stations du chemin de croix ; Québec, Canada, chapitre du couvent dominicain, fresque (Pentecôte). — 1946 à 1950 : École-Valentin, Doubs, chapelle des Missions diocésaines, six vitraux (Ecce Homo ; Saint Pierre et saint Paul ; Vierge à l’Enfant ; Saint Alphonse de Liguori ; Saint François ; Saint Ferréol et saint Ferjeux), deux oculi, exécution Paul Bony. — 1947, Elkins Park, États-Unis, couvent Notre-Dame de Prouille, décor de la chapelle. — 1948, Rome (Sainte-Sabine ?), décor d’un plafond. — 1949, Namur, Belgique, église Saint-Servais, Crucifixion, fresque, collaboration Pierre Dubois. — 1950, Résurrection, id. ; 1951, Nativité, id. — 1952, Oslo, couvent dominicain, église, esquisse des grands vitraux.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Marie-Alain Couturier et son maître, Maurice Denis
Légende Avant d’entrer dans l’Ordre des frères prêcheurs, Marie-Alain Couturier fait de Maurice Denis, artiste chrétien, membre du tiers-ordre dominicain, son maître. Même si son influence s’estompe au fil des années, il lui a toujours témoigné déférence et estime. Il continuera à le rencontrer, notamment avec certains de ses frères, comme Thomas Philippe (à gauche).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1867/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Couturier, moine bénédictin
Légende « Cérémonie chez les bénédictins ». Cette petite peinture exécutée par Pierre Couturier rappelle qu’en 1924 il a été reçu oblat chez les bénédictins, rue de la Source, à Paris. Le comte Philipon, qui l’avait acquise, l’a offerte au sculpteur Georges Saupique (1889-1961). Après la mort de ce dernier, sa veuve, Madame Bouchot-Saupique l’a donnée, en septembre 1963, au père Pie-Raymond Régamey.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1867/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Chapelle du noviciat du couvent d’Amiens
Légende En 1925-1926, Marie-Alain Couturier peint le chœur de la chapelle d’Amiens où il est novice. Son père-maître, Réginald Berger, a écrit sur une des photographies de la fresque : « Souvenir d’une œuvre faite avec beaucoup de patience et de charité. »
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1867/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre « Saint Dominique rentrant au couvent par une nuit étoilée, un ange lui ouvrant la porte »
Légende En 1936 ou 1937, ce vitrail, œuvre de Marie-Alain Couturier exécutée par l’atelier Hébert-Stevens, est posé dans le cloître du couvent de Sainte-Sabine, à Rome, où il est toujours possible de le voir.
Crédits Photo Tangi Cavalin.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1867/img-4.png
Fichier image/png, 3,0M
Titre Marie-Alain Couturier, verrier
Légende Après ses années passées aux États-Unis qui ont contibué à sa célébrité, Marie-Alain Couturier connaît un réel succès en France comme en témoignent de nombreuses photographies qui font de lui un artiste reconnu. Cette consécration lui vaut de nombreuses commandes qu’il réalise seul ou avec d’autres artistes.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1867/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Marie-Alain Couturier et Thomas Patfoort, Sallanches (Haute-Savoie), 1946
Légende Plus jeune d’une vingtaine d’années que Marie-Alain Couturier, Thomas Patfoort a partagé sa vie quotidienne en 1946, lors d’une convalescence de plusieurs mois au chalet Sainte-Anne de Sallanches, puis en 1949-1952, lorsque les deux dominicains sont assignés au couvent du Saint-Sacrement à Paris. Il a laissé de lui des souvenirs de reconnaissance à l’égard d’un aîné plein de sollicitude amicale pour les débuts apostoliques du jeune prédicateur, d’un religieux très présent à la vie de son couvent malgré les sollicitations extérieures, d’un artiste exigeant et très critique, à la fin de sa vie, de sa propre production picturale.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1867/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Couturier et Le Corbusier (I)
Légende Les premiers contacts entre les deux hommes remontent à « l’affaire de la Sainte-Baume » lorsqu’ils soutiennent le projet de construction d’une basilique souterraine dans le sanctuaire provençal animé par les dominicains de la Province de Toulouse. Cette rencontre renforce l’admiration que Couturier porte depuis longtemps à l’architecte. Il le convainc, en 1952, de dessiner les plans du nouveau couvent d’études de la Province de Lyon à bâtir sur un terrain en pente du domaine de La Tourette dans la commune d’Éveux. Décédé en février 1954 au terme d’une longue hospitalisation, Couturier n’a pu assister à l’édification du couvent. Dans son dernier article, dicté le 30 janvier et publié dans L’Art sacré sous le titre « Le Corbusier », il confiait sa conviction que cette réalisation marquerait « une étape importante dans le renouveau de l’architecture religieuse ».
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1867/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Couturier et Le Corbusier (II)
Légende C’est vers l’architecte Novarina que les dominicains de la Province de Lyon se tournent en premier lieu pour édifier leur nouveau couvent d’études. Couturier, bien qu’affilié à la Province de France, persuade le provincial, Pierre-Damase Belaud, de lui préférer Le Corbusier. Le télégramme de Belaud à Couturier, daté du 5 février 1953, lui fait part du ralliement du conseil provincial.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1867/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre L’admiration de Pie Duployé pour Marie-Alain Couturier
Légende Le numéro de mai-juin 1954 de L’Art sacré, publié en hommage à Marie-Alain Couturier, livre quelques extraits d’un témoignage de son confrère Pie Duployé. Initialement écrit pour La Vie intellectuelle et refusé en l’état par le censeur de la revue, dans un contexte alourdi par la « querelle de l’Art sacré » tout autant que par la purge des personnalités marquantes de l’Ordre des prêcheurs en France intervenue à quelques jours du décès de Couturier, le texte intégral de Duployé est publié dans les actes d’un colloque organisé par le dominicain Antoine Lion en 2004. De Pie Duployé à Antoine Lion en passant par Pie-Raymond Régamey, les dominicains français n’ont cessé depuis 1954 d’entretenir le souvenir du « combat pour l’art sacré » mené par Couturier.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1867/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Françoise Caussé, « COUTURIER Marie-Alain », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, C, mis en ligne le 15 septembre 2015, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1867

Haut de page

Auteur

Françoise Caussé

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals