Navigation – Plan du site

AccueilDictionnaireNotices biographiquesTTURIN Gabriel

TURIN Gabriel

TURIN Laurent à l'état civil ; TURIN Gabriel en religion
Olivier Chatelan

Résumé

Né le 6 août 1924 à Meys (Rhône), mort le 28 novembre 1964 au sanatorium d’Hélios d’Hauteville-Lompnès (Ain).
Formé à la London School of Economics, membre de l’équipe centrale d’Économie et Humanisme, économiste spécialiste des questions de développement et de planification économique qu’il met en œuvre au Sénégal au sein de l’Institut international de recherche et de formation en vue du développement harmonisé (IRFED).

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 17/10/2015

Texte intégral

• Vestition : le 25 février 1945 à Angers
• Profession simple : le 25 février 1946 à Angers
• Profession solennelle : le 25 février 1949 à Saint-Alban-Leysse
• Ordination sacerdotale : le 9 juillet 1951 à Saint-Alban-Leysse

1Laurent Turin est né dans les Monts du Lyonnais à Meys où son père possède une usine de tissage. Il a deux frères, dont l’un d’eux, Noël, deviendra commandant dans la Marine marchande sur les côtes africaines et deux sœurs, dont l’une, Yvonne, sera professeur à la faculté des lettres de l’Université d’Alger, auteur d’ouvrages sur l’histoire des religieuses, de la médecine et de l’éducation au XIXe siècle. Après l’école communale, il entre au collège des Chartreux à Lyon en 1933, puis en 1934 au lycée Ampère mais son tempérament bagarreur ne lui permet pas d’y achever des études secondaires classiques. Admis au lycée de La Martinière en 1937, et donc orienté vers une formation secondaire technique qui alimentera longtemps chez lui un complexe d’infériorité, il vise le concours des Arts et Métiers de Cluny auquel il échoue une première fois. Il est admis à l’École de navigation de Marseille en 1943 mais son père lui oppose un veto formel du fait de la guerre. Au cours de l’année 1944, il renonce au concours de l’École des Arts et Métiers. Appelé au STO, il s’embauche quelques mois à Saint-Étienne pour y échapper, mais il est dans la région lyonnaise au moment des bombardements de juin 1944. Dans le recueil de témoignages réalisé à la mort de Turin, François Malley indique que des ordres de mission datés de début septembre 1944 ont été retrouvés dans ses affaires, qui font supposer une participation à des opérations de renseignement au sein de la Résistance.

2C’est au cours de cette période de la Libération que Laurent Turin choisit de s’engager dans la vie religieuse. Il était devenu membre de l’équipe scoute du lycée Ampère en 1936 et, comme son frère, avait été marqué par l’aumônier, l’abbé Gauthier. Il crée avec un camarade – dont il reprendra le prénom en religion, Gabriel, après son décès en 1941 – l’équipe scoute du lycée de La Martinière. Chef d’équipe à la Route (son départ routier date d’avril 1943), il rencontre le provincial dominicain de Lyon, le père Emmanuel Cathelineau. Décidé à prendre l’habit, il entre au couvent de Saint-Alban-Leysse à l’automne 1944 pour travailler le latin et le grec qui lui font défaut du fait de ses études secondaires techniques. Ses parents admettent difficilement son choix (son père à Cathelineau : « Vous gagnez un fils et moi j’en perds un ») mais Laurent dit s’épanouir pleinement dans la vie en communauté et le travail intellectuel – il traduit avec enthousiasme Ovide, Virgile et les épîtres de Jean. Le père Cathelineau lui fait rencontrer Louis-Joseph Lebret au couvent de la Tourette, à Éveux (L’Arbresle). Sa vestition a lieu en février 1945 au couvent d’Angers. Sous la direction de Marie-Bernard Nielly, il intègre un noviciat qui, à l’exception de Raymond Goupil, vêtu un mois après lui, est formé notamment, depuis octobre 1944, de Charles Loez, Paul Marie Soullard, Noël Poulain, François Genuyt et René Beaupère (celui-ci connaissait Turin depuis plusieurs années par sa participation au scoutisme et était quelque peu « subjugué » par son aptitude à incarner les qualités de chef routier). Il s’initie à une spiritualité enracinée dans la vision unificatrice du thomisme (lettre à un ami, 11 août 1945 : « Tu ne peux pas savoir la joie qu’on éprouve en voyant peu à peu s’ordonner notre vision du monde à découvrir comment tout converge vers le même but, comment peu à peu tout s’explique, se simplifie : Dieu, la création, l’homme et, joignant et assemblant le tout, le Christ »).

Randonnée à l’Aiguille de Péclet

Randonnée à l’Aiguille de Péclet

La proximité du couvent de Saint-Alban-Leysse et du massif de la Vanoise offre la possibilité aux étudiants dominicains de faire des courses en montagne pendant leurs jours de repos. Bien que randonneurs, ils sont tous en habit dominicain (Gabriel Turin, second à gauche).

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Après son année de noviciat en Anjou au cours de laquelle il lit avec passion (en particulier les lettres de Paul et les écrits de Jean de la Croix et de Catherine de Sienne), il revient au couvent de Saint-Alban-Leysse près de Chambéry pour son studentat, entre 1946 et 1953. Ce sont des années d’étude, mais aussi de prière et, bien au-delà des années de noviciat, le futur expert d’Économie et Humanisme manifeste une inclination pour la vie contemplative. Il est ordonné prêtre en juillet 1951 et prépare une thèse de lectorat en théologie sur « L’union aux personnes divines » qu’il soutient à la fin de l’année 1953, après quelques mois de repos forcé en Suisse en raison de problèmes pulmonaires.

4Il est alors immédiatement envoyé au couvent de la Tourette, siège du conseil de direction d’Économie et Humanisme où il passe quelques mois. Le père Lebret souhaite qu’il acquière une spécialisation scientifique à l’étranger, en sociologie à Chicago ou en économie en Angleterre. Pour des raisons qu’il serait utile de connaître, c’est la seconde option qui l’emporte. Un temps intéressé par des études à Oxford, il s’inscrit finalement en septembre 1954 à la London School of Economics.

Gabriel Turin

Gabriel Turin

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Il séjourne à Londres jusqu’au printemps 1956. Il est accueilli dans une paroisse catholique populaire de l’East End dans laquelle il prend une part active tout en suivant ses cours : en dehors des messes et des baptêmes, il visite les familles et organise des réunions de quartier pour créer une vie communautaire. Il s’inquiète de la disparition des « communautés naturelles » dans ces quartiers londoniens en plein bouleversement, d’une paroisse et d’un clergé « ghettos » qui n’ont aucune prise sur de nombreux foyers éloignés de la foi et, comme son confrère de l’Église anglicane avec lequel il se lie d’amitié, constate le faible intérêt que portent les jeunes à la pratique religieuse. Les manifestations de piété populaire heurtent sa conception d’un catholicisme christocentrique. Son séjour d’étude lui permet d’acquérir une bonne maîtrise de l’anglais et surtout une solide formation, bien qu’il juge le cours de commerce international très éloigné des réalités du temps. Il découvre également des traditions politiques sensiblement différentes de celles de la France et, en particulier, le travaillisme dans lequel il voit un socialisme sans fondement anticlérical. Cette expérience lui permet de proposer une conférence au sein du tout jeune Centre Charles Péguy sur les « problèmes d’adaptation de l’Église d’Angleterre au monde d’après-guerre ». En avril 1956, il prend part à La Haye aux travaux du Comité du Center for regional planning dont il a été nommé vice-président. Il reste fidèle à ce temps de formation, tant universitaire que pastoral, et le manifeste par le maintien jusqu’à la fin de sa vie de son abonnement à l’hebdomadaire The Observer.

6Son retour en France coïncide avec le déménagement d’Économie et Humanisme de la Tourette à Caluire. Gabriel Turin y prend une part active puis devient un temps l’économe de la communauté. À partir de l’automne 1956, il réside environ un tiers de son temps au couvent de Grenoble où existe une équipe d’Économie et Humanisme vigoureuse. Il y côtoie un milieu d’ingénieurs et de commerçants, membres ou non des équipes de la Vie nouvelle. Il est très apprécié des groupes du MICIAC dont il est l’aumônier. Parallèlement, il prête main-forte au couvent dominicain de Grenoble où les frères sont peu nombreux. Turin assure aussi une initiation aux problèmes économiques à des étudiants de l’École catholique d’arts et métiers de Lyon le dimanche à Caluire. C’est le moment où il collabore avec Jean-Marie Albertini pour la mise au point du livre Les rouages de l’économie nationale, publié pour la première fois en 1960.

En Afrique

En Afrique

Expert économique, Gabriel Turin effectue de nombreux voyages en Afrique, notamment au Sénégal, où il œuvre à mettre en place des structures de coopération.

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7Gabriel Turin découvre l’Afrique à partir de février 1959. Repéré par Bernard Lecomte comme « l’homme de la macroanalyse et des contacts avec les responsables économiques » (citation de Lebret), il effectue en effet chaque année un séjour de plusieurs mois au Sénégal dans le cadre de l’étude pour la planification économique commandée par le président Mamadou Dia à l’IRFED (1958) : missions d’expertise sur le terrain en 1959, rédaction du plan en 1960, présentation de la planification aux populations rurales de l’intérieur du pays (tâche qui le passionne) en 1961, poursuite du travail technique en 1962 et 1963. Il prend une part très active à la mise en place des structures sénégalaises d’animation, de coopératives de crédit, de formation de cadres et de régionalisation. Il collabore au premier plan quadriennal de développement aux côtés d’Yves Chaigneau, comme lui ancien responsable de la Route. Il se lie d’amitié avec Daniel Cabou, plusieurs fois conseiller économique et ministre de Dia au moment de l’indépendance. Il se rend également dans les pays de la région (Bénin, Côte d’Ivoire, Centrafrique, Cameroun, République démocratique du Congo, République du Congo) au début des années 1960. En marge de son travail à l’IRFED, il établit des contacts avec le clergé africain (en particulier avec Mgr Jean Zoa, archevêque de Yaoundé) et les missionnaires. Fin décembre 1960, il inaugure à Léopoldville (Kinshasa depuis 1960) le congrès de Pax Romana par un discours intitulé « Où va l’Afrique ? ».

8En France, il noue des relations étroites avec le mouvement de la Vie nouvelle. Il semble proche de son fondateur et ancien responsable national de la Route, André Cruiziat, avec lequel il encadre un voyage d’étude en Pologne pendant l’été 1963. Deux ans auparavant, Cruiziat et lui se sont heurtés au refus de la Fraternité Saint-Dominique de Dakar d’accueillir des sessions de la Vie nouvelle. Deux raisons expliquent ce désaccord. D’une part, Gabriel Turin avait émis un certain nombre de critiques sur la Fraternité : il la jugeait trop mondaine et insuffisamment ouverte sur le clergé local alors que la formation de catéchistes aurait pu être une priorité. Le supérieur de la communauté Vincent Cosmao n’a pas apprécié la façon dont ces réserves ont été formulées. D’autre part, l’archevêque de Dakar, Mgr Marcel Lefebvre, désapprouve l’orientation de la Fraternité (par exemple le travail de Luc-René Moreau sur l’islam) et fait savoir au provincial Maurice Corvez que les idées de la Vie nouvelle « créent une confusion intolérable dans les esprits ».

9Son activité de conférencier spécialiste des questions de développement l’amène à répondre à des invitations à l’étranger, en particulier en Belgique et en Allemagne, entre 1960 et 1963. Il est aussi en contact avec la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France (FEANF) et le Cercle Tocqueville. En ce début des années soixante, il partage les options tiers-mondistes de la Mission de France avec laquelle il entretient des relations soutenues et accueille avec joie le tournant missionnaire du catholicisme promu par Vatican II.

10Professeur apprécié à l’IRFED, il est pressenti par Lebret pour lui succéder au sein de cet organisme. Même si les deux hommes sont parfois en désaccord (Lebret le trouvant au départ « un peu trop keynésien » et « intellectuel », Turin jugeant Lebret trop pris par les tâches techniques au détriment de la prédication), le fondateur décèle en lui les qualités d’un grand leader, mais le père Pierre Viau le verrait bien également à la tête d’Économie et Humanisme à Caluire.

11Cependant, son état de santé se détériore à la fin de l’année 1963 et son médecin lui demande de stopper ses activités. Il est hospitalisé à l’hôpital Saint-Joseph de Lyon puis, à partir de février 1964, est admis au sanatorium d’Hélios, à Hauteville dans l’Ain. Alité plusieurs mois, il continue d’assurer des recensions pour la revue Économie et Humanisme et se fait apporter des livres comme en témoigne sa correspondance : outils de travail (dictionnaires bilingues, Dictionnaire de théologie biblique, Dictionnaire économique et social de Thomas Suavet, des numéros de revues (Tiers Monde, Citoyens 60 mais aussi Les Temps modernes), des ouvrages de théologie (Thomas d’Aquin, Congar, Rahner), des essais sociologiques et politiques (Jean Gottmann, John L. Thomas, Franz Fanon, Simone de Beauvoir), ainsi que des romans anglais. Il prêche des récollections au sanatorium et prépare des homélies. Quatre jours après une opération aux poumons, il décède d’un infarctus du myocarde. Une première cérémonie est célébrée à Hauteville, puis son corps est transporté à la Tourette où, le 2 décembre, ont lieu les funérailles qui précèdent son inhumation.

12Gabriel Turin a été nommé officier de l’Ordre national du Sénégal à titre posthume par le président Léopold Sédar Senghor.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de Lyon. — Archives dominicaines de la Province de France. — Archives municipales de Lyon, fonds Économie et Humanisme, 183ii17.

Haut de page

Œuvre

Combat pour le développement, coll. « Développement et civilisations », Paris, Éditions Économie et Humanisme et Éditions ouvrières, 1965 [recueil posthume d’articles, de rapports, de cours et de conférences], préface de Louis-Joseph Lebret et de Bernard Lecomte. — Articles dans plusieurs revues, parmi lesquelles Tiers-Monde et Recherches et débats du CCIF (décembre 1964).

En collaboration : avec Jean-Marie Albertini, André Kéréver et Fernand Lerouge, Les rouages de l’économie nationale. Initiation économique 1, Paris, Éditions Économie et Humanisme et Éditions ouvrières, 1960 (plusieurs fois réédité).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Randonnée à l’Aiguille de Péclet
Légende La proximité du couvent de Saint-Alban-Leysse et du massif de la Vanoise offre la possibilité aux étudiants dominicains de faire des courses en montagne pendant leurs jours de repos. Bien que randonneurs, ils sont tous en habit dominicain (Gabriel Turin, second à gauche).
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1880/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Gabriel Turin
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1880/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre En Afrique
Légende Expert économique, Gabriel Turin effectue de nombreux voyages en Afrique, notamment au Sénégal, où il œuvre à mettre en place des structures de coopération.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1880/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 934k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Olivier Chatelan, « TURIN Gabriel », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, T, mis en ligne le 17 octobre 2015, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1880

Haut de page

Auteur

Olivier Chatelan

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search