Navigation – Plan du site

AccueilDictionnaireNotices biographiquesVVOREUX Jean-Pierre

VOREUX Jean-Pierre

VOREUX Jean-Pierre à l’état civil ; VOREUX Augustin en religion
Régis Morelon

Résumé

Né le 6 mars 1921 à Roubaix (Nord), mort le 22 juillet 2003 à Pau (Pyrénées-Atlantiques).
Prêtre-marin (1957-1959), enseignant en formation professionnelle (1959-1968), professeur d’informatique en Algérie (1968-1984), informaticien à l’hôpital Mustapha d’Alger (1984-2002).

Haut de page

Historique

Notice validée le 10/02/2016

Texte intégral

Vestition pour la Province de France : 11 novembre 1946 au couvent Saint-Jacques à Paris
Profession simple : 12 novembre 1947 au couvent Saint-Jacques à Paris
Profession solennelle : 12 septembre 1950 au Saulchoir à Étiolles
Ordination sacerdotale : 15 juillet 1951 au Saulchoir à Étiolles

1Fils de Maurice Voreux, directeur du négoce de laines A. Voreux-Cau fondé par son grand-père et de renommée internationale, et d’Antoinette née Valentin, issue elle aussi du milieu industriel du Nord de la France, Jean-Pierre Voreux a une sœur aînée et deux sœurs plus jeunes. Sa famille, catholique, exigeante intellectuellement, fréquente plusieurs dominicains du couvent de Kain, en Belgique, dont le père Chenu. Sa mère est tertiaire dominicaine. Il passe sa jeunesse à Roubaix où il fait sa scolarité d’abord dans une école Montessori, puis au collège Notre-Dame des Victoires jusqu’au baccalauréat qu’il obtient en 1938. Il ne s’engage ni dans l’Action catholique ni dans le scoutisme, mouvements que son père désapprouve et auxquels lui-même ne désire pas adhérer. Décidé à ne pas travailler avec son père dont l’autoritarisme lui pèse, il prépare le concours d’entrée à l’École navale, mais doit y renoncer pour daltonisme. Déçu, il intègre une classe préparatoire dans la perspective de se présenter au concours de « l’Agro », mais abandonne cette voie au bout de trois semaines. Son père l’envoie alors en Allemagne. Arrivé à Berlin le 9 novembre 1938, témoin de la fameuse « nuit de cristal », il voit le grand déploiement des manifestations du mouvement nazi. Pendant les mois qu’il passe dans cette ville pour parfaire sa connaissance de l’allemand à l’Institut für Ausländer (Institut pour étrangers), il rencontre, par l’intermédiaire de son père, Henri-Jean Omez qui anime l’aumônerie de la communauté française. Bénéficiant de sa lecture du contexte politique, il mesure l’horreur des persécutions nazies et apprend l’existence des camps de concentration. Pour ne pas risquer de se retrouver en Allemagne dans une situation de guerre, Jean-Pierre Voreux poursuit, à partir du milieu de 1938, des études de langue allemande en Suisse alémanique. Revenu en France à l’été 1939, il s’inscrit à l’Institut catholique de Lille pour y commencer des études de droit.

Moniteur de colonie de vacances

Moniteur de colonie de vacances

Cette photo, que Jean-Pierre Voreux a donnée pour figurer dans l’album réservé aux frères de son noviciat (1946-1947), veut le donner l’image d’un jeune homme espiègle qui joue volontiers un rôle. Elle a été prise en 1941 lorsqu’il était étudiant et consacrait une partie de son été à encadrer des colonies de vacances que Renault organisait pour les enfants de ses ouvriers.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Vers la fin du mois de mai 1940, lorsque les troupes allemandes pénètrent à l’intérieur du territoire français, ses parents pour éviter de se trouver au milieu de la bataille, quittent le Nord, pour s’installer finalement à Paris, après un court intermède provincial, à Mazamet. Ils y demeurent pendant toute la période d’occupation, durant laquelle la région du Nord reste « zone interdite » bien que son père, ayant accepté le poste de président de l’Office des textiles du Nord sous contrôle des autorités allemandes, y réside souvent à l’inverse de sa mère. À l’automne 1940, Jean-Pierre Voreux entre à l’École des Sciences politiques et poursuit ses études de droit (automne 1940-1943). Pendant ses périodes de loisirs, il encadre des colonies de vacances de jeunes (Renault) puis, grâce à des amis qui font partie des équipes d’Uriage, suit pendant l’été 1942 une session de l’École d’Uriage dirigée par Pierre Dunoyer de Segonzac. Il en revient enthousiaste : il y a trouvé, dit-il, « de vrais Français, ardents et courageux ». C’est dans ce milieu qu’il tisse un réseau de relations qui le font entrer dans la Résistance. Il tente de passer en Suisse, puis en Espagne, en vue de rejoindre en Angleterre les Forces françaises libres. Il n’y réussit ni d’un côté, ni de l’autre, mais évite d’être arrêté par les Allemands. L’atmosphère en France s’est alourdie après la disparition de la zone libre : comment s’orienter dans cette situation d’incertitude ? C’est alors (juin 1943) que commence son odyssée dans le maquis du Vercors. Il rejoint les équipes volantes d’Uriage et passe un an entre Saint-Martin-en-Vercors, La Chapelle-en-Vercors, Vassieux, Villard-de-Lans, Monestier de Clermont et Grenoble où il sert d’agent de liaison, de formation de maquisards à l’utilisation des explosifs parachutés et de résistant se livrant à des actes de sabotage sur les routes et les voies ferrées. Il quitte le Vercors, quelque temps avant le débarquement, pour rallier les Forces françaises de l’intérieur (FFI) de Paris et participe à la libération de la capitale. Au début de 1945, alors que les opérations militaires sont sur le point de se terminer en Europe, il est incorporé dans l’armée régulière comme sous-lieutenant et fait quelques mois d’occupation en Allemagne avant d’être libéré, le 8 octobre 1945, avec sa classe. Il gardera de son engagement dans la Résistance des liens avec certains anciens d’Uriage regroupés au Petit-Clamart autour de Maurice Montuclard et de sa communauté Jeunesse de l’Église.

Aux lendemains de la Libération

Aux lendemains de la Libération

Avec brassard et badge, le sous-lieutenant Voreux affiche son incorporation dans l’armée régulière qui occupe l’Allemagne en 1945.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Ayant, entre-temps, terminé ses études de droit (doctorat) puis réintégré son milieu familial, Jean-Pierre Voreux est sollicité par son père pour suivre le projet d’installer une usine de carbonisage de laine en Australie. Avec un ingénieur textile, il négocie avec les Australiens, fait des démarches et obtient les autorisations nécessaires pour réaliser une implantation. Il retrouve son père à Londres, lui rend compte non seulement du résultat positif de sa mission, mais lui annonce que la confrontation avec le monde du commerce et de l’argent a plus que jamais conforté sa vocation religieuse. Il prend la décision de rejoindre l’Ordre de Saint-Dominique, décision envisagée dès 1942, mais écartée au profit de son entrée dans la résistance armée. Sa décision est bien accueillie par son père, faisant sans doute écho à ses interrogations personnelles, et ravit sa mère.

Au noviciat

Au noviciat

En 1946-1947, Jean-Pierre Voreux (assis, à droite) et quelques novices : Patrice Thillaye du Boullay (assis, à gauche), puis Pierre Vian, Marie-Joseph Basille, Marc Zemb, Henri Duchemin et Vincent Duclos (tous debout de gauche à droite).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4Après son année de noviciat au couvent Saint-Jacques à Paris avec Bernard-Marie Chevignard pour père-maître, il suit pendant six ans la formation du Saulchoir d’Étiolles sous la direction du père-maître Nicolas Rettenbach. S’intéressant au mouvement missionnaire – intérêt dû à la sensibilité que sa mère avait pour celui-ci – il se lie avec deux frères dominicains, Bernard Gardey, prêtre-ouvrier, et Louis Charpentier qui partagent les mêmes options pastorales. Ayant pour référence Marie-Dominique Chenu, Albert Bouche et Joseph Robert, pour lesquels il n’y a pas de théologie sans action, il songe à s’engager dans la mission ouvrière dominicaine. Il va très souvent à Chaville pour participer à l’apostolat de Bernard Gardey qui y avait créé une coopérative d’HLM pour construire des logements populaires. Il prend part également aux réunions des prêtres-ouvriers parisiens dans la perspective de « passer au travail », mais voit son espoir anéanti lorsque leur ministère est interdit par Rome en septembre 1953, date de la fin de sa formation au Saulchoir (il avait été ordonné prêtre en 1951).

5Assigné au couvent de Dijon, il assume pendant un an un apostolat classique tout en étant en lien avec l’équipe de la Mission de France de Montchanin. Enfin, grâce à Damien Avril et à Matthieu Begouën-Demeaux, responsable de la Mission de la mer, il est envoyé en 1955 au Havre où il s’occupe avec Michel Quoist d’équipes d’Action catholique ouvrière (ACO) en attendant de pouvoir naviguer.

6Rappelé en juin 1956 en Algérie comme officier de réserve, il hésite : réfractaire ou non ? Il accepte finalement et y reste jusqu’en novembre. Lieutenant commandant un escadron de rappelés, incorporé au 9e RCA en garnison à Batna, puis affecté avec son escadron à Timgad le 25 août, il est l’un des premiers à dénoncer systématiquement les méthodes pratiquées par l’armée et les forces de l’ordre françaises, en particulier la torture. Il consigne les exactions dont il est témoin dans un journal qu’il fera parvenir, à son retour en France, à Témoignage chrétien qui servira à la publication de la brochure Des rappelés témoignent, publiée en 1957 par le Comité de résistance spirituelle qu’il avait créé avec Henri Marrou, Paul Rendu, Paul Ricœur, Madeleine Collas, Robert Barrat… décidés à dénoncer les crimes commis en Algérie pour y mettre fin. Il envoie une première lettre de démission en septembre 1956 arguant de son désaccord avec les pratiques de l’armée, démission refusée en octobre, mais il est autorisé à quitter l’Algérie en novembre (juste après sa nomination au grade de capitaine). Sa démission de l’armée ne sera acceptée que le 19 septembre 1958 après plusieurs demandes de sa part. Son attitude pendant la guerre d’Algérie l’amènera à témoigner le 9 janvier 1962 au procès de Robert Davezies, membre d’une équipe de prêtres de la Mission de France, accusé de soutien au FLN. Le tribunal interdit la publication de son témoignage, car « il avait pour but de nuire au moral de l’armée et à l’ordre public qui est plus que jamais sensibilisé à ce genre de choses… » Il n’aura de cesse de soutenir jusqu’en 1962 la cause de l’indépendance de l’Algérie : il comparaîtra notamment devant la 17e chambre correctionnelle en faveur de Pierre Leulliette, auteur de Saint Michel et le dragon. Souvenirs d’un parachutiste, paru aux Éditions de Minuit en 1961, qui dénonçait les pratiques de l’armée et de la gendarmerie en Algérie ou, encore, participera au tournage d’Octobre à Paris, film de Jacques Pajinel, sorti en 1962.

7Dès son retour au Havre – le provincial Vincent Ducatillon, chargé d’appliquer les mesures romaines à l’égard des prêtres-ouvriers, étant mort entre temps –, il s’enquiert de la possibilité d’embarquer comme ouvrier sur les bateaux (les décisions romaines de l’été 1953 ne concernaient pas les prêtres-marins), il sera donc « prêtre-navigant » de 1957 à 1959. De juillet 1957 à juillet 1958, il embarque comme manœuvre-nettoyeur sur les chaudières pour la Transat (marine marchande), travail particulièrement éreintant, puis il fait à Rouen un stage de six mois d’électricien dans le cadre de la Formation professionnelle pour adultes qui lui permet d’obtenir un CAP en février 1959. Désormais ouvrier qualifié, il est embauché comme électricien à bord de bananiers jusqu’en octobre 1959, date de son retour au Havre. Il ne peut continuer à naviguer à cause du décret Pizzardo de juillet 1959 qui interdisait à tout prêtre, même marin, d’avoir un emploi salarié.

À l’écoute de l’orateur

À l’écoute de l’orateur

Debout, au cours d’une conférence avec Albert Plé (en robe) et Alain-Zacharie Serrand (la pipe à la main).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8Débarqué, Jean-Pierre Voreux se trouve dans une impasse. Désireux de trouver une solution et un terrain missionnaire répondant à sa vocation dominicaine, il accepte la proposition de Bernard Gardey de rencontrer Roger Linet, ancien secrétaire général CGT de Renault, devenu directeur du centre de formation Suzanne Masson. Roger Linet accepte d’engager Jean-Pierre Voreux d’abord pour un remplacement dans un cours de langue française, puis comme stagiaire en formation informatique et, enfin, comme moniteur dans la même discipline. Il restera de fin 1959 à décembre 1968 dans ce centre où il est secrétaire du syndicat CGT. Pendant toute cette période, il est rattaché au couvent Saint-Dominique, siège des Éditions du Cerf à Paris. Il y retrouve trois vieux compagnons Réginald Chartier (comme lui ancien du Vercors), Maurice Cocagnac (ancien résistant, de la même génération que lui dans l’Ordre) et Bernard Gardey. Il se lie également avec trois autres dominicains de la communauté, Ambroise-Marie Carré, Jean Thomas et Alain-Zacharie Serrand. À la fin de l’année 1968, Nicolas Rettenbach, prieur provincial, cherche un supérieur pour la maison d’Alger. Il se porte volontaire, car il aspire à une autre insertion professionnelle et ressent le besoin de donner une nouvelle impulsion à sa vocation missionnaire.

9Il arrive au 92 rue Didouche-Mourad à Alger le 9 décembre 1968 et devient officiellement supérieur de la communauté le 29  janvier 1969. Celle-ci est composée, selon l’annuaire de 1969, de Pierre Le Baut, ancien prieur, responsable de la messe radio-diffusée, aumônier des Équipes Notre-Dame et de la Paroisse universitaire qui a fait le choix de prendre la nationalité algérienne et de travailler à la Sonatrach comme psychologue ; de Pierre Claverie, étudiant au centre de pédagogie arabe (Les Glycines) et aumônier des Cercles bibliques ; de Marie-Joseph Cadart, bibliothécaire, sacristain et aumônier des Cercles bibliques ; de François Chavanes, syndic, aumônier des équipes Saint-Dominique, qui a choisi lui aussi d’obtenir la nationalité algérienne et d’être employé au Service des statistiques du ministère de l’Agriculture ; de Jean-Marie Mérigoux, étudiant en arabe, et de Christian Massart, frère coopérateur.

10Parti avec un contrat sur la base de son doctorat en droit, Jean-Pierre Voreux devient de fait coopérant technique comme professeur d’électronique, d’abord dans un centre de CFPA à Alger, puis en Kabylie (où il gardera de nombreux contacts, entre autres pour la fourniture d’une belle huile d’olive), puis de nouveau à Alger. Il fait tous les trajets sur sa grosse BMW (qui répond au doux nom de Gertrude), jusqu’à ce que l’état de ses hanches lui interdise la conduite d’une moto. Il reste en liaison avec le centre parisien Suzanne Masson pour tout ce qui est technique, en particulier pour toutes les fournitures nécessaires à une formation relative aux circuits imprimés. Il y fera même un dernier stage d’été en 1984 pour se mettre à niveau sur les microprocesseurs, juste avant de passer à la retraite.

À Alger

À Alger

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

11Parallèlement à son travail professionnel, Jean-Pierre Voreux assume bon nombre de responsabilités. Il participe aux activités d’une ONG placée sous la responsabilité de protestants, « Rencontre et développement », qui forme des coopérants étrangers venus sur des demandes algériennes spécifiques ; il est proche d’un certain nombre de mouvements africains de libération, surtout le MPLA (Angola) et l’ANC (Afrique du Sud) ; il est aussi membre du Mouvement de la Paix en Algérie. Beaucoup d’Algériens le considèrent comme l’un des leurs, et certains font allusion à lui, bien après sa mort, en faisant mémoire de « Didi (oncle) Jean-Pierre ». Il n’avait jamais pu se mettre vraiment à la langue arabe, mais cela n’affecte pas la qualité de ses relations.

12Il prend sa retraite fin 1984. Il continue néanmoins à travailler, non plus en tant que vacataire, mais bénévolement (à plein-temps) pour l’informatisation d’un service du Centre Pierre-et-Marie Curie au sein du grand hôpital Mustapha d’Alger en formant des secrétaires. Ses compétences sont vite connues des secrétaires d’autres services, qui font alors appel à lui pour se familiariser avec la programmation. Durant cette période, le 17 décembre 1984, il est élu par ses frères dominicains engagés au Caire en Égypte, en Algérie, à Beyrouth au Liban, à Casablanca au Maroc et à Mossoul en Irak « vicaire régional du monde arabe » ; réélu deux fois, en avril 1989 et en mai 1994 – ce qui témoigne de la confiance de ses pairs –, il le reste jusqu’en 1998. Il s’agit d’une responsabilité de lien fraternel et de coordination entre les différentes maisons dominicaines de ce vicariat. Rappelons que pendant le temps de ce long mandat, il y a eu plusieurs années de guerre civile au Liban et la première guerre du Golfe (1991), puis l’embargo américain sur l’Irak.

13À partir de 1991, pendant la « décennie noire » de violence en Algérie au cours de laquelle Pierre Claverie est assassiné en 1996, Jean-Pierre Voreux et François Chavanes sont menacés comme tous les étrangers à Alger. Leur seule précaution est alors de n’avoir aucun horaire précis ou repérable lors de leurs différents déplacements, et ils signent tous deux un papier officiel demandant instamment que, s’ils sont enlevés, aucune recherche ne soit entreprise, afin que ne soit pas risquée pour eux la vie de jeunes Algériens, policiers ou militaires.

14En 2002 (il a quatre-vingt-un ans), il interrompt son travail à l’hôpital Mustapha ; il n’a plus comme occupation extérieure – ce qui le laisse très insatisfait – que la rédaction de la Revue de la presse algérienne, revue publiée par le centre diocésain des Glycines et qu’il dirige depuis quelques années. En juin de la même année, il est attaqué dans le couloir de son immeuble alors qu’il sort de la banque. On lui vole une grosse somme d’argent et tous ses papiers, ce qui représente un gros choc psychologique.

15Il rentre alors en France comme chaque année pendant l’été et traîne une insurmontable fatigue. Le diagnostic est finalement fait fin juillet 2002 à l’hôpital de Pau par l’une de ses nièces, chef du service de pneumologie : cancer de la plèvre dû à l’amiante, contracté dans les chaufferies de bateaux entre 1957 et 1959, ce qui met une cinquantaine d’années à se déclarer. Entre plusieurs séances à l’hôpital, il retourne un mois à Alger, aller en bateau, retour en avion ; il arrive encore à y faire un aller-retour en avion autour de Noël 2002 pour dire adieu aux amis, et il participe en mai à une rencontre à Marseille sur l’avenir de la présence dominicaine en Algérie. Il rejoint ensuite Pau pour continuer son traitement, mais en vain. Il meurt un an après le diagnostic, le 22 juillet 2003 et est enterré dans le cimetière des moniales dominicaines de Dax le 25 juillet.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Archives historiques du diocèse de Paris, fonds Frossard 2 D-12 (10), dossier Équipe nationale des prêtres-ouvriers de 1968 à 1971 ; 2D1-14. — Archives de la Mission de France. — François Leprieur, Quand Rome condamne, Paris, Plon/Cerf, 1989. — Ut sint unum, mai-juillet 1953 ; août-septembre 1954 ; juillet-octobre 1955 ; 15 octobre 1959 ; février 1957 ; 15 avril 1959 ; 15 décembre 1968 ; 29 janvier 1969 ; 15 novembre 1971 ; 15 avril 1972 ; octobre 1978 ; octobre 1979 ; janvier 1985 ; mars-avril 1988 ; avril 1989 ; décembre 1991 ; juillet-août 1992 ; avril 1994 ; juin-juillet 1996. — Prêcheurs, décembre 1997 ; juin 1998. — Entretien avec Nathalie Viet-Depaule, 27 novembre 2000. — Hommage à Albert Bouche (1909-1999), brochure inédite, 2001. — Bernard Gardey, La foi hors les murs. Grappillage de la Saint-Martin, Paris, Karthala, 2001. — Étienne Dalemont, Patrick Mony, Régis Morelon, Jean-Pierre Voreux, 1921-2013, Paris, 2004 (pro manuscripto). — Sybille Chapeu, Des chrétiens dans la guerre d’Algérie. L’action de la Mission de France, Paris, Éditions de l’Atelier, 2004. — Robert Davezies, Une foule de châteaux et autres récits, Paris, l’Âge d’Homme, 2006.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Moniteur de colonie de vacances
Légende Cette photo, que Jean-Pierre Voreux a donnée pour figurer dans l’album réservé aux frères de son noviciat (1946-1947), veut le donner l’image d’un jeune homme espiègle qui joue volontiers un rôle. Elle a été prise en 1941 lorsqu’il était étudiant et consacrait une partie de son été à encadrer des colonies de vacances que Renault organisait pour les enfants de ses ouvriers.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1944/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Aux lendemains de la Libération
Légende Avec brassard et badge, le sous-lieutenant Voreux affiche son incorporation dans l’armée régulière qui occupe l’Allemagne en 1945.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1944/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Au noviciat
Légende En 1946-1947, Jean-Pierre Voreux (assis, à droite) et quelques novices : Patrice Thillaye du Boullay (assis, à gauche), puis Pierre Vian, Marie-Joseph Basille, Marc Zemb, Henri Duchemin et Vincent Duclos (tous debout de gauche à droite).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1944/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre À l’écoute de l’orateur
Légende Debout, au cours d’une conférence avec Albert Plé (en robe) et Alain-Zacharie Serrand (la pipe à la main).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1944/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre À Alger
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1944/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Régis Morelon, « VOREUX Jean-Pierre », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, V, mis en ligne le 15 février 2016, consulté le 25 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1944

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search