Navigation – Plan du site

RENARD Georges

RENARD Georges Marie Joseph Antoine Eugène à l’état civil, RENARD Raymond en religion
Tangi Cavalin

Résumé

Né le 21 novembre 1876 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), mort le 14 mai 1943 à Levallois-Perret (Seine, Hauts-de-Seine).
Avocat (1901-1920), militant sillonniste puis professeur de droit public (1920-1932) à la Faculté de Nancy, de philosophie sociale au Saulchoir (1934-1943) ; auteur d’ouvrages de droit et de philosophie du droit.

Haut de page

Historique

Notice validé le 23/03/2016

Texte intégral

Vestition : 30 juillet 1932 à Amiens
Profession simple : 31 juillet 1933 à Amiens
Profession solennelle : 31 janvier 1936 au Saulchoir de Kain
Sacerdoce : 14 juillet 1936 au Saulchoir de Kain

1Né en 1876 à Nancy, Georges Renard est le fils aîné de René, avocat à la cour d’appel de Nancy, et de Mathilde Darboy, nièce de l’archevêque de Paris fusillé en 1871 par les communards. Les Renard et les Darboy sont deux anciennes familles de la bourgeoisie nancéienne issues du milieu du barreau que leurs convictions chrétiennes revendiquées ont contribué à rapprocher : l’acte de naissance est signé par Jean-Baptiste Darboy, son aïeul, commandeur de l’ordre de Saint-Grégoire-le-Grand, et par son oncle maternel, Gabriel Demontzey, président du tribunal civil de Nancy. Conservateur en politique, son père, René Renard, se présente à plusieurs reprises aux élections municipales et, en novembre 1889, lors des législatives, se désiste au second tour en faveur de Maurice Barrès. Il est, dans la foulée, élu par ses pairs bâtonnier du barreau de Nancy, fonction qu’il occupera à quatre reprises.

Une inculcation p...Une inculcation précoce

Une inculcation précoce

Tout dispose Georges Renard à embrasser la toge des juristes. Son père, avocat et bâtonnier à plusieurs reprises du barreau de Nancy, y veille jusque dans ses cadeaux.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Les sources à notre disposition ne permettent pas de connaître les détails de l’enfance de Georges Renard, au domicile des parents, rue Saint-Dizier. S’il est proche d’eux, il est difficile de qualifier la manière dont s’exprime cette affection. Certaines sources suggèrent une enfance sans drame, mais aussi une certaine carence affective. La nature des liens entretenus avec son jeune frère, Antoine, né en 1879, ne sont pas plus faciles à cerner. Quoi qu’il en soit de cette relation fraternelle, le mariage contracté par Antoine en 1910, que désapprouvent les parents Renard, marque une rupture avec ceux-ci : désormais avoué à Bar-le-Duc, Antoine ne garde semble-t-il de contacts réguliers qu’avec son frère. Ce qui, dans l’itinéraire du jeune Georges, est néanmoins incontestable, c’est qu’une large part de son temps de loisir s’organise autour de la paroisse Saint-Nicolas et de ses œuvres, ce en quoi il ne fait que suivre l’exemple parental, son père y étant fabricien. Le moment de la communion, en 1888, est solennisé par sa mère d’une matière telle qu’il en garde toute sa vie le souvenir le plus vif. Il est d’abord inscrit à l’école Saint-Léopold, créée par Mgr Darboy lorsqu’il était évêque de Nancy de 1859 à 1864, puis au collège Saint-Sigisbert avant de mettre ses pas dans ceux de son père et de s’inscrire à la faculté de droit. Une atrophie du bras gauche lui vaut d’être dispensé du service militaire, liberté qu’il met à profit pour mener à leur terme deux thèses de doctorat (Contribution à l’histoire de l’autorité législative du Sénat : le senatus-consulte sur le quasi-usufruit, 1898 ; Étude historique sur la législation des concordats jusqu’au Concordat de Bologne, 1899). Ces premiers succès universitaires, destinés à lui ouvrir la porte de l’université, se heurtent cependant à un double échec, en 1901 et 1902, au concours de l’agrégation de droit. La carrière professorale lui étant fermée, il s’inscrit au barreau de Nancy en 1903 et entame une carrière d’avocat que facilite l’accès aux réseaux paternels.

Le militant sillonniste

L’avocat sillonnisteL’avocat sillonniste

L’avocat sillonniste

En 1912, avocat et membre de la Jeune République.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Plus qu’une quelconque défaillance face à un concours hautement sélectif, les échecs de l’étudiant signalent un infléchissement dans un parcours jusque-là entièrement guidé par la conformité aux attentes paternelles. Partie prenante d’un « esprit des années 1890 » (Jean-Marie-Mayeur) qui mêle remise en cause des valeurs dominantes, religiosité et préoccupations sociales, le jeune Georges Renard fait en effet la découverte, au tournant du siècle, du Sillon de Marc Sangnier dont il devient rapidement un ardent propagandiste, engagement chronophage qui lui interdit toute chance de succès à l’agrégation. Selon Paul Renaudin, « l’entrée au Sillon fut, pour beaucoup d’adolescents ou de jeunes hommes, une sorte de révolution morale, un de ces va-tout de la vie intérieure qui marquent à jamais une existence et qui toujours, quoi qu’il advienne, l’ennoblissent » : ces souvenirs de l’un des fondateurs du Sillon, publiés dans les Cahiers de la Nouvelle Journée en 1924, ont sans nul doute été partagés par Georges Renard qui vit avec passion la décennie précédant la condamnation du mouvement en 1910. À Nancy, c’est autour d’un fils de cordonnier, étudiant en droit, Henri Teitgen, que s’agrègent en 1902 quelques jeunes gens dont l’engagement civique se cherche, à la croisée des convictions républicaines et démocratiques, de l’action sociale et de la défense des libertés religieuses. Ils décident de fonder, en puisant dans le vivier des cercles d’études paroissiaux et des associations d’anciens élèves des établissements catholiques ou encore à partir des sociabilités universitaires, un Sillon lorrain sur le modèle du mouvement parisien qui les approvisionne en brochures et tracts de propagande. Le couvent des dominicains de la rue Crevaux, désaffecté à la suite des expulsions, offre un local pour les réunions hebdomadaires tandis que la chapelle abrite les premiers congrès. L’organisation par les sillonnistes de rencontres publiques offre au jeune Georges Renard l’occasion de faire valoir son éloquence en portant la contradiction aux adversaires politiques, le plus souvent de gauche, dans tout le département. Averti des premiers pas du mouvement, Mgr Turinaz, l’évêque de Nancy depuis 1882, ne tarde pas à faire part de sa franche hostilité à l’égard du Sillon lorrain, en privé d’abord, puis publiquement dès 1904. Georges Renard prend part au pèlerinage que le Sillon organise à Rome la même année et, reçu avec Marc Sangnier en audience privée par le cardinal Merry Del Val, secrétaire d’État du Saint-Siège, retire de cette rencontre la conviction que les plus hautes autorités de l’Église, Pie X le premier, approuvent le mouvement. Figure montante, aux côtés d’Henri Teitgen, du mouvement, Georges Renard collabore régulièrement à la Chronique sociale de l’Est, l’organe mensuel du Sillon lorrain, et organise les débuts de la Jeune Garde à Nancy. Il est également élu président de l’Institut populaire fondé en 1904 rue Molitor dans l’intention d’offrir un lieu de débat et de collaboration entre sillonnistes et socialistes. Quelques réalisations concrètes sous forme de coopératives sortent de cet organisme qui, malgré l’activisme de ses responsables, doit fermer ses portes en 1907. Ce qui caractérise plus que tout la militance de Georges Renard, c’est la prise de parole publique. Pourtant, son apparence de grand bourgeois le dessert face à des auditoires populaires. L’un des fondateurs du mouvement à Nancy, Gabriel Richard, y insiste dans ses souvenirs : « Du point de vue intellectuel, l’homme a une imagination brillante, une culture très étendue, mais le jugement est absolu et quelquefois excessif ; il a une horreur du conformisme comme il a la passion d’être écouté et suivi. Ses origines bourgeoises autant que sa carrière universitaire l’ont mal préparé au rôle de tribun populaire ; son intelligence, qui est très vive, est originellement tournée surtout vers les spéculations philosophiques, vers les problèmes religieux, alors que ses contradicteurs socialistes l’amèneront plus volontiers à discuter “la politique de la musette”. » Georges Renard n’en poursuit pas moins inlassablement son activité de propagandiste dans la France de l’Est et, à l’occasion, sur Paris. À partir de 1906, alors que la dynamique militante du Sillon lorrain s’essouffle quelque peu, il élargit son champ d’action à d’autres régions, de la Normandie au Massif central. Dans le même temps, sa fidélité indéfectible au maître à penser Marc Sangnier, alliée à ses compétences universitaires, lui confèrent le rang d’intellectuel organique du Sillon : en 1906, les éditions éponymes publient Sept conférences sur la démocratie (une seconde édition largement augmentée paraît en 1910) qui vulgarisent la doctrine du mouvement. En 1910, Marc Sangnier obtient de Georges Renard, après qu’il a bénéficié de son concours actif lors de sa campagne électorale dans la circonscription de Sceaux l’année précédente, qu’il assume la responsabilité d’une « chronique sociale » dans le journal La démocratie. Réunies en volume, ces chroniques forment, lors de leur publication en 1913, un manuel de droit du travail de la législature qui s’achève. Face à la condamnation pontificale qui se profile au printemps 1910, Georges Renard, accompagné du jeune Francisque Gay, entame une série de rencontres auprès d’évêques afin de détourner la menace qui pèse sur le Sillon. C’est le 30 août 1910 que Georges Renard, en villégiature avec son ami le prêtre sillonniste Eugène Beaupin, prend connaissance de la lettre de Pie X publiée par La Croix : le choc est rude pour les deux hommes, mais à aucun moment il n’est question de discuter la condamnation pontificale. Quelques jours plus tard, la Semaine religieuse de Nancy publie une lettre de soumission du Sillon lorrain signée par Georges Renard. Soumission qui ne sera d’ailleurs jamais un reniement : il participe, deux ans plus tard, à la fondation de la Ligue de la Jeune République comme membre provisoire du bureau national aux côtés de Marc Sangnier. En 1929 encore, devant les étudiants de la Faculté de droit de Nancy, alors qu’il en est devenu professeur, il évoque son passé militant en osant « espérer que mes amis reconnaîtront quelque harmonie entre les discours que je prononçais alors dans les réunions populaires et l’enseignement que je donne aujourd’hui […] ».

Le foyer sillonniste

4Une raison autre que celle de l’engagement sillonniste préside au repli de Georges Renard sur une carrière d’avocat après ses deux échecs au concours de l’agrégation. Le 30 décembre 1901, il épouse Marguerite Gény, rencontrée quelques mois auparavant par l’entremise d’un ecclésiastique. Le grand-père paternel de Marguerite appartenait au groupe de jeunes gens de Nancy convertis par la prédication d’Henri-Dominique Lacordaire : à la faveur de cette conversion, des liens étroits se nouent entre la famille et le couvent des dominicains de Nancy fondé en 1843. Vincent Jandel, prieur du couvent de 1846 à 1849, est un familier des Gény et ne manque pas de leur rendre visite à la faveur de ses séjours à Nancy après son élection comme maître de l’Ordre ; lors des expulsions de 1881, la maison des Gény sert de refuge à deux des dominicains du couvent. Douzième et dernière enfant d’une fratrie soudée par les valeurs chrétiennes et le culte de la famille, Marguerite compte deux frères jésuites (l’un deviendra professeur à la Grégorienne, l’autre sera provincial) et une sœur supérieure générale de la Congrégation des Petites-Sœurs des Pauvres (elle est, à Rome, proche de Hyacinthe-Marie Cormier qu’elle consulte fréquemment sur l’interprétation à donner des règles de sa famille religieuse). L’une de ses tantes est dominicaine, une de ses nièces le deviendra.

Marguerite Renard...Marguerite Renard (1879-1930)

Marguerite Renard (1879-1930)

Le décès de Marguerite Renard en 1930 laisse Georges Renard disponible pour une entrée tardive dans la vie religieuse en 1932. Auparavant, il rassemble documents et témoignages dans un livre à la mémoire de sa femme : « C’est au retour de ses émouvantes obsèques qu’a été décidée la publication de cette biographie. Il nous semblait que celle dont le corps venait de descendre dans la tombe voulait poursuivre du haut du ciel l’apostolat d’édification q’elle avait exercé en ce monde. »

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5L’alliance contractée avec Marguerite introduit aussi Georges Renard dans l’intimité d’un de ses frères, François Gény (1861-1959), nommé peu avant leur union professeur de droit à Nancy. À quarante ans, ce dernier bénéficie déjà en France comme à l’étranger d’une importante considération pour sa contribution au renouvellement méthodologique du droit. Tous deux catholiques, tous deux juristes, les deux hommes partagent un même éclectisme intellectuel conçu comme une ressource nécessaire à l’édification d’œuvres dont la force tient à leur capacité syncrétique. Si le rapprochement entre leurs conceptions juridiques ne saurait être poussé trop avant, il est indéniable qu’à partir des années 1920, elles convergent autour d’une défense du droit naturel d’origine chrétienne et de sa compatibilité avec le régime de laïcité français. Dans l’immédiat, l’union de Marguerite Gény et de Georges Renard contraint le jeune homme à renoncer à ses espoirs de carrière universitaire après sa seconde tentative malheureuse à la session de l’agrégation de 1902. La nécessité de fonder un foyer catholique le pousse à s’installer comme avocat à Nancy. Les jeunes mariés occupent bientôt un vaste appartement rue de la Ravinelle, à deux pas de la faculté de droit. Les idées du Sillon, que Georges fait connaître à Marguerite, cimentent leur union : tandis qu’il s’investit dans de multiples rencontres publiques, elle s’applique à les mettre au centre de sa vie de femme et de chrétienne. Dévouée jusqu’à son mariage à l’entretien exclusif de la piété familiale, Marguerite Renard y ajoute désormais, outre l’animation du foyer conjugal, l’approfondissement d’une spiritualité faite, selon les mots de son mari, d’un « goût du don total, [du] dédain du “qu’en dira-t-on”, [d’une] aversion de l’“esprit bourgeois” ». L’indépendance accrue dont elle bénéficie à la suite de son mariage lui permet de traduire cette spiritualité dans un apostolat à la paroisse Saint-Nicolas où elle fonde en 1903 le patronage des jeunes filles dans les locaux du couvent des dominicains. Son investissement y croît à la mesure de son désarroi lorsqu’elle comprend qu’il lui est impossible d’avoir un enfant. Cette prise de conscience se traduit en effet chez Marguerite Renard par un renoncement plus affirmé encore à l’égard des aspects les plus ostensibles de la vie mondaine. Le cercle d’études sillonnistes qui se réunit dans son appartement tire profit de sa disponibilité et de son goût pour l’action apostolique avec l’organisation de campagnes d’opinion destinées à faire connaître le sort des ouvrières, d’abord sur la foi d’une documentation rapportée puis d’enquêtes réalisées auprès des intéressées au moyen d’entretiens. Le rayonnement de l’œuvre du « Trousseau » pour l’enseignement ménager qu’elle dirige de 1907 à 1914 achève d’établir sa réputation d’animatrice du Sillon féminin à Nancy. La condamnation pontificale du mouvement en 1910 la contraint néanmoins à transformer son œuvre en coopérative et à porter son action personnelle dans un service d’infirmière à l’hôpital civil ou, plus brièvement, dans l’éducation des mineurs délinquants. Ces activités apostoliques occupent une grande partie de ses journées, sans pour autant prendre le pas sur le temps consacré à son ménage et à la famille Gény. Le décès d’une de ses sœurs en 1909, mère de six garçons, fait d’elle leur mère adoptive : elle prend soin quotidiennement de ces enfants installés avec leur père dans une maison voisine de la sienne. L’aîné des garçons, Paul, entrera chez les bénédictins. Le plus jeune, Maurice, âgé de trois ans lors du décès de sa mère, revêt l’habit dominicain en 1924 et devient le frère Pierre Benoît qu’elle visite régulièrement au noviciat d’Amiens puis au Saulchoir de Kain. Ils partagent alors de longs entretiens à teneur spirituelle dont le jeune dominicain livre quelques souvenirs au seuil des années 1930 : « Je garde l’impression d’une piété solide, ne se payant pas de mots, mais se nourrissant fortement : elle fréquentait la Sainte Écriture, récitait le petit Office de la sainte Vierge, lisait La Vie spirituelle, certains traités de la Somme théologique traduite en français. […] Je ne sais si je lui ai proposé d’entrer dans le Tiers-ordre de saint Dominique. J’avais trop net le sentiment qu’elle s’accommoderait mal de cet engagement ou plutôt n’y consentirait pas. Elle avait une nature très indépendante ; il en était, je crois, de sa vie de prière comme de son apostolat de charité : on sait qu’elle se tenait autant que possible à l’écart des œuvres organisées avec bureaux et comités à structure quasi parlementaire ; elle agissait sans parler ». Cette vie entièrement orientée par les valeurs chrétiennes, en quête constante d’occasions de sanctification, se suffit-elle d’un foyer conjugal privé d’enfants ? La lecture des souvenirs rassemblés par Georges Renard incite à prendre au sérieux l’évolution de la piété religieuse de son épouse, son désir d’accomplissement que ni le rôle de mère adoptive, ni l’activité charitable pourtant toujours débordante ne satisfont pleinement. Surtout à partir des années qui suivent la condamnation du Sillon, son inclination pour la prière contemplative s’affirme, allant jusqu’à s’exprimer dans un désir de fuite à l’égard de son temps. La mobilisation qui la sépare de son mari de 1914 à 1919 est l’occasion d’approfondir une option plus ferme encore pour un type de vie consacrée. Plus que la spiritualité dominicaine, plus encore que la spiritualité franciscaine qui a pourtant pour elle bien des attraits, c’est celle du Carmel ou de la Trappe qui lui semble répondre à ses aspirations : une retraite à la Trappe d’Ubexy dans les Vosges l’en convainc. Résignés à n’avoir pas d’enfant, Marguerite et Georges Renard se promettent mutuellement d’entrer en religion si l’un d’entre eux venait à décéder.

Professeur de droit public et conseiller municipal

6

L’éloquence de l’...L’éloquence de l’avocat au service de l’enseignement

L’éloquence de l’avocat au service de l’enseignement

Le passage du Palais à la chaire se traduit par une allure professorale. Moustache et cheveux lissés en arrière soulignent son nouveau statut.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7En décembre 1914, Georges Renard est mobilisé. Du fait de son âge (trente-huit ans) et de son infirmité partielle, il ne peut être question pour lui de combattre. Il est affecté au service de l’infirmerie tout au long des années de guerre, mais effectue une partie de son temps à l’intendance à Nancy. Caporal en décembre 1915, il est promu sergent en février 1917. Le conflit marque une rupture dans son itinéraire professionnel, rupture dont il est toutefois difficile en l’état des sources de retracer la genèse : le « désarroi » et même l’« affolement » qu’il ressent alors (et confiera bien plus tard) en sont-ils la cause ? Les décès de sa mère puis de son père, à quelques mois l’un de l’autre, en 1916, ont-ils contribué à sa décision ? Toujours est-il qu’il décide de se présenter une nouvelle fois à l’agrégation de droit public, après sa démobilisation en février 1919. Afin de mettre toutes les chances de son côté, il effectue au moins une partie de sa préparation à Toulouse, auprès du doyen Maurice Hauriou. En octobre 1920, devant un jury que préside le même Hauriou, Georges Renard est reçu à la quatrième place et aussitôt nommé professeur dans sa ville de Nancy, siège d’une des plus importantes faculté de droit de France, après Paris. Praticien du droit au Palais de justice de Nancy depuis 1903, il devient enseignant à la Faculté dont il avait été l’étudiant deux décennies plus tôt et qu’il avait encore fréquentée comme chargé de cours avant la guerre. Cette réussite tardive n’éclipse pas, derrière la figure professorale, celle de l’avocat et du militant, et cela d’autant moins que, membre de la Jeune République depuis 1912, il est élu conseiller municipal de Nancy sur une « liste d’entente et d’union » en décembre 1919, puis réélu en 1925. Il œuvre notamment, par l’élaboration de ses rapports, à une meilleure prise en charge des rémunérations et des retraites des employés de la ville. Surtout, en 1923, il emporte, par un vibrant discours prononcé au nom du maintien de l’Union sacrée et de la place de Nancy dans le rétablissement de l’Ordre des frères prêcheurs en France, l’adhésion d’un conseil municipal d’abord hostile à la réinstallation des dominicains dans le couvent dont ils avaient été expulsés vingt ans auparavant. Cette prise de parole est également pour Renard l’occasion d’une longue digression visant à mettre en avant le libéralisme politique de Lacordaire. Il s’empare également des problèmes de l’heure pour établir, en juriste, des mises au point techniques, en particulier sur « les incendies survenus dans les bâtiments occupés par les troupes en cantonnement » (Revue générale d’administration, 1920) ou sur « la nature juridique de l’indemnité de dommages de guerre » (Revue de droit public, 1920). L’écriture de rapports pour la municipalité, d’articles érudits sur des questions juridiques (en 1923-1924, il fait paraître plusieurs publications sur les rapports du droit et de la profession pharmaceutique) après sa longue pratique du métier d’avocat lui permettent de se présenter de manière récurrente, alors qu’il développe pourtant une interprétation philosophique de plus en plus élaborée du droit, comme un homme de terrain avant tout : « Je ne suis pas un philosophe tombé des hauteurs de la métaphysique dans les querelles de mur mitoyen, confie-t-il à ses étudiants en 1929. Je suis un praticien ; j’ai mené vingt ans la vie du Palais, et les caprices du suffrage universel m’ont introduit dans l’administration active au moment où je quittais définitivement le barreau pour la Faculté. C’est l’exercice du métier qui m’a induit à la tentation de philosopher. »

De la pratique à la théorie du droit

8C’est bien en effet l’éloquence de l’avocat et du conférencier que donnent à lire ses cours, publiés dans leur forme orale, et qui composent, de livre en livre, une théorie, voire une philosophie du droit que son auteur cherche à approfondir à partir de son expérience de praticien comme de l’étude des réalités juridiques. Dès ses premiers ouvrages de synthèse, au début des années 1920 (Notions très sommaires de droit public français, 1920 et Cours élémentaire de droit public, 1922), Georges Renard place sans surprise son enseignement sous l’inspiration de celui d’Hauriou, mais aussi, de manière plus surprenante pour un juriste, sous celui du « maître » de la « vie intellectuelle » Antonin-Dalmace Sertillanges dont il est un grand lecteur. En 1924 paraît le premier tome de sa trilogie consacrée à l’« Introduction philosophique à l’étude du droit ». L’auteur s’affirme sans détour ennemi de la philosophie contractualiste du XVIIIe siècle qui aurait eu pour seule vertu de faire autour d’elle, un temps, l’union des juristes. L’extinction de ce «feu de paille » laisse ces derniers divisés entre le « positivisme » de Léon Duguit et le « sociologisme » d’Émile Durkheim. Georges Renard entend substituer à ces deux impasses intellectuelles une troisième voie : le ralliement des juristes à la « philosophie traditionnelle » du droit naturel, entendue non pas de manière déductive, en partant des principes généraux pour en déduire une philosophie juridique mais de manière dialectique, en alternant droit naturel et droit positif, afin de répondre aux exigences contradictoires d’une société contemporaine complexe et mouvante et de principes supérieurs et intangibles.

9L’intention théorique de Georges Renard est limitée par le caractère introductif d’un cours réservé aux étudiants en droit et aux auditeurs libres nancéiens. Elle n’est pas non plus novatrice puisqu’elle s’insère dans les débats en cours depuis la fin du XIXe siècle chez les théoriciens du droit public naissant, et particulièrement chez les juristes catholiques. Mais, d’accès facile du fait de sa formulation orale et de l’éloquence de l’orateur qui réussit le tour de force de donner l’allure d’un essai à un cours de droit, elle entre en résonance avec l’actualité lorsque le Cartel des gauches accède au pouvoir en mai 1924 et place au centre des débats son programme anticlérical (rupture des relations diplomatiques avec le Saint-Siège, remise en cause du statu quo concordataire en Alsace-Lorraine, application de la loi sur l’expulsion des congréganistes). Par un long compte rendu dans les Études titré « Le procès des légistes par un juriste » (septembre 1925), le jeune jésuite Michel Riquet enrôle la démonstration de Georges Renard à l’appui du combat qu’il mène à la DRAC (Ligue des Droits du religieux ancien combattant) contre l’idée que la loi, parce qu’elle serait l’émanation de la volonté nationale, pourrait s’identifier au droit ou, au contraire, s’en affranchir. Publiée sous forme de brochure intitulée « Sa majesté la loi », la protestation de Michel Riquet contre la politique du Cartel est reprise en 1927 aux Éditions Spes dans un ouvrage augmenté d’une Enquête sur les droits du droit composée des réponses de juristes (Léon Duguit, Maurice Hauriou, François Gény, Louis Le Fur, Paul Cuche…), de théologiens (Réginald Garrigou-Lagrange de l’Angelicum et son homologue de l’Université grégorienne Arthur Vermeersch), de philosophes (Jacques Maritain, René Gillouin, Georges Aillet…). Non sollicité, Georges Renard est pourtant invoqué dans cet ouvrage qui accorde une large place aux juristes au moment où, à la Chambre des députés, Fernand Engerand et Louis Marin présentent une proposition de loi signée par une centaine de leurs collègues « tendant à instituer une Cour suprême pour connaître des atteintes aux droits et aux libertés des citoyens. » Cette offensive publique en faveur du contrôle de constitutionnalité marque un moment important de convergence entre la droite libérale, nombre de juristes aux options politiques et religieuses diverses et une fraction des catholiques sociaux qui s’efforcent, autour de Paul Archambault et des Cahiers de la Nouvelle Journée, de concilier le républicanisme et le réformisme social avec leurs convictions chrétiennes. Le professeur de droit de Nancy reviendra d’ailleurs sur cette controverse à plusieurs reprises, en particulier dans La théorie des Leges mere pœnales. Contribution juridique aux rapports du droit positif et de la théologie morale, publiée en 1929 avec l’intention d’offrir aux juristes des éléments de réponse pratiques à la question de principe de la résistance aux lois injustes.

10C’est dans la livraison de 1925 des Cahiers de la Nouvelle Journée consacrée à « La Cité moderne et les transformations du droit » que Georges Renard intervient, aux côtés des juristes Maurice Hauriou, Julien Bonnecase, Louis Rolland et Paul Cuche. Si ce numéro marque un moment important dans l’entreprise d’acclimatation des théories d’Hauriou auprès de la nébuleuse républicaine et démocratique issue du catholicisme social, il est aussi pour Georges Renard l’occasion d’affirmer, outre sa filiation intellectuelle avec le doyen de la Faculté de droit de Toulouse, sa proximité, et même sa dette, à l’égard de son beau-frère, François Gény, au moment où celui-ci publie le dernier tome de son œuvre majeure, Science et technique en droit privé positif. Aussi Georges Renard, souvent présenté comme un disciple de stricte obédience du doyen Hauriou, se montre-t-il alors très soucieux, sous l’influence méthodologique de François Gény, d’articuler avec le plus d’efficacité les rapports du droit naturel et du droit positif. Réfléchissant sur la notion de souveraineté de l’État, il s’efforce d’établir que la démocratie « n’est pas le gouvernement du peuple par le peuple ; c’est l’organisation politique qui associant le peuple à la tâche de ses dirigeants, l’élève, par une émancipation progressive, d’une tutelle étroite à une curatelle de plus en plus libérale et lui permet de s’approcher, sans pouvoir y parvenir pourtant, à la pleine majorité ». Plaidoyer mesuré en faveur du renforcement de l’exécutif, des corps intermédiaires et de l’indépendance du pouvoir judiciaire, l’article de Georges Renard pour les Cahiers de la Nouvelle Journée illustre la manière dont la réflexion des juristes catholiques, tant sur la méthode que sur les contenus, contribue au renouveau doctrinal du catholicisme social dans les années 1920.

11L’ancien praticien du droit et toujours militant politique n’ignore pas que l’obstacle principal à la réception de ses prises de position juridiques réside dans leur ancrage confessionnel. De ce point de vue, la situation n’a guère changé depuis l’époque du Sillon où il s’était initié aux débats contradictoires avec les socialistes. Aussi s’emploie-t-il à présenter ses idées comme acceptables par tous, croyants et incroyants, car chez tout individu existe un minimum de raison quelle que soit la manière dont elle est désignée : bon sens, sens commun ou raison commune. Le droit naturel qui en découle peut donc servir de principe ultime au droit positif puisque, comme il le défend dans son cours de 1928-1929 sur La valeur de la loi, « la donnée fondamentale du droit naturel est le Bien commun de la collectivité ou, suivant une terminologie préférable, l’Ordre juridique ». À l’instar de son beau-frère François Gény, il n’a de cesse, à partir de la seconde moitié des années 1920, de vanter le caractère laïque du droit naturel et s’oppose, dans L’Aube nouvelle, en 1928, aux usages erronés de cette notion au sein du mouvement de l’Action française. Rallié depuis les années 1890 à la République, auteur d’éloges mesurés de ses institutions de 1875 pourtant souvent décriées dans le camp des juristes catholiques, il considère que les élites françaises peuvent relever le défi de la crise de la démocratie en se rassemblant autour de la notion largement partagée de droit naturel, à condition que celle-ci soit correctement définie et située. Avec la conviction que le temps est venu d’infuser les valeurs du catholicisme dans les institutions de la République, il retravaille à partir du milieu des années 1920 la théorie de l’Institution d’Hauriou dans un sens thomiste.

Thomisme et philosophie du droit

12C’est au cours de l’année 1926 que Georges Renard adhère à la Société thomiste, fondée deux ans plus tôt au couvent du Saulchoir de Kain, et qui publie à partir de mars 1924 le Bulletin thomiste. Son intérêt pour cette société justifie son entrée au conseil d’administration en 1928 où son enthousiasme fait immédiatement l’unanimité auprès des rédacteurs. Si Georges Renard se reconnaît dans les recherches du Bulletin thomiste, et ses notes personnelles indiquent assez qu’il le lit le crayon à la main, la réciproque est vraie. Joseph-Thomas Delos rend compte dans ses pages, en septembre 1927, de sa trilogie introductive à l’étude du droit en des termes particulièrement sympathiques : « Ces ouvrages marquent une étape et une date. Par eux, s’opère la conjonction de la philosophie juridique et de la métaphysique aristotélicienne et thomiste [...]. Par la réussite de sa tentative, M. R[enard] prend rang d’initiateur. Certes les excellentes études de droit naturel ne manquent pas ; mais où sont les études de philosophie juridique inspirées de la pensée thomiste, “de la métaphysique naturelle de l’esprit humain” ? » L’autre revue du Saulchoir, la Revue des sciences philosophiques et théologiques, rend également compte, longuement et de manière élogieuse, sous la plume de Thomas Bésiade, des ouvrages de Georges Renard. L’affinité entre ce dernier et les dominicains du Saulchoir se donne à lire dans une longue recension de la thèse de Joseph-Thomas Delos dans le numéro de septembre-novembre 1929 du Bulletin thomiste. Une chaleureuse complicité naît entre le dominicain formé au droit et le savant juriste, complicité qui transparaît entre les lignes des recensions de leurs ouvrages respectifs. Leur collaboration intellectuelle restera cependant limitée, aucune œuvre commune n’ayant vu le jour.

13Autre indice de cette proximité intellectuelle qui se noue entre le thomisme du Saulchoir et le professeur de droit de Nancy : son invitation pour une conférence donnée aux étudiants du couvent en avril 1929, auxquels il présente la théorie de l’Institution. Le texte de son intervention est publié quelques mois plus tard dans la Revue des sciences philosophiques et théologiques tandis que son nom apparaît pour la première fois au sommaire de La Vie intellectuelle, la nouvelle revue des Éditions du Cerf. En réalité, ce rapprochement ne contredit pas le positionnement de Georges Renard dans la mouvance républicaine du catholicisme social qui a toujours été la sienne. Ses publications comme sa correspondance l’attestent : sa signature figure tout au long des années 1920 dans les pages de La Nouvelle journée de Paul Archambault, puis dans celles des Cahiers de la nouvelle journée comme dans celles de La démocratie de Marc Sangnier où il expose les avantages des théories constitutionnelles d’Hauriou, dans L’Aube nouvelle du Sillon parisien ou encore dans La Vie catholique et dans Politique. Il intervient également aux Semaines sociales (« La femme et la vie administrative », Nancy, 1927 ; « L’organisation rationnelle de l’État », Besançon, 1929) et correspond avec Maurice Hauriou, Francisque Gay, Pierre Tiberghien ou Marcel Poimbœuf. Son option pour le thomisme de l’école du Saulchoir ne l’éloigne pas de sa famille d’origine. S’il fait bien de la pensée de Thomas d’Aquin le socle à partir duquel ancrer intellectuellement la théorie de l’Institution, il ne cessera de chercher à y intégrer des philosophies issues d’horizons différents, comme celles de Maurice Blondel (de même que « l’esprit humain n’est pas fermé sur lui-même », la « personnalité juridique n’est pas fermée sur elle-même » et possède « une capacité d’entrer avec autrui dans une communion intime »), d’Henri Bergson (appropriée à partir du philosophe grenoblois Jacques Chevalier) ou de Max Scheler et de la phénoménologie (lue à travers la présentation de Georges Gurvitch dans Les tendances actuelles de la philosophie allemande, 1930). L’un des attraits du thomisme tel qu’il se pratique au Saulchoir réside justement pour lui dans sa capacité à accueillir de nouveaux apports intellectuels et à les intégrer harmonieusement dans une synthèse d’ensemble sans pour autant couper cette dernière des transformations à l’œuvre dans la société : c’est dire que sa théorie de l’Institution d’inspiration thomiste se doit d’être dynamique, en perpétuelle adaptation. Après avoir publié son premier ouvrage sur la théorie de l’Institution, il entreprend une collaboration avec un dominicain (probablement Jean Tonneau) pour en produire un second volet, à contenu théologique.

Une sociologie juridique

14Les réflexions de Renard et Delos convergent au cours des années 1920 autour d’une redéfinition de l’objet de la sociologie, appelée à fournir l’un des fondements de la théorie de l’Institution. Creusant un sillon différent de ceux qui, parmi les catholiques, empruntent alors à la tradition leplaysienne comme le renommé juriste et sociologue Paul Bureau (1865-1923), ils prennent encore appui sur les écrits sociologiques de Maurice Hauriou pour refonder cette discipline dévoyée par l’école durkheimienne. En réalité, cet intérêt pour la sociologie naissante n’est pas spécifique à Hauriou, comme le rappellent Frédéric Audren et Marc Milet : « D’une manière générale […] la rénovation de la science juridique autour de 1900 est inséparable de cet investissement sociologique par toute une frange de la Faculté de droit désireuse de dépasser le strict cadre de la formation professionnelle propre à l’esprit judiciaire au profit de l’esprit scientifique » (préface aux Écrits sociologiques de Maurice Hauriou). Une même préoccupation de renouvellement méthodologique place d’ailleurs les juristes catholiques sociaux et leurs confrères socialistes dans un rapport analogue au droit, rapport critique s’il en est face à une discipline qu’ils jugent incapable de prendre en considération les transformations de la société issue de la révolution industrielle. À la sociologie selon Hauriou, subordonnée au droit et placée à son service, revient la tâche d’enrichir le travail juridique d’un contenu social qui rompt avec l’individualisme contractualiste comme avec l’étatisme. Georges Renard et Joseph-Thomas Delos estiment d’autant plus important, avec le doyen de Toulouse, de préciser l’objet de la sociologie que celle-ci, dans son acception durkheimienne, effectue son entrée dans les programmes d’enseignement des Écoles normales par un arrêté du 18 août 1920. La prétention de cette école sociologique à refonder l’éducation et la morale est vivement dénoncée par Delos comme attentatoire à l’humanisme chrétien et à la liberté de conscience, mais aussi parce qu’elle lui semble erronée d’un point de vue scientifique. Aussi, loin de se réfugier dans l’apologétique traditionnelle, Joseph-Thomas Delos, avec Georges Renard et dans le sillage de Maurice Hauriou, entend-il promouvoir une sociologie qui soit réellement une science des faits sociaux au sens thomiste du terme et se situe à juste distance du « sociologisme » durkheimien comme de l’individualisme des théories contractualistes. Au contraire, écrit Delos, « Tout part de la personne humaine, seule source originale d’énergie, d’où jaillit la vie sociale » (Bulletin de la conférence Saint-Michel, avril 1928). La critique de la sociologie durkheimienne se fait plus vive encore chez Delos dans un article que publie La Vie intellectuelle du 10 mai 1931 sous le titre « Pour le redressement de la sociologie contemporaine. L’objet de la sociologie » : « Il ne fallait pas demander à une science du fait de nous enseigner le devoir-être, il ne fallait pas tenter de fonder la morale et ses règles normatives sur une science d’observation. » Dans la relation intellectuelle qui se noue entre les deux juristes, c’est semble-t-il le jeune dominicain qui exerce, sur ce point, une influence déterminante sur son aîné : Georges Renard est amené à réévaluer la dimension sociologique de la pensée institutionnaliste d’Hauriou pourtant présente dès ses premiers écrits de la fin du XIXe siècle. En réalité, Delos et Renard s’accordent avec le doyen de Toulouse, à l’encontre de l’école sociologique durkheimienne, pour intégrer la sociologie dans leur théorie de l’Institution et contredire par cette opération ses prétentions fondatrices et normatives.

L’héritier de Maurice Hauriou ?

La Faculté de dro...La Faculté de droit de Nancy

La Faculté de droit de Nancy

Au tournant des années 1930, Georges Renard est au sommet de sa carrière professorale. Au premier rang, au centre, il pose au milieu de ses confrères et étudiants. Premier assis à gauche, en habit ecclésiastique, Jean Tonneau, dominicain et étudiant en thèse. À la gauche de Georges Renard, son beau-frère, François Gény, puis Félix Senn, doyen de la faculté.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

15La disparition le 11 mars 1929 de Maurice Hauriou place Georges Renard dans la position de revendiquer son héritage et de se présenter, dans l’avant-propos à sa Théorie de l’Institution publiée l’année suivante, comme son disciple le mieux à même de donner à son œuvre juridique son plein « rendement ». Il entend même fonder, autour de sa personne, une « École de Nancy » apte à poursuivre l’œuvre d’enracinement de la théorie de l’Institution dans la philosophie du droit. L’ancrage thomiste de cette doctrine juridique est alors clairement présentée comme son prolongement le plus fidèle : Hauriou « m’a trop ouvertement approuvé pour que je puisse douter qu’à suivre le sillage de saint Thomas d’Aquin je reste et j’avance dans le sillage creusé par mon maître : si l’on doit enseigner la philosophie du droit dans nos Facultés, m’écrivait-il après la lecture de mes conférences Le droit, l’ordre et la raison, c’est ainsi qu’il faut le faire… » Cette revendication de fidélité à la pensée d’Hauriou se heurte à celle, développée à partir du tournant des années 1930, par Georges Gurvitch, jeune philosophe français d’origine russe qui se fait rapidement connaître du milieu des juristes. S’il traite le professeur de Nancy avec respect et révérence, lui adressant tous ses ouvrages avec dédicace, il ne le ménage pas sur le terrain des idées. Contre Renard en effet, Gurvitch, dans sa thèse sur L’idée du droit social (1931) récuse le « dernier Hauriou », dont la théorie née de l’influence de Platon, de Proudhon et de Bergson serait affaiblie, voire sclérosée, par ses ultimes développements thomistes et s’efforce au contraire d’en donner une interprétation conforme à ses convictions socialistes forgées dans l’observation des conseils d’autogestion ouvrière lors de la Révolution russe.

16La manière qu’a Renard d’interpréter la pensée d’Hauriou est également disputée au sein du courant démocrate chrétien. Paul Archambault et Marcel Prélot dans les Cahiers de la Nouvelle Journée ou Paul Vignaux dans Politique, de manière certes mesurée, expriment leurs réticences à l’égard du tournant thomiste de la pensée du professeur de droit de Nancy : ainsi Prélot redoute-t-il, à la lecture de la Théorie de l’Institution, que son auteur ne demande trop « à la méthode scholastique et […] aux systématisations thomistes » (Cahiers de la Nouvelle Journée, 19, p. 210), avant d’ironiser, devant l’accueil enthousiaste qu’elle suscite chez les catholiques sociaux, sur son caractère insaisissable : « Il nous arrive de nous demander si nous ne sommes pas les jouets d’un fantôme et si Georges Renard, dans son enthousiasme créateur, n’a pas prêté à l’Institution la séduction et la vie, comme jadis Pygmalion voyait sourire sa statue à force de l’aimer » (Cahiers de la Nouvelle Journée, 20, p. 208). À ces critiques issues de sa propre famille de pensée, Georges Renard réplique en 1932 dans L’Institution. Fondement d’une rénovation de l’ordre social sans rien concéder sur le fond à l’égard de l’« école dissidente » qu’il identifie à Archambault et Prélot, tout en reconnaissant que leurs critiques ont toutes les chances d’obtenir « l’oreille des juristes » car ceux-ci ont le goût des « catégories closes ». Paul Archambault s’efforce d’atténuer la polémique par un compte rendu élogieux de l’ouvrage dans La Vie catholique.

17Dans la controverse qui s’engage alors autour des développements de la pensée d’Hauriou, Georges Renard s’estime bien placé. N’a-t-il pas reçu du doyen de Toulouse les marques les plus manifestes de sa confiance ? L’opposition de Gurvitch ne relève-t-elle pas avant tout du malentendu ? L’essor de son « École de Nancy » ne le désigne-t-il pas favorablement ? À Nancy, « érigé de fait en centre d’études institutionnalistes » (M. Prélot), l’influence de Georges Renard est incontestable. Son enthousiasme et ses dons d’orateur y sont pour beaucoup. Le renom de ses ouvrages y contribue également. La proximité entre le couvent d’études de la Province de France et le professeur de droit de Nancy est telle que plusieurs étudiants y complètent leurs études théologiques par une formation en droit. C’est le cas de Jean Tonneau, ordonné prêtre en 1927, lecteur l’année suivante, qui est envoyé se préparer à l’enseignement de la théologie morale en suivant les cours de la Faculté de droit de Nancy jusqu’à l’obtention d’un doctorat en 1932. Certains étudiants de Georges Renard s’appliquent à prolonger ses intuitions dans des thèses, comme Suzanne Michel qui, fascinée par sa présentation de la théorie de l’Institution, effectue sous sa direction un doctorat en droit sur La notion thomiste du Bien commun que l’éditeur Vrin publie en 1931 après qu’elle eut été relue par plusieurs « maîtres » du Saulchoir. Le propre fils de François Gény, Bernard, demande à Georges Renard de préfacer sa thèse publiée en 1930 sur La collaboration des particuliers avec l’administration : celui-ci s’en acquitte en soulignant l’adhésion du jeune juriste à la conception institutionnelle du droit d’Hauriou reçue par son entremise. D’autres étudiants nancéiens, comme Paul Reuter ou Pierre-Henri Teitgen, tout en achevant leur thèse sous la direction du successeur de Renard à la Faculté de droit de Nancy, vouent à celui-ci une admiration telle qu’elle conforte l’idée de la constitution d’une « École de Nancy » prenant le relais de celle de Toulouse. Les liens amicaux entre Georges Renard et Henri Teitgen, noués à l’époque du Sillon lorrain, se sont en effet prolongés dans l’affection quasi filiale du jeune Pierre-Henri pour son professeur de droit. Que ce soit lors de sa soutenance de thèse (1932), de son admission à l’agrégation (1934) ou de ses premières années d’enseignement (jusqu’à la guerre), Pierre-Henri Teitgen ne cesse de dédier ses succès à celui qu’il appelle affectueusement « mon cher oncle », et à se présenter auprès de lui comme un ardent propagandiste de la théorie de l’Institution et du thomisme appliqué au droit. L’entrée dans le corps professoral nancéien du démocrate-chrétien François de Menthon, en 1930, qui intègre immédiatement le cercle des proches de Georges Renard, donne également consistance à l’idée d’une mobilisation des efforts des jeunes juristes autour des idées d’Hauriou revues par Renard. Sans vouloir donner à ce dernier une place plus déterminante que celle qu’il a occupée dans l’histoire du droit, il convient de rappeler que Paul Reuter, Pierre-Henri Teitgen, François de Menthon fondent à Nancy, en 1938, avec l’aide d’un autre juriste imprégné des théories d’Hauriou, Paul Durand, la revue Droit social dont le caractère technique ne doit pas masquer l’une des sources d’inspiration. Georges Renard, en 1939, relève avec un bonheur non dissimulé la filiation ainsi établie entre la théorie de l’Institution et le droit social : « Si le premier volume de La théorie de l’Institution était à refaire […], il faudrait donc y incorporer les réalisations sociales dont une jeune et captivante revue, issue de l’initiative de nos collègues de Nancy, nous fournirait la documentation, comme la collection des arrêts du Conseil d’État fournit au doyen de Toulouse la matière de son élaboration scientifique du droit administratif » (La philosophie de l’Institution, 1939, p. 5-6).

Frère Raymond, de l’Ordre des prêcheurs

18Une tragédie personnelle interrompt brusquement le mouvement de recherche promu à Nancy par Georges Renard : Marguerite, son épouse, est renversée par une voiture le 18 décembre 1930. Elle décède quelques jours plus tard de ses blessures. La nouvelle crée dans les milieux catholiques nancéiens un réel émoi. Son mari, fortement éprouvé, prend la décision de composer un recueil de témoignages qui emprunte beaucoup, sur la forme comme dans l’intention, au genre littéraire de l’hagiographie. Il sera publié en 1934 aux Éditions du Cerf grâce à l’aide financière de son auteur qui s’efface dans l’anonymat. Désormais seul, à cinquante-quatre ans, Georges Renard se conforme au vœu formulé avec son épouse d’entrer dans la vie religieuse lors du décès du conjoint. Après avoir mis de l’ordre dans ses affaires (il nomme Pierre-Henri Teitgen administrateur du reste de ses biens) et demandé une mise à la retraite anticipée, il entre au noviciat des dominicains de la Province de France, à Amiens, en juillet 1932 et reçoit le prénom religieux de Raymond, en souvenir du juriste dominicain saint Raymond de Peñafort. À la suite de son ordination sacerdotale, en juillet 1936, le père Marie-Dominique Chenu publie dans La Vie catholique (21 novembre 1936) un article sur cette vocation exceptionnelle : « L’entrée dans les ordres sacrés, plus encore l’entrée en religion, d’un homme qui dans le monde eut famille et carrière et, tant dans sa famille que dans sa carrière jouit du plus enviable des bonheurs terrestres, suscite dans l’esprit des gens les plus établis et les moins mystiques une grave considération, à la fois anxieuse et émerveillée, des fins surnaturelles de l’homme. […] Dans le cas de M. Renard, il y eut certes au départ une terrible secousse […]. Mais sans rien atténuer d’une si douloureuse épreuve, il est permis de discerner à travers elle, et comme dans la trame secrète de la Providence, l’unité spirituelle d’une vie qui vient effectivement s’achever dans la religion de saint Dominique comme dans son lieu normal : le RP Renard, sous la robe blanche qui le fait frère de saint Thomas d’Aquin, accomplit – au sens le plus plein du mot – l’œuvre de juriste-philosophe qui était, dans le monde, l’âme de sa vie intellectuelle et l’honneur de sa carrière universitaire. »

Les nombreuses vo...Les nombreuses vocations du noviciat d’Amiens en 1932-1933

Les nombreuses vocations du noviciat d’Amiens en 1932-1933

Au dernier rang, Georges Renard, quatrième en partant de la gauche, entre Michel Cohen (à sa droite) et Ceslas Spicq (à sa gauche). Au second rang de gauche à droite : Antonin-Marcel Henry, Réginald de Metz, Albert-Marie Jomier et Antoine Falaize. Au premier rang, au milieu, le maître des novices, Joseph Périnelle, et le troisième à gauche, un peu en recul, Pie Duployé.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

19Quoi qu’en dise le père Chenu, l’entrée de Georges Renard dans la vie dominicaine ne s’opère pas sans difficultés. Son noviciat est l’un des plus nombreux de l’entre-deux-guerres, vingt-deux hommes y ayant revêtu l’habit dont Antoine Falaize et Albert-Marie Jomier. L’adaptation à une nouvelle forme de vie constitue une rude mise à l’épreuve de la vocation pressentie, plus rude encore pour un homme fait que pour un jeune homme. Les notes personnelles de noviciat de Georges Renard en attestent : ni la militance, ni le barreau, ni l’enseignement, ni la vie conjugale ne l’ont préparé à pareil défi. La foi catholique et ses pratiques ne sont pas en cause : la fréquentation quotidienne de l’église des dominicains de Nancy pour la messe du matin et complies le lui a suffisamment révélé. Mais l’homme qui a trouvé à s’épanouir dans ses multiples activités mondaines, qui y a défendu avec un certain succès ses convictions religieuses, est-il prêt à les servir d’une manière si différente ? « Pourquoi ne restez-vous pas dans une condition qui vous permet d’exercer une influence utile ? », lui avait-il été objecté lors de son postulat en juillet 1932, quelques jours avant de prendre l’habit. La nécessité absolue d’une vie selon la règle conventuelle sous peine de « dérive » avait été sa réponse, afin de canaliser un excès de sensibilité dont il se fait sans cesse le reproche, en particulier par la résurgence, à toute occasion, d’un « désir de plaire », d’une « vanité », d’un « formidable coefficient d’orgueil ». Et, de la règle dominicaine, il attend justement qu’elle lui permette d’opérer une conversion de cette sensibilité encombrante en « quelque chose d’infiniment surnaturel ». Toute son année de noviciat est rythmée par ce souci de conversion du « vieil homme » dont la nature est « essentiellement tumultueuse et bouillante » en « jeune homme », de canalisation d’un « orgueil » qu’il décrit rétrospectivement comme ayant été la constante de sa vie depuis l’enfance et qu’il lui faut se garder d’importer dans sa manière d’être religieux, comme lorsqu’il se soucie d’être admiré pour sa conformité extérieure à la règle ou lorsqu’il est emporté par sa fougue à faire valoir ses idées lors de conversations avec les autres novices. Le silence du couvent lui est particulièrement difficile à supporter alors qu’il lui est demandé de s’y inscrire (« J’aime travailler avec du bruit ; je n’ai jamais composé qu’à l’aide de la parole publique », écrit-il après quatre mois de noviciat). Quant à la vie commune dominicaine, il éprouve le sentiment peu agréable de constater qu’après avoir vanté dans ses ouvrages la notion de Bien commun dans la vie conventuelle (« Il n’y a pas de manifestation plus complète du fait institutionnel que le couvent… », écrit-il dans L’Institution. Fondement d’une rénovation de l’ordre social, quelques mois avant d’entrer au noviciat), il se découvre à titre personnel beaucoup plus attaché à sa réussite individuelle comme novice qu’à celle du noviciat, ne redoutant rien plus – surtout les premiers mois – que les temps de promenade et de récréation avec ses confrères. L’auteur spirituel dont il se sent le plus à l’unisson au cours de cette année est Thérèse d’Avila, en particulier les chapitres de sa Vie dans laquelle elle examine son itinéraire jusqu’à l’entrée au couvent, itinéraire qu’elle évalue à l’aune de ce qu’elle considère comme sa conversion véritable, postérieure à sa prise d’habit : le frère Raymond y voit un appel à une plus grande exigence après une vie mondaine dont il s’efforce de relever les défauts de prise de conscience par rapport à la relecture que lui permet d’opérer le temps du noviciat.

20À cette vocation quelque peu atypique, le provincial Jourdain Padé signale, à la veille de son entrée dans l’Ordre, qu’il attend de lui, dès la fin de son noviciat, en parallèle avec ses études philosophiques et théologiques, d’entamer un apostolat intellectuel dans la ligne de ses travaux antérieurs. Néanmoins, le maître des novices, Joseph Périnelle, recommande fermement qu’il accomplisse auparavant son cursus entier, en particulier la partie théologique. Un compromis est trouvé et le cursus philosophique du frère Raymond Renard est raccourci. Il reprend ses publications à un rythme ralenti dès 1934 et, cette fois, pour l’essentiel dans des revues dominicaines (La Vie intellectuelle, la Revue des sciences philosophiques et théologiques, Sept). L’état d’esprit dans lequel il s’applique alors à défendre ses théories diffère singulièrement de celui qui animait le professeur de droit : il ne s’agit plus désormais de défendre des conceptions personnelles, même inspirées par le catholicisme, mais d’agir par obéissance, en homme d’Église et en religieux ; il lui faut par conséquent redoubler de prudence dans ses jugements, puisqu’ils engagent la doctrine ecclésiale.

Une école salicétaine du thomisme juridique ?

21Dès l’automne 1933, avec le titre de lecteur reçu sans passer l’examen, Georges Renard est sollicité par ses supérieurs du Saulchoir de Kain pour dispenser un cours de philosophie sociale. Il est également bibliothécaire. Il n’est interrompu – momentanément –  dans son enseignement que par la guerre. Aux étudiants dominicains, il enseigne le droit naturel, les théories économiques ou encore le marxisme, tout en suivant lui-même les cours de théologie. Ce statut particulier le place parfois en porte-à-faux : les défauts dont lui-même s’accusait lors du noviciat lui valent quelques lettres de remontrance de la part du maître des étudiants, Ceslas Tunmer, qui lui reproche ses récriminations et son emportement contre les étudiants et leur responsable. La place subordonnée qui lui est faite comme étudiant et même comme professeur d’une matière jugée secondaire par le corps enseignant d’un couvent d’études où règnent en maître les théologiens ne lui permet pas de nouer des relations de travail fécondes avec les autres formateurs. Cette situation inconfortable lui interdit de reproduire dans le studium dominicain la rencontre entre droit et thomisme qu’il avait ébauchée à la Faculté de Nancy dans les dernières années de son enseignement. C’est au nom du Saulchoir, mais en dehors de son « école de théologie », qu’il exerce son influence après son entrée dans l’Ordre des frères prêcheurs, faute de pouvoir fonder le « thomisme juridique » dont il dessinait les contours quelques années plus tôt en préfaçant la thèse de son étudiante Suzanne Michel sur le Bien commun. La présence dans la Province de France de juristes talentueux ayant pris l’habit dominicain avant Georges Renard, Albert Demongeot, Joseph-Thomas Delos, Jean Tonneau ou encore Ambroise Faidherbe, ne s’est que très ponctuellement traduite par des efforts collectifs d’élaboration. Le Bulletin thomiste mis à part, et seulement jusqu’au début des années 1930, aucun espace intellectuel partagé n’a permis l’essor d’une école juridique thomiste au Saulchoir. Ces juristes ont pu jouer un véritable rôle intellectuel, mais davantage dans la confrontation avec leurs confrères théologiens moralistes que pour leur propre discipline. Les cadres de pensée mis en œuvre par la ratio studiorum d’un couvent d’études peinent à donner au droit, entre philosophie et théologie, une place autre que subalterne.

22Rien n’illustre mieux la progressive perte d’influence de Raymond-Georges Renard après son entrée dans l’Ordre des prêcheurs que la marginalisation dont il est l’objet au sein des Archives de philosophie du droit et de sociologie juridique fondées par le professeur à la Faculté de droit de Paris Louis Le Fur en 1931 et dont Georges Gurvitch est le jeune secrétaire. Membre du comité de rédaction de la revue dès son lancement, en conformité avec la place qu’il occupe alors dans le champ juridique, Georges Renard ne signe aucun article dans la première livraison. Il en est pourtant l’une des figures de proue, grâce à la place centrale qui lui est attribuée dans les articles de François Gény et de Joseph Delos. La théorie de l’Institution selon Georges Renard est alors au cœur des débats des juristes et l’interprétation adverse de Georges Gurvitch, qui signe un article sur les idées de Maurice Hauriou dans le même numéro, souffre du manque d’assise universitaire de son auteur. Deux ans plus tard, lors de la fondation d’un Institut international de philosophie du droit et de sociologie juridique par le tandem Le Fur-Gurvitch, Georges Renard dispose encore du soutien affirmé du premier : « Vous [en] serez pour la France l’un des représentants les plus significatifs » (lettre du 27 juin 1933), écrit Le Fur au novice dominicain d’Amiens. À vrai dire, le soutien amical du professeur Le Fur ne fera jamais défaut à Georges Renard en dépit de leurs convictions politiques divergentes : il lui doit de multiples encouragements à écrire pour les Archives de philosophie du droit ; Le Fur ne manque pas non plus de lui faire connaître chaque avancée des théories du droit naturel parmi les juristes positivistes. Mais les multiples sollicitations des réseaux dominicains fournissent peu d’occasions à Raymond-Georges Renard de répondre favorablement tandis que l’emprise croissante de Gurvitch sur la revue et les rencontres de l’Institut international ne laissent guère de place à la théorie de l’Institution interprétée selon Thomas d’Aquin. L’article de Georges Renard publié en 1934 dans la Revue des sciences philosophiques et théologiques et qui, derrière le titre « Thomisme et droit social », se veut une discussion des thèses de Gurvitch, scelle le désaccord entre les deux hommes : chacun reproche à l’autre de ne pas trouver chez lui le lecteur bienveillant qu’il serait en droit d’attendre, avant que Gurvitch ne mette fin à l’échange : « Je crois que nos points de vue philosophiques étant très différents, il est difficile de rapprocher nos convictions juridiques » (lettre du 20 mai 1934). Dans les publications ultérieures de Gurvitch, Raymond-Georges Renard n’est plus discuté ni même mentionné.

De la théorie de l’Institution au corporatisme

23Au milieu des années 1930, le père Renard participe activement à la réflexion sur la réforme de l’État, apportant sa contribution aux débats sur le thème du corporatisme en vogue dans les milieux catholiques. Invité aux journées d’études du collège philosophique du couvent dominicain de la Sarte, en Belgique, il participe devant un public nombreux aux échanges des sessions de 1935 et 1936. Entre libéralisme et socialisme, les participants s’efforcent de donner consistance à une troisième voie, sans pouvoir toutefois masquer les oppositions idéologiques entre un Coquelle-Viance, partisan d’une suppression du parlement et d’une réforme autoritaire de l’État, et un Prélot, défenseur d’un parlementarisme amendé dans le sens d’une plus grande prise en considération des corps sociaux. La tonalité d’ensemble de ces journées incline du côté d’un réformisme tempéré, défendu en particulier par Raymond-Georges Renard qui, dans son intervention de 1936, plaide en faveur d’un État qui ne sombrerait pas dans « la manière romaniste et impériale » dont le cas extrême lui paraît s’incarner dans la dictature hitlérienne. Sur le modèle britannique ou suisse, en tenant compte des traditions françaises, il en appelle à une réforme qui saurait concilier libertés individuelles, autonomie des corps intermédiaires et autorité de l’État. Les liens intellectuels et amicaux établis à cette occasion avec les dominicains de la Sarte se prolongent dans une collaboration occasionnelle à leur revue, Orientations, en particulier sur les instances d’un jeune professeur de philosophie morale, Dominique Pire.

24Les compétences de Raymond-Georges Renard, son renom même, en font un intervenant particulièrement sollicité parmi ceux qui, au cours de ces années 1930, s’efforcent dans l’Ordre de faire triompher une solution catholique entre la voie autoritaire fasciste et communiste et celle du libéralisme jugée responsable de la crise économique mondiale. L’équipe des Éditions du Cerf le sollicite fréquemment, comme conférencier ou comme auteur de La Vie intellectuelle et de Sept. À la demande du père Pierre Boisselot – et avec les vifs encouragements du régent des études –, il rédige une série de cinq articles publiée sous le titre « Vers un ordre nouveau » dans l’hebdomadaire entre octobre et décembre 1936. L’année suivante, pour le compte des mêmes Éditions du Cerf, il signe L’Église et la question sociale, ouvrage de vulgarisation de la doctrine sociale écrit à la lumière des encycliques afin de répondre au désarroi ou aux attentes des catholiques depuis la victoire du Front populaire. Au fil de l’exégèse des textes pontificaux, Georges Renard produit un commentaire qui lui permet de discrètement réintroduire ses conceptions institutionnalistes, renommées « corporatistes » pour les besoins de la cause, avant d’exalter la « mystique du travail » dont se nourrit la JOC et qu’il connaît bien par l’intermédiaire de ses confrères du Sauchoir Marie-Dominique Chenu, Albert Bouche et Bernard Rouzet.

Un jeune prêtreUn jeune prêtre

Un jeune prêtre

Au Saulchoir, novembre 1936. Georges-Raymond Renard, ordonné quelques mois plus tôt, enseigne la philosophie sociale depuis plusieurs années à ses frères étudiants. À l’entrée dans la vie dominicaine correspond l’adoption d’une attitude plus austère : disparition de la moustache et cheveux courts (la rasure).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

25« Théologien de service » (Étienne Fouilloux), Raymond-Georges Renard circule sans heurt d’un groupe à l’autre au sein des entreprises dominicaines les plus novatrices des années 1930 : collaborateur régulier des revues du Cerf, il est sollicité par Louis-Joseph Lebret lorsque celui-ci fonde en 1934 l’École sociale maritime de Saint-Malo en vue d’une réforme de la profession des marins-pêcheurs. Il offre une première participation comme enseignant à la session d’octobre 1935 dont il publie sans signature les conclusions dans La Vie intellectuelle du 10 novembre 1935. Enthousiasmé par les compétences juridiques autant que thomistes de son nouveau collaborateur, Lebret se l’attache après en avoir obtenu l’autorisation de ses supérieurs religieux : Renard participe ainsi aux sessions des années suivantes aux côtés d’autres dominicains comme Alain-Zacharie Serrand et Jacques Scrépel. Il y exerce une influence intellectuelle croissante : à lui seul, il rédige environ la moitié de l’ouvrage (dont les conclusions) co-signé avec Lebret, Jean Cayeux, Marcel Samzun, Jean Poujade, L.-F. Andouart, Ernest Lamort, Paul Colin sous le titre Anticipations corporatives. L’avant-propos situe sa contribution : « Sans doute, et la part donnée aux cours du RP Renard dans ce travail en témoigne assez, interprète-t-on les faits économiques dans un système, le système institutionnel, mais l’Institution que l’on appelle est celle même qui redonnera la sécurité aux hommes concrets des entreprises et des professions en présence. » Au père Lebret dont toute l’action est tendue vers une réconciliation du catholicisme social et du Bien commun avec les réalités professionnelles d’une économie moderne, Raymond-Georges Renard apporte avec la théorie de l’Institution les éléments d’une doctrine susceptible de s’intercaler et d’articuler la doctrine sociale de l’Église et les faits économiques et sociaux : « [Ma dette] est si grande, écrit Lebret à Renard, que je suis impuissant à vous la dire. Car plusieurs des murs qui encerclaient mon horizon ont été par vous démolis, et vous m’aurez aidé puissamment à opérer le “centrage” de toute mon action sociale vers l’essentiel, dans la perspective du Christ » (lettre non datée [1938]). En retour, les sollicitations de Lebret offrent à Renard l’occasion de placer sous la lumière de sa théorie l’expérience du Mouvement de Saint-Malo et, plus généralement, des réalités économiques (entreprise, profession, finance, fiscalité…), laissées jusque-là en marge de sa curiosité et de son goût pour la synthèse sociale d’inspiration chrétienne. Le père Michel Begouën-Demeaux, fondateur en juin 1937 au Havre d’un Centre d’études corporatives maritimes (pour la marine marchande) calqué sur le Secrétariat social maritime de Lebret, obtient de Renard, en 1938, qu’il appuie de son expertise les débuts du mouvement.

Un moine bien peu...Un moine bien peu reclus

Un moine bien peu reclus

Entré tardivement dans la vie religieuse, Georges-Raymond Renard ne rompt pas avec ses sociabilités antérieures qu’elles soient familiales, amicales ou professionnelles. On lui rend fréquemment visite au Saulchoir. À droite de la photo, l’aîné des frères Benoît, bénédictin, et à gauche, son jeune frère dominicain, Pierre Benoît de l’École biblique de Jérusalem.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

26L’activité dominicaine de Raymond-Georges Renard ne s’épuise pas dans ses fonctions de professeur de philosophie sociale et de brillant conférencier. Il est aussi un prédicateur renommé. Il n’est d’ailleurs pas question pour lui d’opposer ces différentes facettes de sa personnalité. Qu’il s’agisse de marier des membres de sa famille (cousins éloignés, nièces et neveux…), de prêcher une retraite ou de prononcer un sermon, le dominicain n’est jamais loin de l’avocat plaidant une cause ou du juriste distinguant le temporel du spirituel, la loi des hommes de celle de Dieu : ainsi lorsqu’il prononce un sermon sur les enfants pauvres part-il des Évangiles pour, très vite, évoquer la nécessité pour ceux-ci d’être éduqués par une mère avant de décrire tout ce qui dans la société industrielle et capitaliste s’oppose à cet idéal (chômage, salaire insuffisant, veuvage…) avant de conclure : « Il vous a plu d’inviter devant vous un moine à se faire l’avocat des petits pauvres. Jamais, en vérité, il n’a plaidé une meilleure cause. Cette cause, permettez-moi de conclure comme jadis au Palais, je la remets en toute confiance entre les mains de votre justice ; mais j’ajoute à présent : de votre charité. Mais, en vérité, faut-il si fort accuser la frontière ? » (Bar-le-Duc. Bulletin paroissial, janvier 1938). Il n’existe pas une intervention conservée dans ses archives personnelles dans laquelle, de quelque manière, l’avocat et le professeur de droit n’interviennent à un moment ou l’autre. Toute sa vie, Georges Renard aura eu la passion de la parole publique et le besoin de rallier ses auditoires à une cause supérieure. Certains de ses confrères le taquinent à ce propos, comme le père Louis-Bertrand Geiger lui rappelant ses « sermons de plus de cinquante minutes ». Apprécié de ses auditoires comme des évêques, il est jusqu’à la guerre un prédicateur recherché dans toute la France du nord-est.

De la théorie à la philosophie de l’Institution

27En 1939, neuf ans après le premier tome sur la théorie de l’Institution, Raymond-Georges Renard publie chez Sirey La philosophie de L’Institution. Il consacre un premier chapitre à une « reprise de contact » avec ses lecteurs : la nouvelle orientation donnée à sa vie, explique-t-il, a différé l’œuvre annoncée dès 1930. Plus encore, les changements législatifs survenus à la suite des Accords de Matignon de juin 1936 ont ouvert la voie à un « droit nouveau » dans lequel Renard croit reconnaître l’avènement de ses conceptions institutionnalistes. Est-il encore nécessaire dans ces conditions de poursuivre un combat largement gagné ? « L’Institution a vaincu sous le drapeau du droit social. […] Cette victoire même nous suggérait de pousser plus avant l’investigation philosophique – et jusqu’au-delà de la philosophie, si nous nous y trouvions entraîné. » Sans dénoncer ses travaux antérieurs à l’entrée dans l’Ordre des dominicains, Raymond-Georges Renard souligne l’infléchissement dont son « mûrissement » dans un couvent d’études est la cause : « Les nouvelles études que nous entreprenions, bien davantage encore l’atmosphère religieuse et spécifiquement dominicaine dans laquelle se renouvelaient, je puis dire se rajeunissaient, avec tout notre être spirituel, notre formation intellectuelle et notre pensée juridique, les réflexions personnelles du vieil étudiant et les réactions professionnelles du vieux juriste passé novice, – tout cela nous révéla des liens bien plus étroits que nous ne le supposions entre l’Institution et la théologie. » En fait, plus que de théologie, c’est du thomisme qu’il s’agit, dont Renard reprend certaines ressources en particulier la pratique méthodique de l’analogie ou, après Joseph-Thomas Delos, le réalisme sociologique, ou encore de manière moins immédiate les emprunts à la théologie du Corps mystique et au droit canonique dont il est devenu un théoricien. La venue de la guerre, à l’été 1939, gêne la réception de l’ouvrage : nombre de revues doivent suspendre leurs livraisons, les recenseurs sont mobilisés, les élites intellectuelles appelées à de plus hautes priorités. Le compte rendu qu’en donne le père Tonneau dans le Bulletin thomiste ne paraît qu’après la mort de Renard. Comme ce dernier l’avait pressenti, il intéresse peu les juristes.

28La fin des années 1930 marque un tournant dans la vie de Raymond-Georges Renard. Les difficultés de santé le contraignent à restreindre ses activités puis à les interrompre. Après une première hospitalisation en 1940 qui le laisse partiellement invalide, il obtient de pouvoir célébrer la messe assis en mai 1941. Il lui faut néanmoins repartir à l’hôpital Notre-Dame du Perpétuel Secours de Levallois-Perret pour subir une autre opération quelques mois plus tard. Les difficultés qui l’affectent et l’isolent par de longs séjours à l’hôpital sont aussi, paradoxalement, le temps d’une intense vie communautaire : ses frères du Saulchoir, en particulier les pères Marie-Dominique Chenu, Ambroise de Boissieu et Paul Thierry d’Argenlieu échangent avec lui une abondante correspondance à tonalité badine comme spirituelle : les uns et les autres font part de leur « passion » pour l’Ordre et, malgré les tristesses du temps, pour une époque où tout serait à reconstruire si ce n’est la vie religieuse.

29Conscient de sa fragilité, Raymond-Georges Renard fait connaître la liste des personnes à prévenir après sa mort : outre son frère Antoine, François Gény et Henri Teigten. Il demande également que soient transmis ses rares biens à des frères d’une autre génération : un crucifix en ivoire, don de ses étudiants nancéiens, au père Louis-Bertrand Geiger ; un autre crucifix, en cuivre, au père Jacques Scrépel. Il décède le 14 mai 1943 à l’hôpital de Levallois. Lors de son entrée dans l’Ordre une décennie plus tôt, il avait demandé par testament à être enterré auprès de sa femme. En 1941, il modifie cet acte afin d’être inhumé parmi ses frères dominicains à Étiolles. Les dispersions et les difficultés de circulation dues à la guerre ainsi que l’âge avancé d’une partie de sa famille ne permettent pas de rassembler autour de son cercueil tous ceux qui l’avaient connu. De même n’y a-t-il pas d’hommage nécrologique dans la presse bien qu’à Nancy, le maire, dans son éloge posthume, fasse mémoire de celui qui, par son éloquence, avait ouvert la voie au retour des dominicains dans la ville deux décennies plus tôt. L’Université de Nancy fait célébrer une messe par les dominicains du couvent. L’œuvre de Georges Renard sombre ensuite dans l’oubli en dépit de quelques rares tentatives de réappropriation critique, par exemple du côté du courant de l’analyse institutionnelle avec René Lourau (L’analyse institutionnelle, 1970) ou, de manière plus accueillante, aux États-Unis avec la publication la même année d’un recueil de textes d’Hauriou, Renard et Delos introduit par le dominicain américain Albert Broderick et commenté par André Hauriou, Marcel Waline, Bernard Gény et Jean Brèthe de la Gressaye. Plus récemment, à la faveur du regain d’intérêt des juristes pour leur histoire et en particulier pour celles de certains pères (re)fondateurs de la discipline comme Maurice Hauriou, la figure de Georges Renard éveille la curiosité, en particulier celle du professeur de droit public Michel Bouvier. Malgré une œuvre abondante (près de deux cents titres dont une quinzaine d’ouvrages), son enthousiasme quelque peu daté, son thomisme de plus en plus ouvertement affirmé, sa volonté de décloisonner les frontières disciplinaires, son entrée même dans un ordre religieux (toujours mentionnée par ceux qui le citent) le disqualifient plus qu’ils ne contribuent à susciter la réflexion autour de sa pensée.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — André Duval, « Renard (Georges, en religion : Raymond) », Catholicisme, tome XII, col. 882-883. — G. Bigot, « Renard Georges » dans Patrick Arabeyre, Jean-Louis Halpérin, Jacques Krynen (dir.), Dictionnaire historique des juristes français, XIIe-XXe siècle, Paris, PUF, p. 658-659.

Publications à caractère de source :

Sur le site du kiosque lorrain (http://www.kiosque-lorrain.fr), la collection de L’Est républicain.Chronique sociale de l’Est. Organe mensuel des cercles d’études et des instituts populaires (1903-1905). — « René Renard », Journal de la Meurthe et des Vosges, 24 novembre 1916. — Paul Vignaux, « La théorie de l’Institution », Politique, 11, 15 novembre 1930, p. 973-989. — François Gény, « La notion de droit en France », Archives de philosophie du droit et de sociologie juridique, 1-2, 1931, p. 9-40. — Joseph-Thomas Delos, « La théorie de l’Institution », Archives de philosophie du droit et de sociologie juridique, 1-2, 1931, p. 97-153. — Louis Le Fur, « Le droit naturel et la théorie de l’Institution », La Vie intellectuelle, 10 janvier 1931, p. 76-102. — André Desqueyrat, L’Institution. Le droit objectif et la technique positive. Essai historique et doctrinal, Paris, Sirey, 1933. — José Corts, « Georges Renard y su doctrina de la institucion », Revista de derecho publico, 3, avril 1934, p. 97-108.

Études :

Gabriel Richard, « Le Sillon lorrain », Annales de l’Est, 1, 1961, p. 33-70. — Jeanne Caron, Le Sillon et la démocratie chrétienne, Paris, Plon, 1966. — Albert Broderick, The French Institutionnalists, Maurice Hauriou, Georges Renard, Joseph T. Delos. Cambridge, Harvard University Press, 1970. — Madeleine Barthélémy-Madaule, Marc Sangnier 1873-1950, Paris, Le Seuil, 1973. — Jean-Claude Delbreil, Centrisme et démocratie-chrétienne en France. Le Parti démocrate populaire des origines au MRP 1919-1944, Paris, Publications de la Sorbonne, 1990. — Institut Marc Sangnier, Marc Sangnier et les débuts du Sillon, 1894, Actes de la journée d’études du 23 septembre 1994, 1995. — Yves Palau, « Approches du catholicisme républicain dans l’entre-deux-guerres », Mil neuf cent, 13, 1995, p. 46-66. — Denis Pelletier, Économie et Humanisme. De l’utopie communautaire au combat pour le Tiers-Monde, Les Éditions du Cerf, 1996. — Lydie Garreau, Louis-Joseph Lebret. Un homme traqué (1897-1966), Lyon, Éditions Golias, 1997. — Michel Bouvier, « La symbolique du corps dans la pensée politique et juridique de Georges Renard », Politica Hermetica, 11, 1997, p. 127-137. — Institut Marc Sangnier, Marc Sangnier en 1910. La lettre « Notre charge apostolique » et ses suites, Actes de la journée d’études du 19 septembre 2000, 2002. — Jacques Le Goff, Du silence à la parole. Une histoire du droit du travail des années 1830 à nos jours, Rennes, PUR, 2004. — Michel Bouvier, « L’institution contre le contrat dans la pensée juridique et politique de Georges Renard », dans Brigitte Basdevant-Gaudemet (dir.), Contrat ou Institution : un enjeu de société, Paris, L.G.D.J, 2004, p. 16-30. — Maria Lucia Tarantino, Natura umana, diritto naturale progressivo e ordine sociale, Georges Renard, Milan, A Giuffrè, 2004. — Laurent Ducerf, François de Menthon. Un catholique au service de la République (1900-1984), Paris, Les Éditions du Cerf, 2006. — Frédéric Audren, Patrice Rolland (dir.), « Juristes catholiques, 1880-1940 », Revue française d’histoire des idées politiques, 28, 2008. — Maurice Hauriou, Écrits sociologiques, préface de Frédéric Audren et Marc Milet, Paris, Éditions Dalloz, 2008. — Jean-Philippe Bras (dir.), L’Institution. Passé et devenir d’une catégorie juridique, Paris, L’Harmattan, 2008. — Jean-Michel Blanquer, Marc Milet, L’invention de l’État. Léon Duguit, Maurice Hauriou et la naissance du droit public moderne, Paris, Odile Jacob, 2015. — Michel Bouvier, « Georges Renard, un militant de l’institutionnalisme de Hauriou », dans Christophe Alonso, Arnaud Duranthon, Julia Schmitz (dir.), La pensée du doyen Hauriou à l’épreuve du temps : quel(s) héritages(s) ?, Aix-en-Provence, Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2015, p. 169-180. — Olivier Jouanjan, Élizabeth Zoller (dir.), Le « moment 1900 ». Critique sociale et critique sociologique du droit en Europe et aux États-Unis, Paris, Éditions Panthéon-Assas, 2015.

Haut de page

Œuvre

Œuvre choisie :

Ouvrages :

Contribution à l’histoire de l’autorité législative du sénat romain. Le senatus-consulte sur le quasi-usufruit, Nancy, Berger-Levrault, 1898. — Étude historique sur la législation des concordats jusqu’au concordat de Bologne, Nancy, Berger-Levrault, 1899. — Sept conférences sur la démocratie, Paris, Au Sillon, 1906 (seconde édition revue et augmentée en 1910). — Le Parlement et la législation du travail, Paris, Librairie de « La Démocratie », 1913. Consultable sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k61522160. — Notions très sommaire de droit public français, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1920. — Cours élémentaire de droit public français, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1922. — Le droit, la justice et la volonté, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1924. — Le droit, la logique et le bon sens, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1925. — Le droit, l’ordre et la raison, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1927. — La valeur de la loi, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1928. — La théorie de l’Institution. Essai d’ontologie juridique, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1930 (traduction espagnole à Cuba en 1932). — L’Institution. Fondement d’une rénovation de l’ordre social, Paris, Flammarion, 1933. — L’Église et la question sociale, Paris, Les Éditions du Cerf, 1937. — Georges Renard (en collaboration), Anticipations corporatives, Paris, Desclée de Brouwer, 1938. — La philosophie de l’Institution, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1939.

Contributions à des Mélanges :

« Contribution juridique au rapport du droit positif et de la théologie morale », Mélanges Hauriou, Paris, Sirey, 1929, p. 625-708. — « Qu’est-ce que le mariage ? Contrat ou institution ? », Studi filosofico-guiridici dedicati a Giorgio del Vecchio, Modena, Societa tipografica modenese, 1931. — « Qu’est-ce que le droit constitutionnel ? Le droit constitutionnel et la théorie de l’Institution », Mélanges Carré de Malberg, Paris, Sirey, 1933, p. 483-499. — « L’aide du droit administratif pour l’élaboration scientifique du droit privé », Recueil d’études sur les sources du droit en l’honneur de François Gény, Paris, Sirey, 1935, p. 77-91. — « La contribution du droit canonique à la science du droit comparé », Introduction à l’étude du droit comparé. Recueil d’études en l’honneur d’Édouard Lambert, Paris, LGDJ, 1938, p. 108-123. Consultable sur Gallica : http://catalogue.bnf.fr/​ark:/12148/​cb37379613g

Préfaces :

Henri Welter, Le contrôle juridictionnel de la moralité administrative, Paris, Sirey, 1929, p. I-XVI. — Bernard Gény, La collaboration des particuliers avec l’administration, Paris, Sirey, 1930, p. V-XXXIV. — Suzanne Michel, La notion thomiste du Bien commun, Paris, Vrin, 1932, p. V-XXII. — Francisco Pereira Dos Santos, Un État corporatif. La constitution sociale et politique portugaise, Paris, Sirey, 1936, p. VII-XXI.

Articles :

« Le Sillon à Rome », Chronique sociale de l’Est, 30 septembre 1904, p. 184-188. — « Souveraineté et parlementarisme », Cahiers de la nouvelle journée, 4, 1925, p. 86-125.

Articles dans les Archives de philosophie du droit et sociologie juridique :

« Études critiques. Les bases philosophiques du droit international et la doctrine du Bien commun », 3-4, 1931, p. 465-480. — « De l’Institution à la conception analogique du droit », 1-2, 1935, p. 81-145. — « Études critiques. Amitié et société », 1-2, 1939, p. 96-215.

Articles dans la Revue des sciences philosophiques et théologiques

« Propriété privée et domanialité publique », XVIII, 1929, p. 263-268. — « Vers la théorie de l’Institution », XVIII, 1929, p. 601-617. — « Thomisme et droit social. À propos de L’idée de droit social de Maurice Gurvitch », XXIII, 1934, p. 40-81. — « Position du droit canonique », XXIV, 1935, p. 397-406. — « L’entreprise et sa finance », XXV, 1936, p. 645-657. — « Droit romain et pensée chrétienne », XXVII, 1938, p. 53-62. — « Les honoraires de messe. Le point de vue institutionnel », XXVIII, 1939, p. 222-228. — « De la conception révolutionnaire à la conception thomiste de l’État et du droit », XXIX, 1940, p. 5-30. — « Économie sociale corporative », XXIX, 1940, p. 153-176.

Articles dans La Vie intellectuelle et La Vie spirituelle :

« Le droit international et la théorie de l’Institution », VI, 1929, p. 390-404. — « La pensée chrétienne sur la propriété et les inégalités sociales qui s’ensuivent », VI, 10 septembre 1930, p. 242-270 (article extrait d’un ouvrage écrit en collaboration avec Louis Trotabas sur La fonction sociale de la propriété privée, Paris, Sirey, 1930). — « La collaboration catholique à la SDN », VI, 10 janvier 1931, p. 29-34. — « La doctrine institutionnelle du mariage », VI, 10 juillet 1931, p. 96-123. — « L’Église et la souveraineté », VI, 10 janvier 1932, p. 8-30. — « Comment juger la sociologie contemporaine ? Les entretiens de Juilly », VI, 1932, p. 144-148. — « La justice distributive et la théorie de l’Institution », VI, 10 novembre 1935, p. 481-487. — « Capitalisme et propriété », VI, 10 février 1936, p. 399-421. — « L’intervention de l’État dans les affaires », VI, 25 juillet 1936-25 août 1936, p. 241-262. — « Le sens chrétien du travail intellectuel », VS, 1er mai 1937, p. 129-145.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Une inculcation précoce
Légende Tout dispose Georges Renard à embrasser la toge des juristes. Son père, avocat et bâtonnier à plusieurs reprises du barreau de Nancy, y veille jusque dans ses cadeaux.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1995/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre L’avocat sillonniste
Légende En 1912, avocat et membre de la Jeune République.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1995/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Marguerite Renard (1879-1930)
Légende Le décès de Marguerite Renard en 1930 laisse Georges Renard disponible pour une entrée tardive dans la vie religieuse en 1932. Auparavant, il rassemble documents et témoignages dans un livre à la mémoire de sa femme : « C’est au retour de ses émouvantes obsèques qu’a été décidée la publication de cette biographie. Il nous semblait que celle dont le corps venait de descendre dans la tombe voulait poursuivre du haut du ciel l’apostolat d’édification q’elle avait exercé en ce monde. »
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1995/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre L’éloquence de l’avocat au service de l’enseignement
Légende Le passage du Palais à la chaire se traduit par une allure professorale. Moustache et cheveux lissés en arrière soulignent son nouveau statut.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1995/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre La Faculté de droit de Nancy
Légende Au tournant des années 1930, Georges Renard est au sommet de sa carrière professorale. Au premier rang, au centre, il pose au milieu de ses confrères et étudiants. Premier assis à gauche, en habit ecclésiastique, Jean Tonneau, dominicain et étudiant en thèse. À la gauche de Georges Renard, son beau-frère, François Gény, puis Félix Senn, doyen de la faculté.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1995/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Les nombreuses vocations du noviciat d’Amiens en 1932-1933
Légende Au dernier rang, Georges Renard, quatrième en partant de la gauche, entre Michel Cohen (à sa droite) et Ceslas Spicq (à sa gauche). Au second rang de gauche à droite : Antonin-Marcel Henry, Réginald de Metz, Albert-Marie Jomier et Antoine Falaize. Au premier rang, au milieu, le maître des novices, Joseph Périnelle, et le troisième à gauche, un peu en recul, Pie Duployé.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1995/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Un jeune prêtre
Légende Au Saulchoir, novembre 1936. Georges-Raymond Renard, ordonné quelques mois plus tôt, enseigne la philosophie sociale depuis plusieurs années à ses frères étudiants. À l’entrée dans la vie dominicaine correspond l’adoption d’une attitude plus austère : disparition de la moustache et cheveux courts (la rasure).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1995/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Un moine bien peu reclus
Légende Entré tardivement dans la vie religieuse, Georges-Raymond Renard ne rompt pas avec ses sociabilités antérieures qu’elles soient familiales, amicales ou professionnelles. On lui rend fréquemment visite au Saulchoir. À droite de la photo, l’aîné des frères Benoît, bénédictin, et à gauche, son jeune frère dominicain, Pierre Benoît de l’École biblique de Jérusalem.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1995/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 610k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Tangi Cavalin, « RENARD Georges », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, R, mis en ligne le 23 mars 2016, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1995

Haut de page

Auteur

Tangi Cavalin

Notices du même auteur

  • SAVEY Réginald [Texte intégral]
    SAVEY Jacques Maurice Charles à l’état civil ; SAVEY Réginald en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, S
  • CONTENSON Pierre de [Texte intégral]
    du BESSEY de CONTENSON Pierre Léon Stanislas à l’état civil ; CONTENSON Pierre-Marie de en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, C
  • BERNARD Rogatien [Texte intégral]
    BERNARD Pierre Joseph Marie à l’état civil ; BERNARD Rogatien en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
  • BOULAY Thomas [Texte intégral]
    BOULAY Paul Michel Marie Eugène à l’état civil ; BOULAY Thomas en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
  • DONDAINE Antoine [Texte intégral]
    DONDAINE Charles Marie Antoine à l’état civil ; DONDAINE Antoine en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • LE TILLY Jacques [Texte intégral]
    LE TILLY Émile Louis Marie Joseph à l’état civil ; LE TILLY Jacques en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, L
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals