Navigation – Plan du site

BART Max

BART Jacques à l’état civil ; BART Maximin en religion
Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Né le 21 mars 1914 et mort le 1er juillet 1998 à Marseille (Bouches-du-Rhône).
Prêtre-ouvrier, membre de l’équipe de la mission ouvrière de la Cabucelle à Marseille, responsable de la maison de la Sainte-Baume, curé de Saint-Maximin, membre de l’équipe Saint-Gabriel au Canet.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 28/03/2020.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de Toulouse : 6 février 1937 à Toulouse
• Profession simple : 7 février 1938 à Toulouse
• Profession solennelle : 22 avril 1942 à Saint-Maximin
• Ordination sacerdotale : 20 mars 1944 à Saint-Maximin

1Faute de traces dans les archives de la province de Toulouse ou dans La Vie dominicaine, il est difficile de retracer le parcours de Jacques Bart avant son entrée dans l’Ordre des frères prêcheurs. Fils d’Oscar Albert Bart, employé, et de Rose Marie Césarine Chiaffrino, il est le second d’une fratrie de quatre enfants, trois garçons (Émile, François) et une fille (Marthe). La famille habite, au moment de sa naissance, cours Lieutaud, non loin du couvent des dominicains. Il grandit à Marseille dans une famille chrétienne – il est enfant de chœur dans sa paroisse (témoignage de Paul Amargier en 2018) – sans qu’on connaisse son parcours scolaire, si ce n’est qu’il déclarera à son entrée dans l’Ordre ne posséder aucun diplôme. On sait seulement – ce qui peut être une information décisive –, qu’il est membre d’une fraternité du tiers ordre à Marseille et qu’il a mûri sa vocation à La Sainte-Baume.

2C’est un petit recueil inédit de souvenirs et de réflexions, intitulé Le Paradis… et après ? et rédigé à la fin de sa vie, qui évoque la manière dont il est entré dans l’Ordre :

Le père Vayssière étant provincial me reçut au couvent de la rue Rostand avec le père Perrin. Je n’avais fait que très peu de latin (à l’époque, ça comptait beaucoup dans la vie ecclésiastique). Je lui dis. En réponse, il ouvrit son bréviaire au hasard et tomba sur le psaume 31. La phrase qu’il me fit traduire était la suivante : « Je t’instruirai, je te montrerai le chemin qu’il faut suivre. Les yeux sur toi, je serai ton conseil. » À la suite de cet examen, il décida que je pouvais entrer dans l’Ordre de Saint-Dominique.

3Au début de l’année 1937, Jacques Bart franchit la porte du couvent Saint-Romain à Toulouse qui fait alors office de noviciat de la province dont le père-maître est Henri Rebelle. Il reçoit l’habit le 6 février 1937 des mains du prieur Vincent Prétaudoux avec le prénom de Maximin qui, très vite, devient pour tous et pour lui-même, Max. À l’issue de sa profession simple, il est envoyé à Saint-Maximin pour suivre le cursus des études de philosophie. Mais, très vite, la mobilisation générale le contraint à quitter le couvent. Il rejoint son régiment fin août 1939 en tant que caporal-chef d’une section de brancardiers, « place qui, écrit-il, lui convient le mieux, celle qui est la plus normale pour un religieux. On doit même, dans un certain sens, faire abstraction de la nationalité pour se porter au secours des blessés quels qu’ils soient. » Il a « le grand bonheur, poursuit-il, d’assister à la sainte messe et d’y communier chaque jour. Je fais enfant de chœur. » En décembre 1939, son régiment quitte le lieu de son cantonnement pour se diriger vers l’Est, ce qui lui vaut d’être rapidement fait prisonnier (stalag B). Il écrit régulièrement à son père-maître, Nicolas Dausse, l’informant que bien qu’il soit reconnu comme infirmier dans un camp de travailleurs, il est tenu de faire des travaux dans une ferme de six heures du matin à huit heures du soir. Au fil du temps, il lui fait part de son inquiétude constatant qu’il a atteint le troisième anniversaire de ses vœux simples sans pouvoir les renouveler, car sa captivité se prolonge. Enfin libéré en avril 1942, il réintègre le couvent de Saint-Maximin, où il arrive en même temps que François Le Roux (La Vie dominicaine, 1942).

Max Bart prisonnier

Max Bart prisonnier

Max Bart, Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4Il prononce tout de suite ses vœux solennels (22 avril 1942) et poursuit ses études à l’issue desquelles il est ordonné prêtre le 20 mars 1944 à Saint-Maximin, dans un couvent où deux étages sont occupés par des troupes italiennes. Le mois suivant, il tombe sous le coup de la réquisition de l’ensemble des religieux du couvent, pour édifier des fortifications à Hyères jusqu’à la libération de la commune de Saint-Maximin au mois d’août (Un siècle de vie dominicaine en Provence (1859-1957), p. 527).

Étudiants dominicains en promenade

Étudiants dominicains en promenade

Max Bart, au milieu et de face, une assiette à la main.

Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Après avoir terminé ses études, non sans difficulté, Max Bart est dispensé de lectorat et envoyé au couvent Saint-Romain à Toulouse à Saint-Maximin comme socius du père-maître des novices. Il s’engage en même temps dans le ministère du Rosaire et commence à nourrir des projets jusqu’au moment où une lettre du prieur provincial, Marie-Joseph Nicolas, lui demande avec insistance de rejoindre la mission ouvrière dominicaine que Jacques Lœw était en train de mettre en place dans un quartier populaire du Nord de Marseille, autour de la paroisse de La Cabucelle. Il racontera – beaucoup plus tard – comment sa vie a pris un cours nouveau à partir de 1948, lorsqu’il a été assigné dans cette maison Saint-Paul de la Cabucelle, filiale du couvent Saint-Lazare de Marseille :

J’ai tout quitté et je suis allé rejoindre le père Loew et ses co-équipiers. C’était définitif. J’étais donné au monde populaire, au monde des petites gens. Il m’a fallu me « naturaliser » à ce monde, devenir l’un d’eux, leur donner confiance. C’est une confiance qui se gagne. Une fois gagnée, elle ne faillit plus. C’est un monde plein de richesses, généreux et vrai… Peut-on aller « planter ses choux » ailleurs ? […]

L’apprentissage fut difficile. C’était la rencontre de deux mondes. L’Église était étrangère. Pour se faire accepter, il y avait entre autres, le costume et l’habitation… La première fois qu’on nous vit en civil, les gens se moquaient. On avait l’air de pantins. Peu à peu, un courant de sympathie se manifesta. Alors, c’est sérieux ? À la fin, les gens du quartier étaient fiers de leur curé à eux. Nous étions « les pères blancs », c’est-à-dire différents.

Nous habitions un pauvre logement. C’était un grand local, partagé en deux. Une moitié servait de logement à une famille de dockers avec six enfants. L’autre moitié du local servait de presbytère ainsi partagé : une cuisine (salle de réunion), un petit compartiment partagé en deux : d’un côté une salle d’eau, de l’autre côté le téléphone au service du quartier, enfin la chambre bureau (trois lits, trois petits bureaux). Toutes les pièces donnaient directement dans la cour par des portes vitrées (il n’y avait qu’une fenêtre). La cour servait de passage au quartier : un trou dans le mur permettait le passage d’une rue à l’autre.

Ainsi, tout était au grand jour. Tout le monde pouvait venir (nuit et jour) téléphoner, etc. C’était une vraie « maison de quartier ». (Le Paradis… et après ?)

6Au début de la mission, Max Bart s’occupe de la paroisse de La Cabucelle avec Réginald de Parseval, faisant équipe, dans une perspective missionnaire, avec les prêtres de Saint-Louis, la paroisse voisine. Son enthousiasme est immense : il pense qu’en dix ans le monde peut devenir chrétien. Réginald de Parseval, nommé curé de Saint-Maximin, est remplacé en 1948 par Paul Froidevaux qui, en désaccord avec Jacques Loew, rejoint rapidement l’équipe des prêtres-ouvriers des barrages à Tignes (Savoie). François-Dominique Chide, qui vient de terminer ses études, lui succède. Jacques Loew est le seul à avoir un travail salarié. S’étant détourné d’une enquête sur les « corps gras » dans le cadre d’Économie et Humanisme, il a choisi de comprendre les conditions de vie des ouvriers marseillais en devenant, au gré de l’embauche, docker sur les quais du port de Marseille. Il est bientôt rejoint par un autre frère dominicain, André Piet, qui adopte la même démarche en étant ouvrier aux Ateliers et chantiers de Provence. Max Bart qui, progressivement, comprend qu’une des exigences de la mission ouvrière est que le prêtre ait « des mains de travailleur », cherche à se faire embaucher à temps partiel. Il passe le permis poids lourd, indispensable pour être accepté comme docker, mais toutes ses tentatives d’embauche restent vaines.

En mission dans le quartier de La Cabucelle

En mission dans le quartier de La Cabucelle

Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7La paroisse de La Cabucelle connaît un succès certain dû au charisme de Loew. Elle attire à la messe dominicale des Marseillais qui n’habitent pas sur son territoire, ce qui génère des tensions au sein de l’équipe. Les uns et les autres ne partagent pas les mêmes conceptions missionnaires. Les affrontements culminent lorsque Mgr Delay, archevêque de Marseille, demande aux prêtres-ouvriers de son diocèse de cesser leur activité salariée bien avant l’interdiction de mars 1954. La communauté éclate : Max Bart devient chef de l’équipe de La Cabucelle qui se recompose avec, à nouveau Réginald de Parseval et le renfort de Jean Delarra ; Jacques Loew quitte Marseille pour fonder la mission ouvrière Saints-Pierre-et-Paul (MOP) à Port-de-Bouc, François-Dominique Chide choisit d’intégrer la MOP ; André Piet demande sa réduction à l’état laïque ayant refusé de quitter l’usine.

8Bien que la succession soit difficile à cause de la « désertion » de Jacques Loew, Max Bart – qui a refusé de le suivre – reprend le flambeau de la mission ouvrière en impulsant une dynamique où se conjuguent travail manuel et travail pastoral. C’est ainsi qu’il met sur pied une fabrication de parpaings en ciment vibré sur le terrain de la paroisse :

Nous avons pris contact avec une grosse entreprise de matériaux de construction. Nous avons acheté d’occasion une pilonneuse à damer le béton, nous nous sommes initiés à la marche de cette machine, nous avons fait un apprentissage indispensable et nous avons commencé à produire (un travail épuisant). Il fallait suivre la cadence de la machine, porter les matériaux fraîchement moulés sur l’aire de séchage, sans faux pas, rapidement. On manipulait des tonnes de béton entre la fabrication et le chargement des camions. (Le Paradis… et après ?)

Fabrication de parpaings à la paroisse de La Cabucelle

Fabrication de parpaings à la paroisse de La Cabucelle

Max Bart en tenue de travail en train de charger les parpaings posés pour sécher. C’est une des rares photos de la Cabucelle. En effet, Max Bart écrira le 3 mai 1989 à propos de cette photo : « nous faisions la chasse aux photographes et à la presse. Nous demandions à l’époque le plus de silence possible. […] J’ai seulement une photo du visiteur de Rome s’expliquant avec le père Loew [au fond] sur la qualité de notre travail des agglos. »

Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

9Il convie également les prêtres des paroisses voisines à participer au travail afin qu’ils soient salariés comme les gens du quartier, rappelant que « pour être compris du monde du travail, il faut se salir les mains, travailler comme les travailleurs pour leur donner confiance. » Cet engagement dans cette petite entreprise l’amène à participer aux réunions des prêtres au travail de la région lyonnaise et aux sessions de la Mission ouvrière qu’organise Jacques Bonnet (secrétaire national de la MO).

10Quant au travail pastoral, il doit, selon Max Bart, être élaboré en équipe pour animer une communauté chrétienne : enseignement du catéchisme (le peintre Léon Zack réalise 75 dessins pour les enfants illustrant la vie de Jésus), proclamation de la foi, accueil, organisation de grands rassemblements à l’occasion des fêtes religieuses, du pèlerinage à Notre-Dame de la Garde, prise en charge de secteurs selon les quartiers, implication des laïcs, construction d’un local, boulevard Bernabo avec l’aide de l’entreprise communautaire La chaudronnerie provençale, servant de salle ciné-club, télé-club, de conférences, d’expositions, notamment de photos que Max Bart réalisait grâce à l’appareil photographique qu’un de ses frères lui avait offert… soit un ensemble d’activités qui donne à la paroisse de La Cabucelle une identité à laquelle les habitants du quartier vont s’attacher.

On peut dire que nous avions vécu là une expérience d’Église extraordinaire. Nous voulions vivre les premiers chapitres des Actes des Apôtres (ch. 2, 42-44). La prière et l’adoration du Saint-Sacrement, chaque jour, avaient une place importante. Le partage des biens avait poussé à créer une caisse commune à laquelle chacun participait selon ses moyens, et faisait appel en cas de besoin. La messe était célébrée en français. Le canon de la messe avait été fidèlement traduit. (Le Paradis… et après ?)

11Mais si, localement, la mission ouvrière peut encore être vue comme une implantation ecclésiale réussie, l’archevêque de Marseille n’y est plus favorable. En 1960, Mgr Lallier ne reconduit pas la mission ouvrière des quartiers Nord, au prétexte qu’il est nécessaire que les curés comme les vicaires changent d’affectation. Il semble aussi, comme les lettres de Max Bart et du provincial, Sébastien Tauzin en témoignent, que Jacques Loew lui aurait exprimé ses craintes à propos de La Cabucelle, n’hésitant pas à dire que l’équipe avait perdu « le sens religieux et apostolique ». De son côté, Madeleine Delbrêl – qui semble bien connaître Max Bart – lui exprime son amitié pour « le douloureux tournant que prennent les choses », tout en lui rappelant que la mission n’aurait pas été ce qu’elle est devenue sans Jacques Loew et sans lui, déplorant aussi la distance qui s’est instaurée entre eux deux. Quoi qu’il en soit, la mesure prise par Mgr Lallier est vécue comme un désaveu de la mission en dépit de la mobilisation des laïcs de la paroisse.

12En 1961, Max Bart et Jean Delarra sont accueillis par Henri de Bienassis à La Sainte-Baume où ils sont désormais assignés. Max devient responsable de la maison en 1962 et tente de faire en sorte que La Sainte-Baume soit avant tout un lieu d’accueil ouvert à tous, un lieu de pèlerinage qui sache délivrer un message évangélique. Il doit faire face aux dysfonctionnements qui existent entre la gestion des différents lieux. Il défend l’idée qu’« il ne peut y avoir trois œuvres différentes [grotte, Nazareth et hôtellerie] et étrangères, mais trois aspects différents d’une même réalité […] Il est parfaitement possible de faire de La Sainte-Baume un centre important de rayonnement apostolique. » Il commence par augmenter la capacité d’accueil en remettant en état, avec Jean Delarra, une bergerie, située sur la route de Nans. Il tente ensuite d’enrayer les difficultés matérielles, mais se heurte à des conflits de personnes notamment lorsqu’il refuse que l’hôtellerie soit seulement une affaire commerciale. Néanmoins, c’est durant son assignation à la Sainte-Baume qu’il se lie avec Jean Pruneau au point que leurs parcours et leurs apostolats vont ensuite se confondre.

13À la suite de la décision du maître de l’Ordre, Anicet Fernandez, de regrouper en 1966 Nazareth, la grotte et l’hôtellerie en un seul centre, qui conduit à la fermeture de la maison dont il était responsable, Max Bart quitte la Sainte-Baume avec Jean Pruneau pour Saint-Maximin dont Henri Jarrié est le curé. La cohabitation étant difficile (témoignage du père Lauzière), Henri Jarrié part pour La Sainte-Baume et Max Bart est nommé curé, assisté d’Henri de Bienassis et de Jean Pruneau. Mais, assez vite leur compagnonnage devient difficile et perturbe le fonctionnement de la paroisse jusqu’à arriver à une situation de crise que l’évêque ne peut accepter. Max Bart fait valoir au prieur provincial, Joseph Kopf, toute la patience dont il a été capable face à l’attitude du frère Henri qui gère très approximativement la caisse de la paroisse, engage des dépenses qui semblent inappropriées et cherche par tous les moyens à se justifier. Il conclut qu’il « n’est pas apte au ministère paroissial, non à cause de son infirmité, mais à cause de son inaptitude à accepter les servitudes du ministère et à son inclination à tout ramener à lui-même et à son propre univers ». Le conflit se résout, à la fin de l’été 1970, par le départ de Max Bart et de Jean Pruneau et la reprise de la paroisse par le diocèse de Fréjus-Toulon.

14Le 27 septembre 1970, Max Bart s’adresse à Joseph Kopf, en son nom et au nom de Jean Pruneau, pour lui demander de bien vouloir les autoriser à faire partie de la Mission ouvrière de Marseille, précisant qu’ils seraient affectés au service de la paroisse de Saint-Gabriel au Canet (quartier Nord de Marseille). S’il s’agit pour Max Bart d’un nouvel investissement missionnaire en monde ouvrier, sa mise en œuvre ne saurait être celle qu’il a connue à La Cabucelle. Face à la réalité locale dont il fait le constat quand il prend en charge la paroisse du Canet, il mesure que la mission a été appréhendée, trente ans auparavant, dans une perspective dont il s’est éloigné :

La mission n’est pas une chose simple. De fait, beaucoup de nos anciens confrères qui ont quitté l’Église ou qui ont cessé de la fréquenter, ont voulu faire naître une église nouvelle dans laquelle la classe ouvrière aurait sa place : la première. Nous n’avons pas pu nous rallier à cette perspective et nous croyons qu’il est illusoire de vouloir fabriquer une nouvelle église.

15Avec Jean Pruneau, il choisit d’animer la paroisse avec la préoccupation constante de « travailler à la conversion de l’église locale, c’est-à-dire à opérer dans la vie de cette église pour que sans cesser d’être visiblement l’Église catholique traditionnelle, elle fasse partie du quartier. » Tous les deux tentent de donner à la paroisse Saint-Gabriel une facture qui soit simple, qui prenne ses distances avec l’argent, qui n’amasse pas de capitaux, qui puisse faire confiance à la générosité de ses membres pour vivre : « une église à structure légère, toute prête à changer s’il le faut tel ou tel comportement inutile ».

16Lorsque Jean Pruneau est pressenti pour devenir diacre en 1977, il est demandé aux paroissiens de témoigner s’ils estiment qu’il doit être ordonné. Les réponses montrent, au-delà d’un assentiment massif, combien le ministère de Max Bart auquel Jean Pruneau est totalement associé a su apporter dans la paroisse un nouveau souffle.

17Presque vingt ans plus tard, en 1989, Max Bart (souffrant de la maladie de Parkinson) et Jean Pruneau, quittent la paroisse Saint-Gabriel pour le couvent Saint-Lazare où l’un et l’autre vont vivre leurs dernières années, avant d’être placés en 1995 dans une chambre commune chez les frères de Saint-Jean-de-Dieu. Ils meurent tous les deux en 1998, à quelques jours d’écart. Georges Durand, dans son homélie pour les obsèques de Max Bart – qu’il avait connu à Saint-Maximin – a tenu à rappeler son humour et son « naturel si avenant avec ce charme très particulier des humbles ».

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la province de Toulouse. — Archives du Prado (Limonest). — Archives du Centre national de l’Église de France, 113 CE 57. — La Vie dominicaine, 1939, 1940 et 1942. — Concorde, 1998. — Entretien avec André et Thérèse Mornon, réalisé avec Tangi Cavalin le 24 février 2005. — Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule, « Catholiques engagés à Marseille », dans Les catholiques dans la République, Bruno Duriez, Étienne Fouilloux, Denis Pelletier, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2005, p. 301-318. — Sous la direction de Tangi Cavalin et Augustin Laffay, Un siècle de vie dominicaine en Provence (1859-1957), Nancy, éditions Arbre bleu, 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Max Bart prisonnier
Légende Max Bart, Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2198/img-1.png
Fichier image/png, 4,1M
Titre Étudiants dominicains en promenade
Légende Max Bart, au milieu et de face, une assiette à la main.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2198/img-2.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre En mission dans le quartier de La Cabucelle
Crédits Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2198/img-3.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Fabrication de parpaings à la paroisse de La Cabucelle
Légende Max Bart en tenue de travail en train de charger les parpaings posés pour sécher. C’est une des rares photos de la Cabucelle. En effet, Max Bart écrira le 3 mai 1989 à propos de cette photo : « nous faisions la chasse aux photographes et à la presse. Nous demandions à l’époque le plus de silence possible. […] J’ai seulement une photo du visiteur de Rome s’expliquant avec le père Loew [au fond] sur la qualité de notre travail des agglos. »
Crédits Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2198/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nathalie Viet-Depaule, « BART Max », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, B, mis en ligne le 28 mars 2020, consulté le 28 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/2198

Haut de page

Auteur

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals