Navigation – Plan du site

PRUNEAU Jean

PRUNEAU Daniel Michel à l’état civil ; PRUNEAU Jean en religion
Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Né le 6 novembre 1918 à Nemours (Seine-et-Marne), mort le 26 juillet 1998 à Marseille (Bouches-du-Rhône).
Frère coopérateur puis diacre permanent.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 28/03/2020.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de Toulouse : 3 octobre 1943 à Saint-Maximin
• Profession simple : 4 octobre 1944 à Saint-Maximin
• Profession solennelle : 4 octobre 1950 à Saint-Maximin
• Ordination diaconale : 12 juin 1977 à Marseille

1En pleine occupation de la France, Daniel Pruneau note parmi les réponses au questionnaire qu’il remplit pour entrer dans l’Ordre des frères prêcheurs qu’il en a le désir depuis sept ans. Il veut faire partie des frères convers. Sa vocation, ajoute-t-il, est née du scoutisme car, pour lui, la vie dominicaine est la continuité de la Route.

En camp scout

En camp scout

Jean Pruneau, scout de France reconnaissable à son bâton routier et à son chapeau quatre bosses.

Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Fils de Jules Louis Pruneau, marchand de vins et spiritueux en gros à Nemours, et de Marcelle Gabrielle Thérèse Vigneron, Daniel est scolarisé à Malesherbes dans le Loiret où ses parents ainsi que son frère habitent. Élevé dans une famille chrétienne qui choisit de le confier au scoutisme, il obtient le Certificat d’études primaires puis, entre en apprentissage. Il travaille quatre ans comme pâtissier, changeant de patron d’abord à Rambouillet, puis à Étampes. Là, grâce à l’abbé Guilfet, aumônier à hôpital, il est embauché comme infirmier et profite – en même temps – de petits cours de latin que lui donne l’aumônier. Mais, l’apprentissage ne dure pas car, au bout de six mois, il doit regagner Malesherbes pour s’occuper de son grand-père, malade. Il retrouve, un peu plus tard, une place d’ouvrier pâtissier-boulanger à Colombes, puis d’ouvrier agricole jusqu’à ce qu’une péritonite le terrasse et le contraigne au repos pendant deux ans.

Convers

3Appelé sous les drapeaux en avril 1940, affecté dans « la Coloniale », il est cantonné à Marseille jusqu’en mai 1941, puis affecté dans la DCA à Vitrolles. Libéré en avril 1942, après avoir fait trois semaines de travail obligatoire et participé au pèlerinage du Puy du 12-15 août 1942, il se rend au studium de Saint-Maximin qui abrite le noviciat des frères convers pour faire connaître son choix de devenir religieux. Sa décision prise et admise, iI franchit la porte du couvent le 1er avril 1943, accueilli par le prieur Jean-Marie Henri-Rousseau, et y demeure en tant que postulant jusqu’au 3 octobre 1943, date à laquelle il reçoit avec l’habit dominicain, le prénom de Jean. Il fait partie des quatorze convers dont la moitié sont novices ou postulants sous la direction du père-maître, François Glatz. Il est probable qu’il participe alors à l’installation du noviciat avec son oratoire dans « l’entresol de la nouvelle maison » que le prieur provincial, Étienne Dupuy, inaugurera le 5 décembre 1943 (agenda d’Henri-Rousseau). À partir de janvier 1944, des troupes italiennes occupent deux étages du couvent, ce qui, même si cette occupation est intermittente, place le couvent dans une situation difficile. En mai 1944, comme l’ensemble des religieux du couvent, il est réquisitionné pour édifier des fortifications à Hyères jusqu’à la libération de la commune de Saint-Maximin au mois d’août (Un siècle de vie dominicaine en Provence (1859-1957), p. 527).

Au noviciat

Au noviciat

En habit de convers, reconnaissable à la couleur de son scapulaire (noir et non blanc), Jean Pruneau (à gauche) avec un autre frère de son noviciat.

Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4Jean Pruneau prononce ses vœux simples le 4 octobre 1944 entre les mains d’Étienne Dupuy après avoir remis un mémoire de quelques pages le 29 septembre 1944 où il explique la conception de sa vocation : entré dans l’Ordre pour « la paix de son âme et la conversion des pécheurs », il désire devenir religieux pour « aimer tous ses frères en religion », prier afin « d’élever son âme vers Dieu », « travailler pour Dieu » et « voir la main de Dieu partout, à tout moment ». Il consigne ensuite le profil du frère convers qu’il souhaite incarner :

Le frère convers s’efforcera par ses mortifications à vaincre la mauvaise nature qui l’empêcherait de monter dans les voies spirituelles et d’influencer la miséricorde divine.

Il suivra aussi un règlement qui aura pour but de donner à Dieu tous ses actes du plus petit au plus grand en sorte que tous soient méritoires.

La pratique de sa vie austère se réalisera par la mortification du corps et de l’esprit. Il gardera l’abstinence perpétuelle et le jeune de septembre à Pâques. Il recevra la correction fraternelle de ses frères, au chapitre des coulpes, observera le silence et se réunira au chœur pour réciter ou chanter l’office divin.

Enfin, le frère convers fera des vœux qui l’engageront à obéir jusqu’à la mort. Le vœu de chasteté le préservera de toute souillure de corps et d’esprit. Le vœu de pauvreté lui évitera tout attachement aux biens de terre, car la richesse souille l’âme. Il fera alors par vertu ce que les pauvres font par nécessité. Dans le vœu d’obéissance, il donnera à Dieu sa propre volonté. Il sera ainsi « consacré ».

Comme la règle et les constitutions qu’il doit suivre sont l’objet constant de sa montée vers Dieu, il arrivera, s’il est fidèle à la grâce, au plus bel idéal qui soit à réaliser « la Sainteté ».

Le jour de sa mort, alors il pourra élever une dernière fois son âme vers Dieu et lui dire : Mon Dieu, j’ai fait tout ce que vous m’avez demandé, je remets mon âme entre vos mains, jugez-moi selon votre grande miséricorde.

Jean Pruneau avec sa grand-mère et son frère, Alex

Jean Pruneau avec sa grand-mère et son frère, Alex

Au dos de cette photo qui se présente comme une carte postale, il est indiqué : « En souvenir du premier voyage à Lourdes d’Alex, du 8 au 13 octobre 1945 ».

Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5À l’issue de ses vœux simples, en plus des cours dispensés à tout frère convers, il participe au fonctionnement matériel du couvent dont le prieur est alors Marie-Vincent Pellerin. Les métiers qu’il a auparavant exercés lui permettent de s’insérer rapidement dans la communauté et de contribuer à faire face aux aléas du contexte de l’après-guerre.

Jean Pruneau dans ses fonctions de convers à Saint-Maximin

Jean Pruneau dans ses fonctions de convers à Saint-Maximin

Ces photos de Maurice Gillet font partie de l’album Fils de lumière, paru en 1951. Frédéric Le Moigne dans Un siècle de vie dominicaine en Provence (1859-1957) a souligné combien l’iconographie dévolue aux frères convers incarnait la vie quotidienne du couvent, comme les travaux de la ferme et des champs auxquels s’adonnait Jean Pruneau.

Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

6Après sa profession solennelle en 1950, il est assigné à Saint-Maximin jusqu’en 1952 – l’album Fils de lumière le met en scène, perpétuellement souriant, dans l’enclos, comme cultivateur et fermier – puis au couvent Saint-Lazare à Marseille. En 1955, il revient à Saint-Maximin pour vivre, dans un climat de crise, les dernières heures du couvent avant son transfert à Toulouse. Lorsque le couvent ferme ses portes, Jean Pruneau est assigné à La Sainte-Baume pour seconder Henri de Bienassis qui anime l’œuvre des retraites. Il va y rester dix ans. C’est là qu’il rencontre Max Bart, supérieur de la maison à partir de 1962, et que débute une longue collaboration. Leur fraternité va durer jusqu’à leurs morts respectives (juillet 1998).

7Lorsque Max Bart quitte La Sainte-Baume pour Saint-Maximin dont Henri Jarrié est le curé, Jean Pruneau obtient l’autorisation d’y être également assigné. Il loge au presbytère et partage les tâches apostoliques de la paroisse, s’occupant notamment de l’accueil des personnes et des groupes qui visitent la basilique, assistent aux concerts ou viennent voir les expositions. « Le frère Jean savait recevoir tout le monde, de manière discrète et souriante. Nous avions demandé pour lui l’autorisation de distribuer la sainte communion à la messe et de la porter aux malades et un indult du 12 décembre 1968 de la Sacrée Congrégation des sacrements le lui avait accordé » (lettre de Max Bart en 1977). Il reste à Saint-Maximin jusqu’en 1970, date à laquelle la charge de la cure est rendue au diocèse de Fréjus-Toulon. Leur coopération se poursuit alors dans le cadre de la Mission ouvrière de Marseille au service de la paroisse de Saint-Gabriel au Canet (quartier Nord de Marseille). Partageant les mêmes conceptions missionnaires que celles de Max Bart et contribuant aux diverses activités apostoliques, il anime cette paroisse où la population est massivement ouvrière avec la préoccupation constante que l’église fasse partie intégrante du quartier.

« Faut-il ordonner diacre le frère Jean ? »

8En 1977, une consultation est demandée aux paroissiens de Saint-Gabriel :

Nous avons pensé que le frère Jean qui est au service de la paroisse du Canet depuis plusieurs années devait être présenté à l’ordination du diaconat. Qu’il devienne diacre.

Le frère Jean est religieux dominicain depuis trente-deux ans. Il a été pendant de nombreuses années au service de la maison de retraites spirituelles de Nazareth à La Saint-Baume, puis au service de la paroisse de Saint-Maximin, dans le Var.

Pour que cette demande soit prise en considération, il faut que la communauté paroissiale du Canet, au service de laquelle il est actuellement, dise son point de vue. C’est pourquoi nous vous demandons de donner votre témoignage à ce sujet.

Pensez-vous que le frère Jean réponde aux conditions demandées pour ce service d’Église et qu’il soit ordonné diacre ?

Si vous voulez, donnez votre réponse ci-dessous en indiquant votre nom, votre adresse, votre profession. Merci.

9Les réponses sont unanimes (« aucun choix ne pouvait être mieux fait qu’élever le frère Jean au diaconat »), déclinant ses qualités pour mieux appuyer la nécessité de son ordination : « Il est très pieux, très dévoué, secondant parfaitement le père Max. Il est présent dans toutes les cérémonies, pendant la messe, il fait les lectures, dirige les chants, s’occupe des paroissiens. À la sortie de l’Église, il a un mot aimable pour chacun… » Mais, au-delà d’un accord, voire d’un consensus, ceux qui ont répondu ont aussi tenu à témoigner du nouveau souffle que Max Bart et Jean Pruneau ont su apporter à la paroisse.

Nous sommes paroissiens au Canet depuis notre arrivée à Marseille en septembre 1971. À l’époque, l’assistance des fidèles à la messe du dimanche était vraiment bien clairsemée et nous en avions été frappés. Or, nous avons assisté peu à peu à la naissance, à la croissance d’une communauté vivante grâce à l’action inlassable du père Max et du frère Jean. Il semble en effet impossible de faire état des mérites de l’un sans évoquer ceux de l’autre. »

10De son côté, Max Bart témoigne que le frère Jean « a un profond sens religieux, une grande humilité, beaucoup d’efficacité. Il a vraiment le don de l’accueil et du service et un grand amour de l’Église ». Cette unanimité masque une crise de l’identité des frères convers et de leur recrutement. Religieux laïcs, par opposition aux religieux clercs, les convers ont souvent rempli jusqu’au XXe siècle des services ancillaires dans les couvents (portiers, cuisiniers, infirmiers, lingers, jardiniers, chauffeurs…) ; la mécanisation des travaux domestiques et l’apparition du bénévolat dans les sociétés modernes occidentales ont rendu leur présence moins indispensable. À l’époque de Vatican II et lors de l’aggiornamento, les constitutions dominicaines reconnaissent aux frères des droits proches de ceux des frères clercs alors même que leur recrutement est à la baisse. Des frères convers se voient attribuer des ministères qui requièrent l’ordination, comme le frère Jean qui joue davantage le rôle d’un vicaire que d’un catéchiste auprès de Max Bart.

11Jean Pruneau est ordonné diacre permanent le 12 juin 1977 comme le sera Jean-François Duthilleul et d’autres ensuite. C’est pour lui une confirmation de son travail apostolique, mais surtout l’affirmation que son service dans l’Église, au lieu d’être occasionnel, devient une charge officielle. Il l’exerce au Canet jusqu’en 1989, date à laquelle, il lui est demandé, en même temps que Max Bart, de rejoindre le couvent Saint-Lazare. Il y retrouve la vie conventuelle classique au sein d’une communauté qui accueille les novices de la province de Toulouse à partir du mois de septembre 1992. Atteint d’une maladie neurodégénérative, il est transféré – en même temps que Max Bart – à l’asile marseillais des Frères de Saint-Jean-de-Dieu en 1995. C’est là que Jean Pruneau vit jusqu’à sa mort, survenue quelques jours après celle de son frère Max.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la province de Toulouse. — Dominique Avon, « le pèlerinage du Puy, 12-15 août 1942 », Revue d’histoire de l’Église de France, 1997, p. 395-434. — Concorde, 1998. — Sous la direction de Tangi Cavalin et Augustin Laffay, Un siècle de vie dominicaine en Provence (1859-1957), Nancy, éditions Arbre bleu, 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Titre En camp scout
Légende Jean Pruneau, scout de France reconnaissable à son bâton routier et à son chapeau quatre bosses.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2199/img-1.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Au noviciat
Légende En habit de convers, reconnaissable à la couleur de son scapulaire (noir et non blanc), Jean Pruneau (à gauche) avec un autre frère de son noviciat.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2199/img-2.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Jean Pruneau avec sa grand-mère et son frère, Alex
Légende Au dos de cette photo qui se présente comme une carte postale, il est indiqué : « En souvenir du premier voyage à Lourdes d’Alex, du 8 au 13 octobre 1945 ».
Crédits Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2199/img-3.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Jean Pruneau dans ses fonctions de convers à Saint-Maximin
Légende Ces photos de Maurice Gillet font partie de l’album Fils de lumière, paru en 1951. Frédéric Le Moigne dans Un siècle de vie dominicaine en Provence (1859-1957) a souligné combien l’iconographie dévolue aux frères convers incarnait la vie quotidienne du couvent, comme les travaux de la ferme et des champs auxquels s’adonnait Jean Pruneau.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2199/img-4.png
Fichier image/png, 2,5M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nathalie Viet-Depaule, « PRUNEAU Jean », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, P, mis en ligne le 28 mars 2020, consulté le 28 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/2199

Haut de page

Auteur

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals