Navigation – Plan du site

CORTADE Jacques

CORTADE Jacques Félix Jean-Marie à l’état civil ; CORTADE Callixte en religion
Tangi Cavalin

Résumé

Né le 20 janvier 1923 à Sète (Hérault), mort le 15 novembre 2018 à Cabrières-d’Avignon (Vaucluse).
Aumônier diocésain (Marseille) et régional (Provence-Midi) d’Action catholique ouvrière (ACO), directeur du pèlerinage du Rosaire pour le Midi, professeur de sociologie à l’École d’assistantes sociales, directeur du Centre culturel de la Sainte-Baume (1966).

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 28/05/2020.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de Toulouse : 14 septembre 1944 à Toulouse
• Profession simple : 15 septembre 1945 à Toulouse
• Profession solennelle : 15 septembre 1948 à Saint-Maximin
• Ordination sacerdotale : 10 juillet 1949 à Saint-Maximin
• Sortie de l’Ordre : 5 novembre 1971

1Jacques Cortade disait lui-même, avec un brin de provocation, qu’il était né dans une « famille dominicaine ». Il soutenait son propos en précisant que sa mère, Valentine née Barrillon, appartenait à une fraternité du tiers-ordre dominicain et qu’elle en avait même été la prieure. Quant à son père, Félix Cortade, il était devenu, au retour de la Grande Guerre, un fervent partisan des idées pacifistes de Marc Sangnier et avait reconnu dans la presse d’inspiration dominicaine, La Vie intellectuelle, Sept puis Temps Présent, l’expression de ses convictions catholiques sociales. Dans quelle mesure ce bain culturel, aussi prégnant soit-il, détermine-t-il une vocation religieuse ?

Entre le négoce et Lacordaire

2Jacques Cortade est issu d’une lignée de négociants installée à Port-Vendres, près de la frontière espagnole. Son grand-père, Thomas Cortade, envisage de tenter sa chance en Amérique lorsqu’il meurt subitement, à trente-cinq ans, peu avant son embarquement. Il laisse derrière lui quatre enfants dont le plus âgé a quatorze ans. Félix, le troisième et l’aîné des garçons, né en 1880, reprend le commerce familial lorsqu’il a une vingtaine d’années et le transporte à Sète en 1903, au sortir du service militaire. En 1906, il se marie avec la fille d’un négociant en vin sétois, Valentine Barrillon, et emménage au 18 du quai d’Alger. Ce couple bourgeois partage des convictions chrétiennes intransigeantes et antidreyfusardes, du moins jusqu’à la Première Guerre mondiale qui aura un effet décapant sur le traditionnalisme de Félix. Quatre enfants naissent de cette union : Germaine (1907), Jean (1908), Roger (1916) et Jacques (1923). Jacques est donc, de loin, le plus jeune de cette fratrie et, alors que les rapports qu’il noue avec sa mère sont empreints de distance et d’incompréhension, il entretient des relations d’affection et d’admiration à l’égard de ses deux aînés. Le mode de vie bourgeois que permettent les revenus de l’entreprise familiale est brusquement remis en cause en 1930 lorsqu’il faut faire face à la faillite. Le déclassement qui s’ensuit marque profondément le jeune garçon, fragilisé par la perte d’un certain statut social et la crainte que la situation de son père se dégrade davantage encore. Cet ébranlement social se double d’une fragilisation affective : en 1928, sa sœur à laquelle il tient tant, quitte le foyer familial pour se marier avec un jeune homme qui, dès l’année suivante, est atteint par la maladie ; en 1932, le frère aîné de Jacques, Jean, sorti de l’École navale deux ans plus tôt est, comme son beau-frère, diagnostiqué tuberculeux. Il gagne le sanatorium où il est rejoint par sa fiancée sétoise, à son tour affectée par la maladie, avec laquelle il se marie en 1934. Quelques mois plus tard, elle décède à vingt-deux ans, laissant son époux bouleversé. Témoin de ces drames familiaux face auxquels il est totalement impuissant, Jacques est durablement affecté : sa santé est fragile et sa scolarité, à l’École Saint-Joseph de Sète, est médiocre et ne lui procure aucun plaisir.

3C’est l’ascendant qu’exerce son frère Jean qui pèse de tout son poids sur son orientation. Celui-ci, après la perte de son épouse en 1936, renonce à sa carrière d’officier de Marine, tourne le dos au matérialisme affecté du temps de ses études et envisage de rentrer dans la vie religieuse en partant vivre dans le Sahara sur le modèle du père Charles de Foucauld. Jacques Cortade, avec le souci de mettre ses pas dans ceux de son aîné, obtient de quitter Sète en 1937 pour l’École apostolique des Pères blancs à Saint-Laurent d’Olt (Aveyron). Ses résultats scolaires ne s’améliorent pas, puisqu’il doit redoubler une classe. Néanmoins, le cadre de ce petit séminaire l’incite à réfléchir à sa vocation qu’il envisage de réaliser dans la vie monastique. En 1940, son frère Jean (Jean-Marie en religion) parvient à le faire inscrire au collège jésuite d’Avignon dont il avait lui-même été élève avant de s’orienter vers les Petits frères du Père de Foucauld. Après quelques mois dans ce nouvel établissement, une maladie pulmonaire est détectée et il doit interrompre ses études pour regagner Sète. En 1941-1942, il aide son père dans l’entreprise familiale mais, en dépit de l’admiration qu’exerce sur lui la figure paternelle, plus d’ailleurs pour son idéalisme militant que pour ses compétences de négociant, il n’envisage pas de suivre son exemple et de devenir à son tour transitaire. À la rentrée scolaire 1942, il s’inscrit aux cours de philosophie du grand séminaire d’Aix-en-Provence, imitant une nouvelle fois son frère Jean qui y avait été admis dans les années antérieures à la guerre. C’est au cours des deux années suivantes qu’il précise sa vocation. La vie contemplative a sa préférence ce qui le pousse à envisager d’entrer chez les bénédictins. Il peine cependant à arrêter sa décision ce qui incite son frère, désormais novice chez les Petits frères du Sacré Cœur de Jésus (il sera ordonné prêtre en 1946), à l’adresser au dominicain Joseph-Marie Perrin, alors assigné au couvent de Montpellier. Les deux religieux, Jean-Marie Cortade et Joseph-Marie Perrin, avaient eu l’occasion de se rencontrer quelques mois plus tôt, en mai 1941, lorsque Perrin était venu prêcher une retraite dans le Sahara, à la fraternité d’El-Abiodh. Devenu le directeur spirituel de Jacques Cortade, Perrin l’aide à préciser sa vocation entre l’idéal monastique des bénédictins et celui des dominicains qui associe vie contemplative et vie apostolique. En septembre 1944, après un bref essai à l’abbaye bénédictine d’En-Calcat, il opte pour l’Ordre des frères prêcheurs et frappe à la porte du noviciat de Toulouse. C’est le service du peuple de Dieu qu’il met en avant pour justifier son choix des dominicains et son renoncement d’une vie purement contemplative dans un monastère. La figure de Lacordaire, incarnation de la lutte pour les libertés, qu’il avait souvent entendu louer par son père, exerce aussi un pouvoir d’attraction. Il reçoit l’habit le 14 septembre 1944, en même temps que le frère Réginald Vernet. Au moment de la vestition, il obtient du maître des novices, Marie-Joseph Nicolas, l’autorisation de prendre comme prénom religieux celui que portait un grand-oncle chartreux : Callixte.

Les années au couvent d’études de Saint-Maximin : un accomplissement critique

4Il reconnaît en Marie-Joseph Nicolas un maître spirituel qui initie ses jeunes novices à la parole et à la vie de saint Dominique en les menant sur les lieux de sa prédication en Lauragais, à Prouilhe et à Fanjeaux. Après une année de noviciat à Toulouse, de 1944 à 1945, il gagne le studium de la province de Toulouse, à Saint-Maximin pour entamer son cursus de philosophie et de théologie. Il y retrouve Marie-Joseph Nicolas devenu, pour un an, maître des étudiants avant d’être élu provincial. En 1946, c’est Jean-Marie Henri-Rousseau qui lui succède dans la charge. Les années au studium sont celles d’une forme d’accomplissement : le jeune homme, qui avait jusque-là peiné à s’affirmer dans les études comme dans les relations sociales, impose son dynamisme et son rayonnement. Il se sent en parfaite affinité avec la forme de vie monastique dont Saint-Maximin est un conservatoire. Il partage les préoccupations apostoliques des frères de son studentat, Thomas Cardonnel, Georges-Ceslas Durand, Bernard Autran, Christian Coulomb, Eugène Colin, Paul Amargier, Bernard Montagnes, Raymond Netter, Henri Jarrié… Ces préoccupations, communes à une grande partie du jeune clergé français, avaient été mises à l’ordre du jour par le petit livre des abbés Godin et Daniel, La France pays de mission ? (1943), que Jacques Cortade avait reçu de son père. Au couvent de Saint-Maximin, ces aspirations missionnaires sont incarnées par Jacques Loew, embauché sur le port de Marseille dès 1941 et qui fait régulièrement visite à son ancien couvent de formation, et par André Piet, sous-maître des étudiants jusqu’en novembre 1945, date à laquelle il devient à son tour prêtre de la mission ouvrière marseillaise. L’année scolaire suivante, en 1946-1947, quelques Petits frères de Jésus en formation s’insèrent dans la vie conventuelle afin de se préparer à un apostolat « au cœur des masses » (René Voillaume). Le Saint-Maximin de ces années d’après-guerre présente ainsi des caractéristiques complexes : une forme de vie monastique magnifiée par un cadre architectural monumental modèle les aspirations missionnaires des frères étudiants. L’apprentissage religieux de Jacques Cortade s’effectue dans cette double dynamique, dans une synthèse originale entre fermeture et ouverture au monde. C’est sur le terrain de l’enseignement, plus que sur celui des observances, que s’expriment les tensions : plusieurs jeunes dominicains, dont Jacques Cortade, mesurent les limites de la théologie spéculative dispensée à Saint-Maximin par le régent, Marie-Michel Labourdette, et diffusée à l’extérieur par la Revue thomiste. Les griefs des étudiants portent sur deux points : en premier lieu, ils regrettent l’exclusivisme du thomisme qui leur est enseigné, en lutte non seulement avec la pensée des jésuites de Fourvière dans un impossible « dialogue théologique », mais aussi avec la lecture historique de la pensée de saint Thomas promue au couvent d’études de la province de France, au Saulchoir d’Étiolles ; en second lieu, ils déplorent les insuffisances des enseignements dans les disciplines autres que la théologie dogmatique ou morale et la philosophie, en particulier les cours d’Écriture sainte — à partir de l’exil à Paris du bibliste Pierre Bottéro en janvier 1946 —, ceux d’histoire de l’Église et l’ecclésiologie. Sans s’opposer ouvertement aux aînés qui les encadrent et dont ils admirent l’excellence intellectuelle ainsi que l’exemplarité de la vie religieuse, ils pressentent que leur génération aura à inventer ses propres cadres de pensée et d’action.

Étudiants dominicains en promenade

Étudiants dominicains en promenade

Jacques Cortade, au milieu de ses frères, adossé à la Croix, au cours d’une randonnée en Charteuse.

Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Jacques Cortade est apprécié de ses supérieurs ainsi que le suggère sa nomination, quelques mois seulement après son ordination sacerdotale, en novembre 1949, comme sous-maître des novices, pour seconder le titulaire de cette charge, Ceslas Rzewuski. Cortade apparaît comme le représentant d’un juste milieu entre les tendances contraires qui opposent les jeunes religieux, les uns plus contemplatifs, qui ont la préférence de Rzewuski, tentés régulièrement de rejoindre les chartreux ou les bénédictins, les autres souvent formés par le scoutisme, davantage tournés vers le mouvement missionnaire. Le jeune dominicain se voit confier des cours sur les constitutions dominicaines, mais le père maître, mécontent de leur orientation, les interrompt brusquement et obtient, en mai 1950, le départ de Cortade pour la Sainte-Baume. L’épisode est minime du point de vue de l’histoire de la province mais significatif de tensions croissantes au sein du studium : les autres jeunes pères manifestent leur mécontentement à l’annonce du renvoi de Cortade car il traduit, selon eux, l’incapacité de la génération des formateurs à prendre en considération leurs aspirations apostoliques. Entre ces jeunes religieux, appelés pour certains à devenir les futurs enseignants de Saint-Maximin, et leurs aînés, les tensions ne cesseront de croître jusqu’à la contestation ouverte au milieu des années 1950.

6À compter de mai 1950, Jacques Cortade n’est plus partie prenante des tensions propres à Saint-Maximin. Son déplacement brutal à la Sainte-Baume lui ouvre de nouvelles perspectives : il y fait la connaissance du frère Thomas Suavet, l’un des piliers du mouvement Économie et Humanisme, qui occupe alors la fonction d’aumônier des Sœurs du Saint-Sacrement d’Aix-en-Provence. Atteint par la maladie, surmené, Suavet est secondé par un jeune dominicain de la province de France, Bernard Gardey. Mais cette suppléance est insuffisante au regard de l’ampleur des engagements contractés, de l’élaboration des publications d’Économie et Humanisme à l’animation, sur le pays aixois et jusqu’à Marseille, de multiples groupes chrétiens (syndicalistes, scouts, jeunes ouvriers de la JOC…). Aussi Suavet délègue-t-il à Cortade des cours de théologie pastorale à destination de retraitants et l’encadrement de camps scouts. Une relation de confiance s’établit bientôt entre les deux hommes et Suavet confie à son jeune confrère des cours de sociologie du travail auprès de groupes d’assistantes sociales. La rupture avec le monde clos du couvent d’études de la province de Toulouse est complète et achève de convaincre Cortade que l’action du prêtre ne peut, comme il le pensait encore au début de son studentat, s’en tenir à la direction spirituelle. Il récuse désormais cette approche, qu’il considère trop abstraite et individualiste, au profit d’un accompagnement de groupes d’adultes engagés dans une logique d’incarnation.

Une communauté dominicaine marseillaise soudée

7En septembre 1951, il est assigné au couvent Saint-Lazare, rue Edmond-Rostand, dans le centre-ville de Marseille. Au début des années 1950, plusieurs compagnons d’étude de Cortade comme Georges-Ceslas Durand, Thomas Cardonnel, Paul Amargier ou encore Raymond-Maurice Netter, sont, comme lui, envoyés à Marseille au sortir de leurs années saint-maximinoises. Ils forment une communauté cohérente dans ses options apostoliques : il s’agit, d’une part, d’être présent aux réalités de la vie sociale marseillaise par l’accompagnement des mouvements d’Action catholique spécialisée (JEC, JOC, ACI, ACO), du scoutisme et des groupes professionnels (médecins, juristes, armateurs, enseignants) et, d’autre part, d’animer la vie culturelle et spirituelle locale (conférences, concerts). La vie paroissiale, la direction spirituelle et l’animation des groupes de tertiaires sont considérées comme des héritages du passé qui ne peuvent guère servir de point d’appui pour la mission. Les catholiques engagés et les incroyants occupent par contre la première place dans les priorités de l’équipe. Ces choix ne heurtent pas les dominicains plus âgés du couvent : Joseph-Marie Perrin, François Valette (prieur jusqu’en 1952) ou Gabriel Bonnevialle avaient largement frayé la voie à ce type d’apostolat au cours de la décennie précédente. Les implantations annexes du couvent — la mission ouvrière de Jacques Loew et Max Bart dans le quartier de la Cabucelle ; « L’Étape », association de réinsertion d’anciens détenus installée à Rognes depuis 1949 — renforcent la réputation d’ouverture des dominicains de Marseille. Le Centre interprofessionnel de théologie appliquée (CITA), que fonde et dirige François Valette avant de passer la main à Georges Durand en 1955, est la vitrine du couvent durant les années 1950 et 1960 : chaque dominicain, tour à tour, y anime une conférence suivie d’un débat autour d’un sujet d’actualité. Le public, plutôt bourgeois, répond en nombre à l’appel jusqu’au milieu des années 1960.

8C’est donc une communauté jeune et soudée qui impulse la présence dominicaine à Marseille, cherchant à étendre son influence au-delà de la clientèle traditionnelle des frères prêcheurs. Jacques Cortade tient une part importante dans cette dynamique de groupe : outre ses cours de sociologie auprès des assistantes sociales, il devient, dès son arrivée dans la cité phocéenne, aumônier des Routiers et de groupes d’apprentis, ainsi que d’une équipe d’ACO. À ces apostolats, il ajoute au fil des années — sans presque jamais rien retrancher — l’animation de l’hospitalité du Rosaire à Marseille et le secrétariat local du Centre pastoral des missions de l’intérieur (CPMI) pour lequel il réalise des enquêtes sociologiques avec Thomas de Romefort. En outre, il participe activement à des groupes de rencontres plus informels pour des laïcs, par exemple en lien avec les dominicaines du quartier d’Endoume. Plus tard, après quinze ans d’apostolat à Marseille, Jacques Cortade fera le constat d’une vie de « superactivité », « ne sachant jamais dire non » face aux multiples sollicitations jusqu’« aux limites de l’épuisement ».

Aumônier d’Action catholique ouvrière

9C’est certainement l’aumônerie de l’ACO qui occupe la plus grande partie de son temps et qui correspond le mieux à ses aspirations évangéliques. D’abord chargé du suivi spirituel d’une équipe, en 1951-1952, il en suscite bientôt d’autres grâce au regroupement de militants ouvriers, souvent anciens de la JOC ou du Mouvement populaire des familles — très actif sur Marseille au sortir de la guerre —, et constitue ainsi un secteur dit de centre-ville. En juin 1961, il remplace Roger de La Pommeraye à la direction de l’aumônerie diocésaine de l’ACO. Désormais, au suivi des laïcs ouvriers, il ajoute de nombreuses activités de formation auprès des prêtres de Marseille chargés des équipes de base. Dans cette fonction diocésaine, il revendique une approche très différente de celle de son prédécesseur : aux exposés doctrinaux dont celui-ci était coutumier, il substitue une réflexion plus inductive, à partir de la vie collective des équipes et de la militance ouvrière, puisant ses références dans l’Évangile et dans la théologie du père Marie-Dominique Chenu plus que dans les encycliques et les livres très officiels de Mgr Guerry, président de la commission épiscopale du monde ouvrier, où « tout est verrouillé » (Cortade, entretien 2004). L’autonomie des consciences fait l’objet de toute son attention, la tâche de l’aumônier consistant, selon lui, à élaborer avec les laïcs une lecture théologale de la vie ouvrière, non à donner des directives préconçues. C’est encore au nom de sa conception du rôle du prêtre dans l’apostolat ouvrier qu’il défend auprès de l’archevêque, Mgr Lallier, le rôle du laïcat : son action aux côtés des membres de l’ACO dans les structures diocésaines de la mission ouvrière (comité diocésain) vise à faire prévaloir le point de vue des laïcs organisés au nom de leur connaissance du terrain populaire. Il ne parvient guère à convaincre Mgr Lallier qui tient plus que tout à faire respecter ses prérogatives épiscopales sans avoir à tenir compte de l’avis de militants ouvriers. Cette lutte pour la reconnaissance du laïcat d’Action catholique amène également Jacques Cortade, en 1965, à discuter pied à pied avec l’archevêque d’une part, et avec les prêtres de la Mission de France, dont il est pourtant proche à bien des égards, d’autre part : il s’oppose à l’implantation d’une de leurs équipes à Saint-Martin d’Arenc au motif qu’il n’existe dans ce quartier portuaire marseillais aucune section de la JOC ou de l’ACO. Accepter dans ces conditions l’insertion des prêtres de la Mission de France, ce serait nier la centralité des laïcs dans la mission ouvrière. Il obtient gain de cause auprès de l’archevêque qui renonce à l’arrivée de ces prêtres dans cette partie de Marseille.

10Dans l’analyse du terrain syndical marseillais, où la CGT occupe une position écrasante, il se distingue également de Roger de La Pommeraye, en refusant de faire de l’anti-marxisme un critère identitaire pour les militants catholiques. Il accompagne ainsi, à sa place d’aumônier, l’évolution de la CFTC locale vers la déconfessionnalisation. Son action le conduit à établir des liens réguliers avec la direction nationale de l’ACO et, en 1965, il devient responsable de la région apostolique du Midi. C’est dans le cadre de ces fonctions qu’il fait la connaissance de l’aumônier national de l’ACO, Paul Barrau, dont il devient l’ami. Celui-ci le sollicite pour transformer en livres des enquêtes de l’ACO constituées de témoignages : ce sera d’abord Le mystère du pardon (1962), puis Misère humaine et pauvreté chrétienne (1963, co-signé avec Maurice-Raymond Netter), publiés dans la collection « Église et monde ouvrier » que dirige Barrau aux Éditions ouvrières. En 1965, lorsque le provincial de Toulouse, Emmanuel Debroise, le nomme directeur du centre de la Sainte-Baume, Jacques Cortade fait valoir sa vocation de prêtre prioritairement voué au « peuple » ouvrier depuis le début des années 1950 pour décliner cette décision. L’appui de Paul Barrau, qui laisse entendre au provincial qu’il souhaiterait voir Cortade lui succéder à l’aumônerie nationale, parvient à infléchir Debroise : Cortade est maintenu dans toutes ses fonctions à l’ACO et dans les instances de coordination entre prêtres et laïcs de la mission ouvrière marseillaise.

11Cette promotion des valeurs ouvrières, Jacques Cortade la met en oeuvre dans l’ensemble de ses interventions. Ainsi, lorsque, dès 1952, le prieur du couvent lui demande d’être aumônier des malades à Lourdes dans le cadre du pèlerinage du Rosaire, il en accepte la responsabilité. Là encore, son efficacité, que tous louent, lui apporte de nouvelles charges : il est en 1955 nommé directeur du pèlerinage pour toute la ville et le sera même, plus tard, pour la région Midi. S’il se plie volontiers, jusqu’en octobre 1963, à cette tâche organisationnelle très importante pour la communauté des dominicains de Marseille, il refuse d’animer les groupes de récitation du Rosaire qu’il juge trop conservateurs dans leur origine sociale comme dans leur prière. Il privilégie des réunions mensuelles avec les laïcs brancardiers de Marseille auxquels il propose de renouveler les formes de leur piété par des lectures en groupe des Évangiles : il s’agit de troquer la dévotion individuelle traditionnelle par des partages de vie selon les méthodes en vigueur dans les mouvements d’Action catholique spécialisée. Sa démarche s’inspire également de ses lectures d’auteurs dominicains presque tous issus de la province de France et non de celle de Toulouse : les écrits des pères Chenu et Congar en particulier lui fournissent les ressources intellectuelles nécessaires à son action apostolique.

12Ces fonctions multiples amènent Jacques Cortade a de constants déplacements : il quitte souvent le couvent tôt le matin pour n’y revenir que tard le soir, lorsque s’achèvent les réunions avec les laïcs. Les fins de semaine sont également occupées par des récollections ou des sorties culturelles avec tel ou tel des groupes dont il a la charge. Une telle activité est rendue possible par une conception de la vie dominicaine qui diffère sensiblement de celle, monastique, inculquée au temps des études à Saint-Maximin. C’est la dimension apostolique de la vocation des frères prêcheurs qui justifie cet engagement de tous les instants, le don absolu de soi aux autres pour leur apporter la parole de Dieu prenant la place de l’idéal contemplatif et solitaire encore très prégnant lors de ses premières années de noviciat à Toulouse et de studentat à Saint-Maximin.

Une communauté dominicaine face aux événements

13Au cours de ses années marseillaises, de 1951 à 1966, Jacques Cortade a le sentiment de réaliser la vie dominicaine dans tous ses aspects. En effet, les responsabilités qu’il endosse à titre individuel ne le marginalisent pas de la communauté conventuelle qui partage ses conceptions. Tous, même les aînés, sont d’accord pour donner un nouveau souffle à la vie collective et en faire un lieu de ressourcement pour des religieux investis dans des activités extérieures. Jacques Cortade participe au renouvellement progressif des formes conventuelles où tout ce qui apparaît formel est récusé au profit de la dimension évangélique. Le modèle de référence est celui de la petite communauté fraternelle, voulue par saint Dominique, choisissant démocratiquement un prieur, par contraste avec la tradition monastique d’un abbé tout-puissant administrant une communauté hiérarchisée. Il ne s’agit pas de rendre compte à un supérieur de ses activités mais, dans le respect des initiatives individuelles, de partager avec toute la communauté ce qui est vécu dans l’apostolat. Le primat de la liberté et du vote sont au principe du gouvernement et les suffrages se portent sur ceux qui semblent les mieux à même d’incarner ces conceptions, comme Thomas Cardonnel, Pierre Hermand et Georges-Ceslas Durand. Les réunions du chapitre sont remplacées par des rencontres d’allure plus spontanées, journées conventuelles hebdomadaires et retraites annuelles d’une semaine autour d’un invité comme les pères Suavet, Chenu, Congar, Dubarle, Besnard… tous issus de la province de France et dont la pensée était dénigrée dans les cours à Saint-Maximin…

Fonds Colette Aberet/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

14Cette cohésion conventuelle est soumise à rude épreuve lorsqu’elle se heurte à des événements dramatiques comme la condamnation des prêtres-ouvriers ou la guerre d’Algérie. En mai 1953, les prêtres-ouvriers marseillais, dont le dominicain André Piet, sont sommés par leur archevêque, Mgr Delay, qui leur reproche d’être devenus des compagnons de route du Parti communiste, de quitter le travail. Il s’agit de la première mesure, en France, contre les prêtres-ouvriers. La mouvance catholique progressiste marseillaise se mobilise en faveur des prêtres sanctionnés. La crise menace de se réfracter au sein du couvent Saint-Lazare où le prieur, Thomas Cardonnel, soutient André Piet, tandis que Joseph-Marie Perrin est très proche des options opposées de Jacques Loew. Jacques Cortade, du fait de ses activités d’aumônier d’ACO, est partie prenante des discussions, partagé entre son soutien à André Piet, ses sympathies pour les aspirations du mouvement ouvrier, et son choix personnel d’un engagement sacerdotal qui passe par la formation d’un laïcat chrétien plutôt que par l’embauche en usine. Les tensions sont alors contenues mais ressurgissent, en février 1954, lorsque les trois provinciaux dominicains français sont limogés par le maître général Suarez au motif qu’ils laissent certains de leurs religieux collaborer activement à la subversion progressiste dans l’Église. Certains, au couvent Saint-Lazare, se disent alors prêts à mettre dans la balance leur départ de l’Ordre face à ce qu’ils considèrent comme une atteinte au caractère démocratique des constitutions dominicaines. Jacques Cortade envisage alors, et va jusqu’à en formuler la demande à ses supérieurs lors du chapitre provincial de 1955, de rejoindre Jacques Loew dans sa nouvelle fondation ouvrière à Port-de-Bouc, près de l’étang de Berre. Cette menace n’est toutefois pas suivie d’effet, l’enjeu missionnaire marseillais l’emportant finalement sur l’ébranlement identitaire.

15La guerre d’Algérie, quelques années plus tard, offre un nouveau terrain sur lequel manifester des convictions. Jacques Cortade fait partie des religieux les plus engagés du couvent. Il inscrit d’abord son opposition aux exactions des autorités militaires françaises dans le cadre de la non-violence que promeut Lanza del Vasto (avec qui il est en relation), participe à des manifestations pour le respect des droits des Algériens internés, mais s’éloigne par la suite du philosophe italien, jugeant sévèrement son refus d’un combat plus politique. Ses positions se radicalisent au moment de la démission de l’Équipe nationale de la Route (1957) avec laquelle il se solidarise en signifiant son refus d’être plus longtemps aumônier des scouts de France. Ses contacts avec les militants ouvriers l’amènent à faire la rencontre de membres du Front de libération nationale et à leur rendre des services ponctuels. Lorsqu’il dénonce le « matraquage » de « ses frères musulmans » lors d’un sermon, les paroissiens de Saint-Lazare apprécient diversement cette incursion « politique » dans le cours d’une cérémonie religieuse. Pour Jacques Cortade, il s’agit essentiellement d’un geste évangélique.

L’épreuve de la Sainte-Baume

16Le 25 février 1966, Jacques Cortade est nommé supérieur de la Sainte-Baume. Cette décision, prise en conseil provincial élargi à l’issue d’une visite canonique du maître général Anicet Fernandez, marque la fin de son implantation marseillaise. Il lui faut abandonner toutes ses responsabilités apostoliques, à l’exception du suivi de quelques équipes d’ACO. Un an plus tôt, pourtant, il avait obtenu de son provincial d’être maintenu dans sa vocation d’aumônier en mission ouvrière. Comment expliquer ce revirement imposé par la plus haute autorité dominicaine et le conseil provincial ? Il faut rappeler que la Sainte-Baume, qui regroupe une maison conventuelle (accrochée à la falaise, à l’entrée de la grotte de Marie-Madeleine), une hôtellerie (en contrebas, sur le plateau) et d’autres bâtiments annexes (la maison de retraite Nazareth située en face de l’hôtellerie et la ferme de Giniez), est « une source de perpétuels dilemmes pour la province dominicaine de Toulouse » (Olivier Chatelan) quant à l’articulation entre ces différents lieux selon un projet religieux cohérent. La province de Toulouse y épuise ses meilleures volontés (Jean-Hervé Nicolas, Gabriel Bonnevialle, Max Bart…) depuis des années lorsque Jacques Cortade est pressenti, en 1963, pour à son tour tenter de remettre sur pied un ensemble à vocation apostolique. Aux questions financières et matérielles entre une pluralité d’acteurs (directeurs laïcs de l’hôtellerie et de Nazareth, responsables dominicains de la maison conventuelle et de l’accueil religieux sur tout le site) qui compliquent la gestion, s’ajoutent les désaccords entre religieux quant au projet à mettre en œuvre. Pour sortir par le haut des difficultés, le chapitre provincial de 1963 décide de créer, à la Sainte-Baume, un centre culturel et spirituel et d’en confier la direction à Gabriel Bonnevialle. La démission immédiate, en juillet 1963, de ce dernier fait de Cortade, à titre intérimaire, le titulaire du poste jusqu’au 1er novembre. Avec réticence, il effectue quelques sondages en vue de la création du centre culturel avant de faire prévaloir ses engagements marseillais pour reprendre ses distances, au grand déplaisir du provincial. Sa réputation d’homme efficace à la visée apostolique indiscutable survit néanmoins à l’épisode et explique le choix du maître général en 1966.

17Les quelques mois de présence à la Sainte-Baume ébranlent profondément le père Cortade. Mandaté pour organiser un centre culturel et intellectuel articulé aux activités de l’hôtellerie et de la maison de Nazareth, il se voit privé de l’aide d’autres religieux en raison de la suppression de la maison conventuelle. Dès que celle-ci est entérinée, Henri de Bienassis, Max Bart et Jean Pruneau, sans que la transition soit assurée avec leur successeur, quittent en effet la Sainte-Baume. L’arrivée en renfort en avril 1966 du père René Bonnet puis, à l’été, à temps partiel, celle du frère Louis-Marie Lardière, ne changent rien à la donne : privé d’hommes expérimentés, en butte avec les difficultés inhérentes au renouvellement complet des salariés et à des charges financières imprévues, Jacques Cortade est impuissant à administrer la nouvelle fondation. L’impossibilité de vivre selon la vie communautaire dominicaine, comme à Marseille, renforce encore son sentiment d’isolement. À bout de forces, il quitte la Sainte-Baume en août 1966 et se voit relevé de sa charge par le provincial qui le remplace par le père Alex Morelli. Jacques Cortade regagne Marseille où il est assigné à partir d’octobre 1966. Il reprend ses activités au service de l’ACO à l’échelle locale, régionale et même nationale, et donne aussi des cours de théologie pastorale dans des rencontres sacerdotales dans toute la France. Parmi les frères du couvent Saint-Lazare, il est désormais soutenu dans ses préoccupations par Augustin Souques qui intervient comme théologien dans de nombreuses sessions de prêtres en mission ouvrière et dans des rencontres de l’ACO. Au plan de la vie communautaire, il s’occupe de l’organisation des journées conventuelles et se sent en affinité avec les frères qui, au gré des assignations, renouvellent l’équipe conventuelle, en particulier François-Dominique Chide, Jean-Pierre Courtès et Réginald de Parseval.

À Sorèze au cours d’une session de la province de Toulouse (27-30 décembre 1967)

À Sorèze au cours d’une session de la province de Toulouse (27-30 décembre 1967)

Jacques Cortade, vêtu de noir, en retrait du frère qui prend la parole. Derrière Cortade, à sa droite, Jean-Pierre Courtès en habit civil et, au fond, le long du mur, Joseph Kopf, prieur provincial. Au premier rang, Gabriel Bonnevialle (lunettes à la main) et à sa gauche, Pierre Abeberry. Cette photo d’une rencontre qui fut un moment important pour la Province de Toulouse, en montrant des manières distinctes de s’habiller – en robe ou en civil – suggère des conceptions différentes d’être dominicain dans ces années tournantes, entre la fin du concile Vatican II et les événements de mai-juin 1968. La répartition des tables, les mines attentives des participants, les prises de parole… évoquent davantage des assemblées militantes qu’une rencontre de religieux.

Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

Sortir de l’Ordre des frères prêcheurs

18Mais l’épreuve vécue à la Sainte-Baume a agi sur lui comme un révélateur. Après des mois de réflexion et de consultations, il annonce au provincial, Joseph Kopf, son intention de renoncer à la vie religieuse et à la condition de prêtre. Ses remises en cause, formulées à partir de l’été 1966, sont avivées par la critique du statut clérical qui se développe alors dans le catholicisme français et qu’il suit avec attention et sympathie comme la plupart des dominicains du couvent Saint-Lazare. Les outils des sciences humaines, de la sociologie à la psychanalyse, lui permettent d’expliciter un malaise longtemps indicible. Le célibat apparaît désormais à Jacques Cortade comme une entrave à sa vie d’homme à laquelle il n’entend pas renoncer sans pour autant renier sa foi. Il accepte, après de longs échanges avec ses frères du couvent et avec le provincial, de différer son départ et de considérer une reconversion sacerdotale à Alger, dans une équipe dominicaine tournée vers les questions de développement et constituée notamment de Jean-Pierre Voreux, Pierre Le Baut et François Chavanes. Son voyage en Algérie, à l’été 1969, précipite sa décision : à son retour, il fait part au provincial de son intention irrévocable de demander la dispense de ses vœux et la réduction à l’état laïc. Il lui faudra attendre plus de deux ans pour obtenir la régularisation de sa situation canonique. Entretemps, en octobre 1969, grâce à un membre de l’ACO militant de la CGT, il est embauché comme attaché commercial et technique dans une entreprise de construction avignonnaise chargée d’une opération immobilière au bénéfice de familles ouvrières sur le bassin houiller de Gardanne. Si le projet est finalement abandonné, la société lui conserve un emploi et le nomme responsable du service administratif au siège social d’Avignon. Son retour à la vie laïque s’effectue sans rupture avec ses relations et amitiés marseillaises. Pendant plusieurs années, il conserve des liens avec les frères de sa génération du couvent Saint-Lazare. Plusieurs d’entre eux, après lui, quittent à leur tour l’Ordre au début des années 1970.

19Jacques Cortade et son épouse — ils se sont mariés religieusement en juin 1972 — s’installent à quelques kilomètres de son entreprise. Il y travaille jusqu’en 1993, date à laquelle il fait valoir ses droits à la retraite. Ils se retirent à Cabrières-d’Avignon. En fidélité avec les valeurs qu’il avait défendues lorsqu’il était prêtre, il milite également pour la défense des droits des travailleurs étrangers au sein de l’Association de solidarité avec tous les immigrés (ASTI) dont il devient le président pour le département du Vaucluse. Jusqu’à la fin de sa vie, il reste fidèle à ses convictions catholiques.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de Toulouse. — Archives nationales du Monde du travail (ANMT, Roubaix), fonds Mission de France, 1997 015 82-83. — Archives du Centre national de l’Église de France, 113 CE 13, 80. — France dominicaine, octobre 1951, février 1956, octobre 1957 — Concorde, décembre 1967. — François Leprieur, Quand Rome condamne. Dominicains et prêtres-ouvriers, Paris, Plon/Cerf, 1989. — Roger de La Pommeraye, Aux frontières du royaume. Mémoires d’un prêtre du diocèse de Marseille, Paris, Le Centurion, 1992. — Entretiens de Jacques Cortade avec Tangi Cavalin et Nathalie Viet-Depaule, Cabrières-d’Avignon, juillet 2004 et octobre 2012. — Tangi Cavalin et Nathalie Viet-Depaule, « Catholiques engagés à Marseille » dans Bruno Duriez et alii (dir.), Les catholiques dans la République, 1905-2005, Paris/Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier, 2005, p. 301-312. — Tangi Cavalin, Augustin Laffay (dir.), Un siècle de vie dominicaine en Provence. Saint-Maximin et la Sainte-Baume (1859-1957), Nancy, Éditions de l’Arbre bleu, 2019. — Jean-Marie Cortade, Mon parcours. Dans le sillage du Père de Foucauld, novembre 1992 (brochure de 49 pages, hors commerce, portée à ma connaissance par Antoine Mourges).

Haut de page

Œuvre

Le mystère du pardon, Paris, Éditions ouvrières, coll. « Église et monde ouvrier », 1962. — Misère humaine et pauvreté chrétienne (avec Maurice-Raymond Netter), Paris, Éditions ouvrières, 1963. — « Le dynamisme de la conscience ouvrière », Masses ouvrières, 262, août-septembre 1969.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Étudiants dominicains en promenade
Légende Jacques Cortade, au milieu de ses frères, adossé à la Croix, au cours d’une randonnée en Charteuse.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2204/img-1.png
Fichier image/png, 1,2M
Crédits Fonds Colette Aberet/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2204/img-2.png
Fichier image/png, 647k
Titre À Sorèze au cours d’une session de la province de Toulouse (27-30 décembre 1967)
Légende Jacques Cortade, vêtu de noir, en retrait du frère qui prend la parole. Derrière Cortade, à sa droite, Jean-Pierre Courtès en habit civil et, au fond, le long du mur, Joseph Kopf, prieur provincial. Au premier rang, Gabriel Bonnevialle (lunettes à la main) et à sa gauche, Pierre Abeberry. Cette photo d’une rencontre qui fut un moment important pour la Province de Toulouse, en montrant des manières distinctes de s’habiller – en robe ou en civil – suggère des conceptions différentes d’être dominicain dans ces années tournantes, entre la fin du concile Vatican II et les événements de mai-juin 1968. La répartition des tables, les mines attentives des participants, les prises de parole… évoquent davantage des assemblées militantes qu’une rencontre de religieux.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Toulouse/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2204/img-3.png
Fichier image/png, 2,7M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Tangi Cavalin, « CORTADE Jacques », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, C, mis en ligne le 28 mai 2020, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/2204

Haut de page

Auteur

Tangi Cavalin

Notices du même auteur

  • NASSOUR Ignace-Marie [Texte intégral]
    NASSOUR Georges Jamil à l’état civil ; NASSOUR Ignace-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, N
  • GONNET Paul [Texte intégral]
    GONNET Pierre Jacques à l’état civil ; GONNET Paul en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, G
  • DÉGEORGES Constant [Texte intégral]
    DÉGEORGES Pierre Antoine Marius à l’état civil ; DÉGEORGES Constant-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • DE RUDDER André [Texte intégral]
    DE RUDDER André Henri Gabriel Franz Louis Ghislain à l’état civil ; DE RUDDER Ceslas en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • DE RUDDER Jourdain [Texte intégral]
    DE RUDDER Francis Louis Berthe Guillaume Ghislain [Franz Lodewyk Bertha Willem Ghislaan en flamand] à l’état civil ; DE RUDDER Bertrand-Marie puis Jourdain-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • DESOBRY Henri-Dominique [Texte intégral]
    Desobry André Albert Georges à l’état civil ; Henri-Dominique en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals