Navigation – Plan du site

MAUREL Augustin-Joseph

MAUREL Marie Louis Auguste à l’état civil ; MAUREL Augustin-Joseph en religion
Augustin Laffay et Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Né le 7 septembre 1859 et mort le 15 février 1935 à Marseille (Bouches-du-Rhône).
Préfet à Arcueil (1879-1880 puis 1882-1885), prieur d’Arcachon (1898-1903 puis 1921-1932), prieur de la maison Igueldo et fondateur du collège Captier à Saint-Sébastien en Espagne (1903-1919 puis 1919-1920).

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 19/12/2018.

Texte intégral

• Vestition pour le Tiers-ordre enseignant : 21 mars 1878 à Coublevie
• Profession simple : 25 mars 1879 à Coublevie
• Profession perpétuelle : 22 novembre 1884 à Coublevie
• Profession solennelle : 30 avril 1924 à Arcachon
• Ordination sacerdotale : 10 mars 1883 à Arcueil

1Fils de Jacques Pascal Maurel et de Virginie Baptistine Thérèse Savine – tous deux nés à Marseille –, Auguste Maurel (prénom qu’il porte dans la famille) naît, lui aussi, à Marseille, le 7 septembre 1859, sur le territoire de la paroisse Saint-Joseph qui sera aussi celui du couvent des dominicains à partir de 1862. Il est le sixième enfant d’une fratrie qui en comptera huit. Son père se déclare propriétaire au moment de sa naissance, bien qu’il soit fabricant de savon comme l’était déjà son propre père. Sa mère est la fille d’un négociant qu’elle n’a pratiquement pas connu puisqu’il mourut un an après sa naissance en 1826. Le jeune Auguste grandit dans un milieu catholique, qui vit de l’industrie et du négoce et où se croisent au gré des alliances les familles Savine, Audibert (marchands drapiers), Casati (banquier, avocat, médecin), Fabre (armateur) et les Bigourdan.

2Selon son biographe, Auguste Casati – l’un de ses neveux – Auguste Maurel est scolarisé dans le primaire dans un cours privé avant d’être envoyé comme pensionnaire, en 1872, au collège d’Oullins où il retrouve ses trois frères aînés. En effet, une partie de la bourgeoisie catholique marseillaise, très soucieuse de l’éducation de ses enfants, choisissait de les envoyer faire leurs études au collège Saint-Thomas d’Aquin à Oullins, commune limitrophe de Lyon. Plusieurs facteurs concouraient à un tel choix : l’absence d’établissements en Provence correspondant à la formation qu’elle souhaitait ; le renom de Victor de Laprade, poète catholique, professeur de lettres à Aix-en-Provence, académicien et député du Rhône, qui recommandait le collège que lui-même avait fréquenté ; enfin, la fondation en 1852 du Tiers-ordre enseignant par le restaurateur de l’Ordre des prêcheurs qui avait fait de Saint-Thomas d’Aquin non seulement un collège dominicain mais aussi un couvent. Le père d’Auguste Maurel avait, d’ailleurs, entendu Henri-Dominique Lacordaire prêcher, vraisemblablement au début de l’année 1848 lors de son passage à Marseille, et avait été conquis par son éloquence qui lui avait valu d’être élu député de cette ville quelques semaines plus tard.

3Lorsque Auguste Maurel arrive au collège Saint-Thomas d’Aquin, Bernard Mouton, ancien élève de l’abbé Dauphin qui avait dirigé l’institution avant de la céder aux dominicains et l’un des quatre jeunes gens qui avait reçu des mains de Lacordaire le 24 octobre 1852 l’habit du Tiers-ordre enseignant de Saint-Dominique, est prieur. Pierre Jourdan lui succédera en 1874, entouré d’une équipe de pères dont Dominique Mermet, sous-prieur, Augustin Rouquille, censeur, et Henri Jacquart, régent des études. Auguste Maurel fait donc ses études secondaires de 1872 à 1877 à l’issue desquelles il obtient le baccalauréat de philosophie. Ayant arrêté depuis quelque temps sa décision de devenir religieux et, comme ses maîtres, de faire partie du Tiers-ordre enseignant, il passe six mois dans sa famille à Marseille où il convainc son père de sa vocation. Puis, avec son accord, il se rend à Coublevie, non loin de Grenoble, où se trouve le noviciat du Tiers-ordre enseignant.

4Accueilli par le prieur, Marie-Albert Libercier, il reçoit l’habit du Tiers-ordre enseignant le 21 mars 1878 des mains de Pierre Jourdan, son ancien prieur d’Oullins, et prend le nom de frère Augustin-Joseph. Après sa profession simple le 25 mars 1879, il commence ses études de philosophie à Arcueil dans ce collège que Louis-Raphaël Captier avait fondé en 1863. En 1880, il subit la rigueur de la législation anticléricale de la IIIe République et doit, avec ses frères, s’exiler en Espagne à Vitoria sous la conduite d’Antoine Calvet, supérieur de la petite communauté. Il participe à l’installation de la maison, ressent vivement avec les frères Gonzalve Gaulon, Augustin de Guibert, Albert Bock et Sébastien Baumin l’exil qui n’est pas propice à la vocation du Tiers-ordre enseignant. Dès qu’il est certain que les collèges tenus par les pères enseignants n’ont pas été fermés, il rentre en France pendant l’été 1881. Il revient à Arcueil et, tout en exerçant les fonctions de préfet, il termine ses études au cours desquelles il sera ordonné prêtre, le 10 mars 1883.

Jeune père enseig...Jeune père enseignant

Jeune père enseignant

Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5En 1885, Augustin-Joseph Maurel est assigné au collège Saint-Elme que le père Dominique Baudrand avait ouvert à Arcachon pour former des futurs cadres de la Marine marchande et auquel Albert Libercier avait succédé, en 1883, comme prieur. Tout d’abord nommé censeur, il endosse également jusqu’en 1898 les fonctions de régent des études, de professeur de philosophie et de sous-prieur. Durant ces années, le collège conquiert sa renommée. Pour asseoir sa notoriété, Augustin-Joseph Maurel et Dominique Couturier, l’un des pères de la communauté, ont l’idée de remplacer la chapelle provisoire par une chapelle « digne de ce nom ». Avec l’accord de Dominique Ligonnet, prieur depuis 1893, le chantier démarre avec le concours des élèves qui charrient du sable sous la direction du père Pierre Bellin. L’inauguration de la chapelle a lieu le 28 juin 1894, en grande pompe, par le cardinal Lécot, archevêque de Bordeaux, suivie d’une messe prêchée par le père Didon. D’autres bâtiments sont construits simultanément : infirmerie, différents pavillons pour les classes qui assurent une prospérité au collège qui n’attire plus seulement des élèves de la région bordelaise.

6C’est dans ce contexte de plein essor de l’école qu’Augustin-Joseph Maurel est élu prieur en décembre 1898 et devient directeur de l’institution. À cette occasion, les élèves lui offrent un drapeau dont l’emblème du Sacré-Cœur lui fait dire : « Désormais ce beau drapeau présidera toutes nos fêtes à la droite du tabernacle et en face de l’étendard de Saint-Elme. Vous garderez dans votre cœur ce double amour de Dieu et de la patrie. Oui, enfants, il faut croire en votre pays. Le patriotisme n’accepte pas plus le scepticisme que la religion. L’image du Sacré-Cœur ne se sépare plus de celle de la France pour nous, catholiques et Français. Je vous félicite d’avoir décoré ce beau drapeau de cet emblème. » Selon son biographe – qui venait lui-même d’intégrer Saint-Elme – son oncle se voue entièrement à l’éducation. « Reprenant la formule dominicaine esto vir », dont usait Lacordaire à Sorèze, il se doit « d’enseigner en prêchant l’exemple l’énergie, l’effort, et s’il le faut, la lutte » en concevant l’école comme une vaste famille dont la discipline ne peut être que paternelle et bienveillante. Sans se soustraire aux impératifs d’une instruction qui doit conduire à l’obtention du baccalauréat, il estime qu’il faut avant tout faire régner franchise, confiance et estime.

7Mais bientôt l’anti-congréganisme, qui se développe à partir 1901, obscurcit l’atmosphère et contraint le collège à fermer ses portes en 1903. Fort de sa première expérience d’exil, Augustin-Joseph Maurel choisit, avec l’accord du vicaire général, Benoît Martin, d’aller en Espagne. Il fonde à Saint-Sébastien un collège – le collège Captier en hommage à Louis-Raphaël Captier, « martyr d’Arcueil » – qui rassemble dans un vaste bâtiment d’une propriété rurale non seulement les pères et les élèves de Saint-Elme que leurs parents ont laissé partir, mais aussi ceux de Sorèze. Entouré des pères Couturier, sous-prieur, Gache, censeur, et Déchoux, il tente de donner au collège Captier le même éclat que celui de Saint-Elme. Aidé par les pouvoirs publics, par des familles espagnoles et la colonie française qui lui envoient ses enfants, le collège connaît une réelle prospérité et de bons résultats aux examens que les élèves passent à Bordeaux. Seule la guerre assombrit le bon fonctionnement de l’établissement et frappe douloureusement son supérieur lorsqu’il apprend la mort d’anciens élèves et de ses trois neveux tombés au champ d’honneur.

Augustin-Joseph M...Augustin-Joseph Maurel au milieu d’élèves en uniforme

Augustin-Joseph Maurel au milieu d’élèves en uniforme

Le port de la soutane avec le rabat gallican indique qu’Augustin-Joseph Maurel exerce ses fonctions de père enseignant sous les lois anti-congrégationnistes. En effet, l’habit dominicain portait la marque d’appartenance à un ordre religieux ou à une congrégation et il était préférable de se vêtir comme le clergé diocésain.

Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8Toujours prieur durant ce long exil de la maison Igueldo qui réunit la communauté, Augustin-Joseph Maurel ne quitte pas Saint-Sébastien sauf à la fin de la Première Guerre mondiale en 1918-1919 pour fonder l’école Lacordaire de Marseille. En effet, son expérience, mais aussi son réseau familial lui valent de faire aboutir cette fondation projetée depuis des années. Il a un an pour trouver des capitaux et mettre sur pied l’école en louant une villa « La Marie » et une maison voisine qu’il faut aménager pour les religieux dans le village de Saint-Jérôme. Considéré comme le premier supérieur, il assure l’ouverture de l’école le 24 octobre 1918 avec trente-deux élèves qui vont vite atteindre le nombre de quarante dont quinze pensionnaires, vingt-deux demi-pensionnaires et trois externes. Si les demandes d’inscription affluent malgré le manque de place, une installation précaire et des cours improvisés, l’école assied sa réputation et inscrit ses premiers bacheliers à son palmarès.

9Le père Maurel estimant sa mission accomplie à Marseille, laisse la jeune école Lacordaire en passe de déménager à la Valentine dans un ancien pensionnat aux mains de Benoît Martin qui lui succédera comme supérieur, d’Étienne Audouard et d’Augustin Large. Il revient à Saint-Sébastien où le collège Captier réclame son supérieur pour la rentrée scolaire 1919 et la maison Igueldo son prieur. Mais, estimant que l’exil peut prendre fin, il n’y reste qu’une année scolaire, le temps de préparer le retour du collège à Arcachon pour faire revivre Saint-Elme et la communauté des pères.

10Arrivé à Arcachon, Augustin-Joseph Maurel découvre les locaux du collège profondément modifiés, car Saint-Elme avait été réquisitionné et transformé en hôpital pendant la guerre. Il met tout en œuvre pour lui redonner l’aspect d’un établissement scolaire, comme l’annonce le journal La vigie d’Arcachon du 8 février 1920 : « L’école dépossédée de son immeuble pendant cinq ans a repris sa vie normale avec pensionnaires, demi-pensionnaires et externes surveillés. D’importants travaux s’y poursuivent pour la réfection des bâtiments et l’amélioration de la vie matérielle des élèves. Ils feront de Saint-Elme une maison d’éducation qui ne cèdera à aucune pour l’hygiène, l’agrément et le confort. » Jusqu’en 1932 où il laisse sa place à Raphaël Gache comme directeur et comme prieur, Augustin-Joseph Maurel assure le succès de l’école, accueillant de nombreux élèves dont les parents sont, parfois, des anciens de Saint-Elme.

Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

11Les premières alertes de la maladie au cours de l’hiver 1933 l’obligent à quitter Arcachon. Après avoir fêté son jubilé sacerdotal à Paris le 25 juin 1933 au cours duquel le père Janvier a évoqué son parcours spirituel comme chrétien, prêtre, religieux et apôtre, il vient vivre non loin de sa famille à Marseille, au collège Lacordaire où il continue à enseigner. Selon le père Barbier, arrivant dans la cité phocéenne en octobre 1934 au terme de ses études de théologie : « Le père Maurel était alors un grand vieillard, sec, à barbe blanche, en pleine possession de ses facultés. Travailleur acharné pendant toute sa vie, il voulut enseigner jusqu’à la dernière heure. Professeur de religion, il lui arriva de s’évanouir en classe. Le père Tapin l’emmena sur le champ se reposer au parloir. À peine se sentit-il mieux qu’il regagna sa classe et voulut l’achever jusqu’au bout. Ce qui frappait chez lui, c’était une force extraordinaire de volonté, une ténacité opiniâtre si rare chez les hommes. Comme tous les grands volontaires, le père Maurel était d’une impitoyable dureté pour lui-même. En dépit des conseils de repos, il ne voulut jamais cesser de célébrer sa messe, et ne le fit que vaincu par la maladie, huit jours avant sa mort. »

Augustin-Joseph M...Augustin-Joseph Maurel à la fin de sa vie

Augustin-Joseph Maurel à la fin de sa vie

Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

12Il meurt le 15 février 1935 à Marseille. Ses obsèques ont lieu dans la chapelle de l’école Lacordaire où pères de la Congrégation, famille, amis, anciens et nouveaux élèves lui rendent un dernier hommage. La messe est célébrée par Raymond Crechet, le vicaire général de la Congrégation enseignante, et l’homélie prêchée par Raphaël Gache qui souligne la vie exemplaire du père Maurel entièrement dévolue à l’éducation et à l’enseignement. Selon sa volonté, son corps est ensuite transporté à Arcachon et inhumé au cimetière de Saint-Elme.

Haut de page

Sources

Archives de la Province de Toulouse : fonds de la Congrégation saint-Dominique pour l’éducation de la jeunesse. — Auguste Casati, Le TRP Maurel, 1859-1935, préface du TRP Janvier, Marseille, Imprimerie de la Société du Petit Marseillais, 1935. — L’Année dominicaine, avril 1935, p. 136. — « Avez-vous connu : le père Auguste-Joseph Maurel ? », Annuaire des anciens élèves de l’école Lacordaire, 1956-1957, Saint-Just, Marseille, p. 39-40. — École Lacordaire. Année du jubilé de l’école, Agenda 1977-1978.

Deux sites internet : Si Saint-Elme m’était conté, historique de l’école Saint-Elme d’Arcachon : http://www.stelme.fr/index.php?option=com_content & view = article&id=19%3Aslide-3-fusce-molestie&catid=26&Itemid=101. — Jacques Ragot, « Histoire de l’école Saint-Elme d’Arcachon », Bulletin de la Société historique et archéologique d’Arcachon et du pays du Buch, n° 120 et 121, 2004 ; mise en ligne en 2014 : https ://www.shaapb.fr/histoire-de-lecole-saint-elme-darcachon-1/.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jeune père enseignant
Crédits Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2278/img-1.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Augustin-Joseph Maurel au milieu d’élèves en uniforme
Légende Le port de la soutane avec le rabat gallican indique qu’Augustin-Joseph Maurel exerce ses fonctions de père enseignant sous les lois anti-congrégationnistes. En effet, l’habit dominicain portait la marque d’appartenance à un ordre religieux ou à une congrégation et il était préférable de se vêtir comme le clergé diocésain.
Crédits Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2278/img-2.png
Fichier image/png, 2,4M
Crédits Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2278/img-3.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Augustin-Joseph Maurel à la fin de sa vie
Crédits Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2278/img-4.png
Fichier image/png, 1,5M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Augustin Laffay et Nathalie Viet-Depaule, « MAUREL Augustin-Joseph », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, M, mis en ligne le 19 décembre 2018, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/2278

Haut de page

Auteurs

Augustin Laffay

Notices du même auteur

  • MARTIN Benoît [Texte intégral]
    MARTIN Marie Emmanuel Joseph Étienne à l’état civil ; MARTIN Benoît en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, M
  • JARRIÉ Henri [Texte intégral]
    JARRIÉ Henri, Joseph, Louis à l’état civil ; JARRIÉ Henri en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, J
  • PIPROT Pierre Louis Henri à l’état civil ; PIPROT ou PIPROT d’ALLEAUME Gabriel-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, P

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals