Navigation – Plan du site

JAUSSEN Antonin

JAUSSEN Joseph Marius à l’état civil ; JAUSSEN Antonin en religion
Jean Jacques Pérennès

Résumé

Né le 28 mai 1871 à Sanilhac (Ardèche), mort le 29 avril 1962 à Redessan (Gard).
Professeur de langues sémitiques à l’École biblique et archéologique française de Jérusalem, ethnographe spécialiste des tribus bédouines de Transjordanie, explorateur de l’Arabie du Nord, agent de renseignement durant la Première Guerre mondiale, fondateur du couvent dominicain du Caire.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 30/11/2018.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de Lyon : 7 septembre 1888 à Ryckholt (Pays-Bas)
• Profession simple : 8 septembre 1889 à Ryckholt (Pays-Bas)
• Profession solennelle : 13 septembre 1892 à Jérusalem
• Ordination sacerdotale : 22 septembre 1894 à Jérusalem

1Joseph Marius Jaussen naît le 28 mai 1871 dans une petite commune de l’Ardèche, Sanilhac, avant-dernier enfant d’une famille de onze enfants. Rien ne semblait destiner cet enfant issu d’un milieu des plus modestes à connaître le vaste monde et même à jouer un certain rôle dans le cours des évènements durant la première moitié du XXe siècle. L’exploitation des mines a jadis apporté le train et une certaine prospérité dans le chef-lieu de canton, Largentière, mais cela n’a guère changé la vie du hameau natal, Brison, situé sur les hauteurs ardéchoises, là où le climat est rude en hiver et où les hommes doivent travailler dur pour vivre. Plusieurs des sœurs du jeune Joseph Marius deviennent religieuses. Un frère est prêtre. Lui part dès l’âge de douze ans dans une école apostolique tenue par les dominicains à Poitiers. Il fut sans doute repéré par un de ces prédicateurs qui, aux lendemains de la guerre de 1870, animaient des « missions » rurales pour tenter de conjurer l’abattement moral de la France. À cette époque, les écoles apostoliques étaient un des canaux de recrutement pour les ordres religieux.

2Au terme de six années d’études secondaires dont on n’a guère de traces, le jeune Joseph Jaussen part pour Ryckholt, dans le Limbourg hollandais, où les dominicains de la Province de Lyon ont établi leur studium après les expulsions décrétées par la IIIe République. Il a seulement dix-sept ans. Prenant l’habit dominicain, il reçoit le prénom Antonin, en souvenir du bienheureux Antonin des conseils, archevêque de Florence au XVe siècle. Le frère Antonin prononce ses vœux simples en septembre 1889 et, au terme d’une année de philosophie, est envoyé à Jérusalem avec quatre autres frères de la province de Lyon, pour étoffer le couvent d’études dominicain qui vient d’ouvrir au couvent Saint-Étienne de Jérusalem : Alexis Castérot, Ambroise Cuny, Émile Princet et Louis-Hugues Vincent, qui sera le premier grand archéologue de l’École biblique. Jaussen a dix-neuf ans quand il arrive dans la Ville sainte le 1er juillet 1890.

3Le couvent Saint-Étienne a été fondé en 1882 par un des premiers religieux de la province dominicaine de Lyon, le frère Matthieu Lecomte (1831-1887). Prédicateur renommé, sollicité pour accompagner les pèlerinages en Terre sainte, Matthieu Lecomte a l’idée d’ouvrir un accueil de pèlerins dans la Ville sainte, comme le font à la même époque les Assomptionnistes. Bâtisseur intrépide, il acquiert des terrains aux portes de la Vieille ville, par l’entremise du consul de France et du comte Amédée de Piellat (1852-1925), inlassable fondateur d’œuvres catholiques en Terre sainte à qui on doit aussi l’hôpital Saint-Louis, l’hôtellerie Notre-Dame de France, le monastère des Clarisses, etc. Les premiers religieux dominicains s’installent dans un ancien abattoir de l’époque turque et vont vivre pauvrement du fruit de leur ministère et du travail de la ferme à laquelle se consacrent plusieurs frères convers. La vie est des plus simples dans ce couvent d’études à l’étranger, mais Antonin Jaussen a été élevé à la rude. En s’installant sur leur domaine, les dominicains découvrent les vestiges d’une imposante basilique datant de l’époque byzantine. Selon la tradition, ce serait ici que l’impératrice Eudocie, morte en 460, aurait fait édifier un sanctuaire à la mémoire de saint Étienne, protomartyr. Les dominicains vont tenter de tirer parti du lieu d’une double manière : d’abord en y créant un centre d’études bibliques ; ensuite en édifiant une nouvelle basilique à même d’attirer des pèlerins.

4La décision de créer une faculté où l’on enseignerait l’Écriture sainte et les langues orientales est à situer dans le contexte de profonde remise en cause de la vérité catholique par le progrès des sciences historiques au cours du XIXe siècle, surtout en Allemagne. Le positivisme et le protestantisme libéral s’épanouissent dans les milieux éclairés. La Vie de Jésus de Renan (1863) et les travaux de l’orientaliste Adolf von Harnack contribuent à déclencher la crise moderniste qui va être un véritable séisme dans l’Église catholique, conduisant des hommes comme l’abbé Alfred Loisy, professeur à l’Institut catholique de Paris, à remettre en cause les idées admises quant à la composition et l’interprétation historique des livres saints. Un jeune dominicain français va être appelé à la rescousse, Marie-Joseph Lagrange (1855-1938). Né à Bourg-en-Bresse, ce religieux a étudié à Salamanque et est destiné à enseigner l’Écriture sainte. Il passe dix-huit mois à Vienne en Autriche pour étudier les langues orientales et, à sa grande surprise, est envoyé à Jérusalem pour créer cette nouvelle faculté d’études bibliques. Conscient de la faiblesse des moyens humains dont il dispose, Lagrange ne cherche pas à fonder une faculté, mais crée une École pratique d’études bibliques, à l’image de l’École pratiques des hautes études fondée à Paris vingt ans plus tôt par Victor Duruy. Il entend réunir quelques religieux bien formés autour d’une conviction : « L’homme de la vérité catholique sait très bien que la foi n’a rien à craindre, mais plutôt beaucoup à espérer de la science désintéressée et impartiale, de la science qui cherche la vérité par amour pour la vérité seule » (Revue biblique, 1892, p. 14). Puisque la science moderne bouscule les idées sur la composition du texte sacré, autant l’étudier in situ, estime Lagrange, qui prend le parti de rapprocher le document du monument, le texte de son contexte. Avec peu de moyens, mais une grande confiance, l’École biblique ouvre ses portes le 15 novembre 1890, fête de saint Albert-le-Grand.

5Antonin Jaussen est arrivé à Jérusalem trois mois avant Lagrange. Il fait partie de la première génération du nouveau studium dominicain dont Cyprien Florisoone est le maître des novices. L’équipe des professeurs est assez réduite et la formation n’a pas le niveau de celle dispensée dans d’autres studia de l’Ordre, mais être en Terre sainte offre d’autres opportunités. Tout en suivant des études classiques de théologie, Jaussen va, en effet, profiter de la méthode que Lagrange entend développer pour les études bibliques : bien connaître les langues et le terrain. Chaque semaine, les étudiants visitent un site accompagné d’un professeur. De temps en temps, c’est une véritable « caravane biblique » qui les conduit pour plusieurs jours, voire plusieurs semaines, sur les sites majeurs de Palestine, mais même au-delà. Il n’y a alors guère de frontières, presque tout le Moyen-Orient étant englobé dans l’Empire ottoman. En 1895, le voyage d’étude les conduit au Liban, en 1886 en Égypte et au Sinaï. L’expédition revient par Pétra, où les religieux vont faire l’estampage d’une célèbre inscription nabatéenne au fronton de la tombe du Turcoman, à la demande de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Cette méthode sied parfaitement au jeune Jaussen : il apprend vite l’hébreu et l’arabe et prend goût à ces expéditions, dont on lui confie la responsabilité au terme de ses études. Lagrange, de son côté, affine ses idées qui sont présentées dans la revue de l’École, la Revue biblique, créée en 1892, et dans une première synthèse qui date de 1903 : La méthode historique. L’enjeu, à ses yeux, est de sauver la doctrine de l’inspiration des Écritures, alors même que la science semble mettre en cause de manière définitive des thèses comme l’origine mosaïque du Pentateuque. Ses thèses rencontrent une forte opposition dans le monde catholique, très déstabilisé par la crise moderniste, et Lagrange doit renoncer en 1905 à publier le Commentaire du livre de la Genèse qu’il a entrepris. Jusqu’au bout, il sera obéissant à l’Église, tout en restant exigeant quant à la qualité et à la rigueur de la recherche. Il transmet cela à une équipe de jeunes religieux qu’il a réuni autour de lui : Louis-Hugues Vincent, Raphaël Savignac, Félix-Marie Abel, Paul-Édouard Dhorme, Bertrand Carrière.

À l’École bibliqu...À l’École biblique de Jérusalem

À l’École biblique de Jérusalem

Antonin Jaussen au second rang (à droite) derrière Marie-Joseph Lagrange.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

6Dans cette jeune équipe, Antonin Jaussen se distingue très vite comme un homme de terrain. Ordonné prêtre en 1894 au terme d’études où il a excellé, il retourne en France pour la première fois en 1895. En mai 1896, il passe son lectorat et est appelé à enseigner à la rentrée d’octobre de la même année. Il n’a que vingt-cinq ans. Il enseigne diverses matières, la théologie dogmatique de saint Thomas, l’exégèse de l’Ancien testament mais surtout les langues : l’hébreu, l’arabe, l’araméen, le sabéen. Formellement institué dès 1894, le studium dominicain s’est étoffé. En 1903, Jaussen y est nommé maître des étudiants. Il en devient le régent des études en 1907 lorsque le père Lagrange est élu prieur du couvent Saint-Étienne, mais cette tâche ne va pas le distraire de ce qui le passionne le plus : le terrain. Antonin Jaussen a, en effet, une bonne connaissance des langues locales, y compris des dialectes ; il sait négocier avec les guides bédouins et les autorités ottomanes qui délivrent des sauf-conduits nécessaires à l’organisation des caravanes bibliques dont il a la charge ; il est corpulent, dur à la peine et n’a pas peur de dormir sous la tente, en plein désert et par tous les temps. Cela va lui ouvrir les portes du monde assez fermé des bédouins, qu’il découvre grâce à un contact du curé de Madaba, ami de Ibrahim at-Toual, de la tribu chrétienne des Azeizat. Un premier article de 1901 dans la Revue biblique laisse deviner de vraies qualités d’ethnologue et d’anthropologue. À force de s’asseoir sous la tente avec les bédouins, de boire le thé pendant des heures pour écouter leurs histoires et de visiter leurs campements, Jaussen est à même d’accumuler un ensemble inédit d’informations sur cette société. À l’évidence, c’était pour lui une clef pour mieux comprendre le milieu de la Bible, où, dès la Genèse, il est question de tribus et de vie bédouine. Après plusieurs articles, il publie en 1908 ses observations dans un volume de 450 pages, Coutumes des arabes au pays de Moab. L’ouvrage ne prétend pas être une synthèse, mais frappe par la justesse de ses observations et l’étendue des domaines évoqués : la vie de la famille, la tribu, la vie économique, la religion, les règles de la razzia et de l’hospitalité, les droits de passage sur les pâturages, etc. Sous l’apparent catalogue de détails, Jaussen met en évidence un ordre social dans ces sociétés qui se construisent en dehors de l’État.

Expédition de 1909Expédition de 1909

Expédition de 1909

Antonin Jaussen (à droite) et Raphaël Savignac au cours de l’expédition qui leur permettent d’atteindre el-’Ela, témoin d’une civilisation préislamique en Arabie du Nord. Les informations qu’ils glanent donneront lieu au tome 2 de Mission archéologique en Arabie : El-’Ela, d’Hégra à Teima, Harrah de Tebouk, Paris, Paul Geuthner, 1914.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7Entraîné à monter des expéditions, Jaussen se lance en 1907 dans un projet plus ambitieux, une exploration archéologique de l’Arabie du Nord. Plusieurs s’y sont essayés et non des moindres (Doughty, Euting, Huber), mais certains n’ont pu faire qu’un rapide passage en raison de l’hostilité des bédouins – on est près de La Mecque et les non-musulmans ne sont pas les bienvenus –, d’autres ont été assassinés. De plus, l’Empire ottoman sur sa fin contrôle mal une zone éloignée où le chérif de La Mecque ‘Awn al-Rafiq Pacha n’hésite pas à faire rançonner les voyageurs et caravanes de pèlerins. La mission scientifique étant commanditée par la Société française des fouilles archéologiques, Raphaël Savignac (1874-1951) accepte de l’accompagner. Sa compétence en épigraphie va être d’un grand secours. Familier des randonnées à cheval ou à dos de chameau, les deux dominicains empruntent cette fois le train du Hedjaz que les Turcs sont en train de construire pour faciliter le pèlerinage mais aussi la circulation des soldats. Pour la réalisation de cette voie ferrée, les Turcs ont été soutenus par l’Allemagne. Encore en construction, la voie ferrée prévue pour aller jusqu’à La Mecque, arrive justement à Medaïn-Saleh et al-’Ula, le Dedân de la Bible, là où nos explorateurs veulent aller. Ils partent armés et doivent faire face à « des difficultés sans nombre », dit laconiquement leur compte rendu. En fait, ce n’est qu’une prise de contact. Deux autres expéditions sont nécessaires, en 1909 et 1910, pour faire une vraie moisson scientifique. « Les résultats sont d’une valeur inestimable tant pour l’épigraphie que pour la description des sites », estime une spécialiste contemporaine. Des centaines d’inscriptions nabatéennes, minéennes, lihyânites, thamoudéennes, hébraïques, grecques et latines sont déchiffrées et photographiées, car nos explorateurs sont parmi les premiers à utiliser systématiquement la photographie à des fins scientifiques et archéologiques, ce qui leur vaut la suspicion des populations locales. Une nouvelle tentative en 1912 tourne court, mais il y a déjà de quoi rédiger un rapport scientifique très conséquent : cinq volumes vont sortir avant et après la Première Guerre mondiale sous le titre : Mission archéologique en Arabie. L’ouvrage reste une référence pour les spécialistes et a été partiellement traduit en arabe.

8Jaussen organise aussi des expéditions plus limitées : à Noël 1908, il part avec les étudiants pour une croisière sur la Mer morte, dont on explore les rives pour la première fois ; en 1909, il visite les châteaux arabes du désert, des sites omeyyades déjà repérés par Max van Berchem, le fondateur de l’épigraphie arabe. Il y retourne en 1912, accompagné cette fois du jeune abbé Eugène Tisserant, ancien élève de l’École biblique (1903-1904), promis à une belle carrière scientifique et ecclésiastique : spécialiste des langues anciennes, il sera préfet de la Bibliothèque vaticane et secrétaire de la Congrégation pour l’Église orientale. L’expédition n’est pas de tout repos : attaqué par des pillards, nos explorateurs doivent abandonner une partie de leurs bagages pour partir au galop et sauver leur vie. En août 1914, au moment de la déclaration de guerre, Jaussen est à Palmyre avec Raphaël Savignac. Ils rentrent au plus vite à Jérusalem : comme les autres pères plus jeunes, Savignac part immédiatement pour la France où il est enrôlé dans l’armée. Jaussen, lui, a passé l’âge de la conscription. C’est aussi le cas de Lagrange. En décembre 1914, les autorités turques, alliées à l’Allemagne, arrêtent tous les religieux français restés en Palestine – cent soixante-deux au total – afin de les déporter à ‘Urfa, dans le sud-est de la Turquie. Ils partent en convoi pour Damas. Jaussen, qui connaît bien la région et a une forte autorité, dirige l’un des convois, ce qui lui permet des observations intéressantes sur les préparatifs militaires. Ils ne vont pas plus loin que Damas, car le pape Benoit XV a obtenu des Jeunes-Turcs au pouvoir à Istanbul leur extradition vers l’Italie, où ils partent par bateau depuis Beyrouth, au lendemain de Noël.

9Ici, le destin d’Antonin Jaussen bascule de manière stupéfiante. En mer, le bateau italien qui les transporte, le Scylla-Palermo, est accosté par un navire anglais qui contrôle le trafic en Méditerranée. Vérifiant la liste des passagers, le commissaire du bord est intrigué par le nom de Jaussen, dont il a probablement lu quelques publications sur les bédouins ou l’Arabie. Il le fait appeler et, voyant qu’il a bien affaire à un spécialiste de la région, lui propose de rejoindre l’Égypte pour travailler avec les services britanniques de renseignement. Jaussen, qui a le goût de l’aventure et n’est pas de nature à pantoufler, accepte sans hésiter, et, sans aucune autorisation de ses supérieurs, s’installe à Port-Saïd où est basé l’Intelligence service britannique qui l’engage immédiatement comme officier traducteur. Lagrange, lui, poursuit vers l’Italie, d’où, après avoir rencontré le pape, il rejoint la France, ce qui lui permettra de continuer à préparer et à faire paraître la Revue biblique. Le couvent Saint-Étienne est occupé par les Turcs mais les frères convers de nationalité suisse, notamment les frères Salamin Étienne et Matthieu, qui ont pu rester sur place permettront d’éviter qu’il y ait trop de dégâts, en particulier dans la bibliothèque.

10À peine débarqué à Port-Saïd, Jaussen demande à rencontrer les autorités de l’Amirauté britannique. Il veut leur faire part d’observations qui l’ont intrigué alors qu’il remontait vers Damas : des convois chargés de matériel militaire (des canons et même des barques métalliques) descendaient vers le sud, ce qui l’amène à se demander si les Turcs ne se préparent pas à attaquer le canal de Suez par le désert. Tout le monde envisage alors une attaque par le Nord du Sinaï, la route traditionnelle des invasions. La route par le désert est difficile. « C’est chose impossible », s’exclament, goguenards, les militaires britanniques. Jaussen réplique qu’il a vérifié, via ses contacts, et explique que cet itinéraire, difficile certes, est possible. Il l’a fait, mais il faut des convois légers et rapides. De fait, la 4e armée ottomane, dirigée par Djamal Pacha et conseillée par l’Allemand von Kressenstein, attaque le canal de Suez depuis le désert, le 5 février 1915. Les Alliés, prévenus, repoussent l’attaque, appuyés par l’artillerie de navires de guerre anglais et français, qui mouillent dans le lac Timsah, sur le canal à mi-chemin entre Port-Saïd et Suez. Le canal de Suez est sauvé. C’est un enjeu stratégique majeur pour les Britanniques, car il contrôle la route des Indes. Jaussen sort de l’affaire avec un réel prestige. En 1930, il recevra la médaille de la défense du canal de Suez des mains du président de la Compagnie internationale du canal de Suez, le marquis de Voguë. Il s’installe à Port-Saïd, engagé cette fois par les autorités françaises, le Service d’information de la Marine au Levant. Il est bientôt rejoint par son confrère Savignac, qui va, comme lui, mettre ses connaissances au service de son pays. Il n’était pas rare à l’époque que les archéologues et les orientalistes fassent du renseignement. Ce fut aussi le cas de Louis Massignon, par exemple. Ainsi, de 1915 à 1917, Jaussen sillonne la région, de la Méditerranée à Aden, à bord de différents navires de guerre de la 3e escadre française en Méditerranée : la Jeanne d’Arc, le Montcalm, le Jauréguiberry, le D’Entrecasteaux. Il tient beaucoup à son rang d’officier interprète. Ses relations sont souvent houleuses avec d’autres agents de renseignements, car il a un rude caractère, mais sa hiérarchie le défend, car elle perçoit qu’il est un fin connaisseur de la région. De plus, des enjeux politiques franco-britanniques viennent compliquer notablement leur travail.

Sur le Saint-Brie...Sur le Saint-Brieuc en 1917

Sur le Saint-Brieuc en 1917

Rencontre d’Antonin Jaussen et de Lawrence (dit « d’Arabie ») le 19 février 1917 sur le Saint-Brieuc, un patrouilleur auxiliaire français de la division navale de Syrie en rade d’el-Wedj en mer Rouge.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

11Les Britanniques sont, en effet, parvenus à éviter que l’Arabie ne se solidarise des Ottomans, bien que ceux-ci aient appelé à la guerre sainte. Le chérif Hussein de la Mecque a, en effet, estimé que l’affaiblissement des Turcs après leur échec sur le canal de Suez en février 1915 lui permettrait de réaliser son rêve d’un Royaume arabe incluant la Palestine et Jérusalem. Les tribus arabes du Hedjaz lancent donc une révolte contre les Ottomans en février 1916, soutenus par les Anglais qui les arment et les conseillent au plan militaire. Le fameux colonel Lawrence est un des instigateurs de l’opération. Des négociations sur l’avenir de la région ont lieu à la même période et aboutissent aux accords secrets Sykes-Picot de mai 1916, qui esquissent un partage futur de la région en territoires sous influence britannique et française. Sur le terrain, les bédouins d’Arabie parviennent à déloger les Ottomans de diverses positions : La Mecque, Djeddah, les ports de la Mer rouge, Aqaba. Les Français ne sont pas absents du théâtre des opérations, grâce à une mission militaire française au Hedjaz, conduite par le colonel Brémond. Ce dernier, sceptique sur la possibilité d’établir un Royaume arabe et sans illusions sur les intentions britanniques, tente de contrebalancer l’influence de ces derniers en soutenant Fayçal, le fils aîné du chérif Hussein, qui est l’homme qui monte. Une rencontre entre les états-majors a lieu en février 1917 dans un port de la Mer rouge, el-Wedj, en présence de Fayçal. Jaussen y assiste, comme officier interprète, et rencontre le colonel T.-E. Lawrence. Le goût du désert et de l’aventure les rapproche, mais il ne goûte guère le machiavélisme britannique, dont Lawrence a été un des instruments, comme l’écrit Jaussen dans une note d’août 1917 au Gouvernement français (Le mouvement arabe à la frontière du désert syrien Aqaba-Amman). Lawrence reconnaîtra plus tard avec amertume avoir contribué à la trahison des Arabes. Dans ses Écrits mémorables, Massignon raconte avoir assisté au dépit du colonel Lawrence qu’il accompagnait le jour de l’entrée solennelle du général Allenby à Jérusalem le 11 décembre 1917. Lors de la conférence de la paix, Fayçal, à qui le trône du futur Royaume arabe avait été promis, sera vite renvoyé sous sa tente. Le partage de la région aura lieu, sans beaucoup de considération des promesses faites durant la guerre. Jaussen, sans être directement impliqué dans les choix politiques, aura été témoin d’événements à un moment où s’écrivait la grande Histoire. Un siècle plus tard, le Moyen-Orient paie encore le prix de ce dépeçage de l’Empire ottoman.

12En janvier 1918, Jaussen est appelé à travailler depuis Jérusalem par le Haut-commissaire de la République française en Palestine et en Syrie, François Georges-Picot. Pendant plusieurs mois, il va faire l’aller-retour entre Jérusalem et Port-Saïd, étant toujours rattaché au Service d’information de la Marine au Levant, mais ses centres d’intérêt ont changé, car depuis la déclaration Balfour du 2 novembre 1917 promettant l’établissement d’un « foyer national » juif en Palestine, celle-ci est entrée en ébullition. C’est le début de la « Question de Palestine », un autre grand événement du XXe siècle dont Jaussen va être témoin. Il connaît en effet très bien la Palestine où il est arrivé, il y a près de trente ans. Selon l’historien Henry Laurens, qui a dépouillé les archives militaires de cette époque, les notes rédigées par Jaussen en 1918-1919 constituent « une source capitale d’informations sur les opérations militaires en Palestine, la situation en Transjordanie et surtout l’évolution politique de la Palestine et le début de la confrontation politique entre sionistes et Arabes ». « Le malaise provoqué chez les Arabes de Palestine, par l’accueil, trop chaleureux à leur gré, fait par les autorités britanniques aux délégués sionistes, s’accroît et se caractérise. À des symptômes certains, il est aisé de reconnaître, à l’origine du mécontentement des musulmans, un froissement de dignité plutôt que des préoccupations d’intérêt mercantile. On serait tenté de comparer leur état d’esprit à celui du maître de maison que ses hôtes prétendraient traiter en intrus », écrit Jaussen dans une dépêche de juin 1918. En septembre, lorsque les sionistes cherchent à reprendre le Mur des lamentations, il alerte les autorités sur le risque qu’il y a à toucher aux lieux saints de l’islam. « Laisser même entrevoir la possibilité de priver le monde musulman de cette “maison sainte” sous n’importe quel motif, c’est le lancer dans le panarabisme contre l’Occident », écrit-il en décembre 1918. Très lucide, Jaussen pointe déjà les grands périls qui vont s’abattre sur la région : l’exacerbation des nationalismes et des idéologies religieuses. « Son coup d’œil politique est remarquable et ses rapports apportent des renseignements que l’on ne trouve nulle part ailleurs sur l’histoire de la Palestine et de la Transjordanie durant cette période troublée », écrit Henry Laurens.

Remise de la Légi...Remise de la Légion d’honneur dans l’atrium du couvent Saint-Étienne à Jérusalem

Remise de la Légion d’honneur dans l’atrium du couvent Saint-Étienne à Jérusalem

Le 30 novembre 1920, Antonin Jaussen reçoit, tout comme Raphaël Savignac, la Légion d’honneur. L’arrêté ministériel du 7 novembre 1920 lui attribuant le grade de chevalier de la Légion d’honneur est ainsi rédigé : « Jaussen (Joseph-Marie), religieux dominicain : a servi avec le grade de capitaine, à l’état major du général Maxwell, puis à la division de Syrie. Belle conduite au cours de nombreuses missions. »

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

13Quelques mois après l’effondrement des Ottomans (septembre 1918), Jaussen est démobilisé et tente de reprendre ses activités à l’École biblique. On est au printemps 1919. Avec Raphaël Savignac, il reçoit la Légion d’honneur à titre militaire le 30 décembre 1920 des mains de l’amiral Mornet, dans l’atrium de l’École biblique. À vrai dire, le retour dans son couvent est difficile. Il a baroudé pendant des années, respiré l’air des grands espaces, traité avec des officiers supérieurs – il a le grade de capitaine – et doit rentrer dans le rang, se remettre au rythme plus monotone de la vie conventuelle. Il reprend quelques enseignements de langue arabe et d’introduction à l’Ancien testament, mais le cœur n’y est plus vraiment. Il a quarante-huit ans. Une nouvelle génération est arrivée à l’École biblique, qui se voit reconnaître en 1920 comme École biblique et archéologique française par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. C’est une magnifique reconnaissance pour Lagrange et ses collaborateurs. Parmi eux, l’étoile montante est Paul-Édouard Dhorme (1881-1966), assyriologue, qui devient directeur de l’École biblique en 1922, tout en étant prieur du couvent Saint-Étienne depuis 1919. Lagrange place en lui beaucoup d’espoirs. Jaussen publie encore un peu, mais ne fait plus partie de l’équipe pilote de l’École biblique.

Antonin Jaussen e...Antonin Jaussen en 1923

Antonin Jaussen en 1923

Antonin Jaussen posant « en dominicain » pour un portrait officiel après la Première Guerre mondiale.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

14Il va alors se tourner à nouveau vers le terrain là où il excelle, en travaillant sur Naplouse où il dispose d’un pied-à-terre chez les sœurs de Saint-Joseph de l’Apparition. Naplouse est une ville palestinienne traditionnelle, où le sionisme n’a pas encore pénétré mais Jaussen a le pressentiment que cette vieille ville palestinienne va connaître à son tour bien des bouleversements. Les terres des Palestiniens commencent, en effet, à être achetées par le Fonds national de reconstruction pour Israël. Fidèle à sa méthode d’observation des détails matériels du quotidien et des relations sociales – Braudel en fera la théorie plus tard – Jaussen enquête, note les expressions dialectales, s’intéresse à tout ce qui fait la vie de cette société palestinienne encore « dans son jus », et publie en 1927 un copieux ouvrage de 464 pages modestement intitulé Naplouse et son district. En réalité, c’est un ouvrage d’ethnographie urbaine, premier volume d’une collection intitulée Coutumes palestiniennes mais qui s’arrêtera là, car, cette même année 1927, Jaussen part pour l’Égypte.

15Le père Lagrange rêvait depuis longtemps d’une implantation dominicaine au Caire. Dans son esprit, ce pourrait être un pied-à-terre pour les étudiants de l’École biblique désireux de faire de l’égyptologie et de s’initier au métier d’archéologue. L’archéologie y est florissante avec l’Institut français d’archéologie orientale (IFAO) qui date des années 1890. Surtout, Le Caire est une vraie capitale, avec un milieu intellectuel, des revues, une intelligentsia arabe. La ville abrite de surcroît l’Université d’al-Azhar, centre culturel majeur du monde sunnite, où l’on vient du monde entier pour étudier. Des projets d’implantation dominicaine avaient été esquissés dès 1911, mais la Première Guerre mondiale puis la chute de l’Empire ottoman ont tout bouleversé. Jaussen a déjà pris pied en Égypte à la faveur de ses missions à Port-Saïd. C’est donc vers lui que se tourne Lagrange pour relancer le projet d’implantation dominicaine. C’est aussi une manière de donner un second souffle à un homme qui peine à retrouver une place à Jérusalem. Dès le début des années 1920, Jaussen a développé les contacts avec l’IFAO. En 1925, il est reçu par le roi Fouad, fondateur de la nouvelle université du Caire (1923) et commence à échafauder un projet ambitieux, incluant une basilique, un foyer d’étudiants, un couvent pour les frères et un autre pour les religieuses. Le couvent Saint-Étienne ne pouvant pas faire face à de telles dépenses, Jaussen fait plusieurs voyages en France pour récolter des fonds. Il va surtout se faire donner des matériaux que ses amis du Canal de Suez transporteront gratuitement au Caire. Après bien des difficultés qui l’ont littéralement usé, le foyer des étudiants est inauguré en octobre 1933. Le reste ne sera jamais construit, mais le bâtiment va suffire largement pour abriter la communauté dominicaine naissante qui s’installe au Caire autour de Jaussen.

16Bâtir des murs est une chose que Jaussen a su mener à bien. Bâtir un projet et une communauté qui le porte va se révéler plus laborieux. Cette implantation a été voulue par Lagrange, mais c’est désormais un homme âgé, usé, et quand il vient au Caire – à l’époque on pouvait y venir en train depuis Jérusalem – c’est seulement pour se reposer. Une première caravane archéologique de l’École biblique vient à Jérusalem au printemps 1934, accompagnée de l’égyptologue de l’École biblique, le père Bernard Couroyer (1900-1993). Mais au Caire, l’IFAO voit d’un mauvais œil l’arrivée d’une nouvelle institution qui lui ferait concurrence. Après avoir envisagé diverses pistes (égyptologie, études coptes, diffusion de la langue française, etc.), Jaussen opte pour faire de cette nouvelle maison dominicaine un centre de recherche sur l’islam. Vivant au Caire, lui-même excellent arabisant, il pressent qu’il y a là un enjeu important. Il n’est guère suivi, hélas, par son premier compagnon, Marie-Dominique Boulanger (1885-1961) qui est arrivé en 1932 et que Jaussen connaît bien puisqu’il avait été son maître des novices à Jérusalem en 1904. Dans la pure tradition dominicaine, Boulanger crée un Cercle thomiste où la pensée de saint Thomas d’Aquin est enseignée à la jeunesse francophone du Caire. Cela agace Jaussen qui veut à tout prix faire de cette maison un centre d’études : il était venu pour cela, il l’avait promis au roi Fouad qui avait accordé un terrain à mi-prix à cette condition. Ce désaccord de fond, joint à la fatigue de Jaussen, conduit à une séparation houleuse. Jaussen démissionne de sa charge de supérieur en avril 1934. La démission est acceptée début 1935 et le fondateur s’installe d’abord dans une communauté voisine, les sœurs de Saint-Joseph de l’Apparition, puis, en 1938, chez les Sœurs de Sion. Mais, même n’étant plus sur place, il défend son idée avec ténacité. En décembre 1935, il écrit au Maître de l’Ordre Martin Gillet (1875-1951) une lettre d’une grande clairvoyance : « Notre maison dominicaine du Caire est à trois cents mètres du centre religieux du monde musulman, el-Azhar. 3 000 à 4 000 étudiants fréquentent cette université religieuse, la seule du monde musulman. Trois cents millions d’hommes attendent de ce foyer religieux la vérité qui nourrit leur intelligence […]. L’Ordre de Saint-Dominique a une tradition forte et savante : une tradition que j’appelle “musulmane” : études sur le Qoran (sic), études sur le Moyen Âge, etc. Le monde musulman est en évolution : même l’université d’el-Azhar pense à envoyer des étudiants en Europe en quête de l’idée religieuse et du progrès scientifique. Ne pourrions-nous pas lui être de quelque utilité scientifique. L’Ordre de Saint-Dominique reprendra-t-il sa tradition “musulmane” ? »

17Dix ans plus tard, un jeune dominicain égyptien, Georges Chehata Anawati (1905-1994), donne corps à ce rêve. Spécialiste de la philosophie arabe médiévale, il arrive au Caire, envoyé par Marie-Dominique Chenu (1895-1990) pour fonder ce qui deviendra l’IDÉO (Institut dominicain d’études orientales). Plusieurs autres religieux islamologues vont se joindre à lui : Albert-Marie Jomier (1914-2008), Serge de Beaurecueil (1917-2005), Jacques-Dominique Boilot (1912-1989). En route pour le Caire, tous s’arrêtent à Alexandrie pour saluer le vieux père Jaussen qui, bien que fatigué, continue à lire, à traduire des textes arabes, et soutient ses jeunes frères. Jomier rapporte ce souvenir de la visite qu’il lui fit à son arrivée en octobre 1945 : « Mon petit frère, vous aurez des difficultés, mais rappelez-vous bien cela : lors de l’un de mes voyages en Arabie, un jour un orage a menacé ; j’étais sur ma chamelle ; elle a tourné le dos à l’orage et s’est agenouillée. Je suis resté en selle et ai mis mon capuchon ; il a plu, il a plu, il a plu. Au bout d’une heure, ma chamelle a relevé le nez, il faisait beau. Nous sommes repartis. Vous ferez comme nous, mon petit frère ». Paroles d’un vieux sage, apaisé, au terme d’une longue vie, pleine de luttes, une vie vécue avec passion. Malade, le père Jaussen doit quitter Alexandrie en septembre 1959 afin d’être soigné en France. Après quelques hospitalisations à Levallois-Perret et des séjours de repos chez des sœurs dominicaines de Jonquières-Saint-Vincent dans le Gard, chez lesquelles il meurt le 29 avril 1962. Il allait avoir quatre-vingt-onze ans. Il est enterré dans un caveau familial à Villevieille.

Antonin Jaussen d...Antonin Jaussen dans les années 1950

Antonin Jaussen dans les années 1950

Retiré à Alexandrie depuis 1938, Antonin Jaussen y vit pendant vingt ans, attentif à ce que sa fondation d’un centre de recherche sur l’islam au Caire ne soit pas détourné de ses objectifs, notamment celui de la formation de vrais spécialistes de l’islam dans une perspective scientifique et non apologétique.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

18Cet homme a presque traversé un siècle et quel siècle ! Né au lendemain de la guerre de 1870, il a connu la Première Guerre mondiale, la chute de l’Empire ottoman, l’arrivée du sionisme en Palestine, la montée du nationalisme arabe, la seconde guerre mondiale, la crise de Suez. Issu d’un milieu modeste de l’Ardèche profonde, il a parcouru le Proche-Orient en tous sens, acteur à sa manière de la grande Histoire lorsqu’il est associé aux discussions sur la reconfiguration de la région en compagnie du colonel Brémond et de Lawrence d’Arabie. En 1904, à l’occasion d’une visite au Maître de l’Ordre à Rome, il est reçu en audience par le pape Pie X, qui lui transmet des encouragements pour le travail des dominicains de Jérusalem. Il rencontre également Charles de Foucauld, dans son ermitage chez les Clarisses de Nazareth. En sortant, il avoue sa perplexité « Ou il est saint, ou il est fou » (sic). Ses compétences et sa ténacité ont surtout apporté une contribution décisive à la naissance de deux œuvres dominicaines majeures : l’École biblique et archéologique française de Jérusalem et l’Institut dominicain d’études orientales du Caire.

Haut de page

Sources

Archives de la Province de France. — Archives de l’École biblique et archéologique française à Jérusalem. — Archives générales de l’Ordre des prêcheurs à Rome. — Archives de l’Institut dominicain des études orientales au Caire. — Archives des sœurs Notre-Dame de Sion d’Alexandrie (Égypte).

Le parcours d’Antonin Jaussen a suscité l’intérêt des chercheurs en sciences sociales : Géraldine Chatelard, Mohammed Tarawneh (ed.), Antonin Jaussen : sciences sociales occidentales et patrimoine arabe, Amman, CERMOC, 1999. — « Jaussen et les services de renseignement français (1915-1919) » dans Henry Laurens, Orientales II. La IIIe République et l’Islam, Paris, CNRS, 2004, p143-159. — Dominique Avon, Les Frères prêcheurs en Orient. Les dominicains du Caire (années 1910-1960), Paris, Les Éditions du Cerf, 2005. — Étienne Fouilloux, Eugène cardinal Tisserant 1884-1972. Une biographie, Paris, Desclée de Brouwer, 2011. — Roberto Mazza & Idir Ouhes, « For God and La Patrie: Antonin Jaussen, Dominican Priest and French intelligence agent in the Middle East, 1914-1920 », First World War Studies, 3/2, 2012, p. 145-164. — Jean Jacques Pérennès, Le père Antonin Jaussen, o.p. (1871-1962), Paris, Les Éditions du Cerf, 2012. — Frédéric Alpi, « Un portrait d’Antonin Jaussen en 1906 », Les carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 17 juillet 2013, en ligne : http://ifpo.hypotheses.org/5261.

Haut de page

Œuvre

Œuvre choisie : Coutumes des Arabes au pays du Moab, Paris, Gabalda, 1908. — Avec Raphaël Savignac, Mission archéologique en Arabie (mars-mai 1907), t. 1 : De Jérusalem au Hedjaz, Medaïn-Saleh, Paris, Ernest Ledoux, 1909 ; t. 2 : El’Ela, d’Hégra à Teima, Harrah de Tebouk, Paris, Librairie Paul Geuthner, 1914 ; t. 3 : Les châteaux arabes de Qeseir ‘Amra, Harâneh et Tûba, Paris, Ernest Leroux, 1922. — Coutumes palestiniennes. Naplouse et son district, Paris, Paul Geuthner, 1927.

Haut de page

Table des illustrations

Titre À l’École biblique de Jérusalem
Légende Antonin Jaussen au second rang (à droite) derrière Marie-Joseph Lagrange.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2304/img-1.png
Fichier image/png, 114k
Titre Expédition de 1909
Légende Antonin Jaussen (à droite) et Raphaël Savignac au cours de l’expédition qui leur permettent d’atteindre el-’Ela, témoin d’une civilisation préislamique en Arabie du Nord. Les informations qu’ils glanent donneront lieu au tome 2 de Mission archéologique en Arabie : El-’Ela, d’Hégra à Teima, Harrah de Tebouk, Paris, Paul Geuthner, 1914.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2304/img-2.png
Fichier image/png, 3,0M
Titre Sur le Saint-Brieuc en 1917
Légende Rencontre d’Antonin Jaussen et de Lawrence (dit « d’Arabie ») le 19 février 1917 sur le Saint-Brieuc, un patrouilleur auxiliaire français de la division navale de Syrie en rade d’el-Wedj en mer Rouge.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2304/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Remise de la Légion d’honneur dans l’atrium du couvent Saint-Étienne à Jérusalem
Légende Le 30 novembre 1920, Antonin Jaussen reçoit, tout comme Raphaël Savignac, la Légion d’honneur. L’arrêté ministériel du 7 novembre 1920 lui attribuant le grade de chevalier de la Légion d’honneur est ainsi rédigé : « Jaussen (Joseph-Marie), religieux dominicain : a servi avec le grade de capitaine, à l’état major du général Maxwell, puis à la division de Syrie. Belle conduite au cours de nombreuses missions. »
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2304/img-4.png
Fichier image/png, 3,3M
Titre Antonin Jaussen en 1923
Légende Antonin Jaussen posant « en dominicain » pour un portrait officiel après la Première Guerre mondiale.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2304/img-5.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Antonin Jaussen dans les années 1950
Légende Retiré à Alexandrie depuis 1938, Antonin Jaussen y vit pendant vingt ans, attentif à ce que sa fondation d’un centre de recherche sur l’islam au Caire ne soit pas détourné de ses objectifs, notamment celui de la formation de vrais spécialistes de l’islam dans une perspective scientifique et non apologétique.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2304/img-6.png
Fichier image/png, 3,7M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean Jacques Pérennès, « JAUSSEN Antonin », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, J, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/2304

Haut de page

Auteur

Jean Jacques Pérennès

Notices du même auteur

  • CLAVERIE Pierre [Texte intégral]
    CLAVERIE Pierre Lucien à l’état civil ; CLAVERIE Pierre en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, C
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals