Navigation – Plan du site

ESCALLIER Joseph

ESCALLIER Hippolyte Laurent à l’état civil ; ESCALLIER Joseph en religion
Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Né le 10 août 1822 à Gap (Hautes-Alpes), mort le 26 décembre 1857 à Lyon (Rhône).
Professeur au collège d’Oullins, maître des novices à Flavigny (1856).

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 21/09/2017.

Texte intégral

• Ordination sacerdotale pour le diocèse de Gap : 20 décembre 1845
• Vestition pour la Province de Lyon : 23 août 1853 à Flavigny
• Profession simple : Pie IX institue l’usage de faire profession simple en 1857
• Profession solennelle : 23 août 1854 à Flavigny

1On doit aux recherches généalogiques de la famille de Joseph Escallier des informations concernant son itinéraire. Issu d’une lignée originaire d’Ancelle, village des Hautes-Alpes, Hippolyte Escallier est le troisième fils d’une famille de dix enfants. Il naît à Gap où son père, Jean-Baptiste Escallier, exerce la profession de tailleur et de marchand d’habits. Ce dernier meurt en 1838 laissant à sa femme, Suzanne Joséphine née Céas, de nombreux jeunes enfants à élever.

2Hippolyte Escallier fait sa scolarité au petit séminaire d’Embrun où il se distingue par ses bons résultats, puis intègre en 1840 le grand séminaire de Gap. Au bout de quatre ans, ses supérieurs le destinent à l’enseignement et l’envoient pendant deux ans comme professeur de sixième au petit séminaire d’Embrun. Ordonné prêtre le 20 décembre 1845, il continue à enseigner les mathématiques jusqu’en 1853, où, insatisfait de sa vie sacerdotale, il décide d’entrer dans l’Ordre de Saint-Dominique. Sa décision contrarie deux de ses frères qui souhaitent le voir rester auprès de leur mère, mais celle-ci, chrétienne convaincue, s’incline devant le choix de son fils.

3Ayant pris l’habit sous le nom de frère Joseph le 23 août 1853, il fait son noviciat à Flavigny puis, selon le témoignage de sa famille, est envoyé au collège Saint-Thomas d’Aquin à Oullins, tenu par la Congrégation enseignante qu’Henri-Dominique Lacordaire a instituée en 1852. Si l’on ignore la matière qu’il a enseignée et la durée de son enseignement, on sait qu’il succède en 1856 à Louis-Marie Pierson lorsque ce dernier abandonne sa charge de maître des novices à Flavigny. Il obtient ensuite et, rapidement, d’être déchargé de cette fonction pour faire partie de la petite communauté du Saint-Nom de Jésus à Lyon. Antonin Danzas savait qu’il était attaché à l’observance traditionnelle de l’Ordre et l’avait compté parmi les religieux qui pourraient constituer la première équipe du nouveau couvent. « Il était heureux d’embrasser la nouvelle observance et de prêter son concours dévoué à cette fondation. C’était un religieux d’une rare vertu, très intérieur et animé d’un esprit vraiment surnaturel. Mais le Seigneur se contenta de sa bonne volonté, car cet excellent père n’habita le couvent que quelques mois. Il plut au divin Maître de le rappeler à lui, le jour de Saint-Étienne 1857 après une courte maladie. », écrira Pie Bernard dans sa biographie inédite de Louis-Marie Pierson.

4Mort au couvent du Saint-Nom de Jésus, Joseph Escallier est inhumé dans la chapelle du collège d’Oullins, ce qui semble confirmer ses fonctions d’enseignant. Henri Lacordaire, alors à la tête de Sorèze, dira dans une lettre du 3 février 1858 adressée à Eugène Escallier, le frère aîné de Joseph Escallier : « J’ai été très affligé de la mort imprévue et prématurée de votre frère, le RP Escallier. C’était un religieux dévoué, plein de zèle et d’aptitude, qui nous était très utile, et qu’il l’eût été davantage encore s’il eût vécu. »

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Archives dominicaines de la Province de Lyon : B 1317 ; B 1140/9. — Pie Bernard, Vie du RP Pierson, op, biographie inédite, écrite après la mort de Louis-Marie Pierson. — André Duval, « Le rapport du P. Lacordaire au chapitre de la province de France (septembre 1854) », Archivum Fratrum Praedicatorum, vol. XXXI, 1961, p. 326-364 [appendice III : « Les 82 premiers profès de la Province de France (1840-1854) »]. — « Le frère Joseph Escallier avec Lacordaire », Les Cahiers, Les Escallier, février 2012, inédit.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nathalie Viet-Depaule, « ESCALLIER Joseph », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, E, mis en ligne le 21 septembre 2017, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/2345

Haut de page

Auteur

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals