Navigation – Plan du site

NASSOUR Ignace-Marie

NASSOUR Georges Jamil à l’état civil ; NASSOUR Ignace-Marie en religion
Tangi Cavalin

Résumé

Né le 24 février 1918 à Alep (Empire ottoman puis Syrie), mort le 25 mars 1976 à Beyrouth (Liban).
Professeur à la mission dominicaine de Haute-Djézireh (1943-1946) ; membre du couvent du Caire (1953-1963) puis de celui de Beyrouth (1963-1976) dont il est le premier supérieur (1965-1968).

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 21/01/2020.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 1er février 1946 au couvent Saint-Jacques à Paris
• Ordination sacerdotale : 25 février 1945 à Haïfa (Palestine puis État d’Israël)
• Profession simple : 2 février 1947 au couvent Saint-Jacques à Paris
• Profession solennelle : 2 février 1953 à Corbara

1Georges Nassour naît à Alep, la plus grande ville de la Syrie ottomane, peu avant l’effondrement de l’empire. En effet, sa naissance en février 1918 précède de quelques mois la prise de la ville par les forces britanniques alliées à des combattants arabes hostiles au pouvoir ottoman. Son père, Djamil Nassour, est un entrepreneur du bâtiment, sa mère, Amina née Ghazal el-Bar, après avoir exercé la profession de brodeuse, s’occupe du foyer familial. Tous deux sont des chrétiens de rite grec-catholique (melchite). Ils baptisent leur fils le 31 mars 1918 et, comme il est d’usage dans le rite byzantin, le confirment le même jour. L’installation de la France comme puissance mandataire en Syrie après la guerre est perçue de manière positive dans cette famille francophile. Dans la fratrie Nassour, deux enfants ont précédé Georges : Abdallah, qui deviendra capitaine de la Légion étrangère avant de mourir en Indochine en 1953, et Joséphine. Un frère cadet, Joseph, naît en 1926.

Une vocation entre le rite grec-catholique et le rite latin

2À Alep, Georges Nassour est inscrit au collège archiépiscopal grec catholique de Saint-Nicolas d’Alep. En septembre 1932, le supérieur du collège l’envoie poursuivre ses études au séminaire Sainte-Anne de Jérusalem, où les Pères blancs assurent la formation des séminaristes melchites depuis la fin du XIXe siècle. Très tôt, il associe à sa volonté d’être prêtre celle de vivre de manière communautaire. Il en fait part à ses directeurs spirituels qui l’encouragent dans cette voie tout en lui recommandant de terminer auparavant ses études. Ils lui conseillent de se diriger vers la Société des Paulistes, fondée en 1904 par Mgr Germanos Mouakkad (1853-1912) en vue de la formation, dans une atmosphère conventuelle, de missionnaires melchites. Ils sont plusieurs, au séminaire Sainte-Anne, à envisager ce choix de vie. Mais la plupart d’entre eux, dont Georges Nassour, reviennent des quelques jours passés au noviciat pauliste d’Harissa sans être convaincus. Une autre possibilité s’ouvre alors à lui : l’ordre basilien alépin, dont le recrutement s’effectue auprès des originaires d’Alep et qui promeut une vocation centrée sur la vie monastique, l’apostolat par la prédication et l’enseignement. Il s’en ouvre à un ami, religieux profès de cet ordre, qui le décourage d’y entrer car, lui dit-il, la vie conventuelle y est moins aboutie que celle qu’il peut connaître dans les Ordres latins. C’est à la suite de ces réflexions qu’il décide de s’orienter vers l’Ordre des frères prêcheurs qui unit vie contemplative et vie apostolique.

3À la fin de l’année 1940, son directeur spirituel à Sainte-Anne, le père Darblade, le met en relation avec les dominicains du couvent Saint-Étienne de Jérusalem : il fait la connaissance du père Pierre Benoit qui lui remet des ouvrages sur l’Ordre de Saint-Dominique afin qu’il puisse réfléchir sur sa vocation. Avant de s’engager dans cette direction, il lui faut toutefois obtenir l’autorisation de sa hiérarchie. Or, Mgr Kallas, évêque melchite de Tripoli, s’oppose fermement à tout passage dans un Ordre latin, quel qu’il soit. La situation est délicate pour les Pères blancs car leur enseignement, qui est une aide apportée aux catholiques de rite byzantin, doit se garder de tout soupçon de prosélytisme que ce soit au profit de leur famille religieuse ou d’un autre ordre latin comme celui des dominicains. C’est donc à Georges Nassour de prouver qu’il n’agit pas sous une quelconque pression extérieure mais, plus encore que pour n’importe quel candidat à la vie religieuse, au nom d’une vocation choisie en connaissance de cause. Il multiplie les démarches auprès de l’évêque pour qu’il consente à le laisser partir en Europe à la fin de la guerre, après son ordination sacerdotale qu’il ne peut indéfiniment repousser. Dans cette attente, il obtient d’être admis comme tertiaire dominicain : la cérémonie de réception a lieu dans le plus grand secret le 21 novembre 1942, jour anniversaire de la mort de Lacordaire, au couvent Saint-Étienne, en présence des pères Darblade, Benoît et Roland de Vaux. C’est ce dernier qui reçoit sa profession et lui remet l’habit du tiers-ordre en lui donnant son nom de religieux : Henri-Dominique, en référence à Lacordaire.

4Face au refus de Mgr Kallas de consentir à son projet, le séminariste renonce, en 1943, à être ordonné diacre en dépit de l’achèvement de ses études à Sainte-Anne, bien conscient que l’ordination diaconale l’attacherait à son diocèse. Parmi ses proches, à Alep comme au séminaire Sainte-Anne, hormis son directeur spirituel qui le soutient, tous restent persuadés de son retour prochain dans sa ville natale, à tel point que l’évêque, Mgr Makarios Saba, et son coadjuteur, Isidore Fattal, fixent la date de son ordination au 29 juin 1943. Pour ménager l’avenir dominicain de Georges Nassour et sortir de l’alternative entre ordination sacerdotale dans l’Église grec-catholique ou retour à la vie civile, Pierre Benoit obtient de Jourdain De Rudder, supérieur de la mission de Haute-Djézireh (Derbessié), dans le nord-est de la Syrie, qu’il l’accepte parmi son personnel au moins jusqu’à la fin de la guerre et du rétablissement des communications avec l’Europe occidentale. La mort de son père, Djamil Nassour, en avril 1943, rend plus difficile encore pour sa mère la perspective de voir s’éloigner un fils auprès de qui elle envisageait de finir sa vie. En dépit des pressions multiples, Georges Nassour persévère dans son intention de devenir dominicain : lorsque de passage à Alep en août pour les obsèques de Mgr Saba, son coadjuteur Isidore Fattal et Mgr Kallas lui font part de leur intention de l’ordonner au plus vite, il suit la recommandation de Jourdain De Rudder de partir avec lui dès le lendemain pour la mission de Haute-Djézireh. La réaction de son entourage est violente : son départ est perçu comme une fuite qui a la valeur d’une double traîtrise, à l’égard de sa famille d’une part, de son Église d’autre part. Pendant des mois, sa mère et ses frères ne répondent plus à ses lettres tandis que l’administration épiscopale d’Alep refuse de lui remettre les documents officiels (lettres testimoniales) nécessaires à son admission dans l’Église latine, l’évêque voulant réduire l’affaire à un « coup de tête ».

Georges Nassour, membre de la mission dominicaine de la Haute-Djézireh

Georges Nassour, membre de la mission dominicaine de la Haute-Djézireh

Photo prise à l’automne 1944 lors d’une retraite sacerdotale. Jourdain De Rudder, supérieur de la mission, est assis au premier rang. François Drapier est au dernier rang, debout, au centre. Quant à Georges Nassour, il est à gauche sur la photo, revêtu de l’habit blanc des tertiaires dominicains.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5À Derbessié, localité située en bordure de la frontière turque et siège de la mission dominicaine de la Haute-Djézireh, Georges Nassour fait l’expérience de la vie communautaire avec les membres de la petite équipe de frères prêcheurs composée, outre son supérieur Jourdain De Rudder, de François Drapier, d’Angelico de Metz et du maltais Gaetano Xerri. L’essai le confirme dans ses convictions favorables à l’Ordre des dominicains. Parlant le français aussi bien que l’arabe, il prend une part importante dans l’enseignement des garçons de l’école Saint-Pierre. Déjà tertiaire, il maintient son souhait d’appartenir au grand Ordre et d’être ordonné prêtre. Il écrit dès octobre 1943 à la délégation apostolique du Levant et à la Congrégation orientale afin d’obtenir de changer de rite et de quitter l’Église melchite, le père Jourdain De Rudder accompagnant chacune de ces lettres des siennes par lesquelles il appuie les requêtes de Georges Nassour. Ainsi, le 19 octobre 1943, il argumente en ce sens :

Le refus de l’abbé Nassour d’accéder aux Ordres majeurs est une preuve qu’il ne désire pas se lier dans le rite grec catholique, non pas qu’il critique ou porte un jugement sur ce rite qu’il aime et qu’il vénère, mais il sent que Dieu l’appelle ailleurs. Cette décision fut prise après qu’il fut allé lui-même étudier sur place les différents genres de vie religieuse du rite grec catholique, mais il sentit que ce n’était pas là que Dieu le voulait. Chaque vocation est spéciale et nous, pauvres humains, nous essayons de voir clair.

6Début janvier 1944, devant l’insistance de Georges Nassour, l’évêque de Tripoli, Mgr Kallas accepte de laisser partir le séminariste en l’excardinant de son diocèse, à la condition que cette permission ne devienne effective qu’au moment de l’admission à la profession solennelle dans l’Ordre des frères prêcheurs. Quelques mois plus tard, Jourdain De Rudder use de nouveau de son autorité pour demander à Mgr Kallas d’ordonner Nassour prêtre avant son noviciat. Cette fois encore, il y consent et, après les examens d’usage, le postulant dominicain est ordonné dans le rite grec-catholique le 25 février 1945 à Haïfa, en Palestine mandataire britannique, en présence de deux évêques, huit prêtres, le père Darblade représentant les Pères blancs et le père Benoit les dominicains. Après quoi, il repart pour Derbessié jusqu’à la fin de l’année scolaire. En juin-juillet 1945, il participe aux côtés des autres pères de la mission aux événements de Derbessié au cours desquels de nombreuses familles chrétiennes réfugiées au couvent subissent, dans le contexte trouble du départ des dernières troupes françaises de Syrie, les attaques de pillards. Comme les autres religieux, il restera durablement marqué par cet épisode. En novembre 1945, il gagne Beyrouth pour rejoindre la France mais devra y attendre deux mois avant de trouver un bateau vers la France qui accepte de l’embarquer pour une somme modeste. Le 1er février 1946, il reçoit l’habit pour la province de France au noviciat du couvent parisien de Saint-Jacques et reçoit le prénom religieux d’Ignace, en souvenir d’Ignace d’Antioche, ainsi que celui de Marie. Il est le dernier à revêtir l’habit des frères prêcheurs cette année 1945-1946 et à rejoindre un noviciat nombreux composé par exemple des frères Louis Bataillon, Bernard Bro, Maurice Cocagnac, Bruno Hussar ou encore François Refoulé.

Un Oriental dans la Province de France

7Le frère Nassour occupe une place particulière au sein de ce noviciat et de sa génération dominicaine : du point de vue de l’âge en premier lieu, puisqu’à vingt-huit ans, il est plus avancé que la plupart de ses confrères, encore que quelques-uns ont connu la mobilisation et la guerre comme Pierre de Contenson, né comme lui en 1918, ce qui a eu pour effet de différer leur entrée ; mais sa spécificité tient aussi au fait qu’il est déjà prêtre lors de son admission dans l’Ordre et, de surcroît, originaire d’une Église orientale. La somme de ses qualités personnelles explique qu’il ne puisse que se sentir décalé par rapport à ses frères de noviciat, sans que ce sentiment mette en cause sa volonté d’être dominicain. L’arrivée, au cours de la même année, d’autres recrues issues du Proche-Orient, comme le frère Luc Malik, un Libanais, et le frère Khalil Kochassarly, un Syrien – ayant pris l’habit le même jour que lui – lui permet également de réfléchir à son futur apostolat oriental dans une perspective collective. Le conseil conventuel de Saint-Jacques encourage d’ailleurs l’entreprise en préconisant pour eux une formation adaptée : « Il nous faut former ces esprits selon les ressources originales des docteurs orientaux et de leur culture propre. » Et, au chapitre provincial de juillet 1947, le père Chenu présente un rapport favorable à la création au Caire d’un studium oriental apte à recevoir les étudiants du Saulchoir issus du Levant.

8C’est dans ce contexte favorable qu’Ignace Nassour prononce ses vœux simples le 2 février 1947 à Saint-Jacques. Il part immédiatement pour le couvent d’études du Saulchoir d’Étiolles, en dépit de l’achèvement d’un premier cursus scolaire chez les Pères blancs de Jérusalem. Il lui faut en effet compléter sa formation dans l’étude de la pensée de Thomas d’Aquin. Des équivalences lui permettent cependant d’éviter de suivre presque tout le cursus de philosophie et la première année de celui de théologie. Au terme de ses années d’étude, en 1949, il entame une licence de théologie mais n’est pas autorisé, à la différence de son ami Khalil Kochassarly, à préparer le grade du lectorat.

9Ces années d’étude en France sont pour lui le temps d’un retour sur son engagement, en tant qu’arabe, dans l’Ordre dominicain. En juin 1946, dans une lettre adressée au cardinal Tisserant (1884-1912), préfet de la Congrégation des Églises orientales, il plaide pour une unification des chrétiens d’Orient autour du rite byzantin en raison de l’usage, pour sa liturgie, de l’arabe c’est-à-dire d’une langue que tous peuvent comprendre. Cette unité des chrétiens d’Orient (en réalité du Proche-Orient) autour de la langue arabe leur permettrait de sortir du repli identitaire à l’égard des musulmans et d’adopter une démarche missionnaire : « les chrétiens à unir, les musulmans à convertir », écrit-il de manière programmatique dans le brouillon de sa lettre au cardinal que François Drapier lui aurait remis. Une autre lettre, polycopiée et datée du 22 décembre 1948, adressée cette fois à André Mallouk quelques jours après que celui-ci, universitaire syrien converti résidant à L’Eau vive, ait prononcé au couvent d’études du Saulchoir une conférence sur « Christianisme et monde arabe » dans laquelle il milite en faveur d’une « province dominicaine arabe », permet d’aller plus loin dans la manière dont Ignace-Marie Nassour conçoit son identité à la fois dominicaine et arabe. Pour lui, son entrée dans un ordre latin se justifie par le fait que la priorité pour tout chrétien oriental devrait être de prêcher l’Évangile et que, pour y parvenir, il faudrait renoncer aux rites particuliers qui entretiennent des divisions faisant obstacle à toute entreprise missionnaire à l’égard des masses musulmanes. Seule l’Église latine ayant maintenu cette logique unitaire et universelle, elle doit servir de point d’appui à la mission. Quant à l’Ordre dominicain, s’il est préférable à tous les autres selon Nassour, c’est parce qu’il allie la prière (contemplation) et la prédication, alliance qui seule serait à même d’emporter les convictions. Sur un plan pratique, Nassour préconise « une solution qui ne rebuterait personne » à savoir :

Créer une province arabe et au début un couvent dominicain arabe qui aurait comme rite officiel deux rites : le byzantin, parce qu’il est arabe, et en Proche-Orient arabe, le dominicain, parce qu’il fait partie d’un Ordre dont la province arabe n’est que la 40e. Et tout oriental arabe qui se fera dominicain, de quelque rite qu’il soit avant son entrée, se fera dominicain arabe avec rite byzantin. Et tout converti par le couvent susdit adoptera le rite de ce couvent. Avec ce système, en moins de cent ans, l’opinion aura d’elle-même agi en faveur du rite byzantin et aura unifié les chrétiens arabes.

10Quant au lieu où ce couvent dominicain arabe devrait être fondé, selon Nassour, c’est au Liban qu’il faut donner la priorité car il est le seul État arabe assurant liberté d’opinion et liberté d’expression. Beyrouth, ville universitaire, serait le terrain privilégié d’un apostolat tourné vers les futures élites du pays. Quoi qu’il en soit de ces propositions, d’ailleurs bien accueillies par André Mallouk, le projet n’aura pas de suite immédiate, ni l’implantation missionnaire de Mossoul, ni celle du Caire ne correspondant à ce projet. Tout au plus peut-on y lire les prémices de la fondation, en 1965, de la maison de Beyrouth à laquelle il sera partie prenante. À tout prendre, dans les années d’après-guerre, c’est encore la maison du Caire, telle qu’elle recompose alors sa présence en Orient, qui est la plus proche des aspirations de Nassour et c’est dans cette direction, en rupture avec le modèle traditionnel de la mission qu’il a connu en Haute-Djézireh, qu’il s’orientera une fois terminées ses études. Cette conception de la mission reste au cœur des préoccupations du père Nassour en mai 1951 lorsqu’il écrit à Jourdain De Rudder qu’il est attendu « là-bas [en Orient] pour unifier les Ordres religieux existants ».

11À cette date, le père Nassour traverse une crise majeure, très différente de celle des années de guerre, mais tout aussi menaçante pour son avenir au sein de l’Ordre des frères prêcheurs. En février 1950, en effet, au terme des trois années de sa profession simple, le conseil du Saulchoir, faute de dégager un avis clair, fait le choix de différer d’un an son accès à la profession solennelle. Le maître des étudiants, Nicolas Rettenbach, obtient que ce délai soit consacré à un apostolat plutôt qu’à la poursuite d’études. Un an plus tard, en février 1951, alors qu’il a été assigné au couvent de Rouen et qu’il assure un intense ministère de prédication dans des missions paroissiales, le vote comporte à nouveau des réserves en nombre suffisant pour que sa profession, à la demande du provincial, Albert-Marie Avril, soit une nouvelle fois reportée de quelques mois. Les explications embarrassées du prieur du couvent sur les raisons de ce vote convainquent le provincial de laisser, sans imposer une nouvelle consultation, le père Nassour accéder le 2 mai 1951 à la profession solennelle. Mais alors que cette date approche, le novice dominicain est dénoncé à ses supérieurs par l’une de ses dirigées. L’affaire, sans doute, est assez anodine du point de vue de la loi civile, mais la question ne se pose pas en ces termes : le père Nassour aurait-il manqué à ses devoirs en tant que religieux ? Le dossier est complexe, mais il ne fait aucun doute que le caractère « oriental » du frère Nassour, complaisamment rapporté sur le mode de l’évidence au cours de l’enquête interne diligentée, aggrave le cas de l’accusé. Albert-Marie Avril, perplexe, ne souhaite pas trancher seul. Il profite de la tenue du chapitre provincial, en juillet 1951, pour s’en remettre aux membres du définitoire qui décident d’opposer une fin de non-recevoir à la demande d’accès à la profession solennelle. La peine est néanmoins commuée in extremis par Avril qui impose à Nassour de renouveler ses vœux jusqu’en février 1953 et, en attendant, de rester au couvent corse de Corbara où il l’avait exilé dès le 14 juin 1951. Cette « solution de patience » (lettre d’Avril à Nassour, 1er août 1951) affecte durement l’intéressé, qui a toutefois pu compter, durant la crise, sur le soutien, sans doute décisif, de Jourdain De Rudder et, plus modestement, de celui de Khalil Kochassarly.

12En Corse, comme à Rouen, il assure des campagnes de prédication dans une grande partie de l’île. Mais cette fois, l’ambiance est toute différente. Les succès qu’il remporte dans son apostolat, comme la bonne entente qui le lie avec les frères du couvent, à commencer par le prieur, Louis-Marie de Bourmont, et le sous-prieur, Angelico de Metz, ancien compagnon de la mission de la Haute-Djézireh, plaident en sa faveur. Et lorsqu’une nouvelle série de péripéties survient en 1952-1953 — sa mère et sa sœur fragilisées psychologiquement et financièrement, puis sa belle-sœur sans ressource après la mort de son frère en Indochine —, l’obligeant à envisager de repartir en Syrie pour leur venir en aide, et donc à renoncer à sa vocation dominicaine, la communauté de Corbara lui apporte tout son soutien. Elle obtient l’accord du provincial Avril pour qu’il puisse prononcer ses vœux solennels. La cérémonie a lieu le 2 février 1953. Quelques mois plus tard, le 27 juin, Ignace-Marie Nassour quitte la Corse pour Le Caire via Alep où il réside quelques mois auprès de sa famille.

Le retour en Orient : Le Caire (1953-1963)

13Le 3 octobre 1953, il arrive au Caire, dans le quartier d’Abbassiah, siège d’une implantation dominicaine longtemps rattachée directement au maître de l’Ordre avant d’être agrégée à la province de France le 8 novembre 1952. La fondation du Caire est pour l’essentiel une « maison d’études » selon les termes du provincial Avril (visite canonique de mars 1953) : elle constitue le cadre conventuel de l’Institut dominicain d’études orientales (IDEO). Ce n’est cependant pas la seule identité de la maison qui assure également un apostolat d’aumônerie et de prédication auprès des églises catholiques des différents rites, d’établissements scolaires ou encore de communautés religieuses. C’est dans ce ministère qu’Ignace Nassour se lance dès son arrivée et qu’il se maintiendra tout au long de la décennie qui suit. Son arrivée contribue à l’arabisation de la présence dominicaine en Égypte, alors que celle-ci, sous la houlette du père Marie-Dominique Boulanger, s’était depuis les débuts dans les années 1930 cantonnée au ministère auprès des chrétiens latins et francophones. Trois autres pères rattachés au couvent ont un ministère essentiellement apostolique au cours des années 1950 : auprès des latins, Pierre Jahno et Serge Zohrab et, auprès des coptes catholiques, Joseph Khouzam. Prédicateur expérimenté, Nassour est aussi procureur de la maison et consacre à cette charge une part importante de son temps afin que les aspects matériels et économiques de la vie communautaire soient assurés, d’autant que les visiteurs sont nombreux. Son sens de l’initiative, son dévouement et sa capacité à prendre en charge les questions les plus pratiques, qui lui avaient été reprochés comme des formes d’empiétements lors de son passage au couvent de Rouen en 1950-1951, sont loués par tous au Caire. Au début des années 1960, il est également aumônier de Faggalah, un collège tenu par les religieuses dominicaines et il anime l’Action catholique de la jeunesse.

Ignace Nassour au Caire, 1961

Ignace Nassour au Caire, 1961

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

À la tête de la maison dominicaine de Beyrouth (1963-1968)

14En juillet 1962, alors que la province de France envisage une nouvelle fondation à Beyrouth conformément aux décisions du chapitre général de Bologne (1961), il accompagne le prieur, Dominique Boilot. C’est dans les mois qui suivent ce voyage exploratoire que des inquiétudes pour sa santé se font jour pour la première fois : des examens médicaux, révélant une angine de poitrine, imposent une réduction de ses activités. C’est en fonction de ces considérations, ainsi que de sa connaissance des communautés orientales de Beyrouth et de sa maîtrise de la langue arabe, que Boilot le choisit pour prendre la tête de la première équipe envoyée au Liban, le déchargeant ainsi de la procure du Caire et des prédications. La maison de Beyrouth, installée de manière provisoire dans un appartement de la rue Tadmor (actuelle rue du Chouf), est érigée canoniquement le 20 novembre 1963 comme filiale du couvent du Caire. Elle se compose de Nassour, qui est le vicaire de Boilot, de Pie Pelletier, de Michel Ropars et de Pierre Noury. Luc Malik, issu d’une grande famille libanaise, les rejoint très vite. Thomas Bois, qui vit depuis de longues années à Beyrouth comme aumônier d’un carmel, assurant l’animation de tertiaires dominicains, aide également les nouveaux arrivants à nouer des contacts. Il s’agit d’orienter l’apostolat dans trois directions : la prédication auprès des communautés catholiques, l’œcuménisme et – ce troisième vœu n’aura guère de d’effet – le développement d’une antenne d’Économie et Humanisme (IRFED).

15Ignace Nassour, dont le rythme d’activité ne s’est en définitive guère ralenti, s’affaire pour assurer les premiers aménagements rue Tadmor, tout en prospectant afin d’offrir à la communauté des locaux plus adaptés à sa mission et à sa vie régulière. Il exerce à nouveau, très vite, la fonction de procureur. En parallèle, il reprend des campagnes de prédications au Liban et aussi en Syrie ou encore en Irak et au Koweït, assure des aumôneries dans des écoles et des communautés orientales et un ministère de direction spirituelle. Le patriarche syrien catholique, Mgr Antoine Hayek, le choisit ainsi comme directeur de conscience. En mars 1965, lorsque la maison acquiert son autonomie canonique vis-à-vis du Caire, il en devient le premier supérieur, nommé pour trois ans, avant que Dominique Boilot ne lui succède en mars 1968 (Nassour devient alors sous-prieur et le reste jusqu’en 1975). Auparavant, le 1er janvier 1968, il avait assuré le déménagement de la communauté de la rue Tadmor à la place de l’UNESCO (Mar Elias Btina), à proximité de la Faculté des Lettres. L’objectif est de faire de la maison dominicaine un centre de rencontres pour les étudiants et les universitaires (salles de travail et de conférences, bibliothèque…). L’appellation de Centre dominicain de Beyrouth pour désigner les activités de la maison s’impose alors.

Le Centre dominicain de Beyrouth

Le Centre dominicain de Beyrouth

L’angle nord de la villa Saint-Élie que louent les dominicains, quartier Mar Elias Btina, à proximité du palais dit de l’UNESCO, 1968. Les frères vivent au second étage, tandis que le premier est occupé par la bibliothèque et le rez-de-chaussée par la salle de travail pour les étudiants. La chapelle se trouve au sous-sol.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

L’édition des sources du christianisme oriental

16Si sa manière d’être dominicain l’a amené à prêcher avant tout, Ignace Nassour n’en a pas moins contribué au travail savant qui est la marque des frères prêcheurs en Orient. Dans le domaine éditorial, qui prolonge et renouvelle la prédication orale, Nassour participe avec Boilot au conseil d’administration des éditions de Dar al-Kalima avec lesquelles les dominicains signent une convention financière en 1969. Cette collaboration avait été particulièrement voulue par Luc Malik qui, dès son arrivée au Liban en 1964, avait assuré la direction d’une collection. L’objectif affiché est d’apporter par la publication et la diffusion d’ouvrages, dont ceux de dominicains (Luc Malik, Serge de Beaurecueil, Jacques Jomier, Philippe de Rancillac…), un témoignage chrétien en langue arabe.

17Nassour est également membre associé de l’Institut dominicain d’études orientales du Caire à partir de 1972, lorsque ce statut est créé. Cette association n’est pas une simple reconnaissance de ses services rendus comme procureur au Caire pendant une décennie. Comme le dit le père Anawati, le 31 octobre 1972, il s’agit « d’une coopération fructueuse [de l’IDEO] qui variera avec chaque membre » (Ut sint unum, 1er décembre 1972). Dominique Boilot, dans la brève notice qu’il consacre à Nassour après sa mort, précise la nature de sa coopération en rappelant que sa compétence dans son rite, qu’il n’a cessé d’approfondir, lui permet de prendre « part au renouveau liturgique de l’éparchie melkite de Beyrouth ». Renouant avec ses premières initiatives du temps du Saulchoir, lorsqu’il étudiait les écrits de saint Cyrille de Jérusalem, il s’associe aux travaux de l’Association pour la formation théologique au Proche-Orient (ATENE), née au Liban en 1966 de contacts œcuméniques entre protestants, grecs orthodoxes et grégoriens arméniens auxquels s’associent, plus tard, des catholiques à travers notamment les facultés de théologie de l’Université Saint-Esprit de Kaslik et de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth. Il s’agit de produire des éditions de textes traduits en langue arabe pour les étudiants et professeurs des différentes confessions, textes choisis dans le corpus du christianisme ancien c’est-à-dire antérieurement au concile de Nicée (325). Ignace Nassour, en collaboration avec les pères de l’Ordre libanais maronite (OLM), en particulier Élie Khalifé-Hachem, doyen de la faculté de théologie de l’Université du Saint-Esprit, et le liturgiste Jean Tabet, mène à son terme deux éditions dans la collection « Textes chrétiens anciens » de l’ATENE : en premier lieu, un recueil de textes théologiques des Ier-IIe siècles (Lettre de Clément de Rome ; Le pasteur d’Hermas) dont il effectue seul la traduction arabe ; et des textes liturgiques (La Didaché, La Tradition apostolique, L’anaphore d’Addai et de Mari, L’euchologie de Sérapion, Le Testamentum domini) traduits avec Jean Tabet. Les deux ouvrages paraissent en janvier 1975. En 1982, dans la même collection, est édité en arabe un recueil posthume préparé par Nassour : Les Catéchèses de Cyrille de Jérusalem.

La guerre civile (1975)

18Ignace Nassour est toujours resté en contact avec son ancien supérieur de Derbessié, Jourdain De Rudder, y compris lorsque celui-ci s’était abruptement opposé à la fondation de la maison du Liban au nom de sa fonction de promoteur des missions. Il estimait que le Liban, où le clergé et les congrégations religieuses étaient nombreux et puissants, n’avait pas besoin de la présence dominicaine. Si Nassour ne partageait pas son avis, considérant ce pays comme un lieu privilégié pour resserrer les liens entre confessions chrétiennes et pour créer des élites intellectuelles arabes catholiques, il n’en maintenait pas moins des liens épistolaires réguliers avec De Rudder. Aussi, lorsque celui-ci, au début de l’année 1976, lui commande un rapport sur la situation des chrétiens au Liban depuis le début de la guerre civile, il se met aussitôt à la tâche, de manière à pouvoir le remettre au provincial, Albert Raulin, de passage à Beyrouth en mars 1976. Il ne s’agit pas d’une analyse objective de la situation, mais d’une compilation de faits dramatiques illustrant les atrocités dont sont victimes les chrétiens, depuis le début de la guerre en avril 1975. Quelques jours après le retour en France du provincial, le 25 mars 1976, alors que des combats ont lieu alentours, le frère Ignace Nassour décède d’une crise cardiaque au moment de rejoindre une communauté de dominicaines irakiennes des environs de Beyrouth. Depuis le début des années 1960 et ses premiers accrocs de santé, il avait eu régulièrement à subir des alertes et cet état avait joué un rôle dans la prise en charge de la maison, en 1968, par Dominique Boilot. Dès qu’il apprend la nouvelle de son décès, Jourdain De Rudder attire l’attention sur la mort subite de Nassour en diffusant largement son rapport auprès de ses correspondants dominicains, d’évêques ou de responsables des œuvres missionnaires en France et à Rome. À Beyrouth, les obsèques ont lieu dès le lendemain au couvent puis son corps est inhumé dans le cimetière grec-orthodoxe situé à proximité. Le 30 mai 1977, il est transféré dans un cimetière latin.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Augustin Dupré Latour, sj, « Nouvelles traductions arabes des sources du christianisme », L’Orient-Le Jour, 8 mars 1975, repris dans Ut sint unum, 392, mai 1976, p. 64-66. — Ut sint unum, 392, mai 1976, p. 62-64. — MIDEO, 13, 1977. — Dominique Avon, Les frères prêcheurs en Orient. Les dominicains du Caire (années 1910-années 1960), Paris, Les Éditions du Cerf, 2005. — Étienne Fouilloux, Eugène cardinal Tisserant, 1844-1972. Une biographie, Paris, Desclée de Brouwer, 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Georges Nassour, membre de la mission dominicaine de la Haute-Djézireh
Légende Photo prise à l’automne 1944 lors d’une retraite sacerdotale. Jourdain De Rudder, supérieur de la mission, est assis au premier rang. François Drapier est au dernier rang, debout, au centre. Quant à Georges Nassour, il est à gauche sur la photo, revêtu de l’habit blanc des tertiaires dominicains.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2365/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Ignace Nassour au Caire, 1961
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2365/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Le Centre dominicain de Beyrouth
Légende L’angle nord de la villa Saint-Élie que louent les dominicains, quartier Mar Elias Btina, à proximité du palais dit de l’UNESCO, 1968. Les frères vivent au second étage, tandis que le premier est occupé par la bibliothèque et le rez-de-chaussée par la salle de travail pour les étudiants. La chapelle se trouve au sous-sol.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2365/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 707k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Tangi Cavalin, « NASSOUR Ignace-Marie », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, N, mis en ligne le 21 janvier 2020, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/2365

Haut de page

Auteur

Tangi Cavalin

Notices du même auteur

  • GONNET Paul [Texte intégral]
    GONNET Pierre Jacques à l’état civil ; GONNET Paul en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, G
  • DÉGEORGES Constant [Texte intégral]
    DÉGEORGES Pierre Antoine Marius à l’état civil ; DÉGEORGES Constant-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • DE RUDDER André [Texte intégral]
    DE RUDDER André Henri Gabriel Franz Louis Ghislain à l’état civil ; DE RUDDER Ceslas en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • DE RUDDER Jourdain [Texte intégral]
    DE RUDDER Francis Louis Berthe Guillaume Ghislain [Franz Lodewyk Bertha Willem Ghislaan en flamand] à l’état civil ; DE RUDDER Bertrand-Marie puis Jourdain-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • DESOBRY Henri-Dominique [Texte intégral]
    Desobry André Albert Georges à l’état civil ; Henri-Dominique en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • MAURICE Jean [Texte intégral]
    MAURICE Jean Marie Paul à l’état civil ; Ambroise en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, M
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals