Navigation – Plan du site

AccueilDictionnaireNotices biographiquesMMAUMUS Vincent

MAUMUS Vincent

MAUMUS Jean Jacques Théophile Élysée à l’état civil ; MAUMUS Vincent en religion
Martin Dumont

Résumé

Né le 15 juillet 1842 et mort le 13 juin 1912 à Mirande (Gers).
Prédicateur général ; publiciste.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 15/02/2020.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 30 octobre 1861 à Flavigny
• Profession simple : 4 novembre 1862 à Flavigny
• Profession solennelle : 3 novembre 1865 à Saint-Maximin
• Ordination sacerdotale : septembre 1867 à Plombières

1« Le P. Vincent Maumus était une des grandes figures présentes de l’Ordre de Saint-Dominique, et, par l’étendue de sa culture, l’élévation et le libéralisme de ses vues, il y avait continué avec éclat les grandes traditions de Lacordaire et du P. Didon. Issu d’une famille traditionnellement républicaine, il n’avait jamais cru devoir répudier ses idées ; tout l’effort de sa vie consista à vouloir les concilier avec sa foi, rigoureusement orthodoxe » (Larousse mensuel illustré, 26, 1912, p. 492). Fils de Jean-Eugène Maumus (1806-1889), avocat au barreau de Mirande, poursuivi après le coup d’État du 2 décembre, procureur à la cour d’Agen en 1870 mais démissionnaire, républicain convaincu, qui fut candidat dans le Gers aux sénatoriales en 1876, 1878 et 1879, et de Suzanne-Apollonie Lagrange (1808-1886), Élysée est l’avant-dernier d’une famille de six enfants : un frère jésuite (Joseph), un autre dominicain (Claude-Jean), deux capitaines au long cours. Son frère Justin, né en 1848, succédera à son père en tant qu’avocat au barreau de Mirande. Élysée Maumus le dira lui-même, le républicanisme familial est nettement affirmé : « Je suis pourtant, je crois, un peu plus républicain que vous, quoique je ne me fasse pas illusion sur la stabilité du gouvernement actuel. J’ai été élevé dans ce milieu. Mon père est républicain depuis sa première communion et pour qu’on ne soupçonnât pas la pureté de ses convictions, il vient de refuser d’être procureur général à Agen : j’en suis tout fier, car ce sont les âmes désintéressées qui sauvent leur pays », écrit en 1870 Vincent Maumus à Marguerite de Blic (1833-1921), qui œuvre alors avec l’abbé Victor Chocarne de Flavigny-sur-Ozerain, frère du dominicain, Bernard Chocarne (15 octobre 1870).

Les premières années d’un dominicain : de la province de Toulouse à la province de France

2À l’issue de ses études classiques au petit séminaire d’Auch, Élysée Maumus entre au grand séminaire dans cette ville en novembre 1860 avant de se tourner vers l’ordre des frères prêcheurs. Quelques années auparavant, il avait manqué d’entrer dans la Compagnie de Jésus : « À seize ans, moi aussi, j’ai eu dans les jambes un jésuite qui voulait m’enrôler dans la compagnie », écrit-il à un ami bien des années plus tard (Estaunié, 1973, p. 143). Il reçoit l’habit à Flavigny le 30 octobre 1861, prenant le nom de Vincent. Il a alors pour maître des novices Emmanuel Manuel pour qui il devait garder une grande reconnaissance quant à sa direction spirituelle et la formation qu’il lui avait prodiguée. Il prononce ses vœux le 1er novembre 1862 et part à Saint-Maximin. Le 3 novembre 1865, il y prononce sa profession solennelle, qui est reçue par le sous-prieur Gilles Quaglia. Six mois plus tard, avec son frère Claude-Jean, Vincent Maumus quitte la province de Toulouse pour celle de France, à Paris. Un vif incident avait éclaté à la suite de la lecture de la vie du père Lacordaire [Le RP H-D Lacordaire, de l’Ordre des frères prêcheurs, sa vie intime et religieuse, 1866], écrite par le père Bernard Chocarne, et de déclarations « contre le libéralisme faites au cours et au chapitre par le prieur Friaque » (Montagnes, 1995, p. 268). Il semble alors à quelques religieux qu’une nette tendance contre les idées libérales de Lacordaire se dessine, orientation qu’ils contestent. Hyacinthe-Marie Cormier, alors provincial, ayant refusé de désavouer le prieur Friaque, « fin avril [1866], quatre étudiants, dont les deux frères Vincent et Jean Maumus, quittent le couvent et rallient la province de France » (Cavalin, 2019, p. 64). Quelques jours après le départ des frères Maumus, le père Cormier devait revenir sur l’incident, dans une lettre à un correspondant toulousain : « Ils ont cru voir, d’après certains signes, que les tendances antilibérales, sans être adoptées par la province comme province, semblaient devoir prédominer dans la majorité des religieux qu’ils connaissaient, et par là leur constitueraient une position pénible. Je leur ai protesté que rien n’était imposé à personne, mais je ne pouvais leur garantir l’inexactitude de leur prévision puisque, si la liberté d’opinion existe, elle doit être pour tout le monde. Je les ai donc laissés entièrement libres de partir. » (ADPT, lettre de Cormier, 22 avril 1866, citée par Montagnes, 1995, p. 269).

3Ordonné prêtre en septembre 1867 à Plombières, sa mauvaise santé l’empêche de prêcher, et il officie alors chez les sœurs dominicaines de Langres en tant que second aumônier, en 1867-1868. Quelque temps plus tard, il quitte Langres pour Nancy, où il restera jusqu’en 1875, tout en devant séjourner régulièrement dans sa famille à Mirande pour raison de santé (il est souvent épuisé et souffre de « crises de nerfs »).

Vincent Maumus à Nancy, 1870

Vincent Maumus à Nancy, 1870

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

Le premier concile du Vatican : du côté de la minorité

4La première grande affaire à laquelle il se confronte, et qu’il suit passionnément, est le premier concile du Vatican. Convoquée par Pie IX et ouvert en 1869, l’assemblée romaine est le théâtre de débats très vifs sur la question de l’infaillibilité du pontife romain, entre opposants (représentés notamment par l’oratorien Gratry ou le père Hyacinthe Loyson), tenants de l’inopportunité de la définition (notamment Mgr Dupanloup, évêque d’Orléans), et partisans affirmés du dogme à proclamer, ardemment soutenus par le bénédictin de Solesmes Prosper Guéranger ou Louis Veuillot et le journal L’Univers, auréolé du prestige de son interdiction, quelques années auparavant pour avoir pris fait et cause pour le « Pape-Roi » et contesté la politique italienne de Napoléon III.

5La correspondance que Maumus adresse à Marguerite de Blic, tertiaire dominicaine, le montre particulièrement attentif aux débats romains, se plaçant nettement du côté de la minorité à l’instar d’un autre dominicain de sa province, le frère Marcolin Chéry. Ainsi, le 23 mai, alors que les journaux font état des intenses discussions de l’assemblée, il ne peut s’empêcher de livrer ses émotions à Marguerite de Blic, tirant à boulets rouges sur le parti veuillotien : « Le concile marche à grand pas vers une définition ; mais, si le mot séparé n’est pas dans le canon promulgué, tout est sauvé, on pourra expliquer la définition dans un sens acceptable par tout le monde, et en définitive, il sera clair comme le jour que le parti misérable qui a voulu dicter des lois à l’Église n’aura abouti qu’à troubler les âmes et qu’à diminuer le prestige de la papauté. Quant au dogme tel qu’il l’a voulu, M. Veuillot ne l’aura pas parce qu’il ne peut pas l’avoir, telle est, Madame, mon inébranlable espérance » (à Madame de Blic, 23 mai 1870).

6Une semaine plus tard, Maumus récidive, prenant cette fois à partie une œuvre de Prosper Guéranger, placé nettement dans le camp infaillibiliste : « Je viens de lire la brochure de D. Guéranger [De la Monarchie pontificale, à propos du livre de Mgr l’évêque de Sura], et je vous avoue que je suis confondu de voir une œuvre si faible, si complètement nulle, passer aux yeux du parti ultra pour une victoire complète. La Monarchie pontificale de D. G. repose tout entière sur cette pointe d’aiguille : le pape est infaillible Ex cathedra. Et l’auteur ne dit jamais ce qu’il entend par ex cathedra. Veut-il dire : seul séparé des évêques le pape est infaillible, ou bien uni avec les évêques qui donnent ou donneront leur consentement ? Toute la question est là, et D. G. ne l’aborde franchement jamais. La question principale esquivée, 300 pages d’équivoques, de contradictions et d’insinuations douteuses à l’égard de ses adversaires, voilà ce que j’ai trouvé dans la fameuse brochure du saint Abbé de Solesmes. » (Id., 30 mai 1870. C’est nous qui soulignons). La minorité semblant s’affirmer de nouveau face à la force de frappe des infaillibilistes, Maumus se remet à espérer que la situation évolue : « Ils ont beau faire, ils n’auront pas leur dogme. Les journaux modérés, la Gazette de France et le Moniteur donnent de bonnes nouvelles. Les évêques commencent à ouvrir les yeux. Les mots personnel et séparé sont rejetés, et dès lors la définition ne peut être que la consécration de tout ce que nous avons cru jusqu’à présent. » (Ibid.)

7Pour autant, ainsi qu’il l’écrivait, « toute la question est là », et si certaines formulations vont partiellement évoluer, Maumus se rend bien vite compte qu’il s’est réjoui trop vite. Le 5 juin, c’est la grande désillusion : « [D]epuis deux ou trois jours le parti exalté pousse des cris de triomphe qui sont de mauvais augure pour tous ceux qui aiment sérieusement l’Église. […] [J]e comprends que Mgr Dupanloup soit triste de tout ce qu’il voit. […] Oui, il est vrai qu’on a appelé à Rome les évêques du monde entier pour signer des décrets préparés d’avance et qu’on ne leur permettait pas de discuter, oui il est vrai qu’on les a fait venir pour ratifier le divorce définitif de l’Église et de la société moderne. C’est un spectacle navrant, Madame. […] [C]omme ils sont coupables ceux qui pour faire sanctionner leurs haines et leurs mépris exposent l’Église au plus grand danger qu’elle ait connu depuis la Réforme. » (C’est nous qui soulignons). Il se livre alors à une déclaration de principes, qu’il conservera peu ou prou toute sa vie, quant aux relations entre l’Église et la société issue de la Révolution : « [L]’Église est immortelle, les principes de 1789 le sont aussi, car ils sont la formule des droits éternels de la justice et de la liberté ; pourquoi ne pas unir ces deux sœurs immortelles l’Église et la liberté, pourquoi vouloir prolonger le malentendu qui les sépare et qui n’a que trop duré, hélas ! […] Lorsque le jour sera fait sur ces ténèbres, lorsque tout le monde verra clairement le rôle de l’Église et son attitude à l’égard de la liberté, alors on bénira la mémoire de ceux qui avec le P. Lacordaire, Montalembert, l’évêque d’Orléans et tant d’autres ont appelé à grands cris l’Aurore de cette Union bénie d’où sortira un monde nouveau. Nous ne verrons pas ces jours, le Concile les éloigne, mais d’autres les verront. »

8À la mi-juin, envoyé en Belgique, à Liège, il désespère, entouré qu’il est « d’infaillibilistes enragés. […] Je croyais les Belges plus libéraux. Cet enthousiasme pour une doctrine absolutiste m’a fait douter de la sincérité des catholiques belges pour la liberté » (id., 18 juin 1870). Devant ce qui lui semble être l’heure de la défaite de la minorité à Rome, il est prêt à baisser les armes, tout en gardant intérieurement des sentiments peu amènes pour un puissant parti catholique, c’est-à-dire Veuillot et ses amis : « Encore sous le gouvernement de Louis-Philippe nous réclamions la liberté pour tous, et quand le coup d’État a fait croire à un nouveau Charlemagne nous avons vu un puissant parti catholique se jeter dans ces idées d’intolérance qui ont produit le Syllabus. […] [O]n ne verra dans la définition que le triomphe d’un parti méprisable qui a voulu aller jusqu’au bout au risque de tout perdre. […] J’attends avec la résignation d’un homme condamné à mort, je demande à Dieu le courage de baisser humblement la tête pour recevoir le coup. » (Ibid.)

9Comme à beaucoup d’autres, l’intervention, le 18 juin, du cardinal Filippo Maria Guidi – un dominicain – lui donne l’illusion d’un nouveau retour de balancier, celui-ci ayant « eu le courage de traiter d’hérésie cette opinion misérable qui agite l’Église depuis six mois. Je suis heureux et fier de voir un dominicain porter si noblement le drapeau de l’indépendance de caractère et de la liberté d’opinion. Le parti Veuillot est perdu, je l’espère du moins, le cardinal Guidi est venu apporter à la minorité un secours qui la rend invincible. Non, non le dogme ne passera pas, et je partage pleinement vos espérances, Madame » (id., 3 juillet 1870).

10Maumus ignore cependant que Pie IX intervient le jour même personnellement et sermonne F.-M. Guidi (R. Aubert, Vatican I, 1964, p. 221-222). Le 18 juillet, le pape promulgue la constitution Pastor Aeternus, votée par les pères conciliaires à une quasi-unanimité. Quelques jours plus tard, Maumus, écrivant à Marguerite de Blic, notera : « Nos troupes vont partir de Rome, tant mieux ! (ceci soit dit entre nous) » (27 juillet 1870. Souligné par Maumus, le sous-entendu est limpide…)

11Pour autant, il accepte la mort dans l’âme le nouveau dogme, s’attristant sur le parcours qu’empruntent certains des opposants, tels le P. Hyacinthe Loyson : « Avez-vous lu les dernières lettres de ce pauvre père Hyacinthe ? mais il perd la tête. […] Ce pauvre père est tourmenté du désir de faire parler de lui, lorsqu’il devrait chercher à se faire oublier » (à Madame de Blic, 24 juin 1871). De même, un an plus tard, les journaux ayant fait part du mariage du P. Hyacinthe : « Ce bon homme perd la tête : quelle nécessité d’annoncer au monde sa faiblesse et son apostasie. » (Id., 14 septembre 1872). Et au mois d’août 1873, il se répand une dernière fois : « Voilà le P. Hy[acinthe] qui dit maintenant la messe en français, il ne manquait plus que cela ; certainement, il est fou. On prétend aussi qu’il préside les enterrements civils à Genève, si cela est vrai, il n’y a pas grand-chose à espérer » (id., 22 août 1873).

12Par ailleurs, s’il avait suivi les interventions de Mgr Dupanloup à Rome – et probablement lu également auparavant son commentaire de l’encyclique Quanta cura – Maumus ne lui avait jamais écrit. Il avait toutefois eu l’occasion de le rencontrer à la Sainte-Baume, avant sa profession solennelle. Il faudra la perspective de la publication d’un volume de poèmes qu’il avait composés pour que Maumus fasse le pas, pour lui demander de préfacer le volume à venir, et lui avouant son admiration pour son combat : « Perdu dans la foule, je vous ai toujours suivi avec amour dans cette mêlée ardente où vous avez si vaillamment combattu pour la plus noble des causes. La grande passion qui a dominé votre vie a été de faire connaître et de faire aimer à vos contemporains cette Église dont ils ont si grand besoin, et qui malheureusement est quelquefois [ou quelques fois] si mal défendue. Laissez-moi vous remercier, Monseigneur, de tout le bien que vous m’avez fait, quand je voyais une cause qui m’est si chère, soutenue par le plus fidèle champion du véritable intérêt des âmes et de tout ce qu’il y a de grand dans les aspirations de notre temps. » (15 novembre 1873. Bnf, Papiers Dupanloup, Naf 24698, f. 256)

L’année terrible, le grand refus du comte de Chambord : les atermoiements d’un républicain

13Si le concile Vatican I est la grande affaire religieuse qui lui tient à cœur, Vincent Maumus désire aussi ardemment la victoire de la France contre la Prusse : « En me promenant sur les murs de Verdun j’ai béni un canon, et un soldat qui me voyait m’a dit : vous faites bien, Monsieur, ça ne lui fera pas de mal » (à Madame de Blic, 27 juillet 1870). Résidant quelque temps à Metz, il devait bénéficier d’un sauf-conduit afin d’exercer librement son ministère alors qu’il est proche du front. La défaite est un grand choc pour lui : « Après avoir vécu pendant deux mois sous l’affreux régime prussien, je suis venu respirer un air libre, et j’ai fui le joug ignoble de sa Majesté Guillaume. J’ai cruellement souffert, Madame, je ne pouvais pas me résigner à accepter l’humiliation de la France, et, malgré tous nos revers, j’espère encore. » (Id., 6 octobre 1870) Il aspire même à se rendre en Allemagne, afin d’assister les prisonniers, « parler de Dieu à nos héros, […] aller avec eux maudire les monstres qui souillent notre pays adoré » (id., 15 octobre 1870), mais le père Chocarne le garde à Nancy. Maumus espère toutefois en des lendemains meilleurs, qu’il perçoit dans le renouveau religieux : « Vous comprenez bien qu’un pays où il y a tant de foi n’est pas un pays perdu. Les radicaux ont beau crier, ils ne sont pas la France. La vraie France, celle que vous avez vue à Lourdes, c’est celle que le Bon Dieu veut remettre à la tête des nations » (id., 1er janvier 1873). Il se fait également volontiers revanchard, étant, par exemple, « ému, en rentrant à Nancy, de voir enfin l’uniforme français dans les rues, il y avait trois ans qu’il avait disparu pour faire place au funeste casque à pointe. Enfin ils sont partis, malheureusement ils ne sont pas bien loin. Quand donc les écraserons-nous jusqu’au dernier ? » (Id., 22 août 1873)

14De Nancy, où il réside plus ou moins régulièrement en raison de ses problèmes de santé, Maumus est ensuite assigné à Dijon, jusqu’en 1882, obtenant le grade de lecteur en théologie le 18 juin 1878. Là encore, sa santé n’est pas des meilleures et il est autorisé à se reposer dans sa famille.

15Il séjourne par ailleurs régulièrement à Paris. Ses relations lui permettent d’obtenir des billets pour l’Assemblée, découvrant le spectacle souvent (peu) édifiant des joutes parlementaires : « Je suis allé à la Chambre lundi [11 mars] : il est impossible de vous dire l’impression pénible que j’en ai rapportée. Il est vrai que j’ai assisté à la séance la plus chaude qu’on ait encore vue. C’était une pitié ! des deux côtés une passion aveugle et une intolérance réciproques qui rendaient la séance funeste à la dignité d’un parlement, le tout parsemé de grosses [ou graves ?] injures que ces Messieurs se distribuaient avec une prodigalité charmante. » (Id., 14 mars 1872) Mais le prieur Thomas Faucillon veille, face à la tentation de fréquenter assidûment ces lieux : « [J’]étais allé à l’assemblée l’avant-veille et le P. Faucillon n’a pas voulu qu’on m’y voie trop souvent. » (Ibid.)

16L’année suivante, il aura l’occasion d’aller respirer l’air de l’Algérie, en prenant le bateau (il reviendra par Le Havre (lettre au père Delattre, 19 janvier 1876. Archives SMA, Rome, Y10M(1)). C’est là qu’il apprendra le « grand refus » du comte de Chambord, Henri V. Lui qui se fera plus tard le chantre du ralliement à la République semblait alors éprouver quelque attirance pour le petit-fils de Charles X, tout en souhaitant que celui-ci acceptât le drapeau tricolore. De fait, il avait suivi durant plusieurs mois les péripéties du projet visant à rétablir la monarchie en France, n’éprouvant alors pour les républicains qu’une sympathie modérée. Ainsi écrit-il à Marguerite de Blic, le 22 août 1873 : « Voilà donc la fusion qui est faite, c’est un grand pas, mais il serait plus grand si le comte de Chambord adoptait les trois couleurs. » Le 3 novembre suivant, depuis Alger, c’est la grande désillusion, tout en laissant voir une certaine admiration pour un prince ayant gardé jusqu’au bout ses principes : « Je suis encore sous le coup de la dépêche qui a été reçue hier à Alger et qui dit que, devant la dernière lettre du Cte de Chambord, toutes les factions de la droite renonçaient à toute pensée de restauration légitimiste. Cette résolution était facile à deviner après la lettre à M. Chesnelong, le Cte s’y montrant jusqu’au bout fidèle à lui-même, ce qui lui fait une place unique dans l’histoire […] » (id., 3 septembre 1873). Il en devient dès lors républicain de raison : « Le drapeau tricolore n’est pas le drapeau des sans-culottes, il est le drapeau de cette Révolution qui a mis des siècles pour s’accomplir. […] Or cette Révolution qui n’est que la marche naturelle de l’esprit humain, on ne peut pas l’étouffer, elle est devenue la base de l’esprit public en France, c’est ce que le Cte de Chambord a l’air de ne pas comprendre. Maintenant où allons-nous, chère amie, qu’allons-nous devenir ? […] S’il y avait de vrais Républicains, la République serait la solution la plus naturelle, malheureusement les Républicains sincères et sages sont trop peu nombreux. » (Ibid.)

17Le projet de loi Ferry, en 1878 et 1879 – adoptée à la Chambre mais rejetée par le Sénat – devait toutefois le faire revenir sur ces sentiments, avouant son dégoût, sinon pour la forme de gouvernement, tout au moins pour le personnel le représentant et en étant alors l’incarnation : « J’espère pourtant qu’ils [les républicains] n’auront pas le temps de remplir [?] leur programme, mais d’où viendra le coup de balai qui mettra à la porte tous ces scélérats ? Avouez que ce qui se passe est bien fait pour guérir radicalement de l’envie d’être républicain : pour moi, j’en suis revenu depuis longtemps » (à Madame de Blic, 19 mai 1879. Souligné par nous. La loi est alors en examen au Sénat).

Les expulsions : 1880, annus horribilis

18L’année 1880 est, naturellement, tragique pour Vincent Maumus. Il alterne à cette époque les séjours entre le couvent de Dijon et celui du Faubourg Saint-Honoré (couvent du Saint-Sacrement). C’est depuis Dijon qu’il attend, avec une certaine angoisse mais aussi un mépris certain pour le personnel gouvernemental, la mise en application des décrets : « De quoi puis-je vous parler si ce n’est des fameux décrets ? Je n’aurai jamais imaginé qu’on pût en arriver là et que la haine de la religion aveuglât à ce point les hideux despotes qui nous gouvernent. C’est une terrible épreuve pour notre ordre, si nous sommes dispersés pourrons-nous jamais rentrer dans nos couvents ? Et la France, que va-t-elle devenir. Ces misérables veulent l’anéantir. » (À Marguerite de Blic, 29 avril 1880). Il refuse par ailleurs de cacher son habit, ainsi qu’on lui proposait afin de le protéger : « Merci de votre offre pour la soutane mais je ne quitterai pas mon habit. C’est tout au plus si je le dissimulerai sous une douillette que j’ai déjà » (id., 30 juin 1880). La situation finit d’ailleurs par l’épuiser : « [À] force de me faire du mauvais sang à propos des décrets, je finissais par être horriblement fatigué, beaucoup plus que par le travail le plus assidu. J’ai donc pris la résolution de ne plus y penser, advienne que pourra. » (Id., 4 août 1880).

19C’est cependant à Paris qu’il se trouve, aux côtés de son frère Claude-Jean et du P. Chocarne, lors de l’expulsion des dominicains du couvent du Saint-Sacrement le 5 novembre 1880 au matin. Sont également présents ce jour-là au couvent du « 222 » : le prieur Boulanger, le procureur Lavy, les RP Dubray, Ollivier, Deresse, Villard, Leroy, Etourneau, Henriot, Le Vigoureux (qui devait entretenir des liens d’amitié avec la famille Veuillot), Archambault. Vincent Maumus sera le dernier à être expulsé. On doit à un témoin, Albin Rochereau, une description de l’événement, où le dominicain fait entendre à plusieurs reprises une protestation contre ce qui lui apparaît une violation de domicile, et refusant d’ouvrir aux forces de l’ordre la porte de la cellule n° 45 qu’il occupe : « “Je suis chez moi, je ne trouble pas la paix publique ; je ne vous connais pas. Qui êtes-vous ? que voulez-vous ? Je n’ouvrirai pas ; je proteste contre la violation de mon domicile”. Sur ce, la porte de la cellule fut forcée, et alors le délégué, M. Tomasi, son secrétaire, M. Isnard, accompagnés de deux agents de ville (d’autres sergents étaient en dehors dans le couloir) pénétrèrent dans la cellule. Le RP Vincent Maumus, assis dans son fauteuil, protesta de nouveau avec calme et énergie, dans les mêmes termes. » (H. Cochin, H. Duparc, 1881, p. 298). Ironie de l’histoire, il semble que Paul de Cassagnac, plus tard farouche opposant au Ralliement, soit présent ce jour-là pour lui apporter son soutien (Le Pays, 6 novembre 1880).

20Vincent Maumus publie peu après une petite brochure, Les décrets. Leurs causes et leurs conséquences, où se perçoivent déjà ses idées touchant aux relations entre le catholicisme et la République en France. Mais il désire d’abord et avant tout prendre le pays à témoin face à l’injustice qui vient d’avoir lieu : « Ces hommes sont vos fils et vos frères ; ils sont, pour la plupart, du sang et de l’âme du peuple ; ils sont électeurs et éligibles, ils payent l’impôt et se soumettent aux lois du pays. Quel crime ont-ils commis ? Ah ! ils ont commis un crime impardonnable, celui de croire naïvement que la République était un régime de liberté. À part ce crime, qu’on leur a fait cruellement expier, ils se contentaient de vivre en commun sous le même toit, de prier, d’étudier, de suivre les inspirations de leur conscience. » (Les décrets…, p. 7). Il rappelle dans le même temps que les communautés religieuses ont pour principe de ne pas faire de politique, et que si les divers partis hostiles à la République leur ont apporté un soutien, ce n’est pas de leur faute mais celle du gouvernement : « Comme religieux, nous n’avons pour profession de foi que le symbole, pour drapeau que la croix du Christ, et pour programme que l’Évangile. Que la France soit gouvernée par une monarchie ou par une république, peu nous importe ; nous ne demandons aux monarchies ou aux républiques que la liberté de vivre selon notre conscience et de nous dévouer au bien commun […] On a osé dire que nous avions obéi aux suggestions des partis qui se sont servis de nous pour battre en brèche le régime actuel. Si la République a été assez criminelle et assez maladroite pour réunir tous les partis dans un sentiment commun de répulsion et de dégoût, c’est à elle seule qu’elle doit s’en prendre. C’est elle qui a groupé autour de nous les amis de Dieu et de la liberté. » (Ibid., p. 12-13). À ses yeux, l’attitude du gouvernement ne peut dès lors que susciter le rejet de la République, si l’injustice se poursuit. Les expulsions ont été « un coup, peut-être mortel, porté à la République. S’il est un régime qui ne peut pas se passer de liberté, c’est évidemment le régime républicain : la liberté est son principe et son but, et si cette liberté disparaît, la République n’a plus de raison d’être. Oui, l’exécution des décrets [de mars 1880] lui a fait plus de mal que toutes les compétitions monarchiques. […] Je sais qu’elle [la Justice] ne peut s’en aller pour toujours, mais parfois elle se retire pour quelques heures, et ce sont les heures désolées de la vie des peuples. » (Ibid., p. 31-32). L’opuscule semble avoir trouvé son public : « Ma brochure marche bien ; il me revient de plusieurs côtés qu’on [ses supérieurs ?] en a été content et j’en suis fort heureux » (à Madame de Blic, Dijon, 2 janvier 1881).

Après les expulsions, réorganisation de la vie communautaire et premiers travaux éditoriaux

21Entre 1880 et 1882, ses confrères ayant été expulsés du couvent de Dijon, le père Maumus est logé, ainsi que quelques-uns de ses compagnons d’infortune, à l’hôtel Bouhier, par la famille Esdouard. La vie hors du couvent lui laissant quelque liberté, il pourra ainsi faire plus ample connaissance avec les notabilités de la ville, au nombre desquels les Estaunié, Madame Estaunié connaissant Maumus, le recevant en son hôtel particulier à Dijon et faisant bénéficier ainsi son fils de conseils spirituels, amitié spirituelle qui devait perdurer jusqu’à la mort du dominicain. « [U]ne nouvelle vie commença pour lui, avec des libertés qui pour résulter du malheur des temps ne cessaient pas cependant d’être bienvenues. Libre de ses heures, son couvert mis à jours fixes chez des amis – (il venait ainsi dîner chez nous chaque semaine) – il partageait ses journées entre des visites amicales, des séances de pêche, et la promenade en compagnie de son chien, un superbe danois, terreur des bouchers du quartier », écrit à son sujet Édouard Estaunié dans ses Souvenirs (Estaunié, 1973, p. 143-144). Rapidement cependant, le provincial, Bernard Chocarne, cherche à redonner quelque apparence de vie communautaire aux expulsés : « Le P. Provincial est venu ces jours-ci à Dijon pour essayer de nous réunir dans une maison : il n’a pas réussi car il n’est pas facile d’en trouver et d’ailleurs la mesure n’est peut-être pas prudente » (à Madame de Blic, 7 juin 1881). L’idée n’est d’ailleurs pas du goût de Vincent Maumus, non qu’il ne souhaite pas une vie communautaire, mais il l’estime dangereuse au vu du contexte : « Le P. Provincial veut nous grouper ; je me soumets mais je suis intimement convaincu que c’est une mesure qui peut amener des désastres. Nous faisons le jeu des radicaux en leur donnant une occasion toute naturelle de sévir, de nous traiter de rebelles, etc., etc. À mon avis le groupement ne sauvera rien et il peut compromettre tout. Cependant […] je me soumets purement et simplement comme une bonne bête du Bon Dieu. » (Id., 15 novembre 1881). Il reconnaît d’ailleurs, dans cette même lettre, qu’il « voi[t] les choses en noir, très en noir. Le ministère qui s’est constitué hier va raviver la persécution religieuse ».

22Les journées de sa vie de religieux expulsé ne sont pas occupées uniquement par des relations sociales et de farniente, Vincent Maumus étant également poète à ses heures (il avait publié un recueil en 1874, usant d’un pseudonyme, sur les conseils du père Chocarne : Élisée Lagrange, nom de jeune fille de sa mère) : « Maumus renonçant à la poésie s’était aussi attelé à un livre politique et à un exposé de la philosophie de saint Thomas » (Estaunié, 1973, p. 144). De longs mois durant, le dominicain est plongé dans la philosophie : « J’en deviens idiot », avoue-t-il à Marguerite de Blic (23 juillet 1881), d’autant plus qu’il prépare également un volume sur les philosophes contemporains (publié en 1891). Le manuscrit thomasien terminé, il lui faut attendre le retour des censeurs pour obtenir l’imprimatur, et l’opération s’avère être longue : « Mon ouvrage sur la philosophie de saint Thomas a été enfin lu par le P. Monjardet. Il y a mis près de deux ans ! C’est le P. Monsabré qui l’examine maintenant. D’après ce qui m’en est revenu de divers côtés, je puis espérer une approbation. » (Id., 8 décembre 1882). Enfin, La doctrine spirituelle de saint Thomas paraît, en 1885, Maumus s’installant dans le même temps à Paris, au couvent du Saint-Sacrement, rue du Faubourg Saint-Honoré (le « 222 »), où il demeurera jusqu’en 1903 ; il avait séjourné au début de l’année 1885 avec le père Chocarne en dehors du 222 (« J’ai le bonheur d’habiter rue Dufrenoy avec le P. Chocarne », écrit-il le 16 janvier 1885 à Marguerite de Blic).

23Le Docteur angélique restera par ailleurs son auteur de prédilection : « [L]e P. Maumus est un thomiste enragé ; saint Thomas, le docteur de son ordre, parle par sa bouche, corse ses arguments, soutient ses discours de sa méthode rigoureusement scholastique [sic] », écrira à son sujet quelques années plus tard le journal Le Matin (19 février 1893).

Un prédicateur diversement apprécié

24Très rapidement, doté d’un véritable talent oratoire (« dominicain à la voix chaude, au geste abondant, à la parole tantôt exaltée, tantôt familière », Le Figaro, 23 février 1882 ; « Prédication très solide, très substantielle, très théologique », Le Figaro, 14 juin 1912), il avait également été appelé à prêcher dans toute la France, pour des premières communions, de grandes fêtes ou pour l’Avent et le Carême (les stations) : ce sera, à Paris, le Carême 1872 à Saint-Étienne du Mont, Cherbourg en 1873, Notre-Dame de Bonne-Nouvelle (Paris) en 1875, à Vannes en 1878, puis de nouveau Paris avec les églises de la Trinité en 1879 et en 1882, à Notre-Dame de Lorette en 1884 (il devait y prêcher l’Avent cette même année à Saint-Augustin), Saint-Vincent de Paul (1885), Saint-Philippe du Roule (1886), Saint-Eugène [aujourd’hui Sainte-Cécile] en 1890, Saint-Honoré d’Eylau (1891), Saint-Germain des Prés (1892), Notre-Dame de Lorette (1893), Sainte-Marie des Batignolles (1898). On le sollicite également à l’étranger : États-Unis, en 1875 et 1877 ; Autriche, en 1882 et 1884. Il est nommé prédicateur général en 1896.

25Dans les premiers temps cependant, Maumus avait bien conscience de ses propres limites et de la nécessité de trouver un équilibre dans l’expression : « Je flotte toujours entre ces deux extrêmes : me croire un idiot ou un homme d’esprit, et la moyenne qui, probablement, est ma mesure, je ne la saisis jamais. Quand c’est l’homme d’esprit qui se montre, je chante comme Lamartine, je raisonne avec saint Thomas […] ; mais quand l’idiot dit : me voilà, je ne suis plus qu’une petite bête et je rougis d’avoir cru que je suis bon à quelque chose. » (À Madame de Blic, 12 mars 1871).

26Ses prêches sont toutefois diversement perçus : « L’orateur ne vaut pas l’écrivain. La voix est belle, l’ordonnance du discours est parfaite ; le sermon est froid. Sa prédication de l’Avent à la Trinité a fait dire à quelques dévotes, habituées des cours de la Sorbonne : “Il devrait s’appeler non pas Maumus, mais Momus, que M. Larroumet nous a dit être le fils du Sommeil et de la Nuit” », note férocement Le Matin en 1893 (19 février 1893). Et Maumus n’est pas non plus tendre avec lui-même, plus de dix ans après ses premières prédications : « Je descends de chaire ; je viens de prêcher la Saint-Dominique : j’ai été pitoyable. Je vous le dis en toute sincérité, j’ai ennuyé mon auditoire pendant une heure. Les dévotes baillaient comme des crocodiles ; si j’avais eu un fusil j’aurai tiré dessus [sic !] », écrit-il à Marguerite de Blic en août 1880 (Dijon, 4 août 1880).

27De même, la dernière décennie du XIXe siècle devait lui donner l’occasion de mettre en œuvre ses talents, aussi bien dans l’art oratoire que par écrit. C’est ainsi qu’on le voit participer aux conférences sociales organisées à Paris après la publication de l’encyclique Rerum novarum, avant de s’engager dans la défense des directions pontificales de Ralliement à la République, à la suite d’Au milieu des sollicitudes (16 février 1892) : « Dès le début de l’évolution politique et sociale des catholiques, il avait par quelques coups bien frappés, mortellement atteint quelques-uns des sophismes par lesquels on essayait d’arrêter le mouvement » (Dabry, 1905, p. 663-664).

« Un fanatique du Ralliement à la République »

28De fait, durant la décennie 1890, Élysée Maumus publie plusieurs ouvrages, où il tend à démontrer que l’Église catholique s’est toujours montrée indifférente quant aux différentes formes de gouvernement. Ses prises de position le font alors passer pour « un fanatique du Ralliement à la République » (Le Figaro, 15 février 1893), « apôtre infatigable des doctrines politiques et sociales de Léon XIII » (Le Figaro, 18 mars 1898). En 1892, un peu avant l’encyclique Au milieu des sollicitudes, il fait paraître La République et la politique de l’Église, qui établit « la doctrine du ralliement au point de vue théologique, et domin[e] de la hauteur des principes toutes les discussions » (Dabry, p. 130). Ce devait être « le premier des nombreux ouvrages où, depuis 1892, il s’efforce de démontrer aux catholiques la nécessité d’adhérer sans arrière-pensée aux institutions républicaines » (Le Figaro, 18 mars 1898). De ce fait, l’ouvrage s’attire une verte réplique du P. Charles Maignen, de la congrégation des religieux de saint Vincent de Paul et qui allait devenir l’un des chefs de file des catholiques intégraux opposés au Ralliement, sous la forme d’une brochure, publiée deux mois plus tard, La souveraineté du peuple est une hérésie, à propos d’une brochure du R. P. Maumus. Les divergences entre les deux religieux donnent lieu à un débat à distance, dans La Gazette de France (Maignen) et L’Univers, par l’intermédiaire d’Eugène Veuillot, à qui Maumus fournit des munitions : « Je ne sais pas si j’aurai l’honneur de vous rencontrer quand j’irai […] vous apporter les documents que vous avez eu la bonté de me demander pour une réponse à la brochure de l’abbé Maignen. J’ai été heureux de rappeler que l’ouvrage du P. Ventura développant la même thèse que moi avait été publié avec une introduction de Monsieur Louis Veuillot : l’intervention de L’Univers, dans cette querelle, s’explique dès lors tout naturellement. […] Je suis absolument sûr d’avoir interprété fidèlement les doctrines et les textes des théologiens mais le vieux gallicanisme ne désarme pas, même devant l’Encyclique. » (AICP, Papiers Veuillot, « L’Univers ». Correspondance, Lettre M : Mab à Maz. Lettre non datée, Maumus à Eugène Veuillot).

Vincent Maumus, prédicateur renommé

Vincent Maumus, prédicateur renommé

Cette photographie date probablement des années 1880. Prédicateur de renom, il apparaît surtout ici comme un homme de doctrine, comme le suggère son appui sur un ouvrage volumineux, peut-être La Somme de Thomas d’Aquin.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

29André Lebon, qui sera notamment ministre dans le gouvernement modéré de Jules Méline, commentant l’œuvre de Maumus, devait noter : « L’érudit dominicain, après avoir établi que certaines lois récentes ne possédaient pas les caractères exigés de la loi juste par saint Thomas, reconnaissait que le gouvernement dont elles émanaient n’avait pas été fondé en violation des droits du peuple et que, par suite, aucune raison de doctrine n’empêchait les catholiques de l’accepter sincèrement et loyalement. » (Daniel [Lebon], 1893, p. 47). Pour sa part, Jacques Piou, qui a formé peu avant la Droite constitutionnelle à l’Assemblée et se trouve alors être l’un des champions des directions pontificales, lui apporte son soutien. Maumus lui ayant demandé s’il pouvait publier sa lettre, le député renouvelle son approbation, tout en laissant comprendre qu’une publicité accordée à sa missive nuirait au dominicain : « Le débat me paraît porté sur le terrain théologique et une intervention politique, d’ailleurs tardive, en dénaturerait le caractère. Je crois qu’il vaut mieux que je ne vous compromette pas en ce moment » (lettre du 17 février 1892).

30Toutefois, en mode mineur, Maumus suscite la perplexité, à tout le moins, de La Justice, le journal fondé par Clemenceau : « [L]e Père Maumus se charge de nous édifier. Quelle erreur était la nôtre ! La République et l’Église ? mais elles sont faites pour marcher la main dans la main, pour suivre la même voie, pour concourir au même but. […] Si les Jésuites savent pratiquer la restriction mentale, les Dominicains sont passés maîtres dans l’art d’accommoder la tradition de l’Église aux nécessités du jour. […] [L]e Père Maumus, proclamant la légitimité de la République et de la souveraineté du peuple, est un Dominicain habile. Mais toutes ces jongleries ne serviront de rien. Les républicains se souviendront qu’entre la Révolution et l’Église la lutte est mortelle, et le livre en question ne saurait modifier le cours des choses. » (La Justice, 10 février 1892)

31Au sein de l’Ordre, l’accueil réservé à la petite brochure est sensiblement différent. Vincent Maumus reçoit, certes, le soutien de son frère d’armes Henri Didon : « L’opinion publique est éveillée, et je me réjouis de la sympathie avec laquelle on accueille votre livre. Vous combattez vaillamment pour la bonne cause. Que Dieu nous aide à dégager l’Église de France des liens qui l’asservissent aux vieux partis ! » (lettre du 9 février 1892) Mais La République et la politique de l’Église, très clairement, suscite le trouble dans la congrégation. Le 1er mars, le Général Andreas Frühwirth, aidé pour la rédaction par le père Cormier, met les choses au point : Maumus ayant l’intention de procéder à un nouveau tirage, il est instamment prié de rectifier le tir, afin d’éviter « des interprétations fâcheuses. Dans des questions comme celles que vous traitez, éviter cet inconvénient est d’importance majeure, afin qu’il n’y ait rien de commun entre les droits revendiqués au profit du peuple chrétien de pouvoir marcher librement vers sa fin suprême, et les prétendus droits d’une démocratie qui repousse tout maître, Dieu encore plus que les souverains terrestres » (lettre du 1er mars 1892). La fin de la lettre de Frühwirth est révélatrice du trouble suscité par les écrits du dominicain, très apprécié par ailleurs : « J’ajoute […] un mot sur la tolérance à espérer des persécuteurs de la vie religieuse, en nous présentant à eux comme dignes de ménagements spéciaux, à cause du tempérament démocratique qui nous caractériserait. Cette tactique serait […] d’une efficacité plus que douteuse, et s’éloignerait certainement de nos plus belles traditions. Nous y voyons nos Pères soutenir carrément, avec une liberté toute apostolique, sans craindre les maux qui pourront leur en advenir, les droits de Dieu : […] de nos jours, dans le courage du P. Lacordaire et de ses compagnons à revendiquer le droit de porter l’habit monastique. Il y eut, il est vrai, des jours moins heureux. […] [C]ertains de nos Pères […], quand ils virent la Grande Révolution menacer les cloîtres, pensèrent, en affichant certaines tendances en vogue, obtenir des concessions équitables. Qu’en est-il résulté ?... Il est donc juste et honorable pour nous de nous ranger, non dans ce dernier groupe de nos Pères, mais dans le premier. Alors S. Dominique est avec nous. » (Ibid.)

32Quelques semaines plus tard, Frühwirth renouvelle ses observations : « [J]e ne m’oppose pas à la réimpression, pourvu que la seconde édition soit faite avec les corrections indiquées par vous-même et celles que je vous indique […]. Cette permission cependant ne doit nullement avoir le charactère [sic] d’une approbation : ce n’est qu’un “laissez-passer” ! Le livre paraîtra avec l’approbation des censeurs de la première édition et la permission du Tr. R. Père Provincial. Nul [sic] mention ne sera faite de l’intervention du Père Général » (lettre du 29 mars 1892). Parmi les corrections suggérées, certaines donnaient un aperçu du désaccord : « Ne pas évoquer la mémoire de Montalembert et sa phrase équivoque et suspecte “l’Église libre dans l’État libre”. Se conformer exactement à l’Encyclique du Saint-Père adressée aux évêques et catholiques de la France. » En fait, il y a un agacement très net chez Frühwirth, devant ce qui lui apparaît comme un signe d’insubordination, même s’il constate que Maumus est réceptif à ses observations. Le 3 mai suivant, le jour même de la lettre pontificale aux cardinaux français, Notre consolation, Frühwirth revient à la charge : « Le livre fut remis à Sa Sainteté et la lettre de Son Éminence [Maumus a reçu une lettre de remerciements du cardinal Rampolla] publiée pendant que la question d’une nouvelle édition se traitait encore au Conseil généralice. L’esprit religieux ne Vous a-t-il pas fait sentir que cette manière d’agir était au moins très indélicate, pour ne pas dire davantage. L’embarras dont vous parlez, vous vous l’avez donc créé volontairement. […] Et si le Cardinal voyait dans votre livre un vrai commentaire de l’encyclique je me chargerais de le désabuser. Votre opuscule a été soumis une seconde fois à un examen consciencieux par des personnes qui souscrivent à chaque mot de l’encyclique. […] Tenez-vous à faire une seconde édition, c’est aux avis donnés par cette lettre que l’obéissance religieuse vous oblige à vous conformer. » (Lettre du 3 mai 1892) Ce qui suscite également les foudres d’Andreas Frühwirth, c’est la critique que Maumus a émise dans les journaux (voir L’Est Républicain, 20 avril 1892) contre le mandement des évêques de la Province d’Avignon : « [J]’en suis attristé au-delà de ce que je puis vous exprimer. Et je n’ai qu’un seul désir, que ce soit la première et la dernière fois qu’un de nos Pères se permette de censurer les mandements des Évêques. […] Que vous acceptiez loyalement, selon les paroles du TS. Père, le pouvoir constitué, c’est bien, très bien, mais ne vous chargez pas de faire propagande pour la république par des moyens dont on peut contester la valeur. Si vous n’aviez que votre propre personne à compromettre, passe (je le regretterai encore parce que je vous aime d’un amour vraiment paternel) mais vous vous exposez à compromettre l’Ordre de Saint-Dominique, et vous n’en avez pas le droit. » (Ibid.) L’incident était désormais clos, avant qu’une nouvelle polémique, de moindre importance, éclate huit ans plus tard, à l’occasion d’une autre publication, envisagée mais jamais publiée.

Au couvent du Faubourg Saint-Honoré à Paris en 1892

Au couvent du Faubourg Saint-Honoré à Paris en 1892

Vincent Maumus avec les frères du couvent du Saint-Sacrement, au second rang, le premier tout à fait à droite, la main posée sur sa hanche. Parmi les frères, on distingue juste derrière lui Vincent Scheil ; au fond, côte à côte, entre la porte et la fenêtre, deux jeunes frères : Marie-Albert Janvier et Ambroise Gardeil ; assis, le second, à gauche, Bernard Chocarne.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

33L’année suivante, Maumus fait paraître L’Église et la démocratie : « Reprenant une à une les plus glorieuses pages de notre histoire chrétienne, il montrait que, loin de répugner à la démocratie, l’Église, quand son action n’avait pas été faussée par les influences politiques, lui avait toujours été favorable. Il le prouvait d’une manière péremptoire et dans ce style alerte, ferme, absolument maître de lui-même, qui est la caractéristique du P. Maumus », écrit à son sujet, avec le lyrisme dont il est coutumier, Pierre Dabry (Dabry, p. 664). Peu de temps après, bénéficiant d’une lettre-préface du père Monsabré, ce sera La pacification politique et religieuse (1893), puis L’Église et la France moderne (1897), et Les catholiques et la liberté politique (1898). Ces ouvrages forment en réalité un même ensemble, où « l’histoire lui sert pour justifier l’idée qu’il se fait d’un catholicisme réconcilié avec son temps » (Bedouelle, 1998, p. 395). « Dans L’Église et la France moderne […] il essaie de montrer que l’opposition entre l’Église et les principes de la société moderne est factice et que leur accord peut se faire de lui-même sans demander de gros sacrifices de part et d’autre » (ibid., p. 394-395).

34Cependant, Maumus ne se limite nullement à prôner seulement par ces écrits l’entente entre les catholiques et la République. Il met également son talent oratoire au service de ses idées. C’est ainsi qu’il prononce, le 7 février 1892, un vibrant discours en l’église Saint-Sulpice, à Paris (« [E]st-ce bien un sermon, et n’est-ce pas plutôt un discours politique ? », s’interroge Le Figaro le lendemain). Remplaçant Henri Didon, indisposé, il appelle les catholiques français à entrer franchement en République, prônant le passage aux Barbares, afin d’ôter tout prétexte aux républicains alors au pouvoir : « [L]’Église doit se pencher vers la démocratie pour la baptiser et l’amener à Dieu […] L’Église doit se rallier sincèrement, franchement, sans arrière-pensée, à la forme de gouvernement que s’est donnée la démocratie. [...] Pourquoi les catholiques ne seraient-ils pas républicains ? La République est l’application la plus complète, la plus large des doctrines des grands théologiens, tels que saint Thomas d’Aquin, Bellarmin et Suarez. [...] Rien ne nous empêche donc, catholiques, de pouvoir adhérer à la République. Il est nécessaire de le faire, car il faut enlever à nos adversaires cet argument qui consiste à dire que nous sommes les ennemis systématiques de la République [...] » (Le Figaro, 8 février 1892). Une série de conférences parisiennes s’en suit, toutes inspirées du même esprit de conciliation.

Le ministère Méline, Léon Bourgeois et les honneurs de l’Assemblée

35Si l’intense activité éditoriale de Vincent Maumus suscite l’agacement des réfractaires et de certains de ses confrères, elle attire également l’attention d’une partie du personnel républicain, et plus spécialement à l’approche des élections législatives de mai 1898, dans le contexte si particulier du ministère Méline, qui avait fait montre d’un certain esprit d’apaisement dans les relations avec les catholiques, après les tensions liées aux cabinets d’Alexandre Ribot puis de Léon Bourgeois. Les républicains catholiques (notamment Étienne Lamy, l’un des « 363 »), et les catholiques ralliés, formaient quelque espoir dans le gouvernement de Jules Méline, et en un succès aux élections de mai 1898. De leur côté, les républicains les plus ardents ne se privent pas de dénoncer ce qui leur semble être une collusion du président du Conseil avec les forces de la réaction, malgré ses dénégations, et sonnent régulièrement l’alerte face au péril clérical, en particulier en raison des indiscrétions qui ont fait connaître l’action des missi dominici – l’assomptionniste François Picard et le trappiste Sébastien Wyart –, envoyés par Léon XIII visiter la France afin de prôner l’union des esprits et connaître l’état des forces en présence à l’approche des élections (Dumont, 2012). C’est dans ce contexte que Vincent Maumus se retrouve, bien malgré lui, mis en lumière d’une manière toute particulière. Le 12 mars 1898, l’ancien président du Conseil Léon Bourgeois lui accorde l’honneur de la tribune de l’Assemblée, appelant une nouvelle fois à la vigilance quant à la faiblesse présumée de Méline face aux cléricaux. La meilleure preuve à ses yeux de ce qu’il avance étant… le quitus accordé par Vincent Maumus au président Méline dans son dernier ouvrage, Les catholiques et les libertés politiques : « Vous me dites : “Qu’est-ce que cela fait, s’il n’en coûte rien au parti républicain ?” Mais c’est que j’ai peur que cela lui coûte tout, même la République ! […] [V]ous avez cédé à cette illusion de croire que, parce qu’ils se ralliaient à la République de M. Méline, ils se ralliaient à la République. […] [J]e m’en tiens pour l’instant à la politique des ralliés. Elle se résume dans ces deux mots du père Maumus contenu dans son livre intitulé : Les catholiques et les libertés politiques. Le père Maumus établit un parallèle entre la situation faite à l’Église par la monarchie et celle que lui a créée le ministère. Et il conclut que le gouvernement de M. Méline “favorise et privilégie l’Église”. La politique du cabinet, dit-il, sera, si elle triomphe, “infiniment plus avantageuse à l’Église que ne le serait un retour à l’ancien régime”. Voilà pourquoi il y a divergence d’opinions entre les journaux royalistes et les cléricaux, c’est parce que les cléricaux préfèrent encore la République de M. Méline à la monarchie du duc d’Orléans. » (La Justice, 15 mars 1898)

36Quelques jours plus tard, dans les colonnes du Figaro, Julien de Narfon offre à Maumus une plus confortable tribune, par l’entremise d’un entretien, où le religieux conteste les affirmations du député radical : « M. Bourgeois me fait dire que le gouvernement de M. Méline favorise et privilégie l’Église. Or, je n’ai parlé de M. Méline qu’une fois dans les Catholiques et la liberté politique. […] Reconnaître la sagesse de certaines paroles de M. Méline, louer la modération du gouvernement actuel, est-ce donc prétendre que “le gouvernement de M. Méline favorise et privilégie l’Église” ? Je ne le pense pas. Je le pense d’autant moins que mon livre est consacré tout entier à démontrer que l’Église n’aurait rien à gagner à être “favorisée, privilégiée” par le pouvoir civil, et que la liberté, le droit commun, non seulement lui suffisent, mais sont, pour elle, préférables à un régime de privilèges qui aurait pour effet de l’unir trop étroitement à l’État et de la constituer dans un état de dépendance regrettable vis-à-vis du pouvoir civil. […] N’oubliez pas que le privilège crée la dépendance. Et c’est pourquoi au régime du privilège je préfère nettement celui du droit commun, c’est-à-dire de la liberté. » (Le Figaro, 18 mars 1898) Maumus rejette cependant dans le même temps l’idée de séparation entre l’Église et l’État : « [S]on abrogation [au Concordat] nous précipiterait dans un inconnu redoutable. »

37Narfon profite de l’entretien pour offrir à Maumus l’occasion d’une mise au point sur des questions qui divisent les catholiques engagés à l’approche des législatives, Étienne Lamy étant opposé à toute idée de parti catholique et de revendications confessionnelles trop marquées, et très réservé quant à la participation ecclésiastique aux opérations électorales, tandis que les augustins de l’Assomption et le journal La Croix (avec leurs comités Justice-Égalité) sont, eux, tenants d’une ligne intransigeante, favorable à l’action électorale du clergé et n’hésitant pas à frayer avec certains monarchistes. Face à ces questions débattues, Maumus tranche nettement : « La liberté, je ne cesse de le répéter, tout est là. Et je vois en elle la meilleure des plates-formes électorales pour les catholiques. Que les candidats catholiques ne se présentent donc pas aux prochaines élections comme Catholiques, car le catholicisme n’est pas un parti, c’est une religion, mais comme libéraux, comme républicains libéraux. » Par ailleurs, au cas où un catholique, mais monarchiste, serait opposé à un républicain de tendance libérale, il pousse à un vote en faveur de ce dernier, tout en n’excluant pas l’éventualité d’un vote en faveur du monarchiste si son adversaire soutient les lois scolaires, préférant cependant l’abstention dans cette situation : « [J]e ne ferais pas à l’électeur catholique une obligation de conscience de refuser sa voix à ce monarchiste, mais je lui conseillerais énergiquement de s’abstenir. Car enfin, il est nécessaire que les catholiques républicains, dont un grand nombre sont en effet des ralliés et non des républicains de la veille, donnent des preuves de leur sincérité. Et s’ils votent pour des monarchistes, comment voulez-vous que cette sincérité ne soit pas suspectée ? L’intérêt de la religion, pour ne parler que de celui-là, demande qu’en aucun cas les catholiques ne donnent leurs voix aux réfractaires. C’est ma conviction absolue. »

38Quant à l’action politique du clergé, il la rejette catégoriquement : « Pas de candidatures ecclésiastiques. Du moins, pas de candidatures ecclésiastiques nouvelles [c’est-à-dire à l’exception de l’abbé Lemire et d’Hippolyte Gayraud]. Prêtres, nous devons écarter avec le plus grand soin tout ce qui pourrait faire soupçonner en nous la moindre velléité d’ambition politique. […] Aujourd’hui, la France accepterait difficilement que le clergé se laissât séduire par des rêves d’ambition politique. […] Si, au contraire, on pouvait nous soupçonner de vouloir former un parti, c’en serait fait. Nous devrions alors nous renfermer dans nos sacristies, et certainement personne ne viendrait nous y chercher. C’est là, paraît-il, ce qu’on appelle maintenant le cléricalisme ; si cela est vrai, pour l’amour de l’Église ne soyons pas des cléricaux. »

39Quelques jours plus tard, La Justice – le journal de Clemenceau qui avait reproduit le 15 mars « le remarquable discours de M. Léon Bourgeois » –, devait relancer les hostilités – Maumus devenant pour les besoins de la cause un jésuite – mais le dominicain ignore cette nouvelle attaque, grosse de menaces pour la fin de la campagne des législatives : « C’est délicieux. Le père Maumus reconnaît qu’un grand nombre de catholiques républicains ne sont pas des républicains de la veille ; c’est pour ceux-là qu’il faut voter à l’exclusion des monarchistes impénitents. Foudres inutiles – le père Maumus n’en doute pas – puisque les plus monarchistes se disent aujourd’hui constitutionnels, mais cela donne aux déclarations du bon jésuite “un petit air de sincérité” qui va, pense-t-il, écarter les suspicions. Roublardise naïve à laquelle nul républicain ne se laissera prendre : qu’ils se réclament d’un prétendant quelconque ou du pape, les adversaires de la République seront également combattus et battus par la masse des républicains. » (La Justice, 22 mars 1898)

Un intime du couple Waldeck-Rousseau

40Par la suite, Vincent Maumus se trouve dans l’entourage du président du Conseil Pierre Waldeck-Rousseau, qui l’écoute, sans suivre pour autant ses directives. En fait, Maumus connaît bien Waldeck par Marie, sa femme, catholique fervente et femme d’œuvres. Édouard Estaunié devait traiter, en un savoureux passage de ses Souvenirs, des circonstances de la rencontre de Waldeck-Rousseau, sa femme et Maumus, dans le contexte des discussions autour de la loi sur les associations, encore en gestation : « Maumus partit un beau matin ayant revêtu son plus beau costume de moine, et se présenta à l’audience de Waldeck-Rousseau, alors ministre de l’Intérieur et président du Conseil. On juge de la surprise de celui-ci, en voyant apparaître le religieux dans son cabinet. Mais Maumus avait un remarquable don de séduire. À peine la conversation amorcée, Waldeck se rendit compte que l’entretien méritait plus qu’une audition brève et sentant l’antichambre pleine puisque c’était jour d’audience, demanda à Maumus s’il pouvait attendre la fin de celle-ci pour ensuite déjeuner avec lui. Une heure plus tard, Maumus présenté à Madame Waldeck-Rousseau, déjeunait en tête-à-tête avec elle et le ministre. De ce repas data d’ailleurs une longue intimité, telle que chaque année Maumus devait aller ensuite séjourner à leur campagne et qu’aux dernières heures de sa vie, ce fut à lui encore que Waldeck demanda de l’assister. » (Estaunié, 1973, p. 145)

41L’activité du dominicain ne passe cependant pas inaperçue, et elle suscite l’agacement à l’extérieur de l’Ordre, mais également en interne. Maumus devait être contraint de prendre la plume, en octobre 1901, pour se justifier auprès d’Andreas Frühwirth, « [s]es rapports avec le ministère […] [étant] en effet de la part de quelques-uns l’objet d’appréciations malveillantes » (lettre du 31 octobre 1901 à Frühwirth). Les précisions qu’il apporte à cette occasion sont précieuses pour comprendre plus exactement ce qu’il en est de ses premières rencontres avec le ministre : « Lorsqu’il fut facile de prévoir que la loi sur les congrégations serait votée, je demandai un jour (c’était le 21 septembre dernier) au P. Monpeurt, alors provincial, s’il accepterait une entrevue avec M. Waldeck-Rousseau. Il me répondit affirmativement, et, par l’intermédiaire d’une amie de l’Ordre, Madame Dreyfus-Gonzalez, très liée avec M. et Madame Waldeck-Rousseau nous eûmes une audience le 3 décembre. C’était la première fois que je voyais le ministre. Environ un mois après, Madame Dreyfus me fit savoir qu’on s’étonnait au ministère de ne pas m’avoir revu, de n’avoir plus entendu parler de moi, et elle m’engageait à y revenir pour continuer à plaider la cause de notre Ordre. J’ai donc fait plusieurs visites, n’ayant jamais d’autre but que de mettre au service de l’Ordre la sympathie que me témoignait M. le président du Conseil. On a dit que je déjeunais très souvent chez lui. La vérité est que, avec la permission de mon prieur, j’ai déjeuné quatre fois au ministère. » (Ibid.)

Avec Waldeck-Rousseau

Avec Waldeck-Rousseau

Vincent Maumus sans doute dans la propriété de Pierre Waldeck-Rousseau (à droite), à Corbeil-Essonnes, au bord de la Seine. Il est piquant de voir Vincent Maumus en habit dominicain alors que la République anticléricale fait en sorte que les religieux disparaissent de l’espace public.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

42En fait, Maumus semble séduit par les capacités de gouvernement de Waldeck et croit à son ouverture d’esprit, espérant pouvoir modifier sa manière de voir, souhaitant dans le même temps le faire revenir à des sentiments religieux : « Madame Waldeck-Rousseau ne m’a pas caché que la sympathie de son mari pour moi et pour les idées que j’ai exposées dans les livres que j’ai publiés avec l’autorisation de l’Ordre, était pour beaucoup dans le zèle qu’il met à faire réussir notre cause qu’il ira plaider devant les Chambres. Dans ces conditions, puis-je faire autre chose […] que d’entretenir de bonnes relations avec un ministre de qui dépend, en grande partie, l’avenir de notre Ordre en France ? j’ai en outre souvent la consolation d’appeler son attention sur des sujets dont l’étude ne peut qu’être très utile à la religion et à l’Église et il veut bien m’écouter avec la plus grande déférence. » (Ibid.)

43Vincent Maumus conserve envers et malgré tout cette ligne de pensée, poussant ses confrères à solliciter une demande d’autorisation (qui leur sera cependant pour l’essentiel refusée par la suite). Il est convaincu que l’esprit ayant prévalu dans la rédaction de la loi de 1901 est essentiellement libéral, estimant que seuls certains ordres impopulaires seront touchés, les autres étant massivement autorisés. Il devait notamment s’en ouvrir à Pierre Veuillot (le neveu de Louis), à la fin de la Semaine Sainte 1903, alors que les mesures contre les congrégations avaient déjà commencé à être appliquées : « Pierre [Veuillot] a vu le P. Maumus, qui sortait de chez Waldeck. Les dominicains gardent bien trois maisons (procure, noviciat, lieux d’embarquement) toutes pour les missions étrangères ; c’est W[aldeck] qui a rédigé lui-même la demande subsidiaire, où on réclamait 9. W[aldeck] se sent débordé, dépassé, est triste et découragé ; il prétend, se peignant en beau, qu’il voulait régulariser la situation des religieux, mais non les supprimer, sauf deux ou trois congrégations » (AICP, papiers Veuillot, Journal de François Veuillot, samedi 11 avril 1903 [samedi saint]). En fait, si Maumus pouvait être influencé par sa proximité avec l’ancien président du conseil, il n’était pas seul en cause, Waldeck-Rousseau apparaissant alors à beaucoup comme un recours contre la « dictature » d’Émile Combes : « Déjeuner chez moi en l’honneur de Mgr Ricard, évêque d’Angoulême […] On a beaucoup causé des congrégations ; tout le monde voit l’avenir en noir et voilà que, déjà, l’on se raccroche, avec hésitation, mais avec une sorte d’espoir, à Waldeck-Rousseau. Qui l’eût dit il y a dix mois. » (Ibid., lundi 9 février 1903)

44À la mort de Waldeck-Rousseau, ayant mis en avant son point de vue personnel – Waldeck-Rousseau « prévoyait, dans un avenir très prochain, une poussée de jacobinisme qui menacerait l’existence de toutes les congrégations, et il voulait donner à la plupart d’entre elles l’égide de la loi », écrit-il au directeur du Figaro, Gaston Calmette (17 août 1904) – Maumus se voit démenti par la famille de l’ancien président du conseil, qui lui pardonne toutefois son trop grand enthousiasme en raison de l’amitié qui le liait au défunt. C’est cette même amitié qui le pousse à prononcer, au cimetière Montmartre, « les dernières prières pour le repos de l’âme de son ami ; il considérait que c’était un devoir particulièrement tracé pour le religieux qui connaissait si bien l’âme et la pensée du président » (Le Figaro, 14 août 1904) ; il avait auparavant prononcé le De profundis lors des obsèques célébrées en l’église Sainte-Clotilde (Le Rappel républicain de Lyon, 13 août 1904).

45Pierre Sorlin, biographe de Waldeck-Rousseau, souligne toutefois que « [l]e P. Maumus est le seul à avoir soutenu le point de vue ; il l’a fait à une date tardive, alors que le ministère Combes interprétait la loi sur les associations dans un sens très défavorable aux religieux » (Sorlin, 1966, p. 426). Maumus s’attire d’ailleurs une verte réplique de Combes, intéressée naturellement car contestant absolument son point de vue et servant ainsi au président du Conseil de plaidoyer pro domo : « Ce moine est fou ! Une loi n’est pas faite d’intentions dissimulées, mais de réalités précises. Celle-là était nette et claire ; elle a été appliquée dans toute la rigueur d’un texte commenté, pour plus de certitude, par l’autorité souveraine du parti républicain. Les prétentions du Père Maumus sont plus qu’une fable : elles sont une odieuse calomnie à la mémoire de Waldeck-Rousseau. […] La vérité, c’est qu’il y a derrière nous deux hommes, plutôt successifs que véritablement contradictoires : le Waldeck-Rousseau valide et clairvoyant qui a compris et conjuré le péril monastique, le Waldeck-Rousseau déjà posthume, livré à l’obsession déprimante du mal et de l’entourage – anciens amis qui voulaient reconquérir son âme ou anciens ministres qui voulaient reconquérir leur portefeuille. » (Nous soulignons. Le Matin, 3 septembre 1904). Dans un tout autre camp, et pour des raisons diamétralement opposées, Maumus devait également recevoir une volée de bois vert, sous la plume du bouillant évêque de Nancy, Charles-François Turinaz, dans la Semaine religieuse du diocèse : « On lit avec étonnement, même avec stupeur, cette lettre qu’un religieux vient d’écrire à un directeur de journal, à propos de M. Waldeck-Rousseau, dont les intentions et les responsabilités sont, hélas ! trop bien établies dans la persécution qui s’acharne actuellement contre les congrégations religieuses. On croit rêver en lisant de pareilles déclarations, et l’on se demande ce que dirait Lacordaire. Les pages qu’il a écrites pour la liberté des ordres religieux en France sont immortelles, mais voici quelques lignes dont il est bon de se souvenir : “Il faut savoir rompre avec les hommes qui font le mal au nom de Dieu, et on ne doit pas les appeler mon cher ami, sous prétexte qu’on les connaît depuis longtemps. On ne doit pas haïr, mais on doit se séparer”. » (L’Humanité, 23 août 1904)

46Ses relations avec Pierre Waldeck-Rousseau devaient par ailleurs inciter Maumus à tenter d’assurer la promotion de candidats à l’épiscopat. Il en est ainsi en 1902 de Pierre-Lucien Campistron, originaire de Mirande comme Maumus, chanoine du diocèse d’Auch et supérieur du séminaire de ce diocèse, nommé à Annecy à la suite du décès de Mgr Louis Isoard.

Dreyfus est innocent ! Maumus au Comité catholique de défense du droit

47À la fin du siècle, Vincent Maumus va faire partie du « “pusillus grex” catholique dreyfusard » (Pierrard, 1972, p. 417), étant dès le début proche de Paul Viollet, le président du Comité catholique de défense du droit : « Nous avons pu contempler sous les traits du Père Maumus ce spectacle d’un Dominicain philosémite qui aurait certainement beaucoup étonné Torquemada », devait écrire joliment le journal protestant Le Signal (3 mars 1903). De fait, « dreyfusard convaincu », Maumus est « une des bêtes noires de La Croix », et se fait attaquer dans La Vérité par le père Charles Maignen, qui estime que le dominicain « bêle les principes de 1789 » (pour les trois citations, Pierrard, 1998, p. 128). En réalité, le religieux « s’efforçait de mettre en garde les catholiques contre les représailles qui menaçaient les congrégations religieuses. Mais lui aussi prêchait dans le désert » (Brugerette, II, 1935, p. 460).

48Ce soutien de Maumus est particulièrement apprécié, et Paul Viollet lui rend hommage lors d’une des premières séances du Comité, le 7 avril 1899 : « [Ses membres] sont tous, en effet, de cette école catholique qui sait allier l’amour de la religion au culte des libertés et dont les maîtres, les docteurs, les amis s’appellent : Lacordaire et Montalembert, Parisis, P. Félix (je songe à son fameux discours du congrès de Malines), Metz-Noblat, Beautain, Dupanloup, Darboy, P. Maumus enfin qui a consacré tout récemment aux Principes de 89 des pages si remarquables » (archives congrégation du Saint-Esprit, papiers Paul Viollet). Malgré tout, Maumus n’entre officiellement au Comité que le 12 janvier 1901, à la suite de démissions ou de décès, en même temps notamment que l’avoué lyonnais Léon Chaine (Mayeur, 2009, p. 214), à qui il rendra hommage quelques années plus tard : « Si, pendant l’affaire Dreyfus, tous les catholiques avaient eu l’attitude de M. Chaine, bien des déboires, je crois, leur auraient été épargnés. C’est de l’histoire déjà ancienne, le malheur est qu’elle se continue » (lettre à Mgr Lacroix, 23 août [1910]. BN, Papiers Lacroix, Naf 24403, f. 549).

49Membre du Comité, il s’associe en cette qualité à la déclaration que celui-ci publie en février 1901 contre la loi sur les associations (lorsque la loi était encore en discussion, il estimait que celle-ci ne pouvait obliger en conscience ; lettre du 24 janvier 1901 à Paul Viollet). Il demande cependant à Paul Viollet à être présenté ni comme « dominicain », ni comme faisant partie des « frères prêcheurs », « pour ne pas réveiller certaines susceptibilités » au sein de l’Ordre (lettre du 5 février 1901). En évoquant ces « susceptibilités », Maumus savait de quoi il parlait. Quelques mois auparavant, alors qu’il envisageait de faire paraître une nouvelle brochure en lien avec la situation de la religion en France (probablement dans le contexte de la condamnation des assomptionnistes, en mars 1900, et l’obligation que Rome leur avait faite de quitter La Croix), le père Thomas Bourgeois refuse d’accorder son approbation au texte projeté : « On sent chez vous une indulgence excessive pour la République à laquelle vous pardonnez tout, et une sévérité excessive envers des mécontents qui ont bien quelques raisons de n’être pas satisfaits. On y flaire même une pointe de dreyfusisme qui ne peut pas être de saison. » (Nous soulignons. Lettre du 13 décembre 1900)

50La situation politique le contraint également à la prudence quelques années plus tard, lorsque le Comité décide de publier une déclaration à la suite du jugement de la Cour de cassation, du 12 juillet 1906, qui réhabilite le capitaine Dreyfus : « J’ai lu avec le plus vif plaisir la note que notre comité a publiée au sujet de l’arrêt de la Cour de Cassation proclamant l’innocence de Dreyfus. Je n’ai pas besoin de vous dire que j’y souscris des deux mains. Et cependant l’aveuglement et la passion sont tels dans le clergé que je n’aurais pas pu mettre mon nom au bas de la note pour ne pas m’attirer les plus pénibles affaires. Mais grâce à notre comité on ne pourra pas dire que tous les catholiques ont été acharnés après un innocent » (lettre à Paul Viollet, 17 juillet 1906).

51Il n’en demeure pas moins que Vincent Maumus restait lucide quant au fait que cet engagement pour la justice n’avait en aucune manière suscité quelque sympathie nouvelle pour l’Ordre dominicain de la part de nombre de républicains. Il devait s’en ouvrir à Joseph Reinach, dans le contexte de la loi de Séparation (la date exacte est inconnue, mais il remercie Reinach pour l’envoi du cinquième volume de l’Histoire de l’affaire Dreyfus, et la Chambre n’a pas encore été renouvelée ; elle date donc d’avant les élections législatives de mai 1906). Tout en lui assurant, en post-scriptum, qu’il « sai[t] que [Reinach n’est] pas de ceux dont il est question ici », Maumus lui livre un réquisitoire contre ceux dont il se pensait ami, de par le combat mené en commun. Pour lui, ils ont eu une double parole : « Je croyais alors que tous ceux qui, sur cette question, pensaient comme moi avaient quelque souci de la justice, de cette justice suprême égale pour tous et qui devrait planer toujours au-dessus de nos misérables querelles. Eh bien ! je me trompais et j’ai été un naïf. Quand, en effet, il a été question de prononcer un jugement sur mon sort et sur le sort de ceux qui librement avaient choisi la même vie que la mienne, la plupart de ces hommes qui avaient tant agité le Pays au nom de la justice, m’ont condamné sans m’entendre, sans même daigner discuter la cause qui leur était soumise. […] Il y a donc deux justices ? Je croyais que, pour les honnêtes gens, il n’y en avait qu’une. » Il dénonce dans le même temps avec virulence la loi de Séparation, qui a « fait à [s]a foi et à la foi de tous les croyants une mortelle injustice en la traitant de quantité négligeable indigne d’occuper plus longtemps les pensées du gouvernement. […] Et ils prétendent que c’est une loi de liberté ! Non, c’est une loi de colère, dictée aux uns par la haine, imposée aux autres par la peur. Ils ont un mot d’ordre et ils obéissent perinde ac cadaver [comme un cadavre, vœu des jésuites] au risque de jeter la République, par cette apostasie officielle, dans des difficultés inextricables. » Il ne regrette cependant pas son engagement en faveur d’Alfred Dreyfus : « [J]’ai été un naïf et cependant je ne m’en repends pas, car […] j’aime mieux être victime que bourreau. » (Bnf, Papiers Joseph Reinach, Naf 13576, f. 62-63).

Un libéral antimoderniste

52À cette même période, tout comme son confrère Innocent Gayraud, Élysée Maumus s’engage aussi dans la controverse moderniste, choisissant nettement son camp : « Quel est donc le dogme qui a varié ? Est-ce le dogme de la Trinité ? Est-ce le dogme de l’Incarnation ? On a oublié de nous le dire. Un dogme qui varie n’est plus un dogme : le dogme est, de sa nature, immuable comme la vérité. Les siècles ne le vieillissent pas », écrit-il dans L’Église vengée (p. 44). Il récidive quelques années plus tard dans La défense de la foi (1907), qui paraît presque dans le même temps que l’encyclique Pascendi dominici gregis, déclarant : « Profondément attaché à la doctrine traditionnelle, en dehors de laquelle il n’y a pas de vérité catholique, j’ai évité avec soin les opinions nouvelles parce que, dans le domaine de la foi, toute nouveauté est synonyme d’erreur. Je me fais gloire de suivre les sentiers battus et de marcher à la suite de mes deux maîtres vénérés : saint Thomas d’Aquin et Bossuet », écrit-il dans sa préface (p. viii).

53Il profite de l’occasion qui lui est offerte par Julien de Narfon pour préciser sa position dans Le Figaro, aux lendemains de la parution de son ouvrage. S’il est, certes, libéral en politique, il est intransigeant dans le domaine religieux : « [S]i je suis libéral en politique, je ne le cède à quiconque en intransigeance quand il s’agit de la vérité religieuse. D’ailleurs, en quoi a consisté mon libéralisme ? À essayer de défendre et de propager la doctrine du ralliement recommandée par Léon XIII. On peut sur ces questions avoir des opinions libérales et n’en être pas moins traditionnel convaincu en matière de dogme. [...] [L]e livre que je viens de publier prouvera bien que l’ardeur de mes sentiments libéraux en politique ne nuit en rien à la sincérité et à l’intégrité de mes croyances religieuses. » À ses yeux, les modernistes, s’ils sont animés de nobles sentiments, n’en sont pas moins dans l’erreur, trahissant la religion qu’ils prétendent défendre : « Le dogme [...] est immuable dans son essence [...] mais cette immutabilité n’est pas contraire au progrès, pourvu que ce progrès ne soit pas un changement, je veux dire une altération. Si [...] le christianisme actuel n’est plus celui que Jésus-Christ a fondé, si les vérités que le Christ nous a enseignées ont été changées, le christianisme n’est plus que l’œuvre des hommes qui ont substitué leur parole à celle du Christ. Or les modernistes voulaient progresser en altérant le dogme, ce qui est absolument inacceptable et contraire à toute la tradition dont je suis le champion convaincu » (pour les deux citations, Le Figaro, 10 novembre 1907).

54Deux ans plus tard, il fait paraître un nouvel ouvrage, au titre explicite : Les modernistes. Alfred Loisy, notamment, s’y fait prendre à partie. Mais d’une manière plus générale, ce sont les novateurs que Maumus a en vue et qu’il pourfend avec constance : « Ils [les modernistes] veulent […] renouveler l’Église et, pour que la rénovation ne laisse rien à désirer, ils proposent de la détruire […] Pourquoi donc les modernistes veulent-ils renouveler l’Église ? Pour faire cesser l’antagonisme entre l’Église et la société moderne. Et il faut leur rendre cette justice que le moyen qu’ils ont imaginé est d’une efficacité infaillible. Il consiste à supprimer l’un des deux antagonistes. Il va sans dire que celui des deux qui devra disparaître, ce sera l’Église. » (p. i-vii) Contre eux, il fait montre d’une efficacité certaine d’écriture, en maniant au besoin l’ironie : « L’Église ne chasse pas les novateurs, elle constate simplement qu’ils l’ont quittée » (p. iii) ; « [L]es modernistes se glorifient d’innover et, en fait de tradition, ils n’ont gardé que celle de la tour de Babel » (p. xiii). En fait, pour le dominicain, le « remède » au modernisme réside dans « le retour à cette philosophie qui est naturellement orthodoxe parce qu’elle est raisonnable, parce qu’elle n’est pas un outrage au bon sens et parce que sa méthode, lente mais sûre, la met à l’abri de surprises ; j’ai nommé la scolastique » (p. xi) ; « Aussi l’Église, en préconisant la philosophie de saint Thomas, n’a pas seulement voulu venir en aide à la foi, elle a en même temps pris la défense de la raison à laquelle les doctrines nouvelles ne sont pas moins nuisibles qu’à la foi » (p. xii). Recensant l’ouvrage dans une livraison de la Revue bénédictine, Dom Maurice Festugière (oncle du dominicain André Jean Festugière) en fera tout à la fois l’éloge et la critique, souhaitant une nouvelle édition : « Quand aurons-nous sur la question un bon livre, à la fois substantiel et clair, solide et complet, que nous puissions répandre ? Pour nous le donner, le P. Maumus […] n’a qu’à revoir et compléter le texte de sa première édition. La vive sympathie que l’ouvrage nous inspire, nous porte à détailler les améliorations désirées. […] Le style est aisé, parfois ample, imagé et brillant. La discussion revêt les formes d’une forte ironie. Néanmoins on a l’impression que maintes pages sont tracées à la hâte, que certaines argumentations devraient être plus serrées. » (Revue bénédictine, 1909, p. 397, 399)

55Julien de Narfon lui offre de nouveau une tribune dans Le Figaro (13 janvier 1909), relevant cette phrase extraite des Modernistes : « Les modernistes n’ont inventé qu’un mot nouveau, mais la chose est aussi ancienne que le monde, elle s’appelle : la révolte de l’homme contre Dieu ». Répondant aux observations et questions de Narfon, Maumus enfonce le clou : « [Q]uand c’est la doctrine catholique elle-même qui est en jeu, et j’entends par là ce qui est pour nous catholiques objet de foi, il n’y a qu’une manière d’être orthodoxe, et c’est de se montrer résolument intransigeant, attendu qu’il n’y a pas de transaction possible entre la vérité et l’erreur. […] Ce que j’ai voulu mettre en lumière, ce n’est pas tant le caractère nettement scandaleux de l’enseignement des modernistes en général, et tout particulièrement de M. Loisy, que la pauvreté, je dirais mieux, l’inanité de leur argumentation. »

56Peu de temps après, Paul Sabatier devait publier un petit volume, sous le titre Les modernistes, lui aussi, faisant preuve en maintes occurrences d’une ironie mordante qui ne pouvait que susciter des réactions de ses adversaires. « Mais par ce terme de modernistes on a voulu insinuer qu’ils font la cour à la génération actuelle, qu’ils s’apprêtent à signer avec elle des concordats, pour ne pas dire des capitulations. Nous ne nous demanderons pas s’il y aurait plus de mal à signer un concordat avec le peuple du XXe siècle qu’à en signer un avec Napoléon Ier […], et nous nous contenterons de constater qu’il n’y a rien, absolument rien, d’un effort pareil de la part de ceux dont nous parlons. » (Sabatier, Les modernistes, p. 23). Maumus s’était-il senti visé par ce court passage ou d’autres semblables ? Ou Sabatier avait-il sous-estimé la capacité de réaction de ses adversaires, avec des insinuations qui ne pouvaient qu’être mal reçues ? Toujours est-il que le dominicain, ayant lu le petit livre, relève le gant et réplique durement dans une lettre à Paul Sabatier qu’il rend publique : « J’ai lu votre livre les modernistes avec un intérêt d’autant plus grand que j’ai traité la même question dans un volume publié chez Beauchesne sous le même titre. Notre désaccord est complet, absolu, irréductible. […] [S]i j’étais encore séminariste je ne serais peut-être pas des plus intelligents mais certainement je n’aurais été ni un ambitieux, ni un hypocrite, ni un mouchard. Et quand j’ai écrit mon livre contre les modernistes, je n’ai obéi à aucun des sentiments odieux que vous prêtez aux séminaristes fidèles. À mon âge, on n’a d’autre ambition que de défendre sa foi trahie par des renégats. […] [L]e père Lacordaire ne peut, à aucun titre, être cité comme l’un des précurseurs du modernisme. Quand ce religieux se drapait fièrement dans la robe blanche de saint Dominique, il disait : “Je suis une liberté”. Et quand le chef des modernistes ira montrer sa veste dans la chaire du Collège de France, il pourra dire : “Je suis une apostasie” » (Le Figaro, samedi 10 avril 1909).

La Séparation et la collaboration à La Démocratie de Marc Sangnier

57Jusqu’au bout, Vincent Maumus devait militer pour une meilleure entente entre Église et République. Il s’attire ainsi notamment les foudres de Léon Bloy : « Arrivons maintenant au père Vincent Maumus. Il y a longtemps que je pleure sur la Maison de saint Dominique devenue si facilement un mauvais lieu, aussitôt après Lacordaire et en suivant sa doctrine. […] Quand on sait ce que fut le père Didon, c’est terrible de se demander ce que peut bien être sa râclure. Le père Vincent Maumus est à faire peur. » ; c’est un « redoutable imbécile », « sous-Judas fort probable et un incontestable crétin », écrit-il dans Les dernières colonnes de l’Église, avec sa coutumière amabilité (Léon Bloy, Les dernières colonnes de l’Église, 1903, respectivement p. 167 et p. 173). Maumus, « libéral impénitent » (Lavergne, 1913, p. 93, citant Lacordaire), avait par ailleurs accepté d’intervenir au Collège libre des sciences sociales (1899) à la demande de Ferdinand Buisson, où il côtoie l’abbé démocrate Paul Naudet, puis à l’École des hautes études sociales (1900), alors présidée par Émile Boutroux, où il traite des « théories sociales de l’Église » (Goulet, 2008). Sa présence au Collège libre ayant suscité quelques remous, il avait tenu à en expliquer la raison avant sa première leçon : « Nous voulons, Messieurs, indiquer le remède, le seul remède capable de guérir le mal social qui nous dévore aujourd’hui ; ce mal, c’est la haine. Haine de quiconque ne pense pas comme nous ; haine de quiconque ne partage pas la passion qui nous anime ; haine de quiconque est un obstacle à notre ambition ou à nos intérêts. […] [N]ous voulons être la preuve vivante qu’on peut différer de sentiment sur les questions les plus graves, sans que ces divergences altèrent le respect, la bienveillance, l’estime réciproque que des esprits élevés se doivent les uns aux autres. […] Pour moi qui n’ai pas besoin, je l’espère, d’affirmer la profondeur et la sincérité de ma foi catholique, en collaborant à cette œuvre d’apaisement, je ne crois pas trahir la cause de Celui qui a fait de la charité envers les hommes le premier commandement de sa loi et qui résume toute sa doctrine dans ce précepte divin : Aimez-vous les uns les autres. » (L’Univers, 8 décembre 1899).

58En 1904, répliquant à une brochure d’Anatole France, Maumus publie L’Église vengée, où il conteste méthodiquement les affirmations et les erreurs de l’académicien, montrant qu’il n’a rien perdu de sa verve : « M. Anatole France nous apprend que la troisième République a grandi sous le péril romain “qui la menace encore”. La raison est bien simple. Depuis le Concile du Vatican “une papauté nouvelle est née. Au Pape-roi a succédé le Pape-Dieu”. Je ne le savais pas. M. Anatole France me fait de ces surprises auxquelles j’ai de la peine à m’habituer » (L’Église vengée, p. 64-65). Déclarant que la France « est fatiguée de voir que la guerre religieuse semble l’unique programme d’une politique jacobine qui lasse tous ceux qui n’en vivent pas » et que « [l]a séparation, si elle se fait, sera le dernier mot de cette politique qui ne cesse de troubler le pays et qui compromet de gaîté de cœur l’avenir de la République » (L’Église vengée, p. 63), il conclut son opuscule en réaffirmant crânement son sentiment favorable à l’union entre l’Église et la démocratie, rappelant son long combat : « En terminant ces pages […], qu’il me soit permis de dire que, depuis près de vingt ans, je n’ai jamais cessé de faire appel à la concorde et à la paix. […] J’ai multiplié les livres pour prouver qu’il n’y a pas d’antagonisme entre l’Église et la France moderne, entre l’Église et le progrès, l’avenir, la civilisation et la liberté des peuples, entre l’Église et la République. » (Ibid., p. 68-69)

59L’année 1905 est agitée pour lui, s’activant jusqu’au vote de la loi de Séparation des Églises et de l’État, le 9 décembre 1905. Quelques années auparavant, Le Figaro, par l’entremise de Jean Steens, avait mené une enquête auprès de plusieurs congrégations religieuses, dont les dominicains, afin de connaître leur état d’esprit et « comment ils envisageaient l’hypothèse de la séparation que l’on agite devant eux comme un objet d’effroi » (Le Figaro, 22 octobre 1902). Le père Ollivier répondit et Vincent Maumus, absent de Paris, avait envoyé une lettre, publiée par le journal. À ses yeux, le maintien du Concordat était souhaitable, mais la séparation ne serait pas à exclure si le poids étatique devenait trop lourd : « Si donc son union avec l’État devait lui faire perdre cette liberté, la séparation serait préférable. Mais si l’État respecte la liberté inaliénable de l’Église et lui offre seulement l’aide qui lui est due comme à la plus utile et à la plus importante des institutions sociales, le régime des Concordats est la meilleure des solutions. Si le régime des Concordats était aboli et que l’État laissât à l’Église la plénitude de sa liberté, l’Église y gagnerait en influence tout ce qu’elle perdrait au point de vue matériel, et la situation serait meilleure encore. Du reste, l’abrogation du Concordat ne signifie pas nécessairement la suppression du budget des cultes, qui est une dette nationale. » (Ibid.)

60Son sentiment devait donc évoluer, à la suite des décisions prises en 1903 contre les congrégations, dont la sienne, et la virulence des discussions à la Chambre. C’est ainsi qu’on le voit, en mars 1905, apporter publiquement son soutien à l’évêque de Tarentaise, Lucien Lacroix, à la suite de son mandement, Maumus appelant toute personne de bonne volonté à refuser sa voix, lors des législatives de 1906, à quiconque approuverait la Séparation : « Nos misérables querelles religieuses font de nous la risée de l’Europe, qui se demande si la France n’a pas autre chose à faire que de tracasser des prêtres et de les chasser de leurs sanctuaires. Il faut donc qu’aux élections prochaines, non seulement tous les catholiques, mais aussi tous ceux qui ont quelque souci du bon renom de la France, mènent une campagne ardente contre les législateurs qui auront voté l’abrogation du Concordat. Ce ne sera pas conspirer contre la République, ce sera l’arracher à des sectaires pour la confier à des libéraux. » (Journal des débats, 24 mars 1905). Par ailleurs, Carlo Montagnini, auditeur à la nonciature de Paris, signale à Rome les visites régulières de Maumus à la nonciature, et ses dîners avec le dominicain chez Madame Waldeck-Rousseau en compagnie de représentants du catholicisme républicain le plus ouvert. Ainsi, le 16 mai 1905, il mentionne au secrétaire d’État Merry del Val : « Madame W.-Rousseau n’a plus d’autre souci que celui de soutenir la cause religieuse. Elle est concordataire. Déjeuner chez Madame Waldeck-Rousseau avec l’évêque de Tarentaise [Mgr Lacroix], abbé Lemire, P. Maumus. » (Montagnini, Les fiches pontificales, 1908, p. 161). Ces dîners devaient d’ailleurs se poursuivre longtemps après la Séparation, Julien de Narfon évoquant à la fin 1908, dans une lettre à l’ancien évêque de Tarentaise, qu’il a « déjeuné l’autre jour chez Madame Waldeck-Rousseau, avec le P. Maumus, l’abbé Lemire, et l’abbé Mugnier » (lettre du 29 décembre 1908. Papiers Lacroix, Naf 24403, f. 089). De fait, de 1903 aux années d’après la Séparation, la table du couple Waldeck-Rousseau (puis, après août 1904, de sa veuve) voit souvent passer les représentants de l’aile ouverte du catholicisme français, l’abbé démocrate Paul Naudet étant également reçu régulièrement, tout comme son confrère Jules Lemire – à qui Maumus apporte un soutien lorsque celui-ci se fait attaquer après un discours à la Chambre (Mayeur, 1968, p. 325) – ou Lucien Lacroix (y compris après sa démission), dîners où Vincent Maumus agrémente la conversation (Sorrel, 2003, p. 237, 403).

61En raison de ces bonnes relations avec la nonciature et avec la veuve de l’ancien président du Conseil, on devait lui prêter une influence occulte et de faire office de liaison entre Rome et le gouvernement, et plus spécifiquement le ministre des cultes Jean-Baptiste Bienvenu-Martin. Mais celui-ci devait formellement démentir l’information : « Je n’ai chargé le P. Maumus ni aucune autre personne d’une mission de ce genre. Je n’ai jamais vu le P. Maumus ; je n’ai eu avec lui aucun rapport directement ou indirectement. » (Le Figaro, 5 avril 1907, p. 2)

62Même s’il semble avoir penché, comme son confrère Gayraud, en faveur de l’acceptation des associations cultuelles, Maumus devait accepter la décision romaine après la publication de l’encyclique de Pie X, Vehementer Nos, puis Gravissimo officii et Une fois encore (1906 et 1907).

63Sa vie hors de son couvent (depuis 1903) lui laissant quelque liberté, il assistera régulièrement, en 1908 et dans les années suivantes, aux conférences données par Mgr Lacroix à l’École pratique des Hautes Études, où le prélat a obtenu une chaire en 1908, après sa démission du diocèse de Tarentaise (Sorrel, 2003, p. 395). En 1910, il projettera un dernier ouvrage, intitulé La Défense de l’Église, qui restera toutefois à l’état de brouillon. Si le père Sertillanges lui a adressé un nihil obstat, le père Raymond Boulanger lui fait part de sa sympathie personnelle, en l’informant de la décision qui a été prise de ne pas approuver la publication envisagée : « [V]ous avez bien fait de penser que votre personne n’est pour rien dans cette affaire. […] [J]’ai dû faire un grand effort pour me décider à prendre une telle mesure à cause de la sympathie que j’ai toujours eue pour vous. » (lettre du 22 juillet 1910) L’œuvre avait été examinée par deux censeurs, les pères Ambroise Gardeil et Alcide-Mannès Jacquin, qui, malgré leur sentiment personnellement favorable à Maumus, « estim[ent] sa publication inopportune », pour garder la paix dans l’Église de France et éviter à l’Ordre de possibles polémiques : « D’abord, au point de vue du bien de notre Ordre et de notre Province sur lesquels elle ne manquerait pas de jeter du discrédit, et réveillant certaines accusations et certains soupçons dont nous avons tant souffert autrefois et dans ces dernières années mêmes. Ensuite, au point de vue du bien de l’Église de France, de la paix et de l’union des esprits. Cette publication donnerait à nos persécuteurs des arguments à l’appui de leur prétention de mettre tous les torts du côté de l’Église ; elle ne rallierait pas, d’autre part, la plupart des catholiques et provoquerait de nouvelles disputes et de nouvelles divisions. » (rapport du 6 juillet 1910) Allant au fond des choses, le rapport mettait en évidence ce qui apparaissait comme problématique, pour deux raisons, entraînant de ce fait l’impossibilité d’approuver en l’état la publication envisagée : « [M]anque de précision, d’abord. L’auteur définit insuffisamment le principe de liberté et les libertés publiques. Il apparaît qu’il comprend sous ce nom, non seulement des libertés indifférentes, mais des prétentions contraires aux droits de Dieu et de l’Église. Par manque d’exactitude. La thèse sur l’Inquisition, par exemple, est historiquement démentie. Théologiquement, elle est liée dans la pensée de l’auteur, assez clairement insinuée, par la négation du pouvoir coercitif de l’Église, et l’abandon de son pouvoir indirect sur la société civile. » (Ibid.)

64Abandonnant ce projet de publication, Vincent Maumus entame cette même année une collaboration régulière à La Démocratie, le journal quotidien que Marc Sangnier fonde peu de temps avant la lettre de Pie X sur le Sillon, Notre charge apostolique (25 août 1910) : « [I]l suivait avec une attention extrêmement sympathique le mouvement démocratique du Sillon, dont la condamnation lui causa la plus vive et la plus sincère douleur. Il collabora plus tard, et jusqu’à ce que la maladie le terrassât, à La Démocratie, de M. Marc Sangnier. » (L’Ouest-Éclair, 17 juin 1912). De décembre 1910 à novembre 1911, il use alors d’un nom de plume : Henri Laplagne. Les articles qu’il publie suscitent tout à la fois l’agacement de L’Univers (voir notamment les numéros du 9-10 janvier 1911 et 5 avril 1911), et les railleries de l’Action française et de La critique du libéralisme de l’abbé Barbier, qui ne découvrira qu’après la mort de Maumus l’identité cachée derrière ce pseudonyme (voir La Critique du Libéralisme, t. VIII, p. 537-549). En fait, « [d]émontrer que l’Église et la République n’étaient pas ennemies par nature fut la tâche d’Henri Laplagne […] Il tenta concilier le principe de Dieu source de l’autorité avec la souveraineté du peuple. Démontrant qu’il est par essence impossible que l’autorité sorte de l’égalité, il en déduisit la nécessité de recourir à une puissance transcendante, Dieu. Il affirmait ainsi nettement la doctrine catholique rappelée par Pie X […]. Il concilia ainsi la tradition républicaine avec la doctrine catholique plus qu’il n’accorda leurs principes antagonistes » (Prat, 2002, p. 42-43).

65À l’occasion d’un article polémique publié par L’Univers, qui l’accuse de libéralisme doctrinal, Maumus met les choses au point. Il rejette absolument cette accusation mais se reconnaît dans l’héritage des Lacordaire, Montalembert, Dupanloup et… du Veuillot d’avant le coup d’État du 2 décembre 1851 : « Il y a enfin le libéralisme du catholique qui, aussi soumis que qui que ce soit à l’autorité de la Sainte Église Catholique, Apostolique et Romaine, est convaincu qu’aujourd’hui l’asile le plus sûr de la liberté de l’Église est la liberté publique. Ce libéralisme n’est pas insensé au point de professer l’égalité doctrinale des divers cultes qui jouissent de la liberté commune ; la foi de ces libéraux ne souffre aucune atteinte, et ils ne cèdent à personne le monopole de l’orthodoxie intégrale. Ce libéralisme fut celui de Dupanloup, de Lacordaire, de Montalembert, de Falloux, de Cochin… il fut aussi celui de Louis Veuillot avant le coup d’État du Deux-Décembre. Ce libéralisme est le mien. Relisez l’Univers, Monsieur, et vous l’y trouverez. Il n’est ni audacieux, ni agressif, il est simplement fidèle à la méthode des apologistes qui ont servi l’Église par leur prudence, tandis que d’autres la compromettent par leurs témérités » (La Démocratie, 12 janvier 1911).

66La collaboration à La Démocratie sera pour Maumus dense mais de courte durée. Le 23 mai 1911, le journal publie un entrefilet signalant que « [n]otre collaborateur et ami Henri Laplagne venant d’être assez souffrant, se repose actuellement dans le Midi. Il ne pourra donc malheureusement, d’ici à quelques semaines, continuer sa collaboration ». Malade, Maumus a quitté Paris pour Cauterets, puis Mirande, sa ville natale, où il continue cependant d’envoyer quelques articles, jusqu’à épuisement. Le dernier article qu’il publie, le 15 novembre 1911, porte sur le père Lacordaire, son maître de toujours.

67« On a pu discuter certaines idées du P. Maumus ; mais on ne peut pas douter de la pureté de ses intentions. Et lui-même a pu dire avant de mourir : “Je déclare que je n’ai jamais rien dit ni rien écrit que pour la gloire de Dieu, la défense de l’Église et le bien des âmes” » devait dire en son homélie le vicaire général du diocèse d’Auch lors des obsèques du dominicain (La Démocratie, 18 juin 1912).

68Le père Élysée-Vincent Maumus est enterré au cimetière de Mirande, aux côtés de son frère Claude-Jean et de leur oncle prêtre.

Haut de page

Sources

Archives générales de l’Ordre des frères prêcheurs. — Archives dominicaines de la Province de Toulouse. — Archives dominicaines de la Province de France, V-241 (papiers Maumus) ; VI-R8 (Vincent Maumus à Marguerite de Blic). — Archives nationales (F19/2492, dossier Campistron). — Bibliothèque nationale, Naf 13576 (Papiers Joseph Reinach), f. 62-63 ; Naf 24403 (Papiers Lacroix), f. 089, f. 549 ; Naf 24698 (Papiers Dupanloup), f. 256. — Archives de la congrégation de Saint-Sulpice (Mss. 1939, 1940 : Comité catholique de défense du droit). — Archives de l’Institut catholique de Paris (AICP), Papiers Veuillot, Journal de François Veuillot, t. 1 ; Papiers Veuillot, « L’Univers ». Correspondance, lettre M-Mab à Maz. — Archives de la Société des missionnaires d’Afrique (SMA, Rome), Y10M(1) (lettre de Maumus au P. Delattre). — Le Pays, 6 novembre 1880. — Le Figaro, 8 février 1892, 15 février 1893, 18 mars 1898, 14 août 1904, 17 août 1904, 5 avril 1907, 10 novembre 1907, 13 janvier 1909, 14 juin 1912. — La Démocratie, 14 juin 1912, 18 juin 1912. — La Justice, 10 février 1892, 15 mars 1898. — Journal des débats, 24 mars 1905. — L’Ouest-Éclair, 17 juin 1912. — Henry Duparc, Henry Cochin, Expulsion des congrégations religieuses. Récits et témoignages, Paris, E. Dentu, 1881, p. 298-300. — Marcel Rifaux, Les conditions du retour au catholicisme. Enquête philosophique et religieuse, Paris, Plon, 1907, p. 336-338 (texte de Vincent Maumus). — Carlo Montagnini, Les fiches pontificales, Paris, E. Nourry, 1908, p. 161.

Notices biographiques :

L’Année dominicaine, LII, 1912, p. 344-354. — Larousse mensuel illustré, n° 66, août 1912, p. 492. — André Lavergne, « Le RP Élysée-Vincent Maumus », Bulletin de la Société archéologique du Gers, 1er trimestre 1913, p. 83-93. — Catholicisme, VIII, c. 941-942 (André Duval). — Dictionnaire de théologie catholique, 16B, c. 3165 (Yves Congar). — Georges Courtès, Le Gers. Dictionnaire biographique de l’Antiquité à nos jours, 2007, p. 349.

Études :

André Daniel, L’année politique. 1892-1893, p. 47. — Léon Bloy, Les dernières colonnes de l’Église, 1903, p. 167-173. — Pierre Dabry, Les catholiques républicains. Histoire et souvenirs, 1890-1903, Paris, Chevalier & Rivière, 1905, p. 130, 663-664. — Joseph Brugerette, Le prêtre et la société contemporaine, II. Vers la Séparation de l’Église et de l’État (1871-1908), Paris, Lethielleux, 1935, p. 460. — Pierre Sorlin, Waldeck-Rousseau, Paris, Armand Colin, 1966, p. 373, 426. — Jeanne Caron, Le Sillon et la démocratie chrétienne, 1894-1910, Paris, Plon, 1967, p. 116. — Jean-Marie Mayeur, Un prêtre démocrate, l’abbé Lemire. 1853-1928, 1968, Paris, Casterman, p. 325. — Pierre Pierrard, « Les catholiques dreyfusards, l’École de Lyon et le Comité catholique pour la défense du droit », dans L’Esprit républicain, colloque d’Orléans, 4 et 5 septembre 1970, 1972, p. 417-421 [417, 419]. — Édouard Estaunié, Souvenirs, Genève/Paris, Droz, 1973, p. 142-145. — Jean-Marie Mayeur, « Les catholiques dreyfusards », Revue historique, CCLXI/2, 1979, p. 336-361. — Bernard Montagnes, « Lacordaire vu par le père Cormier », Mémoire dominicaine, 6, printemps 1995, p. 267-280. — Émile Poulat, Histoire, dogme et critique dans la crise moderniste, 3e éd., Paris, Casterman, 1996, p. L, 632. — Guy Bedouelle, « De la thèse et de l’hypothèse. L’édit de Nantes et les catholiques français au 19e siècle », dans Michel Grandjean, B. Rousset (dir.), Coexister dans l’intolérance. L’édit de Nantes (1598), Genève, Labor et Fides, 1998, p. 385-398 [p. 394-396]. — Pierre Pierrard, Les chrétiens et l’Affaire Dreyfus, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1998, p. 128. — Olivier Prat, « “Vers une IVe République”. La naissance de la Jeune-République (1910-1914) », dans Institut Marc Sangnier, Marc Sangnier en 1910. La lettre « Notre charge apostolique » et ses suites. Actes de la journée d’études du vendredi 29 septembre 2000, Paris, 2002, p. 35-53. — Christian Sorrel, Libéralisme et modernisme : Mgr Lacroix (1855-1922). Enquête sur un suspect, Paris, Les Éditions du Cerf, 2003, p. 289, 395, 403.Vincent Goulet, « “Transformer la société par l’enseignement social”. La trajectoire de Dick May, entre littérature, sociologie et journalisme », Revue d’histoire des sciences humaines, 19, 2008/2, p. 117-142 [p. 126]. — Jean-Marie Mayeur, « Le Comité catholique pour la défense du droit, une phalange de dreyfusards avancés », dans Gilles Manceron, Emmanuel Naquet (dir.), Être dreyfusard hier et aujourd’hui, Rennes, PUR, 2009, p. 213-216 [p. 214]. — Martin Dumont, Le Saint-Siège et l’organisation politique des catholiques français aux lendemains du Ralliement. 1890-1902, Paris, Honoré Champion, 2012, p. 141-143. – Tangi Cavalin, « Saint Maximin dans la nouvelle province de Toulouse : clef de voûte ou simple pierre de l’édifice ? Le premier provincialat Cormier (1865-1869) », dans Tangi Cavalin, Augustin Laffay (dir.), Un siècle de vie dominicaine en Provence (1859-1957). Saint Maximim et la Sainte-Baume, Nancy, Arbre bleu éditions, 2019, p. 55-85 [p. 64].

Haut de page

Œuvre

Ouvrages :

Les décrets. Leurs causes et leurs conséquences (1880) ; La doctrine spirituelle de saint Thomas d’Aquin (1885) ; Saint Thomas d’Aquin et la philosophie cartésienne (1890) ; Les philosophes contemporains (1891) ; La République et la politique de l’Église (1892) ; L’Église et la démocratie, histoire et questions sociales (1893) ; La pacification politique et religieuse (1893) ; L’Église et la France moderne (1897) ; Les catholiques et la liberté politique (1898) ; La politique pratique à l’heure présente (1901) ; La crise religieuse et les leçons de l’histoire (1902) ; La préparation à la foi (1904) ; L’Église vengée. Réponse à la brochure de M. Anatole France : L’Église et la République (1904) ; Le Despotisme jacobin. Lettre d’un libéral (1906) ; La Défense de la Foi (1907) ; Les Modernistes (1909).

Articles :

Revue thomiste : « Le socialisme contemporain », I, 1893, p. 65-81 ; « Les doctrines politiques de saint Thomas », I, 1893, p. 303-315 ; « Le sentiment chrétien dans Lamartine », II, 1894, p. 43-65 ; « L’idée de l’État », IV, 1896, p. 100-117. Une conférence (« La Justice et le Droit ») a été publiée dans Morale sociale, leçons professées au Collège libre des Sciences sociales (Paris, Félix Alcan, 1899), p. 90-101.

La Démocratie : « La République et l’Histoire », 12 décembre 1910 ; « Le droit divin et le droit populaire », 16 décembre 1910 ; « Montalembert », 22 décembre 1910 ; « Le Problème », 6 janvier 1911 ; « Les Libéralismes – À M. François Veuillot », 12 janvier 1911 (p. 2) ; « Maître et valet », 14 janvier 1911 ; « La thèse et l’hypothèse », 21 janvier 1911 ; « L’apostasie nationale », 28 janvier 1911 (p. 2) ; « L’État laïque », 30 janvier 1911 ; « Les causes politiques du conflit religieux », 15 février 1911 ; « Lamartine », 19 février 1911 ; « Le Trône et l’Autel », 24 février 1911 ; « Sous la Troisième République », 10 mars 1911 ; « Un précurseur », 17 mars 1911 ; « Le Pape et le Cardinal », 18 mars 1911 ; « Catholiques républicains », 20 mars 1911 ; « La contre-Révolution et la puissance des mots », 4 avril 1911 ; « Où est le calomniateur ? », 9 avril 1911 (p. 2) ; « Bossuet », 1er novembre 1911 ; « Lacordaire », 15 novembre 1911.

Quelques poésies, dans L’Année dominicaine : « Adieux à Flavigny », t. XIX, 17 octobre 1880, p. 563-564 ; « Vision. Au TRP Chocarne pour le jour de sa fête », t. XXI, p. 136-137 ; « Aux exilés », t. XXII, p. 468-469 ; « Saint Dominique aux pieds de la croix », t. XLIX, p. 338-340 ; « À Mgr Altmayer », t. XLIX, p. 420. En 1874, il avait fait paraître un volume de poésies, sous le pseudonyme d’Élisée Lagrange, Exil et Patrie.

Certains de ses sermons ont été également publiés : Discours prononcé à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’épiscopat de S.S. le Pape Pie IX, à Grunenwald-Hall (1877) ; « Le péché, suite de la faiblesse humaine », Dominicales, 1885, p. 318-325 ; « Quel sera le nombre des élus », L’enseignement catholique, XXXIII, 1884, p. 562-568.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Vincent Maumus à Nancy, 1870
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2444/img-1.png
Fichier image/png, 573k
Titre Vincent Maumus, prédicateur renommé
Légende Cette photographie date probablement des années 1880. Prédicateur de renom, il apparaît surtout ici comme un homme de doctrine, comme le suggère son appui sur un ouvrage volumineux, peut-être La Somme de Thomas d’Aquin.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2444/img-2.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Au couvent du Faubourg Saint-Honoré à Paris en 1892
Légende Vincent Maumus avec les frères du couvent du Saint-Sacrement, au second rang, le premier tout à fait à droite, la main posée sur sa hanche. Parmi les frères, on distingue juste derrière lui Vincent Scheil ; au fond, côte à côte, entre la porte et la fenêtre, deux jeunes frères : Marie-Albert Janvier et Ambroise Gardeil ; assis, le second, à gauche, Bernard Chocarne.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2444/img-3.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Avec Waldeck-Rousseau
Légende Vincent Maumus sans doute dans la propriété de Pierre Waldeck-Rousseau (à droite), à Corbeil-Essonnes, au bord de la Seine. Il est piquant de voir Vincent Maumus en habit dominicain alors que la République anticléricale fait en sorte que les religieux disparaissent de l’espace public.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2444/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Martin Dumont, « MAUMUS Vincent », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, M, mis en ligne le 15 février 2020, consulté le 29 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/2444

Haut de page

Auteur

Martin Dumont

Notices du même auteur

  • GAYRAUD Innocent [Texte intégral]
    GAYRAUD Hugues Hippolyte à l’état civil ; GAYRAUD Marie-Innocent en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, G
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search