Navigation – Plan du site

MAURICE Jean

MAURICE Jean Marie Paul à l’état civil ; Ambroise en religion
Tangi Cavalin et Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Né le 15 juillet 1912 à Rupt-sur-Moselle (Vosges), mort le 26 juillet 1982 à Corbara (Corse).
Aumônier régional (JAC et LAC) ; prêtre-ouvrier agricole dans la plaine de Meaux ; prieur du couvent de Corbara (1960-1964).

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 27/09/2019.

Texte intégral

Vestition pour la Province de France : 11 novembre 1932 à Amiens
Profession simple : 12 novembre 1933 à Amiens
Profession solennelle : 8 décembre 1937 au Saulchoir de Kain (Belgique)
Ordination sacerdotale : 16 juillet 1939 au Saulchoir de Kain

1Natif de Lorraine, fils de Paul Maurice, horloger, et d’Anna Maurice (sans lien de parenté), mariés en 1911, Jean Maurice, est l’aîné d’une famille chrétienne de onze enfants (deux frères et cinq sœurs sont encore vivants au moment de son entrée au noviciat). Adulte, il fera référence à ce père qui lui a appris la minutie de la mécanique, mais aussi à son grand-père bûcheron qui lui a transmis en même temps que le goût d’une vie au grand air celui du travail manuel. Il grandit dans une atmosphère de chrétienté près de la chapelle du hameau de Travexin dont la famille a financé la construction quelques années avant sa naissance : dès l’âge de sept ans, il se sent appelé à devenir prêtre et ne déviera jamais de cette vocation.

Des années d’études marquées par la maladie (1932-1941)

2Après des études secondaires au petit séminaire de Mattaincourt, il intègre le grand séminaire de Saint-Dié où il ne reste qu’un an, car il décide de prendre l’habit de Saint-Dominique dans la perspective de devenir missionnaire. Il entre en 1932 au noviciat d’Amiens, puis rejoint l’année suivante le couvent d’études à Kain en Belgique jusqu’à ce qu’une grave anémie le contraigne à arrêter ses études en mars 1933, ce qui lui vaut également d’être exempté de service militaire l’année suivante : troubles physiologiques et nerveux le rendent inaptes à tout effort physique ou intellectuel. Les médecins, un moment, craignent pour sa vie.

Dans la cour du couvent de Corbara, avec les frères en convalescence

Dans la cour du couvent de Corbara, avec les frères en convalescence

Le couvent corse de Corbara, en Balagne, occupe une place particulière dans l’histoire de la province de France. S’il est un couvent d’apostolat, la proximité de la nature, l’éloignement des centres urbains et l’insularité se conjuguent pour en faire aussi un lieu de repos ou de retrait, voire d’exil. Il aura cette fonction pour Jean Maurice au début comme à la fin de sa vie dominicaine. Les frères « fatigués » rassemblés devant l’objectif du photographe dans le cloître du couvent, en 1936, sont Réginald Monpeurt, Grégoire Bourgois (novice), André Obein, Jean Maurice (de gauche à droite).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Après six mois passés dans sa famille, dans les Vosges, et presque deux ans au couvent des dominicains de Corbara, il reprend suffisamment de forces pour terminer son cursus de philosophie à Coublevie (octobre 1936-juin 1937), puis revenir au Saulchoir de Kain pour suivre les cours de théologie. Ordonné prêtre en juillet 1939 par Mgr Amoudru, il est mobilisé d’avril à septembre 1940 à Issoire (Puy-de-Dôme), d’où il gagne le couvent d’Étiolles en Seine-et-Oise (le studium avait déménagé pendant l’été 1939) pour achever ses études en 1941.

Amiens, le noviciat 1932-1933

Amiens, le noviciat 1932-1933

Jean Maurice entre dans l’Ordre des dominicains à un moment, l’entre-deux-guerres, où les recrues sont nombreuses. Autour du maître des novices, le père Périnelle (assis au premier rang au centre), ils sont vingt-cinq à avoir pris l’habit cette année 1932 (cinq ne persévéreront pas). Maurice est au dernier rang, le deuxième en partant de la droite. Quelques figures de l’Ordre sont reconnaissables : Pie Duployé (premier rang, deuxième en partant de la gauche), Jean Fiey (son voisin de droite) ; Réginald de Metz, Augustin Jomier, Benoît Falaize, Thomas Baudot (deuxième rang, de gauche à droite) ; Georges Renard et Raymond Spitz (troisième rang, troisième et quatrième à partir de la gauche).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

La mission rurale aux côtés du frère Michel Épagneul (1941-1943)

4Il est alors désigné pour renforcer l’équipe engagée dans l’apostolat rural qui, depuis l’automne 1940, organisait des missions paroissiales en Île-de-France. S’il s’agit de lutter contre la « déchristianisation » de ces campagnes, selon le vocabulaire en usage alors, l’équipe cherche dès ses premiers pas à se singulariser par une prédication qui se focalise moins sur l’injonction au retour à la pratique religieuse que sur un enseignement catéchétique visant à transmettre le message de la charité chrétienne. Il assiste aux journées missionnaires du Saulchoir du 14 au 16 janvier 1941 qui sont l’occasion de définir les moyens et les objectifs du travail dominicain missionnaire afin d’aider les évêques et les curés à rechristianiser leurs diocèses et leurs paroisses. À l’issue des débats, il s’avère qu’il est nécessaire de s’orienter vers des missions brèves et fréquentes, sans défraiement et dans des paroisses sans curé. Immédiatement entraîné par le dominicain Michel Épagneul dans une mission paroissiale autour de Lésigny (Seine-et-Marne), Jean Maurice mesure l’étendue du détachement religieux de cette région de grande culture : « Me voilà missionnaire, dans le bled, le vrai. Il y a à faire du neuf dans ce vieux pays de Brie plus qu’en missions lointaines. » Mais lorsque le frère Épagneul lui propose de se joindre à lui pour fonder une nouvelle famille religieuse spécifiquement dédiée à l’évangélisation des zones rurales, les frères missionnaires des campagnes, il refuse de le suivre, considérant que ce travail missionnaire doit être porté par l’Ordre dominicain, en lien avec les structures conventuelles. Cette option va désormais structurer toute son action de religieux.

La mission rurale dominicaine : un nouveau modèle missionnaire hors des cadres paroissiaux traditionnels (1943-1956)

5À la demande du chanoine Boulard, aumônier national de la Jeunesse agricole catholique (JAC), et sur la proposition du provincial Antonin Motte, il devient l’un de ses aumôniers, ce qui le conduit de mai à juin 1942 à être détaché à l’aumônerie nationale. En 1943, pour échapper au STO, il s’embauche quelque temps dans une ferme comme vacher : il entrevoit dans cette expérience la possibilité d’approcher des individus qui n’ont plus aucun contact avec l’Église et en tirera profit quelques années plus tard lorsqu’il voudra se mêler le plus possible à la vie des ouvriers agricoles. Les notes de ses cahiers montrent qu’il consacre une grande partie de son temps à l’Action catholique dans le but d’assurer un prolongement aux missions et d’engager auprès des laïcs une action à plus longue échéance. En avril 1944, il est à la fois aumônier fédéral de la Ligue agricole catholique (LAC), aumônier régional de la JAC et aumônier de cercles de ménages d’exploitants de grande culture. À la demande du chanoine Féron, aumônier national du Mouvement familial rural (MFR), il développe cet apostolat auprès du patronat agricole diocésain, mais refuse d’entrer au secrétariat général du mouvement. Il prend progressivement conscience que ces fonctions d’encadrement sont insuffisantes pour promouvoir la mission et préconise l’implantation d’une équipe missionnaire sur place pour partager complètement la vie rurale.

Ouvrier agricole

Ouvrier agricole

C’est comme vacher-laitier que Jean Maurice gagne sa vie dans les grandes fermes de la plaine de Meaux. Cette photographie, publiée avec d’autres dans un reportage de 1950 de La Vie Catholique illustrée sur les « dominicains en roulotte », frappe l’imagination du public. Elle contribue à confondre les missionnaires ruraux avec les prêtres-ouvriers en usine.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

6Jean Maurice privilégie alors le souci de proximité avec les habitants, quels qu’ils soient, et l’exercice d’un apostolat durable en recherchant des formes missionnaires adaptées aux problèmes posés par l’abandon religieux des petits villages d’Île-de-France. S’il est persuadé que l’Action catholique est une contribution précieuse à l’effort missionnaire et qu’il faut tenter de l’implanter, il ne réduit pas la mission à ce seul but. Il expliquera d’ailleurs aux journées missionnaires de La Tourette, en février 1947, que « les missions l’ont amené à l’Action catholique et que celle-ci le ramène à la mission » refusant d’opposer, comme le font d’autres sessionnaires, les deux formes d’apostolat. Le père Louis-Joseph Lebret, alors soucieux de maintenir le lien entre toutes les novations apostoliques en présence, lui décerne aussitôt, sur un mode humoristique, le titre de « prophète de l’Arbresle ». Jean Maurice, percevant mal la spécificité du travail ouvrier et la force des organisations liées au Parti communiste, surestime alors l’influence de son modèle dans le mouvement missionnaire français. C’est en effet la divergence entre les différentes formes d’engagement sur le terrain missionnaire qui va l’emporter dans les années qui suivent. Le goût pour la synthèse exprimé par Maurice prend sens en fonction du cadre sociologique auquel il se réfère. Le monde de l’usine et les luttes ouvrières dans les grandes agglomérations induisent des logiques de rupture auxquelles les plus engagés des prêtres-ouvriers ne croiront pas pouvoir se soustraire, tandis que le travail dans les exploitations agricoles s’exerce dans un contexte social et idéologique beaucoup moins investi par les militants communistes. La défense des conceptions englobantes alors défendues par Économie et humanisme et que reprend Jean Maurice s’y heurte beaucoup moins à un système d’emprise politique concurrent.

La carte syndicale de la CGT de Jean Maurice (1948)

La carte syndicale de la CGT de Jean Maurice (1948)

La première adhésion syndicale de Jean Maurice à la CGT s’effectue à la section d’Arles, très loin des plaines du Bassin parisien, alors qu’il est embauché quelque temps dans un domaine viticole à des fins d’enquête et de comparaison avec les conditions de travail de la Seine-et-Marne. C’est par l’intermédiaire de Jacques Lœw, dominicain docker marseillais, qu’il a obtenu les recommandations nécessaires. On notera que s’il se présente professionnellement comme vacher-laitier, il inscrit son prénom religieux plutôt que celui de l’état civil.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7Jean Maurice, à l’affût des méthodes apostoliques comme celles du Centre de pastorale liturgique (les paraliturgies catéchuménales) ou d’Économie et Humanisme dont il partage les analyses et auxquelles, d’ailleurs, il participe (il enquête, par exemple, sur l’alternance des activités agricoles et artisanales dans sa région natale des Vosges), conçoit la mission comme une possibilité de changer les convictions des ouvriers agricoles si tout est mis en œuvre pour impulser un élan, voire un modèle communautaire. C’est dans ce sens qu’il écrit en septembre 1945 à Antonin Motte pour l’informer de l’évolution du monde rural, soulignant qu’une « sourde mais méthodique pénétration de l’esprit marxiste » est en train de le traverser et qu’il est nécessaire de constituer une équipe vouée à l’apostolat rural. Se référant toujours à Économie et Humanisme – il se rend d’ailleurs du 6 au 11 février 1946 à l’Arbresle où il s’entretient avec Henri Desroche, Thomas Suavet, Alain Birou et Louis-Joseph Lebret afin de créer les meilleures conditions de prise en charge du prolétariat agricole – il lui rappelle dans cette même lettre qu’il coopère avec le Centre d’études rurales, fondé par René Colson et soutenu par Benoît Allo, aumônier national de la JAC, au sujet du prolétariat agricole. Lors des journées d’études (24 au 26 avril 1946) sur l’apostolat rural au couvent Saint-Jacques, qu’il anime avec Benoît Allo et Paul Grandin, il défend l’intérêt d’une certaine spécialisation du secteur rural ce qui implique de choisir quelques secteurs territoriaux dont il faudrait étudier les composantes mais aussi les problèmes sociaux et économiques. Cherchant à élargir ses perspectives sur les conditions de travail des ouvriers agricoles, il s’embauche quelques jours, en mai 1947, dans un domaine viticole, près de Béziers, ce qui lui permet de mieux appréhender les spécificités des grandes fermes de Seine-et-Marne. Il préconise une sorte de mission régionale permanente qui permettrait de connaître expérimentalement un « secteur humain » plus vaste que la paroisse qui lui apparaît comme une circonscription territoriale dépassée par les transformations sociologiques et économiques contemporaines. Il souligne que ce travail ne peut se faire qu’en équipe et qu’il ne saurait à lui seul le réaliser. Il ne cesse de réclamer le renfort de quelques frères et finit par obtenir qu’Henri-Dominique Desobry le rejoigne.

La roulotte dominicaine, entre les œuvres et la mission

La roulotte dominicaine, entre les œuvres et la mission

La mission menée à partir de la roulotte n’est pas une invention des dominicains. D’autres congrégations religieuses avaient ouvert la voie, comme les Fils de la Charité. De même, les méthodes des religieux, comme ici la classique séance du cinéma de patro, ne sont que partiellement en rupture avec celles en vigueur dans l’entre-deux-guerres. Plutôt que d’opposer les modes de présence, le père Jean Maurice fait feu de tout bois dans son entreprise de lutte contre la déchristianisation.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8C’est ainsi qu’à partir de 1947, Jean Maurice vit sur place, dans le secteur du Multien, avec Henri-Dominique Desobry. En octobre, à l’exemple des oblats qui sillonnent la Creuse et la Haute-Vienne avec leurs roulottes, il en achète une dans un surplus américain, qu’il équipe en grande partie lui-même, pour en faire à la fois un lieu de réunion, de culte et de vie quotidienne. Il la déplace de village en village à l’aide de tracteurs empruntés à des paysans et y habite périodiquement. La roulotte est un lieu ouvert qui sert à toutes sortes de réunions en liaison étroite avec les curés des paroisses du secteur. Cet achat met en œuvre une autre conception missionnaire : elle est désormais conçue à l’échelle d’une région, sur une longue durée, autour d’un véhicule significatif de la dimension itinérante de la mission, la roulotte, et à partir du travail salarié en lien avec le Centre de pastorale liturgique, Économie et Humanisme, l’Action catholique rurale et l’équipe de la mission ouvrière du 48 avenue d’Italie. Jean Maurice parle de « mission régionale à longue échéance » pour désigner cette conception de la mission qui fait feu de tout bois plutôt que de privilégier une méthode à l’exclusion d’autres. Parallèlement, il travaille au gré des embauches comme ouvrier agricole dans des grosses fermes employant en moyenne quinze à quarante ouvriers. Ce travail, pensé comme un moyen de compréhension du milieu agricole, l’amène, en 1948, à se syndiquer à la CGT bien qu’il ne soit pas d’accord avec toutes ses orientations (il est alors vacher-laitier) dans le but d’inciter ses compagnons de travail à s’organiser et pouvoir les soutenir dans leurs revendications. L’objectif du travail dans les fermes est double : il offre la possibilité de connaître les conditions de vie des ouvriers agricoles, mais aussi le fonctionnement d’une grosse exploitation. C’est à partir de cette vue d’ensemble qu’il est possible d’assurer une certaine éducation ouvrière, notamment à partir des techniques, afin que les ouvriers acquièrent une autonomie.

9Il essaye également d’inscrire dans les faits les conceptions de réforme des structures préconisées par Économie et humanisme en gérant de manière communautaire une grosse exploitation agricole de Trocy-en-Multien : salaires plus élevés, participation des ouvriers aux décisions. L’expérience, suscitant l’inquiétude de certains gros exploitants agricoles de la région, ne parvient pas à faire école et, au bout d’une décennie, s’interrompt brusquement lorsque le propriétaire refuse de renouveler le fermage. Cet échec est révélateur des résistances rencontrées par l’expérience de la mission rurale, parfois assimilée à celle des prêtres-ouvriers en usine. Déjà en 1949, lors d’une conférence à Coubert, puis en janvier 1950, à la suite de la publication dans La Vie catholique illustrée d’un reportage sur les « dominicains en roulotte », certains grands propriétaires de la plaine de Meaux s’étaient dits scandalisés par les propos « communistes » de Jean Maurice. Quelques années plus tard, en 1954-1955, lors de la condamnation des prêtres-ouvriers et de la reprise en main concomitante de la branche française de l’Ordre des frères prêcheurs, il faut beaucoup de diplomatie à Jean Maurice pour éviter que la mission rurale et ses prêtres-ouvriers agricoles ne soient emportés dans la tourmente.

La messe dans la roulotte

La messe dans la roulotte

Entouré de quelques villageois, assisté du frère Henri-Dominique Desobry, Jean Maurice célèbre la messe dans la roulotte. Le cliché est un classique de l’image religieuse des années 1940 : après la journée de travail, le prêtre, dans un lieu profane, au plus près des fidèles, rejoue dans une liturgie dépouillée la célébration eucharistique qui soude la communauté chrétienne.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

10En juin 1951, il rappelle au chapitre provincial la situation de l’équipe missionnaire du Saulchoir, dresse un bilan positif de ses activités et, sur cette base, propose, si l’Ordre veut bien y assigner un ou deux frères, d’étendre la mission à un autre secteur, celui de la plaine de Melun. Entendu sur le premier point, il ne l’est pas sur le second et le champ d’action restera limité au pays de Meaux. Lorsque Jean-Marie Savey vient renforcer l’équipe à l’automne 1951, Jean Maurice achète une deuxième roulotte (les pères ont chacun une moto pour se déplacer) pour démultiplier leur activité missionnaire. Mais, tout en articulant la vie de l’équipe autour du travail dans les fermes, il la réoriente dans un sens plus strictement dominicain en cherchant à ce qu’elle coordonne davantage le réseau des militants actifs pour les épauler afin de les « rendre plus conscients du christianisme qui les anime ». Il est également très soucieux de maintenir des liens avec le couvent de Saint-Jacques auquel l’équipe est désormais rattachée afin d’éviter qu’elle ne se replie sur ses préoccupations et perde contact avec la vie conventuelle qu’elle doit au contraire nourrir de son apostolat : Maurice rejette ainsi, avec constance, toute séparation de la mission et de la vie conventuelle, à rebours des choix opérés à tort, selon lui, par les équipes rurales de la Creuse et de l’Indre relevant de la province dominicaine de Lyon qui n’ont gardé qu’un lien juridique avec leur couvent d’origine. Lui-même doit non seulement assurer la liaison entre diverses équipes (celle des pères, des aides familiales, des missionnaires laïques, des militants d’organismes temporels, des dirigeants d’Action catholique), mais susciter et développer une réflexion, voire des analyses, au sein des multiples engagements religieux. Jean Maurice est d’autant plus habilité à infléchir le travail de l’équipe qu’elle vient de s’enrichir de la présence de deux sœurs dominicaines des campagnes qui s’insèrent dans le secteur en travaillant comme ouvrières agricoles (binage des betteraves). Participant à l’effort missionnaire et complétant auprès des femmes l’apostolat des pères, ces sœurs ressentent rapidement la nécessité d’une implantation permanente. Leur nombre augmentera suffisamment pour que celle-ci ait lieu en 1955 à May-en-Multien, non loin des pères dominicains, cette localisation ayant été négociée longuement entre Jean Maurice et la supérieure des sœurs missionnaires des campagnes.

Prêtre « au service du prolétariat agricole »

Prêtre « au service du prolétariat agricole »

Cette photo, toujours issue du reportage de La Vie catholique, illustre idéalement le titre de l’article : « Au service du prolétariat agricole ». L’usage du terme à connotation marxiste, ainsi que certains propos de Jean Maurice sur la misère (« collective et abrutissante ») et les conditions de travail (la grosse ferme « n’est plus à l’échelle humaine, elle écrase l’homme »), produisent de vives réactions parmi les propriétaires de la plaine de Meaux qui se sentent mis en cause par ce prêtre « qui apporte de l’eau au moulin de Staline » (propos de l’un d’entre eux, noté par Maurice dans son journal personnel).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

11Jusqu’en 1956, l’équipe missionnaire, qui accueille souvent des étudiants dominicains qui viennent leur donner des coups de main au moment des récoltes, impulse une telle dynamique religieuse dans le secteur du Multien (30 paroisses) dont elle a la charge que l’évêché de Meaux lui confie un second secteur, voisin du premier, le Valois (23 paroisses). Jean Maurice demande à Henri-Dominique Desobry d’animer cette nouvelle mission. Croisant travail saisonnier ou à plein-temps et structuration pastorale des deux secteurs, l’équipe entretient, incontestablement, un élan missionnaire. En étant en prise avec les problèmes du monde rural dans cette région de grande culture et à l’écoute de la vie quotidienne de ceux qui y travaillent, la mission en roulotte apparaît, à juste titre, comme un exemple de renouveau pastoral.

La défaillance du père Maurice et son retrait progressif de la mission rurale (1956-1959)

12Au printemps 1956, Jean Maurice, surmené depuis plusieurs années par l’activité qu’il déploie, perd pied, au point de devoir suspendre son apostolat et fuir la plaine de Meaux. En effet, le jour de la Pentecôte, son sermon aux accents enfiévrés et mystiques alerte certains fidèles sur son état de santé, avant que la confession, quelques heures plus tard, d’un laïc, ne révèle le déséquilibre psychique du religieux : à celui qui est venu chercher conseil auprès de lui sur des questions de chasteté, il avoue sa fatigue extrême qui le fait souffrir et à laquelle il n’entrevoit d’issue que dans une relation avec une femme – relation qu’il qualifiera lui-même de « mystico-érotique ». Arrivé au domicile conjugal de son confident pour trouver réponse à son désir, il se reprend soudain en voyant l’état de stupeur du couple qu’il quitte après l’avoir béni.

13Prenant alors la fuite, il est hospitalisé à Levallois-Perret d’où le médecin, incapable d’établir un diagnostic, l’oriente dans une clinique spécialisée du Vésinet. Pour Maurice, c’est une « rupture violente » et une « blessure extrêmement douloureuse » (lettre du 20 juillet 1956). Il se reproche, par sa défaillance, sa « gaffe monstrueuse » et sa perte « du contrôle rationnel » (lettre du 3 juin 1956), d’avoir trahi la confiance de ses supérieurs et sa mission évangélisatrice. Il refuse de rester plus longtemps à la clinique du Vésinet souhaitant gagner le couvent du Saulchoir. Son provincial, Vincent Ducatillon, s’y oppose estimant que le studium d’Étiolles est trop proche de la Seine-et-Marne. Il lui enjoint de partir pour le couvent corse de Corbara afin qu’il s’y repose et s’y consacre à des travaux manuels en évitant tout contact apostolique avec les populations locales. L’alerte est jugée suffisamment grave pour qu’à plusieurs reprises, dans les mois qui suivent, son séjour en Corse soit prolongé malgré la volonté de l’intéressé de regagner son cher couvent du Saulchoir. Ce n’est donc qu’en avril 1957 qu’il rejoint la région parisienne, sans avoir totalement apaisé les inquiétudes de ses supérieurs alertés par le ton et le contenu de certaines de ses correspondances avec des religieuses. Maurice, conscient de sa fragilité psychologique, cherche à se prémunir d’une rechute en effectuant de nouveaux séjours prolongés à Corbara en 1957 et 1958. Lorsque l’expérience de la ferme communautaire de Trocy s’interrompt, il se fait prêter une maison dans l’Oise dont il fait un lieu d’accueil et de repos jusqu’à son départ définitif.

14Son absence de la plaine de Meaux au cours de l’année 1956-1957 laisse l’équipe démunie. Les responsabilités d’Henri-Dominique Desobry, chargé de la direction de la mission régionale du Valois et de l’aumônerie d’une équipe MFR patronale, et celles de Jean-Marie Savey, membre de la commission diocésaine des ouvriers agricoles et responsable du soutien de saisonniers italiens, ne leur laissent pas suffisamment de disponibilité pour faire face aux nombreuses demandes de prédication, aux exigences d’encadrement des militants d’Action catholique ou d’associations familiales ou encore à la nécessité d’accompagner la récente installation des sœurs dominicaines des campagnes. L’équipe manque de renfort et se fragilise d’autant que Jean Maurice, lorsqu’il retrouve sa place à Pâques 1957 après son long repos au couvent de Corbara, doit se ménager et qu’Henri-Dominique Desobry sera appelé à d’autres fonctions à l’automne 1958. Le 25 mai 1959, Jean Maurice écrit à son prieur : « Durant ces trois années de maladie, j’ai été particulièrement inefficace sur notre zone de mission (au nord-est de Paris). Je n’ai jamais lâché le contact, et moins encore le souci et la charge spirituelle de tout ce pauvre peuple. Mais notre équipe a souffert de mon éloignement. […] L’évolution de la plaine à la suite de ces douze ans de travail méthodique et surtout par suite de l’évolution économique et psychologique […] m’invite, pour ma part, à quitter Trocy et à choisir une nouvelle forme d’engagement qui va sans doute se préciser dans les mois qui viennent. » Plaidant une fois de plus pour la nécessité de renouveler l’apostolat dominicain en liaison avec l’activité conventuelle, selon les préconisations anciennes du théologien Henri Féret, il regrette que l’équipe des missionnaires ruraux du Saulchoir n’ait jamais été intégrée à la réflexion théologique du corps des lecteurs de manière à ce « que le couvent redevienne une école de théologie en plein de la vie ». Bien que sa lettre cherche à montrer un bilan positif de son apostolat et plaide pour que l’Ordre n’abandonne pas les missions rurales, qu’elle les relie même aux missions ouvrières urbaines, l’équipe ne survivra pas à son plaidoyer. Incapable de retrouver un équilibre psychologique, Jean Maurice quitte définitivement la plaine de Meaux et la métropole pour la Corse.

Corbara, sans retour (1959-1982)

15C’est d’abord, comme en 1956, en tant que simple hôte de passage qu’il frappe à la porte du couvent de Corbara à l’automne 1959 puisqu’il reste assigné au couvent parisien de Saint-Jacques. Il retrouve la Balagne qu’il avait découverte et dont il avait apprécié la beauté lorsqu’il était étudiant puis lors de sa convalescence de 1956-1957. Il va s’attacher à ce couvent et ne le quittera plus sauf pour de rares voyages dans sa famille ou à Lourdes ou encore pour des séjours à l’hôpital.

16À peine est-il en Corse depuis quelques semaines, en décembre 1959, que le couvent subit une restructuration de son personnel et de ses activités consécutives aux décisions du chapitre provincial de l’été précédent. Il s’agissait d’éviter la fermeture de Corbara en en reprenant la direction et en redéfinissant sa raison d’être apostolique. Fidèle à sa conception de l’obéissance religieuse, Maurice prête un concours énergique au visiteur envoyé sur place pour appliquer les décisions du chapitre : à l’issue d’une visite canonique mouvementée, le couvent, dont plusieurs frères sont éloignés sans être remplacés, est réduit à l’état de maison non priorale (domus). En raison de sa conduite, Maurice est alors nommé le 12 janvier 1960 par le provincial Joseph Kopf supérieur, avec pour mission de refaire « l’unité et la paix des pères qui restaient au couvent » (souvenirs de Jean Maurice). Sa fonction sera renouvelée le 12 février 1963 et il l’assumera jusqu’au moment où, en février 1964, frappé d’épuisement et incapable de faire face à de nouvelles difficultés, il donne sa démission. N’ayant plus, juridiquement, de raison de vivre à Corbara, il manifeste le souhait d’y rester comme membre de la communauté et obtient son assignation le 28 février 1964.

Déclaration de l’association Le Ritiro

Déclaration de l’association Le Ritiro

Journal officiel de la République française, 10 février 1961.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

17Il ne reste toutefois pas inactif : c’est dans le cadre de ses fonctions, et en application des décisions du chapitre provincial, qu’il crée le 15 janvier 1961 l’association Le Ritiro de Corbara destinée à créer dans deux ailes du couvent un centre d’accueil et de prière, à la fois lieu de rencontre de vacanciers, originaires de Corse ou non, de retraites individuelles ou collectives, de haltes spirituelles et de sessions bibliques. Il impulse ce type nouveau de ministère lié au développement du tourisme en se consacrant à l’organisation matérielle (réaménagement de l’hôtellerie) et spirituelle de ce Ritiro dont il sera le président jusqu’à ce que la maladie le contraigne à s’aliter. De la même façon qu’il avait conçu sa dernière demeure dans l’Oise comme un lieu dédié au repos, il opère des aménagements dans le couvent de Corbara de manière à y accueillir les religieux dominicains éprouvés par des apostolats dévorants. C’est dans cet état d’esprit qu’il fait paraître en 1963 une chronique du couvent corse dans le bulletin provincial Ut sint unum : « C’est qu’en effet notre désir fraternel est d’accueillir davantage les pères fatigués et surmenés par le travail en ville et l’activité de nos couvents urbains. […] Corbara peut devenir de plus en plus un centre de retraites et d’échanges culturels, mais à base de silence et de vraie détente dans une communauté fraternelle » (1er mars 1963).

Corbara, lieu de la mémoire dominicaine

Corbara, lieu de la mémoire dominicaine

Les dominicains ont quitté le couvent de Corbara au début des années 1990. Les frères de la Congrégation de Saint-Jean leur ont succédé. Jean Maurice, qui y est décédé en 1982, est l’avant-dernier frère prêcheur à y être enterré, avant le frère Debuchy. Il aura vécu dans ce couvent plus du tiers de son existence. Les plaques relèvent les noms des frères dont les restes sont rassemblés sous l’église conventuelle. La première plaque (listant les frères décédés jusqu’en 1955) présente leur prénom religieux en latin tandis que celle des frères morts ensuite les francise tandis que le recours au prénom de baptème devient plus fréquent, comme c’est le cas pour le frère Jean (Ambroise) Maurice.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

18À partir de 1976, tenu à l’écart de la vie communautaire par la maladie qui le contraint à demeurer dans sa chambre, Jean Maurice voit ses forces le quitter au cours d’un très long affaiblissement : « Voilà une forme de vie érémitique bien imprévue », confie-t-il de manière légère à l’un de ses supérieurs, lui qui a toujours mis en avant son attachement à la prière commune. Il meurt le 26 juillet 1982. Après la messe des obsèques concélébrée par les pères Vincent-Marie Labigne, Marie-Hugues Debuchy et Patrice Thillaye du Boullay, son corps est inhumé dans le caveau mortuaire du couvent, sous l’autel de Notre-Dame du Rosaire.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — B. Boutier, « Dominicains en roulotte », La Vie catholique illustrée, 236, 22 janvier 1950, p. 9-11. — Journal officiel, 10 février 1961, p. 1590. — Ut sint unum, 456, septembre 1982, p. 7-10. — Charles Suaud, Nathalie Viet-Depaule, Prêtres et ouvriers. Une double fidélité mise à l’épreuve 1944-1969, Paris, Karthala, 2004. — Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule, « En mission dans la plaine de Meaux ou deux types de mission rurale dominicaine », Histoire & missions chrétiennes, 9, mars 2009, p. 75-96. — Christine Sanson, « Une religion peuple », Mère Marie de Saint-Jean (1876-1969) et les origines des DMC, Paris, Les Éditions du Cerf, 1989, p. 664. — Dominicaines ouvrières. Des ouvrières salariées dans l’histoire des dominicaines missionnaires des campagnes témoignent, Équipe DMC des ouvrières salariées en entreprises-retraitées (OSER), 2011.

Haut de page

Œuvre

« Missions paroissiales et Action catholique », Les cahiers du clergé rural, 77, avril 1946. — « La mécanisation en région de grande culture et ses répercussions humaines », Idées et forces, 5, octobre-décembre 1949, p. 38-45. — « L’exportation du travail », Économie et Humanisme, 135, septembre-octobre 1961, p. 10-20.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Dans la cour du couvent de Corbara, avec les frères en convalescence
Légende Le couvent corse de Corbara, en Balagne, occupe une place particulière dans l’histoire de la province de France. S’il est un couvent d’apostolat, la proximité de la nature, l’éloignement des centres urbains et l’insularité se conjuguent pour en faire aussi un lieu de repos ou de retrait, voire d’exil. Il aura cette fonction pour Jean Maurice au début comme à la fin de sa vie dominicaine. Les frères « fatigués » rassemblés devant l’objectif du photographe dans le cloître du couvent, en 1936, sont Réginald Monpeurt, Grégoire Bourgois (novice), André Obein, Jean Maurice (de gauche à droite).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2580/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Amiens, le noviciat 1932-1933
Légende Jean Maurice entre dans l’Ordre des dominicains à un moment, l’entre-deux-guerres, où les recrues sont nombreuses. Autour du maître des novices, le père Périnelle (assis au premier rang au centre), ils sont vingt-cinq à avoir pris l’habit cette année 1932 (cinq ne persévéreront pas). Maurice est au dernier rang, le deuxième en partant de la droite. Quelques figures de l’Ordre sont reconnaissables : Pie Duployé (premier rang, deuxième en partant de la gauche), Jean Fiey (son voisin de droite) ; Réginald de Metz, Augustin Jomier, Benoît Falaize, Thomas Baudot (deuxième rang, de gauche à droite) ; Georges Renard et Raymond Spitz (troisième rang, troisième et quatrième à partir de la gauche).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2580/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Titre Ouvrier agricole
Légende C’est comme vacher-laitier que Jean Maurice gagne sa vie dans les grandes fermes de la plaine de Meaux. Cette photographie, publiée avec d’autres dans un reportage de 1950 de La Vie Catholique illustrée sur les « dominicains en roulotte », frappe l’imagination du public. Elle contribue à confondre les missionnaires ruraux avec les prêtres-ouvriers en usine.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2580/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Titre La carte syndicale de la CGT de Jean Maurice (1948)
Légende La première adhésion syndicale de Jean Maurice à la CGT s’effectue à la section d’Arles, très loin des plaines du Bassin parisien, alors qu’il est embauché quelque temps dans un domaine viticole à des fins d’enquête et de comparaison avec les conditions de travail de la Seine-et-Marne. C’est par l’intermédiaire de Jacques Lœw, dominicain docker marseillais, qu’il a obtenu les recommandations nécessaires. On notera que s’il se présente professionnellement comme vacher-laitier, il inscrit son prénom religieux plutôt que celui de l’état civil.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2580/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre La roulotte dominicaine, entre les œuvres et la mission
Légende La mission menée à partir de la roulotte n’est pas une invention des dominicains. D’autres congrégations religieuses avaient ouvert la voie, comme les Fils de la Charité. De même, les méthodes des religieux, comme ici la classique séance du cinéma de patro, ne sont que partiellement en rupture avec celles en vigueur dans l’entre-deux-guerres. Plutôt que d’opposer les modes de présence, le père Jean Maurice fait feu de tout bois dans son entreprise de lutte contre la déchristianisation.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2580/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre La messe dans la roulotte
Légende Entouré de quelques villageois, assisté du frère Henri-Dominique Desobry, Jean Maurice célèbre la messe dans la roulotte. Le cliché est un classique de l’image religieuse des années 1940 : après la journée de travail, le prêtre, dans un lieu profane, au plus près des fidèles, rejoue dans une liturgie dépouillée la célébration eucharistique qui soude la communauté chrétienne.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2580/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Prêtre « au service du prolétariat agricole »
Légende Cette photo, toujours issue du reportage de La Vie catholique, illustre idéalement le titre de l’article : « Au service du prolétariat agricole ». L’usage du terme à connotation marxiste, ainsi que certains propos de Jean Maurice sur la misère (« collective et abrutissante ») et les conditions de travail (la grosse ferme « n’est plus à l’échelle humaine, elle écrase l’homme »), produisent de vives réactions parmi les propriétaires de la plaine de Meaux qui se sentent mis en cause par ce prêtre « qui apporte de l’eau au moulin de Staline » (propos de l’un d’entre eux, noté par Maurice dans son journal personnel).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2580/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Déclaration de l’association Le Ritiro
Légende Journal officiel de la République française, 10 février 1961.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2580/img-8.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Corbara, lieu de la mémoire dominicaine
Légende Les dominicains ont quitté le couvent de Corbara au début des années 1990. Les frères de la Congrégation de Saint-Jean leur ont succédé. Jean Maurice, qui y est décédé en 1982, est l’avant-dernier frère prêcheur à y être enterré, avant le frère Debuchy. Il aura vécu dans ce couvent plus du tiers de son existence. Les plaques relèvent les noms des frères dont les restes sont rassemblés sous l’église conventuelle. La première plaque (listant les frères décédés jusqu’en 1955) présente leur prénom religieux en latin tandis que celle des frères morts ensuite les francise tandis que le recours au prénom de baptème devient plus fréquent, comme c’est le cas pour le frère Jean (Ambroise) Maurice.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2580/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Tangi Cavalin et Nathalie Viet-Depaule, « MAURICE Jean », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, M, mis en ligne le 27 septembre 2019, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/2580

Haut de page

Auteurs

Tangi Cavalin

Notices du même auteur

  • NASSOUR Ignace-Marie [Texte intégral]
    NASSOUR Georges Jamil à l’état civil ; NASSOUR Ignace-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, N
  • GONNET Paul [Texte intégral]
    GONNET Pierre Jacques à l’état civil ; GONNET Paul en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, G
  • DÉGEORGES Constant [Texte intégral]
    DÉGEORGES Pierre Antoine Marius à l’état civil ; DÉGEORGES Constant-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • DE RUDDER André [Texte intégral]
    DE RUDDER André Henri Gabriel Franz Louis Ghislain à l’état civil ; DE RUDDER Ceslas en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • DE RUDDER Jourdain [Texte intégral]
    DE RUDDER Francis Louis Berthe Guillaume Ghislain [Franz Lodewyk Bertha Willem Ghislaan en flamand] à l’état civil ; DE RUDDER Bertrand-Marie puis Jourdain-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • DESOBRY Henri-Dominique [Texte intégral]
    Desobry André Albert Georges à l’état civil ; Henri-Dominique en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • Tous les textes...

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals