Navigation – Plan du site

DESBLÉS Yves

DESBLÉS Louis Marie Martin à l’état civil ; DESBLÉS Yves en religion
Jean-Michel Potin

Résumé

Né le 5 novembre 1904 à La Bouëxière (Ille-et-Vilaine), mort le 2 mai 1993 à Poitiers (Vienne).
Vicaire de la paroisse du Saint-Nom de Jésus à Lyon, prédicateur itinérant, prêtre-ouvrier, missionnaire dans la Creuse.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 01/02/2018

Texte intégral

• Vestition pour la Province de Lyon : 7 septembre 1924 à Angers
• Profession simple : 5 octobre 1925 à Angers
• Profession solennelle : 12 octobre 1929 à Ryckholt (Pays-Bas)
• Ordination sacerdotale : 12 juillet 1931 à Ryckholt (Pays-Bas)

1On cherchera en vain dans le dictionnaire biographique « Mouvement ouvrier, mouvement social », dit le Maitron, le nom d’Yves Desblés. Alors qu’il devient ouvrier dès 1914, à l’âge de dix ans, qu’ordonné prêtre en 1931 il accompagne des groupes de jocistes à Lyon puis se fait embaucher sur des chantiers en Ardèche puis dans la Drôme, il ne semble pas entrer – sans doute avec raison – dans le cadre du mouvement ouvrier. Cela suffit à rendre intéressant la personnalité de ce dominicain qui a traversé le siècle en s’y engageant tout en étant légèrement à côté des structures qui étaient censées l’y aider.

« Grand, fort et bête » 1904-1932

2Né Louis Marie Martin Desblés (il est fréquent de voir dans plusieurs documents l’orthographe Deblées) au début du siècle dans un gros bourg de très haute Bretagne de 2 000 habitants, La Bouëxière, entouré des forêts de Liffré et de Chevré, antique par sa position stratégique des marches de la Bretagne et prospère par l’exploitation de carrières et le développement de forges, le petit Louis Desblés connaît, du fait de l’entrée en guerre et du départ des hommes au front, la double vie de « l’écolier-ouvrier ». Fatigué par le labeur auquel il est contraint pour aider sa famille, il est, selon ses dires, rabroué par ses professeurs qui n’y voient que de la paresse ou du manque d’intelligence.

3Le milieu des paysans devenus ouvriers ouvre très vite sa conscience d’enfant, plus, en tout cas, que le milieu de l’école et il perçoit, par une conversion dont on ignore les circonstances, qu’il peut « faire quelque chose pour ces pauvres souvent grossiers ». Cette sensibilité, à rebours du monde qu’il choisit d’accompagner, ne le quittera jamais. Il perd assez vite son père, Jean-Marie Desblés, qui meurt avant qu’il ait fait le choix d’entrer dans l’Ordre et qui laisse seuls sa mère Marie-Rose Saisdubreil et six enfants dont Louis est l’avant-dernier.

4Entré en 1922, à dix-huit ans, au grand séminaire de Rennes, il le quitte au bout d’un an, refusant l’embourgeoisement qu’implique, selon lui, la fonction sacerdotale diocésaine. Il redevient ouvrier pour payer sa dette envers le grand séminaire, mais à la suite d’une visite à un ancien ami, qui n’a pas persévéré au noviciat dominicain, il décide d’entrer dans l’Ordre dominicain, sous le patronage du grand saint breton Yves. Il y voit une radicalité qui lui convient davantage.

Au studium de Ryc...Au studium de Ryckholt en 1927

Au studium de Ryckholt en 1927

Une des nombreuses photos de groupe où Yves Desblés est photographié avec les étudiants du couvent de Ryckholt (3e rang, 4e en partant de la gauche de la photo ; à sa droite, Charles Chéry).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Il entre au noviciat de la Province de Lyon qui vient de se réinstaller l’année d’avant à Angers après un exil à Ryckholt aux Pays-Bas de presque vingt ans. Il prend l’habit des frères prêcheurs, le 7 septembre 1924, avec quatre autres frères : Jourdain Ballif, Jean-Bernardin Masson, Ambroise Gagneux et Hyacinthe Paissac sous la direction du père-maître, Fulgence Bordet.

Durant son année ...Durant son année de service national

Durant son année de service national

La photo est convenue, chacun pose en « habit », les militaires, debout, dans des attitudes martiales, Yves Desblés, assis, les mains jointes sous le scapulaire comme il sied à un moine.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

6Son complexe d’infériorité intellectuelle le poursuit au studium en exil en Hollande ; il se définit lui-même comme « grand, fort et bête ». Étant de la même « promotion » que Hyacinthe Paissac et Humbert Bouëssé et dans l’entourage d’Augustin Grail, reconnus comme les intellectuels de la Province de Lyon, il est facile d’imaginer ce que la proximité de ces grands esprits pouvait faire naître dans l’âme de ce « fort mais bête » ouvrier-paysan.

Au service militaireAu service militaire

Au service militaire

Debout, au milieu, Yves Desblés avec les appelés dont il partage l’année de service militaire (1925-1926).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7Ses études sont entrecoupées par son service militaire qu’il fait de novembre 1925 à novembre 1926 et dont il sort sergent. De retour à Ryckholt, il renouvelle ses vœux simples le 19 novembre 1926. Ordonné prêtre en 1931 – la dernière année du couvent de Ryckholt –, il participe au déménagement du studium pour le couvent de Saint-Alban-Leysse en 1932 mais n’y reste pas. D’abord assigné au couvent d’Angers en 1933, il rejoint vite la Bretagne et le petit couvent de Saint-Malo, composé de quatre frères et de deux convers. Le père Louis-Joseph Lebret libéré lui aussi des études, avait rejoint le milieu des marins-pêcheurs et lançait diverses associations professionnelles, sociales et religieuses – notamment la Jeunesse maritime chrétienne – pour améliorer leurs conditions de vie. C’est le père Emmanuel Cathelineau, futur provincial de Lyon, qui est le prieur de cette communauté que le frère Desblés qualifiera à la fin de sa vie de « magnifique ».

Vicaire 1935-1943

8Il est assigné à Lyon en 1935 par le prieur provincial Jean-Marie Périer au couvent du Saint-Nom de Jésus où on lui attribue la charge de vicaire de la paroisse. La période d’après-guerre a bouleversé considérablement la vie des frères dominicains de la Province de Lyon, créée dans une option de stricte observance sur un modèle très monastique, avec très peu de prédications. L’« esprit » de Lyon avait été mis à mal avec l’exil de 1903, l’expérience de guerre puis le retour en France. L’heure n’était plus aux querelles sur l’observance ou sur le style religieux, l’urgence était à l’apostolat. La paroisse du Saint-Nom (paroisse confiée depuis 1909 tout d’abord à des prêtres diocésains pour pallier l’absence des religieux exilés puis reprise par les frères eux-mêmes en 1916) « ronflait » comme le dit le père Desblés. Elle fonctionne à plein régime : patronage, gymnastique, colonies de vacances, etc. Le curé Pie-Marie Bertrand aidé des multiples vicaires, jusqu’à cinq en 1939, accompagne les nouveaux mouvements (c’est le début de l’Action catholique) et les nombreux jeunes qui affluent : en 1940, quand Yves Deblés quitte la paroisse, 500 jeunes se regroupent dans les mouvements de l’Action catholique. Après vingt-cinq ans d’exil, les frères dominicains de Lyon ne rechignent pas à la tâche mais, en développant l’apostolat, tournent une page de l’histoire de leur province. Le témoignage du père Victor Paragot, vieux père qui avait connu l’ancien style, celui d’avant les expulsions, est précieux. Il indique par exemple au sujet du chœur de l’église et de la récitation de l’Office divin :

« Notre chœur n’avait plus son isolement qui nous mettait vraiment chez nous ; plus de clôture, paroissiens et même paroissiennes pouvaient y entrer et nous étions vus de partout. »

9En effet, le chœur des frères était, jadis, avant que l’église ne soit paroisse, séparé par une grille puis un lourd rideau qui cachait les frères aux yeux des fidèles. La clôture existait dans le chœur lui-même, ce qu’une paroisse, bien évidemment, ne pouvait pas maintenir. Ensuite, les bâtiments conventuels eux-mêmes avaient été chamboulés, le jardin potager était devenu une cour de garçons et les allées de promenade des pères, une cour de filles. « Il fallut attendre douze ans pour faire partir ces indésirables et être enfin chez nous », se plaint le père Paragot.

Le Saint-Nom de J...Le Saint-Nom de Jésus après les expulsions

Le Saint-Nom de Jésus après les expulsions

L’église durant les années 1920 : les frères dominicains qui étaient autrefois dans le chœur, séparés par une grille et un rideau durant les offices, sont désormais bien visibles des fidèles.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

10Mais c’est sur les nouvelles activités des frères que le témoignage de ce vieux père, né en 1880, est le plus intéressant :

« L’activité des pères n’était plus la même. Jadis, il leur suffisait du haut de la chaire de dominer un auditoire nombreux. Maintenant l’auditoire avait diminué : il fallait courir après les gens. Donc davantage de sorties et d’efforts […]. Les vicaires n’assistaient pas régulièrement au chœur, arrivaient en retard à d’autres exercices même au réfectoire […]. On comprit bientôt que la charge qui nous avait été imposée, amenait des devoirs incompatibles avec la vie que nous menions jadis et qu’au fond nous regrettions […] La nécessité de veiller tard et aussi la faiblesse de santé de nos jeunes recrues firent que le lever de nuit qui jadis se faisait quotidiennement ne fut plus qu’une exception. À cause des occupations croissantes, le chapitre des coulpes au lieu d’être quotidien devient hebdomadaire […]. Ainsi ce qui faisait la caractéristique de la Province d’Occitanie silence, recueillement, régularité, splendeur de la liturgie, disparaissait […]. Notre Province ressemblait aux autres. Aussi, elle quitta son nom d’Occitanie qui avait été comme le drapeau des réformistes et à la Congrégation intermédiaire de 1925 elle prit simplement le nom de Lyon. »

11Ce jugement est corroboré mais interprété, cette fois-ci, de manière positive par le frère Paul Grandin : « Lorsque des jeunes pères, en nombre grandissant, sont habituellement pris en soirée par des réunions, leurs prieurs réagissent : ces frères ne sont plus à l’office du soir de façon ordinaire ! » Hormis la contradiction sur « l’auditoire nombreux », tous les témoignages convergent pour dresser le portrait d’un vrai bouleversement communautaire et apostolique de la vie dominicaine au moment où le père Desblés prend ses marques de jeune prêtre. Il reconnaît quitter cette image de lui-même dans laquelle il s’enfermait pour s’épanouir personnellement et apostoliquement. Un peu à l’image de cette paroisse dont la réputation de convivialité était pour beaucoup dans son succès.

12En plus de son apostolat auprès des jeunes, il s’engage comme aumônier de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) et retrouve le monde ouvrier comme le père Lebret avait retrouvé le monde marin : c’est à la fois leur milieu d’origine mais avec une distance et une responsabilité nouvelles, celles d’en être, cette fois, les pasteurs. Il reconnaît que la pratique paroissiale encore massive cachait pourtant un fond de la foi « dissous ». La vie paroissiale faisait illusion. Yves Desblés prend cette approche de l’Action catholique comme une « école de théologie » à part entière. Il en disait : « J’ai compris et j’ai été compris. » Rappelons qu’il sort de sept années d’études.

13Pourtant, il ne bénéficie pas ou peu du soutien des autres frères, dont sans doute son confrère du Saint-Nom, le père Paragot. En effet, lors des examens de confession – ces lieux mêmes où la formation des frères en théologie et en pastorale apparaissait au grand jour – les plaintes des pères examinateurs sont nombreuses sinon sur leurs lacunes, du moins sur leur éloignement de la « vocation dominicaine ». Yves Desblés s’occupe également de la population pauvre des Brotteaux et des Arméniens immigrés dont il faut catéchiser les enfants et éduquer les jeunes. Il lit la Chronique sociale de France et rencontre son directeur, Joseph Folliet.

La fin de la guerre en Auvergne 1943-1947

14Mobilisé du 23 août 1939 au 20 juillet 1940, sergent au 299e régiment d’infanterie quand il est démobilisé, la Seconde Guerre mondiale marque une rupture après huit années d’apostolat intense. Il revient au couvent du Saint-Nom jusqu’à sa nouvelle assignation en 1943 à Clermont-Ferrand où il a demandé d’aller pour devenir prédicateur itinérant. Il est peu souvent au couvent et sillonne sa région pour des « prédications de circonstance » : retraites de collège, pèlerinages divers, « routes » et même les ostensions de saint Martial à Limoges. Il participe activement au fameux pèlerinage du « Grand retour » de Notre-Dame de Boulogne dont il garde un très mauvais souvenir : « On exploitait trop la misère des temps. On ne prêchait pas assez la foi et on se faisait une satisfaction facile sur le dos des malheureux. De cela j’ai honte aujourd’hui », déclare-t-il dans les années 1980 dans une interview faite par François-Philippe Nielly très précieuse pour comprendre notre homme. Il ajoute : « La spiritualité de l’époque de la guerre était très moralisante, un peu masochiste : voilà comment Dieu punit les pécheurs. »

Issarlès et l’Ardèche 1947-1948

15Le 19 mai 1947, son prieur provincial, le père Cathelineau, réélu en 1943 après un premier mandat commencé en 1939, lui demande d’accepter une proposition des pères Louis-Joseph Lebret et Thomas Suavet, qui viennent d’installer le siège d’Économie et Humanisme à Écully : accompagner comme aumônier des ouvriers d’un chantier en Ardèche. Le père Suavet avait passé la fin de la guerre à étudier le secteur minier d’Auvergne et les effets désastreux de la condition de mineur sur la santé des ouvriers qu’il visitait en clinique. Après quelques mois de réflexion, Yves Desblés accepte de se rendre à Saint-Cirques-en-Montagne et commence à travailler à la mi-novembre 1947. Le chantier consiste à récupérer l’eau de la Loire par un barrage ainsi que celle du lac d’Issarlès situé à plus de mille mètres d’altitude. Il faut creuser un puits de cent mètres de profondeur et amener l’eau jusqu’à l’usine électrique de Montpezat à vingt kilomètres. Trois à quatre cents ouvriers y sont à la tâche. Ce sont des paysans des alentours venus compléter leurs revenus mais également, selon la désignation d’Yves Desblés, des « durs » : anciens légionnaires, communistes ou étrangers au passé lourd qui voient le prêtre d’un mauvais œil. Il y a également beaucoup d’Italiens dont il n’arrive pas à suivre la conversation et pour lesquels il se dit qu’il va devoir apprendre leur langue. Certains sont accompagnés de leur famille et logent en chalet, les célibataires sont en dortoir.

16Son prieur provincial lui laisse le choix du type d’engagement : simple aumônier ou salarié du chantier, mais conseillé par Thomas Suavet, il se fait embaucher pour des raisons, semble-t-il, de simple logique : ne pouvant émarger comme aumônier au budget de l’entreprise, il ne lui reste que le salariat pour pouvoir vivre. Son embauche n’est pas simple, car il refuse d’arriver incognito et se présente comme prêtre à l’entretien. La direction craint les « curés communistes », mais des ingénieurs chrétiens favorisent son embauche. Il choisit le poste le plus dur : mineur dans le puits avec des horaires de nuit. Il va alors tenir un journal dont il enverra de temps en temps des extraits au bulletin interne de sa province, Ut Diligatis. Malheureusement, ce journal semble avoir disparu des archives Desblés conservées dans les fonds de la Province de Lyon.

17Les effets de la guerre, puis de l’immédiat après-guerre, justifient les intuitions de Lebret sur la nécessité de penser sur les plans à la fois théorique et pratique, jusqu’aux détails du quotidien, des problématiques sociales. De la même manière sur le terrain apostolique, ils justifient les analyses des abbés jocistes Henri Godin et Yvan Daniel dont Yves Desblés a lu le livre La France pays de mission ? et qu’il a rencontrés. Ce livre a été pour lui un choc qui le pousse à choisir de nouvelles formes missionnaires.

18Mais, sur le chantier, les conditions de travail sont telles qu’Yves Desblés n’y reste que six mois. En effet, alors qu’il a alerté la direction sur les dangers – travailler au fond du puits avec de l’eau jusqu’au ventre accroît les risques d’éboulement –, il est blessé et voit deux de ses camarades écrasés par des blocs de pierre. Il proteste auprès de la direction et, l’inspection du travail ayant été alertée, le chantier est arrêté. Licencié, il est alors sans emploi.

19L’expérience acquise lui permet d’affiner son jugement. Deux autres prêtres avaient, eux aussi, rejoint le chantier mais avaient été rejetés brutalement par les ouvriers qui les jugeaient trop proches des patrons. Le dominicain parce qu’il a choisi le travail de nuit, a la possibilité de rencontrer, en dehors de ses horaires de travail, des ouvriers dont certains veulent catéchiser leurs enfants et les paysans des alentours contents d’avoir un curé dans cette région assez difficile d’accès puisqu’elle est bloquée cinq mois par an par la neige, les uns et les autres ne comprenant pas toujours qu’il travaille dans un puits. Il fait alors son « métier de curé » avec quelques moments forts : la Noël 1947 avec 400 personnes, paysans et ouvriers réunis qui prient et chantent L’Internationale. Le refus de la direction de prendre en compte les plaintes qu’il formule le confirme dans la nécessité d’une action collective. Il adhère alors au syndicat CGT et en avertit, après coup, l’évêque. Ce dernier, Alfred Couderc, venant du monde rural aveyronnais, présent sur le siège de Viviers depuis 1937, le soutient sans toutefois le comprendre. Les prêtres du diocèse, en revanche, sont divisés sur la nécessité de l’engagement syndical.

20Il est le seul prêtre-ouvrier de la Province de Lyon à l’époque. On l’invite une fois au studium de Saint-Alban-Leysse pour parler aux étudiants. Cela a un certain écho, c’est pourquoi on lui demande de ne pas revenir… Des autres frères de la province, il reçoit quelques soutiens mais de loin, chacun étant absorbé par ses affaires. Son salaire lui suffit, il vit en pauvre, si bien qu’il envoie parfois sa paye aux couvents de Clermont-Ferrand ou de Lyon. Quand il demande l’autorisation d’acheter une moto, son prieur provincial accepte à condition qu’il ne l’amène jamais au couvent parce que « ça ne se fait pas ». Cet argument ne passe pas auprès d’Yves Desblés pour qui ce formalisme empêche de penser correctement la question de la pauvreté religieuse.

21De temps en temps, Yves Desblés refait ses forces spirituelles au monastère trappiste Notre-Dame-des-Neiges, à la limite des départements de la Lozère et de la Haute-Loire. De même, il ira à la trappe d’Aiguebelle quand il travaillera à Donzère.

Les premières missions rurales : septembre 1948 (Ardèche)-Pâques 1949 (Creuse)

22Après son licenciement, l’évêque Alfred Couderc lui demande de faire la visite des paroisses de l’Ardèche car beaucoup de curés sollicitent des missions. Il en prêchera d’ailleurs une avec un rédemptoriste en juin 1948. Avec l’aide du père Maximin Crozier, il met donc sur pied des missions dans une dizaine de paroisses, sans lien entre elles mais qui amorcent l’idée qu’elles sont aussi nécessaires dans le monde paysan que dans le monde ouvrier.

23Mais, à peine a-t-il mis en place ces missions, qu’à Pâques 1949, Mgr Rastouil, l’évêque missionnaire du diocèse profondément déchristianisé de Limoges, fait une demande au prieur provincial de Lyon d’une mission rurale dans la commune de Clugnat dans la Creuse. La question de la mission rurale avait été largement abordée au chapitre provincial de Poitiers en 1943 puisque la Province de Lyon, malgré son nom, était beaucoup plus rurale et davantage tournée vers les campagnes que la Province de France, plus urbaine dans sa géographie comme dans son style. Le père Cathelineau, provincial, avait fait lui-même l’expérience de la déchristianisation des campagnes françaises dans le Limousin, ce qui lui avait fait dire : « En vérité, les Thôs de notre mission de Langson semblent plus proches du Royaume de Dieu […]. J’ai comme la conviction que saint Dominique qui établit un de ses premiers couvents à Limoges de ses propres mains nous invite à reprendre la grande tradition de l’Ordre pour l’évangélisation des campagnes. » Faut-il ériger un couvent à Limoges avec des apostolats ruraux ou faut-il envoyer les frères en mission dispersée ? Le risque de la première solution est d’être davantage tourné vers la ville et celui de la seconde de perdre la dimension de l’apostolat commun des dominicains. Si le chapitre de Poitiers de 1943 choisit la première solution sans parvenir à la mettre en œuvre, le chapitre provincial suivant (Angers, 1947) adopte la seconde. Les frères auront tout le loisir de faire de la sociologie religieuse sur le modèle des enquêtes alors en vogue du chanoine Boulard, ce qu’atteste l’étude de Denys Cauchois, « La Mission dominicaine en Creuse », achevée en 1990.

Présentation cart...Présentation cartographique de la mission rurale dominicaine en Creuse

Présentation cartographique de la mission rurale dominicaine en Creuse

Lorsque les dominicains se voient confier la mission rurale de Clugnat, ils ont le souci de connaître le secteur où ils s’implantent. Cette première carte, réalisée par le père Marie-Dominique Lapraz, membre d’Économie et Humanisme, montre le secteur géographique dont ils ont la charge « au nord-est de Guéret, chef-lieu du département » et « à l’ouest de Boussac, ancienne sous préfecture de médiocre importance ».

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

24Les frères arrivent donc dans un endroit sinistré démographiquement, compliqué religieusement (la première communion est souvent la dernière) dont rien ne laisse penser que les situations vont pouvoir être retournées. Clugnat est un village au nord-est du département de la Creuse – deux heures d’autocar de Guéret (trente kilomètres), un peu plus de 200 habitants, plus de 1 000 avec les hameaux environnants – qui a perdu la moitié de sa population en soixante ans. L’ensemble de la mission s’étend sur une dizaine de paroisses (Clugnat, Malleret, Jalesches, Rimondeix, La Celette, Roches, Blaudiex, Tercillat, Ladapeyre, Genouillac). Ce territoire de mission regroupe un peu plus de 5 000 habitants, il en comptait le double vers 1880, mais le nombre de bistrots (quarante-trois) n’a, semble-t-il, pas bougé ! Aucun homme ne franchit la porte de l’église, même pour les sépultures, restant mi-respectueux mi-méfiants sur le seuil ; entre 1948 et 1954, le sacrement de l’extrême-onction n’a été administré que trois fois dans le village de Clugnat. Et même si 90 % des enfants sont baptisés – ce qui fait considérer au chanoine Boulard que ce n’est pas vraiment une terre de mission – les dominicains engagés sur le terrain ne sont pas dupes de ce genre de statistiques trompeuses.

25Le frère Desblés arrive seul dans le village en septembre 1948 pour préparer la venue des deux autres frères prévus pour la mission : Denis Cauchois et Louis Vray. Rien n’est prévu. Il s’installe dans un vieux presbytère, vide de tout mobilier et sans confort, ce qui l’oblige à emprunter des meubles et ustensiles indispensables aux voisins. On voit se profiler une approche différente de la pastorale diocésaine : pendant que l’évêque de Limoges tonne en chaire contre les jeunes qui vont au bal, les dominicains étudient la géographie régionale et commencent de petites études sociologiques, sentant que les autorités diocésaines et leurs confrères attendent aussi cela. Plus de trente ans après, Yves Desblés parlera de « l’admirable mission de Clugnat menée sur plusieurs années et dans un vaste secteur » sur une terre déchristianisée.

Évolution de la p...Évolution de la population du secteur dévolu à la mission rurale dominicaine

Évolution de la population du secteur dévolu à la mission rurale dominicaine

Cette troisième planche reproduite dans l’étude inédite de Denys Cauchois sur la mission de la Creuse, planche réalisée par Marie-Dominique Lapraz dans le cadre d’Économie et Humanisme, rend compte de l’évolution de la population entre 1896 et 1954 du secteur de Clugnat. Selon Denys Cauchois, « les chiffres et les courbes indiquent clairement que la situation démographique, à peu près stable jusqu’au début du XXe siècle, n’a cesssé de se détériorer de 1900 à 1954 ». Dans les années d’après-guerre, l’enquête sociologique est un préalable indispensable à la mission.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

26Au bout de six mois, une lettre de Mgr Couderc demande au provincial de lui rendre le père Desblés pour un nouveau chantier ardéchois : la construction d’un barrage qui démarre sur le Rhône entre Viviers et Bourg-Saint-Andéol à Donzère-Mondragon. Cette demande émane en fait des ouvriers d’Issarlès qui œuvrent sur ce nouveau chantier et requièrent de l’évêque le retour du dominicain. Il quitte Clugnat pour les rejoindre.

Donzère : Pâques 1949-1952

27Ce nouveau chantier est plus grand que celui d’Issarlès : il s’étend sur trente kilomètres, occupe 6 000 ouvriers (un millier pour la cité dans laquelle s’installe le dominicain), certains vivant en famille dans des chalets, d’autres en dortoirs, d’autres encore, paysans venant des alentours pour la journée. Yves Desblés arrive cette fois incognito et voit ce dont son statut de prêtre l’avait protégé à Issarlès. À Donzère, il dort en dortoir avec les ouvriers ayant déjà l’expérience de ce type de travail, puis avec d’autres récemment immigrés. Il assiste à la misère sexuelle de ces hommes loin de chez eux et de leur famille. Cette promiscuité fait qu’il s’affirme vite, auprès de ses camarades, comme prêtre. Il trouve à deux kilomètres du chantier, une ferme inoccupée ; il l’habite et y installe un local qui va, très vite, devenir un centre de réunions syndicales et spirituelles. Pierre Hamp, auteur d’une série de livres sur « la peine des hommes » a utilisé dans Kilowatt (paru en 1957) la figure d’Yves Desblés qu’il présente sous le nom de père Froment, dominicain sociologue. Au fur et à mesure de l’avancée des travaux de l’aménagement du Rhône, le romancier le met en scène dans une rencontre avec Michel Lémonon qu’il appelle père Collomb, un prêtre-ouvrier du diocèse de Valence, qui travaille lui aussi à la construction du barrage comme tubiste c’est-à-dire sous l’eau dans un caisson à air comprimé. Yves Desblés lui avait fourni des documents à Pierre Hamp pour faire l’histoire du barrage de Donzère-Mondragon mais le résultat ne fut pas à la hauteur de ses espérances et il ne se reconnut pas dans ce livre.

28Yves Desblés est, une fois de plus, ouvrier et aumônier, travaillant « sous cloche », là où les accidents du chantier sont les plus nombreux. Il est délégué CGT – plutôt que CFTC – parce qu’il estime que c’est le seul syndicat efficace pour défendre les doléances des ouvriers auprès de la direction. Il est souvent renvoyé du chantier, au chômage puis réintégré. Sa fatigue et le mistral aidant font qu’il a un accident de moto. Il concentre alors son activité à son aumônerie mais continue d’accompagner les ouvriers dans leurs luttes comme lors de la dure grève de 1949 : il est emprisonné vingt-quatre heures à Privas avec quarante-cinq autres de ses camarades parce qu’il était sur une barricade en train de calmer les esprits et que les CRS l’ont assimilé à un agitateur. La structure capitalistique de consortium du chantier avec ses multiples entreprises sous-traitantes et ses ramifications entrave beaucoup les relations humaines entre direction et ouvriers faisant prendre conscience au dominicain qu’un système est en train de broyer toutes les humanités, ouvriers et patrons compris. Pourtant, il faut choisir son camp car les écarts de richesse sont trop flagrants. En dépit de son engagement syndical, son évêque le reçoit toujours aimablement lui demandant même de prêcher des récollections sacerdotales afin de réduire la méfiance du clergé envers les prêtres-ouvriers.

29Il accompagne parfois aussi individuellement les ouvriers, soit en lisant les épîtres de saint Paul avec un marxiste – qui ira jusqu’à demander le baptême ce qui sera refusé par l’ordinaire du lieu –, soit pour un deuil ou un mariage. Par contre, il ne rejoint pas les autres prêtres-ouvriers qui ont formé une équipe, dite des Barrages, qui se réunissent régulièrement au couvent de Saint-Alban-Leysse avec le théologien Humbert Bouëssé. Néanmoins, il entretient avec le père Paul Froidevaux, prêtre-ouvrier à Tignes, dominicain de sa province, une correspondance régulière que nous n’avons pas retrouvée dans les archives qu’il a laissées. Dans son journal, Paul Froidevaux note, à la date du 6 septembre 1951, après une réunion avec l’équipe des Barrages : « Pourrait-on avoir Y. Desblés ? » Assigné de nouveau à Lyon en 1950 comme extra conventum, il ne voit qu’un seul prêtre diocésain (Michel Lémonon) qui partage avec lui, de temps en temps, prière et réflexion. Quelques séminaristes passent également pour faire des stages comme ouvriers sur le chantier. Yves Desblés mesure la différence entre les prêtres-ouvriers en usine et ceux qui sont sur un chantier. Il envoie des rapports à Économie et Humanisme qui l’invite, en retour, à parler dans des réunions militantes. Les relations avec ses autres confrères dominicains ne sont guère plus fréquentes : en quatre ans un seul frère vient le visiter sur le chantier. Il entend parfois certains d’entre eux affirmer : « Ce n’est pas dominicain ce que vous faites. » Le prieur provincial, Pierre-Damase Belaud, s’inquiète d’ailleurs à l’époque de l’isolement des prêtres-ouvriers qu’il a sous sa responsabilité – Froidevaux et Desblés – conscient qu’il faut le contrecarrer.

30Yves Desblés voit se profiler des menaces sur le mouvement missionnaire français : la pression de la guerre froide, la peur des communistes, l’hostilité de certains confrères prêtres qui lui refusent l’absolution parce qu’il est en civil. En revanche, il rencontre à Châteauneuf-de-Galaure Marthe Robin qui l’encourage. Même s’il quittera le chantier avant l’interdiction des prêtres-ouvriers en mars 1954, il regarde avec distance et peine les passions, attisées par la presse, s’affronter puis Rome tranchant dans le vif. Il pense à Lacordaire en 1848, à Léon XIII en 1893 et ne comprend pas pourquoi il est si difficile à l’Église d’être présente aux côtés des pauvres. Il reconnaîtra que c’est Jean XXIII et les signes des temps comme lieu théologique qui feront enfin évoluer les mentalités. Il jugera que l’Église a manqué de courage dans la crise de 1954 et qu’elle se souciait plus de l’institution que de « l’inspiration ». Vers la fin de sa vie, Yves Desblés se rappellera d’une révélation à la Trappe d’Aiguebelle au début des années 1950 au cours de laquelle il avait vu que l’Église devait « croire » aux pauvres. Il ne manquera jamais de foi en elle et lui donnera même lors de son jubilé le titre, venant de Bossuet, de « Jésus continué et communiqué ».

1952-1958, une nouvelle mission rurale : Saint-Gaultier

31La fin du chantier qui se profile et la menace sur les prêtres-ouvriers que le père Belaud, provincial, pressent, le convainquent d’accepter une décision du conseil provincial de janvier 1952 de regrouper les frères isolés. C’est une demande de l’archevêque de Bourges, Mgr Joseph Lefèbvre, président de la Commission épiscopale du monde rural, désireux de lancer une mission rurale qui lui permet de retrouver l’intuition de Clugnat. Il est alors assigné au couvent de Poitiers qui sera sa dernière assignation pendant plus de quarante ans, tout en étant rattaché à la mission de Saint-Gaultier dans l’Indre.

32Avec le père Marie-Gérard Grandin, ancien aumônier national de la Jeunesse agricole catholique (JAC), il sillonne un secteur de trois paroisses au printemps 1952 pour atteindre sept paroisses jusqu’à sa fermeture à l’automne 1958. À la différence de Clugnat, il ne faut pas prendre appui sur la dimension territoriale des paroisses mais prêcher tous azimuts l’évangélisation et constituer des communautés de chrétiens. Fidèle à cette intuition de 1943, il tente de se faire embaucher comme domestique de ferme mais sans succès. Même dans ce Berry assez déchristianisé, il semble que le symbole d’un prêtre-domestique ait été par trop déplacé. Mais il n’est pas plus aisé d’être prêtre et seulement prêtre dans cette terre superstitieuse et jamais réellement évangélisée : l’administration des sacrements relève davantage d’un vieux fond païen que les prêtres sont censés accompagner que de l’annonce de l’Évangile qui, elle, s’avère impossible. Dans ce désert, une communauté de chrétiens tente alors de se constituer sur le mode de « communauté de base » qui se réunit une fois par mois les uns chez les autres : lecture en commun de la « Parole de Dieu », partage de temps de prières et de moments conviviaux, formation et apostolat. La ferveur crée une dynamique qui va unir, y compris par l’amitié, les membres du groupe.

33Le succès, même modeste quantitativement, est tel que les paroisses environnantes s’inspirent de leurs pratiques pour irriguer la catéchèse, les sacrements et la liturgie. Le maître de l’Ordre vient visiter la mission en 1957 et s’il fait une remontrance sur la messe dite en français, il est agréablement surpris par cette évangélisation missionnaire. Un petit débat sur la place de Marie préfigure déjà les discussions du futur concile Vatican II. Ce concile est d’ailleurs accueilli tout naturellement chez ces chrétiens car ses intuitions y étaient déjà appliquées et en place depuis dix ans. À la différence de Clugnat, Yves Desblés reste dans cette mission du début à la fin. Un bulletin Mission – entièrement brûlé et dont il ne reste aucun exemplaire ! – est édité et envoyé à tous les membres. Les relations avec la Mission de France et les frères et sœurs des campagnes du père Épagneul, implantés dans la région et animés des mêmes visées apostoliques, sont importantes.

34Pour les frères missionnaires, le rythme est lourd, ce qui explique la rotation importante des effectifs, certains ne supportant pas cette vie : du mardi matin au dimanche, le frère explore ses terres de mission et n’est au couvent de Poitiers qu’un peu plus d’un jour par semaine. Le manque de relève, l’épuisement des missionnaires, la question dominicaine récurrente du rapport des frères, très urbains, aux masses rurales, finissent par déboucher sur une décision, un peu brutale, du conseil provincial du 10 septembre 1958 : la fermeture de la mission de Saint-Gaultier. Le père Laurent Vialet, qui vient de lancer l’Action catholique des jeunes, regrette particulièrement l’interruption de cette mission dont Yves Desblès a fait partie pendant dix ans.

1958-1991, un dominicain du couvent de Poitiers

35Yves Desblés décide alors de prendre une année de repos chez les sœurs de Béthanie à Saint-Morillon. Le contact avec les sœurs lui fait côtoyer la misère bordelaise, notamment celles de prostituées. Il sillonne alors le soir, en moto, les rues chaudes de Bordeaux à la rencontre de ces femmes pour entrer en dialogue mais il évite de s’engager dans un apostolat précis car il souhaite, après quinze ans passés en dehors d’un couvent, retrouver la vie commune dominicaine.

36La réadaptation à la vie conventuelle à Poitiers est moins simple qu’il ne le pensait. Il est très vite rattrapé par ses anciens apostolats. L’évêque de Poitiers, Mgr Henri Vion, lui demande même de remplacer l’aumônier du Centre d’observation pour les jeunes délinquants, car l’aumônier est sur le point d’entrer dans l’Ordre dominicain (il deviendra le frère Martin Hillairet). Il s’occupe également du quartier le plus misérable de Poitiers, la cité de la Torchaise où il monte avec les étudiants de l’ENSMA (École nationale supérieure de mécanique et d’aérotechnique) des actions de réinsertion des habitants. Ils passeront le relais à la municipalité quand ils ne pourront plus assurer le renouvellement des équipes. Son travail avec les sœurs du Bon Pasteur dont il est l’aumônier, notamment en catéchèse en milieu inadapté, marque durablement les esprits.

37Yves Desblés passe les dernières années de sa vie dans son couvent entre les travaux d’entretien dans lesquels il excelle et l’écoute dans le sacrement de réconciliation à Saint-Porchaire. En juin 1973, lorsque le conseil provincial envisage des travaux pour que le couvent puisse accueillir des frères âgés, il en assure le bon fonctionnement. Par ailleurs, il suit, grâce à son expérience et à sa finesse d’analyse les avancées du discours théologique ambiant (insistance sur l’incarnation) mais aussi ses insuffisances (l’apostolat dominicain et l’évangélisation ne peuvent être basés que sur la rédemption, qui est la raison même de la vie sacerdotale). Des nouvelles d’Yves Desblés apparaissent de loin en loin dans le bulletin de la Province de Lyon, Ut Diligatis : en décembre 1961, il s’occupe de la réfection d’un local conventuel, en avril 1962, il prêche le carême à la cathédrale de Luçon.

38En juin 1981, à l’occasion de son jubilé sacerdotal, une partie de son sermon est reprise comme éditorial par le bulletin Ut Diligatis où on loue son vigoureux allant. Il se refuse à évoquer le passé et appelle à seulement regarder l’avenir. À l’occasion d’un entretien avec Denys Cauchois à la fin de l’année 1981, il a l’occasion de dire que parler des pauvres qu’il avait côtoyés relevait pour lui de « l’impudeur ». Cette pudeur est en effet la marque de sa vie qu’il a toujours voulue aux marges. En 1989, François Leprieur, qui vient de publier Quand Rome condamne, lui offre le livre avec cette dédicace : « Cette sombre page traversée de lueurs évangéliques que vous m’avez aidé à déchiffrer. » Mais c’est surtout un lourd et long silence qui entoure la fin de sa vie. Il meurt le 2 mai 1993 à l’âge de quatre-vingt-neuf ans.

39Il souhaitait (« si c’est possible », avait-il ajouté) que ses obsèques soient célébrés à Saint-Porchaise, le lieu qu’il a investi pendant plus de vingt ans, appelant cette « dernière présence qui sera le signe de la miséricorde de Dieu dans ma vie d’homme ressuscité avec les autres par Jésus avec Marie et Dominique ». C’est le prieur du couvent, le père Michel Loez, qui donne l’homélie dans laquelle, en dehors du rappel de son parcours, il tisse le portrait d’un breton tenace et secret, presque sauvage et d’un travailleur infatigable au jugement sûr malgré quelques pointes de tristesse à la fin de sa vie. L’évêque de Poitiers, Mgr Rozier, rendra, dans la Semaine religieuse de son diocèse, un hommage appuyé à ce « grand témoin de l’évangile, un acteur fidèle de la mission. Sans être au-devant de la scène bien sûr… »

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de Lyon, de la Province de France. — Pierre Hamp, La peine des hommes, Kilowatt, Paris, Plon, 1967. — Denys Cauchois, La mission dominicaine en Creuse (1948-1958), communauté dominicaine Fra Angelico, Lyon, 1990. — Denis Pelletier, « Économie et humanisme » : de l’utopie au combat pour le tiers-monde (1941-1966), Paris, Les Éditions du Cerf, 1996. — Michel Lémonon, Laurent ou l’itinéraire d’un prêtre-ouvrier, Paris, Karthala, 2000. — Dictionnaire des évêques de France au XXe siècle, sous la direction de Dominique-Marie Dauzet et Frédéric Le Moigne, Les Éditions du Cerf, 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Au studium de Ryckholt en 1927
Légende Une des nombreuses photos de groupe où Yves Desblés est photographié avec les étudiants du couvent de Ryckholt (3e rang, 4e en partant de la gauche de la photo ; à sa droite, Charles Chéry).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2663/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Titre Durant son année de service national
Légende La photo est convenue, chacun pose en « habit », les militaires, debout, dans des attitudes martiales, Yves Desblés, assis, les mains jointes sous le scapulaire comme il sied à un moine.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2663/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Au service militaire
Légende Debout, au milieu, Yves Desblés avec les appelés dont il partage l’année de service militaire (1925-1926).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2663/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Le Saint-Nom de Jésus après les expulsions
Légende L’église durant les années 1920 : les frères dominicains qui étaient autrefois dans le chœur, séparés par une grille et un rideau durant les offices, sont désormais bien visibles des fidèles.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2663/img-4.png
Fichier image/png, 350k
Titre Présentation cartographique de la mission rurale dominicaine en Creuse
Légende Lorsque les dominicains se voient confier la mission rurale de Clugnat, ils ont le souci de connaître le secteur où ils s’implantent. Cette première carte, réalisée par le père Marie-Dominique Lapraz, membre d’Économie et Humanisme, montre le secteur géographique dont ils ont la charge « au nord-est de Guéret, chef-lieu du département » et « à l’ouest de Boussac, ancienne sous préfecture de médiocre importance ».
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2663/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Évolution de la population du secteur dévolu à la mission rurale dominicaine
Légende Cette troisième planche reproduite dans l’étude inédite de Denys Cauchois sur la mission de la Creuse, planche réalisée par Marie-Dominique Lapraz dans le cadre d’Économie et Humanisme, rend compte de l’évolution de la population entre 1896 et 1954 du secteur de Clugnat. Selon Denys Cauchois, « les chiffres et les courbes indiquent clairement que la situation démographique, à peu près stable jusqu’au début du XXe siècle, n’a cesssé de se détériorer de 1900 à 1954 ». Dans les années d’après-guerre, l’enquête sociologique est un préalable indispensable à la mission.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2663/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 727k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Michel Potin, « DESBLÉS Yves », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, D, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/2663

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Potin

Notices du même auteur

  • NICOLAS Justin [Texte intégral]
    NICOLAS Louis Marie Paul à l’état civil ; NICOLAS Justin en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, N
  • MUSARD Hyacinthe [Texte intégral]
    MUSARD Gabriel Albert Joseph à l’état civil ; MUSARD Hyacinthe en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, M
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals