Navigation – Plan du site

BERCHON Marie-Étienne

BERCHON Charles Auguste à l’état civil ; BERCHON Marie-Étienne en religion
Tangi Cavalin

Résumé

Né le 14 juin 1878 à Rocquigny (Pas-de-Calais) ; mort pour la France le 21 avril 1918 à Compiègne (Oise).
Professeur à l’école apostolique Saint-Pierre à Fribourg (Suisse), aumônier militaire pendant la Première Guerre mondiale.

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 25/07/2018.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de Lyon : 2 octobre 1898 au couvent de Poitiers
• Profession simple : 8 décembre 1900 au couvent de Poitiers
• Profession solennelle : 2 avril 1904 à Ryckholt (Pays-Bas)
• Ordination sacerdotale : 8 octobre 1904 à Ryckholt (Pays-Bas)

1Si le récit de la vie du révérend-père Marie-Étienne Berchon, victime parmi tant d’autres de la Grande Guerre, nous est parvenu, c’est sans doute parce qu’il illustre un besoin mémoriel caractéristique de la France des années 1920, lorsque le culte des morts accède au rang d’impératif partagé par tous les patriotes, quels que soient leur milieu social ou leur confession. C’est peut-être plus encore parce que, seul religieux prêtre de la Province dominicaine de Lyon (officiellement nommée Province d’Occitanie lors de sa fondation) décédé à la guerre 14-18, il fait figure d’ambassadeur de ses confrères auprès de leurs compatriotes français. Il faut rappeler que sa province, au regard de ses sœurs de Toulouse et surtout de Paris, entretient peu le souvenir des événements récents et moins encore celui de ses religieux auxquels elle préfère celui des premiers temps de l’Ordre. Le père Berchon échappe néanmoins à l’oubli ou à la sécheresse des quelques dates généralement réservées aux fils de sa province dans de brèves notices nécrologiques, pour avoir incarné jusque dans la mort l’idéal d’une foi marquée du sceau du sacrifice à Dieu et à la patrie. Certes, il est finalement peu question, dans la brochure sur Les dominicains de la Province de Lyon et la Grande Guerre que publie en 1920 le R.P. Valentin Delguel, de la vie de prêcheur du frère Marie-Étienne, de son entrée au noviciat en 1898 à son engagement comme aumônier militaire en août 1914. C’est avant tout la destinée d’un Français de modeste extraction, toute entière vouée à la double vocation de prêtre puis d’aumônier et au sacrifice de sa vie, successivement donnée à Dieu, à ses camarades du front et à sa patrie, qui est relatée par Delguel, son compagnon de noviciat puis d’apostolat, mais aussi son compagnon d’armes. Si la longue notice nécrologique qu’il lui consacre s’étend peu sur la spécificité dominicaine de son sacerdoce, elle n’en est pas moins écrite avec l’intention de servir la gloire de l’Ordre des frères prêcheurs. Deux raisons y concourent : en premier lieu parce que, lors de sa publication en 1920, si les tumultes et les passions de la période des expulsions ont été mis sous le boisseau, la situation juridique des congrégations religieuses reste inchangée, c’est-à-dire pour le moins précaire. Glorifier la mort d’un patriote dominicain, glorifier la manière dont convergeaient en lui les valeurs catholiques et les valeurs patriotiques, c’est aussi, dans ce contexte, démontrer la compatibilité entre l’appartenance à un ordre religieux et le sacrifice ultime pour la patrie, en dépit des années d’exil. C’est, en un mot, préparer le retour en France, au nom du sacrifice consenti par l’un des siens, de l’Ordre des frères prêcheurs. D’une manière plus intime, dessiner le portrait en quelque sorte idéal du frère Berchon, c’est pour Valentin Delguel offrir un modèle d’identification et de méditation pour les jeunes novices de la Province de Lyon. Le récit de la vie et de la mort de Marie-Étienne Berchon participe alors, au-delà même de l’Ordre dominicain, d’un culte du souvenir des victimes de la guerre qui est commun à l’immense majorité des Français dans les années 1920.

Enfance d’une vocation sacerdotale

2Né le 14 juin 1878 dans la petite localité rurale de Rocquigny, au sud du bassin d’Arras, Charles Berchon est le fils de deux enfants du pays, Auguste, un journalier, et Madeleine Lagache, une tisseuse. Avant leur mariage, en janvier 1876, à vingt-trois ans, les deux jeunes gens, profondément chrétiens, aspiraient chacun de leur côté à une vocation religieuse que la précarité économique et sociale de leurs familles respectives avait rendue impossible. Leurs aspirations se reportèrent sur leurs enfants, élevés dans une atmosphère de piété communautaire. Auguste fait preuve d’un zèle sans pareil : il réunit autour de lui, lors des veillées, ses voisins et amis pour lire et commenter des passages d’un livre de sermons dont il a fait l’acquisition. Parmi les enfants de ce foyer très chrétien, Charles est celui qui montre le plus tôt et sans défaillir des dispositions à une vocation religieuse que sa mère, impressionnée, encourage vivement.

3Probablement pour des raisons économiques, la famille Berchon doit quitter Rocquigny en 1885 et, après des essais infructueux à Bapaume puis à Alfortville, elle se fixe définitivement dans le bourg rural de Louvres-en-Parisis, situé dans le département de la Seine-et-Oise (aujourd’hui Val-d’Oise). Auguste Berchon y trouve à s’embaucher dans une briqueterie ce qui procure une plus grande aisance à la famille. Celle-ci s’insère immédiatement dans les réseaux paroissiaux. Charles, âgé de sept ans, devient enfant de chœur, une fonction qu’il exerce avec beaucoup d’implication et qu’il vit comme le premier pas d’une vocation sacerdotale à laquelle rien ne saurait s’opposer : il aménage un petit oratoire dans sa chambre et prend l’habitude, devant les membres de sa famille réunis, de reproduire les gestes du curé disant la messe ; sur le chemin de l’école communale, il s’arrête prier au pied d’une croix et s’afflige du retrait du crucifix de la classe en application des mesures de laïcisation des espaces publics. À ces premières dispositions, s’ajoutent à l’approche de la communion des manifestations de ferveur et d’émotions vives, qu’accroit encore la préparation assurée avec beaucoup d’attention par son père. Dès l’enfance et l’adolescence, l’attachement à la religion de Charles Berchon se manifeste de manière ostensible et attire sur lui l’attention dans la petite localité.

4Sa vocation sacerdotale est cependant mise à l’épreuve lorsque son père est victime, en 1888, d’un grave accident du travail qui fait craindre pour sa vie : son épaule est broyée par une presse à la briqueterie. En quête de secours, la famille Berchon accomplit un pèlerinage au sanctuaire de Notre-Dame de Montmélian, à une dizaine de kilomètres de Louvres-en-Parisis, avec l’espoir d’obtenir une amélioration du sort du blessé. Contre toute attente médicale, celui-ci recouvre sa santé et peut reprendre son travail. En dépit du manque à gagner pour le budget familial que représente l’entrée au petit séminaire de Charles en octobre 1890, ses parents l’encouragent, voyant dans le don de leur fils à l’Église catholique la réalisation de leurs aspirations de jeunesse et la juste contrepartie de la guérison d’Auguste.

Du séminaire de Versailles au noviciat de la Province de Lyon

5La commune de Louvres-en-Parisis relève alors du diocèse de Versailles. Charles Berchon va se préparer au sacerdoce entre les murs de son séminaire pendant huit années, celles qui le voient passer de la fin de l’enfance à l’entrée dans l’âge adulte. Son supérieur, de 1881 à 1914, est l’abbé Maxime Caron (1845-1929), auteur à partir des années 1890 d’ouvrages de méditations (Retour à l’Évangile, Jésus enfant, Jésus adolescent, Jésus docteur…) très lus dans les séminaires français au point de lui apporter une notoriété qui ne se dément pas jusqu’à sa mort. Le jeune séminariste le choisit comme directeur de conscience. Sous sa houlette, il intègre dans les années qui suivent les ressorts de la culture ecclésiastique de son temps et, sans être un élève brillant, fait montre de beaucoup d’application pour devenir, en tout, un exemple auprès de ses camarades. Il s’attache particulièrement aux exercices de prédication que prise le supérieur et manifeste une piété telle qu’elle le singularise parmi les autres séminaristes et le fait nommer préfet de la congrégation du Sacré-Cœur et, insigne honneur aux yeux de l’abbé Caron, gardien d’une statue de Jésus adolescent due au sculpteur Frédéric Bogino qui est, en quelque sorte, l’emblème du lieu. Au séminaire de Versailles, la communion est alors fréquente selon un mouvement qui se développe, non sans résistances, dans le catholicisme depuis le milieu du XIXe siècle et trouve son apogée sous Pie X. Charles, pour son compte, s’y adonne plusieurs fois par semaine. Il s’inscrit donc pleinement dans les dévotions en essor dans les dernières décennies du siècle centrées sur la Passion du Sauveur et l’intercession de la Vierge.

6De quand date sa vocation dominicaine ? Selon Valentin Delguel, c’est à l’âge de quatorze ans qu’il fait part à son confesseur du désir d’une vie cléricale plus exigeante. On ignore pour quelle raison l’Ordre des frères prêcheurs reçoit sa préférence. L’abbé Caron, comme il se doit de le faire, le met à l’épreuve. La santé parfois chancelante du jeune homme présente un autre obstacle à son projet. Charles Berchon garde d’autant plus le secret sur sa vocation religieuse qu’il sait qu’elle représenterait, en régime concordataire, un sacrifice économique supplémentaire pour ses parents. Ceux-ci n’ont-ils pas découragé leur fille aînée d’entrer dans la vie consacrée pour conserver son concours ? Aussi Charles Berchon poursuit-il ses études au séminaire de Versailles jusqu’à ses vingt ans, non sans renouveler ses aspirations auprès de l’abbé Caron. Celui-ci finit par lui apporter son soutien, mais c’est alors son père qui s’oppose à son désir, sans que l’on connaisse la motivation précise de cette décision. Le soutien apporté au choix du jeune séminariste par les autorités diocésaines vient à bout de la résistance d’Auguste Berchon, contraint de renoncer à garder près du domicile familial un fils dont tous s’accordent à reconnaître la solidité de la vocation religieuse. Faut-il voir dans le choix de Charles Berchon pour la Province de Lyon la marque d’une inclinaison pour une vie dominicaine particulièrement austère ? Est-ce la prédilection accordée à la prédication des missions paroissiales dans cette province qui le séduit ? S’agit-il du choix de l’abbé Caron, son directeur de conscience, qui l’accompagne personnellement jusqu’au noviciat de Poitiers, noviciat dont le responsable est lui-même un ancien du séminaire de Versailles ? Rien ne permet d’éclairer à coup sûr ce choix et il faut s’en tenir au constat d’une entrée dans une province éloignée de son diocèse d’origine situé pourtant à quelques dizaines de kilomètres du noviciat d’Amiens de la Province de France.

La formation d’un dominicain au temps des expulsions

7Entré au noviciat de Poitiers le 14 septembre 1898, pour une retraite probatoire, il y revêt l’habit dominicain le 2 octobre suivant. Le couvent de Poitiers, rassemblant pères de ministère, étudiants, novices simples et convers est alors une communauté de près de soixante religieux logée dans une propriété imposante. Les pères qui président à ses destinées sont issus de la seconde génération des dominicains de Lyon, ordonnés pour la nouvelle province après qu’elle ait été érigée en 1862 par un groupe de religieux ayant opté pour une forme de vie plus stricte au regard des observances que celle pratiquée dans la Province de France. La mémoire des fondateurs de la province reste bien présente à Poitiers en 1898, l’une de ses figures tutélaires, le père Pierson, n’étant décédé que trois ans plus tôt. Au couvent de Lyon résident encore à cette date, parmi les principaux acteurs des débuts, les pères Pie Bernard, François Balme ou Ambroise Potton : l’entrée dans la vie religieuse du frère Berchon coïncide avec les dernières années de vie des fondateurs de sa Province.

Les novices en 18...Les novices en 1898-1899 à Poitiers

Les novices en 1898-1899 à Poitiers

Quatrième, au second rang, Étienne Berchon pose avec ses frères du noviciat autour du père-maître, Denis Mezard, assis au milieu, au premier rang.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8Du fait de son statut de novice, Charles Berchon, qui a reçu lors de sa vestition le prénom – dont l’attribution est exceptionnelle dans la Province de Lyon – de Marie-Étienne, ne partage qu’en partie la vie des autres religieux, pères de ministère et frères convers menant chacun une vie communautaire autonome dans l’enceinte conventuelle. Il est le dernier à se joindre à la promotion 1898-1899 rassemblant sous la direction de Denis Mezard, maître des novices, une poignée de recrues : Ennemond Fessy, Lucien Bromberger, Justin Mazelaygue, Valentin Delguel, Daniel Schühler, Bernard Devis. La Province de Lyon compte alors également quelques novices supplémentaires, répartis entre les Pays-Bas (Ryckholt) et les États-Unis (Rosary Hill dans la banlieue de New York). Plusieurs de ces nouveaux venus ne pourront supporter les rigueurs du noviciat et renonceront à la vie religieuse.

9Ce n’est pas le cas de Marie-Étienne Berchon qui trouve à Poitiers la confirmation de ses aspirations : son ardeur à se conformer aux prescriptions du noviciat fait de lui un religieux exemplaire, quoiqu’un peu trop exalté et intransigeant aux yeux mêmes de certains de ses confrères. Le jeune homme envisage particulièrement de se consacrer à la prédication, convaincu que sa passion à communiquer la parole de Dieu ne peut rencontrer d’obstacles. Il écrit ainsi à ses parents, vers le milieu de son noviciat : « Encore quelques années et je parcourrai les campagnes et les villes et je m’adresserai à tous, aux riches et aux pauvres, aux savants, aux ignorants, aux enfants, aux vieillards et je leur donnerai Dieu et je les donnerai à Dieu… ». En attendant, il lui faut patienter : une première convocation aux armées qui se solde par un ajournement l’oblige à repousser sa profession simple de plus d’une année, jusqu’à l’exemption accordée par la commission militaire de Versailles pour « hypertrophie cardiaque ». Ce contretemps ne l’empêche pas de débuter ses études philosophiques et théologiques, à Poitiers d’abord, en 1899 puis, de la fin 1900 à 1903, au couvent d’Angers devenu studium de la Province de Lyon, à l’ombre de l’Université catholique (où les étudiants suivent les cours d’Écriture sainte de Mgr Legendre). Les expulsions de 1903 conduisent à transporter le couvent d’études à Ryckholt, en Hollande, sous la direction du père maître, Barnabé Augier. Le frère Marie-Étienne vit cet exil comme une épreuve, redoublée par le fait que ses parents, inquiets, lui suggèrent d’y échapper en se sécularisant. Lui veut, au contraire, voir dans le départ forcé l’occasion d’affirmer définitivement son attachement à l’Ordre en souffrant pour sa reconnaissance. Temps d’épreuve, le départ pour Ryckholt en avril 1903 est aussi le moment où s’opère une nouvelle synthèse entre identité catholique et identité nationale, aussi douloureuse qu’indéfectible. Victimes de mesures qu’ils estiment iniques, les étudiants dominicains contraints au départ retournent l’argumentaire de leurs adversaires pour lire dans leur sort la confirmation qu’ils représentent, eux, les proscrits, la véritable élite de la France, celle qui, loin de préférer sa religion à sa patrie, est prête à incarner hors du territoire un idéal de loyauté et même de fusion entre foi et nation. Le frère Valentin Delguel, dans la brochure qu’il consacre à son ami Marie-Étienne Berchon, rappelle le « Triste spectacle ! et combien humiliant pour nos cœurs français, que cet exode forcé de tant de jeunes hommes, les meilleurs, les plus purs, les plus généreux, les plus dévoués que la France pût compter ». Dès son arrivée en Hollande, le frère Marie-Étienne se rend à la chapelle du couvent afin de prier Dieu pour le pardon de la France.

10Trois mois après que les novices aient rejoints Ryckholt, Auguste Berchon décède. Comme en 1888, lorsqu’il avait été victime d’un grave accident du travail, le destin du père de Marie-Étienne Berchon – et par contrecoup celui de son fils – semble lié à une intervention divine : la famille garde la preuve, à en croire Valentin Delguel, de la prière adressée alors à Notre-Dame de Montmélian par le malade afin qu’elle lui conserve la vie encore quinze ans pour lui permettre d’élever sa plus jeune fille. La date du décès d’Auguste Berchon correspondant, au jour près, au délai demandé, c’est bien une intervention surnaturelle qui seule peut expliquer et la guérison de 1888 et la date de la mort d’un père qui, faute d’avoir pu lui-même devenir prêtre, a obtenu en contrepartie d’être l’objet d’une attention toute particulière dans sa condition de chef d’une famille chrétienne. En dépit de cette protection dont l’évidence est éclatante, la famille Berchon se ressent durement du décès : le fils aîné étant appelé sous les drapeaux au même moment, l’équilibre économique de la famille est une fois de plus mis à mal et Marie-Étienne doit rentrer quelques temps à Louvres-en-Parisis, obligeant ses supérieurs à différer la cérémonie des vœux solennels qui engagent définitivement un religieux. Le genre hagiographique faisant peu de cas des informations qui n’appuient pas la cause défendue, rien n’est dit de la manière dont se résout la crise familiale qui aurait pu amener, comme d’autres avant lui, Marie-Étienne Berchon à quitter l’Ordre des frères prêcheurs pour soutenir leur famille. Il regagne le couvent de Ryckholt et, avec quelques mois de retard, prononce ses vœux solennels bientôt suivis des autres ordres sacrés (sous-diaconat, diaconat) conférés par l’évêque du lieu en même temps qu’au frère Thomas Larmurier à la cathédrale de Liège. Le 8 octobre 1904, il est ordonné prêtre en même temps que Larmurier et Alphonse Ginet dans la chapelle des rédemptoristes de Wissen par l’évêque de Ruremonde. Il ne quitte pas pour autant Ryckholt où il poursuit le cours de ses études thomistes en vue du lectorat tout en remplissant sans en avoir le titre la charge de père sous-maître. À la fin de l’été 1905, désormais lecteur, il quitte définitivement Ryckholt et rentre en France pour entamer une série de prédications qu’il débute dans sa commune de Louvres. Les sources concordent pour vanter l’enthousiasme, la ferveur, le zèle, voire la « furia francese » caractérisant le jeune religieux au sortir de ses années d’études.

L’éducateur : l’école apostolique Saint-Pierre à Fribourg

Étienne Berchon, tout en haut des marches du perron de la villa qui abrite l’école apostolique, entouré de deux élèves.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

11Marie-Étienne Berchon ne devait pas revenir longtemps sur le territoire français. Pour faire face à l’affaissement du recrutement consécutif aux expulsions, les autorités de la Province de Lyon décident lors du chapitre provincial de 1906 de créer, en Suisse, à Fribourg, une école apostolique chargée de recevoir des adolescents et de susciter, dans leurs rangs, des vocations. Il ne s’agit pas d’une innovation : dans le passé, on a déjà eu recours à cette solution, à Poitiers à partir de 1877, puis à Ryckholt en 1894, ce qui vaut à la Province d’Occitanie quelques recrues de nationalité néerlandaise. Il faut cependant fermer l’établissement en 1900. À Fribourg, après un premier essai malheureux, en février 1907, le projet se stabilise au cours de l’année scolaire 1907-1908. Une villa de belle allure est louée dans le nouveau quartier fribourgeois de Gambach qui sert à la fois pour l’hébergement et l’enseignement des élèves. À la fin de l’année scolaire, la Province de Lyon entre en possession d’une autre villa, de construction récente, destinée à l’éducation de jeunes filles : cette villa Thérèse, désormais placée sous le patronage de Saint-Pierre martyr, devient le siège de l’école apostolique jusqu’à sa fermeture en 1931. Arrivé en février 1907 à Fribourg sur la requête du provincial, le père Adrien Daubigney, accompagné d’un frère convers, Ferdinand Cools, désigne Marie-Étienne Berchon pour l’assister dans la prise en charge des élèves. Dès son arrivée, à Pâques 1907, il assure le suivi quotidien des élèves tandis que Daubigney est sollicité par des prédications. Les dominicains de l’école apostolique, à la demande de leurs confrères qui enseignent à l’université voisine et en particulier du père Zapletal, se voient interdire d’apparaître en habit de leur Ordre en public et portent donc la soutane comme en France, le frère convers étant en civil.

12L’entente ne règne pas entre les religieux de la maison Saint-Pierre et le père Daubigney est rapidement remplacé comme supérieur par Barnabé Augier. Quoi qu’il en soit du titre de ce dernier et de celui de ses successeurs, c’est le père Berchon qui est le principal animateur de l’école : il y enseigne, exerce les fonctions de préfet de discipline et de maître de chapelle, assure également la direction de conscience de la plupart des élèves. À partir de 1911, ses supérieurs religieux lui confient également la tâche, au cours des vacances, de renforcer le recrutement de l’école en la faisant connaître par des tournées de prédication sur le territoire français. Les effectifs s’accroissent et atteignent leur apogée dans les années de l’immédiat avant-guerre, avec une quarantaine d’inscrits. À Fribourg, le père Berchon, à l’instar de l’abbé Maxime Caron au séminaire de Versailles, se veut éducateur avant tout, au risque de faire montre d’une exigence religieuse de tous les instants dont certains enfants peinent à s’accommoder. Quelques autres rejoignent – ou bien s’apprêtent à rejoindre avant que la guerre ne les emporte – les rangs du noviciat de la Province de Lyon, comme Louis Nicolas, Aimé Coest, Innocent Carret. En juillet 1913, il rassemble ses recrues les plus avancées dans les études et, après une nuit d’adoration à Montmartre, les accompagne jusqu’à Ryckholt pour leur faire revêtir l’habit dominicain. Le père Daubigney, sans bienveillance excessive pour son confrère, écrira plus tard que « tous les enfants étaient entre ses mains comme une cire molle qu’il pétrissait à son gré. […] Il ne voyait guère que son influence personnelle, laissant trop entendre à ses idoles qu’il façonnait en eux les futurs réformateurs de la Province ». Omniprésent à Fribourg, le père Berchon irrite certains de ses confrères qui ne parviennent cependant pas à limiter son influence à l’école apostolique jusqu’à la déclaration de guerre de l’été 1914.

Aumônier militaire : une vocation dominicaine ?

13Présent dans sa famille, à Louvres, au moment de la mobilisation, le père Berchon, réformé, n’est pas concerné. Les premiers jours d’août sont consacrés à encourager et bénir les partants, tâche d’autant plus prenante que les premières semaines de la guerre sont marquées par un regain des pratiques religieuses et de la fréquentation de l’église paroissiale. Très vite, s’en tenir à cet accompagnement lui apparaît insupportable. Il ne veut ni ne peut s’engager dans la guerre les armes à la main car il appartient à une classe antérieure à la loi de conscription de 1905 et bénéficie de l’exemption médicale décernée en 1900. Mais il souhaite néanmoins offrir un débouché apostolique à sa fougue patriotique et à sa vocation sacerdotale. Il prend dès lors la résolution de suivre les soldats au front comme aumônier. Faute de pouvoir communiquer rapidement avec les supérieurs de sa province, il obtient l’autorisation du provincial de la Province de France. Il lui faut encore être accepté par les autorités militaires qui n’ont guère anticipé la dimension religieuse d’une mobilisation de masse. Une circulaire ministérielle du 22 août autorise le recrutement, aux côtés des aumôniers titulaires insuffisants en nombre, de volontaires. Le même jour, l’écrivain nationaliste Ernest Psichari, tertiaire dominicain ayant accompli sa retraite de probation au couvent de Ryckholt après avoir été amené à l’Ordre par le père Humbert Clérissac, est tué en Belgique au cours de la bataille des frontières. Dès le 28 août, la requête de Marie-Étienne Berchon d’être intégré dans le corps des aumôniers volontaires est validée. Il a alors trente-six ans, ce qui le situe dans une stricte conformité d’âge avec la plus grande partie des autres aumôniers, celle d’hommes nés entre 1875 et 1880, ayant accédés à l’âge adulte au moment de l’Affaire Dreyfus et des vagues d’anticléricalisme du début du siècle. Le 11 octobre, sa situation se régularise puisqu’il est nommé aumônier titulaire du groupe des brancardiers de la 35e division d’infanterie avec le grade de capitaine, poste qui restera le sien jusqu’à sa mort. À cette date, ils sont trente-quatre religieux de la Province de Lyon (prêtres, convers, novices) à être mobilisés.

Aumônier militaireAumônier militaire

Aumônier militaire

Tantôt en habit dominicain, tantôt en soutane, l’aumônier Étienne Brechon porte la barbe, à la manière d’un missionnaire, vraisemblement pour se distinguer des soldats.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

14La 35e division participe à certaines des plus grandes batailles de la Première Guerre mondiale : la bataille de la Marne et celle de l’Aisne en 1914, Verdun en 1916, celles du Chemin des Dames en 1917 et de Picardie en 1918. Marie-Étienne Berchon met en place, dès sa nomination, le service religieux dans les unités au fur et à mesure de l’arrivée des prêtres-soldats bénéficiant des pouvoirs canoniques. Il se lance à corps perdu dans l’organisation de cérémonies religieuses, de groupes de prières, d’œuvres de persévérance afin de tirer profit des retours à la foi et à la ferveur enregistrés chez nombre de soldats. Au contact des masses combattantes, le strict éducateur de Fribourg se mue en chef. L’émotion intense suscitée par la guerre auprès des combattants fait l’objet d’une mise en forme, d’une canalisation par l’aumônier Berchon, qui rencontre les attentes de certains. Le « Rosaire vivant des soldats » et les « Hommes de France » (dévoués à l’adoration du Sacré-Cœur) sont les deux pieuses associations qu’il parvient à établir de manière durable et à faire prospérer même si les effectifs, considérables à l’échelle d’une paroisse, ne doivent pas être surestimés au regard du nombre des mobilisés (900 soldats pour le Rosaire en 1916, 1 200 pour les adorateurs du Sacré-Cœur). Le ministère auprès des blessés, sur le champ de bataille ou dans les infirmeries, lui prend une grande partie de son temps et de son énergie : la blessure, la souffrance, la crainte de la mort sont des moments d’intenses besoins spirituels et offrent des dispositions favorables à la rencontre avec le prêtre. Il ne s’agit plus alors, comme dans les messes précédant les combats, d’attendre de la religion une protection pour ce monde, mais de se préparer à bien mourir. Le père Berchon exerce son apostolat auprès des agonisants en leur offrant de méditer sur les souffrances rédemptrices de Jésus sur la Croix et en se résignant à la volonté de Dieu : la dimension doloriste de la foi chrétienne est, en ces moments, l’arme de prédilection du dominicain pour répondre à l’effroi, aux blessures physiques et à la mort qui menace.

15L’attitude du père Marie-Étienne Berchon à l’égard de la guerre ne peut être qu’ambiguë : si elle manifeste le mal et le péché des hommes – de tous les hommes et pas seulement des ennemis allemands –, elle est aussi l’occasion d’une formidable rédemption nationale et d’une forme de réparation à l’égard de l’Église catholique après les tentatives des dirigeants républicains de séculariser la société. La guerre est aussi, de ce point de vue, une source de méditation pour l’arrière et pour les futures vocations, en particulier pour les écoliers de Fribourg à qui il adresse des courriers destinés à les édifier :

« Nos efforts ont abouti, leur écrit-il, à 520 communions. Mais ce qui était beau ce n’était pas seulement le nombre, c’était la douleur de ces hommes d’avoir offensé Dieu, la joie de se retrouver chrétiens et purs. Il fallait voir les larmes couler sur les joues de ces braves officiers et soldats quand ils recevaient sur leurs lèvres tremblantes le corps sacré du Christ, victime de nos péchés… Qu’ils faisaient bon pleurer tous ensemble !... Nous avons vécu dans le miracle… »

Baptême au frontBaptême au front

Baptême au front

Jeune soldat (au centre, désigné par une croix) avec, à sa droite, Étienne Berchon qui vient de le baptiser et, à sa gauche, son commandant qui a été choisi comme parrain.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

16Qu’en est-il véritablement de ce « réveil religieux » suscité par la guerre ? Les travaux récents des historiens (Annette Becker, Xavier Boniface) se sont attachés à en déterminer les contours, à en sonder l’intensité, à en mesurer les limites. Les sources cléricales manquent d’objectivité, et plus particulièrement encore lorsqu’il s’agit, comme c’est le cas dans la brochure du père Delguel, de louer un héros mort pour sa foi et pour sa patrie. À lire entre les lignes d’ailleurs, même les exploits de l’aumônier Berchon n’apparaissent pas si éclatants du point de vue du retour à la foi : les hommes qui se confessent, prient et reçoivent les derniers sacrements sont déjà catholiques, sinon de pratique fréquente du moins de tradition. C’est leur foi qui est ravivée, non leur conversion qui est obtenue. Celle-ci n’est mentionnée que pour le cas d’un professeur de lycée, avec là encore une forme d’ambiguïté puisqu’elle est formulée au conditionnel, la croyance proclamée en Dieu par l’intéressé devant répondre à la sauvegarde de sa vie. Aussi, plus qu’une source d’informations sur la vie religieuse des « poilus » vue au prisme de multiples anecdotes édifiantes, c’est un témoignage dominicain sur la guerre héroïque du père Berchon qui est rapportée par Valentin Delguel. Cet héroïsme chrétien, il n’est d’ailleurs pas le seul à en faire état : le 7 mai 1916, en pleine bataille de Verdun, alors que Marie-Étienne Berchon est dans les environs de Douaumont, Le Pèlerin dresse le portrait de l’aumônier de la 35e Division d’infanterie. Quelques temps plus tard, ce dernier adresse au père Victor Paragot, responsable du Trait d’union (bulletin de liaison entre les frères de la Province de Lyon), une lettre dans laquelle il exalte les combattants de Verdun, et la manière dont, chez eux, se marient la vaillance et la religion, la victoire et le salut : leur héroïsme se construit au miroir de celui du religieux qui les encadre et partage leur vie. Il est alors équipé d’un cheval, ce qui lui permet de se déplacer sur de plus longues distances et de rencontrer tel ou tel de ses anciens élèves de la Villa Thérèse de Fribourg dont il vérifie la solidité de la vocation, comme lorsqu’il visite Louis Nicolas en octobre 1916 :

« Il sait mes préoccupations, écrit Berchon, veut me rassurer aussitôt et, sans hésitation, fixant sur moi son regard doux, limpide, il répond à ma muette interrogation, mais il pleure aussi. “Je suis resté pur. Pas une seule fois je n’ai porté atteinte à mes vœux ! Mais, mon Père, comme je souffre. Voir, entendre le mal sans cesse, que c’est dur ! La mort me serait plus douce !” »

17La conception de la vie religieuse qui est celle du frère Marie-Étienne et qu’il est parvenu à inculquer à son élève ne se suffit pas d’une opposition entre les « ennemis » allemands (dont il est peu question) et les Français. À l’intérieur même du camp patriotique, le mal s’engouffre partout et menace la vocation du jeune novice dominicain, au point de rendre le sacrifice de la vie terrestre préférable à la chute dans un monde impur. C’est que la nation, pour le jeune homme comme pour son éducateur, n’échappe pas plus au péché que les individus lorsqu’elle se détourne de Dieu et de son Église.

Messe dans les tr...Messe dans les tranchées

Messe dans les tranchées

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

18Convaincu de la force du mal à combattre, le père Marie-Étienne Berchon ne sait trouver le repos. Son refus des compromis, déjà manifeste à l’école apostolique de Fribourg, s’épanouit dans l’atmosphère de la guerre totale. Il parcourt le front sans relâche, de l’arrière aux postes les plus avancés suscitant l’admiration pour son abnégation face aux dures conditions de vie et surtout pour son courage face au feu. Une première citation, en novembre 1914, récompense son courage physique au château de Soupir (Aisne) lorsqu’il traverse de vastes étendues sous les tirs ennemis afin de porter secours à des blessés : l’aumônier confie ensuite s’être élancé avec la certitude d’être touché et lit comme un miracle le fait d’en être revenu, transformant son courage en un acte de foi. D’autres élans de ce type suivront, à leur tour récompensés par des citations (juin 1917) puis la Croix de guerre avec palme avant la croix de chevalier de la Légion d’honneur (avril 1918). L’année 1915, il est victime d’un accident de cheval dont il ne se relèvera jamais complètement, sans pour autant réduire son apostolat. La force de sa volonté, son implication jusqu’à l’épuisement en font un modèle : les officiers louent son influence sur les soldats, soit qu’il les galvanise, soit qu’il les apaise. Son dévouement et son courage le font comparer à un saint – identification il est vrai relativement fréquente dans « l’enfer » de la Grande Guerre – et suscitent, aux dires de son biographe, conversions et vocations.

1917-1918 : les derniers mois du père Berchon

Étienne Berchon e...Étienne Berchon et son cheval

Étienne Berchon et son cheval

Pour rallier les différents endroits où il exerce son ministère, Étienne Berchon dispose d’un cheval mis à sa disposition par l’armée de la République qui veille, après l’impréparation des débuts de l’aumônerie militaire, à assurer l’encadrement religieux des soldats.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

19L’épuisement guette pourtant le dominicain et infléchit sa manière de se sentir religieux. Face aux doutes qui s’instillent lorsque la guerre s’éternise, aux pertes de soldats devenus des amis et de certains des protégés de l’école apostolique de Fribourg, aux souffrances physiques lancinantes depuis son accident de cheval, il ressent vivement le besoin de s’éloigner quelques temps du front. Il obtient, à l’issue de la terrible bataille du Chemin des Dames, en septembre 1917, une permission à Prouilhe, au monastère des dominicaines, berceau de l’Ordre de saint Dominique. Il y effectue pendant dix jours une retraite dans un silence absolu, cherchant consolation et fortification dans un échange immédiat avec la puissance divine. Il a le sentiment d’avoir à se préparer plus encore à la mort, à offrir sa vie en union mystique à Dieu. Divers signes (dévotions, confidences à ses proches, manifestations émotives…) lors d’un séjour à Louvres avant de remonter au front, laissent à penser que les trois années de guerre ont altéré le sentiment religieux de Marie-Étienne Berchon dans le sens d’une union plus intime à Dieu. Après avoir prêché la résignation à tant de blessés en leur offrant la Passion du Christ en modèle, il vit lui-même les mois qui suivent, jusqu’aux grandes offensives du printemps 1918, dans un plus grand souci de dépouillement, dans une ferveur moins ostensible qu’au cours des années précédentes. Aux côtés d’hommes qui, avec ou sans ses secours, tiennent parfois depuis le début du conflit, il redit à sa famille sa confiance en Dieu, même lorsque ses volontés « nous paraissent mystérieuses et étranges… ». « Je crois pouvoir me rendre ce témoignage que j’ai travaillé au bien des âmes de toutes mes forces » écrivait-il quelques temps auparavant à son supérieur, comme si la joie du devoir accompli fusionnait avec le sentiment de s’être éloigné du reste des vivants, d’être à son tour passé du côté des morts et de leurs âmes.

Étienne Berchon a...Étienne Berchon au cimetière de Louvres

Étienne Berchon au cimetière de Louvres

La tombe d’Étienne Berchon avec son nom inscrit sous la forme d’un médaillon posé sur la croix et surmonté d’une photographie le représentant en dominicain indique son appartenance à l’Ordre des frères prêcheurs. Le curé de la paroisse de Louvres, après avoir été initialement hostile au transfert du corps, revient sur sa décision à la suite d’un pèlerinage sur la tombe du père Berchon à Royallieu. À qui appartient d’abord la dépouille du défunt : à ses compagnons d’arme ou à sa famille ? Qui serait le mieux à même de vénérer la mémoire du glorieux aumônier dont le biographe laissait entendre qu’il était mort comme un saint ?

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

20Le 20 avril, Marie-Étienne Berchon est blessé par un tir d’artillerie au nord de Ribécourt. Il est transporté jusqu’à une ambulance de Compiègne où il meurt le lendemain. Inhumé à Royallieu, lors de funérailles impressionnantes réunissant soldats, officiers et des prêtres par dizaines, il est enterré une seconde fois au cimetière de Louvres à la demande de sa famille, quatorze mois plus tard.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de Lyon. — Archives de la Curie généralice : AGOP XIII 33146. — Archives du Service historique de la Défense (SHD), GR 9 YE/554. — Collection du Trait d’union des Occitaniens mobilisés. — RP Valentin Delguel, Les dominicains de Lyon et la Grande Guerre, Lyon, Bureaux du Rosaire, 1920. — Mgr Maxime Caron. Un prêtre éducateur (1845-1929), Versailles, impr. Brétignière, s.d. — Adrien Daubigney, Souvenirs d’un demi-siècle de vie religieuse, inédit, 1932, ADPL, B 1804. — Annette Becker, La guerre et la foi. De la mort à la mémoire, 1914-1930, Paris, Armand Colin, 1994. — Paul-Bernard Hodel, « D’expulsion en expulsion : les dominicains de la Province d’Occitanie en Valais », Vallesia, 52, 1997, p. 35-67. — Xavier Boniface, L’aumônerie militaire française (1914-1962), Paris, Les Éditions du Cerf, 2001. — Paul-Bernard Hodel, « Les établissements suisses de la Province de Lyon au temps des expulsions », Documents pour servir à l'histoire de l'Ordre de Saint-Dominique en France, 39, 2004, p. 27-40. — Xavier Boniface, Histoire religieuse de la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les novices en 1898-1899 à Poitiers
Légende Quatrième, au second rang, Étienne Berchon pose avec ses frères du noviciat autour du père-maître, Denis Mezard, assis au milieu, au premier rang.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2970/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Étienne Berchon, tout en haut des marches du perron de la villa qui abrite l’école apostolique, entouré de deux élèves.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2970/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Aumônier militaire
Légende Tantôt en habit dominicain, tantôt en soutane, l’aumônier Étienne Brechon porte la barbe, à la manière d’un missionnaire, vraisemblement pour se distinguer des soldats.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2970/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Baptême au front
Légende Jeune soldat (au centre, désigné par une croix) avec, à sa droite, Étienne Berchon qui vient de le baptiser et, à sa gauche, son commandant qui a été choisi comme parrain.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2970/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Messe dans les tranchées
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2970/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Étienne Berchon et son cheval
Légende Pour rallier les différents endroits où il exerce son ministère, Étienne Berchon dispose d’un cheval mis à sa disposition par l’armée de la République qui veille, après l’impréparation des débuts de l’aumônerie militaire, à assurer l’encadrement religieux des soldats.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2970/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Étienne Berchon au cimetière de Louvres
Légende La tombe d’Étienne Berchon avec son nom inscrit sous la forme d’un médaillon posé sur la croix et surmonté d’une photographie le représentant en dominicain indique son appartenance à l’Ordre des frères prêcheurs. Le curé de la paroisse de Louvres, après avoir été initialement hostile au transfert du corps, revient sur sa décision à la suite d’un pèlerinage sur la tombe du père Berchon à Royallieu. À qui appartient d’abord la dépouille du défunt : à ses compagnons d’arme ou à sa famille ? Qui serait le mieux à même de vénérer la mémoire du glorieux aumônier dont le biographe laissait entendre qu’il était mort comme un saint ?
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/2970/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Tangi Cavalin, « BERCHON Marie-Étienne », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, B, mis en ligne le 25 juillet 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/2970

Haut de page

Auteur

Tangi Cavalin

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals