Navigation – Plan du site

CHÉRY Marcolin

CHÉRY Nicolas à l’état civil ; CHÉRY Marcolin en religion
Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Né le 31 juillet 1834 à Metz (Moselle), mort le 1er novembre 1870 à Morieux (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor).
Théologien au concile Vatican I, membre de la congrégation de l’Index.

Haut de page

Historique

Notice validée et mise en ligne le 22/04/2015.
Iconographie ajoutée le 23/04/2015.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 20 septembre 1854 à Flavigny
• Profession simple : Pie IX institue l’usage de faire profession simple en 1857
• Profession solennelle : 20 septembre 1855 à Flavigny
• Ordination diaconale : juillet 1858
• Ordination sacerdotale : 1858 ou 1859

1Mosellan né à Metz, Marcolin Chéry, petit-fils de Dominique Chéry, manœuvre, fils de Georges Chéry, cordonnier, et de Nicole née Watrin, entre en 1854 dans l’Ordre de Saint-Dominique. Il est alors âgé de vingt ans. Aucune trace de son parcours, de sa scolarité, de ses motivations précédant son choix de devenir religieux ne figure dans les archives des provinces dominicaines françaises. Il fait son noviciat au couvent de Flavigny, au cœur de l’Auxois, puis poursuit ses études à Chalais situé au-dessus de Voreppe (Isère), qui était depuis 1844 le couvent d’études de la Province de France. À l’issue de sa formation, il est envoyé à Sorèze où il côtoie quelque temps Henri-Dominique Lacordaire puis, « pénétré de l’influence du père Lacordaire, l’âme remplie de son éloquence et de ses exemples, il entre dans sa carrière d’apôtre et de directeur des âmes » successivement à Toulouse (1859), à Dijon comme procureur en 1860, puis à Nancy (1861), toujours comme procureur. C’est dans ce dernier couvent que, en dehors des nombreuses prédications qu’il donne, il travaille à une réédition, revue et annotée, du Breviarium theologicum de Jean Polman (paru la première fois en 1653) et inaugure une collaboration à L’Année dominicaine, le bulletin mensuel du tiers-ordre de Saint-Dominique pour lequel le prieur provincial l’a désigné, au nom de son couvent, comme correspondant.

Marcolin Chéry

Marcolin Chéry

Cette photo n’est pas unique, elle a été faite pour être reproduite sous forme de médaillon et distribuée à ceux qui ont connu Marcolin Chéry.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Dès mai 1862, il donne une série d’articles à L’Année dominicaine sur la nouvelle traduction des Lettres de sainte Catherine de Sienne d’Étienne Cartier, publiée en 1858. Il y présente en mai 1863 son travail sur le Breviarium theologicum dont il justifie l’intérêt en expliquant que ce bréviaire théologique contient « dans un ordre méthodique toutes les propositions théologiques comprises dans la somme de saint Thomas ». Cet argument est non seulement reconnu, mais repris par Antonin Éveillé-Lagrange qui rend hommage à Marcolin Chéry pour avoir rendu « un service éminent en retirant de la poussière de l’oubli un livre nécessaire à ceux qui veulent s’initier aux grandeurs et aux beautés de la scolastique ». Ce travail s’inscrit, de façon fort modeste, dans le renouveau thomiste qui tente alors de s’imposer comme la doctrine officielle de l’Église. Dans la foulée de cette réédition critique, Marcolin Chéry prépare un lectorat de théologie qu’il soutient vraisemblablement dans le courant de l’année 1865 puisque le catalogus de 1866 lui donne le titre de « lecteur en théologie ». Il est alors assigné au couvent Saint-Thomas d’Aquin à Paris.

3Son activité littéraire ne cesse ensuite de s’intensifier. Il multiplie ses contributions à L’Année dominicaine que ce soit sous la forme d’études liturgiques : « le temps de Noël », « le temps du carême », le « mois de Marie », la « septuagésime », d’études historiques sur « le bienheureux Jourdain de Saxe et Henri de Cologne », de récit comme celui de l’installation des frères, en avril 1867, au nouveau couvent de Saint-Jacques à Paris (rue Jean-de-Beauvais) ou de comptes rendus d’ouvrages. Une de ses recensions, d’ailleurs, celle du nouveau livre d’Étienne Cartier, Un religieux dominicain, le RP Besson, sa vie et ses lettres, paru en 1865, dit sa « gratitude » à l’auteur pour sa biographie : « Nous avons trouvé dans cette Vie du père Besson des souvenirs bien précieux sur le rétablissement de notre Ordre en France, nous y avons recueilli des pièces que nous ignorions et des aveux tombés de haut, qui sont une sorte de consécration pour l’œuvre du père Lacordaire. » Il ajoute toutefois qu’il aurait préféré que la question de l’observance s’inspire davantage du Mémoire pour la restauration des frères prêcheurs d’Henri-Dominique Lacordaire – ce qui indique, en d’autres termes, que Marcolin Chéry se rangeait derrière le restaurateur de l’Ordre et non aux côtés de ceux qui avaient fondé les provinces de Lyon et de Toulouse.

4Cependant la production écrite de Marcolin Chéry ne se limite pas aux seuls articles destinés à L’Année dominicaine. Il signe de nombreux ouvrages et brochures dont la facture est variée : livres de piété, d’apologétique, ou manuel comme celui de la confrérie du Très Saint Nom de Dieu et de Jésus dont il est le directeur, mais aussi de théologie comme de défense de l’Église. Il prend, par exemple, le contre-pied du second volume de L’histoire des origines du christianisme, Les apôtres, d’Ernest Renan qu’il qualifie de pamphlétaire et incite à réagir : « Nous sentons le besoin de protester, au nom de tous nos frères dans le sacerdoce. Nous ne sommes point une armée de lâches et d’hypocrites, nous ne sommes point de ceux qui veulent imposer aux autres des fardeaux qu’ils n’entendent point porter eux-mêmes ; nous marchons sous un drapeau qui porte dans ses plis le glorieux nom de Veritas, et nous parlons suivant nos convictions et non suivant les conventions et convenances du monde et du mensonge. » Avec la même volonté de servir l’Ordre, Marcolin Chéry n’hésite pas à prendre encore la plume pour lancer un appel à l’Église russe et à l’Église anglicane pour qu’elles se convertissent au catholicisme.

Marcolin Chéry

Marcolin Chéry

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5C’est durant son assignation parisienne qu’il rencontre le prince Louis-Lucien Bonaparte (petit-neveu de Napoléon I). Ce dernier, ordonné prêtre en 1853, est membre du tiers-ordre de Saint-Dominique et aime fréquenter le couvent des dominicains quand il réside à Paris. On le voit ainsi officier aux vêpres (4 août 1866), donner la bénédiction du Saint-Sacrement au lendemain de l’inauguration du nouveau couvent Saint-Jacques ou offrir un vitrail pour l’église. Devenu son confesseur, Marcolin Chéry le suit à Rome lorsque, créé cardinal par Pie IX au consistoire du 13 mars 1868 – ce qui hypothèque les chances d’accès de Mrg Darboy au cardinalat –, il entre au service du pape comme camérier. Marcolin Chéry réside dès lors à Rome où, membre de l’Accademia di religione cattolica, il poursuit son activité de plume tout en nourrissant l’idée d’une revue qui rendrait compte du prochain concile dont l’ouverture est prévue pour le 8 décembre 1869.

6En plus de quelques études et comptes rendus adressés à L’Année dominicaine, il se montre, à Rome, un actif propagateur du Rosaire. Il consacre à cette dévotion quatre publications entre 1868 et 1869, dont une histoire générale et deux tomes de théologie rappelant qu’elle relève de la mission traditionnelle des frères prêcheurs : « Fonder des confréries, organiser la récitation du chapelet, dresser des règlements, enseigner aux curés le coutumier, ressusciter les processions publiques de la confraternité, imaginer mille moyens de faire vivre l’œuvre, devient l’objet spécial de leur apostolat. » Ces publications, qui attestent du réveil général de la dévotion du Rosaire, déclinent la spiritualité mariale sous toutes ses formes (Rosaire perpétuel, Rosaire vivant, Mois de Marie…) valorisant une véritable piété populaire.

7L’ouverture du concile et sa nomination comme consulteur de la congrégation de l’Index (il est alors considéré comme le théologien personnel du cardinal Bonaparte) le font participer aux travaux de la commission de fide où il retrouve les dominicains français Ambroise Potton, Pie Rouard de Card et Antonin Doussot. Il est également vice-président d’un comité de frères dominicains qui, sous la présidence du père Embriaco, doit permettre la fondation de l’Académie thomiste à la Minerve. Lorsque celle-ci est instituée par le maître de l’Ordre, Vincent Jandel, le 25 novembre 1869, et officiellement inaugurée le 21 mars 1870, Marcolin Chéry en devient le directeur adjoint.

8Le concile lui donne surtout l’occasion de créer la Revue du concile œcuménique du Vatican qui paraîtra de novembre 1869 à mai 1870. Bimensuelle, elle « s’interdit absolument la discussion de toutes les opinions qui sont un objet de polémique contemporaine : elle croit que ces controverses ne sont propres qu’à diviser les catholiques et à amoindrir le respect et l’autorité de la sainte Église ; elle ne se reconnaît pas le droit de discuter des questions soumises aux délibérations du saint concile, de prévenir son jugement, et de sembler ainsi vouloir peser sur ses votes et lui dicter des décrets, par des appréciations plus ou moins empreintes de l’esprit de parti ». Ces propos liminaires une fois tenus, Marcolin Chéry va suivre les sessions du concile en observateur et, au fil de sa revue, se montrer, selon l’analyse de Pierre Vallin, un théologien favorable à la collégialité épiscopale. Nul doute qu’il partage les analyses de la minorité qui se prononce contre l’infaillibilité du pape : son amitié avec Mgr David – ils sont liés depuis qu’il a prêché le carême de 1866 à Saint-Brieuc – qu’il retrouve au concile, ses relations avec Mgr Maret, évêque de Sura, gallican modéré, ou encore sa rencontre avec Mgr Tizzani, archevêque de Nisibe et auteur de l’Histoire des conciles généraux traduite par le dominicain Antonin Doussot dont il fait une longue recension dans la revue Le Correspondant (mensuel des catholiques libéraux) et fait connaître aux lecteurs de sa revue, en témoignent. Cependant, s’il est certain qu’il professe un catholicisme libéral sur le modèle de Lacordaire, rien ne permet de l’étiqueter parmi les anti-infaillibilistes notoires du concile. Aucune source indique qu’il a assisté à la session solennelle du 18 juillet 1870 proclamant la constitution Pastor aeternus et qu’il a eu ou non l’intention d’en rendre compte dans la Revue du concile œcuménique puisque son dernier numéro est daté du 5 mai 1870. On sait seulement qu’il quitte Rome avec des soucis de santé. Arrivé à Saint-Brieuc le 3 septembre, Marcolin Chéry demande à son ami, le vicomte Adolphe Gouzillon de Bélizal, de bien vouloir l’accueillir pour se reposer. Mais, miné par la maladie, recevant à son chevet Mgr David accompagné de Mgr Maret qui avait accepté l’hospitalité de l’évêque de Saint-Brieuc, il meurt au château de Carivan, le 1er novembre 1870. D’abord inhumé au cimetière de Morieux, son corps est transféré en 1899, à l’occasion du cinquantenaire du couvent de Flavigny, au cimetière réservé aux frères prêcheurs.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — M. l’abbé G. Bazin, Vie de Mgr Maret, Paris, Berche et Tralin, 1891, p. 211-212. — Louis Boitel, Cinquantenaire du couvent des dominicains de Flavigny-sur-Ozerain 25, 26, 27 avril 1899, Tours, Mame, 1900, p. 149-150 et 152-153. — Ignace Body, Vie du RP Potton, Paris, Téqui, 1901, p. 56. — Roger Aubert, Le pontificat de Pie IX (1846-1878), Paris, Bloud & Gay, 1952. — « Un’accademia tomistica alla Minerva », Memorie domenicane, octobre-décembre 1958. — Pierre Vallin, « La collégialité épiscopale selon le P. Marcolin Chéry, OP », Revue des sciences philosophiques et théologiques, tomes LI-LII, 1967-1968, p. 217-226. — « Documents sur les origines et les premières années de la Commission léonine », dans St Thomas Aquinas, 1274-1974. Commemorative studies, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies, 1974, vol. II, p. 331-388. — André Duval, Dictionnaire de spiritualité, Paris, Beauchesne, 1988, tome XIII, col. 974-975. — Jacques-Olivier Boudon, Monseigneur Darboy (1813-1871), Paris, Les Éditions du Cerf, 2011, p. 124.

Haut de page

Œuvre

Nombreux ouvrages et brochures dont :

Breviarium theologicum (continens definitiones, descriptiones, et explicationes terminorum theologicorum), Paris, Poussielgue-Rusand, 1863. — Saint Epvre, VIIe évêque de Toul, sa vie, son abbaye, son culte, Paris, Poussielgue, 1866. — Les apôtres de M. Ernest Renan devant la philosophie, l’histoire et la morale, Paris, Poussielgue, 1866. — L’œuvre du denier de Saint-Pierre, Chambéry, A. Pouchet & Cie, 1866. — Appel à l’Église russe et à l’Église anglicane, Paris, Victor-Palmé, 1867. — Notre-Dame-des-eaux, manuel de piété pour la saison des eaux, Paris, A. Jouby, 1867. — Manuel de la confrérie du Très Saint Nom de Dieu et de Jésus, contre les blasphèmes et la violation du dimanche, Paris, Jouby et Roger, éditeurs, 1868. — Le rosaire et les congrégations romaines, Paris, Poussielgue, 1868. — Notre-Dame-du-Chêne. Histoire – Miracles – Dévotion, Paris, Poussielgue, 1869. — Mois du Rosaire avec Jacques Bénigne Bossuet, Paris, Poussielgue, 1869. — Histoire générale du Rosaire et de sa confrérie, Paris, Poussielgue, 1869. — La théologie du Saint-Rosaire, 2 vol. , Paris, Poussielgue, 1869. — Revue du concile œcuménique du Vatican, novembre 1869-mai 1870, Paris, Poussielgue, 1870 (12 numéros de la revue reliés en un volume).

Articles

dans L’année dominicaine de 1862 à 1869 dont :

« Lettres de sainte Catherine de Sienne d’Étienne Cartier », mai 1862, p. 462-470, novembre 1862, p. 631-637, avril 1863, p. 159-164 ; « Bréviaire théologique par le RP Jean Polman, novembre 1863, p. 478-480 ; « L’Avent », décembre 1864, p. 485-499 ; « Le temps de Noël », janvier 1865, p. 1-10 ; « Le bienheureux Jourdain de Saxe et Henri de Cologne », février 1865, p. 45-56 ; « Le temps du carême », mars 1865, p. 89-102 ; « Le mois de Marie », mai 1865, p. 177-182 ; « La septuagésime », février 1867, p. 45-59 ; « Le nouveau couvent de Saint-Jacques à Paris, juin 1867, p. 245-252 ; « Mission des pères dominicains dans la Mésopotamie et le Kurdistan », août 1867, p. 273-279 ; « L’annunziata et la chapelle papale du 25 mars à la Minerve », mai 1868, p. 208-218 ; « Saint Thomas au XIXe siècle », juin 1868, p. 241-249, juillet 1868, p. 285-293, août 1868, p. 333-339 ; « Célèbre prophétie relative à l’Ordre de Saint-Dominique », septembre 1869, p. 353-365.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Marcolin Chéry
Légende Cette photo n’est pas unique, elle a été faite pour être reproduite sous forme de médaillon et distribuée à ceux qui ont connu Marcolin Chéry.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/309/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Marcolin Chéry
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/309/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 827k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nathalie Viet-Depaule, « CHÉRY Marcolin », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, C, mis en ligne le 22 avril 2015, consulté le 18 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/309

Haut de page

Auteur

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals