Navigation – Plan du site

AccueilDictionnaireNotices biographiquesAAUDOUARD Étienne

AUDOUARD Étienne

AUDOUARD Louis François Léopold Marie Joseph Augustin ; AUDOUARD Étienne en religion
Augustin Laffay et Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Né le 25 août 1886 et mort le 2 janvier 1957 à Agde (Hérault).
Prieur de l’école Lacordaire à Marseille, de l’école de Sorèze, vicaire général de la Congrégation de Saint-Dominique, prieur du collège Saint-Elme à Arcachon.

Haut de page

Texte intégral

• Vestition pour la Congrégation de Saint-Dominique pour l’éducation de la jeunesse : 21 février 1906 à Fribourg (Suisse)
• Profession simple : 23 février 1907 à Fribourg (Suisse)
• Profession perpétuelle : 24 octobre 1911 à Fribourg (Suisse)
• Profession solennelle : 24 avril 1924 à Marseille
• Ordination sacerdotale : 29 juin 1912 à Fribourg (Suisse)

1À une génération d’écart, deux vicaires généraux de la Congrégation de Saint-Dominique pour l’éducation de la jeunesse, Benoît Martin et Étienne Audouard, sont natifs d’Agde, cette commune surnommée « la perle noire de la Méditerranée » à cause de ses monuments construits en basalte. Leurs familles, bourgeoises et catholiques, liées par l’amitié, envoient leurs fils faire leurs études à l’école Saint-Thomas d’Aquin d’Oullins, tenue par des pères dominicains. C’est d’ailleurs Benoît Martin, alors prieur et directeur de la célèbre école, qui incite François Michel Audouard – viticulteur ou armateur selon les sources – et Augusta Julia Thérond, les parents du jeune Louis Audouard, à envoyer l’aîné de leurs quatre enfants à Oullins.

2Louis Audouard arrive à l’école Saint-Thomas d’Aquin en 1896 et, rapidement, se distingue tant par sa facilité à obtenir de bons résultats que par son goût du sport et son talent de comédien. Son parcours scolaire est brusquement interrompu en raison de la politique anti-congréganiste du gouvernement Combes qui oblige les élèves à quitter Oullins et à se rendre en Suisse à Champittet. C’est l’endroit qu’a choisi Benoît Martin, devenu vicaire général de la Congrégation de Saint-Dominique, pour faire construire un collège qui ouvre ses portes à la rentrée 1904. Louis Audouard suit les cours pendant deux ans et revient préparer la seconde partie du baccalauréat à Oullins. C’est après avoir réussi l’examen (juin 1905) qu’il révèle la vocation qui l’habitait et qu’il avait nourrie à Saint-Thomas d’Aquin en faisant partie, notamment, des enfants de chœur, puis en étant sacristain : il fait le choix à l’exemple de ses maîtres de devenir religieux et de partager leur vie. Ses parents lui demandent de réfléchir et, en attendant, de suivre des cours à l’Université ne voulant pas l’autoriser immédiatement à réaliser, selon ses propres termes, « son projet ».

Jeune novice à Fribourg

Jeune novice à Fribourg

Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Au bout de six mois, ayant convaincu sa famille, il se rend à Fribourg en Suisse où le noviciat et le studentat, qui avaient été contraints, eux aussi, de quitter la France, avaient été transférés d’abord dans un petit hôtel puis dans la villa Saint-Hyacinthe. Accueilli par le supérieur Henri Lachau, il commence son noviciat en prenant l’habit de la Congrégation de Saint-Dominique, le 21 février 1906, et en recevant le prénom d’Étienne. Au bout d’un an, il prononce ses vœux puis suit un enseignement de philosophie, vraisemblablement à l’Université de Fribourg.

4Un an plus tard, appelé au service militaire, il refuse de devenir officier cherchant à exercer son apostolat au plus près des hommes. Il demande à faire partie des musiciens, qui font aussi fonction d’infirmiers, de son régiment. Grand amateur de musique, il occupe son temps soit à jouer de la caisse et des cymbales, soit à recopier des partitions. Au bout d’un an, il devient caporal avec la responsabilité de chef de chambrée. Son service terminé, il rejoint Fribourg pour terminer ses études au cours desquelles il est ordonné prêtre le 29 juin 1912. Assigné quelques mois plus tard à Champittet, c’est dans ce collège qu’il va progressivement forger son métier d’éducateur. Nommé préfet de division, il enseigne l’histoire et la géographie, mais pallie souvent l’absence de professeurs d’autres matières en faisant cours à leur place.

Soldat pendant la Première Guerre mondiale

Soldat pendant la Première Guerre mondiale

On remarque son brassard qui fait de lui un soldat infirmier et sa décoration qu’il a obtenue en 1916.

Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, Étienne Audouard, mobilisé à Béziers, retrouve sa fonction d’infirmier (soins aux blessés, évacuation, assistant des médecins…). Sa volumineuse correspondance adressée au père Martin durant ses années de mobilisation montre sa façon d’exercer son ministère au front. Caporal-brancardier, il ne se limite pas seulement à porter secours aux blessés mais aussi à s’occuper des loisirs des soldats, organisant des représentations théâtrales et musicales, à coordonner des activités avec les aumôniers divisionnaires, les religieux, les prêtres et séminaristes des autres bataillons. Cette attitude lui vaut la Croix de guerre le 23 juillet 1916 avec la citation : « S’est particulièrement distingué par l’impulsion et l’exemple qu’il a donné à ses équipes de brancardiers qui ont pu, sous sa direction, panser, relever et évacuer immédiatement, malgré un bombardement d’une violence inouïe, tous les blessés de son bataillon. »

Février 1917, au front, en Champagne

Février 1917, au front, en Champagne

Étienne Audouard (premier au second rang) devant l’entrée du poste de soins avec ses camarades de guerre.

Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

6Démobilisé à Agde le 27 mars 1919, Étienne Audouard tente vainement de revenir à Champittet. N’obtenant pas de passeport et faisant valoir sa disponibilité, Benoît Martin, qui était alors le prieur d’une nouvelle école à Marseille – l’école Lacordaire – fondée en 1918 par Augustin-Joseph Maurel, demande au vicaire général, Pierre Le Roy, de bien vouloir l’assigner à Marseille. Étienne Audouard y séjourne du 1er au 19 avril et y revient le 4 juillet pour rechercher une propriété plus vaste pouvant accueillir une école en pleine expansion. Le 29 août, devenu sous-directeur, régent et censeur, il participe au déménagement de l’école Lacordaire à la Valentine dans la propriété « La Jouvène » qui ouvre ses portes pour la rentrée 1919 et, surtout, seconde le prieur dans l’intendance et l’organisation de la nouvelle implantation. Ses diverses compétences l’amènent à succéder à Benoît Martin lorsque celui-ci achève son priorat en 1922. Directeur de l’école, il est – aussi et officiellement – prieur, en mars 1923, du couvent du Saint-Sacrement qui rassemble les frères professeurs de l’école.

Portrait du vicaire général de la Congrégation enseignante

Portrait du vicaire général de la Congrégation enseignante

Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7L’école Lacordaire connaît un tel essor que les locaux deviennent vite inadaptés. En 1928, Étienne Audouard achète un ancien pensionnat de garçons à Saint-Just et met en œuvre l’installation du nouvel établissement, ce qui nécessite de trouver des fonds, de recruter du personnel enseignant et de gérer l’intendance. Il lance la construction d’un nouveau bâtiment pour les classes, achète une « baraque Adrian » (préfabriqué démontable en bois utilisé durant la Première Guerre mondiale) pour aménager une chapelle et négocie un terrain attenant pour en faire un terrain de sport. Son administration suscite une augmentation des effectifs de l’école Lacordaire qui, assez rapidement, acquiert une réputation auprès de familles marseillaises ou provençales qui soutiennent l’établissement qu’elles considèrent comme le fleuron de l’enseignement libre.

8En 1933, arrivé au terme de ses priorats à Marseille, Étienne Audouard laisse la place à Réginald Tapin et succède à Marie-Raphaël Gache comme prieur de l’école de Sorèze. Alors qu’il laissait l’école Lacordaire en pleine prospérité, il débarque à Sorèze dans une atmosphère de crise où la baisse des effectifs porte atteinte à l’image d’un établissement qui avait connu une grande renommée. Quels qu’aient été les dysfonctionnements, Étienne Audouard tente, avec Gonzalve Charlet, économe, de gérer plus efficacement les ressources de l’école pour parer à son éventuelle fermeture. C’est dans cette perspective qu’il réussit à faire venir en 1936 des dominicaines espagnoles en butte à la persécution qu’elles subissaient à cause de la guerre civile et à leur organiser un noviciat. C’est encore dans cette perspective que, face aux menaces de guerre, il crée avec la Croix Rouge le Comité sorézien pour éviter que l’établissement soit réquisitionné.

9Il assure la rentrée de 1939 malgré la déclaration de la guerre, tout en demandant au Comité sorézien de mettre en place un hôpital de cent lits et en suppléant l’absence de professeurs mobilisés. Lors de la débâcle, il organise le départ des élèves et accueille pendant quelques mois les écoles de Saint-Cyr et de Saint-Maixent. Il assume alors les fonctions de pro-vicaire général pour la zone libre car le père Marie-Raymond Crechet, vicaire général, est retenu à Bellevue-Meudon. Il communique avec lui par l’intermédiaire du frère de Louis Deysson, l’un des professeurs du collège, curé d’une paroisse de la ligne de démarcation qui, selon les souvenirs de François Barbier, fait passer le courrier. En effet, très vite, pendant l’Occupation, il accueille les enfants des familles soucieuses de les mettre dans un lieu retiré. Étienne Audouard doit non seulement leur assurer l’enseignement, l’éducation, les protéger, mais aussi faire face aux difficultés de ravitaillement. Avec prudence et au risque d’une dénonciation, il admet parmi ses élèves des enfants juifs qui resteront jusqu’à la Libération.

10Élu vicaire général au chapitre de 1942, il quitte Sorèze – où il reviendra régulièrement pendant de longues périodes – pour Coublevie. Il partage alors son temps entre les différentes maisons de la Congrégation de Saint-Dominique, obligé d’affronter dans le contexte de l’Occupation de multiples difficultés et d’impulser un dynamisme pour maintenir l’idéal des collèges. Dessaisi de sa fonction de vicaire général en 1946, il est chargé de la formation au noviciat et au studentat, succédant au père Réginald Berger. À la fois maître des novices et des étudiants, il partage à Coublevie la vie des jeunes dominicains jusqu’en 1948 puis est envoyé à Sorèze comme censeur pendant deux ans.

Étienne Audouard à la fin de sa vie

Étienne Audouard à la fin de sa vie

Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

11En 1950, il est assigné à Arcachon, au collège Saint-Elme où il va être, durant les six dernières années de sa vie, régent, censeur et professeur. Il déploie avec diplomatie une intense activité sans se soucier de sa santé quelque peu ébranlée : « On le voit partout, a écrit son biographe Antonin Girard, présidant une Pentecôte à Sorèze, des fêtes d’Anciens à Marseille et Oullins, disant bonjour en passant à Coublevie, « montant » à Paris, apportant aux conseils provinciaux l’appui de sa discrète prudence, écrivant une série, hélas inachevée, sur les débuts de Marseille, le tout au milieu d’une vie de travail constamment en activité. » Au dernier trimestre 1956, il multiplie des voyages : Paris, Angoulême avec un groupe d’élèves pour une consécration épiscopale, Marseille pour assister au jubilé de son ancien collaborateur, le père Étienne Debeaune, Le Moulleau, tout près d’Arcachon pour le jour de Noël où il confesse et prêche, puis part pour Agde le 27 décembre pour se reposer dans sa famille quand trois jours plus tard, il succombe à une crise cardiaque.

12Les obsèques sont célébrées à Agde où il est ensuite inhumé dans le caveau familial.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de Toulouse : fonds de la Congrégation enseignante. — Le Très Révérend Père Louis Étienne Audouard (1886-1957), biographie inédite. — René Ramond, Les Soréziens du siècle 1901-1991, Sorèze, Éditions Anne-Marie Denis, 1912, p. 33-34. — Philippe Blanc, L’École Saint-Thomas d’Aquin-Veritas à Oullins 1833/36-1986, École Saint-Thomas d’Aquin Veritas, 1986. — Marie-Odile Munier, Au pied de la montagne noire. Sorèze, une abbaye, une école, Laval, Siloë, 1999, p. 345.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jeune novice à Fribourg
Crédits Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/3182/img-1.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Soldat pendant la Première Guerre mondiale
Légende On remarque son brassard qui fait de lui un soldat infirmier et sa décoration qu’il a obtenue en 1916.
Crédits Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/3182/img-2.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Février 1917, au front, en Champagne
Légende Étienne Audouard (premier au second rang) devant l’entrée du poste de soins avec ses camarades de guerre.
Crédits Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/3182/img-3.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Portrait du vicaire général de la Congrégation enseignante
Crédits Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/3182/img-4.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Étienne Audouard à la fin de sa vie
Crédits Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/3182/img-5.png
Fichier image/png, 1,9M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Augustin Laffay et Nathalie Viet-Depaule, « AUDOUARD Étienne », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, A, mis en ligne le 15 avril 2021, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/3182

Haut de page

Auteurs

Augustin Laffay

Notices du même auteur

  • TAPIN Réginald [Texte intégral]
    TAPIN François Arsène Joseph à l’état civil ; TAPIN Réginald en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, T
  • MARTIN Benoît [Texte intégral]
    MARTIN Marie Emmanuel Joseph Étienne à l’état civil ; MARTIN Benoît en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, M
  • MAUREL Augustin-Joseph [Texte intégral]
    MAUREL Marie Louis Auguste à l’état civil ; MAUREL Augustin-Joseph en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, M
  • JARRIÉ Henri [Texte intégral]
    JARRIÉ Henri, Joseph, Louis à l’état civil ; JARRIÉ Henri en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, J
  • PIPROT Pierre Louis Henri à l’état civil ; PIPROT ou PIPROT d’ALLEAUME Gabriel-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, P

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search