Navigation – Plan du site

AccueilDictionnaireNotices biographiquesHHOULMANN Nicolas

HOULMANN Nicolas

HOULMANN Jean Léon à l’état civil ; HOULMANN Nicolas en religion
Daniel Gobert

Résumé

Né le 21 octobre 1924 et mort le 20 janvier 2009 à Saint-Ursanne (Suisse).
Prêtre-ouvrier, aumônier de camps de réfugiés cambodgiens et vietnamiens.

Haut de page

Historique

Notice validée le 22/07/2014 et mise en ligne le 23/07/2014.
Iconographie ajoutée le 21/02/2015.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 22 septembre 1950 à Paris au couvent Saint-Jacques
• Profession simple : 28 octobre 1951 à Paris au couvent Saint-Jacques
• Profession solennelle : 28 octobre 1954 au Saulchoir à Étiolles
• Ordination sacerdotale : 8 juillet 1956 au Saulchoir à Étiolles

1Fils de Paul Gustave Houlmann, contremaître dans une usine d’horlogerie, et de Marie Augusta née Beuchat, originaire du Territoire de Belfort, sage-femme, Jean Houlmann, cadet d’une famille de cinq enfants, vit ses premières années à Saint-Ursanne, un village fortifié de la boucle du Doubs dans le canton du Jura suisse. Il est élevé par des parents aux personnalités contrastées : son père est un homme de conviction, très pieux, attaché à la tradition religieuse, à l’inverse de sa mère, qui ne fréquente pas l’église, mais témoigne d’une profonde générosité qui le marque. Elle accueille au domicile familial des enfants qui nécessitent des soins et élève une orpheline que Jean Houlmann considère comme sa sœur.

Au noviciat, premier debout à gauche

Au noviciat, premier debout à gauche

En 1950-1951, Nicolas Houlmann pose avec les autres frères du noviciat dans le jardin du couvent Saint-Jacques à Paris. Deux pères les encadrent : le père Chevignard, maître des novices (deuxième assis à gauche) et le père Desobry, prieur (assis au milieu).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Après des études secondaires à Bienne, il intègre successivement une école de commerce à Delémont (Jura), une école de langues à Lucerne qui lui donne la possibilité d’enseigner l’allemand et, enfin l’École polytechnique de Zurich dont il sort ingénieur météorologiste. Il n’utilisera pas ses diplômes pour faire carrière, car il souhaite, vraisemblablement sous l’influence d’Henri-Dominique Béchaux, dont la famille possède une maison de vacances à Saint-Ursanne, s’engager dans la vie dominicaine. C’est dans cette perspective qu’il passe un an à L’Eau vive – l’hôtellerie du couvent du Saulchoir à Étiolles – pour s’initier au latin. Il entre ensuite, en septembre 1950, au noviciat des frères prêcheurs au couvent Saint-Jacques à Paris et prend l’habit sous le nom de frère Nicolas en référence à saint Nicolas de Flüe, saint patron de la Suisse, canonisé en 1947. Ayant interrompu momentanément son cursus pour soigner un voile au poumon, il poursuit ses études à Étiolles (cycles de philosophie puis de théologie) au cours desquelles il est ordonné prêtre.

Portrait au studentat

Portrait au studentat

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3À l’issue de sa formation en 1958, il est assigné au Saulchoir comme aide procureur avec la charge d’achever la construction de l’hôtellerie du couvent qu’il va mener à bien grâce aux relations qu’il noue avec les ouvriers du chantier et les coups de main qu’il leur donne. Parallèlement, il assure un ministère de prédication dans des paroisses environnantes, notamment à Vigneux où le curé sait établir des contacts avec la population ouvrière. Il se rend également à Draveil, chez Édith Hourdequin, où ont lieu des rencontres de groupes de ménages dont Jacques Delors aurait fait partie. En octobre 1959, il est assigné au couvent de Nancy car il souhaite rejoindre l’équipe de Serge Bonnet et de Charles Santini à Villerupt dans la perspective d’exercer un apostolat social et de partager la vie ouvrière. Or, le contexte ecclésial du moment n’est pas du tout propice, car la hiérarchie catholique vient de décider une seconde fois d’interdire tout travail salarié aux prêtres (lettre du cardinal Pizzardo du 3 juillet).

4Il faut attendre l’automne 1961 pour que Nicolas Houlmann soit envoyé en « mission ouvrière » avec Serge Bonnet, Charles Santini et un prêtre diocésain à Bouligny dans la Meuse grâce à l’évêque du diocèse, Mgr Petit, auquel Serge Bonnet était très lié. L’équipe loge au presbytère et doit desservir la paroisse dont la population est composée d’immigrés (90 %), surtout italiens et polonais, qui vivent de l’exploitation des mines de fer, sont syndiqués majoritairement à la CGT et se montrent favorables au Parti communiste. Chargé de la pastorale d’un quartier de mineurs (Saint-Pierre) dont la plupart sont des Italiens, il éprouve la nécessité de s’insérer parmi les habitants par un travail collectif. Il décide de construire avec eux une chapelle qui prendra le nom de Sainte-Barbe en obtenant de la direction des mines des matériaux nécessaires. Si cette manière de procéder crée des tensions dans l’équipe dont certains refusent tout don de la part du patronat, elle fait dire à Nicolas Houlmann que « c’est en travaillant avec les gars que j’ai appris à dire la messe. Le sacerdoce s’approfondit dans la mesure où on connaît la communauté où on travaille ; les gens nous considèrent à la fois “à part” et comme “avec” ; on se sent l’envoyé de Dieu, on a mission d’implanter l’Église, on se sent devenir le prêtre de cette communauté. Un sacerdoce se vit avec des gens qu’on connaît. » Le 27 janvier 1963, la chapelle Sainte-Barbe (600 places avec une salle de catéchisme et un local de réunion) est inaugurée par Mgr Petit, évêque de Verdun.

5En novembre 1964, Nicolas Houlmann quitte Bouligny à la suite de la décision du chapitre provincial de ne plus prendre en charge de paroisses et rejoint le couvent de Nancy. Après l’ablation d’un rein au printemps 1965, suivie d’une convalescence à Saint-Ursanne, il décide, dans la perspective de devenir prêtre-ouvrier, de faire une formation professionnelle (FPA) de soudeur à Nancy qu’il commence le 1er décembre 1965. Six mois plus tard, pour valider sa formation, il est embauché chez Dieux, une entreprise nancéienne de charpente métallique.

6Assigné en septembre 1966 par Nicolas Rettenbach, provincial, au couvent Saint-Jacques à Paris, il obtient grâce à l’abbé André Depierre, alors secrétaire de l’équipe nationale des prêtres-ouvriers, l’autorisation du diocèse de travailler six mois en usine pour remplir ses engagements vis-à-vis de l’État (obligation contractée lors de sa FPA). Il trouve de l’embauche chez Citroën, quai de Javel, puis officieusement « envoyé en mission ouvrière », travaille à partir d’octobre 1967, à plein temps, aux Ateliers Panhard, porte d’Ivry dans le XIIIarrondissement, comme ajusteur. Il deviendra plus tard contrôleur de vilebrequins, travail de précision nécessitant calculs et vérifications, ce qui lui donnera la qualification de technicien. Il conçoit le fait de travailler comme une possibilité d’évangélisation en étant au contact de tous les salariés qu’ils soient ouvriers, techniciens, employés ou cadres et en menant une action syndicale.

7Il adhère rapidement à la CGT, syndicat majoritaire chez Panhard, où il est élu délégué du personnel puis délégué au comité d’entreprise. Lorsque le mouvement de Mai 68 prend de l’ampleur, il participe activement à la grève jouant un rôle de premier plan non seulement dans les négociations avec le patronat mais aussi dans l’organisation d’aide aux familles des grévistes. Devenu délégué syndical – c’est désormais l’appellation utilisée – de son usine, il affiche une attitude pragmatique souvent proche de celle de l’assistant social qui tente de régler des problèmes personnels. Si le syndicat est sans conteste, pour lui, un moyen d’être efficace pour modifier les rapports de forces au sein de l’usine, il n’adhère pas pour autant au concept de la lutte des classes, propre à l’idéologie communiste. Son ascendant, voire son charisme, lui permet de faire entendre des revendications sans forcément recourir à la grève.

8Après Mai 68, lorsque le Comité épiscopal décide un second envoi de prêtres au travail, Nicolas Houlmann est officiellement intégré à la Mission ouvrière. Il fait partie de l’équipe de dominicains composée de Pierre Jacques (agent technique aux Isolants), Pierre Lacoste (électromécanicien chez Westinghouse) et Daniel Gobert (ouvrier de fabrication chez Rhône-Poulenc) lorsque, en octobre 1969, le couvent de Saint-Jacques, sur la pression du provincial Nicolas Rettenbach et du prieur Pierre-André Liégé, crée une fraternité ouvrière dans un appartement situé au 182-190 avenue Rouget-de-l’Isle à Vitry-sur-Seine, au milieu d’HLM de la ville de Paris. Au bout d’un an, Pierre Jacques – prêtre-ouvrier de la première génération, plus âgé que les autres frères – part habiter seul cédant sa place à Bernard Rey qui a demandé de venir vivre avec l’équipe pendant un an tout en enseignant à l’Institut catholique de Paris et faisant des cours d’alphabétisation aux éboueurs de la ville de Paris. La fraternité ouvrière de Vitry – qui est alors la seule fraternité de la deuxième génération des prêtres-ouvriers dans la Province de France – ne vit pas isolée du couvent Saint-Jacques : elle est placée sous l’autorité du prieur qui vient régulièrement lui rendre visite.

9Avec Daniel Gobert, Nicolas Houlmann participe aux réunions mensuelles de la Mission ouvrière du diocèse de Créteil dont la majorité des membres sont des prêtres de la Mission de France. Tous deux ne s’y sentent pas tout à fait à l’aise : n’étant pas soumis – du fait de leur statut de religieux – à l’autorité épiscopale, ils conçoivent leur rôle de prêtre-ouvrier dans la fidélité à leur vocation dominicaine davantage qu’aux desseins de la Mission ouvrière. Ils entendent mettre en œuvre la rencontre entre les ouvriers et la personne de Jésus par leur présence personnelle plus que par l’implantation de structures liées à l’Église.

10En porte-à-faux dans le cadre de la Mission ouvrière diocésaine, ils ne se sentent pas non plus en adéquation avec leur famille religieuse dont ils constatent qu’elle n’accorde qu’une faible reconnaissance à leur ministère de « dominicains ouvriers ». Ils mesurent que le contexte de la fin des années 1960 n’est plus du tout celui des années d’après-guerre. Les forces de changement dans la société se sont déplacées vers les couches moyennes : ce n’est plus la condition ouvrière, mais celle de salarié qui est désormais capable de porter des projets. Il se crée d’ailleurs, au même moment, une équipe de dominicains salariés (techniciens et ingénieurs).

11En octobre 1979, lorsque le bail de location de l’appartement de Vitry est échu, l’équipe éclate : Nicolas Houlmann rejoint le couvent Saint-Jacques à Paris avec la perspective d’un départ en préretraite, Pierre Lacoste saisit l’occasion de louer un studio de l’un de ses camarades de travail qui se marie pour se rapprocher de son lieu de travail et Daniel Gobert se retrouve seul. Ayant beaucoup œuvré pour que les ouvriers de Panhard puissent prendre leur préretraite à cinquante-cinq ans, Nicolas Houlmann est l’un des derniers à en bénéficier en 1980. Il a alors cinquante-six ans et va choisir un autre type d’apostolat social. Il se pose la question de son avenir et a une sorte d’illumination à la suite d’une émission de télévision où un Alsacien témoigne de son engagement pour soulager la misère des enfants de la rue en Inde. Il décide d’aller y vivre et de proposer son aide. Il passe un an au couvent de Blackfriars à Oxford pour apprendre l’anglais et le bengali, puis, part, avec l’accord de son provincial, Jean-René Bouchet, en décembre 1983.

12Il arrive à Pilhana, un bidonville de Calcutta, et vit dans des conditions matérielles très difficiles (dans la boue avec des rats). Il se lie avec un prêtre breton, responsable d’une paroisse missionnaire, et met sa retraite au service des enfants de la rue du quartier en leur distribuant du riz. Alors qu’il tente d’organiser une aide sociale et sanitaire pour mieux lutter contre la pauvreté en tenant compte des usages et traditions hindoues, il contracte le paludisme dont il subira, par la suite, des crises violentes. En 1984, son visa de séjour en Inde n’est pas renouvelé au principe qu’il est un prêtre étranger mais son désir de vivre en Asie pour partager la vie des plus pauvres ne le quitte pas. Par l’intermédiaire de la branche suisse de Caritas, il prend contact avec le Catholic Office for Emergency Relief and Refugees (COERR), fondé en 1978 pour fournir des secours aux personnes réfugiées en Thaïlande. Envoyé à la frontière du Cambodge et de la Thaïlande pour s’occuper des catholiques cambodgiens et vietnamiens qui vivent dans des camps de réfugiés administrés par des militaires, il rencontre le jésuite Pierre Ceyrac, qui l’intègre dans l’équipe des aumôniers des camps qui rassemble des prêtres et des étudiants jésuites mais aussi des jeunes volontaires venus de différents pays du monde engagés pendant un an. Le père Ceyrac lui confie l’aumônerie d’un camp de réfugiés cambodgiens où il sera secondé par des jeunes gens européens ou américains. Son rôle n’est pas seulement d’assurer la célébration du culte catholique, mais d’être une présence évangélique dans le camp, notamment auprès des enfants et des jeunes mais aussi des femmes que la guerre a séparées de leurs maris et qui sont soumises aux exactions des militaires thaïlandais, gardiens du camp. Témoin de vols (bijoux que les réfugiés avaient emportés dans leur fuite) et de viols de jeunes filles, il dénonce ouvertement les exactions de l’armée thaïlandaise, ce qui lui vaut d’être interdit d’entrer dans le camp. Grâce aux relations du père Ceyrac, il est affecté dans un camp de réfugiés vietnamiens dont il devient l’aumônier.

13En 1992, après le traité de paix entre le Cambodge et le Vietnam, les camps de réfugiés sont progressivement fermés et les réfugiés autorisés à rentrer dans leur pays d’origine. Nicolas Houlmann suit les réfugiés vietnamiens avec lesquels il a cohabité et qui veulent gagner Saïgon. S’étant fixé dans cette ville, il se rend rapidement compte du nombre d’enfants orphelins de guerre qui vivent d’expédients dans les rues et forme le projet de mettre sur pied des foyers d’accueil pour ces enfants et de leur assurer une éducation de base : alphabétisation, apprentissage de la vie communautaire, formation scolaire et professionnelle. Il fonde un centre à Saïgon qui regroupe une quarantaine d’enfants avec l’aide de religieuses vietnamiennes, notamment des sœurs de la Charité et de la Croix rouge vietnamienne et une ONG française, Les enfants du Mékong. Aux yeux du gouvernement communiste, il est considéré comme un travailleur social et non comme un missionnaire même s’il célèbre régulièrement la messe pour des communautés religieuses. Il dit lui-même : « Je n’ai pas l’expérience de la mission au sens strict. Pourtant, je passe mon temps à prêcher indirectement : je retrouve les enfants des rues, j’essaie d’acquérir leur confiance et j’organise pour eux des centres d’accueil… Voilà mon sacerdoce. » Il ouvre ainsi deux centres à Saïgon avec l’aide matérielle de Caritas international, de la Croix rouge et du concours pratique de membres des consulats français et suisse. Dans ce cadre, il voyage en Australie, aux États-Unis et au Canada pour organiser l’adoption de ces enfants orphelins par des familles tout en devant composer avec la surveillance des pouvoirs communistes vietnamiens, très méfiants à l’égard du clergé catholique.

14À l’occasion de ses voyages et de ses séjours en Suisse, il passe plusieurs semaines au couvent Saint-Jacques, soigne son paludisme, mais surtout renforce le réseau de soutien à son œuvre grâce à des sociétés suisses, et aussi à diverses associations, dont l’une, PAX, créée par un instituteur laïque communiste d’un village près de Chartres. En 2000, frappé par le sort réservé par le gouvernement vietnamien aux minorités ethniques d’anciens réfugiés confinés dans les régions insalubres et très pauvres du sud Vietnam, il crée un centre avec l’aide du recteur vietnamien de l’école d’agronomie de Saïgon. Il essaie de mettre en place des structures agricoles (pêche et bétail) pour améliorer le niveau de vie des paysans et fait en sorte que ce centre accueille pendant l’été les jeunes des deux centres de Saïgon. En 2001, il peut compter cinq jeunes de ces centres inscrits à la faculté de Saïgon, dont l’un d’eux deviendra ingénieur informaticien dans une grande entreprise d’exportation de café et qu’il formera pour lui succéder à la tête de son association des enfants de la rue. Il a alors fondé trois centres de formation (150 garçons et filles) à Saïgon et six villages au sud du Vietnam dont les écoles sont prises en charge par l’éducation nationale vietnamienne.

15À partir de 2003, sa santé se dégrade et l’oblige à rentrer en Europe. Après un séjour au couvent Saint-Jacques et, avec l’accord de son provincial, Bruno Cadoré, il se retire à Saint-Ursanne dans un petit appartement dépendant de la maison de retraite de la ville dont il assure l’aumônerie. En 2006, il fête ses cinquante ans de sacerdoce mais sa santé l’oblige à intégrer la maison de retraite qui est située en face de sa maison natale. Il meurt le 20 janvier 2009 d’une grippe foudroyante. Ses obsèques, célébrées le 22 janvier dans la collégiale de Saint-Ursanne, où il avait dit sa première messe le 15 janvier 1956, sont présidées par un prêtre qu’il avait connu enfant à Saint-Ursanne et accueilli à Paris pour ses études à l’Institut catholique. Elles sont concélébrées par le curé doyen de Saint-Ursanne et des prêtres des environs, par le vicaire général de Bâle, par le provincial des frères prêcheurs de Suisse et par le frère Daniel Gobert, représentant le couvent Saint-Jacques, son ami depuis 1951, qui assure l’homélie au cours de laquelle il rappelle que Nicolas Houlmann a été « un homme pratique, cherchant toujours les solutions aux difficultés concrètes des ouvriers, des réfugiés, des enfants » et, surtout, « combien l’Évangile, particulièrement celui de saint Jean, l’a saisi ». Son corps est inhumé au cimetière de Saint-Ursanne auprès de celui de ses parents.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Archives de la Mission de France, ANMT (Roubaix), 1996028 0268. — Ut sint unum, 15 octobre 1959, 15 février 63, 1er février 1964, 1er janvier 1966. — La Vie, 8 septembre 1994. — Paul Collet, L’amour du Christ nous presse. L’itinéraire d’un prêtre de la Mission de France, Paris, Karthala, 2002. — Charles Suaud, Nathalie Viet-Depaule, Prêtres et ouvriers. Une double fidélité mise à l’épreuve 1944-1969, Paris, Karthala, 2004. — Le quotidien jurassien, 28 janvier 2009. — Prêcheurs, février et mars 2009. — Tangi Cavalin, « Le contre-feu hiérarchique. Les évêques français et la Mission ouvrière (1954-1969) », dans Cavalin Tangi, Suaud Charles, Viet-Depaule Nathalie (dir.), De la subversion en religion, Paris, Karthala, 2010, p. 275-298. — François Leprieur, Dominicains ouvriers d’Hellemmes, Paris, Karthala, 2012, p. 188-191.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Au noviciat, premier debout à gauche
Légende En 1950-1951, Nicolas Houlmann pose avec les autres frères du noviciat dans le jardin du couvent Saint-Jacques à Paris. Deux pères les encadrent : le père Chevignard, maître des novices (deuxième assis à gauche) et le père Desobry, prieur (assis au milieu).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/320/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Portrait au studentat
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/320/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Daniel Gobert, « HOULMANN Nicolas », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, H, mis en ligne le 23 juillet 2014, consulté le 15 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/320

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search