Navigation – Plan du site

MARTIN Benoît

MARTIN Marie Emmanuel Joseph Étienne à l’état civil ; MARTIN Benoît en religion
Augustin Laffay et Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Né le 5 juin 1854 à Agde (Hérault), mort le 17 janvier 1925 à Marseille (Bouches-du-Rhône).
Prieur d’Oullins, vicaire général de la Congrégation de Saint-Dominique (1902-1919), puis prieur de Marseille (1919-1922).

Haut de page

Historique

Notice mise en ligne le 21/12/2018.

Texte intégral

• Vestition pour le Tiers-ordre enseignant : 17 octobre 1880 à Coublevie
• Profession simple : 17 octobre 1881 à Coublevie
• Profession perpétuelle : 18 décembre 1884 à Oullins
• Profession solennelle : 24 avril 1924 à Marseille
• Ordination sacerdotale : 2 février 1886 à Lyon

1Fils de Marc Antoine Emmanuel Martin, médecin, et de Marie Claire Tècle Rose Destan, Étienne Martin quitte, à l’âge de douze ans, Agde – sa ville natale – pour faire ses études secondaires à Oullins. L’école Saint-Thomas d’Aquin à Oullins était alors l’établissement qui offrait les meilleures garanties aux familles catholiques et bourgeoises du Midi, sensibles au libéralisme lacordairien, qui souhaitaient donner à leurs enfants non seulement une solide instruction, mais aussi une « bonne » éducation. Le jeune Étienne Martin arrive à Oullins en 1866 et est immédiatement sensible à l’atmosphère du collège où la fierté d’en être membre est primordiale. Il écrira plus tard : « Le nom de Lacordaire retentissait alors à nos oreilles comme une fanfare entraînante et victorieuse, comme les claquements d’un drapeau qui, dans ses plis, aurait porté devant nous les gloires du passé et les espérances de l’avenir. […] Son souvenir resplendissait sur nos vies d’écoliers avec un éclat prestigieux. Aussi bien, n’ai-je jamais, depuis lors, ressenti à ce point l’émotion qui nous étreignait et qui courait parmi nous avec un véritable frisson, lorsque notre prieur d’alors, le TRP Jourdan, de sa parole nette, concise et pourtant enflammée, s’essayait à faire passer dans nos cœurs le souffle puissant de celui près de qui il avait vécu, dont il avait admiré les vertus et le génie, et dont il demeurait le disciple passionné. » Durant sa scolarité qu’il effectue jusqu’au baccalauréat en 1872, Étienne Martin a pour directeurs, d’abord le père Pierre Jourdan jusqu’en 1868, puis le père Bernard Mouton.

2Il s’inscrit ensuite à la Faculté de droit de Toulouse, obtient un doctorat et, selon le vœu de sa mère, envisage de se marier avec Eugénie de Sales-Lamothe-Tenet sans que celle-ci n’ait jamais donné le moindre signe de consentement. Lorsqu’il apprend qu’elle est entrée chez les sœurs de la Visitation, il est si subjugué par cette décision qu’il y voit une invitation à devenir moine et, à l’exemple de ses maîtres, à postuler son intégration dans le Tiers-ordre enseignant. Il notera plus tard dans un carnet que celle qui était devenue mère Thérèse au monastère de Montpellier avait fait de lui « un prêtre de Jésus-Christ et cela par le seul rayonnement de sa vertu et de sa sainteté ».

Jeune père enseig...Jeune père enseignant

Jeune père enseignant

Benoît Martin, en tenue de jeune père enseignant. À la différence des pères des provinces françaises, il ne porte pas le scapulaire comme l’ensemble des pères du Tiers-ordre enseignant.

Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3C’est à l’automne 1880 qu’Étienne Martin se rend au noviciat du Tiers-ordre enseignant à Coublevie. Accueilli par le prieur Antoine Calvet, qui fait fonction également de maître des novices, il a à peine le temps de revêtir l’habit des frères du Tiers-ordre le 17 octobre et de recevoir le prénom de Benoît qu’il est obligé de quitter la France à la suite des décrets du 29 mars 1880. Sous la direction de Marie-Albert Libercier, il gagne Grinstead dans le Sussex où il réside avec une petite communauté de frères (Raymond Poupon, Pie-Marie Selva, Antonin Lhermitte, Dominique Guyot, Philippe-Hyacinthe Testenoire) pendant quelques mois. De retour en France, il fait de brefs séjour dans les collèges Saint-Charles à Saint-Brieuc (1883) et Albert-le-Grand à Arcueil (1884), puis est assigné en 1885 à l’école Saint-Thomas d’Aquin à Oullins où il avait été élève et dont Louis Crapelet cumule les fonctions de directeur et de prieur. Benoît Martin exerce comme professeur d’histoire et de géographie – ce qui ne l’empêchera pas d’obtenir un diplôme de sciences en 1889. D’un tempérament méridional, exubérant, toujours enjoué, il est, d’après les témoignages, très apprécié des élèves qu’il encadre dans des jeux de plein air auxquels il participe volontiers ou dans des excursions ou des baignades dans le Rhône qu’il organise. Il faut ajouter à ses dons d’éducateur la réputation de sa direction de conscience auprès de nombreux élèves qui, comme son biographe anonyme le souligne, sont assurés de rencontrer auprès de lui « le représentant de Notre Seigneur le plus compatissant et le moins impérieux ». Son expérience et son dynamisme le désignent en 1893 pour devenir prieur et directeur de l’école Saint-Thomas d’Aquin. Ses nouvelles responsabilités viennent augmenter celles qu’il assumait déjà et le conduisent à non seulement mettre en œuvre l’essor de l’école, mais à perpétuer sa renommée. C’est au cours de son troisième priorat, en 1898, qu’au chapitre général de Vienne, le nom de Tiers-Ordre enseignant prend le nom de Congrégation de Saint-Dominique pour l’éducation de la jeunesse. Ce changement de statut marque une intégration plus grande de la fondation lacordairienne à l’Ordre des prêcheurs. Cet ajustement du statut du Tiers-ordre se manifeste concrètement en donnant aux frères enseignants le droit de porter le scapulaire comme les dominicains des provinces françaises.

Prieur de l’école...Prieur de l’école Saint-Thomas d’Aquin à Oullins

Prieur de l’école Saint-Thomas d’Aquin à Oullins

Benoît Martin, dans une pose convenue qui veut affirmer ses responsabilitiés de prieur, porte l’habit de l’Ordre : depuis le chapitre général de 1898 à Vienne, les frères de la Congrégation enseignante ne se distinguent plus des autres frères des provinces françaises.

Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4En 1902, Benoît Martin devient vicaire général de la Congrégation de Saint-Dominique dont c’est le cinquantième anniversaire. Il quitte alors l’école, mais reste à Oullins où, depuis 1899, le noviciat et le studentat de la Congrégation sont installés dans la Maison Saint-Raymond, mitoyenne de Saint-Thomas d’Aquin. Assez vite, voyant l’atmosphère s’assombrir à la suite de la politique anti-congréganiste du gouvernement Combes, il doit penser à l’avenir des collèges, du noviciat et du studentat dont il a la charge. Sur les indications du père Joachim Berthier, il prévoit que les novices iront à Fribourg et pourront profiter de cours de l’Université catholique et que les élèves de Saint-Albert-le Grand à Arcueil, de Lacordaire et de Saint-Dominique à Paris et de Saint-Thomas d’Aquin à Oullins pourront également être pensionnaires en Suisse, à Champittet, tandis que ceux de Saint-Elme à Arcachon et de Sorèze se rendront en Espagne, à Saint-Sébastien.

5Contraint de fermer les portes des différents collèges en 1903 – sauf Saint-Dominique à Paris qui continuera à fonctionner –, il part en Suisse, occupe provisoirement à partir d’octobre les Trèmières, une propriété de Montriond qui aurait appartenu autrefois à Voltaire et, de là, surveille le chantier du futur collège de Champittet sur la commune de Pully, près du lac de Lausanne, dans le canton de Vaud. Les travaux de construction sont menés de telle sorte que le collège peut accueillir, à la rentrée 1904, les élèves que les parents autorisent à faire leurs études en Suisse ou ceux qui habitent les environs. Philippe-Hyacinthe Testenoire est nommé supérieur et deviendra prieur le 16 juillet 1905 lors de l’érection formelle de la communauté. Quant au noviciat et au studentat, Benoît Martin loue par l’entremise du père Pierre Mandonnet, professeur à l’Université de Fribourg, un petit hôtel de la rue de l’Hôpital dans cette ville et en confie la direction à Henri Lachau. L’espace restreint (absence de chapelle, cellules en nombre insuffisant) l’amène à acquérir un terrain dans le quartier de Pérolles et à faire construire une villa, rue du Botzet, qui, connue sous le nom de « villa Saint-Hyacinthe », abrite le couvent Saint-Dominique. Henri Lachau inaugure le bâtiment puis en laisse la conduite à Henri-Dominique Guéneau de Mussy de 1908 à 1911, Benoît Martin assurant ensuite l’intérim jusqu’à la nomination de Philippe-Hyacinthe Testenoire comme prieut.

Vicaire généralVicaire général

Vicaire général

Benoît Martin, « in negris » (en noir), tenue vestimentaire portée à l’extérieur des couvents et collèges. La photographie aurait été prise en 1917.

Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

6La guerre oblige le vicaire général à accepter un troisième mandat et le force à faire face à l’absence des pères mobilisés pour assurer la bonne marche des collèges dominicains. Il multiplie circulaires et visites canoniques afin que l’enseignement et les principes éducatifs dispensés n’aient pas à souffrir de l’exil et soient conformes à la réputation qu’on leur attribue. Il ne cesse de s’adresser aux professeurs, de leur rappeler la nécessité d’avoir une attitude exemplaire dans l’exercice de leur ministère.

7En 1919, Benoît Martin laisse la charge de vicaire général à Pierre Le Roy et rejoint la nouvelle école Lacordaire à Marseille que vient de fonder Augustin-Joseph Maurel. Sa longue expérience d’éducateur lui vaut de succéder au fondateur, d’assurer à la toute jeune école un déménagement à la Valentine dans la propriété « La Jouvène » et, jusqu’en 1922, de lui assurer des débuts prometteurs. Il laisse à Étienne Audouard, qui l’avait beaucoup secondé en tant que sous-directeur, le soin de perpétuer l’essor de l’école.

8Se sentant veillir, il demeure dans la communauté des pères de l’école Lacordaire jusqu’à sa mort, le 17 janvier 1925. Ses funérailles sont célébrées le 20 janvier au milieu d’élèves, d’anciens élèves et d’amis témoigant de sa vie dépensée au service de la jeunesse.

Haut de page

Sources

Archives de la Province de Toulouse : fonds de la Congrégation Saint-Dominique pour l’éducation de la jeunesse. — Congrégation missionnaire enseignante de Saint-Dominique, Paris, imprimerie Eugène Picquoin, 1928. — Le TRP Étienne-Benoît Martin de l’Ordre de Saint-Dominique, brochure anonyme éditée à Paris, par l’imprimerie J. Mersch en 1925.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jeune père enseignant
Légende Benoît Martin, en tenue de jeune père enseignant. À la différence des pères des provinces françaises, il ne porte pas le scapulaire comme l’ensemble des pères du Tiers-ordre enseignant.
Crédits Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/3273/img-1.png
Fichier image/png, 2,5M
Titre Prieur de l’école Saint-Thomas d’Aquin à Oullins
Légende Benoît Martin, dans une pose convenue qui veut affirmer ses responsabilitiés de prieur, porte l’habit de l’Ordre : depuis le chapitre général de 1898 à Vienne, les frères de la Congrégation enseignante ne se distinguent plus des autres frères des provinces françaises.
Crédits Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/3273/img-2.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Vicaire général
Légende Benoît Martin, « in negris » (en noir), tenue vestimentaire portée à l’extérieur des couvents et collèges. La photographie aurait été prise en 1917.
Crédits Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/3273/img-3.png
Fichier image/png, 2,8M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Augustin Laffay et Nathalie Viet-Depaule, « MARTIN Benoît », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, M, mis en ligne le 21 décembre 2018, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/3273

Haut de page

Auteurs

Augustin Laffay

Notices du même auteur

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals