Navigation – Plan du site

TAPIN Réginald

TAPIN François Arsène Joseph à l’état civil ; TAPIN Réginald en religion
Augustin Laffay et Nathalie Viet-Depaule

Historique

Notice mise en ligne le 05/06/2020.

Texte intégral

• Vestition pour la Congrégation de Saint-Dominique pour l’éducation de la jeunesse : 30 avril 1902 à Oullins
• Profession simple : 30 avril 1903 à Oullins
• Profession perpétuelle : 30 avril 1906 à Fribourg (Suisse)
• Profession solennelle : 15 avril 1924 à Paris
• Ordination sacerdotale : 23 décembre 1906 à Fribourg (Suisse)

1Les débuts de François Tapin dans la vie religieuse sont mouvementés sans qu’il soit possible d’en énoncer les raisons, si ce n’est une question de santé à un certain moment, ni de savoir pourquoi il a choisi d’entrer dans l’Ordre de Saint-Dominique alors qu’il avait intégré le grand séminaire de Coutances. En effet, à l’âge de vingt ans, il prend l’habit des frères prêcheurs pour la Province de France, au couvent d’Amiens, le 26 novembre 1896 avec le nom de Pierre Gonzáles, ce bienheureux dominicain espagnol, mort en 1246, plus souvent vénéré sous le nom de saint Elme comme patron des marins. Il faut sans doute voir dans ce patronage un hommage à son père disparu en mer. Mais, convoqué à la caserne le 5 novembre 1897, il doit interrompre son noviciat en l’accord avec ses supérieurs. Il serait alors tombé gravement malade et aurait fait sa profession simple au Havre, in articulo mortis, puis se serait rétabli. Le conseil ayant auparavant voté une prolongation de son noviciat, il revient du service militaire le 24 septembre 1898, mais dépose librement l’habit le 4 novembre 1898. Trois ans plus tard, ayant obtenu la dérogation nécessaire pour réitérer son engagement, il reprend l’habit le 8 décembre 1901, toujours au noviciat d’Amiens, et reçoit le nom d’Ange-Marie qu’il ne garde que jusqu’au 18 avril 1902 ayant décidé d’entrer dans la Congrégation de Saint-Dominique à laquelle il va appartenir jusqu’à sa mort en 1952.

2François Tapin est le seul fils et dernier enfant d’une fratrie de quatre. Son père Arsène Tapin, originaire d’Hudimesnil à quelques kilomètres de Granville dans la Manche, maître au cabotage, meurt en mer le 27 septembre 1888, laissant à sa mère, Maria Angelina Renard, Granvillaise, le soin d’élever ses trois sœurs et lui-même. François Tapin fait sa scolarité au petit séminaire de l’Abbaye Blanche à Mortain, obtient les deux baccalauréats puis assure pendant deux ans les cours de la sixième classique et d’histoire naturelle au collège de Granville. Mais, songeant à devenir prêtre, il entre au grand séminaire de Coutances où il ne fait que passer puisqu’il choisit d’appartenir à l’Ordre de Saint-Dominique non sans éprouver quelques hésitations au cours de son noviciat. Entre sa sortie de l’Ordre et son entrée dans la Congrégation de Saint-Dominique, il est professeur dans un collège privé de Grenoble pendant deux ans (1899-1901) au cours desquels il fait le constat que sa vocation d’être prêtre et religieux est néanmoins impérieuse. C’est dans cette perspective qu’il cherche à entrer à nouveau chez les frères prêcheurs et qu’il comprend qu’il peut aussi faire partie de son corps enseignant.

Jeune professeur de la Congrégation enseignante

Jeune professeur de la Congrégation enseignante

Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3En avril 1902, François Tapin se rend donc à Oullins au noviciat de la Congrégation enseignante, la Maison Saint-Raymond, qui jouxte le collège Saint-Thomas d’Aquin. Il prend l’habit sous le nom de frère Réginald et fait profession le 30 avril 1903 dans un contexte difficile à cause de la politique anti-congréganiste du gouvernement Combes. En effet, à peine a-t-il commencé ses études de philosophie que le studentat est obligé de fermer ses portes et de s’exiler à Fribourg en Suisse. Il poursuit alors sa formation, sous la direction d’Henri Lachau, prieur et maître des étudiants, à l’Université de Fribourg où, en plus de sa formation religieuse, il fait des études de lettres. À la rentrée scolaire 1906, il est envoyé à Champittet, ce nouveau collège que Benoît Martin, vicaire général, avait fait construire en 1904 et dont Philippe-Hyacinthe Testenoire était le prieur. À la fois professeur de lettres et surveillant de l’étude des grandes classes, Réginald Tapin entre rapidement en conflit avec son prieur qui ne veut pas lui laisser du temps pour rédiger sa thèse qu’il a commencée, sous la direction de Pierre-Maurice Masson consacrée à Paul-Claude Moultou, pasteur protestant, ami et admirateur de Jean-Jacques Rousseau. Une carte de 1910 de la Société Jean-Jacques Rousseau dont il est membre – conservée aux archives de la Province de Toulouse – laisse penser qu’il s’intéressait toujours à l’écrivain.

Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4À sa demande, il est envoyé en 1911 à Buenos-Aires en Argentine, au « colegio Lacordaire » qui depuis 1889 a ouvert ses portes et connaît un succès croissant. Accueilli par le prieur Hyacinthe Bauduin, Réginald Tapin arrive au moment où des difficultés internes au sein du collège vont conduire les pères enseignants à quitter le pays en 1913 et à fermer provisoirement l’établissement. La mort de sa mère l’oblige à revenir précipitamment en France d’où il gagne la Suisse pour reprendre cours et responsabilités à Champittet jusqu’à la guerre. Mobilisé en août 1914, il est réformé quelques mois plus tard, en avril 1915, à cause d’une santé jugée précaire. Il passe la fin de la guerre à Champittet, suppléant l’enseignement des professeurs mobilisés puis est envoyé pour la rentrée 1919 à Paris.

Posant majestueusement pour la photo, affirmant ainsi son appartenance à la Congrégation enseignante.

Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Il est affecté au collège Saint-Dominique, rue Saint-Didier dans le XVIe arrondissement qui abrite aussi l’école Lacordaire qui, depuis 1890, prépare aux grandes écoles (Polytechnique, Saint-Cyr, Navale, Normale supérieure, Ponts et Chaussées, Mines et Centrale). Ce collège, annexe du collège Albert-le-Grand à Arcueil, n’avait pas fermé ses portes en 1903 car, érigé en société anonyme avec des actionnaires laïcs, il avait échappé à la réquisition de ses bâtiments. Reçu par le prieur, Pierre Le Roy, Réginald Tapin, en plus des cours qu’il doit donner, succède à Laurent Conchonnet comme régent des études.

6En 1925, il est envoyé à Marseille à l’École Lacordaire fondée en 1918 par Augustin-Joseph Maurel. Professeur de première, Réginald Tapin cumule assez rapidement la fonction d’enseignant et celle de régent des études. En 1931, il est élu prieur et s’attache à remplacer la chapelle provisoire par une vraie chapelle dont il surveille la réalisation. À la fin de ses deux priorats (1937), il fait un court séjour à Sorèze, dont Étienne Audouard est prieur, puis gagne Oullins où il va terminer sa carrière professorale. Au collège Saint-Thomas d’Aquin dont les prieurs qui se succèdent sont Benoît Mayrand puis Gonzalve Kételair, il poursuit son enseignement tout en étant, encore une fois, régent des études de 1938 à 1941, puis sous-prieur et à nouveau régent. Il s’occupe aussi de la Conférence Saint-Vincent de Paul mais ses problèmes de santé le contraignent à partir de 1944 à l’inactivité qui va l’immobiliser jusqu’à sa mort, le 23 mai 1952.

Réginald Tapin à Sorèze

Réginald Tapin à Sorèze

Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7Ses funérailles, écrit son biographe Georges Montserret – qui avait été son élève à Marseille – sont célébrées le 26 mai devant les professeurs, élèves et anciens élèves d’Oullins, par le père Benoît Mayrand, prieur de Sorèze, qui avait été son collaborateur à Oullins, assisté des pères Étienne Audouard et Étienne Debeaune qui avaient assuré longtemps, avec lui, la direction du collège à Marseille.

Haut de page

Sources

Archives de la Province de Toulouse : fonds de la Congrégation Saint-Dominique. — Georges Montserret, « Avez-vous connu le Père François-Réginald Tapin ? », Annuaire des anciens élèves de l’École Lacordaire 1955-1956, Marseille, [non paginé]. — Innocentius Venchi, Catalogus hagiographicus Ordinis Praedicatorum, Postulatio generalis, Romae, 2001.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jeune professeur de la Congrégation enseignante
Crédits Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/3522/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M
Crédits Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/3522/img-2.png
Fichier image/png, 3,1M
Légende Posant majestueusement pour la photo, affirmant ainsi son appartenance à la Congrégation enseignante.
Crédits Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/3522/img-3.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Réginald Tapin à Sorèze
Crédits Archives de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/3522/img-4.png
Fichier image/png, 1,6M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Augustin Laffay et Nathalie Viet-Depaule, « TAPIN Réginald », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, T, mis en ligne le 05 juin 2020, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/3522

Haut de page

Auteurs

Augustin Laffay

Notices du même auteur

  • MARTIN Benoît [Texte intégral]
    MARTIN Marie Emmanuel Joseph Étienne à l’état civil ; MARTIN Benoît en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, M
  • MAUREL Augustin-Joseph [Texte intégral]
    MAUREL Marie Louis Auguste à l’état civil ; MAUREL Augustin-Joseph en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, M
  • JARRIÉ Henri [Texte intégral]
    JARRIÉ Henri, Joseph, Louis à l’état civil ; JARRIÉ Henri en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, J
  • PIPROT Pierre Louis Henri à l’état civil ; PIPROT ou PIPROT d’ALLEAUME Gabriel-Marie en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, P

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

  • BART Max [Texte intégral]
    BART Jacques à l’état civil ; BART Maximin en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
  • PRUNEAU Jean [Texte intégral]
    PRUNEAU Daniel Michel à l’état civil ; PRUNEAU Jean en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, P
  • GAIDE Antoine [Texte intégral]
    GAIDE-CHEVRONNAY Séverin à l’état civil ; GAIDE Antoine en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, G
  • SAVEY Jean-Marie [Texte intégral]
    SAVEY Jean-Marie, Alphonse à l’état civil ; SAVEY Dominique en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, S
  • TOURNAY Raymond-Jacques [Texte intégral]
    TOURNAY Jacques Marie Charles à l’état civil, TOURNAY Raymond en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, T
  • MAURICE Jean [Texte intégral]
    MAURICE Jean Marie Paul à l’état civil ; Ambroise en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, M
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals